Les erreurs du bouddhisme

les_erreurs_du_bouddhisme_metempsycose_reincarnation

La métempsycose est l’une des plus graves erreurs du bouddhisme. Pour s’en convaincre, lisons ce qu’en dit l’abbé de Broglié.

« Destinée de l’homme après la mort » extrait de « Dieu, la conscience, le devoir » de l’abbé de Broglié, page 101 à 104

« Quels seront maintenant le sort et la destinée de l’homme après la mort.

Cette question, différente de la précédente, n’est pas susceptible d’être résolue d’une manière aussi certaine.

On peut, en effet, tout en admettant une rétribution du bien et du mal après cette vie, faire sur la destinée de l’homme après la mort diverses hypothèses.

On peut d’abord se demander si le sort de l’homme est arrêté d’une manière définitive par la mort, ou si, au contraire, après l’épreuve de cette vie, il n’y aurait pas des épreuves ultérieures.

Il ne semble pas que cette question puisse être tranchée d’une manière absolue par la raison seule.

Voici néanmoins ce que l’on peut dire à ce sujet.

Il existe une opinion selon laquelle l’âme ne quitterait un corps que pour passer dans un autre. La nouvelle existence qu’elle commencerait serait la récompense ou le châtiment de l’existence antérieure. L’âme serait, dans cette existence, glorieuse ou humiliée, heureuse ou malheureuse, en proportion des mérites antérieurement acquis.

Nous pouvons dire au sujet de ce système :

1° Que c’est une hypothèse sans fondement ;

2° Que les conséquences de cette doctrine sont funestes pour la moralité humaine.

Et d’abord cette hypothèse est sans fondement.

Aucune raison tirée de l’expérience se porte à croire qu’au moment qu’un individu meurt, un autre naisse, et que l’âme du premier passe dans le second. Quand un homme meurt, les éléments du corps rentrent dans la circulation générale de la matière ; mais rien n’indique que son âme trouvera immédiatement un nouvel organisme auquel elle s’unirait en repassant ainsi subitement de la vieillesse à l’enfance.

La métempsycose ne pourrait donc pas avoir lieu en vertu d’une loi naturelle et physique. Il faudrait supposer une intervention de Dieu qui donnerait à chaque âme un nouveau corps. Mais cette manière d’agir ne parait pas conforme à la sagesse de Dieu.

En effet :

1° Pourquoi soumettre à une nouvelle épreuve une âme qui a déjà eu le temps de choisir entre le bien et le mal ? La justice exige qu’elle soit récompensée ou châtiée ; elle ne demande pas autre chose.

2° Dans ce système, l’âme aurait oublié les fautes dont elle subit la punition, et la vertu dont elle subit la récompense. Ne serait-ce pas une manière bien étrange de récompenser et de punir ? Une âme qui, en commençant une vie nouvelle, a oublié entièrement l’ancienne, est-elle bien la même personne, responsable de ses actes passés ?

3° Est-ce une récompense suffisante, qu’une vie nouvelle dans laquelle on est exposé à perdre son bonheur en retombant dans le mal ?

Ce système est donc une hypothèse sans fondement. Mais de plus cette doctrine est très dangereuse pour la morale. En effet :

1° Les bons seraient découragés par la perspective d’épreuves indéfinies accompagnées de la possibilité constante de retourner au mal et à la souffrance. Nous pouvons voir un effet de ce découragement produit par la pensée de cette série indéfinie d’existences, dans la doctrine de Bouddha qui offre aux hommes, comme suprême bonheur et récompense de la vertu, l’anéantissement, qu’il considère comme le seul moyen d’échapper au cercle funeste des existences successives.

2° Les méchants ne seraient plus retenus par le frein de la crainte de Dieu. Ils pourraient toujours se dire : Pendant l’existence actuelle je vais me livrer à mes passions. Dans une autre, je me repentirai.

3° Les souffrances et les infirmités des hommes étant considérées comme des châtiments des fautes passées, les gens malheureux sur la terre seraient dignes de mépris, et les prospérités actuelles étant regardées comme une récompense deviendraient un sujet légitime d’orgueil. Dans l’Inde où régnait la doctrine de la métempsycose, les brahmanes en firent sortir la division en castes ; ils considéraient les parias comme des hommes qui, dans une vie antérieure, avaient mérité d’être leurs esclaves.

Ces conséquences funestes tendent à prouver que la doctrine de la métempsycose est fausse, car Dieu n’aurait pas pu établir un système du monde conduisant a des conséquences immorales.

Nous devons donc considérer comme plus probable, au point de vue de la raison, l’opinion opposée, à savoir, que la vie actuelle est un temps d’épreuves qui se termine à la mort, et qu’à partir de la mort le sort définitif de l’âme est irrévocablement fixé. Cette opinion est d’ailleurs confirmée par la tradition la plus ancienne de tous les peuples du monde.

Quelle sera maintenant cette destinée ?

Le bon sens nous porte à distinguer trois classes d’hommes.

1° Celle des hommes vertueux, qui ont mérité une récompense ;

2° Celle des imparfaits, qui ont hésité entre le bien et le mal, ont commis des fautes et cherché à les réparer ;

3° Celle des hommes qui se sont jetés du côté du mal avec obstination et perversité.

Les premiers ont droit à une récompense, et on peut espérer que leur bonheur sera éternel, sans cependant que cela soit certain, car la conscience n’exige qu’une rétribution proportionnée aux mérites et rien ne prouve que l’éternité soit nécessaire pour cette proportion.

Les seconds auront une expiation à subir, mais après leur peine subie, on peut croire qu’ils parviendront à un bonheur éternel.

Quant aux hommes de la troisième classe, leur épreuve étant finie, il n’y a pas lieu de penser qu’ils pourront se repentir et revenir au bien. Leur état est donc un état de malheur irrévocable et irréparable. Mais les peines qu’ils subiront seront-elles éternelles ou finiront-ils par être anéantis ?

Sur ce dernier point, là raison ne peut pas se prononcer, parce que nous ignorons le rapport fixé par la justice entre les fautes et les peines, la nature de l’existence future et l’influence de la durée sur la gravité des châtiments. On peut observer que l’idée des peines éternelles se rencontre dans la tradition d’un grand nombre de peuples, ce qui ne permet pas de croire qu’elle soit, comme certaines personnes le disent de nos jours, contraire à la raison et à la conscience humaine.

En résumé, nous ne pouvons pas nous prononcer avec certitude, par la raison seule, sur ce qui doit arriver à l’homme après la mort. La seule chose que nous puissions savoir, c’est que la rétribution du bien et du mal qui ne s’accomplit pas sur cette terre s’accomplira dans une autre existence ; c’est le point essentiel en ce qui concerne la morale. Les autres questions, quelque intéressantes qu’elles soient, sont moins importantes.

Néanmoins on comprend que l’homme doit désirer avoir de cet avenir mystérieux une connaissance plus précise, et qu’une révélation divine enseignant à l’humanité d’une manière plus complète ce qu’il doit espérer ou craindre après la mort, est un immense bienfait. »

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2016/08/09/les-erreurs-du-bouddhisme/

Publicités

4 réflexions sur “Les erreurs du bouddhisme

  1. Plusieurs erreurs dans cette analyse:
    1. Le bouddhisme ne croit pas à la métempsycose mais à la réincarnation. Dans la réincarnation un homme ne peut se réincarner qu’en homme.
    2. On ne se réincarne pas forcément tout de suite.
    3. Le cycle des réincarnation n’est pas infini, contrairement à ce qui est dit pour en déduire l’immoralité de cette croyance. L’objectif est de se libérer de la roue de la réincarnation et de ne plus se réincarner du tout. Ceci peut arriver dans cette vie présente si on agit bien. Donc la réincarnation est morale et explique notamment les différentes conditions humaines. Cependant cela n’induit pas un mépris et être riche, par exemple n’est pas forcément une récompense. On est réincarné en fonction des progrès que l’on doit faire. Tout cela est très moral, au contraire.
    4 Le système de caste n’est pas bouddhiste mais hindouiste. Il est d’ailleurs critiqué par les Hindouistes. Personne n’est méprisable pour un bouddhiste. Au contraire, toute chose à une âme, c’est pourquoi les bouddhistes respectent touts les animaux bien plus que les chrétiens. Les âmes des animaux pouvant se réincarner en homme au fur et à mesure de leurs progrès spirituels.
    5. De nombreux faits corroborent la théorie de la réincarnation:
    – Dons précoces (musique, art, etc): la réincarnation les explique par les vies antérieures
    – Goûts pour telle ou telle chose
    – Intérêt pour telle période historique
    – Impressions de déjà vécu
    – Sentiments, coups de foudre; on a l’impression d’avoir toujours connu la personne
    – Au contraire on n’aime pas telle ou telle personne sans raison

    6. La réincarnation est très morale, car elle donne autant de chances qu’il faut pour progresser.
    7. La réincarnation est plus morale car elle pousse chacun a s’améliorer tout au long de sa vie sachant que chaque bonne action à n’importe quel âge comptera. Cela pousse aussi à étudier et apprendre jusqu’au bout. Même si on n’est pas bon musicien dans cette vie, tout notre travail servira si on doit être réincarner.

    Ma conclusion:
    Cet article ne prouve pas que la réincarnation n’est pas moins plausible que son contraire. Les deux théories ne sont d’ailleurs pas incompatibles, le purgatoire étant le retour à une autre vie, le paradis, la libération du cycle des réincarnations. Seul l’enfer n’existe pas, ce qui rend Dieu plus moral, pardonneur et bien aimant.

    J'aime

    Réponse
    • Je publie votre commentaire pour l’exemple. Votre thèse est purement gnostique et donc contraire au catholicisme. Il est inconcevable de remettre en cause, à cause d’un orgueil trop contemporain, les sages paroles d’un abbé qui a donné sa vie pour Dieu et la France.

      Je répète et confirme que la métempsycose et la réincarnation sont des fauteurs de trouble depuis la nuit des temps.

      Puissiez-vous trouver la vraie voie !

      J'aime

      Réponse
  2. Le Baron DUPOTET dans son traité du magnétisme raconte que l’un de ses disciples vint le trouver un jour tout excité, en lui racontant que sous l’effet magnétique, il avait retrouvé la réincarnation de la Reine Marie-Antoinette. Et que la magnétisée se conduisait comme la reine fredonnait des chansons de l’époque et avait stupéfié par ses réponses précises quelques personnes connues pour leurs recherches historiques.

    Le Baron ne s’en émut pas le moins du monde et lui répondit : « Donnez-moi une semaine, et je vous apporterai dans ce même salon, pas moins d’une demi-douzaine de réincarnations de la même reine.

    Comme le disciple s’en montrait fort surpris, car il est, disait-il- parfaitement impossible que plusieurs personnes partageasse la même réincarnation, Dupotet lui répondit : Sous l’effet du fluide , j’ai moi-même constaté que plusieurs personnes avaient accès à des informations secrètes ou historiques et impossibles à connaître dans leur état normal, car elles suivent en tout point la volonté et le désir de celui qui les dirige. De cette singulière disposition naturelle est née cette funeste croyance en la transmigration de l’âme. Prêtez-moi votre Marie-Antoinette, et je me charge en peu de temps de vous la transformer en Cléopâtre.

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  3. Bonsoir, dans le bouddhisme, bien que le terme employé dans tout les livres occidentaux traduits soit « réincarnation », il est impropre, le véritable sens qui serait bon d’employer est « transmigration de l’esprit », ce qui na rien à voir. Il ne sert à rien de vouloir justifié une religion, en tapant sur une autre, surtout que le bouddhisme n’est pas une religion, ni une sagesse, ni une philosophie de vie. La question d’un Dieu n’existant même pas dans le bouddhisme, ce qu’il ne veut pas dire qu’il le rejette ou l’accepte, c’est que la question ne se pose même pas, puisque que l’enseignement bouddhique se porte essentiellement sur le moment présent, ici et mainteant, avec notre état d’esprit. Quand à l’âme ça n’existe pas dans le bouddhisme. Bonne continuation

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s