Transhumanisme – l’idée la plus dangereuse du monde

Transhumanisme et intelligence artificielle

Par Francis Fukuyama

Il y a douze ans, le livre très remarqué du philosophe américain Francis Fukuyama annonçait La Fin de l’histoire tant l’avancée des sciences nous laissait perplexe quant à la possibilité d’un avenir maîtrisé sous quelque forme que ce soit. C’est la même inquiétude et la même interrogation qui est au centre de La Fin de l’homme, une réflexion sur les conséquences de la révolution bioéthique. Sans être un vulgarisateur pédagogique ou un philosophe qui « s’occuperait » de science, Fukuyama pose la question des rapports actuels entre la science et les techniques. À partir d’un point très clair donné sur les recherches actuelles dans les domaines des opérations transgéniques, du génie génétique, de l’énergie nucléaire, des potentialités informatiques, soit un état des lieux savant de notre monde contemporain, Fukuyama établit le postulat suivant : la science, en l’état actuelle, ne peut plus s’auto-réguler. Convaincu qu’il faut rapidement et internationalement

View original post 1 067 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s