La répression des prêtres et des fidèles du roi

Suite à la Prise des Tuileries, les prêtres sont condamnés à la déportation à la Guyane française. Les soldats et autres hommes qui ont participé à la défense du roi aux Tuileries, lors du 10 août 1792, seront jugés et condamnés sous le motif « crimes commis dans la journée du 10 août et autres crimes y relatifs, circonstances et dépendances ». On trouve ici une manipulation de la dialectique pour masquer la réalité des faits. Il s’agit là, hélas, d’une méthode pratiquée depuis la fin de la royauté.

la_repression_des_pretres_et_des_fideles_au_roi

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s