La gnose maçonnique disséquée

la_gnose_maconnique_dissequee

« La conception qu’ont du temps les gnostiques (qui ne sont pas forcément chrétiens, ils sont antérieurs au christianisme) est pessimiste. Le temps qu’ils appellent cosmique ou réel est inséparable d’un monde mauvais, visible, matériel ou l’homme est enchâssé par son corps. La génération nous oblige à y séjourner perpétuellement d’engendrement en disparition, d’effacement en résilience, de souffrance en souffrance. Pour échapper de ce monde carcéral, une seule issue, la Connaissance. Et par la Connaissance, la partie divine de l’être humain prenant conscience, (reprenant conscience) d’elle-même, échappe aux puissances maléfiques qui sont soumises au temps et qui la soumettent au temps, et rejoint un état primitif occulté, préexistant à la chute, et subsistant dans un autre temps, un temps trans-cosmique. Et, en cette rencontre, en cette résurrection, réside le salut qui est l’évasion hors du temps. Mais la résurrection n’est pas ici de la chair, elle est retrouvailles de l’esprit avec sa propre vérité. Elle est intellectuelle, uniquement. L’entreprise est personnelle, solitaire, l’éveil ne comporte pas d’intervention effective d’un Dieu s’incarnant, entrant, donc, dans le monde matériel et le temps. Dieu n’apparaît qu’à la surface externe de cet univers. Une sorte d’irisation fantastique de pure apparence que l’on appelle aussi le docétisme. Ainsi l’histoire ne sert de rien, elle est l’œuvre du Dieu inférieur, elle est mauvaise. Et quand le Dieu transcendant y paraît (car la gnose est dualiste), c’est pour le briser en morceau et en révéler l’imposture. Le temps, dit Henri-Charles Puech, que je cite, est incohérent, brisé par la brusque intervention d’un Dieu étranger à l’histoire. Comme à la création, un temps d’où le vrai Dieu est absent, un temps sans valeur, sans effet, et dont les, ou dont les effets (suivant les variantes et les sectes), sont erreurs, ignorances et asservissements. »

Source : Extrait de la conférence de Monsieur l’Abbé Jean Bayot, paradoxes sur la tradition de l’histoire (13m44 à 16m14).

Définition du docétisme : Le docétisme (du grec dokein, paraître) est une hérésie chrétienne qui désigne généralement un ensemble de courants de pensées du début du christianisme, relevant du courant christologique sarx pour lequel le christ se faisant « chair » ne signifie pas qu’il se fait « homme ». Les théologiens docètes interprètent littéralement le verset de l’évangile selon Jean où il est écrit que « la Parole se fit chair ». Le docétisme peut être rapproché du dualisme, doctrine philosophique envisageant la matière comme un simple support, un élément inférieur à l’esprit, idée propagée par le moyen puis le néo-platonisme.

Le blog lafrancechretienne invite le lecteur à écouter en intégralité cette excellente conférence.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2016/05/13/la-gnose-maconnique-dissequee/