Mémoires du Curé de Versailles – Le Bref du pape et les libertés de l’Église Gallicane

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Le Bref du pape et les libertés de l’Église Gallicane

Dès qu’on eut appris à Rome ce qui se passait, le Pape Clément XI, qui tient encore aujourd’hui le siège de Saint-Pierre, condamna par un bref ce cas si fameux. Comme il n’avait pas observé ce qu’on exige en France pour la réception de ces sortes de brefs, ou principalement on n’y reçoit point ceux qui sont donnés « proprio motu », quelques évêques ayant en conséquence de ce même bref fait leurs mandements pour la condamnation de cet écrit, ils furent condamnés par le Parlement. Celui de Paris condamna ceux de Monseigneur l’évêque de Clermont et de M. de Poitiers, celui de Bordeaux prononça contre lui de Monseigneur l’évêque de Sarlat et le Parlement d’Aix porta un même jugement contre celui de Monseigneur l’évêque d’Apt.

Ce n’est pas que ces tribunaux différents approuvassent en rien la doctrine mauvaise du cas de conscience, mais ils se crurent obligés de maintenir par leurs arrêts les libertés de l’Église Gallicane, dont l’une est d’empêcher autant qu’il est possible que les papes usurpent une juridiction immédiate sur les églises de ce royaume, qui en cela même s’est toujours inviolablement attaché aux anciens canons dans l’observation desquels il veut et doit se maintenir. Ce n’est pas aussi qu’on veuille en rien manquer dans la France au respect qui est dû au Saint-[Siège] et aux Souverains Pontifes qui [y] sont élevés, puisque, dans les occasions et souvent par appel, on a recours à ce souverain tribunal, comme nous l’avons vu si souvent de nos jours et en particulier dans toute la suite de cette affaire qui regarde le jansénisme. Mais chacun est jaloux de conserver ses droits : de sorte qu’en France, conservant toujours la profonde vénération que nous devons avoir pour les successeurs de Saint-Pierre et l’obéissance que nous leur devons comme aux vicaires de Jésus-Christ, nous vivons selon nos anciens usages, desquels nous ne croyons pas devoir nous écarter, ce qui nous a été transmis par nos pères et desquels nous faisons gloire d’imiter la conduite.

Ç’a donc été pour se maintenir dans ces droits anciens et vénérables qu’après que les Parlements se furent opposés à l’introduction d’une coutume contraire à nos privilèges et eussent défendu de recevoir des brefs de Rome et de les publier lorsqu’ils n’étaient pas selon l’ordre établi par nos pères, le Roi, connaissant l’importance de l’affaire dont il s’agissait et qu’il voyait, comme on lui fit entendre, que s’il ne s’opposait pas avec toute la rigueur possible à la doctrine contenue dans ce cas de conscience et la décision des quarante docteurs, tous les soins qu’on avait pris d’extirper la doctrine de Jansénius allaient être absolument inutile, s’adressa pour lors au Pape, le priant de condamner dans les formes cet écrit captieux, l’assurant qu’on recevrait ses décisions et qu’il les ferait publier dans toute l’étendue de ses États.

Le Pape n’eut pas de peine à se rendre à la prière du Roi ; il expédia un bref très fort, dans lequel il condamne ce libelle en des termes les plus précis et les plus foudroyants dont on peut se servir et prie le Roi d’exterminer de la France ces esprits brouillons et inquiets qui continuent de troubler la paix de l’Église et emploient toujours de nouveaux moyens pour renouveler les contestations terminées par les bulles des papes ses prédécesseurs et pour éluder la condamnation qu’ils ont faite du livre, de la doctrine et des propositions de Jansénius. Quand le Roi eut reçu ce bref, il l’envoya aussitôt à tous les évêques de son royaume et les obligea de le recevoir et de le publier dans leurs diocèses. J’étais déjà dans le mien lorsque nous reçûmes ses ordres et nous y répondîmes tous par l’obéissance que nous devons à ces deux puissances ; on fit partout des mandements qui marquaient le respect avec lequel nous recevions ce bref du Pape, et nous condamnions l’écrit duquel il s’agissait.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_le_bref_du_pape_et_les_libertes_de_l_eglise_gallicane.pdf

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.