Mémoires du Curé de Versailles – La soumission de Fénélon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
La soumission de Fénélon

M. l’évêque de Meaux en triomphait. Il lui échappa de dire en présence de quelques personnes ce qu’il avait dit assez souvent pendant tout le temps que durèrent les contestations entre lui et cet archevêque : qu’il était persuadé que, quelque protestation qu’il fît d’avoir une parfaite soumission au Saint-Siège, dès que le Pape aurait prononcé, il ne se soumettrait jamais. Je lui avais moi-même entendu tenir pareil discours dans une visite qu’il me rendit et dans laquelle, répondant à ce qu’il me disait, je l’assurai qu’il verrait le contraire de ce qu’il pensait et que je connaissais assez à fond Monseigneur l’archevêque de Cambrai pour n’être pas convaincu de sa droiture et de la fidélité qu’il aurait à tenir une parole, qu’il avait si solennellement, si souvent, si publiquement donnée à toute l’Église.

Le lendemain de l’arrivée de ce courrier, M. le cardinal de Noailles, l’archevêque de Reims et l’évêque de Meaux s’assemblèrent dans l’appartement que ce cardinal avait dans la maison de la Mission de Versailles ; ils raisonnèrent longtemps ensemble sur cette censure de Rome et paraissaient être en peine de ce que M. de Cambrai ferait, dans une conjoncture si humiliante pour lui. On fut ensuite plus de huit jours sans savoir à quoi il s’était déterminé, ce qui faisait penser bien des choses et en dire d’autres aux partisans de M. l’évêque de Meaux. Les amis même de ce prélat ne savaient à quoi attribuer ce silence : ils ne pouvaient néanmoins douter qu’il ne suivît en cela très exactement les mouvements de son cœur, qui était de se soumettre à l’autorité et aux décisions du Saint-Siège.

Ce retardement obligea M. l’évêque d’Arras, un de ces suffragants, de lui écrire en confiance de la situation où il trouvait les esprits à son égard et de l’engager à donner, le plus tôt qu’il fut possible, un témoignage public de sa parfaite obéissance. Je trouvai aussi une occasion favorable d’un de mes amis et des siens qui allait en poste en Flandre et qui devait passer à Cambrai de lui faire rendre une lettre en main propre, dans laquelle je lui marquais qu’on commençait à s’étonner à la Cour, que, depuis qu’il avait pu apprendre la nouvelle de la condamnation de son livre, il n’avait encore rien paru de sa part qui convainquît le monde de sa soumission à la censure portée contre son livre, que si j’étais capable de lui donner quelque conseil, je croirais qu’il ne devait pas différer d’un seul moment à donner cette satisfaction à l’Église, cette édification à tout le monde et cette consolation à ses amis. On fut peu de temps après rassuré contre les frayeurs qu’on avait eues de sa résistance par la réponse qu’il fit à M. l’évêque d’Arras, qu’il eut le soin de rendre publique et dont tout le monde parut satisfait. On fut en même temps instruit de tout ce qui s’était passé lorsqu’il apprit la nouvelle de la conclusion de son affaire. On ne sera pas fâché d’en savoir le détail, qui est très édifiant.

M. le comte de Montberon, gouverneur de Cambrai, très homme de bien et ami intime de son archevêque, ayant appris par les lettres qu’il reçut de la Cour que son livre avait été condamné à Rome, crut que l’amitié tendre qu’il avait pour lui l’engageait de lui en parler, avant que personne lui annonçât une si triste nouvelle. Il le fit donc sans déguisement. M. de Cambrai la reçut avec sa tranquillité ordinaire et alla se prosterner devant Dieu en sa chapelle, où il pria assez longtemps, offrant à Dieu toute l’humiliation qu’il en recevait ; il en sortit ensuite sans marquer la moindre émotion, et le même jour il prêcha à son peuple avec la même facilité qu’il avait coutume de le faire. Il manda la raison du délai qu’il avait apporté à donner par un acte public une preuve authentique de sa soumission aux décisions du Saint-Siège : c’est que, ne sachant pas si le Roi la recevrait dans l’état où elle était envoyée de Rome, n’étant pas conforme à nos usages, il crut devoir attendre qu’on lui envoyât cette bulle, d’une manière à ne pouvoir douter que le Roi l’acceptait. En effet, ayant reçu une copie de cette même bulle par M. le marquis de Torcy, le même jour il fit un mandement très court, très précis et très fort dans lequel il déclarait se soumettre simplement, absolument et sans aucune restriction à la condamnation de son livre.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_la_soumission_de_fenelon.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.