Axe de réflexion : la Charité dans la Nouvelle France

La Charité a été si dévoyée que ce terme ne représente pratiquement plus rien pour la plupart des chrétiens occidentaux. Tout au plus se souvient-on qu’il faut tendre la joue, or, il s’agit d’une caricature de la Charité. Alors, qu’est-ce que la Charité chrétienne ? Saint Vincent de Paul en est le plus grand exemple. Voici ce qu’il en dit :

« S’il s’en trouve parmi nous qui pensent qu’ils sont à la Mission pour évangéliser les pauvres et non pour les soulager, pour remédier à leurs besoins spirituels et non aux temporels, je réponds que nous les devons assister et faire assister en toutes les manières, par nous et par autrui. »

La Charité est donc une réponse spirituelle et temporelle (matérielle) qui s’adresse à tous ceux qui sont dans le besoin.

Questions générales

Est-ce que la Charité attend un retour ?
Tout comme le droit a besoin du devoir pour s’équilibrer, la Charité nécessite une implication spirituelle à la réponse temporelle d’un besoin. Concrètement, cela signifie que le don matériel (alimentaire ou autre) implique, de la part de celui qui le reçoit, une volonté de s’instruire à la foi chrétienne. Or, cette pratique n’existe plus dans notre nation. Bien souvent, les associations pratiquent une caricature de la Charité puisqu’elles se bornent à donner un repas sans exiger aucun effort envers ceux qui le reçoivent. Le don qui est effectué de cette manière conforte celui qui le reçoit dans son comportement. Les pauvres en viennent alors à exiger une nourriture de meilleure qualité puisqu’on ne leur demande rien en retour. C’est pourquoi il faut rétablir l’exigence spirituelle dès lors que l’on donne quelque chose. Ce principe est comparable au mécanisme élémentaire de la comptabilité : le crédit implique forcément un débit. Il faut toujours penser à équilibrer nos actions. Étrangement, la finance a conservé le précepte du débit/crédit mais ne l’applique plus au cœur de la civilisation. Il s’agit bien évidemment d’un archétype typiquement antichrist.

Qu’est-ce qu’implique la disparition de la vraie Charité ?
Les ennemis du Christ caricaturent la Charité pour pouvoir créer leur nouveau monde dystopique tant attendu : il s’agit du règne de la bête, de l’antéchrist dans toute son horreur. Le péché, ennemi de la Vertu, est indispensable aux ennemis du Christ puisqu’ils veulent construire un monde nouveau basé sur l’orgueil, le mensonge, la cupidité, la luxure et une hypothétique éternité. Le règne de Satan est l’antonyme du règne de Christ, tout comme la nuit précède le jour, le soleil finit par éclairer l’humanité de ses rayons si chauds et si nécessaires à la vie. Le froid ne peut pas cohabiter avec le chaud : le glaçon fond lorsqu’il est soumis à la chaleur et l’eau se fige lorsqu’elle est soumise au gel. Toutefois ces concepts dualistes ne peuvent pas être appliqués à la spiritualité sinon on tombe inévitablement dans le manichéisme, source de toute erreur. La Trinité permet justement d’éviter de tomber dans l’hérésie : elle nous invite à ne pas succomber à la tentation manichéenne mais à conserver la foi, l’espérance et la charité, symboles qui nous appellent à la méditation trinitaire.

Questions pragmatiques

Comment pratiquer la Charité au sein de la Nouvelle France ?
Il faudra se baser sur les œuvres de saint Vincent de Paul et sur l’héritage monastique pour créer des établissements charitables dédiés au salut de l’enfance, de la vieillesse, des malades, des orphelins et de la pauvreté en général. Leur financement sera soit basé sur le don, le troc ou la bonne volonté des personnes riches. La richesse devra être de nouveau au service de la pauvreté : le riche ne doit pas être exonéré du don, son argent doit servir une cause publique et non pas individuelle. Le capitalisme est une doctrine au service de l’égoïsme et de l’orgueil portés à leur paroxysme. Il faut faire tomber de leur piédestal ces millionnaires et milliardaires qui se prennent pour des pharaons afin de leur faire prendre conscience de leur fragilité. Ils sont également soumis aux lois universelles de la vie et de la mort : nul homme ne peut s’en émanciper, même avec l’aide de la technologie. Ils doivent donc apprendre à servir le peuple. Le riche doit être un ministre de Dieu, un homme au service des autres et non pas un tyran orgueilleux. Le capitalisme profite de toutes ces incohérences pour survivre.

La Charité doit donc se substituer aux intérêts financiers ?
Absolument. Sans cela, les erreurs actuelles perdureraient. Il faut donc rétablir la Charité chrétienne comme principale vertu. Pour cela, il faudra enseigner dès l’enfance les qualités de la Charité et les graves conséquences du péché. L’avidité entraîne la soif de profit, l’orgueil entraîne l’adoration blasphématoire d’hommes et de femmes, le mensonge permet de valider toutes ces hérésies et, par conséquent, de maintenir le système en place. La morale chrétienne permet de rétablir la vérité des commandements de Jésus-Christ en donnant la possibilité aux catéchisés de prendre conscience des graves conséquences du péché : le capitalisme en est certainement le pire exemple. L’usure doit donc être sévèrement sanctionnée.

Quelle sera la place de la finance dans la Nouvelle France ?
Les banques et autres organismes financiers disparaîtront naturellement. Le gouvernement très-chrétien gérera les ressources financières selon les commandements de Jésus-Christ afin de distribuer les ressources selon les besoins de chacun. Toutefois cela n’a rien à voir avec le communisme puisque le Christianisme reconnaît le droit de propriété. Il faut qu’il y ait des riches et des moins riches afin que le système puisse fonctionner intelligemment. Toutefois, il faut ordonner aux riches de mettre leur fortune matérielle au service des pauvres et, en retour, aux pauvres de se mettre aimablement au service des hommes plus fortunés. Cela ne signifie pas que les pauvres doivent être des esclaves. Bien au contraire, les pauvres, dans leur égalité humaine, deviendraient des hommes de bonne volonté qui épauleraient les personnes possédant un gros patrimoine. Tout doit se faire dans la bonne intelligence afin de tendre vers l’harmonie chrétienne.

Est-ce que le Christianisme est une utopie ?
Non ! Bien au contraire puisque le Christianisme invite à la transcendance. Il élève les âmes afin d’extraire le meilleur de l’être humain. Le Christianisme est exigeant envers l’homme et intransigeant envers le péché, non pas pour tyranniser mais pour faire prendre conscience aux hommes que c’est la volonté de se perfectionner qui permet d’améliorer le monde. L’homme, depuis le péché originel, est trop enclin à la facilité et aux mauvais comportements. Le Christianisme est un tuteur d’hommes dans la mesure où l’arbre est la parabole de l’être humain. Des règles strictes poussent les hommes à se surpasser tandis que des règles molles engendrent le chaos, la guerre et le malheur.

Stéphane, 5 juin 2017
Blog la France Chrétienne

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2017/06/20/axe-de-reflexion-la-charite-dans-la-nouvelle-france/

Axe de réflexion : la vieillesse dans la Nouvelle France

Après avoir travaillé toute une vie, le vieillard peut mettre son savoir-être ou son savoir-faire au service du bien commun. Hélas, dans ce XXIe siècle, les personnes âgées sont trop souvent reléguées dans des maisons de retraite. Au lieu de partager les souvenirs de leur vie, de mettre à profit leur savoir-être et leur savoir-faire, elles se voient dépérir lentement dans ces endroits sordides. Ces lieux où la vieillesse est si exposée reflètent en permanence l’idée de la mort et de l’abandon. Pourtant, les personnes âgées représentent un véritable vivier qui reste injustement inexploité. La jeunesse aurait besoin d’être encadrée par des personnes mûres. Le partage intergénérationnel permettrait de faire profiter les jeunes générations de l’expérience des plus anciens : la jeunesse serait édifiée et admirative devant les témoignages de ses aînés, tandis que les personnes âgées se sentiraient utiles.

Questions générales

Que représentent les maisons de retraite ?
Ces lieux sont le reflet de la civilisation : le refus d’intégrer les personnes âgées au sein de la civilisation, le déclassement de la vieillesse, l’incompréhension face à la mort, le rejet du Christianisme qui considère la vieillesse comme l’âge de la sagesse, la punition de l’improductivité. L’inversion des valeurs y est clairement exprimée puisque les personnes hébergées doivent payer des frais élevés pour être maintenues en vie. Or, la charité chrétienne implique la gratuité des soins et le financement des frais grâce à la générosité publique.

Le refus du Christianisme serait donc la cause des maux actuels ?
Bien sûr. Il suffit de connaître l’histoire de France pour s’en rendre compte. Saint Vincent de Paul, par exemple, a créé d’innombrables centres charitables où les personnes en situation d’exclusion étaient soignées et prises en considération : on leur enseignait charitablement les valeurs chrétiennes et on les nourrissait aimablement puisqu’on voyait en eux le visage du Christ souffrant. Or, notre civilisation contemporaine a transféré les responsabilités financières au niveau de la famille afin de se débarrasser de la charité publique. Il s’agit d’un subtil archétype anti-chrétien.

Quelles sont les solutions à de tels problèmes civilisationnels ?
Hélas, il n’y en a qu’une seule : l’écroulement des nations qui ont refusé de protéger leurs ancestrales valeurs chrétiennes. C’est dans la souffrance, et non dans le confort, que les gens seraient en mesure de se souvenir des commandements de Jésus-Christ vis-à-vis de Dieu et des hommes. Toute civilisation, religieuse par essence, qui bannit le Christianisme ouvre la porte à d’autres religions. Il s’agit d’un phénomène parfaitement décrit dans la tradition chrétienne : le refus de la perfection spirituelle entraîne de nombres châtiments destinés à la compréhension des erreurs passées. Hélas, l’homme, si fragile et si faible dans le bien, a besoin de souffrir pour se remettre en cause.

Que produit l’exclusion des personnes âgées ?
Cela entraîne un cloisonnement générationnel : la séparation des générations entraînent plusieurs effets néfastes. La jeunesse méprise les générations plus âgées à cause du jeunisme qui est savamment distillé dans la civilisation, et ce, à cause de l’absence de charité chrétienne. Le communautarisme est également générationnel, mais, ce phénomène passe inaperçu à cause de la prédominance matérialiste : le système est savamment conçu pour décupler le péché, le mal-être et les tensions.

Est-ce que la pauvreté joue un rôle dans cette dégradation généralisée ?
Bien sûr. La pauvreté s’insinue dans toutes les failles du système. C’est un redoutable facteur d’exclusion puisque cela favorise la dépendance aux psychotropes, engendre énormément de violence, de dégradation de l’hygiène et de la santé publique.

Comment peut-on résumer la situation ?
Le cloisonnement des générations, couplé au communautarisme, à la pauvreté, à l’égoïsme et à l’effondrement moral engendrent une perte de repères à grande échelle et un redoutable isolement des individus. La situation est dramatique mais le brouhaha des médias étouffent la réalité. Une saine réflexion est indispensable pour prendre conscience de l’ampleur des dégâts.

Quel serait le futur probable de notre civilisation ?
S’il n’y avait pas de châtiments divins, cette civilisation se scinderait en deux parties. D’un côté il y aurait les pauvres et de l’autre les riches. Les pauvres seraient destinés à vivre dans des bidonvilles insalubres tandis que les riches vivraient une vie luxueuse grâce à l’avancée technologique. Le transhumanisme se nourrit de cette scission : la civilisation à deux vitesses accélère la paupérisation d’une partie de la population et l’enrichissement de l’autre. Les flux financiers se concentrent exclusivement sur la progression de la technologie dans le but d’améliorer la nature humaine des collaborateurs de la dystopie transhumaniste pour les faire passer au stade de cyborg. Ceci est une odieuse chimère diabolique.

Questions pragmatiques

Comment la Nouvelle France s’y prendra pour sauver les personnes âgées ?
Notre histoire est suffisamment riche pour cela. Saint Vincent de Paul nous a donné les clefs du bonheur chrétien et cela passe forcément par la charité. Les personnes âgées valides seront réincorporées dans la civilisation : « tu honoreras ton père et ta mère ». Par conséquent, les familles réapprendront à aimer leurs aïeux. Les personnes âgées souffrantes seront hébergées dans des lieux de charité chrétienne : la Nouvelle France recrutera des vocations féminines afin de les faire redevenir les filles de la charité publique. Ceci passe bien évidemment par un redressement de l’Église catholique qui est actuellement éclipsée par la décadence, symbole du péché.

Pourquoi privilégier les femmes pour les travaux de charité ?
La femme chrétienne est à l’image de la sainte Vierge. Elle est le symbole de la maternité et de l’amour maternel. Elle porte en elle les instincts primordiaux de protection. Le féminisme est un mouvement situé à l’exact opposé de cet amour maternel : c’est le refus de servir par excellence, l’égoïsme élevé sur un piédestal, un autre archétype de l’esprit antichrist. Le Christianisme distingue l’homme de la femme dans leur nature et dans les fonctions qui en découlent : l’homme est à l’image de Jésus-Christ ce que la femme est à l’image de la sainte Vierge. La civilisation contemporaine s’acharne à vouloir anéantir des symboles si parfaits parce qu’elle sait qu’elle vit sur le mensonge et la cupidité. Sa plus grande peur est de voir l’usure disparaître : la Nouvelle France interdira en priorité le crédit. Il faudra réapprendre à vivre selon la réalité de nos moyens : les pauvres seront assistés par une véritable charité et les riches participeront à celle-ci. Le Christianisme sait répondre à tous nos besoins.

La Nouvelle France redeviendra donc chrétienne ?
Absolument. La Nouvelle France sera le royaume restauré du Christ-Roi, du Sacré-Cœur. Il y a suffisamment d’ouvrages chrétiens des siècles passés pour permettre à la France de s’élever au sommet de la charité. Cela implique un travail énorme de restauration de la part du futur gouvernement très-chrétien. Mais sa devise ne sera-t-elle pas : « chacun pour tous et tous pour la Suprême Gloire de Dieu ? »

Stéphane, 5 juin 2017
Blog la France Chrétienne

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2017/06/20/axe-de-reflexion-la-vieillesse-dans-la-nouvelle-france/

Axe de réflexion : l’enfance dans la Nouvelle France

L’enfance est le moment privilégié de la vie. Le rôle d’une nation chrétienne est de protéger les enfants de la perversité de certains adultes. Ces petits êtres sont à l’image de l’enfant Jésus : il faut voir en eux la pureté, la candeur, la félicité et la grâce. Une civilisation qui méprise l’enfant est tyrannique et mortifère. Un enfant est fragile et précieux, c’est pourquoi il faut veiller à sa bonne éducation, à son intégrité physique, intellectuelle et spirituelle. Toutefois, il ne doit pas devenir l’enfant roi, c’est-à-dire celui qui n’a que des droits puisque cela reviendrait à le pervertir en lui insufflant subtilement de l’orgueil : dès lors, tout lui serait dû, surtout à l’âge adulte. Pour éviter ce genre de situation, il est nécessaire de rétablir les devoirs de l’enfant envers Dieu, envers ses parents et envers la civilisation. Donner de saines responsabilités à l’enfant, c’est lui offrir un avenir plein d’espérance.

Questions générales

Quelles sont les conséquences d’une éducation qui privilégie le concept de l’enfant-roi ?
L’enfant qui n’a connu que le confort en pensant être le centre du monde se transforme en tyran à l’âge adulte : ses droits lui semblent acquis d’emblée, tout lui est dû et il se considère comme un maître en territoire conquis. Sa conception du monde lui semble excellente et il tente de l’imposer aux autres. Cependant, lorsque des millions d’adultes agissent de la sorte, le trouble s’installe dans les esprits puisqu’il n’y a aucune entente, chacun affirmant que son échelle de valeur est la bonne. Une civilisation honnête enseigne l’exemple à suivre grâce à une formation chrétienne sérieuse et une diffusion globale de ces informations : l’Évangile est réellement le seul chemin à suivre. Jésus-Christ n’a-t-il pas dit : « je suis le chemin, la vérité et la vie » ?

Pourquoi est-ce qu’une nation chrétienne doit-elle imposer ses valeurs ?
L’égoïsme doctrinal, favorisé par le concept de l’enfant-roi, engendre de la mésentente. En ce XXIe siècle, les gens ne se parlent plus : l’État républicain est en pleine décadence morale. Ceci entraîne alors une méfiance générale et un repli sur soi. Saint Vincent de Paul enseignait que les valeurs chrétiennes contribuaient à la réunification de la population puisqu’une douce charité entraîne une sincère cohésion. Le message de Jésus-Christ est clair : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé ».

Quelles sont les conséquences de cet amour ?
L’amour du prochain implique l’acceptation de son échelle de valeur. Or, si celle-ci est pervertie, l’amour se désagrège pour se transformer en conflit. La charité chrétienne découle de l’acceptation nationale des commandements de Jésus-Christ. Une nation qui souhaite obtenir la cohésion et la paix intérieure doit promouvoir le Sacré-Cœur de Jésus. Ses habitants se réunissent alors sous une même bannière. Telles sont les conséquences du véritable amour.

Qu’entraîne la diffusion de multiples doctrines au sein d’une nation ?
Ces multiples doctrines engendrent le communautarisme et l’accroissement des tensions. Une telle nation devient alors le terreau de la guerre civile puisque les différentes communautés chercheront un jour où l’autre à s’emparer du pouvoir politique. C’est ce qui est arrivé en Yougoslavie et au Moyen-Orient, par exemple. Jésus-Christ n’a-t-il pas dit : « L’homme bon sort le bien du trésor de bonté de son cœur ; et de sa malice, l’homme mauvais sort le mal ; car sa bouche parle du trop-plein du cœur. »

Que deviennent les enfants dans une telle nation ?
Ils sont laissés pour compte, abandonnés à leur propre sort. Par conséquent, ils cultivent des valeurs qui les blessent profondément. Tous tentent de rechercher le bonheur par leur propre voie. Or, en-dehors de l’Évangile il n’existe nul salut. L’enfant qui se fait son propre avis sur le monde risque de se tromper gravement et de commettre des erreurs irréparables pour lui et les autres. Nous pouvons constater que l’enfance n’est pas une période heureuse en France : les adultes eux-mêmes étant incapables de s’entendre, les enfants suivent la même voie de perdition. Jésus-Christ n’a-t-il pas dit : « Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous les deux dans une fosse ? »

Le rôle de l’esprit est donc majeur chez l’homme ?
Forcément. Un homme qui nourrit son esprit avec des idées impures et des pensées mauvaises s’identifie progressivement à ces mêmes idées, tandis que l’homme qui recherche Jésus-Christ finit par s’identifier au vrai, au bien et au beau. Jésus-Christ n’a-t-il pas dit : « En effet, il n’y a pas de bon arbre qui donne de mauvais fruits, ni non plus de mauvais arbre qui donne de bons fruits ; car chaque arbre se reconnaît à son propre fruit. On ne cueille pas des figues sur les épines ; on ne ramasse pas de raisin sur les ronces. »

Questions pragmatiques

Comment protéger l’enfant dans la Nouvelle France ?
Le gouvernement très-chrétien appliquera la méthode de la simplicité : rétablir les devoirs de l’enfant envers Dieu, ses parents et la civilisation. Enseigner la vertu et expliquer les dangers du péché. Les enfants de cette époque intégreront les saintes leçons qui leur seront enseignées. L’ordre sera rétabli dans les classes scolaires et plus généralement de partout où se trouveront des enfants. Ils serviront d’exemples selon la méthode de saint Vincent de Paul. On parviendra à édifier les adultes réticents grâce à un effet de surprise : un enfant qui est plus sage que son aîné contribue forcément à élever le niveau de son entourage.

Quel sera le rôle de l’enfant ?
Les enfants de la Nouvelle France seront responsabilisés et mis en valeur. Ils pourront exercer des rôles plus ou moins importants au sein de la nation, selon leurs capacités naturelles. L’éducation chrétienne contribuera à les rendre de plus en plus responsables afin de rétablir l’ordre et la paix. L’enfance est le socle d’une civilisation. Imaginez un adulte ayant à faire à un enfant qui soit capable de surveiller une classe, enseigner une matière, tenir une bibliothèque, édifier les adultes ? Comment réagirait-il ? Maman Marguerite, la douce mère de saint Jean Bosco, a responsabilisé ses trois fils afin d’en faire de parfaits chrétiens.

Quelles seront les moyens pour parvenir à la responsabilisation des enfants ?
La douceur sévère est certainement la clé du succès. Rester calme face à l’enfant, ne rien lui céder sans toutefois le violenter, lui parler de manière à lui faire prendre conscience de ses devoirs, l’édifier par de saints exemples, lui raconter de belles choses et les lui expliquer. Les adultes chargés d’entourer les enfants seront recrutés et formés pour être capables de leur enseigner la vertu et le savoir-être. Ce sera là un des enjeux du gouvernement de la Nouvelle France.

Stéphane, 5 juin 2017
Blog la France Chrétienne

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2017/06/20/axe-de-reflexion-l-enfance-dans-la-nouvelle-france/

Axe de réflexion : la Vie et la Vérité dans la Nouvelle France

La Vie est un phénomène complexe, sacré et divin. Elle engendre gratuitement le peuplement de la planète. Dans Sa grande bonté, Dieu nous a offert la possibilité de vivre sur une terre parfaite constituée de mers, de montagnes, de plaines, de vallons, de forêts, de déserts, de steppes. L’homme ennemi de Dieu, dans son ingratitude, tente de minimiser la perfection de la Vie afin de la réduire à un vulgaire acte mercantile. Il enseigne à ses frères une vision erronée et noircie de l’acte d’amour divin : il assombrit le regard émerveillé de l’enfant pour en faire un adulte railleur, désabusé, ingrat, angoissé, malheureux et donc incapable d’observer la splendeur du monde. Si l’humanité savait contempler l’œuvre de Dieu, les hommes mauvais seraient stoppés dans leur course à la destruction de la planète. C’est pourquoi ceux-ci réfléchissent, dans des cercles fermés, aux hérésies qui permettent de réduire le champ de conscience des hommes. Le tableau idyllique, tel qu’il est réellement, se transforme en une abomination à cause de la promotion de l’esprit de mort, de guerre et de chaos.

La Vérité est une grande vertu d’intelligence. L’homme qui se tient du côté de la Vérité dompte ses mauvais penchants afin de se rendre semblable, dans la mesure du possible, à Notre Seigneur Jésus-Christ. Le menteur, quant à lui, se laisse dominer par des pulsions qui le poussent un peu plus profondément sur la voie de la perdition. Des petits mensonges successifs se rajoutent aux précédents jusqu’au point de déformer complètement la réalité de la situation initiale. Par exemple, le voleur se mentira à lui-même au point d’affirmer qu’il ne dérobe jamais. L’homme adultère inventera des situations ubuesques pour nier la tromperie et finira peut-être par y croire lui-même. Bien sûr, il peut arriver de mentir par omission pour ne pas blesser quelqu’un. Il faut éviter, dans la mesure du possible, de se servir de ce type de subterfuge puisque le mensonge entraîne la réduction du champ de la conscience et une déformation de la perception du monde réel.

Questions générales

Pourquoi est-ce que le bien, le vrai et le beau sont si méconnus ?
L’âme de l’homme qui sait porter un regard d’enfant sur la beauté du monde s’élève. Or, la plus grande peur des promoteurs du crédit à la consommation, c’est-à-dire l’usure, est de ne plus pouvoir vendre ce que Dieu a généreusement offert. Le marchand est, dans l’absolu, animé par un esprit d’avidité qui le pousse à pervertir son client afin de pouvoir s’accaparer, en toute tranquillité, ce qu’il souhaite. Il utilise sa malice pour transmettre sa funeste vision du monde à ses frères afin de les entraîner avec lui dans sa chute. On comprend alors que Lucifer anime ces esprits troublés. Le lecteur qui prend conscience de ceci commence dès lors à être ennemi du diable puisqu’il devient capable de contempler la beauté du monde. Des individus émerveillés par le vrai, le bien et le beau refuseraient de céder la terre à des êtres malveillants qui s’acharnent à la dégrader puisqu’ils ne pourraient supporter le fait de perdre la possibilité d’admirer cette splendeur si parfaite. Tandis que les individus désabusés se contentent de se morfondre sur leur sort en ressassant égoïstement leurs propres petits malheurs. C’est pourquoi le Christ a dit : « malheur à celui qui scandalise un enfant » puisque nous sommes ces enfants-là ! Imaginez l’être malveillant au moment de trépasser : il voit défiler devant lui une vie remplie de pensées noires et d’actes dégradants pour prendre conscience qu’il va finir en enfer. L’esprit Charlie ressemble à cela.

Qu’est-ce que l’esprit Charlie ?
C’est l’esprit d’orgueil par excellence : la raillerie constante de Dieu, la négation de l’enfer ou la transformation de celui-ci en une sorte de paradis diabolique, le refus du Salut et de la Grâce, la tromperie de la population. Derrière cet esprit se cache, bien évidemment, le diable.

L’homme contemporain serait donc la proie du mal ?
Oui. Nous sommes les enfants de Dieu destinés à recevoir Son Saint-Esprit, notre corps et notre esprit forment donc Son Temple. Dès que nous basculons du côté infernal, nous perdons toute capacité de lutte, à cause de nos faiblesses inhérentes au péché originel.

Questions pragmatiques

Comment rétablir l’amour de la Vie ?
Le gouvernement très-chrétien de la Nouvelle France fera en sorte d’enseigner les dangers du culte de la mort. Il faut expliquer le fonctionnement des archétypes sous-jacents qui ne sont perceptibles qu’à l’analyse des concepts intellectuels. Vous remarquerez que l’analyse de texte ne se fait pratiquement plus sur les bancs scolaires, ceci afin d’altérer le sens du jugement individuel. Il faut que la population s’approprie les concepts du Christianisme pour être en mesure de lutte contre l’esprit satanique, sans cela, c’est peine perdue. Posséder la simplicité de la colombe est un bienfait mais il faut être prudent comme le serpent afin de détecter le mal là où il se trouve. L’enseignement chrétien devra donc être au cœur de la Nouvelle France.

Comment rétablir l’amour de la Vérité ?
La morale chrétienne enseigne les dangers du mensonge et du péché en général. L’analyse des textes de saint Augustin sur ce sujet est également une nécessité. Concrètement, le Christianisme permet d’édifier les âmes grâce à ses enseignements si riches et si sages. L’apprentissage scolaire de ces écrits est, par conséquent, indispensable tout comme la diffusion de ce savoir au sein de la Nouvelle France : des individus avertis sont capables d’expliquer à leurs frères le danger de mauvais comportements. Or, au XXIe siècle, il est strictement interdit de critiquer ou de dénoncer le mal, sous toutes ces formes. Par contre, la lutte contre les commandements du Christ est permanente. Le mal s’est octroyé le pouvoir, mais, comme nous le savons, là où le péché abonde, la grâce surabonde inévitablement. Le mal finira par s’autodétruire pour céder la place au Christ-Roi.

Stéphane, 4 juin 2017
Blog la France Chrétienne

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2017/06/20/axe-de-reflexion-la-vie-et-la-verite-dans-la-nouvelle-france/

Axe de réflexion : la famille dans la Nouvelle France

La famille est le pilier de toutes les religions. Hélas, la société technologique qui émerge actuellement de la terre souhaite détruire la famille pour y imposer, à la place, une société communautaire composée de tyrans et d’esclaves. Les laboratoires d’un nouveau type vendraient alors des êtres humains créés artificiellement : la vie ne s’obtiendrait plus comme un don gratuit de Dieu mais comme un pacte financier contracté auprès d’une multinationale spécialisée dans l’eugénisme et autres techniques dictatoriales. La sensualité abortive et la luxure déviante sont autant de techniques qui permettent d’éclipser la famille, cocon si précieux pour notre civilisation. Or, la famille constituera le noyau central de la Nouvelle France : un époux et une épouse donneront la vie à plusieurs enfants qu’ils seront chargés de protéger, d’éduquer et d’aimer tendrement puisque les devoirs envers les enfants seront gravés dans tous les cœurs.

Questions générales

Comment se fait-il que la famille résiste aux attaques des lobbies ?
Les multinationales n’ont pas encore la capacité technique de produire massivement des êtres humains dans leurs laboratoires. Lorsque leur capacité de nuisance sera suffisamment développée, les ennemis de Dieu essayeront de détruire la civilisation pour imposer leur doctrine homicide. En attendant ce moment, les lobbies se contentent de diffuser toutes sortes d’hérésies ennemies de la Vie et de la Vérité. Ils tentent de distraire les individus pour les empêcher de procréer : cette subtile destruction d’enfants engendre un phénomène opposé au baby boom. Les générations suivantes seront fortement dépeuplées puisque les enfants qui auraient dû naître auront été éliminés par la ruse. Or, il est difficile de faire prendre conscience aux gens que l’enfant qui aurait dû naître a disparu : comment appréhender l’existence d’un enfant qui n’a jamais vu le jour puisque, justement, il n’existe pas ?

Pourquoi est-ce que ces doctrines mortifères ne se montrent-elles pas au grand jour ?
Les ennemis de Dieu travaillent secrètement à la manière des taupes : ils creusent des galeries souterraines qui le moment venu feront s’effondrer les ruines de notre civilisation millénaire. La ruse et le secret sont leurs principaux outils. Le malaise contemporain est palpable mais encore trop flou pour que les gens s’en aperçoivent réellement. La surconsommation et les médias permettent d’entretenir une léthargie générale à la manière des musiciens qui jouaient de la musique devant les camps de concentration. L’un des défauts de l’homme est d’être facilement trompé.

Quelles sont les techniques employées pour noyauter la famille ?
On peut en dénombrer un certain nombre : l’adultère, le chômage qui entraîne la peur du lendemain, les déviances sexuelles, le divorce, l’égoïsme qui est un frein aux rencontres naturelles, l’érotisme, le féminisme, l’interruption volontaire de grossesse, l’irréflexion qui peut entraîner de graves conséquences, la luxure, le manque de dialogue, le mensonge, la monoparentalité liées justement aux déséquilibres de la civilisation, la peur de l’autre, la pornographie, la promotion de l’ambition personnelle, la prostitution, le téléphone portable dans la mesure où il coupe le dialogue, la violence conjugale et la vulgarité qui est un véritable repoussoir. Il y en a d’autres mais ce sont des techniques beaucoup plus subtiles qui demandent un effort supplémentaire pour être détectées.

Questions pragmatiques

Comment protéger la famille ?
Lorsque la France aura beaucoup souffert, la Nouvelle France se chargera d’enseigner en premier lieu la morale chrétienne dès l’enfance. Il faudra rétablir les devoirs envers Dieu afin que les hommes sachent quel est le meilleur comportement à adopter. Il faut donc développer l’intelligence du cœur qui entraîne la charité et donc, de surcroît, l’intelligence contextuelle, c’est-à-dire la prise de conscience de nos comportements et de ce qu’ils engendrent autour de nous. La famille pourra être protégée grâce à un travail de fond qui se situera à l’exact opposé de celui d’aujourd’hui.

Justement, quel est ce travail de fond à effectuer ?
Il faudra opposer la vertu au péché. Par exemple, au lieu de promouvoir l’adultère, il faudra promouvoir la fidélité. Le chômage et l’ambition personnelle n’existeront plus puisque chacun sera placé là où il est le meilleur selon ses capacités naturelles. Par conséquent, la peur du chômage s’effacera pour laisser la place à l’espérance. Les déviances sexuelles, l’érotisme, l’interruption volontaire de grossesse, la luxure, la pornographie, la violence et la vulgarité disparaîtront d’eux-mêmes sous l’effet de la moralisation de la population. Le divorce et la monoparentalité n’existeront plus puisque le rétablissement des fiançailles permettra au couple de savoir s’il est fait pour durer. La promotion de la charité fera disparaître l’égoïsme doctrinal et la peur de l’autre. Le féminisme disparaîtra grâce à la considération de la femme au sein de la Nouvelle France. L’irréflexion et le mensonge disparaîtront grâce aux enseignements chrétiens et à la restauration des sacrements de l’Église.

Comment se fait-il qu’il n’y ait pas de prise de conscience du travail de fond à effectuer ?
La civilisation contemporaine est illusionnée par le travail de sape que les ennemis de Dieu ont entrepris depuis plusieurs décennies déjà. C’est en réfléchissant simplement (la simplicité de la colombe couplée à la prudence du serpent) que l’on peut voir apparaître clairement la ruse du démon : les hommes sont trompés par ce travail de réflexion entrepris dans les groupes de réflexion. Le gouvernement très-chrétien de la Nouvelle France travaillera justement à redresser tout ce qui a été démoli par les ennemis de Dieu. La lutte contre le péché consiste à opposer la vertu inverse : il suffit d’appliquer la même méthode au sein de la civilisation pour voir s’effacer progressivement le mal. Lorsque les commandements de Jésus-Christ (le bien, le vrai et le beau) seront promus comme valeurs fondamentales, la civilisation sortira rapidement de sa léthargie afin de se souvenir de Dieu pour renouer avec la virtuosité chrétienne.

Est-ce que la simplicité est le meilleur remède aux maux contemporains ?
Oui. La simplicité permet de trouver les bonnes réponses à des problèmes qui semblent souvent complexes. Or, il suffit de découper ces problématiques en briques plus petites pour y voir plus clair. Toutefois, l’effort intellectuel seul ne permet pas d’obtenir la simplicité. Ce sont les inspirations engendrées par la prière qui l’entraînent. Cela reste de l’ordre des mystères de la foi : il vaut mieux ne pas chercher à rationaliser mais seulement à constater l’existence du monde invisible.

Comment favoriser les familles unies ?
Il faut que l’école soit le lieu où les enfants apprennent le rôle majeur de la famille au sein de la civilisation puisque ce sont les générations futures qui forment des familles généreuses et prospères. Donc, l’enfance doit être encadrée de manière saine et sérieuse. Elle doit être protégée et instruite dès le plus jeune âge afin de lui éviter de tomber dans les mêmes pièges qu’en ce début de XXIe siècle. Ce sera d’ailleurs le sujet d’un autre texte.

Stéphane, 3 juin 2017
Blog la France Chrétienne

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2017/06/20/axe-de-reflexion-la-famille-dans-la-nouvelle-france/

Axe de réflexion : l’homme dans la Nouvelle France

L’homme constitue, au choix, la pierre angulaire (s’il est fidèle au Christ) ou la pierre d’achoppement (s’il est ennemi du Christ) de la civilisation. Au XXIe siècle, l’homme a perdu son statut d’ami de Dieu, il s’est lui-même condamné à la perte de la félicité. Lorsque les ennemis du Dieu Vivant auront engendré de graves maux sur notre nation, il sera temps de lever la bannière du Sacré-Cœur afin que l’homme puisse retrouver son statut d’ami de Dieu au sein de la Nouvelle France.

Questions générales

Qu’est-ce que le péché ?
C’est le refus d’aimer pleinement. Dès lors, l’homme se condamne à se tourner vers le suprême ennemi du Christ et à suivre les voies larges de la perdition. Pécher, c’est faire le choix de son propre malheur et de ceux qui nous entourent. C’est également choisir la rébellion comme principal sujet de motivation. C’est graver dans son cœur des lois iniques qui offensent gravement le Sacré-Cœur et contribuent à transformer progressivement le monde en un enfer par des attitudes collectives nuisibles à l’humanité et à la planète.

Qu’est-ce que la réconciliation ?
La réconciliation consiste à renouer une véritable amitié avec Dieu en réparant ses fautes passées, en cherchant à dompter ses propres défauts afin de s’améliorer. C’est également pleurer sur ses fautes, c’est ce que l’on appelle généralement s’humilier devant Dieu. La confession permet d’effectuer ce long travail. L’un des graves problèmes de notre époque c’est qu’il est difficile de trouver un confessionnal ouvert. Le sacrement de pénitence et de réconciliation permettent de nous réconcilier avec Jésus-Christ. Nous devrions tout faire pour graver dans notre cœur l’amour de Jésus-Christ afin d’être en mesure de produire de beaux fruits.

Comment les ennemis de Dieu parviennent-ils à pervertir l’humanité ?
C’est par la propagation médiatique de mauvaises doctrines que les hommes sont pervertis en grand nombre. Les médias (cinéma, musique, lecture, jeux vidéos, internet) contribuent à la diffusion d’hérésies chacune toujours plus dommageables que les autres. C’est pourquoi l’on devrait toujours garder un œil sagement critique sur ce que l’on regarde, écoute ou lit.

Quelles sont ces doctrines et que produisent-elles sur l’homme ?
Il y en a un trop grand nombre. Par exemple, la destruction de l’autorité paternelle au cours du XXe siècle a contribué à affaiblir l’autorité masculine qui est l’une des clés du catholicisme. Cela ne veut pas dire que l’homme est supérieur à la femme mais que l’homme et la femme sont complémentaires et doivent assumer des rôles différents selon leur nature masculine et féminine. En opposant systématiquement l’homme à la femme, afin d’imposer une égalité tyrannique des sexes, les ennemis de Dieu parviennent à pervertir l’un et l’autre. Un phénomène de féminisation des hommes les affaiblissent largement au point de les paralyser ou de les mener vers l’homosexualité. En ce qui concerne les femmes, les ennemis de Dieu les attaquent sur la maternité en refusant leur statut de mère génitrice. Ainsi, saint Joseph, la sainte Vierge Marie et Jésus-Christ sont systématiquement brimés à travers ces archétypes sataniques. Ceci contribue à transformer les individus les plus fragiles en des êtres plus ou moins cruels, plus ou moins violents, plus ou moins destructeurs de l’ordre millénaire. Il y a des centaines ou des milliers d’autres doctrines plus ou moins subtiles qui viennent ternir le tableau : elles sont liées au racisme, aux religions, à la scolarité, au travail, à la consommation, à la sensualité, à la production, à la faune et à la flore, etc. Des groupes de réflexions sont chargés de les concevoir afin de fragiliser davantage la paix sociale. Face à cet immense brouhaha intellectuel qui embrouille les esprits, la plupart des gens se crispent ou préfèrent fuir.

Quelle sera la place de l’homme dans la Nouvelle France ?
Selon ses talents, l’homme peut choisir une vie de travailleur manuel, intellectuel ou spirituel. Un travail d’évangélisation de fond permettra aux hommes de mieux se connaître, grâce à la méditation chrétienne sur la vie de Jésus-Christ et des saints, grâce aux prédications, grâce à la Sainte Messe, grâce à la confession, grâce aux sacrements, etc. Dieu doit être au cœur de la Nouvelle France afin que l’homme puisse se sentir aimé et responsabilisé. C’est en aimant Dieu de tout son cœur que l’on peut aimer son prochain comme soi-même puisque l’on apprend, à travers cet amour plénier, à s’aimer d’un amour sincère. Saint François de Sales nous invite à agir avec patience et douceur envers nous-mêmes pour être en mesure de pratiquer la même charité suave envers nos frères. Un homme qui ne s’aime pas ne peut ni aimer Dieu ni aimer son prochain. C’est pourquoi avant toute chose, la Nouvelle France doit être la terre du Sacré-Cœur : une terre promise pour les hommes en manque d’amour, un avant-goût terrestre du paradis céleste, un refuge pour les pauvres et les opprimés.

Quelle sera la place de la femme dans la Nouvelle France ?
La femme doit tout d’abord se redécouvrir et connaître son rôle vital dans la procréation et l’éducation de ses enfants. La femme doit avant tout être une mère à l’image de la sainte Vierge. Mettre au monde un être vivant doit être une source de joie et non un objet de frustration. C’est pourquoi il faudra valoriser dans la Nouvelle France le statut de la femme. Elle a un rôle majeur à jouer auprès des enfants, des orphelins, des malades et des vieillards comme l’expliquait si bien saint Vincent de Paul. Il faudra réserver à la femme une place de choix dans ces secteurs. Il y aura un travail de réflexion à lancer sur ce sujet en s’épaulant de l’héritage catholique. Tout comme pour l’homme, la femme doit apprendre à adorer Dieu pour être en mesure de s’aimer et d’aimer les autres. L’art et la culture devront glorifier le statut de la mère afin que la femme puisse s’épanouir dans la Nouvelle France.

Qu’est-ce qu’un homme de bonne volonté ?
L’homme de bonne volonté est celui qui accepte d’aimer Dieu de tout son cœur afin d’être en mesure de s’aimer et d’aimer les autres. Dès lors qu’il apprend à maîtriser ses pulsions et à dompter ses défauts, il devient un homme capable de servir de pierre angulaire pour améliorer la civilisation. Il découvre la grâce qui lui permet de s’épanouir dans un monde plus juste selon les commandements de Jésus-Christ. Il faut que l’homme de la Nouvelle France apprenne à aimer l’amour et à détester le péché grâce à un travail d’évangélisation de fond.

Que pouvons-nous dire du racisme ?
Le racisme est bien souvent intimement lié au nationalisme. Or, le nationalisme politique est la sacralisation de la patrie, ce qui est une grave erreur : la vertu d’indifférence apprend au chrétien à ne s’attacher ni aux emplois, ni aux personnes, ni aux lieux, particulièrement à leur pays, ni à aucune autre chose afin de se conduire comme un simple voyageur toujours prêt à quitter cela de bon cœur, tel est l’enseignement de saint Vincent de Paul. Tout homme qui se convertit volontiers aux commandements de Jésus-Christ fait la joie du Ciel et possède la Vie Éternelle après la mort de son corps. Notre Seigneur a souhaité sauver ceux d’Israël ainsi que les païens grâce à l’évangélisation de saint Paul suite à sa conversion miraculeuse. Maintenant, imaginez une splendide cathédrale remplie de fidèles habités par le Saint-Esprit : ici des africains, ailleurs des amérindiens, là des asiatiques, plus loin des caucasiens, à côté des eurasiens, là-bas des hispaniques, à droite des maghrébins, tous sont unis sous la bannière du Sacré-Cœur : ne serait-ce pas là le plus grand accomplissement de Dieu ? Jésus-Christ aime tous les hommes à la seule condition qu’ils renoncent au péché, c’est-à-dire au manque d’amour plénier. Saint François de Sales explique d’ailleurs que, fut un temps, tous les hommes étaient frères : la Nouvelle France sera cette splendide Arche de Noé, cette nouvelle terre promise d’Israël.

Quelle est l’importance de la charité ?
La charité sera au cœur de la Nouvelle France, ce sera d’ailleurs le sujet d’un autre article. Les hommes et les femmes de ce temps-là se sentiront apaisés, heureux, comme s’ils participaient à la communion des saints. De l’enfant au vieillard, en passant par le pauvre, le boiteux, le solitaire, le délaissé, le malade, la veuve, l’orphelin, tous seront unis sous la bannière du Sacré-Cœur de Jésus-Christ : comment ne pas être heureux dans une époque si douce et si clémente après avoir subi de terribles et cruelles épreuves ? Là où le péché a abondé, la grâce finit par surabonder. Le gouvernement de la Nouvelle France travaillera avec les hommes de bonne volonté afin de conquérir les âmes et les cœurs puisque c’est là l’enjeu d’un royaume réellement chrétien.

Stéphane, 2 juin 2017
Blog la France Chrétienne

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2017/06/20/axe-de-reflexion-l-homme-dans-la-nouvelle-france/

Axe de réflexion : l’artisanat dans la Nouvelle France

L’artisanat est la base de toute société civilisée. Immédiatement après le savoir-être, vient le savoir-faire. L’homme de bonne volonté souhaite mettre son talent au service du bien commun. L’artisan se dévoue à une cause noble : fabriquer du pain avec la joie dans le cœur, tresser des paniers d’osier en priant, tanner le cuir en remerciant le Seigneur, travailler le bois en se souvenant de Joseph et du roi des rois Jésus-Christ, transformer le métal en ustensile de moissonnage, fouler aux pieds le raisin, et tant d’autres, autant de métiers, autant de moyens de se mettre au service de Dieu et de la Nouvelle France. Travailler avec le cœur entretient de belles pensées et de nobles prières qui contribuent à améliorer le monde. Le travail allié à la prière forment un ordre parfait : écoutez les coups de marteaux du forgeron qui travaille le métal, sentez le pain qui cuit dans le fournil du boulanger, observez le vigneron en train de préparer son vin, respirez cet air paisible de la campagne. L’artisanat permet de mettre chacun à sa place et chaque chose en ordre. Dieu nous a tous pourvu de dons différents qui permettent de constituer une civilisation transcendantale, lorsque la verticalité est marquée par l’obéissance aux commandements divins. L’obéissance est le remède aux maux de la civilisation : obéir à un supérieur vertueux qui lui-même accepte les ordres venant d’au-dessus. La royauté est le symbole parfait de la verticalité : chacun est bien là où il est parce qu’il répond à des besoins providentiels. Tout serait si simple si l’homme acceptait de se plier humblement aux commandements divins. Les valeurs du Christianisme font de l’homme vertueux un véritable artisan de paix : travailleur de la matière et ouvrier du cœur. Les hommes de bonne volonté contribuent à apporter la paix dans leur pays : Jésus-Christ est alors présent parmi ses artisans.

Questions générales

Pourquoi est-ce que l’artisanat est autant dénigré ?
L’artisanat provient du Christianisme. Or, le système contemporain déteste tout ce qui rappelle le passé puisqu’il prône un monde technologique dans lequel les multinationales dominent le monde à coups de brevets. Le vol manifeste des matières premières, l’exploitation des hommes par les hommes puis par les machines est le seul avenir promis par ce monde dit moderne. La barbarie est le socle de cette funeste civilisation. Le mensonge permet de détourner les hommes du vrai, du bien et du beau afin de bâtir la nouvelle Tour de Babel technologique.

Quel est le rôle de l’artisanat dans la civilisation ?
L’artisanat est une ruche dans laquelle les ouvriers s’affairent à la fabrication d’un miel savoureux. Les abeilles doivent être transcendantes pour former un tout cohérent, sinon le chaos s’installe et la ruche dépérit. De nos jours, les hommes de la ruche ressemblent à des frelons agressifs. Or, l’agressivité contribue à la destruction de la civilisation. Le chaos qui règne dans les esprits permet à ceux qui ont des intérêts maléfiques d’accélérer l’œuvre de destruction de la civilisation chrétienne. L’artisanat est le socle d’une civilisation saine puisqu’il contribue à donner des compétences locales et à faire prospérer la nation grâce à une juste répartition des richesses : les travailleurs gagnent leur pain à la sueur de leur front conformément aux enseignements bibliques.

Comment faire pour mettre un terme aux multinationales ?
Il est impossible, d’un point de vue humain, de faire reculer ces monstres américains. Il faut qu’il y ait un effondrement pour que notre nation puisse être reconstruite. C’est à ce moment-là que l’artisanat trouvera sa place sur notre sol. Il faudra le promouvoir comme le moyen le plus équitable. D’une part, l’artisan est responsable de ses actes envers la nature et l’humanité, et, d’autre part l’artisan peut vivre aisément s’il se donne les moyens d’améliorer vertueusement ses talents. L’artisanat fonctionne verticalement : il doit répondre aux exigences de la nation, tandis que les multinationales, elles, se sont émancipées de cette verticalité en se pliant seulement à la voracité financière.

Comment développer l’artisanat ?
Il faut promouvoir le travail manuel, comme dans toute civilisation chrétienne, par un travail d’évangélisation à la manière des missionnaires de saint Vincent de Paul. Ora et labora doit être le leitmotiv de l’artisanat : travail et prière. L’artisan qui se souvient qu’il œuvre pour Dieu se responsabilise vis-à-vis de sa patrie : il agit en tant que bon chrétien. Il est impossible de promouvoir l’artisanat si le pouvoir en place prône un épouvantable mondialisme. Il faut que la France redevienne le Royaume du Christ pour pouvoir remettre de l’ordre et rétablir, notamment, l’artisanat. Une civilisation chrétienne est constituée de nombreuses briques qui obéissent aux commandements du Christ, à l’exact opposé du mondialisme prôné par la finance apatride internationale.

Questions pragmatiques

Comment former des artisans ?
Comme pour le domaine de l’éducation et de l’art, il va falloir créer des centres chrétiens de formation à l’artisanat. Cela va demander un repérage des compétences sur tout le territoire de la Nouvelle France lorsque le pays se sera effondré, afin de mieux le reconstruire. Les méthodes ancestrales de l’artisanat seront étudiées à partir des archives existantes et les prétendants seront formés sérieusement. Le travail est effectivement colossal mais cela s’appelle la reconstruction chrétienne. Si nous ne faisons aucun effort collectif, la nation restera embourbée dans son marasme. Nous devrons revenir aux préceptes de Notre Seigneur Jésus-Christ pour redresser notre belle nation.

Est-ce que les corporations auront leur place dans la Nouvelle France ?
Les corporations ont leur importance pour protéger les travailleurs. Il faudra réfléchir sur ce sujet difficile afin de les rendre fonctionnelles dans le cadre de la Nouvelle France. Ce travail de réflexion reviendra à un ministre du Sacré-Cœur qui saura choisir les personnes de bonne volonté parmi la population. Le travail de restauration du royaume de France sera colossal et demandera de nombreuses années, mais, selon les prophéties (qui sont en train de se réaliser), le règne du Sacré-Cœur aura bel et bien lieu.

Stéphane, 1er juin 2017
Blog la France Chrétienne

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2017/06/20/axe-de-reflexion-l-artisanat-dans-la-nouvelle-france/