Mémoires du Curé de Versailles – Les quarante docteurs de Sorbonne

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Les quarante docteurs de Sorbonne

On vit paraître, lorsqu’on y pensait le moins, un écrit dans le monde qui devait imposer par la signature de quarante docteurs de Sorbonne, entre lesquels il y en avait plusieurs distingués par leur érudition, leurs mérites personnels ou par les places qu’ils occupaient dans l’Église. C’était un cas de conscience, qu’on faisait croire être arrivé en province, et sur lequel on demandait la résolution des docteurs. Plusieurs crurent que ce cas était une pure supposition, d’autres le prirent pour véritable ; les uns le disaient arrivé en Normandie, d’autres publiaient s’être passé dans l’Auvergne, mais, comme il importe fort peu de savoir le lieu où ce cas s’est forgé et disputé, s’il est feint ou véritable, il faut venir au fond de l’histoire et en dire ce qui a été connu de tout le monde.

On suppose donc un confesseur qui consulte la Sorbonne sur l’état de la conscience d’un ecclésiastique, qu’on prétend être un homme vertueux et d’une conscience fort timorée. Cet honnête homme, tel qu’on veut le représenter, a plusieurs difficultés qui l’embarrassent ; sans nous arrêter à toutes celles qui ne font rien à notre sujet, on est en peine de savoir si cette personne scrupuleuse est en état de recevoir les sacrements dans la disposition où il se trouve sur l’affaire du jansénisme. On déclare qu’il condamne fort sincèrement les cinq propositions, dans leur sens naturel, sans restriction, mais qu’au regard du fait, il croit qu’il suffit d’avoir une soumission de respect et de silence à ce que l’Église a décidé, c’est-à-dire qu’il souhaite savoir si cet ecclésiastique est en sûreté de conscience qui, condamnant avec l’Église les cinq propositions, ne croit pas qu’elles se trouvent dans le livre de Jansénius, ni par conséquent qu’elle ait pu les condamner dans le sens de cet auteur, croyant franchement que, ne s’étant pas trompée dans la question du droit, elle s’est trompée dans le fait, ayant attribué à Jansénius un sens hérétique qu’il ne trouve pas dans son livre, étant persuadé que l’Église n’a pas reçu de Jésus-Christ l’infaillibilité à l’égard de ces sortes de faits, quoique cependant il pense devoir avoir une soumission de respect et de silence et ne point écrire ni parler contre ce qu’elle a décidé. Car c’est ainsi ce me semble, qu’on doit entendre ce prétendu cas de conscience.

Il était de l’intérêt du parti des jansénistes que la résolution des docteurs lui fût favorable, aussi employa-t-il tous les artifices possibles pour y réussir. Il se servit d’un jeune ecclésiastique du diocèse de Paris, nommé Bourlet, de race et d’inclination jansénistes. Il avait quelque accès à l’archevêché, parce qu’on en avait dit beaucoup de bien au prélat et qu’on lui avait caché avec soin son penchant vers la nouvelle doctrine. Il s’acquitta exactement de cet emploi, qui marquait la confiance qu’on avait en lui. Il porta ce cas de conscience de maison en maison à plusieurs docteurs. Il engagea d’abord quelques-uns d’entre eux de le signer, leur faisant entendre qu’ils feraient plaisir à M. l’archevêque de Paris ; il en surprit d’autres par ses premières signatures, leur faisant connaître qu’ayant été déjà signé par de très habiles docteurs de la Faculté ils pouvaient faire la même chose sans scrupules.

Quelques-uns plus prudents demandèrent du temps pour réfléchir sur ce qu’on demandait d’eux, d’autres voulurent qu’auparavant de se déterminer à cette signature, il leur laissât quelques jours l’écrit pour l’examiner à loisir et ne pas précipiter légèrement leur sentiment sur une affaire qui pouvait être de conséquence ; mais on ne jugea pas à propos de leur accorder ce qu’ils désiraient, de peur sans doute que, par un sérieux examen, on ne reconnût l’artifice qui était cachée sous ce prétendu scrupule de conscience. Il y en eut qui, sans tant de façons, donnèrent leur seing, leur suffisant de voir que d’autres docteurs n’avaient pas fait de difficultés de le signer. Enfin, par son savoir-faire, il obtint la signature de quarante docteurs de Sorbonne, qui ignoraient sans doute l’usage qu’on en voulait faire et qu’on avait eu le soin de dissimuler.

Le parti se crut pour lors au-dessus de ces affaires. Il se persuada que l’autorité de tant de personnes de distinction imposerait au public, qu’on reviendrait des préjugés que bien des gens avaient contre le jansénisme, qu’on les plaindrait dans leur malheur et qu’on reviendrait à leur égard. Ils ne manquèrent pas de faire imprimer cette consultation et la réponse des docteurs, avec leurs noms et leurs signatures, et on en répandit des exemplaires à l’infini dans tout le Royaume. Je ne sais comment il arriva que pendant un temps assez considérable on fut dans une espèce d’assoupissement sur cette affaire, je ne sais si on la regarda comme une chose assez indifférente.

Le premier qui enfin la releva fut M. de Champflour, vicaire général du diocèse de Clermont et abbé de la cathédrale de cette ville, qui est l’une des premières dignités du chapitre ; son zèle fut peu de temps après récompensé par l’évêché de la Rochelle, où il fut promu. Dès qu’on eut commencé d’entamer cette affaire, on se réveilla du profond assoupissement où il paraissait qu’on avait été. Les jansénistes avaient adroitement profité de ce silence, leur joie fut très courte et ils connurent par leur expérience que, si l’ennemi veille pour répandre de l’ivraie dans le champ du seigneur pendant que sont endormis ceux à qui le soin en a été confié, la vigilance du père de famille sur son héritage ne peut se laisser surprendre. Les pasteurs de l’Église, voyant le piège qu’on avait tendu aux simples, s’animèrent à ôter le scandale de la maison de Dieu ; on vit plusieurs mandements de ces vigilants évêques qui réprimèrent la témérité de ces ouvriers d’iniquité. L’archevêque de Paris fut un des premiers qui condamna vigoureusement ce cas de conscience et confondit par sa très sage censure ceux qui, sur le rapport du sieur Bourlet, avaient cru qu’il y avait eu part.

Le Roi, étant informé de ce qui se passait, relégua ce jeune homme dans le fond de la Bretagne et ordonna que les docteurs, qui avaient approuvé par leur seing cette consultation, en rétractassent leur signature. La plupart le firent sans peine, peut-être que la crainte des lettres de cachet détermina quelques-uns de se prêter de donner leur rétractation, d’autres le firent de bonne foi et reconnurent qu’on les avait trompés pour exiger d’eux ce qu’ils avaient fait sans assez de précautions et sans aucun attachement pour le parti.

Il était très véritable que plusieurs de ces docteurs lui avaient été toujours fort contraires, et de là on pouvait conclure que leur rétractation était sincère. Trois d’entre eux se distinguèrent par leur opiniâtreté : le sieur de Lens, théologal de Rouen, le sieur Petitpied, professeur de Sorbonne  et le P. Gueston, chanoine régulier de Saint-Victor. Ils ne portèrent pas loin la peine de leur désobéissance ; ils furent exilés. Les sieurs de Lens et Gueston se reconnurent dans la suite, le seul M. Petitpied refusa absolument de se reconnaître ; le lieu de son exil ne le changea point, quoiqu’on fît tout ce qu’il fût possible de pour le faire rentrer en lui-même. Il prit enfin le parti de sortir secrètement du royaume, il passa en Suisse et on ne sait enfin ce qu’il était devenu.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_les_quarante_docteurs_de_sorbonne.pdf

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.