Mémoires du Curé de Versailles – L’acharnement de Bossuet

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’acharnement de Bossuet

On croyait, après cela, qu’on ne parlerait plus de cette affaire, qui était terminée et qu’on ne renouvellerait pas la peine qu’avait dû ressentir un si grand prélat de s’être vu ainsi condamné dans toute l’Église ; mais ce qui s’était passé après la condamnation si authentique de ce livre ne satisfaisait pas encore assez l’envie qu’avait M. l’évêque de Meaux de voir confondre et humilier son confrère, qu’il avait eu le déplaisir de voir élever, dans le temps des disputes, infiniment au-dessus de lui dans le jugement du public comparant ses ouvrages avec ceux de son adversaire.

Il avait d’ailleurs dans le cœur un chagrin mortel que l’archevêque lui eût donné en face le démenti de certains faits qu’il avait avancés dans le livre de la Relation du Quiétisme. Dès qu’il parut, pendant les chaleurs les plus vives de leurs contestations, comme il contenait l’histoire de tout ce qui était arrivé sur le sujet de Mme Guyon par rapport à M. de Cambrai, on fut d’abord frappé de tout ce qu’il contenait ; on ne pouvait pas se persuader qu’un évêque de la réputation de M. de Meaux eût pu se résoudre d’écrire et d’imprimer des faits dont il n’aurait pas été très sûr et sur lesquels il n’eût pu éviter des témoins irréprochables. De tous les écrits qu’avait composés ce prélat, celui-ci avait fait de plus fortes impressions contre l’archevêque de Cambrai ; ses amis même en ressentaient une très sensible douleur ; les partisans de M. de Meaux en triomphaient, et ceux-là même qui jusqu’alors n’avaient pu souffrir l’âpreté dont il composait ses livres commençaient à le justifier et à penser qu’il avait eu l’occasion d’agir, de parler et d’écrire avec toute la force que le zèle pastoral peut inspirer pour étouffer dès sa naissance une hérésie. J’entendais partout dire à la Cour de M. l’archevêque de Cambrai aurait dû ne pas forcer M. de Meaux à relever des faits qui ne pouvaient pas lui faire honneur et que, sachant la vérité de tout ce qu’on lui reprochait, il aurait mieux valu pour lui de garder un profond silence. « Peut-il, disait-on, répondre à des faits si circonstanciés ? Il n’est pas, ajoutait-on, possible de le faire. » Pendant quelques jours, on raisonnait de cette manière, mais on fut bien surpris de voir bientôt une réponse suivre de près la publication de ce livre. On en fut étonné et, autant qu’on avait été frappé du récit que contenait la relation du quiétisme, autant eut-on d’empressement et de curiosité de lire ce que l’archevêque y répondait. Comme il y avait une partie de ces mêmes faits et qu’il appuyait ce qu’il avançait par d’autres faits contraires, on revient bientôt du jugement qu’on avait porté contre lui, et tout le poids de l’accusation tomba sur l’accusateur, soit qu’on fût porté de compassion en faveur de celui qui souffre, soit qu’on fût ravi de voir la réfutation des choses qui d’abord avaient fait pencher la balance du côté de M. de Meaux. On avait la joie de pouvoir penser que M. l’archevêque de Cambrai n’était pas aussi coupable que ce prélat voulait le faire croire. Enfin, pour abréger ce récit, M. de Meaux, qui eut le démenti public de plusieurs choses qu’il avait écrites contre l’archevêque, n’entreprit pas de se défendre sur cela ou, s’il le fit, ce fut d’une manière si faible qu’il aurait presque mieux valu ne rien dire du tout, laisser perdre par le temps le souvenir des sensibles reproches qu’on lui avait faits et qui doivent toujours causer de très vives douleurs à un honnête homme, et surtout à un prélat qui tient un rang si distingué dans l’Église. On crut donc avec fondement que la plaie que fit dans son cœur cette réponse de l’archevêque fut si profonde qu’il ne l’oublia jamais. Non content de la condamnation du livre de cet archevêque par le Saint-Siège et prononcée dans toutes les églises du royaume, il voulut laisser un monument éternel de cette affaire : il en trouva l’occasion la plus favorable du monde dans l’Assemblée du Clergé de 1700.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_acharnement_de_bossuet.pdf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.