Mémoires du Curé de Versailles – La prodigieuse lecture d’Antoine Arnauld

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IV – Les jansénistes
La prodigieuse lecture d’Antoine Arnauld

L’abbé de Saint-Cyran, qui avait eu de grandes liaisons avec cet évêque flamand, était à leur tête. Après sa mort, le sieur Antoine Arnauld devant leur chef, et, par un si mauvais parti qu’il prit contre son devoir et sa conscience, rendit presque inutiles les grands talents que Dieu lui avaient donnés pour écrire et une science fort étendue qu’il avait des Pères de l’Église et de la vénérable antiquité. Heureux s’il avait, par une si prodigieuse lecture, appris à se soumettre avec respect aux décisions de l’Église et à n’employer sa plume que pour écrire en sa faveur contre les hérétiques ! Quelle gloire n’eût-il pas acquise, si au lieu d’entreprendre de soutenir le livre et les sentiments de Jansénius, il en eût composé plusieurs de la force, de la solidité, de la beauté de ceux de la perpétuité de la foi et de l’apologie des catholiques ! Son nom serait à présent respecté de tout le monde et sa mémoire serait en bénédiction dans l’église.

Au lieu de prendre un parti si juste et qui convenait si bien à un docteur, il a employé toute sa vie, ou au moins la plus grande partie, à ces sortes de disputes sur la grâce qu’on peut dire avec l’apôtre être plus propres à produire la dissension dans l’Église que l’édification de ses enfants. Une opinion qu’il voulut soutenir sur la chute de Saint-Pierre, prétendant que toute grâce lui avait manqué, se fondant sur quelques passages de saint Augustin et de saint Jean Chrysostome, qu’il voulut ensuite défendre avec opiniâtreté, ne déférant point au jugement qu’en porta la faculté de théologie de Paris, après différentes monitions qui lui furent faites, le fit chasser de Sorbonne où on effaça son nom du catalogue des docteurs. Cette humiliation ne le rendit point plus énervé, il s’attacha toujours à la même doctrine sur la grâce et à défendre le livre de Jansénius.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_la_prodigieuse_lecture_d_antoine_arnauld.pdf

Publicités