Mémoires du Curé de Versailles – Le jugement de M. Hébert

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Le jugement de M. Hébert

Cependant M. de Cambrai retourna dans son diocèse. Avant son départ il avait prié M. le duc de Chevreuse et M. le marquis de Blainville, beau-frère de ce duc, de donner le soin de l’impression de son ouvrage ; ils s’acquittèrent très exactement de cette commission. Il y en avait déjà une partie d’imprimé quand M. le duc de Chevreuse reçu une lettre de l’archevêque de Cambrai par laquelle il le priait instamment de me faire voir son livre et de s’en rapporter entièrement à mon jugement, l’engageant de changer, de corriger, d’effacer, d’ajouter tout ce que je croirais devoir se faire, lui marquant en particulier qu’il voulait à cet égard avoir pour moi la docilité d’un enfant. C’est ainsi que ce grand homme savait pratiquer l’humilité.

M. le duc de Chevreuse m’apporta promptement cette lettre avec l’original de ce prélat. Il me fit lire ce qu’il lui avait écrit par rapport à moi. Je reçus cet ouvrage et, le tenant entre mes mains, je dis en propres termes à ce seigneur ces paroles :
« Je suis très fâché, Monsieur, que M. l’archevêque de Cambrai ait pris enfin la résolution d’écrire sur la vie mystique : s’il était à la Cour, je le supplierais de ne le point faire achever d’imprimer. Il n’y a que peu de mois que, me faisant l’honneur de me demander si je conseillerais d’écrire sur ces sortes de questions abstraites, je lui répondis qu’on ne le pourrait faire sans une très grande imprudence. Ce que j’ai eu, Monsieur, l’honneur de lui dire, je vous le répète encore et, quoique je ne sache pas ce que contient ce livre et que je ne puisse pas douter que ce qui vient de la plume de ce prélat ne soit achevé et dans sa perfection, je crois vous devoir dire que je suis persuadé que cet ouvrage, tel qu’il puisse être, fera un très grand bruit dans le monde. J’ai cependant, Monsieur, une si grande déférence pour tout ce qui regarde M. l’archevêque de Cambrai que, quoique je ne puisse lui conseiller de donner au public cet ouvrage, je le lirai avec tout le soin possible ; j’y ferai mes remarques par écrit, je vous les communiquerai, nous en conférerons ensemble et vous ferez ensuite ce qu’il vous plaira. »

M. de Chevreuse voulut ensuite justifier la conduite de M. de Cambrai sur l’impression de ce livre, me disant entre autres choses que, comme on avait voulu soupçonner ce prélat d’avoir des sentiments trop favorables aux quiétistes et principalement à Mme Guyon, il avait cru être obligé d’écrire pour faire connaître qu’il était bien éloigné de donner dans les opinions des faux mystiques.
« C’est par cet endroit-là même, Monsieur, lui répliquai-je, qu’il me semble qu’il serait plus à propos de ne point parler de ces matières ; je souhaite que l’événement ne fasse point connaître que le conseil que j’ai donné et que je donne encore et à suivre. »

Nous nous séparâmes après cet entretien ; je pris ce livre manuscrit, j’aperçus qu’il était crayonné en bien des endroits ; j’y vis en marge plusieurs corrections et additions et je trouvai qu’on m’y avait mis quelques feuilles déjà imprimées. Je m’appliquais à le lire et à y faire mes observations un jour que, selon sa coutume, M. le cardinal vint à la Cour pour les audiences que le Roi lui donne chaque semaine. Il ne m’avait encore jamais parlé du livre de M. de Cambrai. Comme il vit qu’on se hâtait de le faire imprimer, il crut m’en devoir parler.

Il s’en expliqua fort au long avec moi, il me parut inquiet sur cette affaire. Il me demanda si M. de Cambrai ne me l’avait point communiqué : je lui fis pour lors le récit de ce qui m’était arrivé dans la conversation dans laquelle je lui avais fait connaître l’imprudence d’écrire de ces sortes de matières.
« C’est donc la raison, reprit M. le cardinal, pour laquelle il n’a pas jugé à propos de vous le faire voir, quoique je l’en ai fort pressé, me disant pour ses raisons que vous étiez si occupé dans le soin de votre paroisse que vous ne pouviez pas avoir le temps d’examiner cet ouvrage.
– Il a depuis, répliquai-je, changé de sentiment. »

Et sur cela je lui rapportai ce qui venait de se passer entre M. le duc de Chevreuse et moi, et ajoutai à Son Éminence que j’avais maintenant en main l’original de ce livre dont il y avait des feuilles imprimées. Pour lors il me dit :
« Nos amis se pressent trop et j’ai peur qu’ils ne soient pas contents de cette précipitation. Vous me ferez un grand plaisir de lire très exactement cet écrit, de l’examiner à la rigueur, de corriger ce que vous jugerez nécessaire et de faire même mettre des cartons dans les endroits où vous le trouverez à propos. »

Avec de telles prières, qui étaient pour moi des ordres bien précis, je ne pensai plus qu’à me mettre tout entier à ce travail. Dès ce moment, je m’y appliquai tout entier. Je fus néanmoins peu d’heures après obligé de me rendre au château dans les grands appartements du Roi. M. le cardinal de Noailles sortait de l’audience : dès qu’il m’aperçut, il vint à moi et me dit que ces Messieurs chargés de l’impression du livre de M. de Cambrai se pressaient de le faire paraître, comme il venait de l’apprendre, et qu’ils ne croyaient pas devoir faire ce qu’on avait arrêté, qui était que le livre de M. de Cambrai ne serait débité qu’un mois après que celui de M. l’évêque de Meaux aurait paru et qu’il me recommandait fort de faire toute sorte de diligences pour le lire et l’examiner. Ce qui obligea ces Messieurs de si fort hâter cette impression de ce livre fut qu’ils craignaient que M. de Meaux, sachant qu’il était imprimé ou fort avancé d’imprimer, il n’en fit supprimer l’édition. Ils apprirent même, à ce qu’ils ont dit depuis, qu’ayant tut au libraire le nom de l’auteur, afin qu’aucun des garçons imprimeurs ne pût parler et découvrir ce qui se passait, ayant été obligés de donner la première feuille où le nom de M. de Cambrai paraissait, un de ces garçons en avait aussitôt été donner avis à M. de Meaux, qui en avait été surpris.

Ce que M. le cardinal venait de me dire m’engagea de m’enfermer ce jour-là dans ma chambre et de m’appliquer tout entier à le lire avec soin. J’en lus en effet la plus grande partie, sur laquelle je fis mes remarques et, dès le lendemain matin, je me remis encore à cette lecture et à cet examen, mais je fus très étonné lorsque, sur les sept heures de la matinée on me vint apporter un exemplaire relié de ce livre et me dire qu’on allait ce matin-là même en faire les présents au Roi et à toute la Cour. J’avoue que j’en ressentis une peine d’autant plus sensible que l’amitié qui était entre M. de Cambrai et moi me faisait entrer très vivement dans tous ses intérêts et que je voyais très évidemment que ce livre allait causer de mortels chagrins à son auteur et à tous ses amis. Je fis connaître la cause de ma peine à qui m’apporta ce livre et qui était l’un de ceux à qui on se fiait davantage sur cette affaire ; je l’ouvris en sa présence et lui montrait quelques endroits qui méritaient des corrections, mais il n’était plus temps d’y penser, et les précautions de M. le cardinal de Noailles et mon travail devinrent par cette précipitation absolument inutiles.

J’avais eu aussi quelques conférences avec M. le duc de Chevreuse sur de certains endroits de cet ouvrage qui devaient être ou retranchés ou retouchés ou corrigés. J’en eus une en particulier assez longue sur l’involontaire qu’il attribuait aux troubles de Jésus-Christ. Je le pressai très fortement sur cet article, lui disant que pas un théologien n’avait sur cela d’autre sentiment que celui que je lui marquais, que les troubles de Jésus-Christ avaient été très volontaires et que la proposition contraire était fausse et condamnable. Il n’eut rien de plus fort à me répliquer que l’autorité de M. Pirot.
« M. de Cambrai, me dit-il, a mis dans son original « trouble volontaire », et vous voyez qu’il a été effacé et qu’on y a substitué le terme d’« involontaire », qui est de la propre main de ce docteur. »

Cette autorité ne me fit point changer d’opinion, mais fut cause qu’on y laissa ce mot, qui a été aussi enveloppé de la condamnation du livre.

Je ne laissai pas de continuer d’en faire l’examen. Je fis mes remarques sur l’exemplaire même qu’on m’avait donné, qui étaient au nombre de soixante et quinze, et je ne voulus les montrer à personne, et je l’ai remis ensuite à M. l’archevêque de Cambrai à son arrivée à la Cour.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_le_jugement_de_m_hebert.pdf

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.