Mémoires du Curé de Versailles – L’abbé de Fénelon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
L’abbé de Fénelon

Il est né dans le Périgord, d’une maison des plus nobles de ce pays, et élevé sous les yeux et par les soins de feu Monseigneur de Fénelon, évêque de Sarlat, très vertueux prélat et dont la mémoire est en bénédiction dans son diocèse et dans tout le pays. Comme son neveu avait un esprit très vif, il apprit en peu de temps les belles-lettres et réussissait dans toutes les sciences auxquelles il s’appliquait ; tant plus il s’avançait en âge, son esprit brillait davantage, personne n’en ayant plus que lui. Il vint ensuite à Paris pour se perfectionner dans les études, où il avança autant qu’homme du monde ; sa pénétration était extraordinaire ; son goût pour les bonnes choses était merveilleux et, sans s’amuser à la bagatelle, il crut ne devoir s’occuper qu’à ce qui était de plus sérieux. Son penchant et les exemples domestiques lui avaient de bonne heure donné de l’estime pour la solide piété dont il fit sa principale occupation.

Il se retira pour mieux réussir dans le séminaire de Saint-Sulpice et se mit sous la direction de Monsieur Tronson, qui était le digne supérieur, homme d’un très rare mérite et que sa grande piété et son talent pour la conduite des âmes rendait recommandable. Il demeura pendant quelques années dans la petite communauté de Saint-Sulpice, où il vivait tranquillement et dans la pratique des bonnes œuvres avec plusieurs abbés de vertu, entre lesquels était l’abbé des Marais, qui depuis a été évêque de Chartres, l’abbé Bertier, qui a été le premier évêque de Blois, et d’autres d’un mérite très reconnu. Il s’occupait en cette maison à étudier les Pères et la science de l’Église et principalement la sainte Écriture ; il travaillait aussi fort utilement pour le prochain, il prêchait de temps en temps à Saint-Sulpice et ailleurs. Il fut fait supérieur des Nouvelles Catholiques, emploi qu’il remplit très dignement et avec la satisfaction de tout le monde.

Il avait été aussi employé dans le temps des conversions générales dans les missions des diocèses de Luçon et de La Rochelle, lieux où il y a beaucoup d’hérétiques et très opiniâtres. Dieu donna beaucoup de bénédictions à ses travaux, ce qui le lia d’une étroite amitié avec Monseigneur de Laval, évêque de La Rochelle, et Monseigneur de Barillon, évêque de Luçon. Quelques personnes prirent occasion de cette liaison de l’abbé de Fénelon avec ces prélats de le soupçonner de donner un peu dans les nouvelles opinions, en quoi certainement on se trompait, car, en fait de matières de la grâce, il n’avait jamais eu d’autres sentiments que ceux de l’Église, aux décisions de laquelle il s’est toujours très fortement attaché et dont il a donné dans la suite des preuves très convaincante. Cependant on se servit de ce prétexte pour l’éloigner deux fois de l’épiscopat, y ayant même été nommé une fois, ce qui ne s’était pas encore déclaré dans le public ; mais on fit changer au Roi de résolution en lui faisant connaître que l’abbé de Fénelon était ami de Port-Royal.

Ces soupçons durèrent plusieurs années, pendant lesquelles il continua de s’appliquer aux sciences convenables à son état. Ce fut dans ces temps qu’il cultiva avec beaucoup d’assiduité la connaissance et l’amitié de Monseigneur Bossuet, évêque de Meaux, qui était regardé comme le plus savant prélat du royaume. Il allait même assez souvent passer des semaines entières à Meaux ou à Germiny avec cet évêque ; leur liaison ne pouvait être plus grande, la beauté du génie et l’étendue de l’esprit les unissant ensemble, et trouvant dans la conversation l’un de l’autre tout ce qui peut faire les plaisirs innocents de la vie des personnes doctes et qui aiment les sciences et la vérité. Il était en cet état, lorsque le Roi pensa au choix d’un précepteur pour Monseigneur le duc de Bourgogne, qui aurait aussi le soin principal des études de Messeigneurs les ducs d’Anjou et de Berry quand ils seraient en état d’étudier. Le Roi avait déjà nommé M. le duc de Beauvillier pour gouverneur de ces princes. On peut croire que la brigue pour donner ou pour en être précepteur fut très grande : je vis une partie de ce qui se passait pour lors à la Cour.

M. le duc de Beauvillier connaissait depuis longtemps l’abbé de Fénelon, qu’il avait souvent vu chez M. Colbert et M. le marquis de Seignelay, son fils, successivement ministres et secrétaires d’État ; il le connaissait aussi par M. Tronson, qui lui en avait toujours dit tous les biens du monde ; il vit bien que, comme le Roi l’avait chargé de chercher un précepteur d’un rare mérite, ne balançant point de son côté à proposer l’abbé de Fénelon, il devait commencer à écarter de lui tous les soupçons qu’on avait donnés au Roi contre lui sur le fait du jansénisme. Il prévint pour y réussir Mme de Maintenon, à qui il en fit le portrait du monde le plus au naturel et le plus avantageux ; j’eus occasion d’en parler aussi à cette dame dans les mêmes termes. M. l’évêque de Meaux fut consulté et dit nettement qu’il ne connaissait point d’ecclésiastique du second ordre d’un plus grand mérite que l’abbé de Fénelon. M. Tronson et le Père Le Valois, jésuite de réputation, en parlèrent de la même manière, ce qui suffisait au-delà de ce qui était nécessaire pour ôter jusqu’aux plus légères préventions qu’on avait données contre lui. Le Roi, après les assurances que Mme de Maintenon et M. le duc de Beauvillier lui donnèrent de la sagesse, de la vertu, de la piété, de la science et du Grand Esprit de ce digne ecclésiastique, ne délibéra pas davantage sur le choix qu’il devait faire d’un précepteur pour Messeigneurs ses petits-fils et le nomma pour remplir cet important emploi.

Le succès que Dieu a donné à son travail est une preuve très convaincante de la manière dont il s’en est acquitté. Le soin principal qu’il eut dans une si précieuse éducation, de laquelle dépend souvent le bonheur des peuples et du Royaume, fut de se gagner le cœur de M. le duc de Bourgogne, agissant toujours avec lui de la manière du monde la plus honnête, douce, enjouée, en quoi il réussit si parfaitement que, les autres enfants ayant souvent de la peine de voir leurs précepteurs, ce prince n’avait point de plus grand plaisir que d’être avec l’abbé de Fénelon, tant il était charmé et de tout ce qu’il lui disait et content de sa personne ; aussi avait-il trouvé le secret d’élever ce Prince d’une manière digne de son rang, en le divertissant dans le même temps qu’il l’instruisait, lui disant toujours des choses agréables lorsque même il lui enseignait les choses les plus sérieuses, afin de lui donner du goût pour l’étude et lui faire trouver du plaisir dans l’application aux sciences, desquelles souvent les précepteurs rebutent les enfants par la dureté avec laquelle ils agissent avec eux. M. l’abbé de Fénelon levait agréablement toutes les difficultés qui pouvaient arrêter ce prince. Il eut à la vérité le bonheur de trouver en lui un fond d’esprit admirable, une pénétration surprenante et infiniment au-dessus de son âge, une envie extraordinaire d’apprendre qui lui faisaient souvent proposer des questions qui donnaient de l’étonnement, un goût merveilleux pour les bonnes choses et la plus grande facilité du monde pour comprendre tout ce qu’on lui voulait enseigner.

La première vue de ce digne précepteur fut de former en Monseigneur le duc de Bourgogne un prince chrétien et tel qu’on peut le désirer pour honorer la pourpre et le diadème plutôt que d’en être honoré selon les droits de la naissance. Il ne cessait point de lui inspirer les grandes maximes de la religion, lui faisait connaître que la principale qualité qu’un grand prince devait acquérir était une piété solide, sans laquelle toutes les autres ne servent que de peu de choses et lui sont souvent très dommageables. Il lui faisait remarquer ces grandes vérités par l’étude de l’histoire sainte et de la profane ; il employait tout son savoir-faire pour cultiver autant le cœur de ce prince par l’amour de la vertu que son esprit par l’application aux sciences et aux belles-lettres. Ce que nous admirons maintenant dans M. le duc de Bourgogne, sa piété solide et son amour pour les sciences le faisant paraître un prince accompli, sera toujours l’éloge du principal instrument dont Dieu s’est servi pour former ce prince selon son cœur. Il a lui-même fait souvent connaître qu’il en conserverait une reconnaissance éternelle.

Il n’a pas eu moins d’honneur et de gloire dans l’éducation de Monseigneur le duc d’Anjou, qui est à présent Roi d’Espagne ; il trouva en ce prince un naturel porté à la vertu, doux, modéré, sans passions, très appliqué à ses devoirs, qu’il remplissait par raison, quoique souvent ils ne revinssent point à ses inclinations. Il ne put pas rendre longtemps service à Monseigneur le duc de Berry, parce qu’il était encore très jeune quand les affaires dont nous devons bientôt parler arrivèrent et qu’il se vit contraint de quitter absolument la Cour et de se retirer dans son diocèse.

Un mérite aussi rare que celui de l’abbé de Fénelon ne pouvait que faire à la Cour ou des admirateurs ou des envieux. Il en trouva aussi de ces espèces différentes. Il ne se prodiguait point indifféremment à tout le monde ; il avait un certain nombre d’amis choisis qu’il voyait régulièrement et avec lesquels il vivait avec cette honnête familiarité qui donne à l’amitié les plus doux agréments qu’elle puisse avoir en cette vie.

Quoiqu’il eût l’esprit très élevé et qu’il donnât un certain tour de noblesse et de sublime à tout ce qu’il disait, je n’ai guère vu de personnes agir avec une plus grande simplicité chrétienne. Il s’amusait avec les enfants et parlait avec une merveilleuse élévation d’esprit avec les personnes les plus éclairées. On voyait dans ses yeux un feu qui surprenait ; cependant il était maître de lui-même ; rarement l’a-t-on vu se laisser aller à des mouvements d’impatience. Son cœur était droit, ses intentions pures, sa conduite sans reproche et dans une continuelle pratique de la vertu, dont il estimait plus les trésors que tous les biens du monde. Aussi, quoique pressé par plusieurs de ses amis de demander ou faire demander au Roi des bénéfices, il n’écouta jamais leurs conseils et attendit que la Providence lui en procurât pour n’avoir pas à se reprocher de les avoir brigués, comme il est malheureusement d’usage, et principalement à la Cour, de le faire : il avait déjà servi les princes plusieurs années quand le Roi lui donne à l’abbaye de Saint-Valéry, en Picardie. Il s’appliquait à l’étude autant que ses occupations lui pouvaient permettre ; il s’occupait principalement à celles qui pouvaient être utiles aux princes de qui on lui avait fait l’honneur de lui confier l’éducation.

Il s’entendait si parfaitement avec M. le duc de Beauvillier qu’on aurait dit qu’ils n’avaient qu’un même esprit et une seule âme. Accord de volonté, de sentiments, de conduite si nécessaires dans ces sortes d’emplois, afin que l’un ne détruise pas ce que l’autre ferait et que, de concert, ils travaillent à former un prince capable de gouverner les peuples avec sagesse, qui puisse avoir toujours devant les yeux les exemples de modération qu’on leur a donnés dans les premières années de leur enfance et de leur jeunesse. Je ne crois pas qu’il soit rien arrivé de pareil dans l’éducation d’aucun prince. Comme j’avais souvent l’occasion d’être le témoin de ce qui se passait, je ne pouvais assez admirer la bonté de Dieu envers ces princes et je me persuadai dès lors très fortement que Dieu destinait Monseigneur le duc de Bourgogne à de grandes choses, lui ayant donné une prodigieuse étendue d’esprit et ayant fait mettre auprès de lui des personnes d’une sagesse consommée pour répondre aux desseins de son adorable providence. Nous parlerons dans la suite de ces mémoires de Monseigneur le duc de Bourgogne, dont je ne puis me lasser de penser et de dire beaucoup de bien, tant j’estime la France heureuse d’avoir un prince si accompli et dont j’espère que Dieu se servira un jour pour relever la gloire de ce Royaume, mais il faut revenir à l’abbé de Fénelon.

Étant tel que je viens de le décrire en peu de mots, il ne faut pas s’étonner qu’on s’empressât de le connaître et de lier amitié avec lui. Mme de Maintenon, qui ayant tout l’esprit possible aimait les personnes qui lui ressemblaient, conçut en peu de temps une grande estime pour ce vertueux abbé. Elle le voyait le plus souvent qu’il lui était possible et, afin de pouvoir être plus en liberté, elle allait passer deux ou trois demi-journées de chaque semaine dans les hôtels de Chevreuse et de Beauvillier, où l’on avait pratiqué de petits appartements et où même, pour être plus à portée de parler à son aise sans être interrompu ni entendu de personne, après qu’on avait fait garnir la table et le buffet pour le dîner, les laquais se retiraient. C’était dans ces endroits, où nul n’était admis que M. Et Mme de Chevreuse, M. et Mme de Beauvillier, où l’abbé de Fénelon faisait des conférences sur des matières spirituelles et de piété et où l’on traitait aussi de plusieurs affaires secrètes qui pouvaient regarder la gloire de Dieu. Depuis les affaires arrivées à l’occasion de Mme Guyon, Mme de Maintenon m’a dit qu’on y parlait aussi de l’oraison, par rapport à ce qui s’en disait pour lors dans le monde. Ces sortes de conférences durèrent assez longtemps ; on ne savait à la Cour ce que cela voulait dire, mais on voyait bien que ceux et celles qui en étaient étaient des personnes de la faveur.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_abbe_de_fenelon.pdf

Publicités