Le sermon sur la montagne résumé et expliqué

sermon_sur_la_montagne_beatitudes_jesus_christ_douze_apotres_bienheureux

Voici un résumé de toute la doctrine de Jésus-Christ qu’Il a prononcé lors du sermon sur la montagne.

À lire et à faire circuler pour éviter que les innombrables ennemis, véritablement mal intentionnés (gnostiques, jansénistes, ordres initiatiques, quiétistes, réformes religieuses, sectaires, etc…), de Notre Seigneur utilisent Son nom à des fins perfides. Ceux qui sont à la recherche de la Vérité sans la trouver ne sont pas mis en cause, bien évidemment, car, l’époque est très difficile pour les justes.

« Sermon sur la montagne » tiré de l’excellent ouvrage « les principaux faits de l’histoire sainte » de l’abbé Bataille, en 1884, page 200 à 204.

« Le jour où Jésus choisit ses douze Apôtres, il y avait une grande foule autour de lui, venue des contrées les plus lointaines et recouvrant toute la montagne où il se trouvait. Il profita de cette affluence extraordinaire pour prêcher. Et s’étant assis, il prononça ce mémorable discours qui est comme le résumé de tout son Évangile, Il dit :

« Bienheureux les pauvres en esprit, parce que le royaume des cieux leur appartient !
Bienheureux ceux qui pleurent, parce qu’ils seront consolés !
Bienheureux les doux, parce qu’ils posséderont la terre !
Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice, parce qu’ils seront rassasiés !
Bienheureux les miséricordieux, parce qu’ils obtiendront miséricorde !
Bienheureux ceux qui ont le cœur pur, parce qu’ils verront Dieu !
Bienheureux les pacifiques, parce qu’ils seront appelés enfants de Dieu !
Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux est à eux !…
Réjouissez-vous, quand à cause de moi, le monde vous poursuivra de sa haine, de ses persécutions et de ses calomnies, car votre récompense sera grande dans les cieux. »

Et se tournant vers les Apôtres qui devaient être les chefs de son Église, il leur dit :

« Vous êtes le sel de la terre (chargés de préserver les âmes de la corruption). Si le sel vient à s’affadir, avec quoi lui rendra-t-on sa vertu ! Il n’est plus bon qu’à être jeté sur le chemin et foulé aux pieds.

Vous êtes la lumière du monde (chargés de l’éclairer par vos enseignements et vos exemples). On n’allume pas une lampe pour la cacher sous le boisseau, mais on la suspend au candélabre, afin qu’elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise devant les hommes, de telle sorte qu’en voyant vos œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. »

Et s’adressant de nouveau à la foule, il ajouta :

« Ne croyez pas que je sois venu détruire la loi de Moïse et les enseignements des prophètes ; je suis venu, non pour les détruire, mais pour les accomplir et les perfectionner… Et je vous le dis, si votre justice n’est pas plus parfaite que celle des Scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

Ainsi, l’on vous a dit simplement : vous ne tuerez pas ! Et moi, j’ajoute que celui qui se met en colère contre son frère, qui l’insulte et l’injurie, est déjà coupable. Et si, en allant porter votre offrande à l’autel, vous vous rappelez que votre frère a quelque chose contre vous, laissez votre offrande au pied de l’autel ; allez d’abord vous réconcilier avec votre frère, ensuite, vous reviendrez faire votre présent au Seigneur.

Vous avez également entendu ces paroles de vengeance : Dent pour dent ; œil pour œil ! Moi, je vous dis : n’opposez point violence à la violence ; si quelqu’un vous frappe sur la joue droite, présentez-lui l’autre.

On vous a enseigné : vous aimerez votre prochain et vous haïrez votre ennemi. Et moi, je vous dis : aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui vous persécutent ; priez pour ceux qui vous calomnient. Ainsi, vous serez les enfants de votre Père céleste, qui fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants. Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Prenez garde d’afficher vos bonnes œuvres pour attirer sur vous les regards des hommes. Quand vous faîtes l’aumône, ne sonnez point de la trompette devant vous, comme font les hypocrites (Pharisiens), pour recueillir les hommages de la foule. En vérité, je vous le dis : ils ont reçu toute leur récompense. Pour vous, quand vous faites l’aumône, que votre main gauche ignore ce que fait votre main droite ; et votre Père qui voit dans le secret vous le rendra.

De même, quand vous priez, n’imitez pas les hypocrites qui aiment à prier debout, au coin des rues, pour se faire remarquer ; en vérité, je vous le dis, ils ont reçu toute leur récompense. Mais vous, pour prier, retirez-vous dans le secret de votre demeure ; et votre Père, qui voit dans le secret, vous le rendra.

N’imitez pas non plus les Païens qui multiplient leurs prières, croyant qu’ils seront exaucés à force de paroles. Mais voici quelle sera votre prière :

Notre Père qui êtes aux cieux,
Que votre nom soit sanctifié ;
Que votre règne arrive ;
Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel ;
Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien ;
Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laissez pas succomber à la tentation ;
Mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

Ne vous amassez point de trésor sur la terre, où la rouille et les vers rongent, où les voleurs fouillent et dérobent. Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où il n’y a ni rouille, ni vers, ni voleurs. Là où est votre trésor, là est votre cœur. Nul ne peut servir deux maîtres à la fois. Ainsi vous ne pouvez servir Dieu et Mammon (le dieu des richesses).

Ne dites pas avec inquiétude : que mangerons-nous ? De quoi nous vêtirons-nous ? Considérez les oiseaux du ciel : ils ne sèment point, ils ne moissonnent point, ils n’amassent point dans les greniers ; et cependant votre Père céleste les nourrit. N’êtes-vous pas beaucoup plus que ces oiseaux ?… Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et le reste vous sera donné par surcroît. N’ayez donc pas de souci du lendemain ; à chaque jour suffit sa peine.

Ne jugez point, afin que vous ne soyez pas jugés ; ne condamnez point ; pardonnez, et l’on vous pardonnera ; donnez, et l’on vous donnera. On usera pour vous de la même mesure dont vous aurez usé pour les autres. Quoi ! Vous voyez un fétu dans l’œil de votre frère, et vous ne voyez pas une poutre dans le vôtre ! Viens, dites-vous à votre frère, que j’ôte cette paille de ton œil. Hypocrites ! Commencez par ôter la poutre de votre œil, et vous songerez alors au fétu qui pourrait se trouver dans l’œil de votre frère.

Entrez par la porte étroite ; car la porte large et la voie spacieuse sont celles qui mènent à la perdition, et nombreux sont les insensés qui s’y précipitent. Mais que la porte de vie est étroite ! Que la voie qui y mène est resserrée. Et qu’il y en a peu qui la trouvent !

Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits, sera coupé et jeté au feu. Ainsi, il ne suffit pas de dire : « Seigneur, Seigneur ! » pour entrer dans le royaume des cieux. Celui-là qui fait la volonté de mon Père, y sera seul admis.

Quiconque entend ces paroles et les accomplit, sera semblable à l’homme sage qui a bâti sa maison sur le roc ; la pluie et les torrents inondent la plaine, le vent souffle avec furie, mais la maison reste inébranlable sur le roc qui lui sert de base. Au contraire, celui qui écoute ma parole sans la mettre en pratique, ressemble à l’insensé qui a bâti sur le sable. La pluie et les orages venant à fondre sur cette maison, elle s’écroule et sa ruine est complète. »

Ainsi parla Jésus. Et le peuple était dans l’admiration, car il enseignait avec une autorité toute divine et non comme les Scribes et les Pharisiens.

Réflexions. Voilà un court résumé de toute la doctrine de Jésus. Oh ! Il y a des hommes qui ont imaginé et dit de belles choses. Mais qu’est-ce que cela, en comparaison de cet ensemble magnifique de vérités que Jésus est venu nous enseigner ? Qui a jamais parlé ainsi ? Qui a jamais osé entreprendre de commander aux hommes une perfection aussi surhumaine ? Qui a jamais dit des choses aussi sublimes et aussi sévères, avec cette simplicité, cette franchise et cette autorité qui s’impose ? Un homme ne peut faire cela ; et surtout, un homme ne peut arriver à faire pratiquer par ses semblables une pareille doctrine, et renouveler, par elle, la face de la terre, comme Jésus l’a fait. C’est que Jésus est Dieu. »

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2016/08/13/le-sermon-sur-la-montagne-resume-et-explique/

Publicités

2 réflexions sur “Le sermon sur la montagne résumé et expliqué

  1. Pingback: Réflexions sur le secret de la Franc-Maçonnerie | La France Chrétienne et son histoire

  2. Pingback: La victoire appartient aux catholiques | Saint Michel Archange

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s