Mémoires du Curé de Versailles – la plume du sieur Pascal et les lettres provinciales

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
La plume du sieur Pascal et les lettres provinciales

Rien ne fit plus de tort aux Jésuites que ce parti que prirent les jansénistes de déclamer en secret et en public contre les principes de leur morale. Ils employèrent pour y mieux réussir la plume du sieur Pascal, à qui ils fournirent tous les mémoires nécessaires pour venir à bout de ce qu’ils prétendaient. Ç’a été l’occasion du fameux livre « Les Lettres provinciales ». Il est vrai que dans les premières de ces lettres on y voit également rendre ridicules les sentiments des thomistes et des molinistes sur la grâce suffisante, ce qui fait connaître combien en ces premiers temps les jansénistes étaient éloignés du thomisme, dont ils ont voulu se couvrir dans la suite pour soutenir leurs opinions. Mais il est aisé de s’apercevoir que le but principal des ennemis des Jésuites dans ce livre a été de persuader à tout le monde que leur morale était abominable et qu’on devait regarder comme des directeurs très préjudiciables à la conduite des âmes.

Les Jésuites eux-mêmes s’aperçurent bientôt des effets que produisit ce livre, car ils avouent que leurs confessionnaux en devinrent moins fréquentés, que plusieurs personnes les abandonnèrent, que partout on les regardait comme gens d’une doctrine suspecte et qu’enfin les jansénistes avaient réussi à les faire mépriser et haïr. Il ne tint pas à ces messieurs que les princes les éloignassent de leurs cours par les idées qu’on inspirait de la conduite des Jésuites ; on les présentait comme gens ennemis des rois, favorisant dans leurs opinions celles qui permettaient d’attenter à leur vie.

Ce livre dont je parle fut d’autant plus propre à animer bien des gens contre ces pères qu’il est écrit de la manière du monde la plus agréable ; ses expressions en sont enjouées, le tour délicat, le langage pur, les railleries fines et piquantes, ce qui le faisait lire avec autant de curiosité que de plaisir. Quelques soins que les Jésuites prissent pour le faire condamner et brûler, ils ne purent venir à bout de le supprimer. Le sieur Nicole le traduisit en latin avec des notes sous le nom de Vendrock pour le faire plus aisément passer chez les étrangers; on le traduisit aussi en diverses langues, de sorte que de tous côtés on en trouvait un grand nombre d’exemplaires parfaitement bien imprimés et connus partout comme d’un livre très agréable à lire et capable de beaucoup divertir.

C’est aussi ce qui donna tant d’envie aux courtisans d’en faire la lecture. Comme on est ordinairement porté à écouter assez volontiers la satire, on trouvait en ce livre tout ce qu’on pouvait désirer en ce genre ; les traits satirique y étaient très adroitement ménagés et tournés d’une manière si réjouissante que dès qu’on avait commencé de le lire, on ne pouvait le quitter qu’on n’en eût entièrement achevé la lecture. Jamais les livres sanglants d’Hospinien, célèbre protestant, contre les Jésuites, ni tous ceux sortis de semblables hommes ne portèrent des coups plus vifs à ces pères que ces « lettres provinciales ».

C’est en partie à leur occasion qu’il vint à la mode de parler partout contre la morale relâchée. On entendait de jeunes prédicateurs plus hardis que savants en faire la matière de leurs invectives, quand ils se persuadaient se faire quelque réputation en déclamant contre les opinions des auteurs de cette morale. On ne parlait presque d’autre chose dans les compagnies, chacun se faisait mérite d’en condamner les principes, et j’ai été souvent le témoin qu’à la Cour ceux qui étaient les plus libertins en parlaient avec le même feu que si leur vie était une condamnation de ces opinions relâchées.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_la_plume_du_sieur_pascal_et_les_lettres_provinciales.pdf

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.