[INÉDIT] Mémoires du Curé de Versailles – Livre complet au format PDF

Voici le livre complet, au format PDF, du passionnant livre historique des Mémoires du Curé de Versailles

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_livre_complet.pdf

Publicités

Mémoires du Curé de Versailles – L’affaire des Filles de l’Enfance

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’affaire des Filles de l’Enfance

Quoique nous ayons parlé assez au long de ce que Sa Majesté a fait contre cette hérésie et contre ceux qui y étaient attachés ou paraissaient la favoriser, je ne laisserai pas que d’en rapporter encore d’autres faits qui regarderont ce sujet quand il s’en présentera quelque occasion, ne m’attachant pas à suivre l’ordre des temps, ni à faire une histoire exacte, mais seulement laisser des mémoires sur les événements principaux arrivés dans le temps que j’ai demeuré à la Cour, ou que j’ai appris par des voies très sûres. C’est pourquoi, après avoir parlé de ce que le Roi [fit ?] contre le calvinisme, le jansénisme et le quiétisme, j’ajouterai ici une chose qui arriva de mon temps et qui fera connaître combien le Roi a toujours eu en horreur toute nouvelle doctrine et ses partisans.

L’abbé Ciron, homme qui avait acquis une grande réputation à Toulouse, y était regardé comme l’oracle par ceux du parti de Jansénius. Il avait été directeur du prince de Conti et conduisait beaucoup de personnes. Il trouva à Toulouse plusieurs dames et demoiselles qui s’attachèrent à lui et suivirent ses conseils. Il en réunit un assez grand nombre, dont il composa une communauté sous le nom de l’Enfance ; c’était peut-être pour leur inspirer une docilité aveugle pour ses sentiments. Elles en profitèrent au gré de leur Père spirituel et secondèrent à merveille ses intentions. Leur but principal était de former les jeunes filles à la piété chrétienne. Les personnes les plus distinguées de cette ville leur confiaient le soin de l’éducation de leurs enfants qui demeuraient en pension chez elles ; elles reçurent aussi dans leur communauté plusieurs filles des meilleures maisons du Parlement de Toulouse et de la ville. Cette maison se distinguait des autres communautés par sa manière de vivre et de conduite. Rien ne paraissait plus édifiant que les dehors. La modestie, le silence, l’exactitude aux règlements, l’assiduité aux exercices de piété et au travail des mains et tout ce qui peut donner bon exemple y éclatait d’une manière à faire plaisir à ceux qui ne pénétraient pas plus avant que dans les apparences. On prétendit néanmoins que tous ces beaux dehors cachaient le poison de l’hérésie jansénienne, qu’on avait eu soin de leur inspirer ; on assura même et on le dit au Roi qu’on y enseignait le Catéchisme de la grâce de Saint-Cyran (Il est à noter que M. Hébert commet ici une erreur : le Catéchisme de la Grâce n’est pas de Saint-Cyran mais de Feydeau). On manda qu’on avait examiné de jeunes pensionnaires qui y étaient élevées et qu’on avait été surpris de les entendre répondre aux questions qu’on leur fit à dessein selon les principes de MM. Du Port-Royal. On en porta souvent des plaintes à Sa Majesté, qui fit aussi souvent donner des avis et des ordres à ces filles de changer de sentiments et de conduite, avec de grandes menaces de les punir sévèrement, si elles donnaient encore de nouvelles occasions de se plaindre. Mais on les réitéra si souvent à Sa Majesté que, quoi qu’elle eût donné ses lettres patentes sur cet établissement et que ces filles, si je ne me trompe eussent obtenu des bulles…

(Le manuscrit s’arrête ici)

FIN

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_affaire_des_filles_de_l_enfance.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’intervention du cardinal de Noailles

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’intervention du cardinal de Noailles

Lorsqu’il vit qu’il n’y avait plus aucune ressource pour lui de réussir dans le projet qu’il avait fait longtemps même avant l’assemblée, il eut recours au plus efficace de tous les moyens, qui tourna cependant à sa confusion. Il supplia très humblement le Roi d’ordonner à M. le cardinal de Noailles de se trouver à l’assemblée et fit de grandes instances auprès de cet illustre prélat pour l’engager d’y consentir. Il lui avoua que, sans le secours qu’il en espérait, il aurait la honte d’échouer dans ses desseins, auxquels lui seul pouvait faire avoir le succès qu’il s’était proposé, qu’il voyait les prélats qui composaient l’assemblée déchaînés contre lui et qu’il lui aurait les plus grandes obligations du monde de ne le pas abandonner dans une conjoncture d’affaires si difficiles et si importantes. M. le cardinal eut toutes les peines du monde à se rendre à ses prières, mais il céda à la volonté du Roi. Il assista donc à l’assemblée qui lui déféra la présidence. L’archevêque de Reims vit ce que c’était d’être aimé et d’être haï, car M. le cardinal gagna d’abord les cœurs de tous les prélats et les députés de l’assemblée par sa douceur, ses manières prévenantes, par l’honnêteté avec laquelle il parlait et agissait avec tout le monde. Il aperçut les fâcheuses dispositions de ces personnes à l’égard de l’archevêque de Reims, dont ils se plaignaient avec beaucoup de raison. Il lui fallut quelque temps pour ramener les esprits ; il en vint enfin à bout par ses soins et après beaucoup de peines.

Il leur représenta que l’affaire des propositions sur la morale avait fait trop de bruit pour la laisser imparfaite, qu’il était de l’honneur du clergé de condamner ce qui méritait de l’être, que Rome leur avait donné l’exemple du zèle qu’ils devaient faire paraître en cette occasion, que, si les brefs qui avaient été faits contre ce relâchement de la morale de Jésus-Christ n’avaient pas été reçus solennellement en France, parce qu’on ne recevait pas ce qui venait du Saint-Office, ils devaient au moins suivre les sentiments du Saint-Siège et condamner dans leur assemblée ce qui avait été jugé digne de censure dans le tribunal de l’Inquisition, que déjà la plus grande partie des propositions desquelles il s’agissait avaient été condamnées par la plupart des évêques et qu’il semblait à propos, pour donner plus de poids à ces condamnations particulières, que le corps du clergé les autorisât par une censure commune qu’on ne pouvait douter devoir être approuvée par les évêques de toute l’Église gallicane, qu’il paraîtrait par cette voie que tous les évêques étaient unanimes dans leurs sentiments contre le relâchement de la morale et que, par ce moyen, non seulement les curés et les autres ecclésiastiques, mais aussi tous les religieux, de quelque ordre et de quelque compagnie qu’ils fussent, auraient beaucoup plus de soumission pour une ordonnance qu’ils verraient avancée de tout le clergé.

M. le cardinal obtint ce qu’il demanda. On fit la censure, on la publia dans tous les diocèses, mais en même temps on fut partout fortement persuadé que cette affaire aurait absolument échoué entre les mains de M. l’archevêque de Reims. Elle procura beaucoup de gloire à M. le cardinal et une très grande confusion à l’archevêque, qui connut d’une manière à n’en pouvoir douter combien mince était son crédit dans son corps et que, lorsqu’on en veut obtenir quelque chose, il faut s’y prendre par les voies les plus douces et les plus honnêtes, qui seules sont capables de concilier les cœurs et les esprits.

Par cette même honnêteté de M. le cardinal, les évêques furent de son sentiment que l’on ne devait pas examiner les propositions dénoncées par le Père Perrin, et elles furent remises à une autre assemblée, c’est-à-dire qu’on se tira de l’embarras de cet examen, car, depuis ce temps-là, quoiqu’il s’en soit tenu trois ou quatre auxquelles M. le cardinal de Noailles a présidé, on n’en a pas fait la moindre mention et on n’en a pas davantage parlé. On censura cependant aussi un livre fait par les partisans de Jansénius contre le Nodus proedestinationis du cardinal Sfondrati, parce que, dans la préface, qu’on a toujours crue être de la façon du Père Quesnel, on y qualifiait l’hérésie de Jansénius d’un fantôme ou d’une hérésie imaginaire. On releva fort ce terme, si souvent dans la bouche et dans les écrits des jansénistes qu’on y traite de brouillons à cette occasion. Le Roi même fit donner des avis secrets à M. Félix, évêque de Chalons, frère de son premier chirurgien (ce prélat était de l’assemblée), lui faisant dire qu’il était revenu par de bons endroits qu’il paraissait favoriser la nouvelle doctrine ou ne s’y opposer pas avec assez de vigueur. Car le Roi souhaitait que tous les évêques s’unissent ensemble pour en retrancher jusqu’aux moindres racines dans leurs diocèses.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_intervention_du_cardinal_de_noailles.pdf

 Mémoires du Curé de Versailles – La morale relâchée et les jésuites

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
La morale relâchée et les jésuites

Mgr l’archevêque de Reims, qui avait voulu ajouter affliction à l’affligé et le couvrir d’une nouvelle honte par l’extraordinaire procédé qu’il avait tenu contre lui et la manière dont nous venons de le rapporter, eut lui-même à essuyer toute la confusion qu’un président de l’Assemblé générale du Clergé de France peut recevoir dans une si illustre compagnie. Il s’était mis dans la tête qu’ayant toujours persécuté les jésuites dans toutes les occasions qui s’étaient présentées, il devrait dans celle-ci leur donner de nouvelles marques de la haine qu’il leur portait. Outre l’aversion qu’il avait toujours fait paraître contre cette compagnie, il la sentait augmenter par l’attachement qu’elle avait pour M. l’archevêque de Cambrai, dont elle avait plaint le sort et le malheur sans approuver ses sentiments. Il résolut, pour leur donner une mortification sensible, de faire repasser en revue plusieurs propositions de morale, qui avaient déjà été condamnées par le Saint-Siège et par les censures particulières de plusieurs évêques et par la Faculté de théologie et d’autres universités, qui étaient imputées aux jésuites.

Mgr l’archevêque d’Auch, qui avait toujours été ami de ces Pères, ayant vu que M. l’archevêque de Reims serait président de l’assemblée, avait fait venir de la province de Toulouse le Père Perrin, jésuite d’une grande réputation, qui avait enseigné pendant plusieurs années et avec éloge la théologie dans l’université de cette grande ville. Celui-ci avait ouï dire, car Mgr de Reims ne pouvait cacher ses desseins contre les jésuites, qu’il voulait faire de nouveau condamner leur morale par l’Assemblée du Clergé. Il avait ramassé de son côté plusieurs propositions très hardies, téméraires, suspectes, fausses, qui avaient depuis quelques années été soutenues publiquement en Sorbonne, dont ce prélat était proviseur. Quand M. de Reims eut montré et lu la liste des propositions de morale qu’il demandait au clergé de condamner, le Père Perrin entra dans l’Assemblée et de son côté, apportant et présentant la liste des propositions mauvaises qu’il avait faite, supplia le clergé de les examiner et d’en porter condamnation.

Si l’on eut refusé cette prière, il y eût paru une acceptation de personnes trop visible ; si l’on l’eût accordée, on se mettait hors d’état de pouvoir examiner pendant le peu de temps que dure une assemblée un si prodigieux nombre de propositions de morale et de scolastique, qui auraient demandé un temps très considérable pour s’appliquer, comme on le devait, à un examen rigoureux tel qu’il doit être quand principalement des évêques portent leur jugement sur des questions et des matières de doctrine. L’archevêque de Reims aurait bien voulu refuser absolument la demande du Père Perrin, mais, comme il fallait au moins sauver les dehors et garder les apparences, on fit prendre par le secrétaire l’écrit du Père Perrin, fort résolu de ne rien faire de ce qu’il avait proposé. En effet, il n’en fut pas question dans l’Assemblée, car, quoique quelques prélats, à la tête desquels était l’archevêque d’Auch, témoignassent qu’il fallait rendre justice à tout le monde et condamner en toute sorte de personnes, sans respect humain, ce qui était condamnable, M. de Reims éluda toujours la discussion épineuse de ces sortes de questions, ne voulant pas faire ce plaisir aux jésuites ni aux prélats qui les favorisaient. Mais il trouva aussi la même opposition à l’égard des propositions de morale qu’il voulait, à quelque prix que ce fût, faire condamner. Il en parlait toujours et en public et en particulier ; il trouvait toujours de la résistance. On prenait mille prétextes pour éviter d’entrer dans cette affaire ; on disait qu’on avait trop d’occupations qui emportaient tout le temps, qu’on pouvait donner une liste de ces propositions à tous les députés des provinces, qui auraient le soin d’en faire distribuer à tous les évêques, qui auraient le loisir de les examiner jusqu’au temps de la prochaine assemblé, où l’on pourrait pour lors en décider, qu’une matière si importante demandait bien tout ce temps pour ne rien précipiter dans une occasion de cette nature, que, dans le fond, la plupart de ces propositions ayant été condamnées, il paraissait assez superflu de les condamner de nouveau.

La principale raison qu’on avait de ne rien vouloir de tout ce que M. de Reims désirait sur cette affaire était le mécontentement général qu’on avait de ses manières dures, fières et hautaines. Aussi était-il peu honoré et respecté. On avait même de la peine de lui rendre visite et de manger chez lui, quelque dépense qu’il y fit, tant était grande l’indignation qu’on avait contre lui.

Quand on sut dans Paris que M. l’archevêque de Reims voulait pousser à bout les jésuites sur leur prétendue morale relâchée, comme on y connaissait à merveille le prodigieux relâchement de ce prélat et qu’on était parfaitement convaincu qu’il ne suivait en rien pour sa conduite les opinions de la morale sévère, on en fit mille plaisanteries. Quelques éveillés même firent graver une estampe pour servir à des écrans : dans l’un des côtés, on y voyait quelques prélats d’un embonpoint merveilleux, assis à une bonne et splendide table bien servie, où se trouvaient aussi bon nombre de jeunes abbés bien frisés et poudrés, et au-dessus étaient écrits ces mots : Morale sévère ; de l’autre côté, on y voyait représenté le martyr de plusieurs jésuites, qui avaient été brûlés dans le Japon, ou tourmentés cruellement, et souffert avec la mort les supplices les plus horribles ; au-dessus étaient ces mots : Morale relâchée. On eut bientôt de ces nouveaux écrans (note du blog : un écran est, ici, un objet ancien servant à empêcher de voir ou d’être vu) à la Cour et dans Paris, où tout le monde trouva de quoi se divertir et rire aux dépens de qui il appartenait. Mais, dans cette sorte de plaisanterie on y trouvait une instruction bien raisonnable et fort sage, car c’était dire que, lorsqu’on veut si fort déclamer contre la morale relâchée, il faut plutôt la combattre par une conduite exacte et irrépréhensible que par des paroles qui condamnent à la vérité des propositions, mais beaucoup plus la vie molle et païenne de ceux qui se contentent de parler sévèrement et qui vivent dans le plaisir, dans le jeu, dans la bonne chère et qui sont de tous les divertissements du siècle.

Ce ne fut pas le seul déboire que cet archevêque eut à souffrir dans cette occasion, car il se sentait personnellement attaqué dans ces estampes scandaleuses dans lesquelles on avait eu le dessein de faire son portrait au naturel : mais il en eut de beaucoup plus sensibles à essuyer de la part de toute l’assemblée, à l’exception d’un très petit nombre qui se rangea de son côté. Il eut la confusion de voir qu’on traversait tous ses desseins, et en particulier ceux qu’il avait formés contre les jésuites. Il connaissait avec douleur la disposition des esprits à son égard ; on le contredisait en tout ce qu’on pouvait, on ne faisait rien de ce qu’il souhaitait ; il se vit enfin dans l’état le plus humiliant dans lequel se pouvait trouver un prélat qui était à la tête du clergé, où il sentait bien qu’il n’avait aucun crédit et qu’il y était ouvertement bafoué. Il était juste que ce prélat, qui avait insulté à son confrère, reçût lui-même des insultes et que cette parole du sage se justifiât dans sa personne : « Vous qui méprisez les autres, ne serez-vous pas méprisé vous-même ? »

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_la_morale_relachee_et_les_jesuites_01.pdf

 Mémoires du Curé de Versailles – L’archevêque de Reims à l’Assemblée du Clergé

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’archevêque de Reims à l’assemblée du Clergé

C’était la première fois que l’archevêque de Reims eût présidé en seul à ces sortes d’assemblées. Cet archevêque avait, je ne sais pour quelle raison, conçu une grande aversion pour M. l’archevêque de Cambrai. Il entra fort vivement dans l’esprit, les vues et intentions de M. de Meaux. Il fit lui-même aux évêques et autres députés assemblés la proposition de cette affaire ; il représenta qu’il convenait au clergé de donner un témoignage public de son zèle à étouffer les erreurs du quiétisme et laisser à la postérité dans ses archives un monument éternel de tout ce qui s’était passé dans cette affaire, de la manière qu’il s’était pratiqué à l’égard du Jansénisme après les constitutions des papes qui avaient condamné le livre de l’évêque d’Ypres, que l’acceptation de ces constitutions par les évêques de France ayant été insérée dans les mémoires du clergé, il en fallait faire autant à l’égard de ce qui venait d’arriver à l’occasion du livre de M. l’archevêque de Cambrai. On ne fut pas étonné dans cette assemblée du parti que M. l’archevêque de Reims prenait parce qu’il n’y avait que peu de jours qu’il avait déclaré publiquement sa malignité envers son confrère.

La coutume de nos assemblées est que dès le commencement le clergé vient saluer Sa Majesté, que le président porte en son nom la parole et lui fait une harangue. On fut très attentif à celle que fit pour lors cet archevêque, où j’assistai. Il y dit de belles choses sur les conquêtes du Roi et sur ses grandes qualités ; celle qu’il releva le plus fut son zèle à étouffer et détruire l’hérésie dans son royaume. Jusque-là, le courtisan prêta une grande attention à son discours, mais, lorsqu’il vint à prononcer le nom de M. l’archevêque de Cambrai, on entendit dans tout le grand cabinet du Roi où se faisait cette cérémonie un certain murmure sourd, qui fit connaître qu’on désapprouvait cet endroit dans cette harangue ; on vit aussitôt les visages changer, l’indignation paraissait sensiblement dans les yeux et les gestes des assistants, on se parlait à l’oreille, on se poussait du bras ou du genou, on se regardait, on levait les épaules, et on peut dire qu’autant que le commencement de ces discours avait paru faire plaisir à tous ceux qui étaient présents, autant la fin en fut méprisée, et l’auteur ou le déclamateur chargé de l’indignation publique. Si l’on ne put se contenir de la manière que je viens de le rapporter en la présence du Roi, on peut juger de tout ce qu’on dit contre l’archevêque de Reims quand il se fut retiré.

J’entendais de tous côtés les partisans déchiffrer sa vie, en faire mille histoires, en dire des plaisanteries et le tourner en ridicule.

« C’est bien à lui, disait-on, à déclamer contre un de ses confrères qui le surpasse en tout. La seule jalousie l’a fait parler, son mérite l’éblouit. Qu’a-t-il prétendu faire ? A-t-il voulu inspirer encore au Roi contre ce prélat plus d’indignation qu’il n’en a ? Cela convient-il à un évêque, et à un évêque qui est à la tête du clergé ? A-t-il communiqué à son corps ce qu’il a dit contre un du corps à qui il fait honneur ? S’il avait envie de parler contre le quiétisme que le Roi a détruit par son zèle dans son royaume, quelle nécessité d’aller y parler en particulier contre M. l’archevêque de Cambrai ? Croit-il par là bien faire sa cour à Monseigneur le duc de Bourgogne, qui conserve toujours dans son cœur beaucoup d’estime pour ce prélat ? Pense-t-il, par une conduite si extraordinaire, plaire à la Cour, où l’on a beaucoup plus de charité que lui, où on y plaint le triste sort de cet archevêque et à qui l’on n’insulte pas dans sa disgrâce ?

Quoique l’archevêque de Reims eût acquis quelque réputation d’être savant, cependant, à l’occasion de cette harangue, les courtisans ne feignaient pas de dire qu’il avait prononcé l’ouvrage d’autrui, que toute la science qu’il affectait d’avoir ne lui venait pas de son travail, mais de l’étude de quelques docteurs qui lui fournissaient la matière et souvent même tout l’ordre des discours publics qu’il avait prononcés, qu’on savait bien qu’il ne se donnait pas le temps d’étudier, qu’il se levait fort tard, que du lit il allait à la table et de la table au jeu, où il employait la meilleure partie de la journée, et le reste du jour à des visites, dont quelques-unes ne lui faisaient pas beaucoup d’honneur dans le monde, qu’ainsi il devait à sa mémoire, et non pas à son application à la lecture, ce qu’il venait de débiter.

Quand on eut su dans le monde ce qui venait de se passer dans la chambre du Roi, on conçut contre cet archevêque la même indignation, qui augmenta et qui se répandit ensuite dans les provinces, lorsqu’on y vit cette harangue imprimée. Tel est, en effet, le sort des gens imprudents qui veulent se faire valoir aux dépens d’autrui et qui ne consultent pas dans ce qu’ils ont à faire ni ce qu’ils sont, ni qui sont ceux contre lesquels ils entreprennent de parler, et qui ne font pas attention ni au temps, ni au lieu, ni aux dispositions des personnes en présence desquelles ils ont à faire ces sortes de discours, dans lesquels on doit au moins observer toutes les règles de la bienséance.

On ne doit donc pas s’étonner que l’archevêque de Reims, qui avait éclaté contre son confrère dans une si auguste compagnie, ne l’épargnât pas dans l’Assemblée du Clergé, entrant en cela dans les sentiments de l’évêque de Meaux, qui croyait de son côté qu’il y allait de son intérêt et de sa gloire de poursuivre à outrance son adversaire, ne faisant pas assez de réflexion qu’il ne peut y avoir de véritable gloire, mais une petitesse d’âme d’insulter à son ennemi vaincu et soumis. Les évêques et les autres députés de l’Assemblé, qui se persuadèrent qu’on ne voulait encore de nouveau traiter de cette affaire que par les ordres du Roi, et qui d’ailleurs craignaient que, s’ils eussent rejeté la proposition qu’on leur en faisait, on les aurait accusés auprès de Sa Majesté comme amis de l’archevêque et qui peut-être étaient dans les sentiments de son livre, crurent ne devoir point contredire à la volonté du président. Il n’y eut que le seul Monseigneur de Lavardin, évêque de Rennes, qui est un prélat d’un grand mérite, d’un cœur au moins aussi noble que sa naissance, d’une droiture à toute épreuve, qui ne sait point trahir ses sentiments et qui dans les occasions parle avec la liberté qui convient si bien à un évêque, qui parla en cette occasion comme il le devait.

« Nous convient-[il], Messeigneurs, leur dit-il en s’adressant à toute l’assemblée, de vouloir encore relever la faute de notre confrère ? Ne devrions-nous pas, au contraire, la cacher ou au moins l’oublier ? Ne l’a-t-il pas réparée suffisamment ? Pourquoi aller de nouveau lui insulter et prendre un parti si peu conforme à notre état ? »

Il n’en dit pas davantage, mais ce qu’il dit avec cet air de droiture et d’honnête homme qui lui est si naturel devait couvrir de honte ceux qui voulaient encore remuer inutilement cette affaire, comme elle lui attira dans le monde beaucoup d’applaudissements, car partout on ne parlait que du discours et de la réponse de Mgr l’évêque de Rennes, et l’on s’étonnait que sa conduite, qui dans le fond du cœur était approuvée de ses confrères, ne fût pas suivie.

Mgrs de Reims et de Meaux n’eurent donc pas égard aux sages remontrances de ce prélat ; ils firent lire tous les procès-verbaux des assemblées provinciales sur l’affaire de M. de Cambrai ; ils prirent le soin de faire inscrire dans les mémoires du clergé la bulle du pape ; qui condamnait le livre de cet archevêque, la déclaration du Roi qui en ordonnait la publication, les procès-verbaux de toutes nos provinces ecclésiastiques et firent imprimer toutes ces pièces, non seulement dans le corps des mémoires du clergé, mais encore dans un volume détaché qu’ils eurent ensuite le soin de faire envoyer à tous les évêques du royaume.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_archeveque_de_reims_a_l_assemblee_du_clerge_v01.pdf

 Mémoires du Curé de Versailles – L’acharnement de Bossuet

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’acharnement de Bossuet

On croyait, après cela, qu’on ne parlerait plus de cette affaire, qui était terminée et qu’on ne renouvellerait pas la peine qu’avait dû ressentir un si grand prélat de s’être vu ainsi condamné dans toute l’Église ; mais ce qui s’était passé après la condamnation si authentique de ce livre ne satisfaisait pas encore assez l’envie qu’avait M. l’évêque de Meaux de voir confondre et humilier son confrère, qu’il avait eu le déplaisir de voir élever, dans le temps des disputes, infiniment au-dessus de lui dans le jugement du public comparant ses ouvrages avec ceux de son adversaire.

Il avait d’ailleurs dans le cœur un chagrin mortel que l’archevêque lui eût donné en face le démenti de certains faits qu’il avait avancés dans le livre de la Relation du Quiétisme. Dès qu’il parut, pendant les chaleurs les plus vives de leurs contestations, comme il contenait l’histoire de tout ce qui était arrivé sur le sujet de Mme Guyon par rapport à M. de Cambrai, on fut d’abord frappé de tout ce qu’il contenait ; on ne pouvait pas se persuader qu’un évêque de la réputation de M. de Meaux eût pu se résoudre d’écrire et d’imprimer des faits dont il n’aurait pas été très sûr et sur lesquels il n’eût pu éviter des témoins irréprochables. De tous les écrits qu’avait composés ce prélat, celui-ci avait fait de plus fortes impressions contre l’archevêque de Cambrai ; ses amis même en ressentaient une très sensible douleur ; les partisans de M. de Meaux en triomphaient, et ceux-là même qui jusqu’alors n’avaient pu souffrir l’âpreté dont il composait ses livres commençaient à le justifier et à penser qu’il avait eu l’occasion d’agir, de parler et d’écrire avec toute la force que le zèle pastoral peut inspirer pour étouffer dès sa naissance une hérésie. J’entendais partout dire à la Cour de M. l’archevêque de Cambrai aurait dû ne pas forcer M. de Meaux à relever des faits qui ne pouvaient pas lui faire honneur et que, sachant la vérité de tout ce qu’on lui reprochait, il aurait mieux valu pour lui de garder un profond silence. « Peut-il, disait-on, répondre à des faits si circonstanciés ? Il n’est pas, ajoutait-on, possible de le faire. » Pendant quelques jours, on raisonnait de cette manière, mais on fut bien surpris de voir bientôt une réponse suivre de près la publication de ce livre. On en fut étonné et, autant qu’on avait été frappé du récit que contenait la relation du quiétisme, autant eut-on d’empressement et de curiosité de lire ce que l’archevêque y répondait. Comme il y avait une partie de ces mêmes faits et qu’il appuyait ce qu’il avançait par d’autres faits contraires, on revient bientôt du jugement qu’on avait porté contre lui, et tout le poids de l’accusation tomba sur l’accusateur, soit qu’on fût porté de compassion en faveur de celui qui souffre, soit qu’on fût ravi de voir la réfutation des choses qui d’abord avaient fait pencher la balance du côté de M. de Meaux. On avait la joie de pouvoir penser que M. l’archevêque de Cambrai n’était pas aussi coupable que ce prélat voulait le faire croire. Enfin, pour abréger ce récit, M. de Meaux, qui eut le démenti public de plusieurs choses qu’il avait écrites contre l’archevêque, n’entreprit pas de se défendre sur cela ou, s’il le fit, ce fut d’une manière si faible qu’il aurait presque mieux valu ne rien dire du tout, laisser perdre par le temps le souvenir des sensibles reproches qu’on lui avait faits et qui doivent toujours causer de très vives douleurs à un honnête homme, et surtout à un prélat qui tient un rang si distingué dans l’Église. On crut donc avec fondement que la plaie que fit dans son cœur cette réponse de l’archevêque fut si profonde qu’il ne l’oublia jamais. Non content de la condamnation du livre de cet archevêque par le Saint-Siège et prononcée dans toutes les églises du royaume, il voulut laisser un monument éternel de cette affaire : il en trouva l’occasion la plus favorable du monde dans l’Assemblée du Clergé de 1700.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_acharnement_de_bossuet.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’opinion publique favorable à Fénélon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’opinion publique favorable à Fénélon

Dès qu’on eut envoyé en Cour et à Paris ce mandement si humble et si sage, tout le monde fut sensiblement touché d’une si prompte obéissance et d’une humilité si convenable à un grand prélat. On lui donna mille éloges, on bénit Dieu de sa docilité ; on reconnut, malgré les bruits que M. l’évêque de Meaux avait répandus qu’il ne se soumettrait pas, qu’il savait aussi bien tenir sa parole dans une affaire humiliante que dans toute autre qui lui aurait été plus honorable. La faute qu’il avait pu faire par la publication de son livre fut bien réparée par un aveu sincère et par la propre condamnation qu’il fit lui-même de ses sentiments. On admira en lui ce qui est très rare en tout autre, et l’on souhaita que son exemple fût imité par ceux qui depuis un temps infini combattent par une opiniâtreté insoutenable les constitutions des papes contre le livre de Jansénius. Cependant nous verrons bientôt qu’il y eut des personnes qui voulurent gloser sur ce mandement et qui, par leurs critiques, s’attirèrent l’indignation et le mépris du public.

Le Roi, passant par-dessus les formalités observées en France à l’égard des bulles des papes, qu’on n’y reçoit point lorsqu’elles sont proprio motu, croyant que dans une affaire de cette conséquence on ne devait pas s’arrêter si scrupuleusement à nos usages, la fit envoyer à tous les évêques de son obéissance pour la recevoir, la publier et y obéir. Il voulut qu’afin que cette réception contraire à nos privilèges ne nous pût en rien préjudicier, on fît partout des assemblées provinciales des évêques, afin qu’on y marquât la soumission qu’on avait pour le Saint-Siège et qu’en même temps on y prit des mesures pour ne pas autoriser ces sortes de bulles et pour y conserver toujours nos libertés.

On exécuta de point en point ces ordres du Roi dans toutes les provinces ; on y fit ces assemblées, on y reçut la bulle du pape, mais cette restriction qu’étant contraire à nos privilèges, on ne prétendait en rien y déroger ou y préjudicier. Partout on loua la prompte soumission de M. l’archevêque de Cambrai, et on lui donna de grands éloges. Il n’y eut que dans la seule assemblée de la province de Cambrai, où les choses ne se traitèrent pas avec cette sagesse et modération qui avaient paru dans les autres. M. Valbelle, évêque de Saint-Omer, après que M. l’archevêque eut exposé lui-même et contre lui-même l’occasion de l’assemblée et eut proposé la réception de la bulle sur quoi il avait fait déjà son mandement, ce prélat, animé et instruit, comme on le dit dans le monde, par M. l’évêque de Meaux, qui lui avait, selon le bruit public, envoyé des courriers pour lui marquer ses sentiments, entreprit de critiquer le mandement de son métropolitain sur de pures vétilles, pendant qu’il était généralement approuvé de tout le monde. Les autres suffragants de cette province n’en usèrent pas d’une manière si peu raisonnable avec leur archevêque, qui continua de donner dans cette occasion des exemples d’humilité et de modestie. L’évêque de Saint-Omer fut condamné de tout le monde. On ne pouvait comprendre qu’il eût résolu de maltraiter d’une manière si grossière le métropolitain de sa province, s’il n’avait eu des vues peu convenables à un évêque et s’il n’eût cru, par un si lâche moyen, de plaire à la Cour ; c’est ainsi qu’on en parla et qu’on le pensa, et peut-être avait-on raison d’avoir à son égard ces sentiments, auxquels il avait donné occasion par sa conduite si peu honnête et charitable. Mais Dieu permettait que M. l’archevêque de Cambrai portât le poids entier de cette humiliation la plus grande qui pût lui arriver, pour donner dans la suite des siècles l’exemple rare d’une humble rétractation et faire connaître que, s’il était tombé par le sort ordinaire de la fragilité humaine, il s’était relevé de sa chute par l’aveu de sa faute, qu’il a réparée par la plus humble soumission qu’on ait jamais vue dans l’Église.

Les évêques firent, ensuite de ces assemblées provinciales, des mandements dans leurs diocèses pour la publication de la bulle du pape, touchant la condamnation du livre des Maximes des Saints. On y loua presque partout l’archevêque de Cambrai sur sa rétractation publique qu’il avait faite des propositions qu’on y avait condamnées à Rome.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_opinion_publique_favorable_a_fenelon.pdf