Mémoires du Curé de Versailles – Le prêtre Molinos

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes

Le prêtre Molinos

Un prêtre espagnol nommé Molinos attira à lui une infinité de disciples de tous états, de tous sexes et de toute condition. Sa manière de vie, qui paraissait extérieurement très mortifiée, le détachement apparent de toutes créatures, des honneurs, des biens, des plaisirs, son air modeste et composé, sa vie retirée, ses paroles qui semblaient pleines d’onction le firent admirer et suivre dans la capitale du monde chrétien. Déjà sa réputation s’était répandue partout, et il était consulté de près et de loin par les personnes les plus éclairées ou celles qui se croyaient appelées de Dieu dans les exercices d’une vie plus intérieure. On recevait ses réponses comme des oracles, et l’on ne pouvait pas croire qu’un si rare homme fût trompé par le démon et lui servit pour tromper les âmes.

Mais Dieu, qui veille toujours à la conservation de ses élus, fît enfin découvrir le venin qu’il répandait et qu’il avait toujours caché avec une adresse merveilleuse, car il recommandait un secret inviolable aux âmes qu’il avait initiées à ces mystères d’iniquité et, pendant qu’il ne parlait aux autres que de perfection, de sainteté, de mortifications, de détachement universel de toutes choses, des voies de Dieu dans l’oraison et de la contemplation la plus sublime, il s’expliquait aux autres d’une manière bien différente. Il leur enseignait des abominables principes et souvent même, avec des femmes qu’il avait séduites, il commettait des abominations dont on ne peut parler avec pudeur.

M. le cardinal d’Estrées étant pour lors à Rome pour les affaires du Roi et du Royaume eut connaissance de cet affreux dérèglement capable de produire des maux infinis. Il en parla à Innocent XI, à qui le Roi en avait aussi écrit sur les mémoires, qu’il en avait reçus. Ce saint Pape, qui jusqu’alors sur le rapport de plusieurs personnes illustres par leur rang et leur piété avait eu beaucoup d’estime pour ce prêtre, eut de la peine à croire ce qu’on lui en dit de mal. Cependant il promit de s’en faire exactement informer et d’y apporter de prompts remèdes, en cas que les crimes dont on accusait cet imposteur se trouvassent véritables. Le temps de ces enquêtes et informations dura assez longtemps, car à Rome on est dans l’usage de ne pas se presser beaucoup dans la décision des affaires et principalement lorsqu’elles sont importantes, et en cela ils en usent avec beaucoup de sagesse.

On ne fut que trop clairement convaincu de la vérité des faits qu’on avait avancés tant sur la mauvaise et pernicieuse doctrine de Molinos que sur sa conduite personnelle et sur celle qu’il tenait à l’égard de ses disciples, et principalement avec ses pénitentes ou ses dévotes ; on ne put donc se dispenser de l’arrêter et de le faire enfermer à l’Inquisition. On instruisit son procès : outre son livre de la Guide spirituelle, qu’on fit examiner par les qualificateurs du Saint-Office, on eut plusieurs dépositions qui regardaient les principes qu’il enseignait et qui étaient horribles ; on entendit aussi grand nombre de témoins sur ce qui regardait ses actions, et l’on trouva de quoi le condamner à des peines très grave. On ne procéda qu’avec beaucoup de lenteur à son procès ; peut-être le nombre et le rang de ceux qui tâchaient de le tirer de ce mauvais pas étaient la cause de ces longs délais.

Le cardinal d’Estrées, d’un autre côté, employait toute sa vivacité à presser sa condamnation. Il informait le Roi de tout ce qui se passait. Enfin, comme on remettait de jour en jour le jugement de cette affaire, le Roi écrivit à ce cardinal pour représenter au Pape que tous les gens de bien étaient scandalisés de ces délais, qu’il était extraordinaire qu’à Rome, où l’on doit avoir plus de zèle qu’ailleurs pour s’opposer aux nouvelles doctrines, on eut été si longtemps à être informé de l’abomination de celles du prêtre Molinos et qu’on ne l’était pas moins des longueurs qu’on apportait à la finir, qu’il fallait que le Pape se déterminât promptement à prendre son parti, ou qu’il verrait ce qu’il lui conviendrait de faire dans une occasion où la religion était si fort intéressée. Le cardinal s’acquitta très exactement des ordres qu’il avait reçus. On vit bien qu’on ne pouvait plus reculer, on se hâta de finir les procédures et, pour abréger en peu de mots cette histoire, Molinos, atteint est convaincu d’une doctrine et d’une vie très abominables, fut condamné à une prison perpétuelle, ayant préalablement abjuré en pleine église ses erreurs. Il fit cette abjuration ; on assure qu’il y parut d’un air ferme et intrépide, après quoi il fut conduit en prison où, après plusieurs années, il a enfin fini ses jours.

Il y a quelque apparence qu’il avait des commerces de lettres avec quelques personnes de France. Son livre n’y était pas inconnu à plusieurs ; ses principes l’étaient encore moins. On était averti qu’il courait dans le monde quelques livres de mystique ou dont on a usé ou qui, n’étant pas bons et conformes aux sentiments de l’Église, produisaient de forts mauvais effets dans les âmes des simples qui n’avaient pas assez de pénétration et de lumière pour se garantir contre les erreurs et illusions. Les évêques s’en étant aperçus dans leur diocèse y apportèrent les remèdes convenables, mais ils ne suffirent pas pour arrêter le progrès du mal, qui était devenu considérable par le nombre des personnes abusées et par la facilité que ces auteurs mystiques prétendaient y avoir d’élever les âmes sans beaucoup d’efforts et de peine à la contemplation la plus simple et la plus élevée.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_le_pretre_molinos.pdf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.