Mémoires du Curé de Versailles – Les quatre conditions de Fénélon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Les quatre conditions de Fénélon

Chargé de cette commission par mon supérieur et d’ailleurs par le prélat du monde que j’honore davantage, dès que je vis M. l’archevêque de Cambrai, je lui en fis la proposition. Il me répéta toutes les raisons que j’ai alléguées ci-dessus et m’ajouta que M. de Meaux voulait être juge de sa doctrine malgré lui, qu’il s’étonnait de l’entreprise de ce prélat, qu’il n’avait aucune juridiction sur lui pour vouloir décider sur les affaires qui le regardaient, qu’il était trop attaché à ses sentiments pour ne pas vouloir que chacun s’y rendît, qu’il se croyait seul capable de connaître des affaires de la conscience ecclésiastique, qu’enfin M. de Meaux s’était déclaré si hautement contre lui qu’il ne pouvait en aucune manière se résoudre de lui donner la moindre entrée dans quoi que ce soit où il prît intérêt.

Après que ce prélat m’eut ainsi parlé et m’eut dit encore plusieurs autres choses dont j’ai maintenant de la peine de me souvenir, je lui répondis avec la confiance que donne une parfaite amitié que j’entrais volontiers dans toutes ces raisons qui me paraissaient solides, mais qu’il y en avait d’autres qui me semblaient plus fortes, qui devaient le déterminer à prendre le parti que je lui proposais ; que, s’il se fût agi seulement d’un différend de doctrine entre lui et M. de Meaux sur des matières secrètes, il aurait lieu de refuser d’en conférer avec ce prélat, par rapport au sujet de plaintes qu’il en avait, mais qu’il s’agissait en cette occasion d’une affaire qui était devenue publique par l’impression de son livre, par le bruit qu’il avait fait et qu’il faisait encore dans le monde, que ces bruits étaient mêlés de disputes et de partages de sentiments, qu’il serait très fâcheux pour lui de ne pas travailler autant qu’il le pouvait à calmer les esprits ; que, M. de Meaux ayant répandu partout la proposition qu’il lui avait fait faire d’entrer avec lui en conférence sur son livre et se plaignant amèrement du refus qu’il en faisait, il donnait sujet à des personnes qui ne le connaissaient pas de se persuader qu’il jugeait lui-même sa cause mauvaise, que je ne pouvais ni ne lui devais dissimuler que j’avais déjà entendu bien des gens murmurer de ce refus et que les simples même qui ne sont pas capables d’approfondir les questions dont on disputait en étaient mal édifiés ; qu’il devait au public ce bon exemple pour lui servir de preuve qu’il avait eu des intentions fort droites en composant son livre ; que d’ailleurs le Roi, qui était déjà très prévenu contre la doctrine de son livre, serait encore plus affermi dans les sentiments qu’on lui en avait inspirés, lorsqu’il le verrait ce roidir contre ces conférences, dans lesquelles il serait surpris qu’on n’eût pas admis M. l’évêque de Meaux, pour la capacité duquel il avait toute l’estime possible ; qu’il se devait à lui-même la victoire qu’il remporterait sur lui en étouffant dans son cœur tous les ressentiments qu’il pouvait avoir contre cet évêque, les sacrifiant au repos et à la paix de l’Église ; qu’il ne s’agissait en aucune manière de le reconnaître en cela juge de sa doctrine, mais uniquement de conférer amicalement des articles sur lesquels on croyait avoir sujet de se récrier dans son ouvrage ; que je savais de bonnes part que M. de Meaux avait assuré des personnes qui lui avaient parlé des sujets de chagrin qu’il avait contre lui et de l’éloignement dans lequel il était d’entrer avec lui en conversation sur ces questions épineuses, que tout se passerait de son côté avec toute la douceur et la tranquillité possibles ; que M. de Meaux n’y serait pas seul, mais qu’il y appellerait tous ceux qu’il lui plairait, qui seraient les témoins fidèles de tout ce qui s’y passerait ; que M. le cardinal qui désirait si passionnément de le servir souhaitait plus que toute autre chose de pouvoir examiner avec lui son livre dans des conférences réglées, dans lesquelles on pourrait, selon toutes les apparences, terminer au gré de tout le monde ce différend ; enfin il ne risquait rien de tenter ce moyen et qu’il me paraissait risquer beaucoup de le refuser.

Il me dit pour lors qu’il était bien éloigné de vouloir s’attacher à la doctrine de son livre, qu’il était prêt au contraire de la changer, de la corriger, de se rétracter même s’il était nécessaire, mais que je voyais bien que sa seule peine sur le sujet des conférences était la présence de M. de Meaux, dont il connaissait mieux que moi la vivacité du tempérament et que, lorsqu’il se laissait emporter par l’impétuosité de son esprit, rien au monde ne pouvait le retenir, et qu’il souffrait avec peine qu’on le contredît dans la moindre chose. Cependant, après avoir répliqué honnêtement à ce qu’il venait de me dire, il reprit la parole et, voulant bien déférer à mes raisons et à mes conseils :
« J’accepte donc les conférences que vous me proposez, mais je ne puis les accorder qu’à de certaines conditions :
1° Que non seulement Monseigneur le cardinal y assistera toujours, mais aussi des prélats que nous choisirons ;
2° Qu’on priera huit docteurs de s’y trouver ;
3° Qu’il y aura un secrétaire dans ces assemblées, qui écrira mot à mot les objections que M. de Meaux me fera contre mon livre et les réponses que je lui ferai, afin qu’on en ait des actes publics et qu’on ne puisse rien ajouter à ce que lui et moi aurons dit dans ces disputes ;
4° Que tout se fera dans un esprit de paix et de charité. »

Je lui promis de rendre compte de notre entretien et de ses dispositions à M. le cardinal de Noailles la première fois que j’aurais l’honneur de le voir, ce qui serait au premier jour. Ce qui me confirma dans la pensée que j’avais que ce prélat agissait de bonne foi et avec toute la sincérité que je lui ai toujours connue et qu’il avait déjà remis entre les mains du Père Le Valois, jésuite confesseur de Monseigneur le duc de Bourgogne, un écrit dans lequel il marquait sa situation à l’égard de son livre, marquant être prêt d’en donner telle explication qu’on voudrait, après qu’on lui aurait fait remarquer ce qu’on y trouvait de condamnable.

Cependant M. le cardinal de Noailles étant, selon sa coutume, venu à Versailles, je lui rendis un compte exact de ma conversation avec M. l’archevêque de Cambrai. Il en fut parfaitement satisfait, et il espéra même que, par le moyen dont on était convenu, les bruits cesseraient, la paix se rétablirait, le public serait édifié et le Roi très content de voir finir ces disputes. Mais lorsqu’on attendait le temps de ces conférences, dont apparemment Sa Majesté n’avait pas été informée, voyant que le fracas qu’avait causé ce livre des Maximes des Saints ne faisait qu’augmenter, elle fit donner ordre à cet archevêque de se retirer incessamment dans son diocèse. Ce prompt départ attrista tous ses véritables amis, qui avaient avec beaucoup de raison conçu de grandes espérances du succès des conférences qu’il avait acceptées, mais Dieu ne le permit pas pour des raisons qui nous sont inconnues.

Avant son voyage si précipité, il assura encore le père Le Valois qu’il allait travailler à Cambrai à des explications de son livre selon ce qui lui était revenu des choses qu’on y censurait et qu’il espérait qu’on en serait content. En effet, dès qu’il fut arrivé, il composa une longue lettre pastorale dans laquelle il tâchait de justifier ce qu’on avait jugé digne de condamnation dans son ouvrage. Il exposa le sens des propositions qui y avaient le plus fait de peine. Il crut que par ce moyen tous les trouble allaient cesser et qu’on le laisserait conduire en repos son troupeau. Il fut trompé dans son espérance, cette lettre excita de nouveaux bruits et donna occasion à tous les écrits, les lettres, les traités, les mandements, les livres et les censures qui se firent pour et contre sur ces disputes.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_les_quatre_conditions_de_fenelon.pdf

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.