La perversité syncrétique du transhumanisme

la_perversite_syncretique_du_transhumanisme

Le transhumanisme est une perversité syncrétique redoutable. Cette doctrine englobe les défauts d’un grand nombre de dystopies. Elle cherche à transformer les lois fondatrices de la civilisation, grâce à l’usage débridé de la technologie. Qu’elles en aient conscience ou non, toutes les mouvances progressistes œuvrent pour l’instauration d’une société esclavagiste. Celle-ci se cache sous de faux-semblants jusqu’à ce qu’elle puisse s’emparer du pouvoir par la ruse.

Voici une liste détaillée des réjouissances que le transhumanisme recèle

– Abolition des codes moraux

Un homme a besoin de codes moraux afin que son comportement ne soit pas une gêne pour autrui. Le transhumanisme s’affranchit de la moralité puisque la technologie se charge de gérer les comportements autorisés et non autorisés. D’autant plus que la violence, les incivilités et le manque de respect fait davantage progresser sa cause. Plus le chaos se développera, plus la demande de contrôle semblera nécessaire à une humanité trompée.

– Abolition des tabous

La copulation bestiale a été abolie afin d’éviter de donner la vie à des enfants difformes. Pourtant, la pédophilie et l’inceste, pour ne citer qu’elles, sont des pratiques épouvantables que l’on doit interdire. Le transhumanisme lève tous les tabous sexuels afin de favoriser son avènement. D’autant plus que le contrôle des natalités et la fin des rapports charnels font partie du programme. Il est indispensable de rappeler que la dégénérescence de l’humanité fournit au transhumanisme une excellente excuse pour mettre en œuvre sa doctrine liberticide.

– Eugénisme et euthanasie

L’eugénisme élimine, en amont, les êtres qui ont des défauts, tandis que l’euthanasie met un terme, en aval, à la vie des êtres épuisés ou contre-productifs. Le transhumanisme considère que l’élimination des êtres inadaptés au travail est un devoir pour le bien de la communauté.

– Totalitarisme technologique

Le transhumanisme donne le pouvoir aux machines grâce à l’intelligence artificielle. L’être humain n’est pas en mesure de résister face au pouvoir oppressif des robots. Le contrôle de la génétique et la production d’organes biotechnologiques permettent de modifier la physionomie et le psychisme d’un individu. Le cerveau d’un cyborg (ou sujet) est relié au Cloud et contrôlé par des programmes autonomes. Les citoyens sont incapables de s’émanciper de la machine, leur cerveau étant asservi à la technologie. Dans un tel système, les pensées des individus sont contrôlées et modifiées afin que leur libre-arbitre ne puisse plus s’exercer.

– Dystopie syncrétique

Les dystopies qui ont actuellement le vent en poupe, que ce soit au cinéma ou dans le monde des jeux vidéos, annoncent la volonté transhumaniste. Pourtant, la plupart des consommateurs ne semblent pas faire le lien entre ce qu’ils regardent et la réalité probable. Le but du transhumanisme est d’asservir l’humanité au pouvoir des multinationales grâce à leur maîtrise de la technologie dans tous les domaines du vivant. Les mauvais penchants de la plupart des dystopies existantes se trouvent au cœur du transhumanisme. Finalement, il s’agit d’une gnose chargée de régir la civilisation. Le tort des consommateurs est de s’évader naïvement dans les dystopies en pensant qu’il s’agit seulement d’inoffensifs films. Cependant, qui est assez stupide pour souhaiter un tel futur ? C’est grâce au manque d’effort intellectuel et au pouvoir d’illusion de la société médiatique que les êtres humains deviennent comparables à un cheptel.

Quelques liens pour réfléchir sur la dystopie

L’utopie, une histoire !

« Avec les univers carcéraux de la Science-Fiction, l’idéal de sociétés justes dans le sein desquels l’humanité vivrait heureuse, s’évanouit pour laisser place à la pure contrainte, au déni de la liberté et aux pires régimes totalitaires d’autant plus aliénants qu’ils ont su donner à leurs peuples le goût de l’esclavage grâce à des systèmes de conditionnement des plus perfectionnés. »

Anti-utopies et dystopies

« Comme l’utopie, l’anti-utopie et la dystopie décrivent une société imaginaire. Mais la forme est le roman et non la description. L’action se déroule dans le futur. Suite à une guerre, une société dirigée par une dictature mondiale est créée. Elle est organisée comme une machine pour durer éternellement. Ce qui importe est qu’elle fonctionne bien, pas qu’elle apporte le bonheur. L’illusion d’être heureux suffit. Souvent, les hommes travaillent beaucoup et n’ont pas conscience d’être opprimés. Le héros tombe amoureux alors que c’est interdit et prend conscience du manque de liberté injustifié, de la perversité du système et devient un opposant. Il n’est pas le seul à souhaiter l’abattre, mais en général, à la fin, il échoue. La surveillance est omniprésente et pour les insoumis les punitions sont dissuasives. Dans l’utopie, l’auteur pense réellement que son modèle de société est bon, même si le lecteur n’a pas cette impression. Dans l’anti-utopie et la dystopie, c’est l’inverse. L’auteur souhaite mettre le lecteur en garde contre la direction que pourrait prendre la société de son époque. Sa vision est pessimiste. »

Quelques dystopies publiées au format papier

– Communisme totalitaire

Le transhumanisme est un communisme totalitaire : c’est d’ailleurs parfaitement illustré dans les films « divergente » et « labyrinthe ». Abolition de la propriété privée pour les sujets, vie communautaire et bourrage de crâne en guise d’éducation sont la base même de cette doctrine syncrétique. Tandis que les quelques « maîtres » humains possèdent les richesses matérielles, des privilèges et une liberté complète. La technologie permet de créer un mur infranchissable entre le monde des sujets et leurs maîtres.

– Le transhumanisme s’oppose au christianisme

Pour simplifier grandement, le christianisme donne des règles de vie équitables permettant d’élever l’âme humaine vers la sagesse divine et la foi en un Dieu d’amour. Les vertus cardinales et théologales sont les piliers du christianisme. L’obéissance au décalogue permet d’harmoniser les rapports humains tout en rappelant l’existence de Dieu. La liberté des fidèles est grande puisque leur obéissance est seulement nécessaire à des lois intelligibles et simples. Le transhumanisme, quant à lui, est à l’exact opposé du christianisme puisque le « maître » se substitue à Dieu, que la propriété privée ainsi que la liberté sont abolies et que la technologie prime sur l’être humain.

– Condition nécessaire à l’instauration du transhumanisme

Une crise économique mondiale permet d’abolir la propriété privée de manière fallacieuse en arrachant le pouvoir financier au peuple. Les multinationales deviennent alors propriétaires de toutes les richesses. La guerre mondiale qui découle de cette crise permet de détruire les nations et les religions. L’ordre totalitaire dit « nouveau » découle de la fin de la civilisation. Ceci dit, la destruction affaiblirait considérablement le pouvoir humain et donnerait un coup fatal à la technologie. L’humanité pourrait être victime d’une illusion orgueilleuse et signer son propre arrêt de mort. Dans tous les cas, le transhumanisme est une dangereuse dystopie qu’il faut absolument refuser en ne cédant pas à la peur.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/23/la-perversite-syncretique-du-transhumanisme/

Publicités

2 réflexions sur “La perversité syncrétique du transhumanisme

  1. La prochaine étape du transhumanisme ressemblera à de la science-fiction, on peut imaginer ce qui suit : une nano puce implantée (avec une intelligence artificielle connectée à très hautes fréquences) dans le corps humain qui aurait deux fonctions, une pour identifier à 100% une personne à cause de l’instabilité sociale pour permettre d’acheter et de vendre passer des frontières et l’autre pour modifier de manière irrémédiable l’ADN humain pour résister aux différentes maladies et aussi des virus qui séviront dans un avenir proche. Cet implant permettrait de vivre beaucoup plus longtemps avec des capacités physiques améliorées et modifiera le psychisme pour une spiritualité bridée sans espoir et rebelle, un peu comme des Nephilim. Ce sera le prix à payer pour ceux qui accepteront cette modification dans leur corps marqué génétiquement. Nous n’avons pas pour l’instant cette technologie, elle sera amenée prochainement par des gentils extraterrestres manipulateurs qui nous apporteront l’énergie gratuite et beaucoup d’autres choses sur le plan technologique et médical dans le but de corrompre l’humanité avec une fausse spiritualité, pas pour nous aider. On verra l’aboutissement heureusement temporaire du transhumanisme avec la marque de la bête décrite dans l’apocalypse 13 versets 16 de Jean. Le nouveau système économique dictatorial arrive discrètement avec l’argent électronique et ces barres codes sur tous les produits que nous achetons qui contiennent déjà un nombre caché (666) par des informaticiens (une simple recherche sur le net permet de comprendre la norme internationale U.P.C. et le 6 caché curieusement dans les 3 barres de garde). La vision de l’apôtre Jean dans la bible se réalise dans l’indifférence générale, il s’agit pourtant de notre avenir proche … « Et elle fit que tous petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite et leur front et que personne ne puisse acheter et vendre sans avoir la marque le nombre de la bête ou le nombre de son nom ».

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s