L’orgueil gnostique de Descartes

l_orgueil_gnostique_de_descartes_conference_de_etienne_couvert

Publicités

Une réflexion sur “L’orgueil gnostique de Descartes

  1. « Nul ne saurait être victime de son génie s’il n’en a pas ; mais ceux qui n’en ont aucun sont parfaitement dans leur droit lorsqu’ils refusent d’être victimes du génie d’autrui. N’ayant pas fait les découvertes mathématiques de Descartes et de Leibniz, nous ne saurions être tentés de soumettre toute question aux règles des mathématiques ; mais c’est notre médiocrité même qui doit du moins nous aider à ne pas commettre cette erreur. Il y a plus d’une excuse à être Descartes ; mais il n’y en a pas la moindre à être cartésien. ». Étienne Gilson, L’Unité de l’expérience philosophique, Éditions Petrus a Stella 2016, p. 7.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s