Méditation sur l’âne de Balaam

meditation_sur_l_ane_de_balaam

Balaam, devin de la ville de Péthor, monté sur une ânesse, allait trouver le roi Balac, et, comme il n’avait pas une intention droite, un ange l’attendait en chemin avec une épée pour le tuer. Cette pauvre bête, qui vit l’ange, s’arrêta par trois fois, quelques efforts que fit le prophète, à grands coups de bâton, pour la faire avancer, jusqu’à ce qu’enfin s’étant abattue sous lui, à la troisième fois, elle lui parla, par un miracle bien extraordinaire, pour lui adresser ce reproche : « que vous ai-je fait, et pourquoi me frappez-vous ainsi jusqu’à trois fois ? » Le Seigneur ayant alors ouvert les yeux à Balaam, ce prophète aperçut l’ange, qui lui dit « Pourquoi as-tu battu ton ânesse ? Si elle ne se fut détournée, je t’eusse tué, et je l’eusse épargnée. » Alors Balaam dit à l’ange « J’ai péché, car je ne savais pas que vous vous opposassiez à mon voyage. » Balaam était la cause de tout le mal, et il s’en prenait à son ânesse, qui n’y avait nulle part ; c’est ainsi que nous agissons dans nos affaires. Un homme commet souvent un péché, et aussitôt sa conscience lui perce le cœur par des reproches intérieurs, qu’elle lui représente comme des traits de la colère de Dieu ; revenant alors à lui : « Ah ! Chair rebelle, dit-il, corps déloyal, tu m’as trahi » ; et il décharge son indignation sur sa chair par l’usage immodéré des austérités. Ô pauvre âme, si la chair pouvait parler comme l’ânesse de Balaam, elle te dirait « Pourquoi me frappes-tu ? C’est contre toi que Dieu s’arme de sa colère ; c’est toi qui es criminelle. Pourquoi me conduis-tu à de mauvaises conversations ? Pourquoi appliques-tu mes yeux et mes sens à des objets déshonnêtes ? Pourquoi me troubles-tu par de sales imaginations ? Cultive de bonnes pensées et je n’aurai pas de mauvais sentiments ; fréquente des personnes qui aient de la pudeur, et la passion ne s’allumera pas en moi. Hélas ! Tu me jettes dans le feu, et tu ne veux pas que je brûle ! Tu me remplis les yeux de fumée, et tu ne veux pas qu’ils s’irritent ! ». Et Dieu vous dit alors : « Brisez vos cœurs de douleur, mortifiez-les, faites-leur porter la pénitence qu’ils méritent, c’est principalement contre eux que je suis irrité. » À l’égard de nos vices, quoiqu’il soit bon de mortifier la chair, il est surtout nécessaire de purifier le cœur.

Source : « introduction à la vie dévote » et « le sermon de paix »

Publicités

Une réflexion sur “Méditation sur l’âne de Balaam

  1. Bonjour à vous ,
    J’ouvre la Bible , et …
    Deuxième épître de Pierre
    Contre les faux docteurs .
    (…)Ils ont quitté le droit chemin et se sont égarés , marchant sur les traces de Balaam , fils de Bosor , qui fut pris de désirs pour le salaire d’une mauvaise action , mais qui fut réprimandé pour sa désobéissance : une bête de somme sans parole usa du langage humain et arrêta le prophète dans son égarement . (…)
    Conclusion de St Pierre ,
    Vous donc , mes bien -aimés , qui êtes prévenus, tenez- vous sur vos gardes , de peur que vous ne soyez gagnés par l’erreur de ces gens sans loi et que vous ne veniez à déchoir de ce qui est votre ferme appui .
    Mais faites des progrès dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.
    A lui soit la gloire maintenant et jusqu’au jour de l’éternité ! Amen .

    Aimé par 1 personne

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s