Mémoires du Curé de Versailles – Un évêque qui se soumet et n’obéit pas

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Un évêque qui se soumet et n’obéit pas

Un seul de notre corps se distingua dans cette occasion du reste de tous ses confrères. Monseigneur de Montgaillard, évêque de Saint-Pons de Tomières fit un très long mandement sur ce bref du Pape ; il employa toute son érudition pour prouver qu’il était contraire à ce que le Pape Clément IX avait autrefois fait pour rétablir la paix dans l’Église de France et aux sentiments des vingt-trois évêques qui, dans leur écrit qu’ils envoyèrent à Rome et dont lui-même avait été du nombre et le seul qui restât en vie, avaient fait connaître que pour le bien de la paix on devait, en faisant sincèrement condamner les cinq propositions, se contenter d’un respectueux silence sur la question du fait.

C’est ce que M. de Saint-Pons entreprit de traiter à fond dans son mandement, où il dit fort nettement que les questions de fait dont il s’agit maintenant n’étaient que des minuties et qui ne méritaient pas que l’Église s’y fût arrêtée pendant près de soixante ans qu’on les agitait de part et d’autre. Il ne pouvait d’ailleurs digérer que, parce dernier bref du Pape, les sentiments des vingt-trois évêques, et conséquemment les siens, fussent si solennellement condamnés. Cependant, après avoir longtemps disputé dans son vaste mandement pour soutenir ses premières opinions, sur la fin il déclare se soumettre à ce bref et en ordonne la publication dans son diocèse : c’était détruire d’une main et bâtir de l’autre, se soumettre et ne pas obéir, recevoir le bref du Pape et prouver qu’il ne devait pas être reçu, le reconnaître juste puisqu’il en ordonnait la publication et montrer qu’il était insoutenable puisqu’il était contraire à ce que lui et vingt-deux autres évêques avaient pensé, dit, écrit, et envoyé au Pape.

Ce mandement ne pouvait pas ne point faire beaucoup de bruit dans le monde ; je suis très persuadé que ce prélat en voyait mieux que personne les conséquences. On entreprit d’y répondre. Monseigneur l’archevêque de Cambrai composa cinq volumes pour montrer évidemment le pouvoir infaillible de l’Église sur la condamnation des propositions hérétiques, des livres et des sens de leurs auteurs. La lecture que le sieur de Lens, théologal de Rouen, fit de ces ouvrages de cet illustre prélat l’engagea de rétracter la signature du cas de conscience, ce qu’il n’avait point fait jusqu’alors ; il m’avoua, en revenant de Périgueux, lieu de son exil, et passant par Agen, que les forts raisonnements des livres de M. L’archevêque de Cambrai l’avaient absolument fait revenir de ses premiers sentiments. Ils ne produisirent pas les mêmes effets sur l’esprit de Monseigneur l’évêque de Saint-Pons. Il entreprit même de les combattre : Il le fit par des lettres qu’il écrivit à cet archevêque qui, soutenant la bonne cause, ne demeura pas sans réponse. Ces combats de plumes et d’écritures durèrent quelque temps ; l’archevêque y eut tout l’avantage.

Cependant le Roi fit connaître à l’évêque de Saint-Pons son mécontentement sur le mandement qu’il venait de faire. Sa Majesté était déjà depuis longtemps prévenue contre ce prélat, qui avait toujours paru donner dans les opinions nouvelles. Il avait eu de gros différends avec son chapitre sur des changements extraordinaires qu’il avait faits, dans le bréviaire, le calendrier et l’office ; il avait eu de furieuses disputes avec les récollets (note : les récollets sont des religieux franciscains réformés) sur ce qui regarde la dévotion à la Sainte Vierge. Il eut la douleur de voir tout ce qu’il avait écrit flétri à Rome par des censures et ses livres mis dans l’index ; cependant rien de tout cela n’avait pu l’arrêter et l’obliger au moins de garder un profond silence.

D’ailleurs le Roi avait ressenti ce qu’il avait fait dans quelques assemblées du clergé de sa province, par les protestations qu’il avait faites contre ce qui serait réglé par l’Assemblée Générale ; Sa Majesté était aussi très indignée que, pendant une assemblée des États du Languedoc, où il s’était trouvé en qualité d’évêque de cette province, il y eût donné quelques écrits extraordinaires. Ainsi le Roi, indigné contre la conduite et les sentiments particuliers de ce prélat, le fit menacer de lui faire faire son procès dans les formes. On avait chargé M. l’archevêque de Narbonne, son métropolitain, de le faire et de se joindre pour cela quelque autre prélat ; mais, soit que cet archevêque craignit d’entrer dans cette affaire, soit qu’il entrevoit qu’il aurait de la peine d’y réussir, ayant à faire à un évêque capable d’allonger à l’infini la procédure dont peut-être ne verrait-il pas la fin, il proposa de remettre la décision de cette affaire au jugement de l’Assemblée Générale du Clergé qui devait se tenir à Paris au mois de mars de l’année 1710. Il se tirait par ce moyen d’intrigue, mais ce n’était pas terminer ce différend qui faisait beaucoup de bruit dans le monde.

On voulut cependant tenter encore une autre voie de douceur pour ramener doucement ce prélat à son devoir. Monseigneur La Broue, évêque de Mirepoix, prélat très savant, fut chargé de conférer avec lui sur cette affaire ; ces conférences furent très inutiles. L’Assemblée était prête de se tenir et on ne doutait pas que le mandement de M. de Saint-Pons n’y fût examiné et condamné par les évêques : on était dans cette attente lorsqu’il parut un bref du Pape qui le condamnait très vivement, qui même menaçait cet évêque d’aller incessamment lui faire son procès.

Quoiqu’on fût très porté en France de condamner la doctrine du mandement de l’évêque de Saint-Pons, on ne pouvait approuver ce bref, entièrement contraire à nos usages. Le Parlement de Paris selon sa coutume en prit connaissance. M. Fleury, avocat général, fit sur cette affaire un plaidoyer très éloquent pour la défense de nos libertés et pour faire voir combien ce bref y était opposé, parce que le Pape y paraissait vouloir exercer une juridiction immédiate sur les évêques et les églises de ce royaume et qu’il voulait par lui-même faire le procès de M. de Saint-Pons, ce qui ne s’était point encore pratiqué. C’est aussi sur ses conclusions que le Parlement défendit la publication de ce bref, ordonna qu’on en supprimerait les exemplaires et qu’on rechercherait ce qui l’avait répandu en France.

Cependant on ne doutait pas que l’Assemblée du Clergé qui se tenait pour lors n’examinât l’affaire de ce mandement, M. l’évêque de Saint-Pons en était persuadé lui-même ; il fit imprimer plusieurs écrits, dans l’un desquels il montrait que dans nos Assemblées du Clergé on n’a pas le droit de faire le procès aux évêques, qu’il faut dans ces occasions importantes observer exactement les lois et la discipline de l’Église, qu’il y faut procéder selon les Saints-Canons, que par conséquent il faut renvoyer ces sortes de causes aux évêques de la province et au concile provincial. Il fit distribuer aux évêques de l’Assemblée, et à tous les autres qui n’y étaient pas, ces mêmes écrits. Je ne sais pas s’ils furent la cause de cette affaire ne fut point traitée dans cette Assemblée, dans laquelle on n’en parla pas, mais quelques prélats de ceux qui la composaient me mandèrent qu’on croyait que le Roi avait pris son parti dans écrire au Pape, pour avoir de lui une condamnation dans les formes et selon nos usages de ce fameux mandement de M. l’évêque de Saint-Pons. C’est l’état présent de cette affaire dans le temps que j’écris ces mémoires, auquel j’ajouterai ce qui aura été déterminé, si l’occasion s’en présente.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_un_eveque_qui_se_soumet_et_n_obeit_pas.pdf

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.