Mémoires du Curé de Versailles – Le Père La Combe

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
Le Père La Combe

Ce père avait de la réputation pour sa capacité ; il passait aussi pour très vertueux. Cette jeune dame s’attacha à sa direction et ensuite, ce qui lui fut infiniment funeste, à sa personne. Il y a de l’apparence que ce prêtre avait déjà des sentiments outrés sur la théologie mystique et qu’il en portait trop loin les principes, et dont il en tirait de très mauvaises conséquences. Il conseilla à sa pénitente de s’appliquer à la lecture de ces livres mystiques, et je crois que ce fut l’une des sources de son malheur. Comme elle avait tout l’esprit du monde, ce genre d’écrire et de penser lui plut infiniment. Elle raffinait elle-même beaucoup sur ces ouvrages et sur les expressions de ces auteurs ; elle ne se regardait plus comme disciple de ces théologiens, elle crut en [savoir] au moins autant qu’eux et prit le parti et la résolution de s’en faire au moins la compagne et même de porter le plus de monde qu’elle pourrait à cette sorte de spiritualité sublime, dont très peu sont capables, je dis même de celle qui est la plus approuvée et qui a été pratiquée par les plus grands saints.

Le temps que le Père La Combe devait demeurer à Montargis étant près d’expirer, elle prit la résolution de le suivre où il serait envoyé par ses supérieurs. Elle se défit pour ce sujet de l’administration de ses biens, en laissa la jouissance à deux de ses enfants ; elle résolut de mener avec elle une seule fille qu’elle avait, qui était encore très jeune, et se réserva pour elle une pension, 2000 livres ou peu davantage, d’un très gros bien qu’elle possédait.

Pour empêcher qu’on ne crût que l’attachement qu’elle avait pour le Père La Combe fût la seule cause de la résolution qu’elle avait prise, elle alla, pendant quelque temps, demeurer à Paris, chez les Nouvelles Catholiques, qui avaient aussi des maisons dans le diocèse de Genève, où le père La Combe avait reçu ordre de se rendre. Elle fit comprendre aux demoiselles qui conduisaient cette maison que Dieu lui avait inspiré un ardent désir de travailler comme elles faisaient à la conversion des hérétiques de son sexe et qu’elle sacrifierait pour une si bonne fin le bien qui lui restait, son temps, ses soins, sa santé et sa vie. Elle proposa même adroitement l’envie qu’elle sentait sous ce spécieux prétexte d’aller dans le pays de Genève pour y combattre l’erreur dans les endroits où elle avait pris naissance et y avait fait des maux infinis. Son bel esprit, la vertu dont elle faisait profession, ce zèle apparent de travailler à la sanctification des âmes déterminèrent ces bonnes filles à consentir à ce qu’elle désirait, ne sachant rien de ces liaisons si étroites qu’elle avait avec ce barnabite et ne pouvant connaître quelle était la raison la plus forte qui l’engageait à entreprendre ce voyage et s’éloigner de sa famille et de son pays.

Elle partit donc de Paris avec son Père et alla demeurer dans la maison des Nouvelles Catholiques, dans le Chablais. Elle y acquit d’abord beaucoup de réputation ; elle avait le talent de se faire estimer par ses manières adroites, spirituelles et très insinuantes. Elle commença à y répandre sa doctrine et ses sentiments ; elle trouva le moyen d’avoir l’entrée dans quelques maisons de religieuses, et, parmi ces filles, elle en rencontra de propres à ses desseins ; elle ne manqua pas de leur insinuer ses opinions sur la vie mystique et engagea quelques-unes d’entre elles, portées par un esprit de curiosité ou de légèreté si ordinaire aux personnes de leur sexe. Elle eut aussi l’adresse de faire connaissance avec les Pères Carmes déchaussés de ce diocèse ; elle en fut estimée et, comme ces vertueux religieux travaillent beaucoup à la vie intérieure, ils y laissèrent d’autant plus facilement surprendre qu’ils ne purent s’apercevoir que sa doctrine s’écartait de celle de leur vénérable fondatrice et du bienheureux Jean de la Croix. Peut-être aussi qu’elle avait le soin, comme je n’en doute pas, de ne leur parler que le langage de ces saintes âmes dont elle avait lu souvent les ouvrages.

Monseigneur Jean d’Arenthon était pour lors évêque de Genève ; il était un des plus grands prélats de son temps, zélé, très vigilant, très docte, fort appliqué à tous les devoirs de la vie épiscopale, et, pour renfermer en un seul mot tous les éloges qu’il mérite, il était le très digne successeur de l’incomparable Saint-François-de-Sales. Ce vertueux prélat s’aperçut de ce qui se passait et, par sa vigilance ayant approfondi tout ce qu’on tenait fort secret, il donna de sages avis au Père La Combe et à Mme Guyon et conseilla à celle-ci de s’en retourner à Paris et d’être plus circonspecte dans sa conduite et dans ses sentiments sur des matières très abstraites d’oraison sur lesquelles on devait avoir des précautions infinies. Ce vénérable évêque ne laissa pas que de lui donner un bon témoignage sur sa vie et ses mœurs, et d’en écrire ensuite assez avantageusement lorsqu’on le pria de dire ce qu’il avait remarqué en cette dame.

Elle devait profiter des conseils que M. d’Arenthon lui avait donnés et revenir à Paris pour y demeurer cachée. Au lieu de les suivre, elle résolut d’aller en Italie, où les supérieurs du Père La Combe l’obligèrent de se rendre, et ils demeurèrent tous deux à Verceil, qui était le lieu de la résidence de ce Père. Ce fut là qu’il composa en latin son analyse sur la théologie mystique, qui fut quelques années après condamnée à Rome et à Paris, comme nous le verrons bientôt. C’est dans cette ville que Mme Guyon avoue, dans sa propre vie qu’elle a écrite et que j’ai lue, qu’ayant une grande compassion de l’état intérieur du Père La Combe, qui avait encore de certains attachements très difficiles à rompre qui regardaient la vertu (car dans ses principes il fallait être très indifférent sur cela même), elle fit le sacrifice de sa beauté en sa faveur. Il ne s’agissait pas de la beauté du visage, mais de celle de l’âme, dont elle ne prétendit faire qu’une perte apparente, conservant toujours devant Dieu la pureté de cœur lorsqu’elle avait un commerce déréglé avec son directeur. C’est ce qu’elle-même a expliqué dans son livre des cantiques, exposant ses paroles de l’époux : « Je me suis dépouillé de mes habits, comment les pourrais-je reprendre ! ».

Ce commerce ne fut pas si secret qu’on n’en aperçut quelque chose ; on en donna même avis à M. le duc de Savoie, qui fut sur le point de donner ses ordres pour les arrêter. Apparemment qu’on les avertit de la résolution de ce prince ; ils se dérobèrent à sa vigilance, se retirèrent du Piémont, revinrent en France, croyant y devoir être plus en sûreté. Mme Guyon passa à Grenoble, y fit quelque séjour, pendant lequel elle se glissa dans quelques communautés de filles, qu’elle infecta de ses erreurs : M. le cardinal Le Camus en eut connaissance et remédia très secrètement au mal qu’elle avait fait et la détermina quitter son diocèse. Elle vint à Lyon, où elle fit imprimer son Moyen Court et son explication du Cantique des Cantiques avec l’approbation de quelques docteurs. Elle ne mit pas son nom à ces deux ouvrages, mais personne n’ignorait qu’ils ne fussent de sa composition ; elle en distribua un grand nombre d’exemplaires ; les libraires de leur côté en vendirent encore davantage, de sorte qu’ils furent en peu de temps répandus dans toute la France.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_le_pere_la_combe.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.