La suprématie de Jésus-Christ

Jésus-Christ est Souverain de la France, nul doute sur cet axiome. La France a apostasié, au fil des siècles, de la foi catholique. La Renaissance, la Révolution dite française, puis, la 3e république ont été des marqueurs pertinents pour comprendre que notre nation se meurt.

L’immigration massive sera factrice d’une islamisation progressive de notre nation, en guise de punition pour notre reniement. Comme Pierre, la France a renié par trois fois Jésus-Christ. Cependant, la France sera pardonnée, tout comme le fut le saint apôtre.

Jésus-Christ est très clair sur notre temps : la crise économique contemporaine et la guerre mondiale qui surviendra d’ici peu de temps sont annonciateurs de temps nouveaux. Toutefois, la guerre ne sera que le commencement des douleurs, car la France souffrira énormément.

La guerre civile qui la précédera sera terrifiante et bien pire que la Terreur de la fin du XVIIIe siècle. Notre nation, tout comme l’Église, doit aller au tombeau afin de suivre l’exemple de Notre-Seigneur.

Satan essayera d’anéantir jusqu’au souvenir de Jésus-Christ en vue de l’Âge d’Or maçonnique. Cet âge d’or correspond approximativement à la destruction de la Loi de Moïse et des commandements de Jésus-Christ. Satan souhaite anéantir toute trace de Dieu sur terre. Pour cela, il souhaite la fin de la Torah, du Nouveau Testament et du Coran. Il a besoin de maintenir la Torah sous la domination du Sionisme, le Catholicisme dans l’hérésie de Vatican II et le Coran sous la coupe de l’islamisme radical.

Le démon souhaite expurger de la religion toute trace du vrai Dieu pour le remplacer, en montant sur le trône. Lucifer est un ange déchu qui a besoin de briller et de se sentir supérieur au Créateur de toute chose. Toutefois Lucifer n’est qu’un ange créé par Dieu. Dieu est donc bien au-delà de cet imposteur et toujours Maître de Sa Création.

Nous devons donc être capables de nous souvenir que nous sommes ici-bas pour accomplir quelque chose, et ce, malgré les épreuves qui nous accablent. Nous devons garder l’espoir et croire, sans voir, que nous sommes protégés par notre ange gardien. Dieu a permis que certains hommes soient mauvais et d’autres bons. Sans cette liberté que l’on nomme couramment le libre arbitre, la Création n’aurait aucun sens puisque tout serait parfait et sans heurts.

Dieu nous a créé pour prouver la puissance de Son amour envers nous. Jésus-Christ nous rappelle sans cesse que le Père est dans le Fils et le Fils dans le Père. Marie est la Mère de Jean, c’est-à-dire que l’Église est Mère protectrice de l’humanité. L’Hyperdulie permet de rester fidèle à la Vierge Marie et à Dieu. Le culte des saints, martyrs des tyrans, nous rappelle que Dieu triomphe toujours du mal.

Donc, chers amis, l’Islam est un outil au service de Dieu. Satan agite cette religion en vue de nous rappeler que nous avons apostasié, que nous avons renié Jésus-Christ. L’Islam sera donc conquérant jusqu’à ce que quelqu’un se souvienne du vrai Dieu. Cela annoncera alors la conversion des musulmans et des juifs.

N’ayons pas peur, gardons confiance. Il se peut que nous devions fuir la France pour ne pas être massacrés. Soit. Toutefois, l’Islam ne triomphera pas car Dieu veut que ce soit Son Fils Jésus-Christ qui règne sur la France.

L’Islam est donc un vecteur d’hostilité entre la descendance de la femme et du serpent. La descendance de la Vierge Marie meurtrira à la tête le malin tandis que le serpent lui meurtrira le talon. Pour être clair, l’Islam essayera de conquérir notre terre sans y parvenir car notre nation se souviendra de l’existence de Jésus-Christ.

Peu importe les mauvaises langues qui ne croient en rien. Laissons-les brailler et gémir. La France connaîtra le temps de l’Islam, c’est une certitude. Mais, Nous vaincrons puisque Dieu est avec nous. Nous devons espérer jusqu’au bout afin d’être sauvés. C’est notre manque de foi qui nous fait chuter et perdre pied. C’est avec la prière et la foi que nous pouvons soulever les montagnes. C’est d’ailleurs là un rappel de Jésus-Christ. Avec la foi, nous pouvons déplacer les montagnes et apaiser la mer.

Hélas, l’année 2020 s’annonce terrible. Il va falloir passer par là. Il y aura des morts, de la fureur et du sang. Il s’agit d’une promesse formelle mais Dieu vaincra.

Le Sacré-Cœur de Jésus-Christ régnera sur la France pour une vingtaine d’années environ. Pour l’instant, contentons-nous de veiller et de prier, car la tempête approche.

Dieu vous bénisse et vous garde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/la_suprematie_du_christ_roi.pdf

Une réflexion sur “La suprématie de Jésus-Christ

  1. LA TOUR DU ROY

    Cette illustration a été initiée en trois jours, les 1, 2 et 3 septembre 2019. Le 1er septembre 1715, Louis XIV s’éteignait à Versailles après un règne qui aura duré soixante douze ans. Le 2 septembre 1792, nous nous rappelons de la barbarie révolutionnaire consacrée dans l’histoire sous le nom de « massacre de septembre ». Un millier de victimes périront dont la princesse de Lamballe. La révolution dite française entrait dans sa phase la plus ignoble.

    Le 2 septembre 1429, sainte Jeanne d’Arc levait le siège de Paris renonçant à l’enlever aux anglais.
    Enfin le 3 septembre nous fêtions saint Pie X. Ce grand pape était né de Jean-Baptiste Sarto, un humble facteur de campagne et de Margherita Sanson dont-il dira bien souvent que c’était une sainte mère.
    Ce nom de Sanson évoqué lors de ma dernière production (la maison du bourreau) d’inspiration biblique, se retrouve sous plusieurs formes en Italie du sud et au Piémont.

    Saint Pie X fera face à la loi républicaine votée le 9 décembre 1905 concernant la séparation de l’Église et de l’État. Devant la politique anticléricale héritière des lumières, saint Pie X se montrera moins conciliant et plus dogmatique que Léon XIII.
    La majorité des évêques français conseillera de se plier à la loi. Le saint pape interdira lui toutes collaborations par l’encyclique « Vehementer nos » du 11 février 1906. Puis « Gravissimo officii munere » du 10 août.

    Il affirmera : « La loi […] en brisant violemment les liens séculaires par lesquels la nation française était unie au siège apostolique, crée à l’Église catholique en France, une situation indigne d’elle et lamentable à jamais ».

    Que devrait-il dire aujourd’hui…j’écris au passage ces lignes le 5 septembre, commémorant la naissance de Louis XIV en 1638 au château de Saint-Germain-en-Laye.

    Pour terminer avec l’histoire de la cité des comtes de Champagne, j’ai souhaité représenter une tour emblématique remarquable à plusieurs titres. Elle domine l’ancien fief des comtes de Champagne bâtie sur un éperon rocheux. Actuellement connue sous le nom de Tour César par l’inspiration incongrue d’un certain Opoix souhaitant coller avec les idées de son siècle.

    Cette tour se nommait autrefois Tour du Roy. Il est vrai qu’elle prendra également pour nom, grosse Tour ou Tour des prisonniers. Il existait dans le royaume de France plusieurs Tour du Roy.

    Deux raisons à ma connaissance leur valaient cette dénomination. Soit le roi en avait commandé la construction, soit le territoire en question baptisait ainsi la Tour pour indiquer que nous étions sur une terre soumise à l’autorité royale.

    Cette tour a été construite entre 1152 et 1183 sous le règne d’Henri le Libéral. Une tour plus ancienne existait en 1137. Elle est érigée sur une motte artificielle à cheval sur les murs de fortification dont elle était le donjon. Vous pouvez apercevoir sur la gauche les vestiges d’une muraille dont on a vidé le cœur et qui rejoignait autrefois le même mur de fortification sur lequel s’érige la maison du bourreau.
    Son rôle était essentiellement militaire, ses chemins de ronde assurant la surveillance de la plaine environnante. Elle est la seule tour carrée à la base présentant un plan octogonal à mi-hauteur.
    Quatre tourelles couvertes en tuiles de châtaigner se dressent à partir du premier chemin de ronde. Une muraille ceinturant l’ouvrage, ajoutée par les Anglais après le siège de 1432 est connue sous le nom de « pâté aux Anglais ».

    La Tour du Roy était surmontée d’une tour de guet et d’un chemin de ronde crénelé.
    En 1554 elle sera couverte par une charpente, les cloches de l’église Saint Quiriace à deux pas de là y seront placées après l’effondrement de la Tour-clocher en 1689.

    Cette tour aux quatre tourelles rappelle à nos mémoires la tour du Temple, beaucoup plus imposante où seront enfermés Louis XVI et la famille royale. Le roi martyr par ce destin tragique devait physiquement marquer de sa présence cette autre Tour du Roy.

    Provins est lié à sainte Jeanne d’Arc car le 2 août 1429, elle y passe après le sacre de Charles VII à Reims le 17 juillet. Elle y restera selon Perceval de Pagny du 2 au 5 août avant de partir préparer la campagne de Paris pour le mois de septembre.

    Provins se soumettra rapidement au roi. La cité n’était pas inconnue de sainte Jeanne d’Arc car la chapelle de Notre-Dame de Bermont à Domrémy était alors dédiée à saint Thibaut de la dynastie des comtes de Champagne.
    Elle en avait une grande dévotion. Fils d’Arnolf et de Guille il était né en 1039. Damoiseau du château de Provins il sera attiré très tôt par la vie érémitique et partira vivre sa foi sur les pas du Christ. Canonisé en 1073 son culte trouvera son apogée aux 12e et 13e siècles au-delà des frontières, de l’Italie à la Palestine.

    Notre grande sainte ira prier à la collégiale saint Quiriace non loin de la Tour, une plaque en témoigne ainsi qu’une belle statue agenouillée près du maître-hôtel. Cette église inachevée dédiée à Quiriace (ou Cyriaque de Jérusalem) est intimement liée aux événements de l’invention (du latin inventio, c’est-à-dire découverte) de la sainte Croix par sainte Hélène.

    Il faut rappeler que les comtes de Champagne étaient issus de la maison de Blois. La cité fut très puissance sous leur règne au point de battre monnaie. La collégiale vit s’installer un chapitre de chanoine dit de Saint-Quiriace dès le XIème siècle. Vous pouvez admirer leurs armes aux trois Croix présentes sur le portail monumental en fer forgé, à l’entrée du saint édifice. Ces chanoines perdureront jusqu’à la révolution dite française.

    Pour en revenir à la Tour du Roy, nous pourrions rebondir sur son nom erroné de César en reprenant les paroles de Notre Seigneur: « rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».

    Ainsi à l’évocation de ce passé glorieux pour que nous ne nous contentions pas d’admirer des vestiges si beaux soit-il mais que si le Ciel le souhaite nous soyons capables de produire à notre tour des merveilles en son nom. Pour que les Tours reviennent au roy, les églises, chapelles et couvents aux prêtres, moines et moniale. Les villages, villes et terres cultivables au bon peuple de France, les châteaux à leurs seigneurs afin que cesse enfin l’usurpation séculaire qui continue de vendre cette terre dans le but de la réduire à un esclavage mondialiste dont le visage hideux est bien l’héritier de la révolution.

    Sainte Jeanne d’Arc, par les Cœurs Sacrés, par saint Michel Archange, par saint Pie X, intercédez pour nous en redonnant à la France son vrai roi très chrétien.

    https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/la-tour-du-roy

    J'aime

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.