Mémoires du Curé de Versailles – L’opinion de la Cour

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
L’opinion de la Cour

On faisait néanmoins divers raisonnements à la Cour sur ce livre que tout le monde voulait avoir et que personne n’entendait, car en vérité la mystique n’est guère du goût ni de la portée des courtisans. Rendant en ces temps-là mes devoirs à Mme la princesse de Contidouairière, je la trouvai un livre à la main et m’ayant dit d’un air gracieux qui lui est naturel que je ne devinerais jamais quel livre elle lisait, elle m’ajouta :
« C’est le livre de M. l’archevêque de Cambrai, mais j’avoue n’y rien comprendre. Voilà un chapitre, où j’en suis, que j’ai déjà lu neuf fois, sans que je puisse parvenir à savoir ce qu’on y veut dire.
– Vous le liriez bien encore, Madame, lui répondis-je, plusieurs fois, que vous n’en seriez pas plus avancée. Tous les livres mystiques sont obscurs ; il faut être rompu à la lecture de ces sortes d’ouvrages pour en pouvoir pénétrer le sens. Au reste Votre Altesse ne doit pas se beaucoup mettre en peine de savoir ce qui est contenu dans ce livre ; il faut s’attacher à ceux qui peuvent être plus utiles selon l’état où la Providence vous a élevée. »

Plusieurs personnes de la Cour se réjouissaient surtout du chapitre qui traite du mariage de l’âme ; ce langage leur était très inconnu, et elles en faisaient mille plaisanteries. Ce qui fit en ce temps-là la matière plus sérieuse des conversations des courtisans fut d’approfondir les raisons que pouvait avoir M. l’évêque de Meaux de pousser à outrance son confrère, avec lequel il avait de tout temps été lié d’une amitié si étroite. Car, quoiqu’il y eût très peu de personnes qui ne blâmassent M. l’archevêque de Cambrai d’avoir entrepris un pareil ouvrage et de l’avoir donné au public, on ne blâmait pas moins la dureté, le feu et la vivacité avec laquelle M. de Meaux agissait contre M. de Cambrai et contre son livre. Comme les gens de Cour veulent pour l’ordinaire pénétrer jusque dans le cœur et deviner les vues et les intentions les plus secrètes, ils ne faisaient point de façon de dire que d’autres motifs que ceux de la gloire de Dieu et du zèle pour défendre la doctrine de l’Église poussaient l’évêque de Meaux à se déclarer si impitoyablement contre un prélat d’un si rare mérite. Ils croyaient qu’il devait le ménager davantage et prendre les moyens les plus doux et les plus honnêtes pour faire prendre à M. de Cambrai un meilleur parti. On le condamnait principalement sur les démarches précipitées qu’il avait pris à Marly d’avoir levé le bouclier tout d’un coup, de s’être expliqué au Roi de la manière qu’il avait [faite] et à quoi rien ne pouvait encore l’obliger. Ces réflexions des courtisans allèrent bien plus loin, car, comme ils pensent et parlent fort librement, ils ne dissimulaient pas de parler très désavantageusement de cette conduite.
« Ne voit-on pas, disaient-ils, ce qui fait agir M. de Meaux : le grand éclat de M. de Cambrai l’éblouit, il craint que sa grande réputation ne diminue la sienne ; il connaît l’estime qu’on en fait, il y a de la peine de voir qu’il ait eu un si grand succès dans l’éducation des princes ; les hommes sont toujours hommes. M. de Meaux l’est beaucoup en cette occasion. »

D’autres ajoutaient que M. de Meaux avait toujours plus aimé la Cour que son diocèse, dans lequel il allait rarement et où il demeurait peu lorsqu’il était contraint d’y aller, qu’il se présentait une place à remplir qui lui donnerait le moyen de rester à la Cour autant de temps qu’il voudrait sans qu’on pût y trouver à redire, que M. de Meaux n’était pas sans ambition, qu’ayant perdu la charge de premier aumônier de Mme la Dauphine par la mort de cette princesse il désirait passionnément à voir celle de Mme la duchesse de Bourgogne, qui naturellement devait appartenir à M. l’archevêque de Cambrai, que c’était pour l’en écarter qu’il avait commencé de le mettre mal dans l’esprit du Roi, ce qui était la chose du monde la plus indigne. Il y en avait quelques-uns qui, ayant su que cet archevêque n’avait jamais pu se résoudre de montrer son livre à M. de Meaux et d’en demander l’approbation, disaient hardiment que le chagrin qu’il en ressentait le faisait agir d’une manière si vive et si dure avec son confrère. Tels étaient les sentiments d’une grande partie des gens de la Cour, qui souvent [se] rencontrent dans les jugements qu’ils forment sur les affaires qui se passent sous leurs yeux.

Cependant beaucoup d’autres qui étaient amis de M. l’évêque de Meaux en pensaient et en parlaient d’une manière très différente. Ils attribuaient à son zèle et à son attachement pour la saine doctrine les grands mouvements qu’il se donnait contre le livre de M. l’archevêque de Cambrai, qui lui avait fait oublier ce qu’il devait à l’amitié pour ne se souvenir que de ce qu’il devait à l’Église et à son ministère. Ils disaient que c’était principalement aux évêques qu’il appartenait de se soulever avec vigueur contre qui que ce soit qui avançait des nouveautés qui sont toujours très dangereuses dans l’Église ; que M. l’évêque de Meaux s’étant toujours déclaré contre la nouvelle spiritualité qu’on voulait introduire et ayant déjà combattu souvent les sentiments de M. de Cambrai dans des conférences particulières qu’il avait eues avec lui et principalement dans celles qui avaient été faites à Issy sur ces sortes de matières, il était en quelque façon garant des sentiments de ses confrères et qu’il ne pouvait pas souffrir de les voir attaquer dans un livre qu’on avait rendu public ; qu’il y aurait de l’injustice et de la témérité de le condamner de jalousie à l’égard de cet archevêque, puisque sa réputation était si bien établie dans le monde, qu’il était d’ailleurs si agréablement à la Cour qu’il était plutôt en état de donner de l’envie aux [gens] que d’en avoir contre qui que ce soit de son état ; qu’on ne pouvait pas croire qu’il y eût encore des vues d’ambition dans un âge si avancé et ayant toujours fait profession d’une grande probité ; que d’ailleurs l’amitié très sincère et très cordiale qu’il avait toujours eue pour M. l’archevêque de Cambrai devait le mettre à couvert de ces sortes de reproches ; qu’il avait fait même paraître beaucoup de douleur de se voir contraint d’agir contre son ami, mais que l’amour de l’Église devait l’emporter dans un évêque sur toutes considérations humaines.

Tels étaient les raisonnements qu’on faisait à la Cour et qui partageaient tous les esprits. Les personnes vertueuses suspendaient le jugement qu’ils en devaient porter et abandonnaient le tout à celui de Dieu, qui seul ne peut se tromper. Et cependant ils ne laissaient pas de dire que, supposé même que M. de Meaux eût la meilleure et la plus droite intention du monde, il aurait été plus à propos pour l’édification de l’Église qu’il eût moins paru de feu et de vivacité contre un de ses confrères, et les prélats même qui se déclarèrent le plus contre ce livre dans la suite, et en particulier M. le cardinal de Noailles et M. l’évêque de Chartres, m’ont dit que M. de Meaux avait poussé trop loin cette affaire et son confrère qu’il devait davantage épargner. Il parut même dans la chaleur de la dispute un écrit imprimé, dans lequel on reprochait à M. de Meaux cette vivacité excessive qu’il employait contre un prélat d’une vie d’ailleurs et d’une conduite irrépréhensibles.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_opinion_de_la_cour.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.