TERRIBLE HYPOTHÈSE : L’Antéchrist serait-il un clone de Jésus-Christ ?

On peut se poser la question de cet « attrait » qu’aurons les foules pour la personne de l’Antéchrist.
Imaginons une seconde, qu’à partir de l’ADN (unique) du Christ retrouvé sur le Saint Suaire, on réussisse à refabriquer un clone du Christ par manipulation génétique…Voilà qui expliquerait bien des mystères sur « l’attrait incroyable » de ce démon sur les foules. Et le démon revêtant cette « Chair » parfaite, en aurait tous les « atouts » (la beauté, la splendeur de la voix, etc…). Une Forme parfaite pour faire croire aux ignorants que le Christ est revenu parmi nous…et par là même s’établir au-dessus de tout être humain…

Certains riront. D’autres penseront que ce serait « l’Abomination de la désolation », « l’horreur suprême » , « la faute sans nom » fabriquée par l’homme pour attenter à la Divinité de Dieu.

Lisez ce qui suit ! En tenant compte du fait que non pas un seul, mais deux scientifiques ont affirmé avoir réussi cette horreur en 1998 (1998 = 3 x 666), et que le Pape Jean Paul II en fut averti officiellement et en personne ! J’ai pris la peine de recopier intégralement l’excellent texte de Mr Claude ALAIN sur la Parousie édité dans la revue Science et Foi n°95.

Sur la PAROUSIE

« Ne garde pas sous le sceau du secret les paroles de ce livre de prophéties, car le temps est proche. » (Ap. 22, 10)

ONU le 8 mars 2005 : Transgression sans précédent ou transgression suprême

(au-delà du péché originel et de la Crucifixion du Messie)

De la France à l’ONU, la BIOETHIQUE libéralise le clonage humain

Véritable contenu des textes de loi bioéthique française, ainsi que celui de la déclaration de l’ONU du 8 mars 2005.

En résumé : La loi française du 8 août 2004, ainsi que la formule ONU du 8 mars 2005 n’interdisent que par principe les diverses formes de clonage humain, considérant la liberté d’y contrevenir dans certains cas, sans inconvénient pénal ou international. De fait, la loi française de bioéthique du 8 août 2004 autorise textuellement toutes les formes de clonage de l’homme, tout en affirmant le « principe moral » de sa condamnation.

L’intrusion dans le Sanctuaire des origines de la Vie officialise donc une LOI d’ABOMINATION (désignée bibliquement comme source de désolation métaphysique jusqu’à la fin du monde) :

La déclaration non-contraignante contre le clonage humain du 8 mars 2005 votée par l’Assemblée Générale de l’ONU relaye l’exemple français d’une grave condamnation morale camouflant simultanément une libéralisation de fait dans la pratique. L’unanimité des nations et des hommes feint d’ignorer la nature de la gravité du clonage humain comme transgression contre la Dignité de l’Arbre de la Vie et de la Présence effective du Créateur…

Cette faute, qui dépasse en gravité toute faute, a son nom depuis longtemps dans la Révélation prophétique : “Abomination de la désolation” (dans la Bible : « Shiqoutsim Meshomem »), que l’ange Gabriel avait annoncée et expliquée au prophète Daniel (Dan. 9, 27) :

« Confirmabit autem pactum multis hebdoma una, et in dimidio hebdomadis deficiet hostia et sacrificium, et in templo erit abominatio desolationis,
et usque ad consummationem et finem perseverabit desolatio » [trad. St Jérôme & Vulgate]

IL ( LE CHEF A VENIR du v.26) CONFORTERA UN PACTE AVEC BEAUCOUP SUR LA DUREE D’UNE SEMAINE.
• SUR LA DUREE D’UNE DEMI SEMAINE L’HOSTIE ET LE SACRIFICE SUPPRIMERA.
• (C’EST QUE ) SUR L’AILE DU TEMPLE SERA L’ABOMINATION DE LA DESOLATION.
• ET JUSQU’A LA CONSOMMATION DE LA FIN LA DESOLATION PERDURERA
[trad. Analytique]

Jésus précise : « Lorsque vous verrez l’Abomination de la Désolation dont parle le prophète Daniel établie dans le lieu Saint, que celui qui lit discerne [quel est ce lieu !] » (Mt. 24, 15)
Quant au lieu Saint du Temple, on peut penser à l’herméneutique de Jean l’Evangéliste:
Le temple est le corps de l’homme (Jean 2)

(Page suivante : sur ces deux versets, une exégèse originale et nouvelle, à partir de la version hébraïque, elle-même trans-litérée en hébreu archaïque selon la méthode de Fernand Crombette…
Ce travail d’exégèse à partir d’un hébreu mono-syllabique, se réalise en retrouvant pour chaque mono-syllabe de la version officielle de l’hébreu classique sa traduction scientifique en langage sémitique usité lors de la présence du Peuple d’Abraham en Egypte. Traduction rendue possible par les recherches les plus modernes de la linguistique, à partir de l’égyptologie, des synopses de diverses versions épigraphiques et scripturaires des langues pré-mosaïques ; certaines versions coptes encore aujourd’hui en usage dans les Eglises confirment la solidité des résultats obtenus)

1)Au fait, une des significations du nom de Daniel, par cette méthode donne : (Da Ni Dj Dj Ehl – Té Hn Schèr Ke Laô). Ille-in-fossa-jacere-leo : Celui-dans-fosse-jeter-lion : Celui qui fut jeté dans la fosse aux Lions !

Traduction classique Polyglotte de Vigouroux : DANIEL 9, verset 27

27 – Mais il confirmera son alliance avec un grand nombre dans une semaine ; et au milieu de la semaine cesseront l’oblation et le sacrifice ; et l’abomination de La désolation sera dans Le temple, et la désolation continuera jusqu’à la consommation et à la fin ».DANIEL 9, versets 26-27
Parcours Exégétique (à la suite de Fernand CROMBETTE)
D’après Claude ALAIN, Président du Ceshe, ND du Laus, septembre 2006

Dans le verset 12 de l’Evangile de Saint Jean, ce dernier parle du fils de perdition, donc de l’antéchrist… L’interprétation par exégèse translittérée donne ceci : « Moi, le Fils, je vous ai reçu dans mon Cœur et vous ai confié à Dieu Lui-même, excepté le fils de perdition et de dissolution qui se réclame du mal parce qu’il est le Mal en personne, à QUI LES SCIENTIFIQUES DONNERONT FORME ET CHAIR PAR MUTATION ET TRANSFORMATION, avant la fin des temps où il viendra et sera avec les hommes,a etc. Si le contexte est bien connu des spécialistes de l’eschatologie la phrase « les scientifiques donneront forme … » nous laissa pantois. Car comment cela peut-il être ? Mutation et transformation nous mit cependant la puce à l’oreille nous faisant penser aux manipulations génétiques et au clonage. C’est bien ce texte de St Jean qui nous mit sur la piste de tous les textes eschatologiques et particulièrement Daniel 9, versets 26 et 27.

Le premier résultat des investigations faites sont presque incroyables et donnent froid dans le dos.

Le verset le plus important est évidemment le 27 où Daniel parle de « l’abomination de la désolation dans le temple ». Des hectolitres d’encre ont été utilisés depuis les Pères pour savoir ce qu’était exactement cette abomination de la désolation devant survenir à la fin, et ce temple.

Voici donc ce que donne la translittération :

26. « A cette époque (la fin), la science s’imposera et l’emportera sur le spirituel en commençant par les avortements ; en touchant à la vie, ils atteindront l’âme créée par Dieu. Le démon mènera le monde vers la corruption et la mort.

27. Le démon rassemblera des individus grâce à son intelligence maligne et son esprit infidèle. À cette époque, l’homme de science créera des fœtus avec des semences et des cellules (particules) inanimées auxquelles il donnera vie ; mais, comment pourra-t-i1 créer une âme ? Son savoir théorique ne pourra rivaliser avec l’Amour et la Science de Dieu.

Avant la fin des temps, le malin, 1’usurpateur de Dieu, travaillera à faire naître charnellement par suite de mutations scientifiques de semences et cellules fabriquées occupant le lieu de la féminité, (de l’innocence) pour la pire des abominations : négation du principe de la conception (procréation) désirée par Dieu, fabrication de copies à partir de particules ».Le travail sur ces deux versets en particulier peut être affiné : il peut encore nous apprendre d’autres choses. Par exemple, associé à la racine copte qui nous donne particule, c’est-à-dire cellule, nous trouvons un mot copte qui signifie très froid

.2 (Page suivante : translittération du chapitre 12 du Prophète Daniel, et comput des calendriers)

2 On pourrait donc traduire ainsi ces passages : «26. A l’époque de la fin, la science s’imposera et l’emportera sur le spirituel. En commençant par la méthode d’avortement, touchant à la vie, ils atteindront l’âme [au moment où elle est] créée par Dieu. Le démon mènera le monde vers la corruption et la mort. 27. Le démon rassemblera des individus grâce à son intelligence maligne et son esprit infidèle. À cette époque, l’homme de science créera des fœtus avec des semences et des cellules congelées inanimées auxquelles il donnera vie ; mais, comment pourra-t-i1 créer une âme ? Son savoir théorique ne pourra rivaliser avec l’Amour et la Science de Dieu. Avant la fin des temps, le malin, 1’usurpateur de Dieu, travaillera à faire naître charnellement par suite de mutations scientifiques de semences et cellules fabriquées occupant le lieu de la féminité [ovule mère] et de l’innocence [ovule fécondé] pour la pire des abominations : négation du principe de la conception-procréation désirée par Dieu, fabrication de copies à partir de particules congelées »

Traduction classique Polyglotte de Vigouroux : DANIEL 12, versets 9-12
9. Et il dit : « Va Daniel, car les paroles sont fermées et scellées jusqu’au temps fixé » :
10. Beaucoup seront purifiés et deviendront blanc et éprouvés comme le feu ; et les impies agiront avec impiété et aucun des impies ne comprendra : mais les savants comprendront : (Segond dit : « Une multitude sera purifiée, blanchie et épurée; les méchants agiront en méchants et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront du discernement comprendront. »
11. Et depuis le temps qu’aura été aboli le sacrifice perpétuel et qu’aura été établie l’abomination de la désolation, il s’écoulera 1.290 jours. (Segond dit pour abomination de la désolation : horreur dévastatrice !).
12. Bienheureux celui qui attend et qui parvient jusqu’à 1.335 jours :

Voici donc ce que donne la translittération :

DANIEL 12, versets 9, 11
Parcours Exégétique (à la suite de Fernand CROMBETTE)
Claude ALAIN

(9) Il ajouta encore : «Comprends Mes paroles avec sagesse, Daniel, évalues en la portée (valeur), emplis-toi de celles-ci et retiens-les dans leur intégrité en ton cœur, jusqu’à ce que tu les inscrives dans Mon Livre. Elles seront dévoilées (révélées) et un sens sera donné à Mes Paroles à la fin du (des) temps b. L’intelligence. La science et la vérité vous seront données par Dieu : elles seront parfaites.

(11) Dans ces temps où le péché envahira et videra le langage de son sens et (envahira) le monde de 1’ignorance, le souvenir du Sacrifice du Fils de Dieu et de la Parole faite chair ne sera plus accompli parce que l’iniquité se sera répandue dans les communautés ; les cérémonies religieuses ne seront plus célébrées. Ces temps de chute morale complète et d’inquiétude atteindra plus de 1.000 jours et arrivera à la fin des 6.000 de la vie.

 

* * *


Correspondance avec les calendriers

(11sept 2008 du calendrier actuellement en vigueur = 1er janvier 2001 du calendrier Ancien copte)

Rappel résumé : La loi française du 8 août 2004, ainsi que la formule ONU du 8 mars 2005 n’interdisent que par principe les diverses formes de clonage humain, considérant la liberté d’y contrevenir sans inconvénient pénal ou international.

Entre le 8 mars 2005 et le 11 septembre 2008, il y a 42 mois ou 1.290 jours.

Ces 1.290 jours correspondent au comput que l’Ange Gabriel a révélé au prophète Daniel, comme à celui que l’Ange de l’Apocalypse a révélé à saint Jean : si cette Abomination de la Désolation désigne la transgression suprême du 8 mars 2005, que celui qui lit, discerne, calcule et comprenne.

Se préparer avec les Sacrements, dans la confession, l’Eucharistie, et dans les Commandements de Dieu : l’Amour, la Charité qui effacent une multitude de péchés.

3) D’après le calendrier grégorien, que nous utilisons, le 11 septembre 2008 correspond au 1er jour de l’année 2001 du calendrier copte (calendrier chrétien le plus ancien et le plus vénérable).
Le calendrier julien a été réformé de 11 jours par le Pape Grégoire XIII en 1582 pour devenir le calendrier grégorien d’aujourd’hui, et avec eux, on doit placer la date de la nativité du Christ en l’an 6 avant JC ! En effet, le calendrier julien qui eut cours au Moyen Age se décalait de plus de sept ans du calendrier copte, en raison d’erreurs de calcul du moine Denys le Petit en 532.
Le calendrier copte éthiopien demeure donc une référence pour tout comput biblique sérieux: Il est encore en cours en Éthiopie et dans l’Église Copte.

Claude ALAIN

NDLR :
a) «… excepté le fils de perdition et de dissolution qui se réclame du mal parce qu’il est le Mal en personne, à QUI LES SCIENTIFIQUES DONNERONT FORME ET CHAIR PAR MUTATION ET TRANSFORMATION, avant la fin des temps où il viendra et sera avec les hommes… » Faut-il comprendre par cette phrase la création du corps de l’Antéchrist par les scientifiques ?.. à partir de quoi ou de quel bout de tissus peut-être… ???)

b) Allusion à la promesse de Jésus pour son Église, promesse confiée à Marie des Vallées dans une vision : Je veux lui donner trois choses singulières (parmi lesquelles) :« la connaissance des Écritures et d’un sens qu’elle n’a pas connu. »)

Fraternellement

Séraphin

Source : http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t11930-l-antechrist-serait-il-un-clone-du-christ

Loi 1901 : Les assomptionnistes sous le joug de la politique anticléricale de la IIIe république

Loi_1901_les_assomptionnistes_sous_le_joug_de_la_politique_anticléricale_de_la_IIIe_république_waldeck_rousseau

Pierre Waldeck-Rousseau a été l’instigateur de la loi 1901 sur les associations. Cette loi fut le prémisse de la future loi de séparation de l’Église et de l’État.

A la perte de prestige et d’influence que connaissent les Pèlerinages de Pénitence au début du XXe siècle, s’ajoutent d’importants revers pour la congrégation des Augustins de l’Assomption qui est dissoute en 1900 et se voit retirer ses biens dont le fleuron de l’entreprise assomptionniste, la Bonne Presse.

En novembre 1899, le gouvernement Waldeck-Rousseau poursuit en justice les assomptionnistes accusés d’appartenir à une congrégation non autorisée et d’avoir encouragé l’agitation lors de l’affaire Dreyfus 745 .

Pierre Waldeck Rousseau a été président du Conseil de la IIIe République entre 1899 et 1902. Il a participé à la légalisation des syndicats avec la loi Waldeck Rousseau du 21 mars 1884, ainsi qu’à la loi de 1901 sur les associations.

De janvier à mars 1900 se déroule le procès de douze assomptionnistes, surnommés les douze « moines ligueurs » :

« Le P. Picard, successeur du P. d’Alzon comme supérieur général, les P.P. Vincent-de-Paul Bailly et Saugrain, et neuf autres religieux comparaissent devant le tribunal de la Seine comme « moines ligueurs », dont les agissements mettent en danger l’ordre public et la République, cela surtout parce que le journal La Croix exerce une influence jugée séditieuse. Le tribunal prononce la dissolution de la Congrégation. Les assomptionnistes seront des proscrits » 746 .

Toutes les activités de l’institut s’en trouvent bouleversées et les religieux sont obligés de se disperser à travers l’Europe 747 , à l’exemple du Père Vincent de Paul Bailly qui abandonne la direction de La Croix 748 et part se réfugier en Belgique. Il ne revient à Paris qu’en 1906, où il loge en solitaire dans un petit appartement.

Les Pèlerinages de Pénitence ne sont pas dissous, et sont l’occasion de clamer toute leur amertume face à une France ingrate. Les annonces pour les différentes caravanes, tout comme les comptes-rendus, ne manquent pas de mettre en avant la persécution dont font preuve les assomptionnistes. Les Echos de Notre-Dame de France n’hésitent pas, en une du journal du mois de février 1900, à écrire CONDAMNÉS, en démontrant l’absurdité de tels procédés et les répercussions que cela peut avoir pour les intérêts français en Orient :

« Lorsque le Pèlerinage de Pénitence fera, cette année, son entrée dans la Ville Sainte, précédé du drapeau français, les Turcs se rangeront, respectueux, sur leur passage. Peut-être que dans cette foule orientale, pour laquelle la France a eu jusqu’ici tant de prestige, il se trouvera quelque voyageur allemand ou anglais pour dire : vous voyez ces moines, eh bien ! ce sont des condamnés. (…)

Qu’ont-ils fait ? répondra le Turc inquiet. Ont-ils tué, ont-ils volé ?

Non, mais ils vivent ensemble, ils prient, ils étudient, ils écrivent, tout comme ces moines qui habitent la grande maison blanche sur laquelle vous voyez le drapeau français.

Mais est-ce un crime, là-bas, dira l’Arabe étonné. Chez nous, c’est un honneur » 749 .

La XXe caravane du printemps 1900 a un effectif de 330 pèlerins, nettement supérieur aux caravanes précédentes, la dissolution de la congrégation n’étant certainement pas étrangère à ce surcroît de pèlerins. Pour les caravanes suivantes, les organisateurs ne manqueront pas de faire dans les programmes une allusion aux événements en cours.

C’est le cas pour la XXIIIe caravane où sous la présentation de l’itinéraire est écrit : « En vue de délivrer les âmes du Purgatoire et de rendre grâce pour les élections » 750 . Pour la XXVe caravane, du printemps 1903, il est mentionné que l’itinéraire change car « en raison des événements de la France, le Pèlerinage commencera par le chemin de Damas. Puisse-t-il en rapporter des grâces de conversion » 751 . L’éblouissement de la conversion ne semble pas avoir atteint le gouvernement français.

En cette « Belle Epoque » qu’est le début du XXe siècle, les assomptionnistes, et plus globalement les catholiques, doivent faire face à un nouvel événement d’une toute autre ampleur, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, votée en décembre 1905.

La bataille des inventaires au début de l’année 1906 est particulièrement virulente, provoquant des affrontements entre les forces de l’ordre et les catholiques interdisant l’entrée des églises. Les assomptionnistes, exilés, ne peuvent que se lamenter et se souvenir du temps où ils espéraient que les pèlerinages des années 1870 allaient remettre le Christ au cœur de la société. Ils n’en restent pas moins mobilisés, via les Pèlerinages de Pénitence, pour défendre ce qui reste de religion dans la société française. La caravane du printemps 1906 se présente comme une croisade face aux décisions lourdes de conséquences prises par le gouvernement de la République, régime décidément honni.

Le Pèlerin de mars 1906 dans son appel aux pèlerins pour le prochain pèlerinage a ces mots : 

« La croisade qui s’apprête à s’embarquer à Marseille le 24 mars pour monter au Calvaire à Jérusalem le Vendredi Saint est une œuvre capitale aux heures si graves que traverse l’Eglise. Que tous aient à cœur de s’y enrôler : les uns, en prenant généreusement le bâton du pèlerin, c’est le dernier délai pour s’inscrire ; les autres, pèlerins de désir, en s’y unissant dès aujourd’hui par la prière et le sacrifice » 752 . Dans le compte-rendu de ce pèlerinage, on peut également lire : « Heureux catholiques, a-t-on dit, qui vont jouir de 30 jours de liberté chez les Turcs ! » 753 .

Par contre, à la différence de la dissolution de la congrégation des Augustins de l’Assomption, les pèlerins ne répondent pas aux appels angoissants des organisateurs puisque l’effectif ne dépasse pas les 150. L’explication de ce chiffre bien modeste est peut-être à chercher dans le fait que les inventaires des biens religieux sont en cours, imposant ainsi aux religieux et à ceux qui sont membres des fabriques de rester dans leur paroisse, à surveiller de près le tabernacle. A moins qu’il ne trahisse la fin de l’esprit de croisade.

Les assomptionnistes, comme la société catholique française, connaissent en ce début de XXe siècle de profonds traumatismes, d’autant plus forts, que les espoirs, vingt ans plus tôt, d’un retour à une France très chrétienne étaient fondés. Ces attaques contre les catholiques sont autant d’aspects de la fin de cet âge d’or, cette fois-ci non pas en Palestine, mais en France, auprès de cette communauté chrétienne, qui a vu disparaître son roi très chrétien, Henri V, ses ligueurs assomptionnistes (au moins du territoire français) et qui se trouvent à la veille de la Première Guerre mondiale bien démunie face à l’avenir.

Notes
745.
Les différentes revues de la Bonne Presse sont d’une virulence extrême au moment de l’affaire Dreyfus, fustigeant Juifs et francs-maçons.

746.
Lucien Guissard, Les assomptionnistes d’hier à aujourd’hui, Paris, Bayard, 1999, p.31.

747.
Cette dissolution a paradoxalement une conséquence positive, puisque l’exil forcé des religieux provoque l’implantation de la congrégation dans de nombreux pays du monde et la rend internationale ce qu’elle n’était pas ou peu jusqu’en 1900.

748.
Le journal La Croix ne disparaît pas pour autant, les amis catholiques de la congrégation veillent et c’est Paul Féron-Vrau, l’industriel du nord, soutien important lors de la création de La Croix du Nord, qui rachète le journal. C’est le 4 avril 1900 que paraît pour la dernière fois le journal rédigé par les assomptionnistes. Paul Féron-Vrau devra cependant faire face à de nombreux imbroglios judiciaires, toujours soupçonné de n’être qu’un prête-nom, permettant aux assomptionnistes de continuer leur œuvre. Il sera pendant plus de dix ans un talentueux directeur, continuant à faire de La Croix le porte-parole de la presse catholique. Après 1910, les assomptionnistes vont reprendre une partie de la direction du journal, créant un effacement pas forcément voulu de Paul Féron-Vrau.

749.
Echos de Notre-Dame de France, février 1900, n°78.

750.
MAE, Nantes, Jérusalem, 125/127, XXIIIe Pèlerinage Populaire de Pénitence.

751.
Ibid, XXVe Pèlerinage Populaire de Pénitence.

752.
Le Pèlerin, 18 mars 1906, n°1524.

753.
Jérusalem, AAV, tome II, 1906-1907.

Source : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2006.lamure_b&part=115741

La règle de saint Michel Archange

Saint Michel Archange

quis_ut_deus_la_regle_de_saint_michel

Table des matières

Introduction
La règle de saint Michel Archange
Utilisation de la règle de saint Michel Archange
Discours autour de la règle de saint Michel Archange
Prière de saint Irénée de Lyon (v. 120-202)
Annexe 1 (en référence aux axiomes de la Cité de Dieu, règle de saint Michel)
Annexe 2 (en référence aux axiomes de la Cité du Monde, règle de saint Michel)
Annexe 3 (en référence aux axiomes de la Cité du Monde, règle de saint Michel)

Introduction

Dans la société dite moderne, n’importe qui prétend être capable d’aimer. Or, derrière ce mot se cache beaucoup de synonymes fallacieux. En réalité, les caricatures de l’amour sont surexposées sur l’internet et dans les médias, mais, le véritable amour, lui, reste encore à découvrir. Cet Amour se nomme Charité. La civilisation actuelle refuse l’amour plénier (véritable définition de la Charité) pour une simple et bonne raison. Ceux qui souhaitent…

View original post 2 581 mots de plus