Les gilets jaunes et la Jacquerie de 1358

Chers amis,

Notre civilisation est en pleine mutation. Ne nous voilons pas la face. La république est aux ordres des multinationales qui prônent la robotisation dès 2020 pour mettre un terme aux imperfections humaines. L’intelligence artificielle, composée d’algorithmes fabriqués de toute pièce par des ingénieurs, est censée remplacer l’« ouvrier » afin de garantir aux grands employeurs des travailleurs mécaniques dociles financés par des emprunts lissés. Finis les arrêts maladie, les grèves, les contestations, les gilets jaunes et autres empêcheurs de produire en masse. Toutefois, pour éviter de déclencher ces vagues contestataires, les grandes entreprises en lien avec la robotique devront, tôt ou tard, financer le revenu universel afin d’acheter le silence des surnuméraires. L’homme est aisément trompé : un messager de mauvaise augure bien habillé et parfumé est plus accepté qu’un porteur de bonne nouvelle mal rasé qui sentirait la sueur.

J’ai osé franchir le pas, aujourd’hui, en comparant les gilets jaunes à la révolte paysanne de 1358 autrement appelée la Jacquerie. Loin de moi l’idée de dénigrer les pauvres. Bien au contraire, puisque le message du Christ est formel : aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimé. Nous ne pouvons voir que dans les personnes malheureuses une image intemporelle du Christ souffrant.

Hélas, l’image du Christ souffrant n’est plus à la mode. L’homme d’aujourd’hui se fait aisément happer par le bruit et la futilité. La réflexion est une denrée rare, tel l’art d’autrefois qui, telles les pierres, criait son amour pour Dieu à travers la perfection de ses œuvres.

Les cris des gilets jaunes risquent de ne pas être plus entendus que ceux des paysans du 14e siècle qui vivaient aux alentours de Paris. Soyons-en persuadés en découvrant ce formidable extrait d’un texte historique tiré des écrits du Duc de Lévis Mirepoix dans son ouvrage aujourd’hui épuisé « grandeur et misère de l’individualisme français à travers l’histoire ».

« La bataille de Poitiers, date de l’effondrement des pouvoirs publics est de 1356. La grande Jacquerie est de 1358.

Aussi loyal qu’avait été le paysan à donner son acquiescement et à le maintenir à la féodalité qui le protégeait, aussi prompt fut-il à le rendre responsable de cette carence qui le laissait en proie, lui, sa femme et ses enfants, à la misère, à la douleur, au désespoir et à la mort.

Tandis que l’essai de gouvernement populaire tenté par Étienne Marcel à Paris, tournait en situation révolutionnaire et que le dauphin Charles, après le massacre des maréchaux de Champagne et de Normandie, quittait Paris et tentait de bloquer la capitale, les paysans, déjà hors d’eux-mêmes, croyant que ces mesures étaient dirigées contre eux, firent éclater la Jacquerie.

Il y a presque toujours une part de malentendu dans le déchaînement des grandes émeutes et il y a presque toujours aussi des griefs justifiés. Toujours enfin, suite la fureur aveugle. Avec une promptitude terrible – une promptitude de cataclysme – les paysans en foules brusquement rassemblées, se ruèrent sur les châteaux. Malheur à ceux qui se gardaient mal ! Et nous avons vu qu’il y en avait beaucoup. Vieillards, enfants, châtelaines et pages aux yeux agrandis d’effroi, tout y périt.

Parfois se saisissant d’un chevalier qui avait quelque réputation militaire, ils le forçaient à les commander, sous peine des pires supplices. Cependant, la Jacquerie fut loin de s’étendre à toute la France. Elle sévit surtout dans les provinces qui entouraient Paris. Elle n’eut pas un caractère général. En plusieurs endroits où les châteaux avaient su se faire aimer, on vit les paysans du lieu prendre leur parti contre les agresseurs. En un grand nombre de régions, aucun soulèvement rural ne se produisit et l’on voyait au contraire seigneurs, bourgeois et paysans rester unis contre les routiers. »

Nous sommes manifestement dans une situation qui annonce de grandes colères pour 2019. Soyons conscient que dans une civilisation sans charité, lorsque les denrées viennent à manquer, c’est l’intérêt personnel le plus primitif et barbare qui vient se substituer au bon sens et à la charité. Ainsi, des hordes violentes pourraient submerger les grandes villes si l’économie était dans une situation de blocage pendant plusieurs semaines. Une personne sans charité qui connaît soudainement la faim devient un loup pour l’homme.

Le catholicisme, aujourd’hui si caricaturé, méprisé et raillé, est pourtant la seule réponse à la misère humaine : la justice qui se veut la plus proche de celle du royaume céleste apaise durablement les douleurs de la chair. L’apprentissage de la charité par l’élévation de l’âme est un rempart contre la barbarie puisque l’amour de tous calme les cris et les pleurs.

C’est à ce titre que l’Église latine traditionnelle (qui n’existe plus aujourd’hui dans sa forme première) a toujours été un frein contre la haine puisqu’elle diffusait le message du Christ dont voici quelques exemples marquants :

Tu aimerais Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Celui qui scandalisera l’un de mes petits ferait mieux de s’attacher autour du cou une meule et se jeter au fond de la mer plutôt que de connaître la justice de mon Père. Celui qui s’abaissera sera élevé, celui qui s’élèvera sera abaissé. Je suis venu pour servir et non pas pour être servi. Le bon berger est celui qui laisse paître ses 99 brebis pour aller chercher celle qui s’est égarée. Priez pour vos ennemis. Il n’y a rien de plus beau que celui qui donne sa vie pour ses amis. Le plus grand d’entre vous est celui qui sera le serviteur de tous.

Nous devons prendre conscience que c’est en cultivant les bonnes pensées que nous pourrons agir de manière aimable et charitable dans des temps troublés. Nous devons être à l’image du Christ pour nos frères et sœurs puisqu’il n’y a qu’un seul Dieu et qu’une seule humanité. Ce sont les paroles de réconfort et de joie qui pourront éteindre les flammes de la révolution française et de sa fille la république.

Nous devrons bientôt être l’exemple de la charité la plus suave face à la fureur de la guillotine. Le Christ est aussi doux que la révolte est violente. Nous panserons les plaies de ceux qui sont malades et donneront à manger à ceux qui ont faim comme s’il s’agissait de nos propres enfants. Ce sont les bonnes paroles couplées aux bonnes actions qui pourront éteindre complètement les braises soigneusement entretenues par les descendants des révolutionnaires.

Chers amis, comprenez par ce texte qu’il faudra bientôt vous amarrer au seul roseau qui ne rompt jamais : celui du Christ. Le monde passera mais Ses paroles ne passeront point. Ayons confiance en Dieu ; Il épargnera ceux qui l’aiment de toute leur âme et de tout leur cœur en s’étant charitablement dévoué ici-bas. Ne laissons pas la barbarie transformer notre terre paisible en un terreau du transhumanisme. Ne soyons pas dupes : c’est la colère qui engendrera la production massive des robots puisqu’il faut toujours un prétexte sanglant à ceux qui possèdent le pouvoir financier. Ainsi, l’homme violent engendrera lui-même la mort de sa descendance en favorisant l’avènement de ce qu’il craint le plus : la disparition du travail au profit de l’intelligence artificielle.

Message à suivre prochainement.

Soyez bénis et restez dans la paix du Seigneur.

Texte rédigé le 20 novembre 2018.

Un ami.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/11/les_gilets_jaunes_et_la_jacquerie_de_1358.pdf

Publicités

2 réflexions sur “Les gilets jaunes et la Jacquerie de 1358

  1. Ce jeune chouan incarne cette partie du peuple de France qui au sein de l’armée catholique et royale, s’est dressée contre l’inacceptable, contre l’abominable, la destruction systématique de l’institution monarchique et de l’Église qui en assurait la sacralité.

    Il porte distinctement l’image du Sacré-Cœur, ouvrant la voie à une lignée qui n’hésitera pas à s’en revêtir aux heures sombres de l’histoire. Il incarne la jeunesse, le sacrifice, la générosité, l’honneur et la foi claire et ferme de cette première génération sacrifiée sur l’autel de l’abomination liberticide et régicide.

    Sa redingote porte les couleurs verte et rouge, qui ne sont pas sans rappeler celles des gardes Suisses au service de nos rois de France et dont l’un des drapeaux vert et rouge à la devise « Fidelitate et honore » sera reprise par la légion étrangère. Trace vivante s’il en est que l’empreinte des Lys est encore présente parmi nous.

    Aux heures sombres auxquelles nous assistons en cette fin d’année 2018. Dans cette résurgence incessante de la folie révolutionnaire, de ses barricades qui se dressent, des coups de part et d’autre, de la haine et des flammes qui montent.

    Que faudra-t-il pour que ce peuple de France trahi et méprisé comprenne que la république ne leur donnera jamais ce qu’ils attendent.

    La pouvoir n’appartient qu’à Dieu et s’il le concède, ce ne peut être qu’à son lieutenant sur terre. Alors sommes-nous dans les évènements annoncés par Marie-Julie Jahenny, tout porte à y croire. Paris commence à brûler, nous sentons l’impuissance du pouvoir et son incapacité à incarner la personne du roi.

    Le trône ne peut appartenir qu’à un seul homme et s’il est usurpé il n’engendre au mieux qu’insatisfaction et au pire qu’un chaos similaire à celui auquel nous assistons en ce moment.

    Rendons donc hommage à nos anciens, à cette armée blanche au service du Lys. Que leur exemple et leur sacrifice que nous ne pouvons oublier, ravive l’espérance et fasse place par l’intercession de nos prières et de nos actions engagées, au triomphe des Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie sans qui rien n’est possible et rien ne peut aboutir.

    Pour que les yeux du peuple réel s’ouvrent et qu’il se joigne en nombre au vrai combat qui verra le retour de leur roi auprès de qui la France renaîtra.

    https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/honneur-leur-soit-rendu

    Aimé par 1 personne

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.