Mémoires du Curé de Versailles – L’attitude du Roi

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’attitude du Roi

Mais, pendant qu’à Rome cette affaire se traitait avec la lenteur si naturelle aux Italiens et surtout aux Romains, le Roi donnait des marques de son zèle contre les partisans de Mme Guyon et les amis de cet archevêque, car, ayant appris, ce qui était très véritable, que deux gentilhommes de M. le duc de Bourgogne parlaient trop librement en faveur de ces deux personnes et blâmaient ouvertement la conduite qu’on tenait à leur égard, il les chassa de la Cour et leur ôta leur emploi. Il en bannit aussi l’abbé de Langeron, lié depuis longtemps d’une très étroite amitié avec ce prélat et qui était lecteur de ce prince. Il fit dire à l’abbé de Maulévrier, parent de celui-ci et aumônier de Sa Majesté, qu’il était très mécontent de lui, sachant qu’il entretenait un commerce de naître avec cet archevêque, qui était aussi son ami depuis plusieurs années.

Le roi fit aussi sortir de la maison de Saint-Louis à Saint-Cyr quelques-unes des principales dame qui composaient cette communauté naissante, et même celle qui en avait été la première supérieure, et les fit toutes mettre dans des couvents de religieuses, où les unes prirent l’habit de religion et d’autres demeurèrent dans leur état, entre lesquelles fut la dame de La Maisonfort, parente de Mme Guyon et qui avait été la cause que cette dame avait eu de l’accès dans la maison de Saint-Cyr et auprès de Mme de Maintenon, qui, par cette sévérité qu’elle avait inspirée au Roi, faisait connaître que, dès qu’elle s’était aperçue des mauvais sentiments de cette dame, elle avait eu pour elle un très grand éloignement. Le Roi même, à sa sollicitation, voulut bien se donner la peine d’aller à Saint-Cyr, fit assembler la communauté de ces dames, leur fit un discours très fort contre cette fausse spiritualité, leur déclara qu’il ne souffrirait pas qu’elle s’introduisit dans son royaume et en particulier dans cette maison et que, comme il avait détruit le jansénisme, il écraserait aussi le quiétisme. On a inséré ce discours du Roi dans les archives de cette maison royale afin d’être un monument éternel de la piété de ce prince, qui s’est toujours fortement opposé à toutes sortes d’hérésie dans la France.

On craignit même que Sa Majesté ne poussât encore plus loin son ressentiment contre des premières personnes de la cour M. et Mme de Beauvillier, M. et Mme la duchesse de Chevreuse pensèrent être enveloppés dans cette disgrâce : on en parlait hautement à la Cour : il est très certain que l’affaire fut mise en délibération. Le duc de Beauvillier connut bien que le Roi était fort refroidi à son égard, et Mme de Maintenon s’était entièrement éloigné de ces quatre personnes, qui avaient toujours été très distinguées à la Cour par une piété très exemplaire. M. le duc de Beauvillier vint me rendre visite dans ce même temps, et lorsqu’on parlait le plus de son exil de la Cour, il m’entretint assez longtemps de cette affaire avec la plus grande tranquillité du monde ; il me témoigna qu’il était sans aucune inquiétude sur son sort, qu’il n’avait rien à se reprocher sur ce qui regarde les sentiments du quiétisme, qu’il avait toujours été et qu’il était encore dans une entière et parfaite soumission à toutes les décisions de l’Église, qu’il était si près de lui obéir en toutes choses que, si elle voulait même, ce qu’il ne croyait pas qu’elle voulut faire, retrancher toutes sortes de prières à ses enfants et les réduire à la simple récitation du chapelet, il s’y soumettrait avec la docilité d’un enfant, ce qu’il disait pour faire connaître jusqu’où il était résolu de faire paraître son obéissance à ses ordres. Il m’ajouta enfin que, si le Roi lui ôtait les grands emplois où il l’avait élevé, dans la volonté de son prince il reconnaîtrait la volonté de Dieu et se retirerait volontiers, croyant que pour lors la Providence lui donnerait le moyen de mener une vie plus tranquille et que, par cet endroit, quoique d’ailleurs affligé de voir le Roi peiné contre lui, il se consolerait de sa disgrâce.

Il eut quelques jours après une explication avec le Roi sur ses sentiments : Sa Majesté en fut satisfaite et cela fit finir tous ces bruits qui s’étaient répandus de son exil à la Cour. Mme de Maintenon n’en revint pas si aisément. Elle conserva toujours depuis ce même refroidissement à son égard et envers les trois autres personnes dont j’ai parlé ci-dessus. Elle en donna même une preuve bien sensible à l’égard de Mme la duchesse de Beauvillier, qui devait, selon le train ordinaire de la Cour, être dame d’honneur de Mme la duchesse de Bourgogne, car elle l’exclut de cette charge, quelle fit donner à Mme la duchesse du Lude ; c’est elle-même qui m’en dit cette raison, dans le temps qu’on allait nommer les dames qu’on devait mettre près cette princesse.

Le Roi fut aussi informé qu’un jésuite était dans les principes outrés du quiétisme : on en avait des preuves très juridiques et lui-même avait avoué sans façon ce qu’on lui reprochait. Il y en avait assez pour lui faire faire son procès, mais l’affection dont le Roi honore la compagnie des jésuites lui fit prendre le parti de la douceur en remettant à ces Pères le choix du châtiment qu’on en devait faire. Il était confesseur de M. le prince de Conti. Les Jésuites l’envoyèrent à Orléans et le firent enfermer dans une chambre où, après avoir vécu quelques années, il s’est enfin reconnu et y est mort pénitent.

Un autre jésuite, qui avait été précepteur de M. le duc de Bourbon, fils de M. le Prince de Condé, fut aussi relégué en Basse-Bretagne. Son crime était d’avoir eu de grandes liaisons avec Mme Guyon, ce qui fit soupçonner qu’il suivait ses sentiments, et je crois qu’il avait donné occasion de le croire ; cependant, après quelques années d’exil, ses supérieurs obtinrent du Roi de le faire revenir à Paris. Le chagrin qu’il avait eu de son bannissement lui ayant notablement altéré la santé, il mourut peu de temps après son retour. Il y eut aussi des religieux de quelques autres ordres et des ecclésiastiques, et entre eux un docteur de la maison de Sorbonne, grand directeur dans la paroisse de Saint-Eustache de Paris, qui furent relégués pour le même sujet en différents endroits.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_attitude_du_roi.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.