La cruauté des riches

Chers amis,

Je reprends la plume pour parler de la gravité de la situation dans laquelle nous nous trouvons. La crise sanitaire nous éloigne un peu plus chaque jour de la véritable foi. Les médias sont forts pour nous enfermer dans un sentiment de colère. Ils excitent en nous les plus bas instincts parce que ce sont des pervers amoureux du mensonge. Ils vivent aux ordres de ceux qui les dirigent, telles des marionnettes absurdes.

Les péchés mortels sont présentés comme la meilleure forme de divertissement. Vous voulez tromper votre épouse ? Faites-le. Vous voulez avorter de votre enfant ? C’est merveilleux. Vous voulez vous droguer ? Allez-y. Vous travaillez au noir ? Nous allons vous aider. Vous êtes un pervers ? C’est magnifique. Vous êtes un catholique ? Sacrilège, ordure, monstre et parjure.

En réalité, cette civilisation s’est totalement renversée. Aujourd’hui, la Vérité est calomniée, méprisée, haïe comme jamais. Ceux qui dirigent le monde sont amoureux de la perversité et du mensonge : ils refusent la Vérité, ils maudissent Jésus-Christ, les saints et son Église. Nous en avons la preuve. Les collaborateurs de la première heure, ces forces de l’ordre au service de l’incommensurable, vont jusqu’à arrêter des prêtres. C’est comme si les policiers frappaient des gilets jaunes sans défense, des avocats, des médecins, des pompiers, des mères de famille ou des enfants. C’est comme s’ils fracassaient le crâne de Jésus-Christ à coups de lanceur de balles de défense, type LBD 40. Ces mots sont forts et ils doivent l’être. Les collaborateurs de la pire espèce ont toujours été dangereux pour notre civilisation. Ils obéissent docilement à ceux qui leur demandent de ne pas approcher les fauteurs de trouble, c’est-à-dire les jeunes de banlieues que les gouvernements successifs ont soigneusement contenu à l’aide des psychotropes et des armes. Ils jouent avec cette jeunesse pour en faire des polichinelles aux ordres du chaos. Est-ce que le gouvernement se rend compte qu’il est en train de transformer la France en une gigantesque poudrière ? Oui, je le crois sincèrement. Et cela, au nom du relativisme et du mépris le plus absolu pour Jésus-Christ et son Église.

J’accuse ceux qui veulent s’ériger au-dessus du peuple de détruire :
– L’économie de notre nation en laissant fermer les restaurants et les lieux de tourisme
– Sa population en accentuant la haine entre les communautés
– La liberté en favorisant le chaos
– Le système de santé en réduisant le personnel hospitalier
– L’intelligence en forçant les gens à applaudir pour Barabbas, Hitler, Staline ou Judas
– L’éducation en prônant toujours plus d’enseignement à distance
– La culture en remplaçant les belles œuvres du passé par des immondices
– La morale par leur relativisme grossier
– La jeunesse en la faisant tomber dans l’alcool, la drogue et les armes
– La religion catholique en la remplaçant par n’importe quels mensonges

Nous avons l’obligation de dénoncer leurs méfaits, leur goût pour le mensonge et l’iniquité. Notre seule crime est d’aimer la Vérité qui est représentée dans toute sa gloire par Notre Seigneur Jésus-Christ. Notre maître nous avait prévenu :

« Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. Si je n’étais pas venu, si je ne leur avais pas parlé, ils n’auraient pas de péché ; mais à présent ils sont sans excuse pour leur péché. Celui qui a de la haine contre moi a de la haine aussi contre mon Père. Si je n’avais pas fait parmi eux ces œuvres que personne d’autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché. Mais à présent, ils ont vu, et ils sont remplis de haine contre moi et contre mon Père. Ainsi s’est accomplie cette parole écrite dans leur Loi : Ils m’ont haï sans raison. » (Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15:17-25)

Ceux qui gouvernent à coups de milliards de dollars ou d’euros nous haïssent parce que nous possédons trois vertus qu’ils ne possèdent pas : la Foi, l’Espérance et la Charité. En effet, ce sont des gens cupides qui souhaitent nous arracher notre raison de vivre. C’est pour cela qu’ils souhaiteraient nous réduire en esclavage, nous anéantir ou nous convertir à leur hérésie homicide. Les nazis œuvraient de la même manière : « vous êtes avec nous ou contre nous ». Les tyrans reprennent toujours les propos du Christ à leur avantage parce qu’ils sont nombreux et fondamentalement mauvais. Ils agissent sur la force symbolique du nombre. Ils sont amoureux des statistiques et souhaitent pervertir l’ensemble de la population. Ce sont des loups ravisseurs.

Nous devons voir d’autant plus clair que l’humanité est divisée en deux clans : ceux qui aiment le mal et ceux qui sont amoureux du bien. Nous trouvons dans n’importe quelle religion ou philosophie ces deux genres de personne. Nous pouvons trouver des communistes, des musulmans, des bouddhistes ou des athées qui sont chrétiens sans le savoir parce qu’ils n’ont jamais osé quitter leurs paradigmes, peut-être parce que Jésus-Christ ne s’est pas encore manifesté à eux. Souvenons-nous de notre propre cas. Pour ma part, j’étais anarchiste avec une tendance au communisme, et croyait en les vertus du nombre et de l’auto-régulation. Le jour de ma conversion, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps après avoir compris mes fautes et le manque d’amour envers mes proches.

Aujourd’hui encore, mes amis les plus fidèles, dans la vie réelle, sont pratiquement tous musulmans. J’entends de ci et de là : « c’est un traître et un lâche parce qu’il parlent à nos ennemis. » Souvenons-nous des paroles du Christ : « il n’y a qu’un seul Dieu et vous êtes tous frères ». Loin de moi la volonté de faire du relativisme. Chez les musulmans, nous trouvons la plupart du temps le bon sens qui est éconduit par la méconnaissance de Jésus-Christ. Sont-ils en faute ? Non. Ils n’ont pas connu le nom du Christ parce que l’on ne leur en donne plus l’occasion. Autrefois, nous avions des prêcheurs martyrs qui convertissaient au catholicisme les populations les plus hostiles. Lorsqu’il n’y a plus de sermon, il n’y a plus de conversion. Nous n’avons donc pas le droit, à ce titre, de juger notre prochain. Pour stopper le chaos en France, nous devrons ordonner aux prêtres catholiques de renouer avec leur apostolat : « le prêtre doit être comme un lion en chaire, un ange à l’autel et un agneau au confessionnal. »

Tout comme pour le vieillard, la veuve, l’orphelin ou le mendiant, lorsqu’un enfant est souffrant, qu’il soit blanc, rouge ou noir, nous avons le devoir de l’aimer et de voir en lui le Christ souffrant. Nous avons perdu, en réalité, l’amour de la Charité à cause de ces médias infâmes qui diffusent leur venin à longueur de journée. La majorité continue de se faire manipuler. Combien voit-on de confinés se ruer devant les fast-food ? En vérité, les gens de notre siècle sont gouvernés par leurs instincts primaires. Ce sont devenus des animaux cupides selon la volonté des frères la truelle. Ces infâmes initiés, bardés de rituels et de tabliers, sont parvenus à transformer les masses en de « vulgaires tubes digestifs sur pattes » comme ils aiment tant à le rappeler. Abjects ésotéristes !

Pendant ce temps, les milliardaires et les présidents mangent du caviar et boivent du champagne, mais, comprenez-vous, ceux-ci sont composés de tubes digestifs de luxe. Rendons-nous compte de la gravité de la situation ? Ceux qui possèdent de l’argent seraient supérieurs aux pauvres ? Quelle infamie avilissante ! Au lieu d’avoir honte, les millionnaires et autres milliardaires se gaussent de leur futile gloriole, tel un L. Alexandre, un J. Attali ou un BHL. Ceux-là ont déjà oublié qu’ils allaient périr et soumettre leur corps aux flammes des incinérateurs puisqu’ils ne croient pas en Dieu. Finalement, les animaux cupides sont ces millionnaires et autres riches railleurs qui méprisent les commandements de Jésus-Christ.

Nous avons un avantage sur eux : nous croyons à la résurrection des corps et nous préservons notre âme. Nous les catholiques, devrions être enterrés dignement selon les anciennes coutumes : le corps lavé, enduit d’huile, de myrrhe et de parfum, et, enfin, enveloppé d’un drap après avoir eu le visage couvert. N’est-ce pas là notre joie et notre victoire face aux serviteurs zélés du démon ?

Ne rentrons pas dans le jeu du nihilisme : ces mêmes fils de Mammon ne nous feront pas renoncer à notre foi. S’ils partent en enfer à leur mort, c’est leur problème et pas le nôtre. Qu’ils brûlent en caste, sans nous emmener dans leurs filets putrides. Pendant que le pauvre, véritablement charitable, meurt dignement, le riche avare crève de sa haine. Qu’il en soit ainsi !

Nous ne devons pas nous salir au contact de ces gens-là. Ils se sont marqués eux-mêmes d’une étoile brillante qui signifie : « je suis riche et je mange du caviar ». Que vaut-il mieux ? Leur ressembler ou rester proches du Christ ? Ces propos doivent déranger, il le faut absolument car nous devons leur signifier notre irrévérence. Puisque nous n’aurons plus droit au monde d’avant, eux non plus ne goûteront plus à leurs plaisirs futiles. Nous leur ôterons leur goût pour le macabre et la perversion.

Nous devrons mettre de la pudeur là où il y a de la pornographie, de la joie là où il y a de la peur, de la faiblesse là où il y a de force, de la paix là où il y a la guerre, de la colère là où il y a le blasphème, de la morale là où il y a le péché, de la sobriété là où il y a de l’excès.

Pendant que les milliardaires enfermeront leurs lingots dans leur coffre-fort et se cacheront dans leur bunker, nous devrons donner à manger aux pauvres et restaurer l’ordre dans notre pauvre France. Lorsqu’ils sortiront de leur cachette, nous n’aurons plus besoin de ces lâches. Ils auront tout le loisir de laver les latrines publiques et d’éplucher les pommes de terre des pauvres gens. Sans en douter, les premiers seront les derniers dans le monde à venir.

Dieu vous bénisse chers amis.

Stéphane
24 avril 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/04/la_cruaute_des_riches_v02.pdf

2 réflexions sur “La cruauté des riches

  1. Dénoncer les résaux occultes qui ruinent la France, c’est juste. Opposer les classes dans une envie des gens aisés, ce n’est pas juste. Et ce n’est pas Chrétien.

    La figure du riche Chrétien selon la Sainte Bilble :

    -Aux riches de ce monde, recommande de ne pas juger de haut, de ne pas plcer leur confiance en des richesses précaires, mais en Dieu qui nous pourvoit largement de tout, afin que nous en jouissions. Qu’ils fassent le bien, s’enrichissent de bonnes oeuvres, donnnent de bon coeur, sachent partager; de cette manière, ils s’amassent pour l’avenir un solide capital, avec lequel ils pourront acquérir la vie véritable (I Timothée 17-19).

    J'aime

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.