La stratégie du chaos

Chers amis,

Je reprends la plume pour essayer de faire le point sur la situation actuelle. Le niveau d’anxiété est à son comble avec un coronavirus qui ne tue que quelques personnes dans le monde.

Le confinement forcé pour éviter la pandémie fait penser à une technique de manipulation de masse formidablement bien orchestrée. Après la crise, le gouvernement pourrait annoncer qu’il a sauvé la vie des français, mais, s’il n’y a pas eu de morts, comment le savoir ?

Posons-nous plusieurs questions :

  • Où se trouve la pandémie ?
  • A-t-on des preuves de la dangerosité du covid19 ?
  • Est-ce que le nombre de morts causés par ce virus auraient été sous-estimés ou sur-estimés ?
  • Pourquoi est-ce que le gouvernement demande aux policiers et aux médecins de ne porter ni masques ni gants ?
  • Pourquoi est-ce qu’une ministre annonce que l’État donnera 100 000 masques aux prisonniers tandis que la population, les médecins, les militaires et les policiers n’en auraient pas ?
  • Pourquoi est-ce que le gouvernement laisse s’effectuer les braquages de masques ?
  • Pourquoi est-ce que certains ministres annoncent qu’il faut s’attendre à une contamination à hauteur de 70 % de la population avec un taux de mortalité à 8 % pour les personnes à risques ?
  • Finalement, est-ce que le but ne serait pas de faire circuler le virus de la peur en vue d’engendrer le chaos ?

On entend, de ci et de là, toutes sortes de théories difficilement prouvables :

  • Certains disent que le virus est mortel et que le le vaccin coûterait très cher.
  • D’autres annoncent qu’au contraire il s’agit de l’agenda 2030, ID2020, de Accenture et Microsoft en vue d’imposer un vaccin obligatoire, potentiellement mortel à long terme et contenant une puce, qui devrait être injecté de force sous contrôle militaire et policier.
  • Des théories annoncent l’instauration d’un état d’urgence sanitaire dans le but de détruire le salariat.
  • Certains parlent même de complots maçonnique, sioniste, britannique, ou chinois, peut-être américain, finalement russe ou iranien, et même sunnite, voire extra-terrestre, etc.

Nous savons grâce aux Évangiles que :

  • Le but de Satan est de semer la terreur et la perte de la foi dans les âmes parce qu’il est le prince du mensonge, le chef des puissances infernales qui rodent tels des lions pour dévorer leurs proies.
  • Le pouvoir de Satan est limité par Jésus-Christ, la Sainte Vierge Marie, saint Michel Archange et sa milice céleste.

Dès lors, avançons quelques hypothèses réfléchies qui, toutefois, ne sont pas plus valables que les autres :

  • Un gigantesque scandale sanitaire se profile.
  • Après le confinement, le gouvernement aurait la légitimité pour réduire les vacances scolaires, augmenter le temps de travail jusqu’à 48 heures selon la loi européenne, diminuer ou éliminer les RTT et éventuellement détricoter la 5ème semaine de congés payés.
  • Jacques Attali avait annoncé que le nationalisme aurait le vent en poupe en 2022, en nommant à mi-mot Marion Maréchal. Est-ce que le but du gouvernement serait de se saborder, à cause de son amateurisme proclamé et son incroyable opportunisme, pour donner le profit au Rassemblement National ? Les politiciens de ce parti sortent de leur silence pour envoyer les membres de ce gouvernement devant les tribunaux.

Dans tous les cas, nous nous dirigeons vers une crise socio-politico-économique de très grande ampleur qui risquerait d’engendrer une guerre de tous contre tous.

Les prophéties de Marie-Julie Jahenny annoncent que les mois de mai et de juin, lors d’une certaine année, seraient marqués par la colère de travailleurs désœuvrés arpentant les villes.

L’armée serait occupée à l’étranger et la police en sous-effectif.

Les ennemis de la France sont fabriqués, drogués et armés par les gouvernements successifs depuis Mitterrand. Nous parlons de ces mafias qui sont parquées dans les zones de non-droit. Leurs membres islamistes en profiteraient pour lancer une guerre civile en vue d’aboutir à la Charia.

Si ces événements arrivaient, voici ce que les prophéties annoncent :

  • Le gouvernement français ferait comme l’oiseau, c’est-à-dire qu’il s’enfuirait en laissant la France sans gouvernance.
  • La Russie, l’Iran et la Chine pourraient être forcés d’intervenir, en été, pour stopper le chaos en Europe.
  • La monarchie serait restaurée par trois fois.
  • C’est seulement le troisième roi qui serait consacré au Sacré-cœur de Jésus.
  • Le roi du Sacré-cœur rétablirait la religion et la monarchie selon les commandements de Jésus-Christ en consacrant la France au Christ-Roi.

Le but de Satan est de nous faire perdre la foi, l’espérance et la charité en vue de nous prendre dans ses filets.

Dans ce chaos ambiant, prions plus que jamais.

Il nous faut garder les vertus théologales (la foi, l’espérance et la charité) et cardinales (prudence, tempérance, force d’âme et justice) puisque Dieu, notre Père, veille.

Il semblerait que nous soyons en train d’assister à « l’abomination de la désolation » prophétisée par Daniel. Lisez l’Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 24:15 ainsi que les versets suivants.

« 15 Lorsque vous verrez l’Abomination de la désolation, installée dans le Lieu saint comme l’a dit le prophète Daniel – que le lecteur comprenne ! –
16 alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ;
17 celui qui sera sur sa terrasse, qu’il ne descende pas pour emporter ce qu’il y a dans sa maison ;
18 celui qui sera dans son champ, qu’il ne retourne pas en arrière pour emporter son manteau.
19 Malheureuses les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là !
20 Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver ni un jour de sabbat.
21 Alors, en effet, il y aura une grande détresse, telle qu’il n’y en a jamais eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, et telle qu’il n’y en aura jamais plus.
22 Et si le nombre de ces jours-là n’était pas abrégé, personne n’aurait la vie sauve ; mais à cause des élus, ces jours-là seront abrégés.
23 Alors si quelqu’un vous dit : “Voilà le Messie ! Il est là !” ou bien encore : “Il est là !”, n’en croyez rien.
24 Il surgira des faux messies et des faux prophètes, ils produiront des signes grandioses et des prodiges, au point d’égarer, si c’était possible, même les élus.
25 Voilà : je vous l’ai dit à l’avance.
26 Si l’on vous dit : “Le voilà dans le désert”, ne sortez pas. Si l’on vous dit : “Le voilà dans le fond de la maison”, n’en croyez rien.
27 En effet, comme l’éclair part de l’orient et brille jusqu’à l’occident, ainsi sera la venue du Fils de l’homme.
28 Selon le proverbe : Là où se trouve le cadavre, là se rassembleront les vautours.
29 Aussitôt après la détresse de ces jours-là, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel et les puissances célestes seront ébranlées. »

Chantons les Litanies, le Notre-Père, l’Ave Maria, invoquons saint Michel Archange, saint Joseph, saint Augustin ainsi que les saints qui nous sont chers.

Dieu vous bénisse, vous et votre famille, en ces temps de chaos.

Stéphane
19 mars 2020

Paroles latines/françaises de l’offertorium « Terra Tremuit »

Terra tremuit, et quievit, dum resurgeret in iudicio Deus.
La terre a tremblé et s’est tue, quand Dieu s’est relevé pour le jugement.

Notus in Iudaea Deus, in Israel magnum nomen eius.
Dieu est connu dans la Judée : en Israël, grand est son nom.

Et factus est in pace locus eius et habitatio eius in Sion.
Et son séjour a été établi dans la paix : et sa demeure dans Sion.

Ibi confregit cornu, arcum, scutum et gladium et bellum : illuminans tu mirabiliter a montibus aeternis.
C’est là qu’il a brisé la puissance, l’arc, le bouclier, et le glaive et la guerre : tandis que vous, vous resplendissez merveilleusement du haut des montagnes éternelles.

Paroles latines/françaises de « Salve Regina »

Salve, Regína, mater misericórdiae ; vita, dulcédo et spes nostra, salve.
Salut, ô Reine, Mère de Miséricorde, notre vie, notre douceur, et notre espérance, salut.

Ad te clamámus, éxules fílii Evae.
Vers vous nous élevons nos cris, pauvres exilés, malheureux enfants d’Eve.

Ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle.
Vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte.
De grâce donc, ô notre Avocate, tournez vers nous vos regards miséricordieux.

Et Jesum, benedíctum frucum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde.
Et, après cet exil, montrez-nous Jésus, le fruit béni de vos entrailles.

O clemens, o pia, o dulcis Virgo María.
Ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/la_strategie_du_chaos_v01.pdf

Coronavirus : premier avertissement avant les grandes manoeuvres de l’ennemi

Chers amis,

Nous vivons le début d’une nouvelle ère : 2020 marque le début du transhumanisme. Il s’agit d’une nouvelle civilisation dans laquelle les commandements de Jésus-Christ seraient totalement absents. Nous reviendrions alors à une ère de barbarie technologiquement planifiée. L’homme ne serait plus qu’une chose qui pourrait être anéantie à tout moment, au nom de la puissance financière de quelques individus dénués de charité.

Avant le Christ, les civilisations étaient dirigées par la force physique et la cruauté. Par exemple, l’empereur romain ou le pharaon égyptien étaient comparés à des « dieux » sur terre. Or, nous savons que cette vision des choses est erronée. Un empereur n’est qu’un homme comme un autre, tout comme un pharaon. Toutefois, ces gens savent s’entourer grâce à leur langue double. Ils sont doués pour la flatterie, pendant un instant, avant de réprimander aussitôt après, selon leur humeur du moment. Ces gens-là n’ont rien de « dieux ». Ce sont seulement de terribles imposteurs.

Après Jésus-Christ, notamment en terre Franque, les rois aimaient sincèrement l’Église romaine, qui, à l’époque, était dirigée par de véritables saints. Les papes conservaient précieusement les enseignements de Jésus-Christ, sans en déroger, tout en préservant également les traditions latines. Les rois étaient bons pour le peuple. Ils étaient les guides éclairés par la Lumière de Jésus-Christ, Notre Seigneur Crucifié. Dès lors, ils suivaient ses commandements dans le but d’apporter la Justice et la Paix à leur nation. Le vote existait déjà à l’époque. Le peuple était fréquemment consulté, car la monarchie impliquait la libéralité populaire. Les sujets du rois étaient aimés et écoutés.

Être roi demande de grands sacrifices en vue de préserver une nation. Les décisions sont prises en concertation avec les personnes les plus aptes à la réflexion. Un souverain doit donc choisir de bons et fidèles ministres, c’est-à-dire des serviteurs du peuple, qui seraient capables d’élever la nation en direction des Commandements du Christ. Sans le Christ, la France est défunte. Notre nation est née de la fidélité des Francs envers la Sainte Église de Jésus-Christ. Certes, cette époque lointaine, le IVe siècle après le Christ, a marqué à tout jamais notre gloire. Nos ancêtres ont créé la France, tandis que, de nombreux siècles plus tard, la révolution française fut une tromperie bourgeoise qui contribua à l’éviction des droits les plus élémentaires, en reprenant toutefois les codes de la royauté pour mieux tromper le peuple. Une multitude sans éducation est une foule divisée qui est prête à se détruire de l’intérieur. Or, notre peuple ne brille plus par la gloire de l’esprit. Au contraire, elle s’éteint progressivement par la faute d’un matérialisme exacerbé. L’individualisme est le signal du déclin et de la mort d’une civilisation.

Le coronavirus annonce le début d’une grave crise économique mondiale qui va définitivement changer le monde en vue d’une dépopulation massive. En effet, les gens les moins instruits, et notamment les athées, vont obéir aux pulsions de la peur. Nous voyons déjà les prémices de grandes turbulences survenir dans les grandes surfaces : les denrées sèches sont littéralement prises d’assaut et les consommateurs ne pensent plus aux prochains qui pourraient avoir faim. Les années suivantes seront marquées par une grande violence causée par l’individualisme. Des bandes ennemies déferleront sur les villes lorsque le chaos régnera en maître. La crise économique causée par la pandémie sera la cause d’une terrible inflation. Les petites entreprises seront les premières à souffrir à cause du manque de trésorerie. Les dépôts de bilan seront massifs, les chômeurs de plus en plus nombreux. La face du monde a définitivement changé le 12 mars 2020.

L’été 2020 sera la période de tous les dangers. Le mois de juillet pourrait être le début d’une grande guerre. La mort est à nos portes parce que nous avons renié les commandements du Christ. Qui d’entre nous a su défendre Sa cause ? Personne ne le peut puisque nos frères et sœurs ne nous écoutent plus, par faute d’instruction, par faute d’un travail de sape de la part des loges et autres sectes infâmes. La médiocrité et la bassesse dominent actuellement. Ces temps d’horreur prendront fin lorsque la haine la plus abjecte aura décimé une partie de la population. Ce n’est qu’après la terreur que les foules retrouveront la raison. L’homme a besoin de sang avant de recouvrer l’esprit. Mais ceci ne concerne que les incroyants.

En effet, nous avons avec nous le Christ et Ses Commandements Sacrés. Nous sauverons la France grâce au Christ-Roi. Toutes les autres tentatives seront vaines. La France tombera encore dans la fange lorsqu’elle reniera Son Roi de gloire. La France de 2020 n’est plus qu’un nombre parmi une liste de pays. La France a perdu sa lumière.

Pendant cette période troublée, ne nous laissons pas tromper par les rumeurs, la peur et l’égoïsme. Les Lois de Moïse sont toujours en vigueur, bien que transcendées par les commandements du Christ. Les dix commandements sont toujours à la base de notre nation. Les deux commandements principaux doivent guider toutes nos actions :

  • Tu aimeras Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme
  • Tu aimeras ton prochain comme toi-même

Ne nous laissons pas égarer par ceux qui veulent nous imposer leurs hérésies. Nous sommes toujours soumis à l’Église de saint Ambroise et de saint Augustin. L’Église retrouvera sa gloire d’antan lorsqu’elle se sera dépouillée, par la grâce d’un saint pape, de ses erreurs funestes. Il faudra que ce saint homme nous guide et nous redonne la Lumière du Christ. Nous trouverons cet homme et le placerons sur le trône de saint Pierre pour que la France puisse de nouveau être éclairée.

Nous défendrons comme un Lion cette cause afin que la France puisse retrouver sa splendeur. Nous utiliserons la verge de fer pour que la population se tienne dans les respects des Lois de Dieu. Un homme qui ne connaît pas la crainte de Dieu est un loup pour l’homme. La moralité provient de Dieu, et, à ce titre elle doit précieusement être conservée. L’homme rebelle doit être brimé en conséquence afin qu’il retrouve le chemin de la vérité. L’homme a besoin de Lois strictes qui le contraignent dans le respect de Dieu. Sans cela, le chaos s’installe inéluctablement, et ce, à chaque fois. Nous en sommes d’ailleurs les témoins.

Pour résumer nos propos, nous pouvons dire que la Main de Justice est notre guide et qu’à ce titre elle représente :

  • le pouce : le roi
  • l’index : la raison
  • le majeur : la charité
  • les deux doigts : la foi catholique

En attendant des temps meilleurs, prenez soin de vos proches, veillez et priez puisque nous sommes au début d’une ère de régression. Jésus-Christ nous a averti de cette terrible époque. Gardons la foi et l’espérance puisque nous retrouverons, tôt ou tard, la sagesse.

Stéphane
13 mars 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/coronavirus_premier_avertissement_avant_les_grandes_manoeuvres_de_l_ennemi_v01.pdf

La France sera châtiée tant qu’elle refusera le Christ-Roi

Chers amis,

Le progrès technique sert une cause inique qui ne sera jamais dévoilée par l’ennemi. De génération en génération, l’évolution technologique est le moyen qui permet à une caste, se croyant supérieure, de s’emparer du pouvoir politique. En effet, l’homme se fait facilement tromper en suivant de fausses lumières.

Au lieu de se préoccuper de la gravité de la décadence qui s’empare de notre civilisation, le quidam se fait emporter par le torrent et finit par perdre pied. Nous sommes tous concernés par la dégénérescence qui sévit en ce siècle de perdition. Nous sommes tous ce quidam.

Du temps de Jésus-Christ, les Hébreux essayaient du mieux que possible d’honorer le vrai Dieu unique. Il s’agit d’un Dieu qui a donné l’espoir et la joie à un peuple qui, finalement, n’a pas reconnu Le Sauveur.

Après le refus du Christ sur terre, les hommes se sont égarés dans les guerres. De nouvelles religions ennemies les unes des autres émergeaient et souhaitaient s’emparer du pouvoir absolu. L’histoire n’a fait que confirmer cette terrible réalité. L’homme préfère les histoires temporelles aux histoires spirituelles. Au lieu de suivre la voie droite, il se fait influencer par un ennemi invisible qui l’entraîne dans les abîmes.

Jésus-Christ dit, par delà les siècles : « qui ne rassemble pas avec Moi disperse ». Cette Parole est si vraie que de nos jours, les religions monothéistes semblent disloquées dans leurs contradictions. L’Église nous donne toujours l’espoir de temps meilleurs mais à quel prix ! La corruption de l’ennemie s’est immiscé à la tête du corps matériel de l’Église. Comme disait saint Augustin : « lorsque la tête est corrompue, c’est l’ensemble du corps qui risque la putréfaction ».

Si nous voulons survivre aux temps qui viennent, nous devons suivre la voie droite et étroite de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Si nous voulons rassembler et Lui ressembler, nous devons L’aimer et appliquer Ses commandements. Nous ne pouvons ni être quiétistes ni jansénistes.

D’une part, les quiétistes se contentent d’admirer un Dieu dans leur esprit, en n’appliquant aucune de ses lois, mais, au contraire, en se laissant flatter par les sens. Les quiétistes sont donc comme ces hommes qui restent assis pendant que le monde passe. Ce sont de faux religieux qui essayent de faire oublier les Dix commandements de Moïse. Car, ne l’oublions pas, nous sommes toujours soumis à la Loi. Mais, celle-ci a été réformée par Notre-Seigneur. Nous devons suivre les dix commandements en appliquant en priorité les deux principaux :

  • Tu aimerais Dieu de toutes tes forces et de tout ton cœur.
    • Aimer Dieu de tout son cœur et de toutes ses forces signifie qu’il est indispensable de rejeter le blasphème. La crainte de Dieu doit guider le cœur de l’homme droit, de manière humble et sincère.
  • Tu aimerais ton prochain comme toi-même.
    • Aimer son prochain comme soi-même consiste à considérer l’être humain qui est là, en face de soi, comme un frère qui est soumis aux mêmes défauts. On doit essayer de voir en lui ce qu’il y a de mieux. On doit lui porter secours, à chaque fois que nécessaire, comme le ferait le Bon Samaritain. Un frère se doit de protéger son propre frère.

De ces deux Lois, améliorées par Jésus-Christ, qui sont elles-mêmes issues de la Loi de Moïse, nous devons en tirer d’autres conclusions :

  • Vous êtes tous frères et il n’y a qu’un seul Dieu.
    • Nous sommes tous issus de la création du vrai Dieu unique. A ce titre, nous sommes tous frères et personne n’a le droit de reprocher à l’autre d’être différent. Dieu nous a tous donné des qualités et des caractéristiques que nous devons accepter et défendre. Le racisme et l’anti-racisme sont les deux faces d’une même pièce qui sert la cause du diable et de ses sbires qui sévissent ici-bas, à côté de nos frères en Christ. Toute idéologie essaye de nous détourner de la vraie foi pour nous faire admirer une idée défigurée par le sophisme. Le mensonge diabolique consiste à nous faire aimer autre chose que Dieu. Dès lors, nous perdons de vue l’amour de Dieu et de notre frère. Le diable parvient à nous arracher la Vérité, puisque, l’authentique trésor est avant tout céleste.

D’autre part, les jansénistes sont des prêtres rigoureux au point de faire perdre la foi en un Dieu d’Amour. Pour eux, le libre-arbitre n’existe pas puisqu’il n’y aurait que des élus et des réprouvés. Dieu ne serait alors que rigueur et châtiment à l’image d’un faux dieu cruel et barbare. Il s’agit bien sûr d’un odieux blasphème qui a contribué à la disparition de la vraie foi. Car la foi doit nous rendre semblable à l’apôtre du Christ, c’est-à-dire généreux, doux, juste et aimant. Le jansénisme annonçait déjà une terrible apostasie.

Au fil des siècles, le progrès a détourné les catholiques européens de la véritable foi. Le français du XVIIIe siècle, par exemple, visait le progrès comme but ultime. Le Christianisme a autorisé la recherche et la découverte, que nous nommons couramment « progrès ». Or, par un effet issu de lois invisibles qui nous sont supérieures, le progrès technologique a donné naissance à deux frères :

  • L’athéisme
    • L’athéisme a créé dans le cœur de l’homme une faille béante. Lorsque l’on ne croît pas en Dieu, on croit en soi-même. On devient son propre « dieu ». On se considère comme le nombril du monde. Dès lors, le prochain n’est plus rien sinon un concurrent ou encore pire, un gêneur. L’athéisme est le terreau de l’esprit de compétition et de l’individualisme. Lorsqu’un peuple n’est plus uni, il est dispersé à l’image des Hébreux qui ont erré pendant des millénaires parmi les nations. Souvenons-nous des paroles du Christ : « Qui n’assemble pas avec Moi disperse ». L’athéisme est le fruit d’un travail de sape constant qui tend de nos jours à être amplifiée par la société de consommation et l’Internet. Les médias s’acharnent à effacer toutes traces des Lois de Moïse et de la foi en Jésus-Christ en diffusant des séries et des films de plus en plus nombreux. Cette technique consiste à diluer la Vérité dans le mensonge. Autrement dit, cela peut être comparé à la dissolution d’une goutte d’eau minérale, la Vérité, dans un grand verre d’eau souillée par la boue, le mensonge.
  • Le matérialisme
    • Le matérialisme est indispensable à l’athéisme pour se maintenir. Le matérialisme est une illusion qui remplace l’espoir. Au lieu d’attendre patiemment, on se précipite dans les supermarchés pour acheter l’objet de son désir qui semble calmer un certain vide. Or, en achetant un objet, on contribue, au contraire, à renforcer l’effet du matérialisme puisque l’on enrichit les milliardaires. Ce cercle vicieux encourage les hommes riches à produire davantage. Le matérialisme sévit à travers les primes, les salaires, les objets, les vacances, etc. Le matérialisme correspond à un marché mondial parmi lequel, un jour ou l’autre, l’homme sera lui-même réduit à l’état de marchandise. Le matérialisme est comparable à une tyrannie cachée qui rend esclave les hommes sans que ceux-ci en soient conscients. Nous pouvons être comparés à des animaux élevés en cage, qui n’ayant jamais connu la liberté, se contentent de vivre dans une société étouffante et violente en acceptant ses codes immoraux.

Nous pouvons constater que saint Augustin, et les autres saints, avaient tant raison ! Le péché détruit la vertu et entraîne l’homme vers la perdition. C’est comme si nous préférions, encore et toujours, Barabbas à Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ainsi, comme dit Jésus-Christ : « Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. »

Le monde va à sa perdition à une allure de plus en plus rapide. Le catholicisme du XIXe siècle a cédé la place à l’athéisme du XXe siècle. En ce XXIe siècle, l’Islamisme, qui est une branche sunnite radicale de l’Islam, va engendrer de multiples guerres sanglantes sur notre territoire. La France est en train de subir la Justice de Dieu en tombant dans les griffes du despotisme. Celui qui dirige la France en 2020 est un poteau de boue, comme disait Marie-Julie Jahenny. Nous ne devons rien attendre de lui puisqu’il obéit à ses maîtres qui haïssent la France. Ne soyons pas dupes, l’ennemi attend le moment propice pour anéantir les infidèles à l’aide d’armes plus ou moins lourdes. Le châtiment de la France sera terrible. Les villes de Paris, Marseille et Lyon seront anéanties dans un chaos terrifiant. L’Assemblée Nationale, qui est devenu le lieu d’adoption de lois iniques, finira sous un déluge de feu.

Ce qui semble aujourd’hui impossible aura pourtant bel et bien lieu. La France doit être châtiée pour que la foi en Jésus-Christ puisse renaître dans le cœur d’hommes sages. Parce que ceux-ci auront su que la Vérité était en Christ et nulle part ailleurs. Jésus-Christ nous a prévenu de tout ceci et ses prophéties sont en train de se réaliser, en ce siècle terrifiant :

« Jésus leur répondit : « Prenez garde que personne ne vous égare. Car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi le Christ” ; alors ils égareront bien des gens. Vous allez entendre parler de guerres et de rumeurs de guerre. Faites attention ! ne vous laissez pas effrayer, car il faut que cela arrive, mais ce n’est pas encore la fin. On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume ; il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre. Or tout cela n’est que le commencement des douleurs de l’enfantement. Alors, vous serez livrés à la détresse, on vous tuera, vous serez détestés de toutes les nations à cause de mon nom. Alors ce sera pour beaucoup une occasion de chute ; ils se livreront les uns les autres, se détesteront les uns les autres. Beaucoup de faux prophètes se lèveront, et ils égareront bien des gens. À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira. Mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé. Et cet Évangile du Royaume sera proclamé dans le monde entier ; il y aura là un témoignage pour toutes les nations. Alors viendra la fin. »

Nous savons que nous devrons reconstruire une France détruite par la folie des hommes. Pour la reconstruire, nous devrons nous atteler, tels des apôtres, aux prêches et aux sermons afin que la France retrouve sa grandeur d’autrefois. C’est par la Charité que nous pourrons sauver la France et non pas par les folies guerrières. Celui qui dit « œil pour œil et dent pour dent » n’est pas plus sage que celui qui affirme que Jésus-Christ n’existe pas.

Il est, bien sûr, plus facile de haïr que d’aimer, mais, c’est là, la juste mesure de la Justice : nous sommes le sel de la terre et à ce titre nous devrons réapprendre à nous aimer les uns les autres, grâce aux commandements de Dieu. Le Christ-Roi doit s’asseoir de nouveau sur le trône de France pour que notre nation puisse sortir de l’enfer. Tant que nous serons tièdes, nous ne pourrons pas nous affermir et le sol sera d’argile, ce qui nous conduira à la ruine :

« Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui commettez le mal !” Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »

Chers amis, peu importe que vous croyez ou non à ces paroles puisque la Vérité nous a été enseignée par Jésus-Christ. Ses paroles sont éternelles et résonnent plus que jamais dans le temps. Si nous voulons que la France vive, nous devrons tôt ou tard partir au combat. Ce combat sera celui de David face à Goliath. Autrefois, les saints emmenaient les troupes catholiques chanter en procession pour invoquer la Sainte-Vierge Marie, saint Michel Archange et Jésus-Christ. Ainsi, le Ciel leur octroyait la protection nécessaire. Nous devrons partir dans ce même type de combat : c’est en invoquant le Ciel que nous pourrons vaincre. Nous devons croire que nous avons déjà gagné pour que Dieu nous donne la victoire sur le mal. C’est par une foi ferme et indestructible que nous pourrons rétablir l’Autel et le Trône.

En attendant ces terribles moments de guerre et de sang, je vous prie de bien vouloir prier la sainte Famille pour qu’Elle protège ce qui reste de la France. « Jésus, Marie, Joseph » est l’un de nos credo. Souvenons-nous que la sainte famille est constituée d’un homme, d’une femme et d’un ou plusieurs enfants. Un père ne sera jamais une femme. Une mère ne sera jamais un homme. Il n’existe que deux sexes, le règne animal nous l’a toujours prouvé. L’homme obtient un enfant en se mariant avec son épouse. Un couple de deux êtres identiques est voué à la stérilité puisque Dieu a crée Adam et Ève. Le système contemporain essaye de détruire notre foi. Or, nous avons bâti notre maison sur le Roc. Nous croyons et croirons toujours aux vérités bibliques et nous piétinerons la censure et le mensonge.

Il faudra, un jour ou l’autre, rétablir la Vérité et contraindre l’humanité à honorer Dieu et à craindre le mensonge en utilisant une verge de fer. C’est certainement le rôle du futur roi de France qui sera à la foi doux et dur. Il se peut que ce soit un homme à deux visages : doux avec les faibles et terrifiant avec les forts. Dès lors, il serait une source de malheur pour les méchants et une source de bonheur pour les affligés. Il est prophétisé qu’il vaincrait les méchants en leur menant la guerre. C’est à ce titre qu’il est perçu, par les sectes maçonniques, comme un antéchrist ennemi de leur foi dévoyée. Car, pour les illuminés maçonniques, leur roi ne peut être qu’un antichrist qui haït Jésus-Christ. Or, les termes antéchrist et antichrist ne sont pas similaires. L’antéchrist vient avant le Christ tandis que l’antichrist est l’ennemi du Christ. Selon les prophéties, le roi de France serait un homme aimant Dieu et haïssant le péché, tandis que l’antichrist viendrait après lui pour anéantir le monde. Attention : ces propos ne sont que des hypothèses établies selon les études de textes prophétiques et ne sauraient en aucun cas être une source de vérité absolue.

Dans tous les cas, nous obtiendrons la victoire en ayant foi en la vérité des Évangiles. Dieu nous a donné le livre de la Vérité. A nous de croire pour relever la France de la fange contemporaine. Le rétablissement des dix commandements et de la foi en le Christ-Roi sont indispensables à notre nation si nous souhaitons lui éviter la disparition.

Que Dieu vous bénisse et vous protège en ces temps d’affliction.

Stéphane

22 février 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/02/la_france_sera_chatiee_tant_qu_elle_refusera_le_christ_roi_v01.pdf

Le retour au Christ

Chers amis,

Nous allons parler aujourd’hui du retour au Christ, et non pas du retour du Christ. La différence est fondamentale.

En effet, le retour du Christ impliquerait que les hommes ne se soucient plus de Dieu en attendant passivement un miracle. Il y a là une espérance dévoyée en un illusoire messie puisque Jésus-Christ est déjà venu parmi nous.

Nous devons donc revenir au Christ. Cela implique un effort de notre part. Nous devons renoncer au péché et renouer avec la tradition catholique qui est la nôtre. L’empire romain s’est converti au christianisme, grâce à Constantin, avant de mourir au tombeau pour réapparaître dans l’Église et dans la Royauté. Cela explique pourquoi le latin est la langue traditionnelle de l’Église et de la Royauté.

Nos ennemis haïssent le latin, l’Église et la Royauté parce que ces trois éléments trinitaires empêchent la force brute de s’emparer du pouvoir. L’ennemi tente de faire disparaître par lambeaux le catholicisme, et le christianisme en général, afin d’imposer son nouvel ordre mondial qui est un mélange de gnoses mortifères.

Le nouvel ordre mondial a pour but d’imposer par la tyrannie matérialiste un pouvoir totalitaire. À l’instar du nazisme, le transhumanisme souhaite créer un homme nouveau qui serait amélioré par la technologie. Ainsi, l’homme naturel crée par Dieu serait considéré comme un sous-produit. L’homme du futur serait donc le fruit du progrès technologique engendré par l’athéisme.

Or, l’homme n’a jamais pu se créer lui-même. La création est le fruit de l’œuvre de Dieu qui est symbolisée par l’Amour. C’est pourquoi Jésus-Christ est réellement le Fils de Dieu : il porte en Lui l’Amour du Père.

Au fil des siècles, une force spirituelle démoniaque a voulu s’emparer de l’humanité pour la forcer à s’émanciper de Dieu. Satan est une force invisible bien réelle qui est déchue à cause de son orgueil. Les forces sataniques veulent que l’humanité se damne également en suivant leur chemin de perdition. Il s’agit d’un esprit totalitaire qui affirme la maxime suivante : « suivez-moi et damnez-vous ou mourez » puisque le démon incarne la perdition, le mensonge et la mort.

Jésus-Christ, quant à lui, affirme autre chose : « suivez-moi et vivez » car Il est le Chemin, la Vie et la Vérité.

Nous avons donc le choix entre suivre l’esprit du monde qui affirme ceci : « embrassez le transhumanisme, entrez de plain pied dans le nouveau monde et amusez-vous », ou, alors, nous pouvons renoncer à ces promesses mensongères pour reprendre le chemin de Constantin afin de renouer avec l’Église et la Royauté.

Cela implique de revenir aux origines latines de nos traditions, de connaître le latin, d’embrasser l’Église des premiers siècles et d’honorer nos rois. En faisant ceci, nous serons réellement les fils de Jésus-Christ car nous aurons effectué les premiers pas en direction du Christ. C’est ce que nous appelons donc le retour au Christ.

En Russie, une tradition veut que nous honorions nos morts et nos ancêtres en brandissant leur portrait. Nous devrions honorer nos ancêtres et renouer avec notre passé. Il suffit de secouer l’esprit du monde pour redécouvrir tout ce que la technologie a voulu détruire. Jésus-Christ, l’Église et la Royauté sont éternels. N’en déplaise aux esprit démoniaques.

L’année 2020 est le début du retour aux sources. Nous allons connaître la crise financière, la guerre civile et certainement le début d’une guerre mondiale avec toutes sortes de fléaux : les tempêtes, les séismes et les volcans. Dieu nous montre Sa colère à cause de notre manque de foi.

Lorsque la guerre aura éclaté, lorsque ces événements auront eu lieu, il nous faudra sauver la France en détruisant tout ce qui n’est pas conforme à nos traditions. Ainsi, nous anéantirons de fond en comble les hérésies pour les renvoyer en enfer. Nous écraserons le progrès technologique par la Parole puisque le Verbe est le Chemin, la Vie et la Vérité. Ce sera une épreuve très lourde et difficile, mais, si nous ne le faisons pas, la France mourra, emportée par les fourberies de nos ennemis.

Nous devrons faire un choix en 2020 puisque Jésus-Christ a dit : « celui qui ne rassemble pas avec moi disperse ».

Chers amis, restons fidèles au Christ en ces années de jugement. Conservons la foi, l’espérance et la charité. Que Dieu vous bénisse et vous guide en cette nouvelle année 2020.

Stéphane
Le 2 janvier 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/01/le_retour_au_christ.pdf

Le racisme médiatique en 2019 et les graves conséquences pour la France

Chers amis,

Le racisme est actuellement un phénomène médiatique qui se développe à outrance pour atteindre un état hyperbolique.

Le racisme est un phénomène ancien qui a ressurgi au fil des siècles. Voltaire, cet homme adulé par les républicains, était un raciste décomplexé. En voici la preuve dans l’un de ses ouvrages « Essai sur les mœurs et l’esprit des nations » dont certains passages racialistes n’ont pas été expurgés par la bien-pensance médiatique.

« II. Des différentes races d’hommes. — Ce qui est plus intéressant pour nous, c’est la différence sensible des espèces d’hommes qui peuplent les quatre parties connues de notre monde.

Il n’est permis qu’à un aveugle de douter que les blancs, les nègres, les albinos, les Hottentots, les Lapons, les Chinois, les Américains, soient des races entièrement différentes.

Il n’y a point de voyageur instruit qui, en passant par Leyde, n’ait vu la partie du reticulum mucosum d’un nègre disséqué par le célèbre Ruysch. Tout le reste de cette membrane fut transporté par Pierre le Grand dans le cabinet des raretés, à Pétersbourg. Cette membrane est noire ; et c’est elle qui communique aux nègres cette noirceur inhérente qu’ils ne perdent que dans les maladies qui peuvent déchirer ce tissu, et permettre à la graisse, échappée de ses cellules, de faire des taches blanches sur la peau.

Leurs yeux ronds, leur nez épaté, leurs lèvres toujours grosses, leurs oreilles différemment figurées, la laine de leur tête, la mesure même de leur intelligence, mettent entre eux et les autres espèces d’hommes des différences prodigieuses. Et ce qui démontre qu’ils ne doivent point cette différence à leur climat, c’est que des nègres et des négresses, transplantés dans les pays les plus froids, y produisent toujours des animaux de leur espèce, et que les mulâtres ne sont qu’une race bâtarde d’un noir et d’une blanche, ou d’un blanc et d’une noire.

Les albinos sont, à la vérité, une nation très-petite et très-rare : ils habitent au milieu de l’Afrique : leur faiblesse ne leur permet guère de s’écarter des cavernes où ils demeurent : cependant les nègres en attrapent quelquefois, et nous les achetons d’eux par curiosité. J’en ai vu deux, et mille Européens en ont vu. Prétendre que ce sont des nègres nains, dont une espèce de lèpre a blanchi la peau, c’est comme si l’on disait que les noirs eux-mêmes sont des blancs que la lèpre a noircis. Un albinos ne ressemble pas plus à un nègre de Guinée qu’à un Anglais ou à un Espagnol. Leur blancheur n’est pas la notre ; rien d’incarnat, nul mélange de blanc et de brun ; c’est une couleur de linge, ou plutôt de cire blanchie ; leurs cheveux, leurs sourcils, sont de la plus belle et de la plus douce soie ; leurs yeux ne ressemblent en rien a ceux des autres hommes, mais ils approchent beaucoup des yeux de perdrix. Ils ressemblent aux Lapons par la taille, à aucune nation par la tête, puisqu’ils ont une autre chevelure, d’autres yeux, d’autres oreilles ; et ils n’ont d’homme que la stature du corps, avec la faculté de la parole et de la pensée dans un degré très-éloigné du nôtre. Tels sont ceux que j’ai vus et examinés.

Le tablier que la nature a donné aux Cafres, et dont la peau lâche et molle tombe du nombril sur les cuisses ; le mamelon noir des femmes samoyèdes, la barbe des hommes de notre continent, et le menton toujours imberbe des Américains, sont des différences si marquées, qu’il n’est guère possible d’imaginer que les uns et les autres ne soient pas des races différentes. »

Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations… (1756) dans Œuvres complètes, éd. de Ch. Lahure, Paris, Hachette, 1859, pp. 3-4.

Le racisme ayant atteint ses limites, l’anti-racisme est apparu sous le règne Mitterrandien. Il s’agit d’une doctrine qui a pour but de renverser le racisme afin de détruire le Christianisme. En effet, Jésus-Christ a explicitement dit : « vous êtes tous frères et il n’y a qu’un seul Dieu. »

Or, les nombreux ennemis du Christ ont pour vocation l’anéantissement de la Paix : paix spirituelle, paix sociale, paix nationale, paix mondiale.

Ils souhaitent exciter l’ensemble des « races » afin de détruire complètement les bases de la civilisation catholique qui découle des commandements de la Loi. Par la « Loi » j’entends la Loi de Moïse et des Prophètes sur lesquels s’est appuyé Notre-Seigneur Jésus-Christ pour enseigner les commandements de Dieu.

N’oublions pas que l’Église et les saints se sont toujours appuyés sur la Loi pour mener les peuples à Jésus-Christ. Saint Paul le fit, certainement en premier.

« Après lui avoir fixé une date, ils vinrent le trouver en plus grand nombre dans son logement. Paul rendait témoignage au royaume de Dieu, dans ce qu’il leur exposait, et il s’efforçait de les convaincre à propos de Jésus, en partant de la loi de Moïse ainsi que des Prophètes. Cela dura depuis le matin jusqu’au soir. Les uns se laissaient convaincre par de telles paroles, les autres refusaient de croire. » (Actes des apôtres, 28,23-24)

Le racisme atteint, de nos jours, un point culminant. Il est tellement grossier qu’il subjugue les foules naïves. Ce mouvement les entraîne davantage dans un antisémitisme primaire qui les fait haïr les juifs dans leur ensemble : le mythe du « mauvais juif » ne serait pas aboli à la suite de l’immonde Adolf Hitler. La doctrine sioniste, datant du début du XXe siècle, est parvenue à maintenir les fidèles de la Torah sous son joug politique.

Jésus-Christ est Hébreu. Il n’est pas possible de supprimer les origines hébraïques de la foi qui animait autrefois l’Europe. Les peuples païens se sont convertis pour donner naissance à une foi catholique, c’est-à-dire universelle. Les peuples Francs, c’est-à-dire germaniques, sont les premiers à avoir acceptés la foi catholique. Fidèles à la Sainte Église, ils ont accepté de la protéger. Charlemagne en fut un brillant exemple. Avant de devenir la France, notre territoire fut un Empire carolingien.

Un mouvement international tend à placer la Loi de Moïse et les Prophètes sous un joug politique afin de les étouffer complètement pour laisser la place à un orgueil béant : les adhérents au sionisme seraient détenteurs d’un pouvoir qui les rendrait supérieurs aux autres races. Tout comme les Américains se sont pris pour les élus de Dieu au temps du pape Léon XIII. Cette symbolique n’est pas un mythe : il s’agit du Compas et de l’Équerre qui recouvre la Bible. Ces exemples représentent l’antithèse de la foi catholique. Satan lui-même voulait briller pour ressembler à Dieu au point d’assujettir l’ensemble de l’univers, après avoir été chassé du Ciel par saint Michel Archange.

Les problèmes contemporains du racisme ne pourraient se résoudre qu’en acceptant la Loi de Moïse et les Prophètes, car il s’agit de la voie royale qui mène à Jésus-Christ. L’Église elle-même demande de ne pas persécuter les juifs, car il est dit dans les prophéties de l’Ancien Testament qu’un jour ce peuple se convertirait enfin au Christ.

Qu’est-ce que signifie accepter la Loi de Moïse ? Cela veut dire qu’il faut lire la Vulgate pour découvrir les écrits prophétiques de l’Ancien Testament qui mènent tous à Notre-Seigneur Jésus-Christ. L’antisémitisme interdit cette conversion de cœur qui demande un effort d’ouverture. Or, le racisme a pour vocation de couper l’ouverture spirituelle puisque Satan souhaite assimiler l’ensemble des juifs à son œuvre maléfique. Le racisme contribue à la rétractation sur soi-même, à l’étouffement des nations, aux conflits raciaux, et, finalement à la guerre civile entre les religions dites du Livre.

Les prêtres devraient rejeter Vatican II pour renouer avec la foi de leurs ancêtres. Ils devraient être des lions ardents pendant leurs sermons, des aigles à l’esprit aiguisé durant la confession et des agneaux pendant la célébration de la Messe. Or, de nos jours, la majorité des prêtres sont tièdes et fades. Certains semblent animés par un esprit guimauve fait d’une tiédeur douceâtre et larmoyante. Il n’y a là-dedans rien de catholique, car, en réalité, Jésus-Christ nous demande d’être le Sel de la terre.

Les saints ont annoncé qu’à la fin des temps l’Islam s’étendrait sur toute la planète. Nous pouvons, aujourd’hui, constater qu’ils avaient raison. Un saint dont je ne me souviens plus le nom disait que « ça allait piquer à cette époque ». En effet, l’Islam le plus radical prône la Loi du Talion, loi abolie par Jésus-Christ. Notre Seigneur demandait, au contraire, de se convertir à celle de Moïse et des Prophètes. Il affirme être venu, non pas pour abolir la Loi, mais, pour la compléter et l’enrichir de deux nouveaux commandements.

C’est pourquoi Il nous demande d’aimer Dieu, les hommes en général et nos ennemis. L’amour de l’autre désamorce toute idée de guerre fratricide. La charité envers les pauvres renforce la cohésion puisque la faiblesse est embrassée et protégée. Cela nous rappelle ces magnifiques images d’Épinal correspondant à ces lointains chevaliers épiques, à l’image d’un saint Martin qui donna sa cape à un mendiant. La cohésion d’un peuple se fait autour d’un projet fédérateur. De nos jours, il n’y a plus que la compétition outrancière, le culte de l’argent et de la réussite, la haine des pauvres et le racisme caricatural. Cela annonce la survenue prochaine de grands maux.

La Loi du Talion contribue au renforcement de la haine en punissant publiquement les fauteurs de trouble dans le but de les retrancher de la civilisation. La lapidation est une ancienne tradition hébraïque qui perdure toujours chez les musulmans. Or, Jésus-Christ a aboli cette pratique détestable :

« Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? »

Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre.

Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? »

Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 8,2-11)

Dans le passé, les juifs ayant rejeté Jésus-Christ souhaitaient que la Synagogue soit transmise à d’autres peuples. Or, au Moyen-Orient les païens étaient en court de conversion aux environs du sixième siècle. Pour aller à l’essentiel, on peut dire que la Mosquée ressemble étrangement à l’ancienne Synagogue. L’Islam conquérant souhaite dominer le monde à la manière d’un Judas Maccabée qui fut l’inspirateur de certaines prophéties juives annonçant la conquête du monde par un homme fort et indestructible. Un homme de ce type ne peut être que l’antithèse de Jésus-Christ : ce serait un conquérant politique sous influence démoniaque, face à l’agneau de Dieu qui est mort pour nous sur la Croix.

Cela nous est confirmé grâce à l’une des scènes de la tentation du Christ dans le désert :

« Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière Satan ! Car il est écrit :

« C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. »

Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchent, et ils le servaient. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 4,8-11)

Le racisme médiatique couplé à la censure engendre dans la France de 2019 beaucoup de douleurs. Les travailleurs pauvres se rejoignent dans une large contestation appelée les « gilets jaunes ». Ils pourraient, dès l’année prochaine, être la source d’une immense contestation qui serait en mesure de déclencher de dangereuses émeutes populaires. Le désordre contemporain favoriserait une invasion étrangère, car les dirigeants français ne seraient plus en mesure de gouverner équitablement la nation.

Ce genre de désordre annonce toujours au cours de l’histoire un effondrement de la résistance collective et de l’armée. Par conséquent, les frontières seraient laissées béantes. Une nation armée et entraînée pourrait dès lors foncer sur les pays européens afin de les renverser et de les contrôler. Les hommes affaiblis par les multiples théories pathologiques contemporaines seraient bien incapables de mourir en héros pour défendre une nation qu’ils ne comprennent plus.

Autrefois, le catholicisme unissait le peuple autour de l’idée de Jésus-Christ : les vertus étaient prônées et aimées. Il s’agissait d’un véritable ciment qui donnait une cohérence à la nation, une thèse ancestrale à défendre. De nos jours, il ne subsiste plus rien de tout cela puisque la République des Lumières a anéanti ce noble passé. Les guerres de religions en Europe qui ont eu lieu au XVIe siècle et l’apostasie généralisée, par la suite, a permis la disparition des Rois lors de la révolution française. Le rempart de l’Église semble se fragiliser de jour en jour et les nations ne semblent plus avoir aucun sens.

Il y a péril en la demeure mais bien peu nombreux sont ceux qui s’en aperçoivent puisqu’ils refusent de réfléchir à l’histoire de France, aux conséquences de leurs actes égoïstes et à l’esprit de consommation qui annihile tout esprit de cohésion.

L’intelligence s’efface peu à peu au rythme de l’autodafé des anciens livres catholiques. Les lectures contemporaines sont toujours futiles, insipides ou perverses. L’inutile est préféré à l’indispensable. L’homme frivole est adulé tandis que l’homme réfléchit est méprisé. L’homme retourne à la bestialité sans s’en apercevoir puisqu’il accepte de se laisser porter par des idées mortifères. Son incapacité spirituelle le mène au tombeau.

Finalement c’est Jésus-Christ qui est haï à travers ceux qui souhaitent que la nation revive. Le monde est séparé en deux camps : ceux qui aiment le vrai Dieu et ceux qui le haïssent. Les ennemis de Dieu collaborent activement à l’avènement inéluctable d’une tyrannie portant le nom de gouvernance mondiale. Car ceux qui se feront appeler les « 72 sages » seront en réalité des milliardaires assoiffés de gloire et de pouvoir. Ils souhaitent dominer l’humanité d’une main de fer en vue de son anéantissement.

Les laisserons-nous faire sans rien tenter ? Devons-nous déjà tendre le cou au bourreau afin qu’il laisse tomber le couperet de la hache pour nous cisailler ? Toutefois, il est inutile de répondre à la violence par la violence, car ce serait donner raison à ceux qui souhaitent nous dominer. Il faut combattre par l’Esprit-Saint et redonner de l’espoir à tous ceux qui l’ont perdu.

Il est temps de renoncer au racisme et à l’anti-racisme. Ce sont des idéologies qui mènent à l’anéantissement de l’humanité pour la gloire de ceux qui souhaitent rétablir l’esclavage de masse. Il est temps d’accepter l’humanité avec ses qualités et ses défauts. Il est temps d’unir les peuples avant que la catastrophe ne nous anéantisse définitivement.

Pour conclure, nous sommes tous frères, il n’y a qu’un seul Dieu et à ce titre, les hommes de bonne volonté forment le Sel de la terre. La victoire se fera par et pour Jésus-Christ sans aucune distinction de races. Il est temps de mettre un terme à l’idéologie des Lumières.

Soyons sûrs que la France renaîtra grâce à la foi en Dieu. Dans le futur, nos descendants compareront l’abominable République à l’idéologie communiste et nazie. Les derniers présidents seront certainement assimilés aux tyrans du XXe siècle. Ce serait la meilleure chose pour la sauvegarde de l’humanité.

Vive Jésus-Christ ! Vive sa Sainte-Église ! Vive le Roi !

Veillons et prions. Les grands troubles vont bientôt commencer. Dieu vous garde !

Stéphane B.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/le_racisme_mediatique_en_2019.pdf

Malheureux les blasphémateurs !

Chers amis,

Le monde est en train de sombrer dans l’adoration de Satan, après avoir longtemps œuvré en vue de la négation de Dieu et de Ses commandements. Je prendrais, pour cela, un exemple frappant.

Le 10 septembre 2019, un économiste suédois a suggéré de « s’habituer à manger des aliments dont on n’a pas l’habitude, tels que la chair humaine provenant des cadavres. » Cette phrase n’est pas innocente. Elle contribue à favoriser le cannibalisme qui est une immonde pratique.

Voici ce que dit le Lévitique (26, 21-31), selon la Vulgate, à ce propos :

« Si vous marchez en opposition avec moi, et que vous ne vouliez pas m’écouter, j’augmenterai vos plaies d’un septuple à cause de vos péchés ;
Et j’enverrai contre vous les bêtes de la campagne, qui vous consumeront, vous et vos troupeaux et qui les réduiront tous à un petit nombre, et vos chemins deviendront déserts.
Que si après cela même vous ne voulez point recevoir ma correction mais que vous marchiez en opposition avec moi.
Moi aussi, je marcherai contre vous et je vous frapperai sept fois à cause de vos péchés ;
Et je conduirai sur vous le glaive vengeur de mon alliance ; et, lorsque vous aurez fui dans les villes, j’enverrai la peste au milieu de vous, et vous serez livrés aux mains des ennemis.
Après que j’aurai brisé le bâton de votre pain ; en sorte que dix femmes cuiront les pains dans un seul four, et les rendront au poids : or, vous mangerez, et ne serez pas rassasiés.
Mais si avec cela même vous ne m’écoutez point, et que vous marchiez contre moi,
Moi aussi, je marcherai contre vous avec une fureur contraire, et je vous châtierai de sept plaies à cause de vos péchés ;
En sorte que vous mangerez la chair de vos fils et de vos filles.
Je détruirai vos hauts lieux, je briserai vos simulacres. Vous tomberez parmi les ruines de vos idoles, et mon âme vous aura en abomination. »

Contrairement à ce que les ennemis de la Bible expliquent, Dieu a en abomination l’anthropophagie. Il est interdit de manger de la chair humaine. Tout comme il est interdit de manger les animaux impurs (Lévitique 11, 1-8) :

« Le Seigneur parla encore à Moïse, disant :
Dites aux enfants d’Israël : voici les animaux que vous devez manger, d’entre tous les animaux de la terre :
Tout ce qui a l’ongle fendu et qui rumine parmi les bêtes, vous en mangerez.
Pour tout ce qui rumine et qui a un ongle, mais qui ne l’a pas fendu, comme le chameau et tous les autres, vous n’en mangerez point, et vous le compterez parmi les bêtes impures.
Le chérogrylle qui rumine, mais qui n’a point l’ongle fendu, est impur.
Le lièvre également ; car il rumine, lui aussi, mais il n’a pas l’ongle fendu
Le pourceau encore, qui quoi qu’il ait l’ongle fendu, ne rumine point.
Vous ne mangerez point de la chair de ces bêtes, et vous ne toucherez point leurs corps morts, parce qu’ils sont impurs pour vous. »

Suite et fin de l’extrait du Lévitique (11, 43-47) :

« Ne souillez point vos âmes, et ne touchez point aucune de ces choses, de peur que vous ne soyez impurs.
Car c’est moi qui suis le Seigneur votre Dieu : soyez saints, parce que moi, je suis saint. Ne souillez point vos âmes par aucun reptile qui se meut sur la terre.
Car c’est moi qui suis le Seigneur, qui vous ai retirés de la terre d’Égypte ; afin que je fusse Dieu pour vous. Soyez saints, parce moi, je suis saint.
Telle est la loi des animaux et des volatiles et de toute âme vivante, qui se meut dans l’eau et qui rampe sur la terre ;
Afin que vous connaissiez les différences de ce qui est pur et impur, que vous sachiez ce que vous devez manger et ce que vous devez rejeter. »

Rajoutons maintenant la parole de Jésus-Christ (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:23 :

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, mais vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi : la justice, la miséricorde et la fidélité. Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste. Guides aveugles ! Vous filtrez le moucheron, et vous avalez le chameau. »

Les catholiques, et les chrétiens en général, sont, dans notre siècle très particulier, autant soumis à la Loi qu’à l’Église puisque l’Église du 21e siècle n’est plus en mesure de nous donner la Grâce. Par conséquent, l’homme doit être juste, miséricordieux et fidèle à Dieu pour être en mesure d’aimer son prochain comme soi-même. Pour toutes ces raisons, la pratique du cannibalisme est immonde.

Ainsi, ceux qui acceptent volontairement de briser la Loi de Dieu, par leurs blasphèmes, se damnent eux-mêmes, à moins qu’ils ne pleurent pour la rémission de leurs péchés. Cette grâce est accordée à tous, mais, bien rares sont ceux qui souhaitent obtenir le Salut. La peur du rejet causée par le respect humain nous empêche trop souvent d’honorer Dieu. C’est ce qu’expliquait le bon curé d’Ars, saint Jean-Marie Vianney. Extrait de l’un de ses sermons sur le respect humain :

« Mais, me direz-vous maintenant : Qui sont donc ceux qui se rendent coupables de respect humain ? écoutez-moi un instant, et vous allez le savoir. D’abord, je vous dirai avec saint Bernard que, de quelque côté que nous considérions le respect humain, qui est la honte de remplir ses devoirs de religion à cause du monde, tout nous démontre en lui le mépris de Dieu et de ses grâces et l’aveuglement de l’âme. Je dis en premier lieu, que la honte de faire le bien, de crainte d’être méprisé ou raillé de la part de quelques malheureux impies, ou de quelques ignorants, est un mépris affreux que nous faisons de la présence du bon Dieu devant lequel nous sommes et qui pourrait à l’heure même nous jeter en enfer.

Pourquoi est-ce que ces mauvais chrétiens vous raillent et tournent en ridicule votre dévotion ? Hélas ! en voici la véritable raison : c’est que n’ayant pas la force de faire ce que vous faites, ils vous en veulent de ce que vous réveillez les remords de leur conscience ; mais, soyez bien sûrs que dans le cœur ils ne vous méprisent pas, au contraire, ils vous estiment beaucoup. S’ils ont un bon conseil à prendre, ou à demander une grâce auprès du bon Dieu, ce n’est pas à ceux qui font comme eux qu’ils auront recours, mais à ceux qu’ils ont raillés, du moins en paroles. Vous avez honte, mon ami, de servir le bon Dieu, par crainte d’être méprisé ? Mais, mon ami, regardez donc Celui qui est mort sur cette croix ; demandez-lui donc s’il a eu honte d’être méprisé, et de mourir de la manière la plus honteuse sur cette croix infâme. Ah ! ingrats que nous sommes envers Dieu, qui semble trouver sa gloire à faire publier de siècle en siècle qu’il nous choisit pour ses enfants.

Ô mon Dieu ! que l’homme est aveugle et méprisable de craindre un misérable qu’en-dira-t-on, et de ne pas craindre d’offenser un Dieu si bon. Je dis encore que le respect humain nous fait mépriser toutes les grâces que le bon Dieu nous a méritées par sa mort et sa passion. Oui, par le respect humain, nous anéantissons toutes les grâces que le bon Dieu nous avait destinées pour nous sauver. Oh ! maudit respect humain, que tu entraînes d’âmes en enfer ! »

Dieu nous a déjà pardonné si nous pleurons humblement nos péchés. Par contre, si nous nous enflons d’orgueil au point de nous abreuver de nos fautes passées et futures, dès lors, nous nous vouons à la Justice de Dieu ici-bas, et, par-delà la mort. Combien d’âmes se sont déjà damnées et pleurent pour obtenir une minute de vie supplémentaire sur terre afin de pouvoir faire le bien. Hélas, il est trop tard pour elles puisque le temps qui leur a été donné s’est définitivement écoulé. C’est ici que l’on perçoit la notion d’Éternité.

Écoutons la parabole des talents qui résume très bien ce qui vient d’être dit (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25, 14-30) :

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.

Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : « Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres. » Son maître lui déclara : « Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur. »

Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : « Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres. » Son maître lui déclara : « Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur. »
Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : « Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient. » Son maître lui répliqua : « Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents ! »

Cette parabole de Jésus-Christ nous rappelle que le paradis est offert à ceux qui font le bien en obéissant humblement aux commandements de Dieu, tandis que l’enfer est promis à ceux qui les refusent volontairement.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (13, 31-38) :

« Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant, le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt. Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Vous me chercherez, et, comme je l’ai dit aux juifs : « Là où je vais, vous ne pouvez pas aller », je vous le dis maintenant à vous aussi. Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois »

Jésus-Christ annonce que l’humanité est séparée en deux camps : les brebis et les boucs. Les brebis ont pour Père le vrai Dieu d’amour, tandis que les boucs obéissent aux commandements du démon.

Nous devons donc souvent nous poser les questions suivantes :

« Fais-je partie du clan des brebis ou de celui des boucs ? »
« Quel est celui qui peut me reprocher de ne pas l’avoir pardonné sept fois soixante-dix-sept fois ? »
« Suis-je comparable aux cinq vierges sages ou plutôt aux cinq autres folles ? »

Méditons un instant sur ceci :

« Dieu me jugera comme j’ai jugé les autres, car nous sommes tous frères et il n’y a qu’un seul Dieu. Par conséquent, aucun homme n’est en mesure d’en juger un autre sauf Jésus-Christ. Il est Fils de Dieu. Il a offert Sa vie par amour pour moi en acceptant silencieusement les outrages et l’abomination de la Crucifixion. »

Chers amis, ne cédons jamais à l’esprit du monde, refusons les conseils de ces gens instruits qui se croient clairvoyants. En réalité, ils sont aveugles au point de nous conduire avec eux vers l’abîme. Comme les Hébreux d’antan, fuyons ceux qui sont les acteurs zélés du péché. Leur nom n’est pas inscrit sur le livre de la Vie mais sur celui de la mort.

Adorons le vrai Dieu et Son Fils Jésus-Christ, honorons les saints, les patriarches et les prophètes de l’Ancien Testament.

Veillons et prions. Dieu vous garde et vous protège.

Stéphane B.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/malheureux_les_blasphemateurs.pdf

Sans Jésus-Christ, l’homme est un loup pour l’homme

Chers amis,

Notre siècle est caractérisé par la folie humaine. Quelle en est la raison ? La réponse tient seulement en quelques mots. Jésus-Christ est, officiellement, méprisé, haï et ridiculisé. Pourtant, l’unicité catholique engendrée par les commandements de Jésus-Christ et la force de l’Église ont bâti la France des rois.

La morale, découlant des commandements du vrai Dieu, autrefois si présente et si chérie par nos ancêtres catholiques est aujourd’hui en voie de disparition. Le laxisme s’installe progressivement au fil des générations. Les hommes obéissent de plus en plus à leurs propres pulsions au point de devenir esclaves de leur ego.

Cet égoïsme forcené entraîne la chute des civilisations. Jésus disait en parabole (Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 3;24-27)

« Si un royaume se divise, ce royaume ne peut pas tenir. Si une famille se divise, cette famille ne pourra pas tenir. Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé, il ne peut pas tenir ; c’en est fini de lui. Mais personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté. Alors seulement il pillera sa maison. »

La Justice devient injuste par nature en punissant les victimes et en relâchant les coupables. Cela s’explique par le refus catégorique des commandements de Dieu :

« Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout.
Tu ne prononceras pas le nom de Dieu qu’avec respect.
Tu sanctifieras le jour du Seigneur.
Tu honoreras ton père et ta mère.
Tu ne tueras pas.
Tu ne feras pas d’impureté.
Tu ne voleras pas.
Tu ne mentiras pas.
Tu n’auras pas de désir impur volontaire.
Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. »

Ainsi, l’homme contemporain refuse d’obéir aux lois de Dieu qui prônent l’unicité.

Par conséquent, beaucoup d’hommes se livrent, plus ou moins inconsciemment, à l’esprit de Satan qui entraîne la division. Essayons de former ses immondes commandements qui sont l’antonyme de ceux de Dieu :

« Tu m’adoreras, moi, ton maître absolu.
Tu blasphémeras le nom de Dieu.
Tu sacrifieras aux idoles.
Tu offenseras ton père et ta mère.
Tu tueras.
Tu feras des impuretés.
Tu voleras.
Tu mentiras.
Tu auras des désirs impurs volontaires.
Tu désireras injustement le bien des autres » (ne pas suivre ces commandements !)

Les hommes obéissent donc à un esprit de blasphème. Ceux qui refusent la Loi de Moïse et les commandements de Jésus-Christ sont donc les complices zélés de l’esprit luciférien.

Si nous voulons sauver la France, il faudra que la Loi et les prophètes soient inscrits, afin que les commandements de Jésus-Christ puissent gouverner notre nation. Le Christ-Roi demande l’humilité envers l’esprit de Dieu. Sans cela, la France sombrerait dans le chaos pour devenir mahométane. Ce serait alors une terrible punition qui activerait le retour à la foi catholique. Sans Jésus-Christ, l’homme est un loup pour l’homme.

Nous pouvons déjà voir les prémices d’une terrible guerre civile. Il suffit de prendre en considération les massacres, les attentats, la haine ambiante, la saleté qui inonde la capitale et les grandes villes de France, l’impolitesse de la jeunesse, l’égocentrisme acharné des uns et des autres, la loi du plus fort qui règne.

La Loi du Talion, abolie par Jésus-Christ, est en train de s’imposer de nouveau. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que ceux qui n’obéiraient pas à la Charia seraient physiquement détruits.

Par conséquent, la Religion, sans Jésus-Christ, correspond à une Justice de Dieu sans Rédemption. Il est donc nécessaire de se convertir à Jésus-Christ, de prendre conscience de ses propres fautes pour être en mesure de pardonner au prochain. Le Saint-Esprit, si doux et si fort, correspond à l’apogée de la Loi et des prophètes : Jésus-Christ y est présent pour nous rappeler son Sermon sur la Montagne.

« Bienheureux les pauvres en esprit, parce que le royaume des cieux leur appartient !
Bienheureux ceux qui pleurent, parce qu’ils seront consolés !
Bienheureux les doux, parce qu’ils posséderont la terre !
Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice, parce qu’ils seront rassasiés !
Bienheureux les miséricordieux, parce qu’ils obtiendront miséricorde !
Bienheureux ceux qui ont le cœur pur, parce qu’ils verront Dieu !
Bienheureux les pacifiques, parce qu’ils seront appelés enfants de Dieu !
Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux est à eux !…
Réjouissez-vous, quand à cause de moi, le monde vous poursuivra de sa haine, de ses persécutions et de ses calomnies, car votre récompense sera grande dans les cieux.

Ne croyez pas que je sois venu détruire la loi de Moïse et les enseignements des prophètes ; je suis venu, non pour les détruire, mais pour les accomplir et les perfectionner… Et je vous le dis, si votre justice n’est pas plus parfaite que celle des Scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

Ainsi, l’on vous a dit simplement : vous ne tuerez pas ! Et moi, j’ajoute que celui qui se met en colère contre son frère, qui l’insulte et l’injurie, est déjà coupable. Et si, en allant porter votre offrande à l’autel, vous vous rappelez que votre frère a quelque chose contre vous, laissez votre offrande au pied de l’autel ; allez d’abord vous réconcilier avec votre frère, ensuite, vous reviendrez faire votre présent au Seigneur.

Vous avez également entendu ces paroles de vengeance : Dent pour dent ; œil pour œil ! Moi, je vous dis : n’opposez point violence à la violence ; si quelqu’un vous frappe sur la joue droite, présentez-lui l’autre.

On vous a enseigné : vous aimerez votre prochain et vous haïrez votre ennemi. Et moi, je vous dis : aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui vous persécutent ; priez pour ceux qui vous calomnient. Ainsi, vous serez les enfants de votre Père céleste, qui fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants. Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait. »

Il existe plusieurs religions, mais la seule qui soit parfaite est la religion du Christ (les Églises d’Orient en font partie : orthodoxe, copte, chaldéenne, syro-jacobite, arménienne, maronite et latine). Elle est celle que l’on nomme catholique pour signifier universelle. Jésus-Christ possède un esprit d’universalité qui correspond à la Majesté omnipotente de Dieu.

De nos jours, les fidèles qui croient sans avoir vu sont de moins en moins nombreux. Un esprit catholique politisé et nationalisé étouffe cet esprit d’ouverture. L’Église s’est donc retranchée dans un lieu confiné qui devient de plus en plus humain et de moins en moins spirituel. L’Église se politise au point de perdre de vue Jésus-Christ. La flamme de l’esprit se fait de plus en plus petite au point de vaciller.

Aujourd’hui, hélas, nous ne pouvons rien changer, car les hommes n’écoutent pas. La France méritera donc sa punition (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 12,39-42) :

« Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. En effet, comme Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, le Fils de l’homme restera de même au cœur de la terre trois jours et trois nuits. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que cette génération, et elle la condamnera ; en effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. »

Le châtiment de la France sera sa punition, jusqu’à ce qu’elle se rappelle de Sa fidélité envers l’Église de Jésus-Christ.

La France est catholique ou ne sera pas.

Dieu vous bénisse en ces temps si difficiles et si annonciateurs d’un esprit renouvelé.

Stéphane B.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/sans_jesus_christ_l_homme_est_un_loup_pour_l_homme_v01.pdf

La suprématie de Jésus-Christ

Jésus-Christ est Souverain de la France, nul doute sur cet axiome. La France a apostasié, au fil des siècles, de la foi catholique. La Renaissance, la Révolution dite française, puis, la 3e république ont été des marqueurs pertinents pour comprendre que notre nation se meurt.

L’immigration massive sera factrice d’une islamisation progressive de notre nation, en guise de punition pour notre reniement. Comme Pierre, la France a renié par trois fois Jésus-Christ. Cependant, la France sera pardonnée, tout comme le fut le saint apôtre.

Jésus-Christ est très clair sur notre temps : la crise économique contemporaine et la guerre mondiale qui surviendra d’ici peu de temps sont annonciateurs de temps nouveaux. Toutefois, la guerre ne sera que le commencement des douleurs, car la France souffrira énormément.

La guerre civile qui la précédera sera terrifiante et bien pire que la Terreur de la fin du XVIIIe siècle. Notre nation, tout comme l’Église, doit aller au tombeau afin de suivre l’exemple de Notre-Seigneur.

Satan essayera d’anéantir jusqu’au souvenir de Jésus-Christ en vue de l’Âge d’Or maçonnique. Cet âge d’or correspond approximativement à la destruction de la Loi de Moïse et des commandements de Jésus-Christ. Satan souhaite anéantir toute trace de Dieu sur terre. Pour cela, il souhaite la fin de la Torah, du Nouveau Testament et du Coran. Il a besoin de maintenir la Torah sous la domination du Sionisme, le Catholicisme dans l’hérésie de Vatican II et le Coran sous la coupe de l’islamisme radical.

Le démon souhaite expurger de la religion toute trace du vrai Dieu pour le remplacer, en montant sur le trône. Lucifer est un ange déchu qui a besoin de briller et de se sentir supérieur au Créateur de toute chose. Toutefois Lucifer n’est qu’un ange créé par Dieu. Dieu est donc bien au-delà de cet imposteur et toujours Maître de Sa Création.

Nous devons donc être capables de nous souvenir que nous sommes ici-bas pour accomplir quelque chose, et ce, malgré les épreuves qui nous accablent. Nous devons garder l’espoir et croire, sans voir, que nous sommes protégés par notre ange gardien. Dieu a permis que certains hommes soient mauvais et d’autres bons. Sans cette liberté que l’on nomme couramment le libre arbitre, la Création n’aurait aucun sens puisque tout serait parfait et sans heurts.

Dieu nous a créé pour prouver la puissance de Son amour envers nous. Jésus-Christ nous rappelle sans cesse que le Père est dans le Fils et le Fils dans le Père. Marie est la Mère de Jean, c’est-à-dire que l’Église est Mère protectrice de l’humanité. L’Hyperdulie permet de rester fidèle à la Vierge Marie et à Dieu. Le culte des saints, martyrs des tyrans, nous rappelle que Dieu triomphe toujours du mal.

Donc, chers amis, l’Islam est un outil au service de Dieu. Satan agite cette religion en vue de nous rappeler que nous avons apostasié, que nous avons renié Jésus-Christ. L’Islam sera donc conquérant jusqu’à ce que quelqu’un se souvienne du vrai Dieu. Cela annoncera alors la conversion des musulmans et des juifs.

N’ayons pas peur, gardons confiance. Il se peut que nous devions fuir la France pour ne pas être massacrés. Soit. Toutefois, l’Islam ne triomphera pas car Dieu veut que ce soit Son Fils Jésus-Christ qui règne sur la France.

L’Islam est donc un vecteur d’hostilité entre la descendance de la femme et du serpent. La descendance de la Vierge Marie meurtrira à la tête le malin tandis que le serpent lui meurtrira le talon. Pour être clair, l’Islam essayera de conquérir notre terre sans y parvenir car notre nation se souviendra de l’existence de Jésus-Christ.

Peu importe les mauvaises langues qui ne croient en rien. Laissons-les brailler et gémir. La France connaîtra le temps de l’Islam, c’est une certitude. Mais, Nous vaincrons puisque Dieu est avec nous. Nous devons espérer jusqu’au bout afin d’être sauvés. C’est notre manque de foi qui nous fait chuter et perdre pied. C’est avec la prière et la foi que nous pouvons soulever les montagnes. C’est d’ailleurs là un rappel de Jésus-Christ. Avec la foi, nous pouvons déplacer les montagnes et apaiser la mer.

Hélas, l’année 2020 s’annonce terrible. Il va falloir passer par là. Il y aura des morts, de la fureur et du sang. Il s’agit d’une promesse formelle mais Dieu vaincra.

Le Sacré-Cœur de Jésus-Christ régnera sur la France pour une vingtaine d’années environ. Pour l’instant, contentons-nous de veiller et de prier, car la tempête approche.

Dieu vous bénisse et vous garde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/la_suprematie_du_christ_roi.pdf

La France sera de nouveau catholique !

Information : vous trouverez à la fin du fichier PDF, vingt-six magnifiques tableaux du peintre allemand Heinrich Ferdinand Hofmann (1824, 1911). Nous avons tant besoin du beau, du bien et du vrai !

Chers amis,

La France est en train de mourir à grands bouillons. Nous le savons, c’était déjà prophétisé par les apôtres : saint Paul disait qu’un temps viendrait pendant lequel les hommes voudront entendre des nouveautés et ne plus croire en la Vérité. Nous y sommes déjà depuis quelques siècles.

Attendons-nous à beaucoup souffrir. La France sera martyrisée, soumise à la loi du Talion : « œil pour œil, dent pour dent ». Ce que Jésus-Christ a aboli, les ennemis de Dieu le rétabliront. Ainsi, les femmes seront lapidées, les voleurs auront les mains coupées, les violeurs seront émasculés, etc. Il faut que ce temps advienne afin que la France comprenne l’horreur de son comportement et se rappelle de Dieu.

Notre manque de foi nous a entraîné, par notre propre faute, dans cette grande tourmente. Personnellement, je vis déjà l’enfer avec une souffrance perpétuelle et j’en remercie le Seigneur. Je suis une abîme de douleur et serai bien incapable de me défendre contre n’importe quel ennemi. Loué soit le Seigneur !

Notre force ne dépend pas de nous, mais vient directement de Dieu. Nous sommes trop faibles pour accomplir quoi que ce soit. Même le plus puissant des chars d’assaut ne pourrait pas venir à bout de la puissance des enfers. Seule la puissance de Dieu, avec son Amour complet, Sa Résurrection, peut nous sauver.

Ainsi, nous étendrons la bannière du Sacré-Cœur malgré nos ennemis ! Ils ne pourront rien contre ceux qui aiment Jésus-Christ, rien. Peu importe si nous devons mourir comme les apôtres, nous aurons alors vaincu le monde.

Attendons-nous, chers amis, à voir disparaître la France que nous aimions afin que notre nation redevienne pauvre. Elle sera peuplée d’une multitude de populations sans ressource. Elle sera métissée et il faudra alors rétablir l’ordre catholique pour que chacun soit soumis à la loi du Christ : « aimez Dieu de toute votre âme, de tout votre cœur et aimez-vous comme je vous ai aimé, car c’est à ceci que l’on reconnaîtra Mes disciples ».

Un temps viendra où tous les malheureux, les affligés, les malades, les orphelins, les grabataires, les vieillards, les laissés pour compte, les simples d’esprit, les petits, les sans-grades, mangeront ensemble, réunis dans la paix du Christ et la Fraternité.

Mais avant que ce bonheur puisse advenir, il faut que la France connaisse l’horreur, le sang, le crime, la guerre, le massacre. C’est pourquoi, je vous le dis, la politique française sera de plus en plus infâme, les sbires à la tête du gouvernement souhaiteront une islamisation Nizârites, décomplexée, sans tabou, sans mœurs. Ces gens, où plutôt ces barbares, seront des assassins, des meurtriers et ils viendront jusque dans nos chaumières pour nous ordonner de renier le Christ.

N’en doutez pas, ce temps viendra et il est proche ! N’ayez pas peur, car il faut que le monde connaisse une douleur inconnue jusqu’à présent. Même la seconde guerre mondiale ressemblera à une fête foraine par rapport à ce qui va advenir.

Si Dieu nous prête vie, nous brandirons l’étendard du Sacré-Cœur dans une France en guerre, à sang et à feu.

Cher amis, ne croyez pas en la politique, car elle finira de vous tromper. Les urnes n’apporteront rien. Du temps des rois, on ne votait pas : les rois régnaient de père en fils et le peuple n’avait nul besoin de donner son avis puisque le Souverain temporel était là pour que son peuple soit heureux et soumis au joug suave du Christ.

En vérité, le malin ne triomphera pas même s’il donnera l’impression de remporter la victoire jusqu’au point de détruire la France. N’en doutez pas, au dernier moment, la France sera sauvée. Elle ne sera plus la France superbe et orgueilleuse, mais une sorte de nouvelle Jérusalem qui répondra à la voix du Seigneur : « le monde passera mais mes commandements ne passeront point ».

L’Église pourra renaître selon la tradition ancestrale et fera un nouveau Concile pour tourner la page de Vatican II. Alors, ce jour-là, toutes les églises de France, celles qui seront encore en état, sonneront leurs cloches pour annoncer la Victoire du Seigneur. Ce sera le dernier temps de paix, pendant environ une génération.

Chers amis, la victoire sera accordée aux pauvres, aux faibles, aux démunis. Les forts, les milliardaires, quant à eux, seront rabaissés : leur orgueil sera puni, ils devront partager leurs richesses avec leurs frères et se soumettre à la loi du plus faible. Ils devront visiter les pauvres et les malades et prendre soin des plus malheureux comme d’eux-mêmes.

« Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse » redeviendra la norme. Les uns seront charitables avec les autres, le lion dormira à côté de l’agneau, c’est-à-dire que le fort se réconciliera avec le faible. Pendant ce temps de paix, la force ne sera plus utile puisque le Christ vivra dans nos cœurs, ce sera un temps similaire à l’arrivée du Consolateur, c’est-à-dire du Saint-Esprit.

Hélas, après une vingtaine d’années, les hommes et les femmes faibliront de nouveau dans la foi et ne voudront plus du joug du Christ. Ils trahiront, encore une fois, le Sacré-Cœur pour se tourner vers des choses sensuelles. C’est à ce moment que l’homme de la perdition devrait apparaître pour séduire le monde. Mais, les quarantenaires ne devraient pas connaître ce temps, par la Grâce de Dieu.

Dieu vous garde et vous bénisse en ces temps de châtiments.

Stéphane

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/05/la_france_redeviendra_catholique_v01.pdf

Les mécanismes de la guerre civile

Chers amis,

Cette année 2019 est particulièrement dangereuse. La France est en train de détruire, un peu plus chaque mois, les racines catholiques de ses origines pour tomber dans une fange politique qui mènera notre nation à la guerre civile.

Vous pouvez alors le nier en disant : « L’Espagne, la Yougoslavie, la Grèce, l’Ukraine, d’accord ! mais la France, c’est impossible ! ». Eh bien, chers amis, vous vous fourvoyez, car la France n’est plus un pays digne d’éclairer les autres nations. De notre France brillante, il ne reste que quelques miettes éparpillées et souillées.

Nous allons maintenant démontrer que la France est en train de devenir cette Espagne de 1936 par l’émergence soudaine du mouvement des gilets jaunes.

Comme vous le savez, le président Macron ne fait plus l’unanimité. Chacune de ses actions alimente une colère qui se répand, un peu plus chaque jour, chez les gilets jaunes. La répression policière est un élément supplémentaire qui enracine ce mouvement dans notre pays. Or, peu à peu, les gilets jaunes se rapprochent de l’extrême-gauche et du communisme.

Un mouvement sectaire cherche à exacerber la colère des Français pour les pousser à se radicaliser, soit à droite, soit à gauche. Les partis de droite et d’extrême-droite pourraient jouer le rôle des franquistes et des nationalistes tandis que le mouvement des gilets jaunes se rendrait de plus en plus semblable aux républicains, communistes et anarchistes espagnols.

Revenons en Espagne, en 1936. Manuel Azaña, l’homme politique à l’initiative du Front Populaire (Frente Popular) qui fut issu d’un pacte d’union des partis de gauche, fut élu en février 1936. Le Front Populaire fut élu grâce à une très forte abstention. Rapidement, des troubles survinrent dans toute l’Espagne, ce qui fut un formidable prétexte pour le coup d’État de Franco en juillet 1936.

Si l’on ramène l’histoire de l’Espagne à la France de 2019, on peut rapidement dessiner un parallèle entre le Front Populaire et le parti En Marche. On peut craindre, au fil des mois, une montée de la contestation populaire avec l’émergence d’événements de plus en plus violents. Il se pourrait que le mois de juillet, à l’instar de l’été 1936, soit le début d’une guerre civile, l’été étant propice à l’échauffement des esprits.

Il semble évident que la progression du mouvement des gilets jaunes est le début de troubles très graves, d’autant plus que l’Élysée fait tout ce qu’il peut pour accentuer la colère, en plaçant des élus de plus en plus stupides à la tête du gouvernement et en faisant danser des bandes efféminées à l’Élysée. Cette marque de dépravation est toujours le signal de grands troubles. En effet, l’immoralité aboutit généralement à des événements marqués par la Justice de Dieu.

Sa Miséricorde étant seulement réservée aux justes ou aux repentis qui pleurent leurs péchés tel le publicain des Évangiles :

« Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : « Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne ». Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine en disant : « Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis ! ». Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18:9-14)

La France est entrée dans un processus de Justice Divine. Ce phénomène est annoncé par une décadence accrue et rapide. Nous ne reconnaissons plus rien de cette « douce France » qui fut autrefois si pieuse et si pure selon la tradition catholique. Sur le trône de Saint Louis s’est érigé un imposteur machiavélique qui hurle à la fin de ses meetings, comme s’il voulait dire : « En Marche vers le chaos ! »

Chers amis, la France sera certainement la première à tomber dans la guerre civile. D’autres pays suivront, le chaos se répandra comme une traînée de poudre à la manière de ces dominos qui entraînent rapidement tous les autres dans leur chute.

Nous devons prendre conscience de cette réalité politique qui se veut guidée par une main surnaturelle. Lorsque la Justice Divine aura frappée la France de toutes ses forces, les ennemis du désordre qui veulent la ruine de notre nation s’abattront sur elle avec leur armée pour régner sur ses décombres fumants. Nous pouvons craindre une invasion iranienne ou russe lors d’un prochain été. Il est difficile d’annoncer l’année mais c’est très proche, peut-être 2019, 2020 ou 2021.

Pendant que la plupart des athées se massacreront les uns les autres, nous, chrétiens, devront suivre le Christ et nous montrer dignes de ses paroles :

« Aimez Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme et Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimé, c’est à ceci que l’on vous reconnaîtra comme Mes disciples ».

Les Chrétiens de France devront faire comme les Hébreux et prendre le chemin de l’Exode en attendant que l’orage passe, car, ceux qui refuseront les paroles du Christ entreront dans la danse du démon pour massacrer et se faire tuer, habités par une haine irrationnelle.

Il semble évident que nous seront traités de collaborateurs ou de traîtres mais nous ne devons pas nous plier aux lois humaines, car nous obéissons à Dieu seul. Jésus-Christ est venu pour servir et non pas pour être servi. Nous devons rester fidèles à Sa Parole afin que la France puisse se relever de ses cendres et porter un jour la bannière du Sacré-cœur. Seuls les survivants seront en mesure de revenir pour apporter la Parole du Seigneur, les autres, quant à eux, ne seront plus de ce monde, telle est la Justice de Dieu lorsque l’on refuse Sa Miséricorde.

Comme nous ne sommes pas écoutés, car les Paroles du Christ semblent inaudibles en cette année 2019, nous devons laisser le monde sombrer dans la fureur et le sang afin que ses adorateurs prennent conscience de leurs invincibles erreurs. Le temps de Paix annoncé par la Vierge Marie est à ce prix : si nous voulons que la France puisse connaître la vraie Paix du Seigneur, nous devrons obéir aux saintes Lois de Dieu, dont les 10 commandements sont la base, et, les Lois du Christ, la quintessence puisque « le monde passera mais Mes paroles ne passeront point ».

Laissons passer le temps, les railleries et les quolibets. Si aujourd’hui, nous ne sommes pas lus, lorsque les événements prédits arriveront, nous aurons une certaine légitimité malgré notre faible poids, car notre force ne vient pas de nous-mêmes, mais, de Dieu seul.

Gardons, chers amis, la foi, l’espérance et la charité puisque les temps sont bientôt venus.

Dieu vous bénisse et vous garde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/04/les_mecanismes_de_la_guerre_civile.pdf

Le secret des francs-maçons

Chers amis,

Ne vous y trompez pas, nous ne parlerons pas d’Albert Pike, cet abominable initié qui brûle en enfer. Nous parlerons ici du véritable secret des haut gradés de la franc-maçonnerie. Fut un temps, je pensais qu’il n’y avait aucun secret au sein des loges puisque tout était déjà révélé par les médias. Or, c’est tout à fait inexact. Le plus grand secret de la franc-maçonnerie est celui que nous ne pouvons pas percevoir immédiatement : l’homme.

Commençons tout d’abord par introduire la religion catholique. Notre sublime religion a pour vocation de sauver l’âme humaine. Jésus-Christ est venu sur cette terre pour révéler à l’humanité l’existence de Dieu le Père. Sa vie entière fut dédiée à cette sainte cause : le don de soi pour ses amis, au point de laver les pieds de ses disciples. Quel exemple aujourd’hui oublié ! Jésus-Christ a révélé sa nature divine à travers ses miracles, ses prédications, ses commandements et sa Crucifixion. L’image du Père, l’image de Dieu était en lui. Ce Dieu qui s’est abaissé pour devenir notre ami :

« Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13:34-36)

Nous pouvons affirmer que Jésus-Christ nous demande de comprimer nos désirs, nos pulsions, notre orgueil, nos passions afin de Lui ressembler davantage. La maîtrise de nos mauvais instincts engendre en nous la Charité : nous sommes capables d’aimer Dieu de toute notre âme et d’aimer notre prochain comme nous-même. Par conséquent, nous devons renoncer à notre volonté propre pour faire le bien et ressembler au vrai Dieu. Le secret du catholicisme est double : nous encourager à faire le bien ici-bas pour que notre âme puisse aller au paradis après notre passage sur terre. Toutefois, il ne faut pas voir le paradis comme une récompense afin de ne pas nous tromper de cause : nous devons seulement aimer le plus possible et être source de paix sans en espérer davantage. Ainsi, ce qui nous sera donné dans l’au-delà nous sera plus agréable encore.

Maintenant, parlons des hauts gradés de la franc-maçonnerie et non pas des petits qui ignorent, bien souvent, tout ce qui se trame là-haut. Le petit franc-maçon est bien souvent un naïf qui est utile à la ruse des têtes pensantes. Peu importe la colère de ceux qui lisent ce texte. Bien leur en fera de réfléchir à cette triste condition.

Le but de la franc-maçonnerie est d’exacerber les mauvais penchants des individus. Pour cela, il est nécessaire de faire croire à l’initié qu’il est important, qu’il découvre des secrets cachés aux profanes, qu’il est unique. Vous l’aurez compris, la franc-maçonnerie encourage l’orgueil pour que l’instinct bestial de l’initié se réveille et le pousse à s’accaparer les richesses matérielles en écrasant les plus petits.

On comprend mieux le sens de quelques mots employés en loge :

Abdemelech signifie en hébreu : « serviteur du roi ».
Achaz → « possesseur ».
Adonaï → « le souverain maître »
Amalec → « peuple qui lèche ».
Aman → « partisan de la révolte ».
Ammorrhaei → « amers » ou « rebelles ».
Astaroth → « troupeau » ou « richesses ».
Baal → « maître ».
Babel → « confusion » ou « bouleversement ».
Caïn → « possession ».
Leviathan → « société du dragon ».
Malchus → « roi ».
Mammon → « argent » ou « richesse ».
Pharisiens → « divisés ».
Sion → « sécheresse » ou « bruit ».
Tubalcaïn → « possession du monde ».

Autres mots traduits: https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/03/traduction_mots_hebreux_chaldeens_grec.pdf

Le sens des mots est important. Nous devons savoir à quoi nous obéissons, à quoi et à qui nous vouons notre obéissance. La naïveté des uns fait le bonheur des grands initiés.

Ainsi, le monde contemporain est devenu une gigantesque loge. Les médias déversent leurs détritus composés de films et de jeux pornographiques, violents, horrifiques, tristes, immondes, sataniques, etc.

La médiocrité est encouragée et récompensée. La violence n’est jamais réprimée. Le piétinement des plus faibles est loué (cf les gilets jaunes). La prise de drogue est perçue comme un acte subtil et utile dans les films et séries. Le joueur de jeu vidéo est invité à utiliser des armes pour massacrer ses ennemis.

Nous vivons dans un monde où la bête qui sommeille en chacun de nous est excitée.

La profanation des églises catholiques et des cimetières est un signe évident d’une volonté démoniaque de défaire tout ce que Jésus-Christ a apporté ici-bas. Cette haine du Sacré manifeste les véritables intentions des initiés : reconstruire Babel, Sion, ces cités de la sécheresse, du bruit et de la confusion, en devenant eux-mêmes des Caïn, c’est-à-dire des possesseurs, des initiés.

Nous devons maintenant faire un choix : rejoindre le camp du mal en devenant nous-mêmes des bêtes immondes, des monstres assoiffés de gloire personnelle, des êtres voués à la cause de Satan ou rejoindre le camp des saints, c’est-à-dire l’Église catholique, une, apostolique et romaine. Il n’y a pas d’autre alternative. Toutefois, il n’est pas question de rentrer dans des querelles de clochers : l’Église orthodoxe est louable, tout comme les Églises qui reconnaissent Jésus-Christ comme Fils de Dieu. Nous devons unir ce que Satan (« adversaire » en hébreu) a divisé.

Si nous acceptons de devenir nous-mêmes des saints, nous devons refuser l’esprit du monde, rejeter la violence, la pornographie, les armes, la drogue. Nous devons nous rapprocher du Sacré, devenir des exemples par notre vie pieuse, contrôler chacune de nos paroles, rester doux là où la plupart sont devenus violents, aller à la Messe, louer la mémoire de nos ancêtres, nous consacrer à la Sainte Vierge, prier les anges, honorer le Saint-Sacrement, etc.

Certains diront que « nous avons le choix » en rejoignant les causes politiques (marxisme, anarchisme, stalinisme, trotskysme, nazisme, nationalisme, et autres …isme). Il n’en est rien. Ces causes sont matérialistes et non pas spirituelles. Il n’y a jamais eu de saints parmi les politiciens puisque ceux qui adhèrent à une cause politique ne sont intéressés que par leur propre gloire, leur propre victoire (cf Hitler, Lénine, Mussolini, Pol Pot, Staline, et autres orgueilleux homicides)

Or, un saint est quelqu’un qui se dévoue à la cause de Dieu en acceptant de s’abaisser, de se contenir pour être en mesure d’aimer ses frères comme lui-même. En un mot, comme en cent, devenir saint c’est accepter de ressembler à Jésus-Christ (« À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres » Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13:35).

Ainsi nous sommes prévenus. Ceux qui refusent de ressembler à Jésus-Christ finiront dans la géhenne puisqu’ils se massacreront, se piétineront les uns les autres à cause de leur aveuglement, de leur vanité. Nous devons faire un choix maintenant car l’heure des révélations est proche. Dieu puisse nous ramener à la raison et à la charité.

Veillons et prions en cette période de Carême. Les temps sont proches.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/04/le_secret_des_francs_macons_v01.pdf

Paris brûlera à cause de ses péchés

Chers amis,

Je dois prendre la plume une nouvelle fois dans l’urgence. En ce XXIe siècle, selon certains, il serait insensé de vouloir annoncer des vérités qui seraient mauvaises, puisque il faudrait se conformer à l’esprit positiviste, et ce, afin de ne pas les déranger dans leur sommeil léthargique.

Pourtant, saint Alphonse de Liguori, immense saint, ne faisait pas dans la dentelle. Voici l’extrait de l’un de ses sermons :

« Mes enfants, sortez du péché, car un grand malheur va vous accabler… Corrigez-vous et priez Dieu ; la famine vous menace » ; et dans l’église de Saint André d’Arienzo, se servant de termes plus explicites encore : « Le Seigneur, dit-il, nous punira par une disette telle, que, faute de pain, on mangera jusqu’aux herbes des haies », et enfin « Faites attention ; Dieu, non pour votre perte, mais pour votre conversion, tient en réserve un grand fléau : l’année prochaine, nous serons dans une pénurie terrible ». Le peuple s’ennuyait de ses menaces : « Que vient donc faire ici cet Évêque ? disait-on. Il ne sait prédire que malheurs et désastres. »

La prophétie, pourtant, ne se réalisa que trop bien : la récolte de 1763 fut très mauvaise, et, dès la fin de novembre, le pain manqua.

De temps à autre, une intuition vient vous frapper. En voici une. Et si l’Islam était apparu après le Catholicisme pour servir de garde-fou à l’apostasie des chrétiens ? Vous me direz que ceci est une hypothèse comme une autre.

Pourtant, cela pourrait s’avérer exact. L’Europe en général, et notre pays d’autant plus, est en train de perdre la foi : l’apostasie règne en maîtresse depuis quelques décennies déjà. Cependant, depuis 2008, le fossé se creuse de jour en jour. La charité disparaît progressivement dans toute la France pour céder la place à un aveuglement surnaturel. Les individus veulent agir comme il leur plaît, à leur manière, selon leurs désirs et à l’heure de leur souhait. L’égocentrisme et l’orgueil atteignent un seuil inédit à ce jour. Le mal se répand comme un virus. Une grande folie saisit le monde.

Certains veulent devenir des femmes pendant que d’autres pensent être des animaux ou des objets. Ils se laissent porter par toutes sortes de rêveries et pensent qu’il s’agit d’une vérité, de leur vérité. Or, la Vérité n’existe qu’en Jésus-Christ, le reste étant une folie humaine en lien avec notre nature mortelle et imparfaite.

Si le mouvement des gilets jaunes prenait une ampleur nouvelle, il se pourrait très bien qu’un Islam conquérant veuillent obtenir sa part du gâteau. Si c’était le cas, une partie des banlieues françaises pourraient se soulever en attendant l’aide logistique de quelques pays musulmans. Ce serait alors le début de la guerre civile.

Face à notre grande mollesse, à notre goût du confort, à notre culte de la luxure et du péché, l’Islam pourrait imposer une Charia radicale pour nous punir. Ainsi, le mal serait retranché de manière violente de notre société puisque cette religion ne supporte pas le désordre. Cependant, au lieu de remédier au mal par une conversion douce ; en utilisant le catéchisme, la confession et les Sacrements ; l’Islam impose une force politique pour faire taire toute contestation. Cela s’appelle la Loi du Talion, œil pour œil, dent pour dent.

Or Jésus-Christ a aboli cette Loi pour donner les commandements que nous connaissons si bien :

« Tu aimeras Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme » et « tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

Si notre nation avait compris que l’apostasie entraînerait cette fatale punition, nos frères et nos sœurs seraient encore, à ce jour, catholique pratiquant.

On peut donc supposer que l’Islam exécute la Justice de Dieu en punissant nos fautes, puisque nous n’avons pas été capables de prendre conscience de la Vérité des commandements de Son Fils Jésus-Christ.

Si nous ne voulons pas de Dieu, Dieu nous châtiera pour nous corriger à la manière d’un bon père. Lorsque la souffrance atteindra un seuil intolérable, les conversions viendront en masse, ce sera alors le retour de la foi en Dieu avec une soif de Miséricorde et l’envie d’appliquer la Charité : « tu ne pardonneras pas sept fois, mais soixante-dix-sept fois sept fois. »

C’est ainsi que je voulais vous annoncer la prophétie suivante : Paris brûlera prochainement à cause de nos péchés. Convertissons-nous, lisons les saints Évangiles, redevenons pleinement catholiques et conservons précieusement les commandements, les anciens livres, les reliques. Soyons dignes de Dieu en nous purifiant de nos péchés et en voulant devenir des saints.

Hâtons-nous, puisqu’il ne reste certainement que quelques mois avant le début des fléaux.

Beaucoup diront que « celui-ci a perdu la tête » ou qu’il est « intégriste », mais, lorsque Paris sera en flammes il sera trop tard. Nous sommes prévenus en ce début du mois d’avril 2019.

Veillons et prions, car les temps prochains seront très difficiles. Les loups vont bientôt sortir du bois.

Dieu bénisse et garde les croyants dans Son Amour, et, dans tous les cas, que Sa volonté soit faite.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/04/paris_brulera_a_cause_de_ses_peches.pdf

La Vérité vous rendra libres

Chers amis,

Aujourd’hui, vous allez découvrir les preuves de ce qui nous semblait évident depuis toujours. Le catholicisme est directement issu de la pensée hébraïque, Jésus-Christ en étant la preuve la plus évidente. L’islam est également issu de cette même pensée, avec toutefois, un affadissement remarquable de la charité prônée par Notre Seigneur Jésus-Christ puisque Sa divinité y est niée. C’est pourquoi la loi du talion (œil pour œil, dent pour dent) est la règle de la charia. Sans rentrer dans des débats interminables, nous allons nous concentrer sur le sens exact des mots.

J’ai trouvé dans une bible latine du XIXe siècle un petit dictionnaire des mots hébreux, chaldéens et grecs en langue française qui tient en 4 pages (remerciements à notre feu frère de cœur Éric et à ma sœur de cœur Angélique). Ce document suffit à révéler, à lui seul, les origines hébraïques des traditions catholiques et musulmanes. Cependant, la religion catholique est la seule à rester étroitement liée à la pensée hébraïque des premiers siècles puisque sa pureté originelle y est intacte. Les traditions catholiques manifestent la Vérité : on peut y percevoir l’essence du Saint-Esprit, la révélation du Père, les commandements de Jésus-Christ.

Ainsi, le château de cartes républicain s’écroule : La France est catholique et donc pleinement héritière des traditions hébraïques dans leur pureté plénière. La Foi, l’Espérance et la Charité sont comme le sel de la terre et la France serait la nouvelle Jérusalem (visio pacis, visio perfecta en latin ; vision de la paix, vision parfaite en français).

Israël, selon la langue hébraïque, signifie exactement : « praevalens Deo » en latin ; c’est-à-dire « qui prévaut contre Dieu ». En ce XXIe siècle, est-ce que l’orgueil d’Israël entraînerait la perte des autres nations ? L’islam, également, dans sa fierté, sera certainement chargé de punir la France pour son infidélité envers Dieu, afin que la Fille aînée de l’Église renoue avec ses anciennes traditions, dans la lignée des rois catholiques et de l’Église sainte, apostolique, romaine.

Je vous invite à lire cet inestimable document de 4 pages (voir le lien situé à la fin de cet article) afin de mieux comprendre nos origines : il semble évident que nos ennemis cherchent à nous éloigner du sens originel des mots afin de nous transformer en un cheptel abêti. Ainsi, le peuple catholique serait finalement dépossédé des commandements de Jésus-Christ et de ses traditions chrétiennes. Mais, nous devons croire que la France saura retrouver la voie de la sainteté après sa terrible chute aux enfers.

Voici quelques traductions littérales tirées du petit dictionnaire :

« Jésus-Christ de Nazareth » : Sauveur, Oint, Consacré
« Abel » : deuil
« Abraham » : père de la multitude
« Adonaï » : le souverain maître
« Agar » : étrangère
« Ammon » : peuple
« Armenia » : malédiction de crainte
« Attalia » : qui augmente, ou nourrit
« Baal » : maître
« Babel » : confusion, bouleversement
« Balac » : destructeur
« Baruch » : béni
« Bethlehem » : maison de pain
« Caïn » : possession
« Cappadoces » : peuples appelés Caphthorim qui signifie des pommes ou grenades
« Capharnaüm » : le champ de la pénitence
« Cosbi » : menteur
« Dalila » : pauvreté
« Diabolus » : calomniateur, charbons enflammés
« Didymus » : jumeau
« Ecclesiaste » : celui qui parle dans une assemblée
« Éden » : délices, richesses
« Edom » : roux
« Elicacim » : résurrection de Dieu
« Elias » : la force de Dieu
« Elimelech » : mon roi, c’est Dieu
« Enos » : faible mortel
« Eva » : femme vivante
« Golgotha »: lieu où sont déposés les têtes des morts
« Gomorrhe » : peuple rebelle
« Haram » : détruit
« Jacob » : qui supplante
« Jericho » : lune ou mois
« Gog » : toit
« Hymenaeus » : chant nuptial
« Iscariot » : homme de meurtre
« Lazarus » : secours de Dieu
« Levi » : qui est associé
« Leviathan » : société du dragon
« Maasias » : œuvre du Seigneur
« Magdalena » : magnifique
« Malchus » : roi
« Mammona » : argent, richesses
« Michaël » : qui est semblable à Dieu ?
« Moyses » : tiré de l’eau
« Mna » : mine ou monnaie
« Naïm » : beau
« Pharao » : qui est élevé
« Pharisaei » : divisés
« Phase » : passage
« Rebecca » : engraissée
« Ruben » : fils de la vision
« Ruth » : enivrée
« Sabbatismus » : repos
« Salem » : paix
« Samson » : soleil
« Satan » : adversaire
« Sara » : princesse
« Sion » : sécheresse ou bruit
« Sodoma » : secret et silence
« Tarsus » : qui a des ailes
« Thabor » : pureté
« Thomas » : jumeau
« Tubalcaïn » : possession du monde
« Zara » : orient
« Zelotes » : jaloux

Lien vers le petit dictionnaire de 4 pages :
https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/03/traduction_mots_hebreux_chaldeens_grec.pdf

Source (lien vers le PDF de la bible complète) :
https://archive.org/details/BibliorumSacrorumConcordantiae

Bonus. Rappel du sermon sur la montagne :
https://lafrancechretienne.wordpress.com/2016/08/13/le-sermon-sur-la-montagne-resume-et-explique/

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/03/la_verite_vous_rendra_libres_v01.pdf

Les vertus d’humilité et d’obéissance dans la religion catholique

Notre Seigneur Jésus-Christ a restauré les commandements de Dieu en réformant profondément un esprit pharisaïque dégénéré. Il rappelait avec force et puissance, dans Ses Paroles, que les fils d’Abraham étaient ceux qui aimaient Dieu de tout leur cœur et leurs frères comme eux-mêmes. Au fil des siècles, les pharisiens ont malheureusement écarté cette vertu principale en la nommant « règle d’or » pour la rendre inaccessible à la majorité. Ainsi, l’héritage de Jésus-Christ n’existait plus que dans la religion catholique.

Notre religion, fidèle à l’esprit judaïque des Hébreux, dans la lignée de Jésus-Christ, a su préserver jusqu’au milieu du XXe siècle sa pureté. Nous retrouvons ses caractéristiques dans les conservations épistolaires de saint Alphonse de Liguori, immense saint italien du XVIIIe siècle (1696-1787).

« L’humilité disait Alphonse, doit être notre vertu dominante ; c’est elle qui distingue le catholique du protestant, et c’est pour l’avoir abdiquée que Lucifer est devenu l’esprit des ténèbres… Redoutez l’amour-propre comme un fléau ; il perd tous les jours tant de laïques, de prêtres et de religieux, que si je voyais un des nôtres désirer d’être estimé, je croirais rencontrer un damné, et je demande à Dieu de détruire la Congrégation plutôt que de laisser introduire dans son sein un pareil désordre. »

Voici maintenant quelques passages du livre « histoire de saint Alphonse de Liguori » :

« Pour mieux affermir les bases spirituelles de la Congrégation, le saint établit en principe, que pendant la première année d’épreuve, les novices ne s’appliqueraient à aucune étude littéraire, et se consacreraient exclusivement au grand travail de leur perfection. Dès lors tout réussit à souhait. Les sujets atteignirent en peu de mois le nombre de vingt, et sous la conduite du Père Villani, devinrent bientôt des modèles de régularité et de ferveur.

Cette portion de son troupeau fut toujours particulièrement chère à Alphonse ; il s’en occupait avec bonheur lorsqu’il était à Ciorani, et le vœu qu’il avait fait de ne jamais perdre un moment ne l’empêchait pas de paraître envers eux prodigue de son temps. C’est ainsi que, pour avoir l’occasion de causer plus intimement avec les novices, et de mieux connaître leurs caractères et leurs dispositions, il se chargeait souvent de diriger lui-même les promenades. Il s’asseyait alors avec eux à l’ombre d’un arbre, leur faisait une lecture ou leur expliquait un chapitre de l’Imitation, et tout joyeux d’être entouré de ses enfants, poussait la bonté jusqu’à évoquer les souvenirs de ses études musicales d’autrefois pour leur enseigner les airs des cantiques qui se chantaient dans les missions. Cette familiarité lui gagnait tous les cœurs et lui permettait d’y déposer la semence qui devait plus tard se transformer en moisson. Ce qu’il cherchait surtout à inspirer aux novices, c’était l’estime de leur vocation et la reconnaissance pour le Dieu, qui dès l’aurore de la vie, avant tout contact avec le monde, leur avait ouvert la porte de son temple ;

« grâce de choix, disait-il, la plus grande après celle de la création et de la rédemption, qui en faisant d’eux un jour les continuateurs de Jésus-Christ auprès des âmes devait devenir la source vive de leur salut. »

« Quelle consolation pour vous, mes enfants, s’écriait-il parfois, de voir à l’heure de votre mort, rangées autour de votre lit, des centaines d’âmes qui vous diront avec allégresse : Opera tua sumus ! C’est à toi que nous devons la vie ! »

Puis, après avoir exalté devant l’honneur et le prix de l’apostolat, il leur montrait les secours qu’ils trouveraient dans la vie religieuse, l’appui que leur donneraient la prière, la règle, les bons exemples, toutes choses qui dans le monde ne se rencontrent guère. Sans doute toute tentation ne leur serait pas épargnée ; mais ils ressembleraient à des navigateurs essuyant à l’abri d’une rade les tempêtes que d’autres affrontent en pleine mer, n’ayant que la fragilité de leur barque entre eux et l’abîme.

« Courage donc ! ne se lassait-il pas de répéter. Vocation et prédestination sont une même chose… ; mais vocation et persévérance sont deux grâces distinctes, et si Dieu a pu vous prendre au milieu des infidélités pour vous donner la première, il n’accordera la seconde qu’à vos prières et à vos efforts. Le démon, sachez-le bien, vous disputera cette couronne ; mais pour le vaincre trois dispositions vous suffiront : l’humilité, qui en vous révélant votre misère vous rendra tout-puissants ; l’obéissance, qui vous empêchera de perdre la route ; enfin l’ouverture du cœur, un des épouvantails de l’esprit de ténèbres, dont l’orgueil ne supporte pas de voir découvrir ses artifices par un être de boue tel que l’homme. »

Si, en 2019, l’Église est bafouée, méprisée, haïe, tout autant que Jésus-Christ, nous devons espérer en un renouveau de la France après quelques passages violents et tumultueux. Notre Victoire ne dépend que de nos prières en Dieu, car, comme disait Jésus-Christ, il faut beaucoup prier pour arracher au Ciel des miracles. « Commandez à cette montagne et celle-ci se déplacera ».

Nous devons retrouver la foi en Dieu et persévérer, coûte que coûte, dans les vertus d’humilité et d’obéissance qui ont toujours fait le plaisir de Dieu et la victoire de la sainte Église.

Notre jour viendra. Dieu vous garde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/03/les_vertus_d_humilite_et_d_obeissance_dans_le_catholicisme.pdf

L’esclavage par l’hérésie

Chers amis,

Nous sommes arrivés à la fin d’une civilisation, soyez-en certain : la guerre est à nos portes. L’homme est un être purement spirituel, et, pourtant, le système essaye de transformer les individus en êtres interchangeables, rectangulaires, pratiquement semblables à ces poissons panés que l’on trouve dans le commerce.

Cela provient d’un mouvement qui a commencé à la Renaissance. Une caste de bourgeois a souhaité, au fil des siècles, se positionner en tant que maîtres absolus de l’humanité tout entière. Or, sans la technologie, ce rêve restait une douce chimère. Il fallait donc, pour cela, développer la Science grâce à un organisme tel que « la Royal Society » en son temps. Ensuite, il a fallu écarter de la vie publique la Sainte-Église, grâce à d’incroyables mensonges soigneusement élaborés au cours des siècles, pour qu’il n’y ait plus ni prêtres, ni martyrs chrétiens aptes à défendre la foi.

Bien sûr, les ennemis de Jésus-Christ se positionnent toujours en victimes en rabâchant sans cesse les mêmes arguments :

– La religion catholique est falsifiée
– Jésus-Christ n’a pas existé
– Jésus-Christ a existé, mais il n’était pas le Messie
– Jésus-Christ a existé, mais il n’est pas mort crucifié sur la Croix
– Jésus-Christ a existé, mais il n’est pas ressuscité
– La religion est une fable, une illusion, une vue de l’esprit humain
– L’Inquisition a fait beaucoup de morts (mais très peu et bien moins que la première guerre mondiale)
– La religion bride l’homme et l’empêche de vivre sa vie
– La Sainte-Messe ne sert à rien, une simple réunion amicale suffirait
– Le catéchisme est inutile
– Les prêtres sont tous des pédophiles en puissance
– etc.

Or, il s’agit, bien évidemment, d’arguments du pauvre. Toutes ces spéculations fallacieuses ne tiennent pas un seul instant face à notre histoire. C’est pour cela que le système cherche à tout prix à faire disparaître les livres anciens, afin, que les nouvelles générations boivent les paroles de ceux qui souhaitent asservir l’humanité. Ceux qui hurlent « ni Dieu, ni maître » ont, certes, réfuté Dieu, mais, ils ont accepté et même souhaité, notamment au XXe siècle, devenir les esclaves d’un système manichéen, et, donc, binaire par essence puisque ce système hurle : « vous êtes avec moi ou contre moi ».

L’athéisme est la cause première de ce système moribond qui se transforme peu à peu en une immense dictature technologique. Il s’agit, bien évidemment, de la Bête de l’Apocalypse. Ludwig Feuerbach, Karl Marx, Sigmund Freud, Friedrich Nietzsche, Jean-Paul Sartre, Roger Garaudy et Ernst Bloch sont les acteurs capitaux de l’athéisme. Pour le comprendre, je vous invite à lire l’excellent ouvrage du feu père Marcel Neusch : « aux sources de l’athéisme contemporain ».

Les ennemis de Dieu transforment, peu à peu, l’être humain en un animal qui réagit à l’instinct et non plus à la raison. Ils tentent de transformer l’homme en une brute épaisse à l’aide d’hérésies qui s’additionnent les unes aux autres pour finir par se superposer complètement. Ainsi, on arrive, peu à peu, à un stade de folie collective à l’aide de ces outils (liste non exhaustive) :

le véganisme, le féminisme, la procréation sans père, la promotion de la mort, la théorie du genre, la diminution de la qualité de l’enseignement, la paupérisation des peuples, la diffusion d’innombrables séries et films, la promotion de mauvais romans, l’instillation de la sorcellerie et de l’ésotérisme, le développement de l’intelligence artificielle, la modification du génome humain, la diffusion d’hérésies multiples, le financement de personnes payées pour critiquer sans cesse, la promotion de la violence gratuite, l’amour de l’argent, l’avarice à un stade avancé, la fin de la liberté d’expression, le martellement de proverbes faux qui encouragent à la haine, le décuplement de la colère en exploitant les instincts de l’homme, l’abrutissement collectif à l’aide des médias, la collaboration aveugle à un système liberticide, etc.

Il est temps de se déconditionner en lisant les anciens ouvrages antérieurs au XXe siècle, en méditant sur la Crucifixion de Jésus-Christ, en lisant la Bible, en se remémorant nos propres actes, en acceptant notre mortalité et en apprenant à nous pardonner pour être en mesure de pardonner nos frères. N’écoutons pas ceux qui disent que Jésus-Christ n’est pas ceci ou cela : Jésus-Christ a donné des Paroles de Vie et de Vérité. Il nous a transmis un héritage précieux du passé Hébraïque. C’est pour cela que nos ancêtres ont adhéré à la magnifique religion catholique, celle qui était autrefois enseignée dans nos nations chrétiennes. Bien sûr, il y aura toujours des miliciens dignes des années 1930 pour dire que la religion est source de tous les maux alors qu’ils sont eux-mêmes les collaborateurs les plus fervents d’une gouvernance mondialisée qui sera elle aussi soumise à une technologie issue de l’intelligence artificielle. Le diable utilise des arguments mensongers pour se promouvoir lui-même en piétinant l’histoire de notre civilisation.

L’homme devient ce qu’il lit, écoute, regarde. Or, le système diffuse à longueur de temps des choses abominables telles que la violence, la pornographie, le meurtre, la force brutale, la méchanceté gratuite, l’amour débridé de l’argent, l’attrait pour les choses de ce monde, la promotion tyrannique du matérialisme et de l’athéisme. L’homme, sans s’en rendre compte, se transforme peu à peu en monstre colérique et violent à l’image de ses maîtres. Car, il faut le dire, l’homme contemporain est esclave de ses tyrans qui réfutent la Charité de Dieu. Dieu a crée notre monde par amour et ses ennemis humains essayent de transformer la beauté du monde en un effroyable enfer terrestre.

La marche vers le progrès est un slogan que l’on pourrait résumer ainsi : « En Marche vers l’asservissement complet de l’espèce humaine ».

Il nous suffit, pourtant, de dire « non » à ce monde, en ne l’écoutant plus, en le niant par essence. Il nous suffit de lire de beaux ouvrages, de méditer sur la sainte Bible pour comprendre la beauté de la Charité et du message de Jésus-Christ. Nos ennemis ont une peur panique à l’idée que nous nous émancipions à l’aide de l’authentique amour fraternel. Or, plus la tyrannie, la haine, la colère, la vengeance et la guerre s’abattront sur nous, plus nous aurons soif de Charité, c’est-à-dire, soif de la Vérité qui est et sera toujours représentée par Notre-Seigneur Jésus-Christ. « Le monde passera mais mes paroles ne passeront point ».

Nous sommes dans une période d’accouchement en vue de la Charité. Cela se fera à travers de grands cris : il y aura des guerres, des séismes, des volcans, les nations se retourneront les unes contre les autres et il n’y aura jamais eu de douleurs aussi dures depuis la création du monde. Oui, nous sommes dans une époque de tyrannie qui va s’accroître jusqu’à entraîner sa propre disparition puisque une haine infinie tend à engendrer un immense amour : là où le péché a abondé, la grâce surabonde.

Toutefois, chers amis, il va falloir beaucoup souffrir. La France va bientôt mourir et nous aurons à la reconstruire ensemble en détruisant complètement les hérésies des siècles passés. Nous devrons être les destructeurs du mal à l’aide de la Parole, et uniquement de la Parole, afin que les nouvelles générations connaissent enfin la Vérité des Évangiles pour que la gloire du Christ-Roi puisse rayonner, grâce à la France, à travers le monde.

Laissons donc faire l’ennemi jusqu’à ce que la soif de Charité se manifeste, à la limite de la déshydratation. Laissons faire Satan, laissons-le détruire notre nation, car, nous n’avons pas la possibilité de lutter contre cet immense mouvement international de haine. Mais, soyez-en sûr, notre heure viendra. Dieu vous garde !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/01/l_esclavage_par_l_heresie_v01.pdf

Résistance catholique ! Avis aux personnes de bonne volonté. Constitution d’un groupe autour de saint Augustin

Chers amis,

Comme vous le savez, l’ennemi progresse dangereusement et en face de la Bête, il n’y a aucune résistance. Les lobbies financiers et leurs sbires possèdent tout le pouvoir et osent le montrer. L’ennemi est venu pour diviser tandis que Jésus-Christ est venu pour rassembler ses brebis. En ce siècle perverti, renouons avec la vraie foi, l’espérance et la charité.

D’un point de vue matériel, nous ne possédons rien mais nous avons cependant tout ce qu’il faut pour lutter contre Satan et ses démons : nous possédons la foi en Dieu, l’espérance en la sainte Église, et la charité des saints.

Nous vous proposons de constituer un groupe de réflexion catholique autour de saint Augustin pour préparer la France en vue de son renouveau spirituel. Ne laissons pas sous le boisseau les fabuleux écrits de ce saint berbère qui est le fondateur de la civilisation occidentale.

Notre rôle est de proposer aux hommes de bonne volonté un rassemblement spirituel autour de ce grand homme en vue de remettre ses écrits en valeur. Ces travaux sauront trouver leur place en temps venu : ils appartiennent à l’humanité et la sainte Église saura quoi en faire.

Armons-nous des livres de saint Augustin, étudions-le sérieusement et passionnément. Méditons sur ses travaux, proposons des réflexions supplémentaires, soyons source de proposition. Rédigeons des textes autour de l’amour de Dieu, autour de Notre Seigneur Jésus-Christ. Faisons pousser l’arbre de la foi chrétienne pour que celui de l’orgueilleuse Gnose diminue d’autant, jusqu’à disparaître. Nos armes sont notre foi face à un adversaire fourbe et cruel qui souhaite s’accaparer le pouvoir en vue d’anéantir les pauvres et l’humanité en général. Ne laissons pas mourir la foi catholique.

Pour que la sève catholique coule de nouveau dans notre nation, pour la conversion des méchants, pour la fin du racisme puisque chaque homme est un chrétien en devenir, pour la fin de la négation de la loi naturelle, pour que l’homme soit pleinement homme et la femme pleinement femme, pour que les enfants retrouvent leur joie et leur sécurité, pour le partage des richesses, pour une justice sociale, pour une fraternité catholique, pour une bataille vivante qui ne fera pas de morts, pour que notre armée triomphe par l’écriture, pour un rassemblement universel sans toutefois nier ni opposer nos différences culturelles. Ne luttons pas contre nos propres intérêts : œuvrons avec Dieu pour Son triomphe et celui de notre humanité en Jésus-Christ.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur le lien qui vous convient le mieux.

E-mail : contact.blog@gmx.fr

Facebook : https://www.facebook.com/groups/FranceFidele/

Twitter : https://twitter.com/Humanite_Danger

Important : nous ne répondrons pas aux messages offensants ou insultants. Écrivez-nous dans un but constructif, sinon abstenez-vous. Le mal est déjà suffisamment à l’œuvre : au lieu de collaborer à la cruauté collective, convertissez-vous au vrai bien en écoutant au plus profond de vous.

Dieu vous bénisse et vous protège. Que 2019 soit le début du renouveau de notre France bien-aimée. Pour qu’une armée de personnes de bonne volonté redonne l’espoir à tous ceux qui l’ont perdu.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/12/resistance_catholique_autour_de_saint_augustin_v01.pdf

Hommage au père Marcel Neusch

Le père Marcel Neusch, collaborateur du journal La Croix, fidèle catholique proche de la pensée Augustinienne, fin connaisseur du communisme, homme profondément bon et humble, est décédé le 30 décembre 2015 à 80 ans.

Je vous invite à découvrir un bel article qui lui rend hommage sur le site assomption.org : https://www.assomption.org/fr/communautes/in-memoriam/deces-du-pere-marcel-neush

Nous nous sommes procurés son ouvrage « aux sources de l’athéisme contemporain ». Nous nous appuierons sur ses écrits pour démonter l’athéisme et essayer de continuer son œuvre.

Finissez bien l’année 2018.

Dieu vous bénisse, chers amis.

Réflexions sur la fête de Noël : le consumérisme cache la tradition catholique

Chers amis,

Réfléchissons à la fête de Noël : est-ce que le consumérisme est compatible avec la pauvreté assumée de la tradition catholique ? Non. Revenons dans le contexte de la tradition catholique pour argumenter cette réponse.

Voici un petit texte extrait du magnifique livre « les principaux faits de l’histoire sainte » de l’abbé L. Bataille, 1884.

César-Auguste, empereur romain, voulut dénombrer les sujets de son immense empire. Il ordonna à tous les habitants de la Judée de se rendre sur les registres publics de leur ville natale. Joseph et Marie, étant originaires de Bethléem, furent obligés de quitter Nazareth pour se rendre là-bas. Après plusieurs journées de marche, les époux arrivèrent à Bethléem. À cause du recensement qui avait lieu dans la ville, la foule était grande. Ils furent forcés de se retirer en dehors de la cité pour trouver un refuge. Ils finirent dans une caverne servant d’abri aux animaux. Selon la tradition, un bœuf et un âne réchauffaient de leur haleine Jésus, l’Enfant-Dieu.

Aux environs de Bethléem, des bergers passaient la nuit dans les champs. Tout à coup, un ange leur apparut, provoquant chez eux une grande frayeur : « ne craignez rien, leur dit l’ange : car je viens vous annoncer une nouvelle qui sera pour vous et pour tout le peuple le sujet d’une grande joie. Un Sauveur, qui est le Christ, est né aujourd’hui dans la ville de David. Vous trouverez l’enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche. Au même instant, une troupe d’esprit célestes se joignit à l’ange et célébra les louanges du Seigneur, disant : Gloire à Dieu, au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! ».

Les bergers se rendirent à Bethléem. Ils montèrent la colline et trouvèrent la grotte. Ils virent dans une mangeoire d’animaux un petit enfant enveloppé de langes et couché sur la paille ; à côté une femme et un homme recueillis, silencieux. À ce spectacle, ils reconnurent la vérité des paroles de l’ange. Éclairés intérieurement par la grâce, ils comprirent que cet enfant était réellement le Dieu-Sauveur qui leur avait été annoncé, et, se prosternant, ils l’adorèrent et annoncèrent au-dehors la bonne nouvelle : et tous ceux qui les entendaient, étaient dans l’admiration au sujet des merveilles qu’ils racontaient.

Revenons maintenant à notre réflexion. Il est bien évident que le consumérisme n’a strictement aucun lien avec la naissance de Jésus. La marchandisation de la terre est la conséquence de l’orgueil humain. L’achat de marchandises enrichit certaines familles qui sont situées à la tête de la pyramide consumériste. À l’occasion des fêtes de Noël, regardons un catalogue de marchandises alimentaires en provenance de l’une de ces grandes surfaces : les produits y sont mis en valeur par une mise en page soignée. On y trouve des produits de luxe tels le saumon, le caviar, le foie gras, etc. Cela nous donne envie de nous remplir d’une nourriture tangible qui n’est pas celle espérée lors de la fête de Noël.

Les familles achètent toujours plus de cadeaux et d’aliments caloriques lors de ces fêtes en pensant faire plaisir à leurs proches. Cependant, ces achats inconsidérés enrichissent le grand capital et réduisent la qualité de ces réunions familiales. Est-ce qu’un enfant qui est gavé de nourriture et de jouets est plus heureux qu’un enfant pauvre qui serait riche de foi, d’espérance et de charité ?

Les catholiques d’antan étaient pour la plupart très pauvres. Considérons, par exemple, saint Jean Bosco qui dormait au-dessus des fours de boulangers durant son enfance. Quotidiennement, il parcourait à pied, souvent sans chaussures, des dizaines de kilomètres pour rejoindre l’école. Sa maman, Mamma Margarita, lui a enseigné la sainte tradition catholique durant son enfance. Elle n’avait pas d’argent, sa maison était rudimentaire, mais son cœur était riche d’une grande bonté et d’une réelle confiance en Dieu. Elle a donc offert à ses trois enfants une saine éducation qui a conduit le petit dernier, Jean Bosco, à devenir un grand saint de l’Église catholique.

De nos jours, les enfants ne connaissent pratiquement rien de la tradition catholique. On se contente de leur acheter des dizaines jouets au nom d’un supposé père Noël qui n’est que la conséquence de la laïcisation de saint Nicolas. Tout cela enrichit davantage le grand patronat. On mange, en famille, des repas gargantuesques. On se gave telles des oies en se toisant silencieusement ou en partageant des ragots et de futiles discours. Pendant ce temps, les vrais pauvres, eux, sont mis au ban de la société et personne ne pense un seul instant à eux. Nous sommes tous centrés sur notre propre plaisir au lieu de penser aux autres.

Noël ce n’est pas cela. Noël c’est, tout d’abord, la sainte Nativité qui nous donne l’espérance en un Dieu d’amour. Noël est une fête religieuse qui symbolise la perfection spirituelle de Jésus-Christ. Nous sommes invités à élever notre esprit vers une Charité sans limite au nom de Son Sacré-Cœur.

Le jour de Noël, plus particulièrement, nous devrions remercier Dieu de nous avoir révélé Son existence à travers Son Fils Jésus-Christ. Nous devrions alors réserver une ou plusieurs assiettes pour accueillir quelques pauvres en partageant avec eux un repas spirituel puisque l’on fête le retour des brebis dans leur vert pâturage : la parabole du Bon Berger prend alors tout son sens.

Nous l’aurons compris, faire la fête ne signifie pas s’abreuver comme des païens mais plutôt célébrer notre retour à la vraie foi grâce aux enseignements de Jésus-Christ et de Son Église.

Durant les grandes tribulations, nous allons apprendre à nous séparer du matérialisme pour revenir aux saintes traditions catholiques. La mort du matérialisme symbolise également la disparition de cette secte infernale qui se nourrit de nos péchés et réfléchit à notre place dans d’affreuses loges. La fraternité humaine est une imposture dès lors que Notre-Seigneur Jésus-Christ n’y est pas présent : se glorifier soi-même est la preuve d’un orgueil démesuré et d’un incroyable aveuglement. La foi en l’homme, autrement appelée humanisme, est une hérésie, car, depuis Adam, le péché est la cause de toutes les erreurs qui se répandent sur la terre à cause de notre imperfection naturelle.

Le seul Salut ne peut se faire qu’au sein d’une Église catholique traditionnelle, celle qui est de nos jours éclipsée. Gardons espoir puisque le soleil viendra bientôt pour redonner la vue à un monde d’aveugles. Dieu vous bénisse en ce temps de l’Avent, chers amis.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/12/reflexions_sur_la_fete_de_noel.pdf

Message aux chrétiens de France avant les grandes tribulations

Chers amis,

Le Ciel s’obscurcit au-dessus de la France. Les grandes tribulations approchent. Cette divine punition doit nous faire lever les yeux vers le Ciel. Nos cœurs doivent se tourner vers Notre-Seigneur Jésus-Christ. Nous vous demandons, chers frères et sœurs en Christ, de ne pas participer aux manœuvres de l’ennemi. Vous savez parfaitement que l’obéissance est une divine vertu céleste : Jésus-Christ a patiemment conservé le silence pendant son procès. Notre Maître a patiemment supporté toutes les injustices, tous les cris de colères, tous les coups, toute la haine de l’homme révolté contre Dieu.

Nous vous demandons d’imiter Notre-Maître pour que votre salut éternel soit parfait. Lorsque la guerre civile tombera, tel un déluge, sur notre nation, souvenons-nous de ces paroles. Fuyons les armes, fuyons les cris, réfugions-nous dans la paix du Saint-Esprit, arrachons au Ciel nos prières grâce à notre grande foi. Répandons la charité autour de nous en relevant ceux qui souffrent. Pansons les plaies des blessés, préparons des repas pour ceux qui ont faim, veillons auprès des malades et des vieillards, prenons soin des enfants abandonnés, soyons forts dans la Charité catholique. Anecdote enrichissante, saviez-vous qu’autrefois les bonnes sœurs étaient appelées les « hirondelles du Seigneur » en terres musulmanes ? Elles étaient énormément appréciées des musulmans grâce à leur grand dévouement à la cause de Dieu et des hommes.

Vous savez que seule la Charité viendra à bout de notre orgueil et de nos passions héritées de la révolte d’Adam et d’Ève. Ceux qui ne font pas partie de nos rangs savent parfaitement que l’homme a une grande tendance à se révolter contre les tyrans. Ils font tout pour attiser la colère populaire afin que la France se transforme en un grand champ de batailles. La dépopulation leur est particulièrement agréable puisqu’elle leur permettrait de vivre tranquillement sur une terre où tout serait à reconstruire selon leurs infernales idéologies. La technologie leur permettrait d’assouvir leurs insatiables passions charnelles sans que quiconque ne vienne contrecarrer leurs volontés. Nous sommes leurs « surnuméraires ».

Nous vous promettons qu’un temps prochain viendra pendant lequel la France catholique renaîtra de ses cendres : ce sera le temps de la grande Pentecôte avant les dernières et ultimes tribulations du maître des enfers. Pendant ce temps de paix, la foi renaîtra et l’Église retrouvera de bons prêtres qui remonteront dans les chaires pour enseigner la Vérité aux fidèles brebis. La Messe sera de nouveau célébrée selon les anciens rites, dans l’éternelle langue latine. La gravité des prêtres élèvera le cœur de ceux qui participeront à ces saintes Messes. Jésus-Christ régnera de nouveau dans les cœurs.

Mais avant cela, chers frères et sœurs en Christ, il nous faudra beaucoup souffrir en silence et supporter le poids de nos péchés. Notre seul roseau, digne de Salut, qui plie mais ne se brise jamais, est le souvenir du Fis de Dieu, Jésus-Christ. C’est dans son imitation que nous pourrons nous reposer puisqu’il n’y a nulle autre voie : Il est le Chemin, la Vie et la Vérité.

Beaucoup vont chercher d’autres chemins que celui-ci, or les routes de la perdition sont très larges : tel Caïn, ils s’égareront dans la violence, la colère, la rancœur, l’infidélité, la traîtrise et l’homicide. Ne reconnaissons-nous pas là la marque du malin ? Satan espère attirer les âmes en enfer. Ne tombons pas dans son piège. Ses filets sont tendus de toutes parts. Les flagorneurs du transhumanisme vont bientôt venir se présenter en sauveurs de la France grâce à leurs sermons technologiques. Ne les écoutons pas. Détournons les yeux et restons ancrés dans le souvenir de Dieu : la mort plutôt que le péché selon nos dignes martyrs des premiers siècles.

Soyons fidèles à l’Église de toujours, c’est-à-dire celle qui est née des premiers martyrs chrétiens. La nouveauté dans la religion est comme le progrès : c’est la marque de la progression vers le péché qui tend à l’avènement de l’antéchrist. Soyons dignes du Bon Berger. Jésus-Christ est venu pour rassembler son troupeau tandis que l’ennemi est venu pour le disperser. Souvenons-nous qu’il fut un temps où les hommes étaient tous frères, ils partageaient équitablement la nourriture et les vêtements entre eux. Les villages étaient plongés dans la joie de la foi en Dieu. La Charité était la marque des plus sages. À cette honorable époque, un ancien qui portait une longue barbe signifiait son âge avancé dans la divine sagesse. La barbe n’est donc ni une obscure mode, ni un signe de rébellion mais le symbole de la vertu. Soyons convaincus que notre temps est celui du démon puisque tout y est renversé.

Dieu nous demande de lever les yeux et le cœur vers Lui : aimons-Le de toute notre âme, de tout notre cœur, de tout notre esprit afin de pouvoir ensuite aimer notre frère comme nous-même. Louange à vous Seigneur Jésus-Christ.

Chers frères et sœurs en Christ, soyons fidèles à Jésus-Christ. Agrippons-nous de toutes nos forces au divin roseau et nous pourrons franchir la tempête, comme les Hébreux ont pu traverser la mer rouge. Pendant les grandes tribulations, ceux qui se dévoueront pleinement aux côtés de Jésus-Christ seront relevés tandis que les orgueilleux seront rabaissés dans leur amour-propre. Gardons constamment en mémoire que lors du Jugement Dernier nous verrons notre vie entière se dérouler devant Dieu et l’humanité tout entière. Quel bonheur pour ceux que Jésus-Christ accueillera dans son royaume. Quelle horreur pour les réprouvés : le Maître leur tournera le dos et les enverra en enfer sous la coupe tyrannique de leur terrible chef rebelle et orgueilleux.

Nous devons nous accrocher, dès aujourd’hui, au divin roseau et ne plus jamais nous en détacher. La Charité sera la marque de ceux qui portent en eux l’esprit de Dieu. Soyons certains que nous ne seront jamais abandonnés, il s’agit d’une promesse céleste. Ainsi, lorsque la France tombera sous les coups de la colère et du sang, nous devrons nous retirer, comme les Hébreux l’ont déjà fait sous l’autorité de Moïse, car notre peuple ne peut pas se nourrir de la haine. Ainsi, le monde sera découpé en deux clans : ceux qui sont avec Dieu et les autres. Demandons la grâce du discernement, ne nous laissons pas charmer, ni vaincre par les innombrables tentations.

Nous nous retrouverons après la tempête pour reconstruire, dans la Charité et le dévouement, notre éternelle nation. Nous nous reconnaîtrons les uns les autres. Notre promesse est celle de la charité la plus complète envers nos frères et sœurs, le reste n’étant que des passions humaines : le monde disparaîtra mais les Paroles de Jésus-Christ restent les éternelles lois de Dieu. Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu. Heureux les simples d’esprit, car le royaume des Cieux sera à eux. Que les affligés sourient, car ils seront bientôt consolés. Que la paix soit avec vous, et avec votre esprit.

Nous nous reconnaîtrons dans les grandes tribulations. Nous marcherons ensemble sous le drapeau du Sacré-cœur et partagerons nos repas et nos laborieuses journées. Nous relèverons ensemble la France. Pour l’instant, nous devons veiller et prier.

Selon l’enseignement de Jésus-Christ, lorsque la guerre frappera notre pays, nous, chrétiens de France, secoueront le sable qui est sur nos sandales pour partir vers une nation de l’Est qui saura nous accueillir charitablement. Souvenons-nous que pour reconstruire une France catholique, nous devrons survivre aux épreuves.

Signé : un ami catholique de sang mêlé, boiteux, quarantenaire, au physique méditerranéen, pécheur et tourmenté pendant l’adolescence et la vingtaine, désormais serviteur du Christ dans le secret de son cœur.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/12/message_aux_chretiens_de_france_avant_les_grandes_tribulations_v01.pdf

Discours d’un prince sans couronne pour la restauration de la France

L’Occident a perdu l’idée sacrée de Dieu. Au lieu de cultiver précieusement les vertus, ses habitants s’amusent à la légèreté, se laissent porter par leurs envies et leurs émotions, ce qui mène forcément, dans le temps, à une débauche généralisée. Le recentrage égocentrique, c’est-à-dire l’admiration de soi-même, conduit la plupart des individus à agir pour leur propre intérêt au lieu de travailler pour le bien commun. Notre civilisation se meurt à force de laisser s’engouffrer dans le navire une eau souillée d’iniquité.

La guerre prochaine qui mettra un terme rapide à notre histoire fera hurler de douleur la majorité silencieuse. Lorsque les idées sont brouillées, le mal répand son poison de plus en plus rapidement au point d’anéantir une civilisation agonisante. Nous sommes arrivés à la fin d’un cycle de décadence spirituelle où la corruption, virus de l’âme, règne en tyran. L’individualisme a réduit nos fières nations en des masses informes dominées par la tyrannie financière, la consommation dérégulée, une sensualité exacerbée, la surenchère individuelle et la compétition permanente entre des individus qui, autrefois, se considéraient comme des frères, ou, au moins, comme des amis. Notre siècle est antonyme aux commandements du Christ : « tu aimerais ton prochain comme toi-même » (Saint Matthieu 22:39) ou encore « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé » (Saint Jean 13:34).

L’ennemi souhaite, en premier lieu et depuis plusieurs siècles, anéantir l’héritage sacré de l’Église Latine. Pourquoi ? Parce qu’en détruisant dans les esprits le vrai, le bien et le beau, une autre culture finira par remplacer la nôtre ; tout comme les Huns se prétendaient le fléau de Dieu de leurs ennemis romains. L’esprit antichrist souhaite faire oublier l’histoire de l’humanité pour que puisse paraître le règne despotique des robots. Quelques affreux tyrans prônant un esprit homicide et démoniaque préparent méthodiquement une dictature technologique qui ne pourra émerger qu’après la prochaine guerre, lorsque la terre sera fortement dépeuplée. Il s’agit de l’« Âge d’Or » tant espéré par les ennemis de Jésus-Christ.

Nous, combattants spirituels en sous-nombre, devons renouer avec le Latin, langue aujourd’hui dite morte, afin de sauver les enseignements sacrés de l’Église. Retournons à nos racines pour que nos enfants puissent s’épanouir en élites aussi vertueuses que vaillantes. Nous devrons, d’ici peu de temps, défendre et sauvegarder l’héritage gréco-romain influencé par la quintessence du Judaïsme dont est paru notre Éternel seigneur et maître Jésus-Christ. Nous devrons lutter, lorsque le temps sera venu, comme des lions pour restaurer l’héritage sacré qui a lentement été étouffé au cours des siècles. Comme Louis XVI fut sacrifié au nom de la cruauté, nous écraserons par la céleste justice cette même barbarie. Si nous ne défendons pas l’Église, l’époque des démons verrait le jour. Le vrai Dieu, infiniment bon, ne permettra pas aux cruels intrigants de se substituer à l’autorité du Christ-Roi. Ceux qui souhaitent voir leurs méchantes idées dominer le monde doivent savoir qu’ils échoueront parce que si « Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Épître aux Romains 8:31)

Notre rôle consistera essentiellement à restaurer, selon les commandements de Jésus-Christ, l’ordre rompu de la justice. Voici quelques-unes des réformes catholiques qui seront entamées lorsque Dieu nous en aura donné l’autorité.

Dieu a généreusement déterminé la nature intrinsèque de l’être humain avant sa naissance. Par conséquent, le corps et l’âme constituent un individu unique et parfait. Or, une thèse gnostique infernale a convaincu certaines personnes que leur corps, à la manière d’un avatar chimérique, était une prison enfermant un esprit autonome. L’illusion satanique finit toujours par s’effacer devant la foi catholique qui est synonyme de justice. Bien qu’étant l’égale de l’homme, la femme doit accepter sa féminité puisque son corps est fait pour donner la vie. L’homme, quant à lui, doit retrouver sa masculinité en participant aux devoirs qui assurent la stabilité de la société. Dans une civilisation catholique, l’homme fait preuve de sainteté lors de son labeur quotidien pendant que la femme s’occupe sagement de la pérennité de la famille. L’individualisme est la cause de la plupart des maux contemporains, puisque les écritures disent « Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui n’amasse pas avec moi disperse » (Saint Matthieu 12:30). L’éducation des enfants doit être sobre et vertueuse en vue d’en faire des adultes capables de tendre vers l’unité.

Le Latin doit être restauré comme langue officielle pour les fonctions régaliennes de l’État. Les futurs hommes de robe constituant le ministère de la Justice devront, dès leur enfance, maîtriser cette langue sacrée grâce à laquelle nos ancêtres catholiques ont pu cultiver un esprit équitable et sincère, dans le but de rendre la justice selon les commandements bibliques. Le Latin est une langue rigoureuse et précise qui participe grandement à la fructification de l’esprit. Un homme dont l’intellect est formaté par des règles fallacieuses prend des décisions opposées à la prudence et à l’équité. Un homme de robe doit fait preuve de probité pour éviter de léser ceux qui sont en état de faiblesse, les coupables devant être punis selon des lois immuables puisque l’Écriture dit : « Moi, Jéhovah, qui sonde les cœurs et éprouve les reins, et cela pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses œuvres » (Livre de Jérémie 17:10), « celui qui plante et celui qui arrose sont égaux ; et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail » (Épître aux Corinthiens 3:8) et « le ciel et la terre passeront mais mes paroles ne passeront point » (Saint Matthieu 24:35).

L’Église, quant à elle, doit retourner à la foi en abandonnant tous les principes contemporains qui ont détourné la plupart des prêtres de leur rôle si essentiel pour le bien des âmes. Toutefois, seul un Pape réformateur et fidèle à la vraie foi catholique est en mesure d’accomplir cette immense tâche. Il nous faudra donc trouver un homme d’Église capable d’assumer une telle fonction. Comme nous ne sommes pas prêtre, nous ne pouvons pas nous permettre de nous immiscer dans les affaires spirituelles puisque l’Écriture dit : « Ainsi donc, rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Saint Luc 20:25).

Nous sommes redevables envers les autres pour le produit de leur labeur. L’homme qui s’assoit fièrement dans son beau véhicule a rarement conscience qu’il doit la fabrication de son automobile à d’anonymes ouvriers et qu’il est redevable envers d’autres travailleurs pour la confection de ses habits et de ses chaussures. Enfin, celui-ci devrait savoir que tout ce qu’il possède est créé par d’autres personnes. Celui qui détient de grandes richesses ne fabrique, bien souvent, rien par lui-même tandis qu’il affiche superbement sa supériorité matérielle à la manière d’un paon. Nous devons garder à l’esprit que sans les autres nous serions bien honteux de notre propre impuissance. Les milliardaires doivent encore davantage à chacun d’entre nous puisqu’ils se contentent d’imaginer des concepts leur permettant d’exploiter la masse laborieuse. Le concept de la finance consiste à soumettre le plus grand nombre pour l’enrichissement d’une petite caste de loups ravisseurs. Les avares ingénieux ont fait en sorte de cacher cette réalité pour que le système puisse continuer de fonctionner à la manière d’une machine infernale. Au fil des siècles, l’iniquité s’est sournoisement substituée à la justice catholique.

L’usure doit être prohibée afin que les échanges commerciaux soient basés sur la réalité et non pas sur la spéculation puisque celle-ci enrichit une caste d’individus susceptibles de pervertir la nation catholique. La propriété privée est un droit inaliénable qui doit toutefois être soumis à de stricts contrôles de probité. Les acteurs non vertueux doivent être sévèrement punis en se voyant confisquer les sommes en jeu pour alimenter des œuvres de charité. L’argent est un serviteur et non pas un maître. Par conséquent, celui-ci doit financer des causes honnêtes mais ne doit jamais être destiné à renforcer l’avidité. Toutes les organisations existantes doivent être contrôlées et restructurées par des mandataires du nouvel État catholique en vue de tendre vers la charité publique. Dans une société catholique les entreprises ne peuvent plus exister en tant que telles. Un ministre ordonne à leurs dirigeants de se verser un salaire fixe pour répartir équitablement les richesses et réprimer l’avidité.

L’artisanat doit être préféré à toute autre entreprise en vue d’encourager les travailleurs à devenir des artistes en charge d’un travail bien fait. La qualité doit primer sur la quantité pour encourager les bonnes initiatives et éviter les gaspillages. Les corporations, comparables à celles qui existaient avant la destitution de Louis XVI, doivent être rétablies afin de former des corps de métier capables de protéger leurs ouvriers contre la rapacité humaine. Le code du travail, revu de fond en comble selon le dogme catholique, doit garantir la sécurité des travailleurs. Ce travail titanesque doit être entrepris par des ministres totalement dévoués à Jésus-Christ.

L’agriculture traditionnelle doit être préférée aux nouvelles méthodes afin que le terroir puisse nourrir les familles. Les pesticides, et, plus largement, tous les produits qui participent à l’empoisonnement de la terre doivent être prohibés. Il existe un savoir-faire ancestral qui apprend à favoriser la croissance des plantes nourricières en les combinant à des végétaux capables d’éloigner les prédateurs. Les méthodes naturelles sont préférables aux produits chimiques parce que la vente lucrative de ces biens produits par les multinationales enrichit leurs dirigeants et leurs actionnaires. D’autant plus que les chiffres d’affaires de ces mêmes entreprises se trouvent à l’abri de l’imposition dans des paradis fiscaux. Dieu a généreusement créé la nature tandis que la vente de produits chimiques découle de la malignité de personnes sans scrupules. Par conséquent, les agriculteurs doivent être formés aux anciennes méthodes qui sont aujourd’hui interdites par ceux qui imposent leurs lois iniques.

Pour enrayer la malice dans le cœur des hommes et favoriser la vertu publique, les informations que les médias diffusent doivent être sages, sérieuses, charitables et utiles conformément à l’esprit des Évangiles. Ceci n’est possible que lorsque les médias sont placés sous la tutelle de l’État catholique. L’érotisme, l’indécence et la mode doivent être proscrits tandis que les films, s’ils existent encore, nécessitent d’être conformes à la doctrine chrétienne. Pour renforcer la décence publique, il est nécessaire d’homogénéiser le code vestimentaire en vue de bannir les apparences excentriques. L’originalité de l’habillement provoque dans l’entourage un phénomène d’imitation, ce qui conduit inévitablement à une insidieuse décadence collective.

Le modernisme peut être défini comme une idolâtrie de la technologie qui s’érige, tel le veau d’or, à la place de Dieu. La diffusion de produits futiles enrichit les dirigeants des multinationales et leurs actionnaires grâce à des méthodes subtiles qui incitent les acheteurs à être esclaves de leurs propres compulsions. La surconsommation conduit, à plus ou moins long terme, à l’épuisement des richesses naturelles ainsi qu’à d’incommensurables désastres. Par conséquent, la technologie doit être soumise à de sérieux contrôles éthiques pour éviter que la robotique ne finisse par engendrer une civilisation déshumanisée. Tout travail devrait être effectué par l’homme pour le bien de l’homme. De ce point de vue, l’automatisation du travail conduit inévitablement à l’effondrement de la civilisation traditionnelle. Le revenu universel est dangereux pour les valeurs catholiques puisque le financement inconditionnel n’incite plus les individus à respecter les devoirs envers Dieu. Les droits de l’homme mènent à la décadence mortifère tandis que les devoirs envers Dieu engendrent une civilisation unie et respectable. La technologie ne doit jamais être une fin en soi mais doit rester au service de l’homme pour éviter les dérives transhumanistes.

La première et seconde guerre mondiale sont la conséquence directe du développement de l’idolâtrie de la nation. Le nationalisme doit être aboli, selon les conseils de saint Vincent de Paul, pour favoriser le retour à la charité catholique. Cela ne signifie pas qu’il faille faire disparaître notre nation, bien au contraire, puisqu’elle est le précieux fruit de l’héritage Franc. La monarchie, adoratrice du Christ-Roi et apôtre de son Église, est le digne produit de la nation Franque. Cet esprit, si conforme à celui des Évangiles, encourage la sainteté pour engendrer des vocations telles que celle de saint Martin : « Un jour, au milieu de l’hiver dont les rigueurs extraordinaires avaient fait périr beaucoup de personnes, Martin, n’ayant que ses armes et son manteau de soldat, rencontra à la porte d’Amiens un pauvre presque nu. L’homme de Dieu, voyant ce malheureux implorer vainement la charité des passants qui s’éloignaient sans pitié, comprit que c’était à lui que Dieu l’avait réservé. Mais que faire ? Il ne possédait que le manteau dont il était revêtu, car il avait donné tout le reste ; il tire son épée, le coupe en deux, en donne la moitié au pauvre et se revêt du reste. Quelques spectateurs se mirent à rire en voyant ce vêtement informe et mutilé ; d’autres, plus sensés, gémirent profondément de n’avoir rien fait de semblable, lorsqu’ils auraient pu faire davantage, et revêtir ce pauvre sans se dépouiller eux-mêmes. » C’est en adorant Dieu de toute notre âme et de tout notre cœur que nous pouvons apprendre à aimer raisonnablement notre nation. Nous devons d’abord faire preuve de charité envers nous-même pour être en mesure de la répandre agréablement autour de nous. Tel l’arbuste sans bourgeon, l’homme égoïste meurt, tandis que celui qui sait faire preuve de générosité est comparable à l’arbuste bourgeonnant parce qu’il donne généreusement ses fruits et sème la vie.

Tout comme la naissance, la mort est une étape sacrée de notre existence. C’est pourquoi il est déraisonnable d’en faire commerce. La mort doit être ritualisée comme autrefois, les veillées funèbres nécessitent d’être réhabilitées pour que les vivants se souviennent de leur propre mortalité puisque l’Écriture dit : « C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre, parce que c’est d’elle que tu as été pris ; car tu es poussière et tu retourneras en poussière » (Génèse 3:19). La crémation doit être prohibée puisque le corps, temple de Dieu, doit être enterré en attendant sa résurrection qui aura lieu au jour du Jugement dernier. L’enterrement nécessite d’être codifié selon les rites bibliques : avant la messe, le corps est lavé, purifié, béni puis enroulé dans un linceul blanc. Après la messe, il est enterré sans fioriture.

Pour conclure, nous devrons rétablir la vertu catholique, qui a été si méprisée depuis la révolution française, en engageant de profondes réformes. La restauration de cet ordre garant de l’équité prendra un temps certain, mais, nous devrons, coûte que coûte, malgré les incommensurables difficultés et l’épuisement que cela entraîne, œuvrer pour que les Évangiles soient proclamés sur terre pendant environ 25 ans, puisque l’Écriture dit : « Le loup et l’agneau paîtront ensemble ; le serpent se nourrira de la poussière ; le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage, et le serpent se nourrira de terre. Il ne se fera ni mal ni dommage sur toute ma montagne sainte, dit Yahweh » (Livre d’Isaïe, 65:25).

Un royaume qui prône l’individualisme finit par disparaître. Parce que nous formons le corps du Christ, nous devons veiller les uns sur les autres pour éviter que le péché ne nous transforme en loups ravisseurs. Il est erroné d’affirmer qu’« il faut de tout pour faire un monde » puisque Jésus-Christ a dit : « Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister, et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne pourra subsister. Si donc Satan s’élève contre lui-même et se divise, il ne peut pas subsister, mais il est fini. » (saint Marc 3:24-26). À la vérité, seule l’homogénéité du comportement et des pensées permet de donner naissance à une civilisation sanctifiée.

Amis, préparez-vous pour l’ultime bataille de reconquête. En attendant ces heures d’épreuves, ne laissons pas un jour sans avoir travaillé spirituellement tout en remplissant nos devoirs d’état quotidiens puisque l’Écriture dit : « Gardez-vous de pratiquer votre justice aux regards des hommes pour être vus d’eux ; autrement, vous n’aurez pas de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux. » (saint Matthieu 6:1) et « N’ayez donc point de souci du lendemain, car le lendemain aura souci de lui-même : à chaque jour suffit sa peine. » (saint Matthieu 6:34). Apprenons ou révisons le Latin, lisons les anciens livres catholiques et prions afin d’arracher au Ciel le succès de notre dernier combat. Laissons-nous guider par l’esprit de Dieu et nous vaincrons le démon.

Pour finir, nous sommes de sang mêlé, connaissons très mal l’histoire de notre famille dont une grande partie se trouve dans l’après-vie ou à l’étranger. Nous avons eu une enfance très difficile et une jeunesse dissipée. Nous avons des visions depuis le jeune âge et percevons des choses de l’invisible. Il s’agit d’une croix très lourde à porter à cause d’une sensibilité exacerbée combinée à une grande force de caractère sous une apparence débonnaire. Nous boitons à cause de douleurs au genou, avons deux ongles différents sur chacun des deux petits doigts de pied et un morceau de barbe nous manque sur la joue gauche. Nous avons décidé de faire la volonté du Père en rédigeant ce texte puisque l’Écriture dit : « Père, si vous voulez, détournez de moi ce calice. Cependant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la vôtre qui soit faite. » (saint Luc 22:42).

Nous savons que ce message ne sera pas reçu jusqu’à ce que la France souffre terriblement puisque l’Écriture dit : « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés ! Que de fois j’ai voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu ! » (Saint Matthieu 23:37).

Puissiez-vous marcher auprès de Dieu, chers amis, dans ces terribles épreuves à venir.

Pater noster, qui es in coelis,
Sanctificetur nomen tuum,
Adveniat regnum tuum,
Fiat voluntas tua, sicut in caelo et in terra.
Panem nostrum quotidianum da nobis hodie.
Et dimitte nobis debita nostra,
sicut et nos dimittimus debitoribus nostris.
Et ne nos inducas in tentationem.
Sed libera nos a malo.

Notre Père qui êtes aux cieux,
Que votre nom soit sanctifié,
Que votre règne vienne,
Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel,
Donnez-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
Pardonnez-nous nos offenses,
Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé,
Et ne nous soumettez pas à la tentation,
Mais délivrez-nous du mal.

Amen.

Stéphane

(L’auteur souhaite préserver l’anonymat)

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/10/discours_d_un_prince_sans_couronne_v09.pdf

Techniques dialectiques pour reconnaître les sophistes contemporains

Dans le passé, les jeunes hommes étaient bien formés à la grammaire, la dialectique et la rhétorique. Cela leur permettait de raisonner clairement et d’être éloquents en vue du bien commun. De nos jours, cette transmission de valeurs s’est perdue. Désormais, l’enseignement consiste essentiellement à formater les élèves pour en faire des êtres serviles au système républicain. Ce procédé a de fâcheuses conséquences pour le christianisme puisque de moins en moins d’individus sont capables de comprendre sa pensée riche et salutaire.

Puisqu’il n’y a plus de rempart contre l’affabulation, les sophistes contemporains, c’est-à-dire ceux qui défigurent la vérité pour parvenir à leurs fins, pullulent. Bien souvent on ne prête pas attention à leurs techniques qui permettent d’influencer les autres. Ils sont doués pour jouer avec les sentiments et les émotions des autres au lieu de se consacrer à la vérité pour le bien de tous. Dans le cadre de ce petit article, nous nous focaliserons sur la dialectique pronominale.

1) Le « moi » est l’antonyme du « groupe »

Tout d’abord, la lutte principale de nos ennemis consiste à éliminer l’antique religion catholique du système. La 1re personne du singulier « je » est utilisée à outrance pour rappeler que l’individu s’est émancipé de l’idée de Dieu. Le quidam se croit souverain et totalement autonome alors que le système n’a pourtant jamais été aussi totalitaire. La plupart des gens ne se rendent pas compte qu’ils sont esclaves de quelque chose qui ne dit pas son nom. Pour se satisfaire eux-mêmes, ils se contentent de l’idée du « moi » puisque l’on répète partout à la manière de Descartes « je pense donc je suis ». Pourtant ce « moi » est isolé et faible au sein d’une société inique qui est mise en esclavage par la finance internationale. D’autant plus que le « moi » élimine d’emblée l’idée de congrégation (mot tiré du latin qui signifie rassemblement). Le « je » est l’ennemi mortel du « nous » puisqu’il est la conséquence de la solitude métaphysique.

Les Évangiles selon Jésus-Christ disent : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé » (saint Jean, 15:12), « Le plus grand parmi vous sera votre serviteur » (saint Matthieu 23:11).

2) Le tutoiement agressif face au vouvoiement

Le « tu » outrancier est venu remplacer le « vous » de politesse. Autrefois, on vouvoyait ses parents, ses professeurs et les adultes en général. Une personne qui rentrait dans un lieu inconnu faisait preuve de politesse et de respect. De nos jours, le « tu » est employé dans toutes les situations : il n’y a plus de frontière ni de hiérarchie entre deux individus.

Autrefois, plusieurs individus formaient un groupe, une idée formelle du « nous », ce qui les rendait inclusifs, c’est-à-dire capables d’intégrer amicalement un autre membre. De nos jours, la multitude est constituée d’inconnus, cause du « je ». Cette situation exclut d’emblée l’idée d’union puisque la notion de groupe a été détruite par le « moi ».

Il n’y a plus de cohésion puisque la religion, source des devoirs envers Dieu, et, les valeurs, détentrices de l’ordre, ne doivent plus être dévoilées en public.

3) Le jugement par le « vous »

Certains auteurs contemporains, notamment les faux prophètes, utilisent le « vous » comme un moyen d’accuser les autres de tous leurs maux. Voici un exemple très connu :

« Vous êtes responsables des malheurs de ce monde. Vous ne pensez qu’à vous amuser alors que vous devriez être humbles. Vous appelez sur vous le jugement divin puisque vous refusez de reconnaître vos faiblesses. »

Ici, ce genre d’individu prouve son orgueil en estimant qu’il n’est pas comme les autres puisqu’il ne serait en rien responsable des maux qui accablent la civilisation. Ce type de raisonnement est source de grands troubles et désaccords. Les plus faibles, en grande souffrance morale, risqueraient de suivre ce genre de gourou. Combien de sectes ont pu être créées à cause de l’abus de ce genre de procédé ?

Jésus-Christ est très clair : « Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères » (saint Matthieu 23:8), « Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ » (saint Matthieu 23:10)

4) Le bannissement du « nous »

Le « nous », provenant de Dieu, est synonyme de bien commun, de charité, d’amour envers les uns et les autres. Pourtant, ce « nous » si utile est banni de la civilisation. Au mieux, il est utilisé dans les slogans publicitaires pour vanter les mérites d’entreprises lucratives. Mais, ce « nous » rassembleur n’est jamais utilisé en public puisque les idées individuelles ont désormais plus de valeur que les principes communs.

Le roi disait « nous » non seulement parce qu’il était poli mais encore parce qu’il détenait l’autorité royale qui découlait de Dieu. Le « nous », symbole d’humilité, annonce l’amour de Dieu et le respect de ses commandements : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé » (saint Jean, 15:12).

Le « nous » réveille les consciences et pousse les loups à sortir du bois puisque ceux-ci ne supportent pas l’idée du respect de l’autorité et du bien commun.

C’est à cause du « je » qu’une nouvelle civilisation transhumaniste, gouvernée par l’iniquité, pourrait tyranniser les hommes à travers la robotisation.

Face au « nous » les ennemis de Dieu se trouveraient démunis et obligés de s’avouer vaincus. Le « nous » qui accepte d’aimer humblement les commandements de Dieu est vainqueur de toute cruauté. Il faudra bien qu’un jour le « nous » soit de nouveau employé pour que notre civilisation revienne à la source de tout bien : Jésus-Christ, Fils de l’homme.

Conclusion

Jésus-Christ a dit : « Tout royaume divisé contre lui-même devient un désert ; toute ville ou maison divisée contre elle-même sera incapable de tenir. Si Satan expulse Satan, c’est donc qu’il est divisé contre lui-même ; comment son royaume tiendra-t-il ?

Et si c’est par Béelzéboul que moi, j’expulse les démons, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.

Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que moi, j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous.

Ou encore, comment quelqu’un peut-il entrer dans la maison de l’homme fort et piller ses biens, sans avoir d’abord ligoté cet homme fort ? Alors seulement il pillera sa maison.

Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse.

C’est pourquoi, je vous le dis : Tout péché, tout blasphème, sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas pardonné. » (saint Matthieu, 12:25-31)

Puissiez-vous être auprès de Dieu, chers amis.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/09/techniques_dialectiques_pour_reperer_les_sophistes_contemporains.pdf

Que signifie l’expression « Fils de l’homme » ?

Que pourrait signifier l’expression « filius hominis », c’est-à-dire « Fils de l’homme » ?

Notre Seigneur s’appelle plusieurs fois lui-même « Fils de l’homme » dans le Nouveau Testament, que pourrait signifier cette expression ? Selon l’Ancien Testament, « Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite. » (Livre de Daniel, 7:13-14)

Le Fils de l’homme pourrait également désigner un enfant. Or, que dit Jésus-Christ sur les petits ? « À ce moment-là, les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : Qui est donc le plus grand dans le royaume des Cieux ? Alors Jésus appela un petit enfant : il le plaça au milieu d’eux, et il déclara : Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Mais celui qui se fera [humble] comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des Cieux. Et celui qui accueille un enfant comme celui-ci en mon nom, il m’accueille, moi. »

Vous remarquerez que le terme [humble] situé entre crochet n’existe que dans la version latine du Novum Testamentum : « Quicumque ergo humiliaverit se sicut parvulus iste, hic est maior in regno caelorum. » (Secundum Matthaeum 18:4). Le terme humilitas dérivé de humus (terre) signifie en latin être tiré de la terre (en tant que fils d’Adam). Par extension, l’humilité signifie se percevoir tel que l’on est, après avoir ôté tout orgueil ou autre pathologie de l’esprit.

Si l’on considère le texte de l’évangile selon saint Matthieu 18:4, un enfant est un être sans péché puisque Jésus-Christ dit : « Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, il est préférable pour lui qu’on lui accroche au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’il soit englouti en pleine mer. » La version latine est beaucoup plus précise : « qui autem scandalizaverit unum de pusillis istis, qui un me credunt, expedit ei ut suspendatur mola asinaria in collo eius, et demergatur in profondum maris. »

La « mola asinaria » est une meule romaine antique constituée d’une énorme pierre volcanique qui permet de moudre du grain en faisant tourner un âne autour d’un conteneur en pierre dans lequel on récupère le grain moulu par une ouverture. Cette meule est encore utilisée aujourd’hui en Sardaigne sous une forme un peu plus moderne.

Par conséquent, Jésus-Christ annonce que celui qui ne blesserait ne serait-ce qu’un seul enfant ferait mieux de se jeter tout au fond de la mer avec une énorme pierre volcanique autour du cou. Le châtiment corporel permettrait à l’auteur du crime de ne pas être jugé dans les Cieux puisque celui-ci aurait déjà reçu sa punition ici-bas.

Pour confirmer ceci, Jésus-Christ continue ensuite : « Malheureux le monde à cause des scandales ; cependant, malheureux celui par qui le scandale arrive ! Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le et jette-le loin de toi. Mieux vaut pour toi entrer dans la vie éternelle manchot ou estropié, que d’être jeté avec tes deux mains ou tes deux pieds dans le feu éternel. Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans la vie éternelle, que d’être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne de feu. » (saint Matthieu 18:7-9) « Vae mundo a scandalis. Necesse est enim ut veniant scandala : verumtamen vae homini illi, per quem scandalum venit. Si autem manus tua, vel pes tuus scandalizat te : abscide eum, et proiice abs te : bonum tibi est ad vitam ingredi debilem, vel claudum, quam duas manus, vel duos pedes habentem mitti in ignem aeternum. Et si oculus tuus scandalizat te, erue eum, et proiice abs te : bonum tibi est cum uno oculo in vitam intrare, quam duos oculos habentem mitti in gehennam ignis » (secundum Matthaeum 18:7-9)

Et enfin : « gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis [en vérité], leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux » (saint Matthieu 18:10) « Videte ne contemnatis unum ex his pusillis : dico enim vobis, quia angeli eorum in caelis semper vident faciem patris mei, qui in caelis est. » (secundum Matthaeum 18:10)

Après cette petite analyse, on peut poser l’hypothèse suivante : le terme « Filius hominis » désignerait l’enfant sans péché. Jésus-Christ est donc comparable au petit enfant qui recevrait l’éternelle gloire de son père. Dès lors, cette supposition permet de dessiner l’esquisse de la sainte Trinité puisque le Fils hérite du Père.

Si nous souhaitons avoir la vie éternelle, nous devons cultiver l’idée de l’omnipotente justice de Dieu puisque celle-ci nous invite à fournir le meilleur de nous-même. Il s’agit, malgré nos faiblesses, de donner gratuitement un authentique amour charitable.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/08/que_signifie_l_expression_fils_de_l_homme_v03.pdf

L’agonie de Notre Seigneur, décrite par saint Padre Pio

Au Jardin, le Maître s’éloigne de ses disciples et n’emmène que trois témoins de son Agonie : Pierre, Jacques et Jean. L’ayant vu transfiguré sur le Thabor, auront-ils la force de reconnaître l’Homme Dieu dans cet être broyé par l’angoisse de la mort ?

En entrant au Jardin il leur dit : « Restez ici ! Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation. » Soyez sur vos gardes, car l’ennemi ne dort pas. Armez-vous à l’avance des armes de la prière pour que vous ne soyez pas surpris et entraînés dans le péché. C’est l’heure des ténèbres.

Les ayant exhortés, Il s’éloigne d’un jet de pierre, et se prosterne face à la terre. Son âme est plongée dans une mer d’amertume et d’extrême affliction.

Il est tard. La nuit blafarde est pleine d’ombres sinistres. La lune semble injectée de sang. Le vent agite les arbres et pénètre jusqu’aux os. Toute la nature semble frémir dans une secrète épouvante !

Ô Nuit, comme il n’y en a jamais de pareille !

Voici la place où Jésus vient prier. Il dépouille sa sainte Humanité de la force à laquelle elle a droit par son union à la Divine Personne. Il plonge dans l’abîme de tristesse, d’angoisse, d’abjection. Son esprit semble submergé…

Il voit à l’avance toute sa Passion. Il voit Judas, son apôtre, le tant aimé, qui le vend pour juste quelques sous… Le voici sur le chemin de Gethsémani pour le trahir et le livrer ! Et pourtant tout à l’heure, ne l’a-t-il pas nourri de sa Chair, abreuvé de son Sang ? Prosterné devant lui, il a lavé ses pieds, les a pressées sur son cœur, les a baisés de ses lèvres. Que n’a-t-il fait pour l’arrêter au bord du sacrilège ou, du moins, pour l’amener à la repentance ! Mais non, le voici qui court vers sa perdition… Jésus pleure.

Il se voit traîné dans les rues de Jérusalem où, il y a quelques jours à peine, on l’acclamait comme Messie. Il se voit souffleté devant le Grand Prêtre. Il entend crier : « A mort ! » Lui, auteur de Vie, est traîné comme une loque d’un tribunal à l’autre.

Lire la suite

[INÉDIT] Mémoires du Curé de Versailles – Livre complet au format PDF

Voici le livre complet, au format PDF, du passionnant livre historique des Mémoires du Curé de Versailles

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_livre_complet.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’affaire des Filles de l’Enfance

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’affaire des Filles de l’Enfance

Quoique nous ayons parlé assez au long de ce que Sa Majesté a fait contre cette hérésie et contre ceux qui y étaient attachés ou paraissaient la favoriser, je ne laisserai pas que d’en rapporter encore d’autres faits qui regarderont ce sujet quand il s’en présentera quelque occasion, ne m’attachant pas à suivre l’ordre des temps, ni à faire une histoire exacte, mais seulement laisser des mémoires sur les événements principaux arrivés dans le temps que j’ai demeuré à la Cour, ou que j’ai appris par des voies très sûres. C’est pourquoi, après avoir parlé de ce que le Roi [fit ?] contre le calvinisme, le jansénisme et le quiétisme, j’ajouterai ici une chose qui arriva de mon temps et qui fera connaître combien le Roi a toujours eu en horreur toute nouvelle doctrine et ses partisans.

L’abbé Ciron, homme qui avait acquis une grande réputation à Toulouse, y était regardé comme l’oracle par ceux du parti de Jansénius. Il avait été directeur du prince de Conti et conduisait beaucoup de personnes. Il trouva à Toulouse plusieurs dames et demoiselles qui s’attachèrent à lui et suivirent ses conseils. Il en réunit un assez grand nombre, dont il composa une communauté sous le nom de l’Enfance ; c’était peut-être pour leur inspirer une docilité aveugle pour ses sentiments. Elles en profitèrent au gré de leur Père spirituel et secondèrent à merveille ses intentions. Leur but principal était de former les jeunes filles à la piété chrétienne. Les personnes les plus distinguées de cette ville leur confiaient le soin de l’éducation de leurs enfants qui demeuraient en pension chez elles ; elles reçurent aussi dans leur communauté plusieurs filles des meilleures maisons du Parlement de Toulouse et de la ville. Cette maison se distinguait des autres communautés par sa manière de vivre et de conduite. Rien ne paraissait plus édifiant que les dehors. La modestie, le silence, l’exactitude aux règlements, l’assiduité aux exercices de piété et au travail des mains et tout ce qui peut donner bon exemple y éclatait d’une manière à faire plaisir à ceux qui ne pénétraient pas plus avant que dans les apparences. On prétendit néanmoins que tous ces beaux dehors cachaient le poison de l’hérésie jansénienne, qu’on avait eu soin de leur inspirer ; on assura même et on le dit au Roi qu’on y enseignait le Catéchisme de la grâce de Saint-Cyran (Il est à noter que M. Hébert commet ici une erreur : le Catéchisme de la Grâce n’est pas de Saint-Cyran mais de Feydeau). On manda qu’on avait examiné de jeunes pensionnaires qui y étaient élevées et qu’on avait été surpris de les entendre répondre aux questions qu’on leur fit à dessein selon les principes de MM. Du Port-Royal. On en porta souvent des plaintes à Sa Majesté, qui fit aussi souvent donner des avis et des ordres à ces filles de changer de sentiments et de conduite, avec de grandes menaces de les punir sévèrement, si elles donnaient encore de nouvelles occasions de se plaindre. Mais on les réitéra si souvent à Sa Majesté que, quoi qu’elle eût donné ses lettres patentes sur cet établissement et que ces filles, si je ne me trompe eussent obtenu des bulles…

(Le manuscrit s’arrête ici)

FIN

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_affaire_des_filles_de_l_enfance.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’intervention du cardinal de Noailles

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’intervention du cardinal de Noailles

Lorsqu’il vit qu’il n’y avait plus aucune ressource pour lui de réussir dans le projet qu’il avait fait longtemps même avant l’assemblée, il eut recours au plus efficace de tous les moyens, qui tourna cependant à sa confusion. Il supplia très humblement le Roi d’ordonner à M. le cardinal de Noailles de se trouver à l’assemblée et fit de grandes instances auprès de cet illustre prélat pour l’engager d’y consentir. Il lui avoua que, sans le secours qu’il en espérait, il aurait la honte d’échouer dans ses desseins, auxquels lui seul pouvait faire avoir le succès qu’il s’était proposé, qu’il voyait les prélats qui composaient l’assemblée déchaînés contre lui et qu’il lui aurait les plus grandes obligations du monde de ne le pas abandonner dans une conjoncture d’affaires si difficiles et si importantes. M. le cardinal eut toutes les peines du monde à se rendre à ses prières, mais il céda à la volonté du Roi. Il assista donc à l’assemblée qui lui déféra la présidence. L’archevêque de Reims vit ce que c’était d’être aimé et d’être haï, car M. le cardinal gagna d’abord les cœurs de tous les prélats et les députés de l’assemblée par sa douceur, ses manières prévenantes, par l’honnêteté avec laquelle il parlait et agissait avec tout le monde. Il aperçut les fâcheuses dispositions de ces personnes à l’égard de l’archevêque de Reims, dont ils se plaignaient avec beaucoup de raison. Il lui fallut quelque temps pour ramener les esprits ; il en vint enfin à bout par ses soins et après beaucoup de peines.

Il leur représenta que l’affaire des propositions sur la morale avait fait trop de bruit pour la laisser imparfaite, qu’il était de l’honneur du clergé de condamner ce qui méritait de l’être, que Rome leur avait donné l’exemple du zèle qu’ils devaient faire paraître en cette occasion, que, si les brefs qui avaient été faits contre ce relâchement de la morale de Jésus-Christ n’avaient pas été reçus solennellement en France, parce qu’on ne recevait pas ce qui venait du Saint-Office, ils devaient au moins suivre les sentiments du Saint-Siège et condamner dans leur assemblée ce qui avait été jugé digne de censure dans le tribunal de l’Inquisition, que déjà la plus grande partie des propositions desquelles il s’agissait avaient été condamnées par la plupart des évêques et qu’il semblait à propos, pour donner plus de poids à ces condamnations particulières, que le corps du clergé les autorisât par une censure commune qu’on ne pouvait douter devoir être approuvée par les évêques de toute l’Église gallicane, qu’il paraîtrait par cette voie que tous les évêques étaient unanimes dans leurs sentiments contre le relâchement de la morale et que, par ce moyen, non seulement les curés et les autres ecclésiastiques, mais aussi tous les religieux, de quelque ordre et de quelque compagnie qu’ils fussent, auraient beaucoup plus de soumission pour une ordonnance qu’ils verraient avancée de tout le clergé.

M. le cardinal obtint ce qu’il demanda. On fit la censure, on la publia dans tous les diocèses, mais en même temps on fut partout fortement persuadé que cette affaire aurait absolument échoué entre les mains de M. l’archevêque de Reims. Elle procura beaucoup de gloire à M. le cardinal et une très grande confusion à l’archevêque, qui connut d’une manière à n’en pouvoir douter combien mince était son crédit dans son corps et que, lorsqu’on en veut obtenir quelque chose, il faut s’y prendre par les voies les plus douces et les plus honnêtes, qui seules sont capables de concilier les cœurs et les esprits.

Par cette même honnêteté de M. le cardinal, les évêques furent de son sentiment que l’on ne devait pas examiner les propositions dénoncées par le Père Perrin, et elles furent remises à une autre assemblée, c’est-à-dire qu’on se tira de l’embarras de cet examen, car, depuis ce temps-là, quoiqu’il s’en soit tenu trois ou quatre auxquelles M. le cardinal de Noailles a présidé, on n’en a pas fait la moindre mention et on n’en a pas davantage parlé. On censura cependant aussi un livre fait par les partisans de Jansénius contre le Nodus proedestinationis du cardinal Sfondrati, parce que, dans la préface, qu’on a toujours crue être de la façon du Père Quesnel, on y qualifiait l’hérésie de Jansénius d’un fantôme ou d’une hérésie imaginaire. On releva fort ce terme, si souvent dans la bouche et dans les écrits des jansénistes qu’on y traite de brouillons à cette occasion. Le Roi même fit donner des avis secrets à M. Félix, évêque de Chalons, frère de son premier chirurgien (ce prélat était de l’assemblée), lui faisant dire qu’il était revenu par de bons endroits qu’il paraissait favoriser la nouvelle doctrine ou ne s’y opposer pas avec assez de vigueur. Car le Roi souhaitait que tous les évêques s’unissent ensemble pour en retrancher jusqu’aux moindres racines dans leurs diocèses.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_intervention_du_cardinal_de_noailles.pdf

 Mémoires du Curé de Versailles – La morale relâchée et les jésuites

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
La morale relâchée et les jésuites

Mgr l’archevêque de Reims, qui avait voulu ajouter affliction à l’affligé et le couvrir d’une nouvelle honte par l’extraordinaire procédé qu’il avait tenu contre lui et la manière dont nous venons de le rapporter, eut lui-même à essuyer toute la confusion qu’un président de l’Assemblé générale du Clergé de France peut recevoir dans une si illustre compagnie. Il s’était mis dans la tête qu’ayant toujours persécuté les jésuites dans toutes les occasions qui s’étaient présentées, il devrait dans celle-ci leur donner de nouvelles marques de la haine qu’il leur portait. Outre l’aversion qu’il avait toujours fait paraître contre cette compagnie, il la sentait augmenter par l’attachement qu’elle avait pour M. l’archevêque de Cambrai, dont elle avait plaint le sort et le malheur sans approuver ses sentiments. Il résolut, pour leur donner une mortification sensible, de faire repasser en revue plusieurs propositions de morale, qui avaient déjà été condamnées par le Saint-Siège et par les censures particulières de plusieurs évêques et par la Faculté de théologie et d’autres universités, qui étaient imputées aux jésuites.

Mgr l’archevêque d’Auch, qui avait toujours été ami de ces Pères, ayant vu que M. l’archevêque de Reims serait président de l’assemblée, avait fait venir de la province de Toulouse le Père Perrin, jésuite d’une grande réputation, qui avait enseigné pendant plusieurs années et avec éloge la théologie dans l’université de cette grande ville. Celui-ci avait ouï dire, car Mgr de Reims ne pouvait cacher ses desseins contre les jésuites, qu’il voulait faire de nouveau condamner leur morale par l’Assemblée du Clergé. Il avait ramassé de son côté plusieurs propositions très hardies, téméraires, suspectes, fausses, qui avaient depuis quelques années été soutenues publiquement en Sorbonne, dont ce prélat était proviseur. Quand M. de Reims eut montré et lu la liste des propositions de morale qu’il demandait au clergé de condamner, le Père Perrin entra dans l’Assemblée et de son côté, apportant et présentant la liste des propositions mauvaises qu’il avait faite, supplia le clergé de les examiner et d’en porter condamnation.

Si l’on eut refusé cette prière, il y eût paru une acceptation de personnes trop visible ; si l’on l’eût accordée, on se mettait hors d’état de pouvoir examiner pendant le peu de temps que dure une assemblée un si prodigieux nombre de propositions de morale et de scolastique, qui auraient demandé un temps très considérable pour s’appliquer, comme on le devait, à un examen rigoureux tel qu’il doit être quand principalement des évêques portent leur jugement sur des questions et des matières de doctrine. L’archevêque de Reims aurait bien voulu refuser absolument la demande du Père Perrin, mais, comme il fallait au moins sauver les dehors et garder les apparences, on fit prendre par le secrétaire l’écrit du Père Perrin, fort résolu de ne rien faire de ce qu’il avait proposé. En effet, il n’en fut pas question dans l’Assemblée, car, quoique quelques prélats, à la tête desquels était l’archevêque d’Auch, témoignassent qu’il fallait rendre justice à tout le monde et condamner en toute sorte de personnes, sans respect humain, ce qui était condamnable, M. de Reims éluda toujours la discussion épineuse de ces sortes de questions, ne voulant pas faire ce plaisir aux jésuites ni aux prélats qui les favorisaient. Mais il trouva aussi la même opposition à l’égard des propositions de morale qu’il voulait, à quelque prix que ce fût, faire condamner. Il en parlait toujours et en public et en particulier ; il trouvait toujours de la résistance. On prenait mille prétextes pour éviter d’entrer dans cette affaire ; on disait qu’on avait trop d’occupations qui emportaient tout le temps, qu’on pouvait donner une liste de ces propositions à tous les députés des provinces, qui auraient le soin d’en faire distribuer à tous les évêques, qui auraient le loisir de les examiner jusqu’au temps de la prochaine assemblé, où l’on pourrait pour lors en décider, qu’une matière si importante demandait bien tout ce temps pour ne rien précipiter dans une occasion de cette nature, que, dans le fond, la plupart de ces propositions ayant été condamnées, il paraissait assez superflu de les condamner de nouveau.

La principale raison qu’on avait de ne rien vouloir de tout ce que M. de Reims désirait sur cette affaire était le mécontentement général qu’on avait de ses manières dures, fières et hautaines. Aussi était-il peu honoré et respecté. On avait même de la peine de lui rendre visite et de manger chez lui, quelque dépense qu’il y fit, tant était grande l’indignation qu’on avait contre lui.

Quand on sut dans Paris que M. l’archevêque de Reims voulait pousser à bout les jésuites sur leur prétendue morale relâchée, comme on y connaissait à merveille le prodigieux relâchement de ce prélat et qu’on était parfaitement convaincu qu’il ne suivait en rien pour sa conduite les opinions de la morale sévère, on en fit mille plaisanteries. Quelques éveillés même firent graver une estampe pour servir à des écrans : dans l’un des côtés, on y voyait quelques prélats d’un embonpoint merveilleux, assis à une bonne et splendide table bien servie, où se trouvaient aussi bon nombre de jeunes abbés bien frisés et poudrés, et au-dessus étaient écrits ces mots : Morale sévère ; de l’autre côté, on y voyait représenté le martyr de plusieurs jésuites, qui avaient été brûlés dans le Japon, ou tourmentés cruellement, et souffert avec la mort les supplices les plus horribles ; au-dessus étaient ces mots : Morale relâchée. On eut bientôt de ces nouveaux écrans (note du blog : un écran est, ici, un objet ancien servant à empêcher de voir ou d’être vu) à la Cour et dans Paris, où tout le monde trouva de quoi se divertir et rire aux dépens de qui il appartenait. Mais, dans cette sorte de plaisanterie on y trouvait une instruction bien raisonnable et fort sage, car c’était dire que, lorsqu’on veut si fort déclamer contre la morale relâchée, il faut plutôt la combattre par une conduite exacte et irrépréhensible que par des paroles qui condamnent à la vérité des propositions, mais beaucoup plus la vie molle et païenne de ceux qui se contentent de parler sévèrement et qui vivent dans le plaisir, dans le jeu, dans la bonne chère et qui sont de tous les divertissements du siècle.

Ce ne fut pas le seul déboire que cet archevêque eut à souffrir dans cette occasion, car il se sentait personnellement attaqué dans ces estampes scandaleuses dans lesquelles on avait eu le dessein de faire son portrait au naturel : mais il en eut de beaucoup plus sensibles à essuyer de la part de toute l’assemblée, à l’exception d’un très petit nombre qui se rangea de son côté. Il eut la confusion de voir qu’on traversait tous ses desseins, et en particulier ceux qu’il avait formés contre les jésuites. Il connaissait avec douleur la disposition des esprits à son égard ; on le contredisait en tout ce qu’on pouvait, on ne faisait rien de ce qu’il souhaitait ; il se vit enfin dans l’état le plus humiliant dans lequel se pouvait trouver un prélat qui était à la tête du clergé, où il sentait bien qu’il n’avait aucun crédit et qu’il y était ouvertement bafoué. Il était juste que ce prélat, qui avait insulté à son confrère, reçût lui-même des insultes et que cette parole du sage se justifiât dans sa personne : « Vous qui méprisez les autres, ne serez-vous pas méprisé vous-même ? »

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_la_morale_relachee_et_les_jesuites_01.pdf

 Mémoires du Curé de Versailles – L’archevêque de Reims à l’Assemblée du Clergé

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’archevêque de Reims à l’assemblée du Clergé

C’était la première fois que l’archevêque de Reims eût présidé en seul à ces sortes d’assemblées. Cet archevêque avait, je ne sais pour quelle raison, conçu une grande aversion pour M. l’archevêque de Cambrai. Il entra fort vivement dans l’esprit, les vues et intentions de M. de Meaux. Il fit lui-même aux évêques et autres députés assemblés la proposition de cette affaire ; il représenta qu’il convenait au clergé de donner un témoignage public de son zèle à étouffer les erreurs du quiétisme et laisser à la postérité dans ses archives un monument éternel de tout ce qui s’était passé dans cette affaire, de la manière qu’il s’était pratiqué à l’égard du Jansénisme après les constitutions des papes qui avaient condamné le livre de l’évêque d’Ypres, que l’acceptation de ces constitutions par les évêques de France ayant été insérée dans les mémoires du clergé, il en fallait faire autant à l’égard de ce qui venait d’arriver à l’occasion du livre de M. l’archevêque de Cambrai. On ne fut pas étonné dans cette assemblée du parti que M. l’archevêque de Reims prenait parce qu’il n’y avait que peu de jours qu’il avait déclaré publiquement sa malignité envers son confrère.

La coutume de nos assemblées est que dès le commencement le clergé vient saluer Sa Majesté, que le président porte en son nom la parole et lui fait une harangue. On fut très attentif à celle que fit pour lors cet archevêque, où j’assistai. Il y dit de belles choses sur les conquêtes du Roi et sur ses grandes qualités ; celle qu’il releva le plus fut son zèle à étouffer et détruire l’hérésie dans son royaume. Jusque-là, le courtisan prêta une grande attention à son discours, mais, lorsqu’il vint à prononcer le nom de M. l’archevêque de Cambrai, on entendit dans tout le grand cabinet du Roi où se faisait cette cérémonie un certain murmure sourd, qui fit connaître qu’on désapprouvait cet endroit dans cette harangue ; on vit aussitôt les visages changer, l’indignation paraissait sensiblement dans les yeux et les gestes des assistants, on se parlait à l’oreille, on se poussait du bras ou du genou, on se regardait, on levait les épaules, et on peut dire qu’autant que le commencement de ces discours avait paru faire plaisir à tous ceux qui étaient présents, autant la fin en fut méprisée, et l’auteur ou le déclamateur chargé de l’indignation publique. Si l’on ne put se contenir de la manière que je viens de le rapporter en la présence du Roi, on peut juger de tout ce qu’on dit contre l’archevêque de Reims quand il se fut retiré.

J’entendais de tous côtés les partisans déchiffrer sa vie, en faire mille histoires, en dire des plaisanteries et le tourner en ridicule.

« C’est bien à lui, disait-on, à déclamer contre un de ses confrères qui le surpasse en tout. La seule jalousie l’a fait parler, son mérite l’éblouit. Qu’a-t-il prétendu faire ? A-t-il voulu inspirer encore au Roi contre ce prélat plus d’indignation qu’il n’en a ? Cela convient-il à un évêque, et à un évêque qui est à la tête du clergé ? A-t-il communiqué à son corps ce qu’il a dit contre un du corps à qui il fait honneur ? S’il avait envie de parler contre le quiétisme que le Roi a détruit par son zèle dans son royaume, quelle nécessité d’aller y parler en particulier contre M. l’archevêque de Cambrai ? Croit-il par là bien faire sa cour à Monseigneur le duc de Bourgogne, qui conserve toujours dans son cœur beaucoup d’estime pour ce prélat ? Pense-t-il, par une conduite si extraordinaire, plaire à la Cour, où l’on a beaucoup plus de charité que lui, où on y plaint le triste sort de cet archevêque et à qui l’on n’insulte pas dans sa disgrâce ?

Quoique l’archevêque de Reims eût acquis quelque réputation d’être savant, cependant, à l’occasion de cette harangue, les courtisans ne feignaient pas de dire qu’il avait prononcé l’ouvrage d’autrui, que toute la science qu’il affectait d’avoir ne lui venait pas de son travail, mais de l’étude de quelques docteurs qui lui fournissaient la matière et souvent même tout l’ordre des discours publics qu’il avait prononcés, qu’on savait bien qu’il ne se donnait pas le temps d’étudier, qu’il se levait fort tard, que du lit il allait à la table et de la table au jeu, où il employait la meilleure partie de la journée, et le reste du jour à des visites, dont quelques-unes ne lui faisaient pas beaucoup d’honneur dans le monde, qu’ainsi il devait à sa mémoire, et non pas à son application à la lecture, ce qu’il venait de débiter.

Quand on eut su dans le monde ce qui venait de se passer dans la chambre du Roi, on conçut contre cet archevêque la même indignation, qui augmenta et qui se répandit ensuite dans les provinces, lorsqu’on y vit cette harangue imprimée. Tel est, en effet, le sort des gens imprudents qui veulent se faire valoir aux dépens d’autrui et qui ne consultent pas dans ce qu’ils ont à faire ni ce qu’ils sont, ni qui sont ceux contre lesquels ils entreprennent de parler, et qui ne font pas attention ni au temps, ni au lieu, ni aux dispositions des personnes en présence desquelles ils ont à faire ces sortes de discours, dans lesquels on doit au moins observer toutes les règles de la bienséance.

On ne doit donc pas s’étonner que l’archevêque de Reims, qui avait éclaté contre son confrère dans une si auguste compagnie, ne l’épargnât pas dans l’Assemblée du Clergé, entrant en cela dans les sentiments de l’évêque de Meaux, qui croyait de son côté qu’il y allait de son intérêt et de sa gloire de poursuivre à outrance son adversaire, ne faisant pas assez de réflexion qu’il ne peut y avoir de véritable gloire, mais une petitesse d’âme d’insulter à son ennemi vaincu et soumis. Les évêques et les autres députés de l’Assemblé, qui se persuadèrent qu’on ne voulait encore de nouveau traiter de cette affaire que par les ordres du Roi, et qui d’ailleurs craignaient que, s’ils eussent rejeté la proposition qu’on leur en faisait, on les aurait accusés auprès de Sa Majesté comme amis de l’archevêque et qui peut-être étaient dans les sentiments de son livre, crurent ne devoir point contredire à la volonté du président. Il n’y eut que le seul Monseigneur de Lavardin, évêque de Rennes, qui est un prélat d’un grand mérite, d’un cœur au moins aussi noble que sa naissance, d’une droiture à toute épreuve, qui ne sait point trahir ses sentiments et qui dans les occasions parle avec la liberté qui convient si bien à un évêque, qui parla en cette occasion comme il le devait.

« Nous convient-[il], Messeigneurs, leur dit-il en s’adressant à toute l’assemblée, de vouloir encore relever la faute de notre confrère ? Ne devrions-nous pas, au contraire, la cacher ou au moins l’oublier ? Ne l’a-t-il pas réparée suffisamment ? Pourquoi aller de nouveau lui insulter et prendre un parti si peu conforme à notre état ? »

Il n’en dit pas davantage, mais ce qu’il dit avec cet air de droiture et d’honnête homme qui lui est si naturel devait couvrir de honte ceux qui voulaient encore remuer inutilement cette affaire, comme elle lui attira dans le monde beaucoup d’applaudissements, car partout on ne parlait que du discours et de la réponse de Mgr l’évêque de Rennes, et l’on s’étonnait que sa conduite, qui dans le fond du cœur était approuvée de ses confrères, ne fût pas suivie.

Mgrs de Reims et de Meaux n’eurent donc pas égard aux sages remontrances de ce prélat ; ils firent lire tous les procès-verbaux des assemblées provinciales sur l’affaire de M. de Cambrai ; ils prirent le soin de faire inscrire dans les mémoires du clergé la bulle du pape ; qui condamnait le livre de cet archevêque, la déclaration du Roi qui en ordonnait la publication, les procès-verbaux de toutes nos provinces ecclésiastiques et firent imprimer toutes ces pièces, non seulement dans le corps des mémoires du clergé, mais encore dans un volume détaché qu’ils eurent ensuite le soin de faire envoyer à tous les évêques du royaume.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_archeveque_de_reims_a_l_assemblee_du_clerge_v01.pdf

 Mémoires du Curé de Versailles – L’acharnement de Bossuet

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’acharnement de Bossuet

On croyait, après cela, qu’on ne parlerait plus de cette affaire, qui était terminée et qu’on ne renouvellerait pas la peine qu’avait dû ressentir un si grand prélat de s’être vu ainsi condamné dans toute l’Église ; mais ce qui s’était passé après la condamnation si authentique de ce livre ne satisfaisait pas encore assez l’envie qu’avait M. l’évêque de Meaux de voir confondre et humilier son confrère, qu’il avait eu le déplaisir de voir élever, dans le temps des disputes, infiniment au-dessus de lui dans le jugement du public comparant ses ouvrages avec ceux de son adversaire.

Il avait d’ailleurs dans le cœur un chagrin mortel que l’archevêque lui eût donné en face le démenti de certains faits qu’il avait avancés dans le livre de la Relation du Quiétisme. Dès qu’il parut, pendant les chaleurs les plus vives de leurs contestations, comme il contenait l’histoire de tout ce qui était arrivé sur le sujet de Mme Guyon par rapport à M. de Cambrai, on fut d’abord frappé de tout ce qu’il contenait ; on ne pouvait pas se persuader qu’un évêque de la réputation de M. de Meaux eût pu se résoudre d’écrire et d’imprimer des faits dont il n’aurait pas été très sûr et sur lesquels il n’eût pu éviter des témoins irréprochables. De tous les écrits qu’avait composés ce prélat, celui-ci avait fait de plus fortes impressions contre l’archevêque de Cambrai ; ses amis même en ressentaient une très sensible douleur ; les partisans de M. de Meaux en triomphaient, et ceux-là même qui jusqu’alors n’avaient pu souffrir l’âpreté dont il composait ses livres commençaient à le justifier et à penser qu’il avait eu l’occasion d’agir, de parler et d’écrire avec toute la force que le zèle pastoral peut inspirer pour étouffer dès sa naissance une hérésie. J’entendais partout dire à la Cour de M. l’archevêque de Cambrai aurait dû ne pas forcer M. de Meaux à relever des faits qui ne pouvaient pas lui faire honneur et que, sachant la vérité de tout ce qu’on lui reprochait, il aurait mieux valu pour lui de garder un profond silence. « Peut-il, disait-on, répondre à des faits si circonstanciés ? Il n’est pas, ajoutait-on, possible de le faire. » Pendant quelques jours, on raisonnait de cette manière, mais on fut bien surpris de voir bientôt une réponse suivre de près la publication de ce livre. On en fut étonné et, autant qu’on avait été frappé du récit que contenait la relation du quiétisme, autant eut-on d’empressement et de curiosité de lire ce que l’archevêque y répondait. Comme il y avait une partie de ces mêmes faits et qu’il appuyait ce qu’il avançait par d’autres faits contraires, on revient bientôt du jugement qu’on avait porté contre lui, et tout le poids de l’accusation tomba sur l’accusateur, soit qu’on fût porté de compassion en faveur de celui qui souffre, soit qu’on fût ravi de voir la réfutation des choses qui d’abord avaient fait pencher la balance du côté de M. de Meaux. On avait la joie de pouvoir penser que M. l’archevêque de Cambrai n’était pas aussi coupable que ce prélat voulait le faire croire. Enfin, pour abréger ce récit, M. de Meaux, qui eut le démenti public de plusieurs choses qu’il avait écrites contre l’archevêque, n’entreprit pas de se défendre sur cela ou, s’il le fit, ce fut d’une manière si faible qu’il aurait presque mieux valu ne rien dire du tout, laisser perdre par le temps le souvenir des sensibles reproches qu’on lui avait faits et qui doivent toujours causer de très vives douleurs à un honnête homme, et surtout à un prélat qui tient un rang si distingué dans l’Église. On crut donc avec fondement que la plaie que fit dans son cœur cette réponse de l’archevêque fut si profonde qu’il ne l’oublia jamais. Non content de la condamnation du livre de cet archevêque par le Saint-Siège et prononcée dans toutes les églises du royaume, il voulut laisser un monument éternel de cette affaire : il en trouva l’occasion la plus favorable du monde dans l’Assemblée du Clergé de 1700.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_acharnement_de_bossuet.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’opinion publique favorable à Fénélon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’opinion publique favorable à Fénélon

Dès qu’on eut envoyé en Cour et à Paris ce mandement si humble et si sage, tout le monde fut sensiblement touché d’une si prompte obéissance et d’une humilité si convenable à un grand prélat. On lui donna mille éloges, on bénit Dieu de sa docilité ; on reconnut, malgré les bruits que M. l’évêque de Meaux avait répandus qu’il ne se soumettrait pas, qu’il savait aussi bien tenir sa parole dans une affaire humiliante que dans toute autre qui lui aurait été plus honorable. La faute qu’il avait pu faire par la publication de son livre fut bien réparée par un aveu sincère et par la propre condamnation qu’il fit lui-même de ses sentiments. On admira en lui ce qui est très rare en tout autre, et l’on souhaita que son exemple fût imité par ceux qui depuis un temps infini combattent par une opiniâtreté insoutenable les constitutions des papes contre le livre de Jansénius. Cependant nous verrons bientôt qu’il y eut des personnes qui voulurent gloser sur ce mandement et qui, par leurs critiques, s’attirèrent l’indignation et le mépris du public.

Le Roi, passant par-dessus les formalités observées en France à l’égard des bulles des papes, qu’on n’y reçoit point lorsqu’elles sont proprio motu, croyant que dans une affaire de cette conséquence on ne devait pas s’arrêter si scrupuleusement à nos usages, la fit envoyer à tous les évêques de son obéissance pour la recevoir, la publier et y obéir. Il voulut qu’afin que cette réception contraire à nos privilèges ne nous pût en rien préjudicier, on fît partout des assemblées provinciales des évêques, afin qu’on y marquât la soumission qu’on avait pour le Saint-Siège et qu’en même temps on y prit des mesures pour ne pas autoriser ces sortes de bulles et pour y conserver toujours nos libertés.

On exécuta de point en point ces ordres du Roi dans toutes les provinces ; on y fit ces assemblées, on y reçut la bulle du pape, mais cette restriction qu’étant contraire à nos privilèges, on ne prétendait en rien y déroger ou y préjudicier. Partout on loua la prompte soumission de M. l’archevêque de Cambrai, et on lui donna de grands éloges. Il n’y eut que dans la seule assemblée de la province de Cambrai, où les choses ne se traitèrent pas avec cette sagesse et modération qui avaient paru dans les autres. M. Valbelle, évêque de Saint-Omer, après que M. l’archevêque eut exposé lui-même et contre lui-même l’occasion de l’assemblée et eut proposé la réception de la bulle sur quoi il avait fait déjà son mandement, ce prélat, animé et instruit, comme on le dit dans le monde, par M. l’évêque de Meaux, qui lui avait, selon le bruit public, envoyé des courriers pour lui marquer ses sentiments, entreprit de critiquer le mandement de son métropolitain sur de pures vétilles, pendant qu’il était généralement approuvé de tout le monde. Les autres suffragants de cette province n’en usèrent pas d’une manière si peu raisonnable avec leur archevêque, qui continua de donner dans cette occasion des exemples d’humilité et de modestie. L’évêque de Saint-Omer fut condamné de tout le monde. On ne pouvait comprendre qu’il eût résolu de maltraiter d’une manière si grossière le métropolitain de sa province, s’il n’avait eu des vues peu convenables à un évêque et s’il n’eût cru, par un si lâche moyen, de plaire à la Cour ; c’est ainsi qu’on en parla et qu’on le pensa, et peut-être avait-on raison d’avoir à son égard ces sentiments, auxquels il avait donné occasion par sa conduite si peu honnête et charitable. Mais Dieu permettait que M. l’archevêque de Cambrai portât le poids entier de cette humiliation la plus grande qui pût lui arriver, pour donner dans la suite des siècles l’exemple rare d’une humble rétractation et faire connaître que, s’il était tombé par le sort ordinaire de la fragilité humaine, il s’était relevé de sa chute par l’aveu de sa faute, qu’il a réparée par la plus humble soumission qu’on ait jamais vue dans l’Église.

Les évêques firent, ensuite de ces assemblées provinciales, des mandements dans leurs diocèses pour la publication de la bulle du pape, touchant la condamnation du livre des Maximes des Saints. On y loua presque partout l’archevêque de Cambrai sur sa rétractation publique qu’il avait faite des propositions qu’on y avait condamnées à Rome.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_opinion_publique_favorable_a_fenelon.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – La soumission de Fénélon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
La soumission de Fénélon

M. l’évêque de Meaux en triomphait. Il lui échappa de dire en présence de quelques personnes ce qu’il avait dit assez souvent pendant tout le temps que durèrent les contestations entre lui et cet archevêque : qu’il était persuadé que, quelque protestation qu’il fît d’avoir une parfaite soumission au Saint-Siège, dès que le Pape aurait prononcé, il ne se soumettrait jamais. Je lui avais moi-même entendu tenir pareil discours dans une visite qu’il me rendit et dans laquelle, répondant à ce qu’il me disait, je l’assurai qu’il verrait le contraire de ce qu’il pensait et que je connaissais assez à fond Monseigneur l’archevêque de Cambrai pour n’être pas convaincu de sa droiture et de la fidélité qu’il aurait à tenir une parole, qu’il avait si solennellement, si souvent, si publiquement donnée à toute l’Église.

Le lendemain de l’arrivée de ce courrier, M. le cardinal de Noailles, l’archevêque de Reims et l’évêque de Meaux s’assemblèrent dans l’appartement que ce cardinal avait dans la maison de la Mission de Versailles ; ils raisonnèrent longtemps ensemble sur cette censure de Rome et paraissaient être en peine de ce que M. de Cambrai ferait, dans une conjoncture si humiliante pour lui. On fut ensuite plus de huit jours sans savoir à quoi il s’était déterminé, ce qui faisait penser bien des choses et en dire d’autres aux partisans de M. l’évêque de Meaux. Les amis même de ce prélat ne savaient à quoi attribuer ce silence : ils ne pouvaient néanmoins douter qu’il ne suivît en cela très exactement les mouvements de son cœur, qui était de se soumettre à l’autorité et aux décisions du Saint-Siège.

Ce retardement obligea M. l’évêque d’Arras, un de ces suffragants, de lui écrire en confiance de la situation où il trouvait les esprits à son égard et de l’engager à donner, le plus tôt qu’il fut possible, un témoignage public de sa parfaite obéissance. Je trouvai aussi une occasion favorable d’un de mes amis et des siens qui allait en poste en Flandre et qui devait passer à Cambrai de lui faire rendre une lettre en main propre, dans laquelle je lui marquais qu’on commençait à s’étonner à la Cour, que, depuis qu’il avait pu apprendre la nouvelle de la condamnation de son livre, il n’avait encore rien paru de sa part qui convainquît le monde de sa soumission à la censure portée contre son livre, que si j’étais capable de lui donner quelque conseil, je croirais qu’il ne devait pas différer d’un seul moment à donner cette satisfaction à l’Église, cette édification à tout le monde et cette consolation à ses amis. On fut peu de temps après rassuré contre les frayeurs qu’on avait eues de sa résistance par la réponse qu’il fit à M. l’évêque d’Arras, qu’il eut le soin de rendre publique et dont tout le monde parut satisfait. On fut en même temps instruit de tout ce qui s’était passé lorsqu’il apprit la nouvelle de la conclusion de son affaire. On ne sera pas fâché d’en savoir le détail, qui est très édifiant.

M. le comte de Montberon, gouverneur de Cambrai, très homme de bien et ami intime de son archevêque, ayant appris par les lettres qu’il reçut de la Cour que son livre avait été condamné à Rome, crut que l’amitié tendre qu’il avait pour lui l’engageait de lui en parler, avant que personne lui annonçât une si triste nouvelle. Il le fit donc sans déguisement. M. de Cambrai la reçut avec sa tranquillité ordinaire et alla se prosterner devant Dieu en sa chapelle, où il pria assez longtemps, offrant à Dieu toute l’humiliation qu’il en recevait ; il en sortit ensuite sans marquer la moindre émotion, et le même jour il prêcha à son peuple avec la même facilité qu’il avait coutume de le faire. Il manda la raison du délai qu’il avait apporté à donner par un acte public une preuve authentique de sa soumission aux décisions du Saint-Siège : c’est que, ne sachant pas si le Roi la recevrait dans l’état où elle était envoyée de Rome, n’étant pas conforme à nos usages, il crut devoir attendre qu’on lui envoyât cette bulle, d’une manière à ne pouvoir douter que le Roi l’acceptait. En effet, ayant reçu une copie de cette même bulle par M. le marquis de Torcy, le même jour il fit un mandement très court, très précis et très fort dans lequel il déclarait se soumettre simplement, absolument et sans aucune restriction à la condamnation de son livre.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_la_soumission_de_fenelon.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’attitude de Rome

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’attitude de Rome

Pendant que toutes ces choses se passaient en France, on continuait à Rome, avec une grande incertitude de l’événement, les poursuites de l’affaire de M. l’archevêque de Cambrai. Le cardinal de Bouillon, qui, sur les plaintes que le Roi lui en fit faire, n’osait plus prendre publiquement sa défense, le faisait le plus secrètement qu’il lui était possible. Il aurait été bien aise de procurer quelque mortification à M. le cardinal de Noailles, qu’il n’aimait point à cause d’une ancienne querelle qui était entre sa maison et la sienne, qui n’est pas encore assoupie. Lorsqu’il parlait au pape de cette affaire, il le faisait en des termes ambigus, ne s’expliquant pas nettement sur la volonté du Roi, qui demandait très expressément la condamnation du livre de M. l’archevêque de Cambrai.

Le pape, pour être instruit plus exactement des intentions de ce prince, appela le Père Rollet, minime français, religieux d’un grand mérite, que Sa Sainteté savait avoir de grandes relations à la Cour de France. Il lui ordonna de lui dire ce qu’on lui mandait des vraies dispositions du Roi au sujet du livre de ce prélat. Il fit entendre au pape que ce monarque était très inquiet sur les délais qu’on apportait pour le condamner, qu’il était même résolu, si l’on différait de le faire à Rome, d’obliger les évêques de son royaume à le censurer. Le Saint-Père vit bien qu’il n’y avait plus de retardement à apporter dans cette affaire et qu’il fallait que le Saint-Siège prévînt au plus tôt le jugement des évêques de France : ainsi, peu de jours après l’entretien qu’il eut avec ce minime, ayant fait assembler les cardinaux et entendu leurs avis, il condamna les vingt-trois propositions tirées du livre des Maximes des Saints, les qualifiant respectivement d’erronées, de téméraires, d’offensant les oreilles pieuses, de scandaleuses, etc. On envoya aussitôt un courrier au Roi pour lui apprendre cette nouvelle et lui apporter la censure de ce livre qui depuis deux ans faisait un si grand bruit dans le royaume.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_attitude_de_rome.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’attitude du Roi

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’attitude du Roi

Mais, pendant qu’à Rome cette affaire se traitait avec la lenteur si naturelle aux Italiens et surtout aux Romains, le Roi donnait des marques de son zèle contre les partisans de Mme Guyon et les amis de cet archevêque, car, ayant appris, ce qui était très véritable, que deux gentilhommes de M. le duc de Bourgogne parlaient trop librement en faveur de ces deux personnes et blâmaient ouvertement la conduite qu’on tenait à leur égard, il les chassa de la Cour et leur ôta leur emploi. Il en bannit aussi l’abbé de Langeron, lié depuis longtemps d’une très étroite amitié avec ce prélat et qui était lecteur de ce prince. Il fit dire à l’abbé de Maulévrier, parent de celui-ci et aumônier de Sa Majesté, qu’il était très mécontent de lui, sachant qu’il entretenait un commerce de naître avec cet archevêque, qui était aussi son ami depuis plusieurs années.

Le roi fit aussi sortir de la maison de Saint-Louis à Saint-Cyr quelques-unes des principales dame qui composaient cette communauté naissante, et même celle qui en avait été la première supérieure, et les fit toutes mettre dans des couvents de religieuses, où les unes prirent l’habit de religion et d’autres demeurèrent dans leur état, entre lesquelles fut la dame de La Maisonfort, parente de Mme Guyon et qui avait été la cause que cette dame avait eu de l’accès dans la maison de Saint-Cyr et auprès de Mme de Maintenon, qui, par cette sévérité qu’elle avait inspirée au Roi, faisait connaître que, dès qu’elle s’était aperçue des mauvais sentiments de cette dame, elle avait eu pour elle un très grand éloignement. Le Roi même, à sa sollicitation, voulut bien se donner la peine d’aller à Saint-Cyr, fit assembler la communauté de ces dames, leur fit un discours très fort contre cette fausse spiritualité, leur déclara qu’il ne souffrirait pas qu’elle s’introduisit dans son royaume et en particulier dans cette maison et que, comme il avait détruit le jansénisme, il écraserait aussi le quiétisme. On a inséré ce discours du Roi dans les archives de cette maison royale afin d’être un monument éternel de la piété de ce prince, qui s’est toujours fortement opposé à toutes sortes d’hérésie dans la France.

On craignit même que Sa Majesté ne poussât encore plus loin son ressentiment contre des premières personnes de la cour M. et Mme de Beauvillier, M. et Mme la duchesse de Chevreuse pensèrent être enveloppés dans cette disgrâce : on en parlait hautement à la Cour : il est très certain que l’affaire fut mise en délibération. Le duc de Beauvillier connut bien que le Roi était fort refroidi à son égard, et Mme de Maintenon s’était entièrement éloigné de ces quatre personnes, qui avaient toujours été très distinguées à la Cour par une piété très exemplaire. M. le duc de Beauvillier vint me rendre visite dans ce même temps, et lorsqu’on parlait le plus de son exil de la Cour, il m’entretint assez longtemps de cette affaire avec la plus grande tranquillité du monde ; il me témoigna qu’il était sans aucune inquiétude sur son sort, qu’il n’avait rien à se reprocher sur ce qui regarde les sentiments du quiétisme, qu’il avait toujours été et qu’il était encore dans une entière et parfaite soumission à toutes les décisions de l’Église, qu’il était si près de lui obéir en toutes choses que, si elle voulait même, ce qu’il ne croyait pas qu’elle voulut faire, retrancher toutes sortes de prières à ses enfants et les réduire à la simple récitation du chapelet, il s’y soumettrait avec la docilité d’un enfant, ce qu’il disait pour faire connaître jusqu’où il était résolu de faire paraître son obéissance à ses ordres. Il m’ajouta enfin que, si le Roi lui ôtait les grands emplois où il l’avait élevé, dans la volonté de son prince il reconnaîtrait la volonté de Dieu et se retirerait volontiers, croyant que pour lors la Providence lui donnerait le moyen de mener une vie plus tranquille et que, par cet endroit, quoique d’ailleurs affligé de voir le Roi peiné contre lui, il se consolerait de sa disgrâce.

Il eut quelques jours après une explication avec le Roi sur ses sentiments : Sa Majesté en fut satisfaite et cela fit finir tous ces bruits qui s’étaient répandus de son exil à la Cour. Mme de Maintenon n’en revint pas si aisément. Elle conserva toujours depuis ce même refroidissement à son égard et envers les trois autres personnes dont j’ai parlé ci-dessus. Elle en donna même une preuve bien sensible à l’égard de Mme la duchesse de Beauvillier, qui devait, selon le train ordinaire de la Cour, être dame d’honneur de Mme la duchesse de Bourgogne, car elle l’exclut de cette charge, quelle fit donner à Mme la duchesse du Lude ; c’est elle-même qui m’en dit cette raison, dans le temps qu’on allait nommer les dames qu’on devait mettre près cette princesse.

Le Roi fut aussi informé qu’un jésuite était dans les principes outrés du quiétisme : on en avait des preuves très juridiques et lui-même avait avoué sans façon ce qu’on lui reprochait. Il y en avait assez pour lui faire faire son procès, mais l’affection dont le Roi honore la compagnie des jésuites lui fit prendre le parti de la douceur en remettant à ces Pères le choix du châtiment qu’on en devait faire. Il était confesseur de M. le prince de Conti. Les Jésuites l’envoyèrent à Orléans et le firent enfermer dans une chambre où, après avoir vécu quelques années, il s’est enfin reconnu et y est mort pénitent.

Un autre jésuite, qui avait été précepteur de M. le duc de Bourbon, fils de M. le Prince de Condé, fut aussi relégué en Basse-Bretagne. Son crime était d’avoir eu de grandes liaisons avec Mme Guyon, ce qui fit soupçonner qu’il suivait ses sentiments, et je crois qu’il avait donné occasion de le croire ; cependant, après quelques années d’exil, ses supérieurs obtinrent du Roi de le faire revenir à Paris. Le chagrin qu’il avait eu de son bannissement lui ayant notablement altéré la santé, il mourut peu de temps après son retour. Il y eut aussi des religieux de quelques autres ordres et des ecclésiastiques, et entre eux un docteur de la maison de Sorbonne, grand directeur dans la paroisse de Saint-Eustache de Paris, qui furent relégués pour le même sujet en différents endroits.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_attitude_du_roi.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – En cour de Rome

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
En cour de Rome

Les affaires de M. l’archevêque de Cambrai n’allaient pas si vite à Rome que M. l’évêque de Meaux l’aurait désiré. On y recevait continuellement tous ces écrits qui se faisaient de part et d’autre, ce qui donnait infiniment de peine aux agents de cet évêque, qui auraient bien voulu de leur côté voir en peu de temps la fin de cette dispute, et ce qui augmentait aussi l’application et les soins des examinateurs et qualificateurs du Saint-Office. D’ailleurs M. l’archevêque de Cambrai y avait de puissants amis, qui faisaient tous leurs efforts pour empêcher la condamnation de son livre. On aurait aussi voulu ménager un prélat d’un si grand mérite ; la crainte même qu’on avait soin, de la part des agents de M. de Meaux, d’entretenir sur le peu de soumission que cet archevêque aurait peut-être aux décisions de ce tribunal ne laissait pas d’embarrasser et produisait un effet contraire à ce que ceux qui répandaient ce bruit prétendaient en tirer ; car on ne laissait pas de craindre à Rome que, si l’on condamnait un archevêque si estimé de tout le monde, on ne vît en peu de temps grossir son parti ; on en avait des preuves dans ce qui arrivait tous les jours à l’égard des disciples de Jansénius.

Le cardinal Albani, qui est maintenant pape sous le nom de Clément XI, était d’avis que, sans faire de censure, on se contentât de faire de certains canons ou règles sur la vie mystique ou intérieure, par lesquels en recevrait ce qui en est bon et on en rejetterait ce qui est mauvais. Quelques autres cardinaux étaient aussi d’un même avis, et la congrégation de ces prélats, où l’affaire était examinée, était partagée de sentiments, et cette situation dura assez longtemps laissant une grande incertitude aux uns et aux autres de quel côté pencherait la balance. M. de Cambrai, dans un de ces écrits, montrait la conformité de la doctrine de son livre avec celle des ouvrages des grands saints et concluait qu’en le condamnant il fallait faire aussi tomber la censure sur les sentiments de ces grands hommes, qui jusqu’alors avaient été respectés et suivis dans l’Église.

M. le cardinal de Bouillon, qui avait pour lors le soin des affaires de la France à Rome, favorisait autant qu’il le pouvait l’archevêque de Cambrai. On l’accusa même d’avoir supprimé de fortes lettres que le Roi lui faisait écrire par M. le marquis de Torcy, dans lesquelles Sa Majesté lui ordonnait de presser avec toute la diligence possible le jugement et la conclusion de cette affaire. On dit même dans le monde qu’il avait fait entendre au pape que le Roi ne se souciait pas beaucoup de cette affaire et qu’il lui importait peu que M. de Cambrai fût condamné ou absous, ce qui retenait le pape qui aimait beaucoup le Roi dans [une] très grande incertitude et ce qui faisait tout craindre à M. l’évêque de Meaux, qui ne pouvait pas s’empêcher quelquefois d’en faire paraître les agitations où ces délais et où ces nouvelles de Rome le mettaient. Il arriva même qu’on manda de cette ville que les affaires de M. l’archevêque de Cambrai y allaient très bien pour lui, et ce bruit, qui s’en répandit partout, donna de grandes alarmes à ceux qui étaient les plus ardents à combattre le livre de ce prélat.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_en_cour_de_rome.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’arrestation du Père La Combe et de Madame Guyon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
L’arrestation du Père La Combe et de Madame Guyon

Peu de temps après le départ de ce prélat, le Roi ordonna qu’on arrêtât le Père La Combe et Mme Guyon. On mit le barnabite au château de Vincennes et la dame fut enfermée à la Bastille. On prit tous leurs papiers et livres, mais comme ils avaient eu le temps de se précautionner dès qu’ils virent arriver la disgrâce de M. l’archevêque de Cambrai, on ne trouva rien dans leurs chambres ou cabinets qui pût faire découvrir la moindre chose qui a rapport à cette affaire. On arrêta un ecclésiastique qui rendait visite à Mme Guyon dans le temps que l’exempt entra chez elle pour l’arrêter et la conduire à la Bastille, mais peu de jours après on le relâcha parce qu’on reconnut qu’il n’avait nulle part dans l’affaire dont il s’agissait.

On fut surpris de ne trouver dans la chambre de cette dame que de petits romans que la lie du peuple a coutume de lire ou quelques comédies de Scarron ou des historiettes qui courent les rues ; j’ai honte même de mettre ici les titres de ces livres, tant ils sont badins et puérils. Cette découverte donna d’abord un grand ridicule à cette dame, car on ne pouvait comprendre que cette femme, qui faisait profession d’une spiritualité sublime, qui croyait même avoir reçu le don d’interpréter les Saintes Écritures, s’amusât à des lectures si contraires à la gravité des mœurs, si peu chastes et remplies d’ordures. Cela, avec les autres choses qu’on débitait contre elle dans le monde, ne prévint pas en sa faveur ; au contraire, on forma contre elle des jugements qui lui furent très désavantageux, et on l’attaqua même du côté de son honneur et de sa réputation.

Ce qui donna principalement occasion au public d’avoir sur elle ces sentiments, ce fut l’examen juridique qui fut fait du Père La Combe, où il avoua tout ce qui s’était passé avec cette dame et lui, et même il lui écrivit un billet, que M. le cardinal de Noailles me montra en original, dans lequel il l’exhortait de se reconnaître, que pour lui il demandait très sincèrement et très humblement pardon à Dieu de toutes les familiarités immodestes qu’ils avaient prises ensemble. On porta ce billet à cette dame qui le lut ; on peut bien croire qu’elle en fut d’autant plus surprise qu’elle s’y attendait le moins, qu’elle avait toujours compté sur le secret inviolable de ce Père, et qu’elle n’avait jamais pu s’imaginer qu’il l’eût ainsi sacrifiée en découvrant des choses qu’il était de son honneur et de la fidélité qu’il lui avait promise de tenir très cachées.

Elle ne fit pas cependant paraître jusqu’où allait son étonnement ; elle répondit qu’elle connaissait par ce billet que la prison avait renversé la cervelle de ce barnabite et qu’il ne pouvait pas dire des choses aussi fausses et de cette nature sans avoir l’esprit entièrement démonté. On ne la crut pas néanmoins sur sa parole, car le Père La Combe était dans son bon sens, et il le fit paraître par l’austère pénitence qu’il entreprit dans sa prison sous la conduite d’un vertueux prêtre de l’Oratoire que M. le cardinal lui avait donné pour directeur et qui fut même obligé de modérer dans la suite les grandes mortifications qu’il embrassait. Cet état de pénitent dura pendant un temps assez considérable, pendant lequel il écrivit une longue lettre à M. le cardinal de Noailles, dans laquelle il reconnaissait ses égarements passés et promettait une soumission aveugle à ses décisions.

On avait été chercher ce religieux dans le château de Lourdes, diocèse de Tarbes, où il était relégué et où l’on s’aperçut de quelque commerce scandaleux qu’il avait avec une femme du pays, sur lequel fait M. l’évêque de Tarbes fit des informations qu’il apporta à la Cour. Il était à espérer que ce malheureux prêtre se reconnaîtrait dans sa prison et persévérerait de vivre dans l’esprit de pénitence qu’il avait embrassé de la manière que nous venons de le dire, mais enfin il se lassa de sa captivité et de la vie austère qu’il avait pratiquée pendant quelque temps ; il reprit ses premiers sentiments, il se crut en droit de se défendre, mais il prit une voie bien extraordinaire et qui fut encore infiniment plus préjudiciable à Mme Guyon que la déclaration qu’il avait faite de la privauté avec laquelle il avait vécu avec elle.

Car il entreprit de justifier toutes les actions mauvaises qu’il avait commises avec cette femme et voulut même prouver, par des passages de la Sainte Écriture, qu’il avait pu le faire sans aucun péché. Il ne se contenta pas de le dire à l’oreille de son directeur ; il l’écrivit fort au long à M. le cardinal de Noailles qui me prêta ce détestable écrit pour l’examiner. Il ne fallait pas beaucoup de lumières pour condamner des choses aussi horribles, mais il s’agissait de savoir si un homme dans un sens rassis avait pu écrire des choses aussi importantes. Je dis à M. le cardinal, ayant lu cette extraordinaire lettre, qu’il fallait conclure que ce pauvre homme était devenu fou. Il était aisé de le reconnaître par de vraies extravagances qu’il avait mêlées avec sa prétendue justification, car il assurait que Jésus-Christ lui avait parlé, qu’il était son prophète et que c’était pour lui obéir qu’il se voyait contraint de soutenir la vérité ; il y avait aussi dans cet écrit des avis au Roi et des prophéties, en un mot il était facile de voir que la tête lui avait entièrement tourné. L’événement confirma les sentiments qu’on en devait avoir à la vue de cet insolent écrit, car, quelque temps après, il perdit absolument la raison, et je ne sais s’il n’est pas mort dans un si triste et pitoyable état.

Mais, pour revenir à Mme Guyon, nous devons ajouter à ce que nous en avons dit qu’on arrêta avec elle des jeunes filles et entre les autres sa femme de chambre, qui furent interrogées sur sa conduite. Celle-ci garda toujours un très grand secret et ne dit rien ; il y eut quelqu’une des autres qui parla contre elle et qui découvrit de certaines choses que la pudeur empêche d’écrire. Il vint dans ces temps-là à Versailles une femme qui avait été à son service, où elle déclara n’être entrée que dans le désir de servir Dieu, croyant, par tout le bien qu’on lui avait dit de cette dame, trouver dans sa maison tous les moyens de travailler sûrement à son salut, mais qu’enfin elle avait cru être dans l’obligation d’en sortir, ayant vu des choses très abominables qui se passaient entre elle et le Père La Combe et d’autres immodesties qu’elle faisait elle seule sans se beaucoup cacher et dont, l’ayant reprise, elle en avait ri et s’était moqué d’elle.

Un gentilhomme de Son Altesse Royale feu Monsieur déclara, et me le dit ensuite à moi-même, que, sur la réputation de Mme Guyon, ayant eu la curiosité de la connaître parce qu’on lui avait dit que c’était une femme très spirituelle et qu’il faisait profession aussi d’une vie intérieure, il alla lui rendre visite et, lui ayant parlé son langage, elle crut qu’il pouvait être dans les mêmes sentiments qu’elle était et que, dans la chaleur de la conversation, elle lui avait pris la main et l’avait porté sur son sein ; que, lui ayant avoué que cela lui avait causé quelque accident que je ne puis nommer et qu’on peut entendre, elle s’était pris à en rire beaucoup, à en faire des plaisanteries et traiter cela de bagatelle, ce qui lui en donna tant d’horreur que depuis il n’avait voulu mettre le pied dans sa maison.

On en disait bien d’autres choses plus terribles. Ce qui est très certain est que cette dame n’était pas chaste. M. Pirot fut commis pour l’interroger ; elle désavoua tout ce qui pouvait être contre son honneur. On lui donna pour son confesseur un jésuite qui la voyait de temps en temps. Elle a demeuré quelques années à la Bastille, d’où, à la prière et par le crédit de M. le cardinal de Noailles, qui en fut sollicité par sa famille, [elle] obtint sa sortie, à la charge qu’elle irait demeurer à la campagne, près de Blois, où elle est encore à présent en 1711 et dont on n’a plus entendu parler depuis cette affaire, y vivant d’une manière très retirée, sous la conduite d’un jésuite qui va la visiter dans le temps qu’elle a besoin de se confesser et d’approcher des sacrements. Ceux qui en ont eu le soin à Paris pendant sa prison et à sa campagne ont témoigné d’en être contents. C’est ainsi que s’est terminé ce qui regarde cette dame.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_arrestation_du_pere_la_combe_et_de_madame_guyon_v01.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’appel au Pape

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
L’appel au Pape

M. de Meaux s’y distingua plus que tous les autres. Comme il le prit sur un ton bien haut et que M. de Cambrai prévit bien qu’il allait engager les autres évêques du royaume en cette affaire, il crut pour se délivrer de son jugement qu’il devait en appeler au pape, lui dénoncer lui-même son livre et le supplier de le juger à la rigueur, promettant une parfaite soumission et une obéissance fidèle à ses décisions. Il fit pour ce sujet traduire son livre en latin, qu’il envoya avec son appel à Rome.

Pendant que cette affaire y fut examinée, ce qui dura près de deux ans, il n’est presque pas croyable combien M. de Meaux [Bossuet] et lui travaillèrent, l’un à attaquer, l’autre à se défendre. M. de Cambrai [Fénélon], quoique regardé comme l’accusé, ne laissa pas de reprendre son adversaire sur plusieurs choses qu’il croyait autant répréhensibles que celles qu’il jugeait lui-même dignes de toutes les foudres de l’Église. Ce qui surprit tout le monde était la promptitude extraordinaire avec laquelle M. de Cambrai répondait à M. l’évêque de Meaux : à peine un écrit était-il sorti de sa plume qu’on voyait paraître dans le public plusieurs réponses en même temps de M. de Cambrai à ce prélat.

Il faut avouer qu’il fit si fort briller son esprit dans ces sortes d’ouvrages, selon même l’aveu de M. de Meaux qui lui dit dans l’un des siens qu’il avait « de l’esprit à faire peur », que la plupart de ceux-là même qui, dans le commencement, avaient pris parti contre lui ou qui, ayant une très grande estime de M. l’évêque de Meaux et ne pouvaient pas croire qu’il y eût en France personne qui pût parier avec lui sur la doctrine, furent fort étonnés de la fécondité, de la subtilité et de la force des raisonnements de M. de Cambrai. On ne fut pas même content de la manière dure avec laquelle M. de Meaux attaquait ce prélat ; on était au contraire charmé de la justesse et agrément du style, de la modestie, de l’esprit qui brillaient en tout dans les écrits de l’archevêque, de sorte qu’on vit un si grand changement dans le monde à son égard que d’abord on le plaignit, ensuite on lui donnait mille louanges, puis on souhaitait que Rome lui fût favorable, enfin on blâmait ouvertement la conduite âpre et trop aigre de M. de Meaux à son égard. Les théologiens même avaient sur cela les mêmes sentiments, et partout on entendait dire que M. de Cambrai avait un esprit supérieur à celui de son adversaire, et, en lisant ces ouvrages qui se multipliaient chaque jour sous sa plume, on ne pouvait ne pas désirer pour lui qu’il eût eu une meilleure cause à défendre, parce qu’on aurait davantage profité de ses lumières et qu’on aurait eu le plaisir de lire des livres de sa façon qui auraient plu infiniment davantage que des dissertations, des écrits, des réponses sur des questions abstraites et qui ne pouvaient pas être à la portée de tout le monde.

Comme M. le cardinal de Noailles et M. l’évêque de Chartres crurent être aussi obligés de faire des mandements pour leurs diocèses à l’occasion de cette affaire, pour préserver les diocésains des illusions de la nouvelle spiritualité, M. l’archevêque de Cambrai leur répondit aussi par plusieurs lettres très fortes qu’il fit imprimer, auxquelles ces prélats firent de sages réponses. Je fus très affligé qu’il se fût résolu d’attaquer M. le cardinal de Noailles ; je lui en mandai mes sentiments par un de ses amis qui s’en retournait en poste à Cambrai, et depuis ce temps-là il demeura à son égard dans un exact silence.

Ces trois prélats avaient aussi écrit au Pape une lettre commune pour lui rendre compte de ce qui s’était fait dans cette affaire et, en même temps, avaient envoyé un écrit où ils faisaient voir quelle était la doctrine de M. de Cambrai sur ces matières disputées. Comme cet écrit fut rendu public, il ne demeura pas sans réponse, car, peu de temps après, l’archevêque fit un livre dans lequel, suivant pas à pas ses adversaires, il réfutait avec force ce qu’ils avaient avancé. On vit donc paraître pendant près de deux ans des écrits des uns et des autres, sans y comprendre d’autres livres que des particuliers qui cachaient leur nom firent pour ou contre M. de Cambrai.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_appel_au_pape.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Les quatre conditions de Fénélon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Les quatre conditions de Fénélon

Chargé de cette commission par mon supérieur et d’ailleurs par le prélat du monde que j’honore davantage, dès que je vis M. l’archevêque de Cambrai, je lui en fis la proposition. Il me répéta toutes les raisons que j’ai alléguées ci-dessus et m’ajouta que M. de Meaux voulait être juge de sa doctrine malgré lui, qu’il s’étonnait de l’entreprise de ce prélat, qu’il n’avait aucune juridiction sur lui pour vouloir décider sur les affaires qui le regardaient, qu’il était trop attaché à ses sentiments pour ne pas vouloir que chacun s’y rendît, qu’il se croyait seul capable de connaître des affaires de la conscience ecclésiastique, qu’enfin M. de Meaux s’était déclaré si hautement contre lui qu’il ne pouvait en aucune manière se résoudre de lui donner la moindre entrée dans quoi que ce soit où il prît intérêt.

Après que ce prélat m’eut ainsi parlé et m’eut dit encore plusieurs autres choses dont j’ai maintenant de la peine de me souvenir, je lui répondis avec la confiance que donne une parfaite amitié que j’entrais volontiers dans toutes ces raisons qui me paraissaient solides, mais qu’il y en avait d’autres qui me semblaient plus fortes, qui devaient le déterminer à prendre le parti que je lui proposais ; que, s’il se fût agi seulement d’un différend de doctrine entre lui et M. de Meaux sur des matières secrètes, il aurait lieu de refuser d’en conférer avec ce prélat, par rapport au sujet de plaintes qu’il en avait, mais qu’il s’agissait en cette occasion d’une affaire qui était devenue publique par l’impression de son livre, par le bruit qu’il avait fait et qu’il faisait encore dans le monde, que ces bruits étaient mêlés de disputes et de partages de sentiments, qu’il serait très fâcheux pour lui de ne pas travailler autant qu’il le pouvait à calmer les esprits ; que, M. de Meaux ayant répandu partout la proposition qu’il lui avait fait faire d’entrer avec lui en conférence sur son livre et se plaignant amèrement du refus qu’il en faisait, il donnait sujet à des personnes qui ne le connaissaient pas de se persuader qu’il jugeait lui-même sa cause mauvaise, que je ne pouvais ni ne lui devais dissimuler que j’avais déjà entendu bien des gens murmurer de ce refus et que les simples même qui ne sont pas capables d’approfondir les questions dont on disputait en étaient mal édifiés ; qu’il devait au public ce bon exemple pour lui servir de preuve qu’il avait eu des intentions fort droites en composant son livre ; que d’ailleurs le Roi, qui était déjà très prévenu contre la doctrine de son livre, serait encore plus affermi dans les sentiments qu’on lui en avait inspirés, lorsqu’il le verrait ce roidir contre ces conférences, dans lesquelles il serait surpris qu’on n’eût pas admis M. l’évêque de Meaux, pour la capacité duquel il avait toute l’estime possible ; qu’il se devait à lui-même la victoire qu’il remporterait sur lui en étouffant dans son cœur tous les ressentiments qu’il pouvait avoir contre cet évêque, les sacrifiant au repos et à la paix de l’Église ; qu’il ne s’agissait en aucune manière de le reconnaître en cela juge de sa doctrine, mais uniquement de conférer amicalement des articles sur lesquels on croyait avoir sujet de se récrier dans son ouvrage ; que je savais de bonnes part que M. de Meaux avait assuré des personnes qui lui avaient parlé des sujets de chagrin qu’il avait contre lui et de l’éloignement dans lequel il était d’entrer avec lui en conversation sur ces questions épineuses, que tout se passerait de son côté avec toute la douceur et la tranquillité possibles ; que M. de Meaux n’y serait pas seul, mais qu’il y appellerait tous ceux qu’il lui plairait, qui seraient les témoins fidèles de tout ce qui s’y passerait ; que M. le cardinal qui désirait si passionnément de le servir souhaitait plus que toute autre chose de pouvoir examiner avec lui son livre dans des conférences réglées, dans lesquelles on pourrait, selon toutes les apparences, terminer au gré de tout le monde ce différend ; enfin il ne risquait rien de tenter ce moyen et qu’il me paraissait risquer beaucoup de le refuser.

Il me dit pour lors qu’il était bien éloigné de vouloir s’attacher à la doctrine de son livre, qu’il était prêt au contraire de la changer, de la corriger, de se rétracter même s’il était nécessaire, mais que je voyais bien que sa seule peine sur le sujet des conférences était la présence de M. de Meaux, dont il connaissait mieux que moi la vivacité du tempérament et que, lorsqu’il se laissait emporter par l’impétuosité de son esprit, rien au monde ne pouvait le retenir, et qu’il souffrait avec peine qu’on le contredît dans la moindre chose. Cependant, après avoir répliqué honnêtement à ce qu’il venait de me dire, il reprit la parole et, voulant bien déférer à mes raisons et à mes conseils :
« J’accepte donc les conférences que vous me proposez, mais je ne puis les accorder qu’à de certaines conditions :
1° Que non seulement Monseigneur le cardinal y assistera toujours, mais aussi des prélats que nous choisirons ;
2° Qu’on priera huit docteurs de s’y trouver ;
3° Qu’il y aura un secrétaire dans ces assemblées, qui écrira mot à mot les objections que M. de Meaux me fera contre mon livre et les réponses que je lui ferai, afin qu’on en ait des actes publics et qu’on ne puisse rien ajouter à ce que lui et moi aurons dit dans ces disputes ;
4° Que tout se fera dans un esprit de paix et de charité. »

Je lui promis de rendre compte de notre entretien et de ses dispositions à M. le cardinal de Noailles la première fois que j’aurais l’honneur de le voir, ce qui serait au premier jour. Ce qui me confirma dans la pensée que j’avais que ce prélat agissait de bonne foi et avec toute la sincérité que je lui ai toujours connue et qu’il avait déjà remis entre les mains du Père Le Valois, jésuite confesseur de Monseigneur le duc de Bourgogne, un écrit dans lequel il marquait sa situation à l’égard de son livre, marquant être prêt d’en donner telle explication qu’on voudrait, après qu’on lui aurait fait remarquer ce qu’on y trouvait de condamnable.

Cependant M. le cardinal de Noailles étant, selon sa coutume, venu à Versailles, je lui rendis un compte exact de ma conversation avec M. l’archevêque de Cambrai. Il en fut parfaitement satisfait, et il espéra même que, par le moyen dont on était convenu, les bruits cesseraient, la paix se rétablirait, le public serait édifié et le Roi très content de voir finir ces disputes. Mais lorsqu’on attendait le temps de ces conférences, dont apparemment Sa Majesté n’avait pas été informée, voyant que le fracas qu’avait causé ce livre des Maximes des Saints ne faisait qu’augmenter, elle fit donner ordre à cet archevêque de se retirer incessamment dans son diocèse. Ce prompt départ attrista tous ses véritables amis, qui avaient avec beaucoup de raison conçu de grandes espérances du succès des conférences qu’il avait acceptées, mais Dieu ne le permit pas pour des raisons qui nous sont inconnues.

Avant son voyage si précipité, il assura encore le père Le Valois qu’il allait travailler à Cambrai à des explications de son livre selon ce qui lui était revenu des choses qu’on y censurait et qu’il espérait qu’on en serait content. En effet, dès qu’il fut arrivé, il composa une longue lettre pastorale dans laquelle il tâchait de justifier ce qu’on avait jugé digne de condamnation dans son ouvrage. Il exposa le sens des propositions qui y avaient le plus fait de peine. Il crut que par ce moyen tous les trouble allaient cesser et qu’on le laisserait conduire en repos son troupeau. Il fut trompé dans son espérance, cette lettre excita de nouveaux bruits et donna occasion à tous les écrits, les lettres, les traités, les mandements, les livres et les censures qui se firent pour et contre sur ces disputes.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_les_quatre_conditions_de_fenelon.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Projet de conférences

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Projet de conférences

Cependant Mme de Maintenon était fort inquiète de l’événement de cette affaire ; elle aurait bien voulu tirer d’intrigue M. de Cambrai, et de l’autre côté elle était animée par M. de Meaux, qui lui faisait entendre qu’il s’agissait des intérêts de l’Église. Elle parle à encore à l’archevêque, elle voulut même le voir avec M. le cardinal de Noailles, sur ce qu’il lui avait dit lui avoir montré son livre avant que d’être imprimé et qu’il l’avait approuvé. Elle eut donc sur cela avec ses prélats une fort longue conversation. On convenait en partie des faits, on demeurait d’accord que le livre avait été montré, lu et examiné autant que des occupations importantes et continuelles en avaient pu donner le temps, mais que pour cela on ne l’avait pas approuvé ; on avouait aussi que l’archevêque avait eu la docilité d’effacer ce qu’on avait cru répréhensible et de changer de certaines expressions qu’on avait trouvées ou impropres ou trop fortes ; mais on ne reconnaissait pas qu’on lui eût donné une approbation telle qu’on a coutume de la donner à des livres, que d’ailleurs on avait voulu engager l’archevêque à le montrer encore à diverses personnes habiles dans ces matières, ce qu’on avait pas jugé à propos de faire ; on ajoutait encore qu’on lui avait manqué de parole puisqu’on s’était engagé de ne faire paraître ce livre qu’un grand mois après la publication de celui de M. de Meaux sur les états d’oraison.

Cette conversation ne fit qu’augmenter les inquiétudes de cette dame, qui prévoyait de grandes difficultés de terminer cette affaire de la manière dont elle l’aurait désiré ; elle apprenait d’ailleurs que les esprits s’échauffaient beaucoup sur ces questions abstraites, qu’on aurait infiniment de peine à rapprocher des personnes si éloignées de sentiments comme l’étaient M. l’archevêque de Cambrai et M. l’évêque de Meaux. Cependant elle fut consolée par la promesse que l’archevêque lui fit d’expliquer ses sentiments et que même, pour donner une explication plus véritable et plus précise, il conférerait volontiers avec des personnes éclairées dont il recevrait volontiers les conseils et les avis.

M. le cardinal de Noailles désirait extrêmement ces sortes de conférences. M. l’archevêque de Cambrai, de son côté, ne les voulait pas moins que lui, mais à une seule condition, savoir que M. l’évêque de Meaux ne s’y trouverait pas. La vivacité de ce prélat, l’emportement qu’il avait fait paraître contre son livre dès qu’il avait commencé de paraître, le terme injurieux qu’il lui avait donné d’hérétique, l’affectation qu’il avait de vouloir être regardé juge de cette affaire, et en quelque manière le maître et le docteur de ce prélat, le firent déterminer absolument de ne le point admettre aux conférences qu’il voulait bien avoir sur son livre. Il laissait même à M. le cardinal le choix des personnes qui s’y trouveraient, il déclarait qu’il serait content de tout, pourvu que M. de Meaux ne se mêla point de cette affaire ; mais ce qui le révolta le plus contre ce prélat et qui l’engagea le plus fortement à vouloir toujours lui donner l’exclusion de ces conférences, fut une parole que ce prélat lâcha par imprudence et dont M. l’archevêque de Cambrai ne put jamais revenir.

C’est que cet évêque étant à Marly avec la Cour, pour convaincre ceux auxquels il parlait des mauvais sentiments qu’il prétendait qu’avait l’archevêque sur la mystique, il lui échappa de dire que ce prélat lui avait avoué qu’il était lui-même dans la pratique intérieure sur la contrition, qu’on avait reprochée aux quiétistes, ce qu’il expliqua dans le détail.

Comme j’étais intime ami de cet archevêque et que depuis son retour de Cambrai il venait tous les jours passer quelques heures avec moi au sujet de son livre et de son affaire, je ne pus m’empêcher de lui dire ce qui avait été dit à Marly et les mauvaises impressions que cela donnait contre lui et contre son ouvrage. Je vis bien que ce récit toucha au vif ce prélat, car, l’ayant toujours connu pour le plus patient et le plus modéré de tous les hommes, il ne put se retenir et me dis :
« Si M. de Meaux a tenu ce discours, il est le plus malhonnête homme du monde, car je ne lui ai jamais parlé qu’en confession de mes dispositions intérieures, et il s’en faut bien même que je lui aie exposé de la manière qu’il les a dites. »

Comme M. de Meaux eut dans la suite de la dispute une plus grande imprudence d’imprimer ce qu’il avait dit à quelques personnes sur ce même fait, M. l’archevêque de Cambrai lui répondit qu’il était étrange qu’il abusât de la chose du monde la plus sacrée et du secret le plus inviolable, qui est celui de la confession, sur un sujet pour lequel il lui demandait ses avis en le consultant sur les dispositions de sa conscience. On ne peut dire combien cette révélation faite par M. De Meaux causa de scandale dans le monde. C’est donc ce qui frappa davantage M. de Cambrai et ce qui lui fit prendre la résolution de ne vouloir, en quelque manière que ce pût être, l’admettre dans les conférences qu’on lui proposait pour terminer par des voies douces et tranquilles son affaire qui faisait un si étrange bruit dans le monde.

Cependant M. l’évêque de Meaux répandait partout qu’il fallait bien que M. de Cambrai jugeât lui-même la cause très mauvaise, puisqu’il refusait opiniâtrement de conférer avec ses confrères et des hommes habiles sur la doctrine de son livre. Comme la plupart des gens du monde ne savaient pas sur cela les dispositions de M. de Cambrai, on le blâmait ouvertement de ce refus qu’il faisait de traiter des questions dont il s’agissait avec ceux qu’on lui avait proposés. Ses véritables amis en avaient même beaucoup de peine ; M. le cardinal de Noailles, qui en était du nombre, qui aimait et estimait très sincèrement ce prélat qui désirait véritablement le tirer du mauvais pas où il était, en était plus affligé que les autres, il m’en parlait souvent et il m’engagea enfin, sachant que ce prélat avait beaucoup confiance en moi, de le porter le plus efficacement que je pourrais à le faire passer par-dessus la difficulté qu’il avait de voir assister aux conférences dont il s’agissait M. l’évêque de Meaux.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_projet_de_conferences.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’opinion de la Cour

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
L’opinion de la Cour

On faisait néanmoins divers raisonnements à la Cour sur ce livre que tout le monde voulait avoir et que personne n’entendait, car en vérité la mystique n’est guère du goût ni de la portée des courtisans. Rendant en ces temps-là mes devoirs à Mme la princesse de Contidouairière, je la trouvai un livre à la main et m’ayant dit d’un air gracieux qui lui est naturel que je ne devinerais jamais quel livre elle lisait, elle m’ajouta :
« C’est le livre de M. l’archevêque de Cambrai, mais j’avoue n’y rien comprendre. Voilà un chapitre, où j’en suis, que j’ai déjà lu neuf fois, sans que je puisse parvenir à savoir ce qu’on y veut dire.
– Vous le liriez bien encore, Madame, lui répondis-je, plusieurs fois, que vous n’en seriez pas plus avancée. Tous les livres mystiques sont obscurs ; il faut être rompu à la lecture de ces sortes d’ouvrages pour en pouvoir pénétrer le sens. Au reste Votre Altesse ne doit pas se beaucoup mettre en peine de savoir ce qui est contenu dans ce livre ; il faut s’attacher à ceux qui peuvent être plus utiles selon l’état où la Providence vous a élevée. »

Plusieurs personnes de la Cour se réjouissaient surtout du chapitre qui traite du mariage de l’âme ; ce langage leur était très inconnu, et elles en faisaient mille plaisanteries. Ce qui fit en ce temps-là la matière plus sérieuse des conversations des courtisans fut d’approfondir les raisons que pouvait avoir M. l’évêque de Meaux de pousser à outrance son confrère, avec lequel il avait de tout temps été lié d’une amitié si étroite. Car, quoiqu’il y eût très peu de personnes qui ne blâmassent M. l’archevêque de Cambrai d’avoir entrepris un pareil ouvrage et de l’avoir donné au public, on ne blâmait pas moins la dureté, le feu et la vivacité avec laquelle M. de Meaux agissait contre M. de Cambrai et contre son livre. Comme les gens de Cour veulent pour l’ordinaire pénétrer jusque dans le cœur et deviner les vues et les intentions les plus secrètes, ils ne faisaient point de façon de dire que d’autres motifs que ceux de la gloire de Dieu et du zèle pour défendre la doctrine de l’Église poussaient l’évêque de Meaux à se déclarer si impitoyablement contre un prélat d’un si rare mérite. Ils croyaient qu’il devait le ménager davantage et prendre les moyens les plus doux et les plus honnêtes pour faire prendre à M. de Cambrai un meilleur parti. On le condamnait principalement sur les démarches précipitées qu’il avait pris à Marly d’avoir levé le bouclier tout d’un coup, de s’être expliqué au Roi de la manière qu’il avait [faite] et à quoi rien ne pouvait encore l’obliger. Ces réflexions des courtisans allèrent bien plus loin, car, comme ils pensent et parlent fort librement, ils ne dissimulaient pas de parler très désavantageusement de cette conduite.
« Ne voit-on pas, disaient-ils, ce qui fait agir M. de Meaux : le grand éclat de M. de Cambrai l’éblouit, il craint que sa grande réputation ne diminue la sienne ; il connaît l’estime qu’on en fait, il y a de la peine de voir qu’il ait eu un si grand succès dans l’éducation des princes ; les hommes sont toujours hommes. M. de Meaux l’est beaucoup en cette occasion. »

D’autres ajoutaient que M. de Meaux avait toujours plus aimé la Cour que son diocèse, dans lequel il allait rarement et où il demeurait peu lorsqu’il était contraint d’y aller, qu’il se présentait une place à remplir qui lui donnerait le moyen de rester à la Cour autant de temps qu’il voudrait sans qu’on pût y trouver à redire, que M. de Meaux n’était pas sans ambition, qu’ayant perdu la charge de premier aumônier de Mme la Dauphine par la mort de cette princesse il désirait passionnément à voir celle de Mme la duchesse de Bourgogne, qui naturellement devait appartenir à M. l’archevêque de Cambrai, que c’était pour l’en écarter qu’il avait commencé de le mettre mal dans l’esprit du Roi, ce qui était la chose du monde la plus indigne. Il y en avait quelques-uns qui, ayant su que cet archevêque n’avait jamais pu se résoudre de montrer son livre à M. de Meaux et d’en demander l’approbation, disaient hardiment que le chagrin qu’il en ressentait le faisait agir d’une manière si vive et si dure avec son confrère. Tels étaient les sentiments d’une grande partie des gens de la Cour, qui souvent [se] rencontrent dans les jugements qu’ils forment sur les affaires qui se passent sous leurs yeux.

Cependant beaucoup d’autres qui étaient amis de M. l’évêque de Meaux en pensaient et en parlaient d’une manière très différente. Ils attribuaient à son zèle et à son attachement pour la saine doctrine les grands mouvements qu’il se donnait contre le livre de M. l’archevêque de Cambrai, qui lui avait fait oublier ce qu’il devait à l’amitié pour ne se souvenir que de ce qu’il devait à l’Église et à son ministère. Ils disaient que c’était principalement aux évêques qu’il appartenait de se soulever avec vigueur contre qui que ce soit qui avançait des nouveautés qui sont toujours très dangereuses dans l’Église ; que M. l’évêque de Meaux s’étant toujours déclaré contre la nouvelle spiritualité qu’on voulait introduire et ayant déjà combattu souvent les sentiments de M. de Cambrai dans des conférences particulières qu’il avait eues avec lui et principalement dans celles qui avaient été faites à Issy sur ces sortes de matières, il était en quelque façon garant des sentiments de ses confrères et qu’il ne pouvait pas souffrir de les voir attaquer dans un livre qu’on avait rendu public ; qu’il y aurait de l’injustice et de la témérité de le condamner de jalousie à l’égard de cet archevêque, puisque sa réputation était si bien établie dans le monde, qu’il était d’ailleurs si agréablement à la Cour qu’il était plutôt en état de donner de l’envie aux [gens] que d’en avoir contre qui que ce soit de son état ; qu’on ne pouvait pas croire qu’il y eût encore des vues d’ambition dans un âge si avancé et ayant toujours fait profession d’une grande probité ; que d’ailleurs l’amitié très sincère et très cordiale qu’il avait toujours eue pour M. l’archevêque de Cambrai devait le mettre à couvert de ces sortes de reproches ; qu’il avait fait même paraître beaucoup de douleur de se voir contraint d’agir contre son ami, mais que l’amour de l’Église devait l’emporter dans un évêque sur toutes considérations humaines.

Tels étaient les raisonnements qu’on faisait à la Cour et qui partageaient tous les esprits. Les personnes vertueuses suspendaient le jugement qu’ils en devaient porter et abandonnaient le tout à celui de Dieu, qui seul ne peut se tromper. Et cependant ils ne laissaient pas de dire que, supposé même que M. de Meaux eût la meilleure et la plus droite intention du monde, il aurait été plus à propos pour l’édification de l’Église qu’il eût moins paru de feu et de vivacité contre un de ses confrères, et les prélats même qui se déclarèrent le plus contre ce livre dans la suite, et en particulier M. le cardinal de Noailles et M. l’évêque de Chartres, m’ont dit que M. de Meaux avait poussé trop loin cette affaire et son confrère qu’il devait davantage épargner. Il parut même dans la chaleur de la dispute un écrit imprimé, dans lequel on reprochait à M. de Meaux cette vivacité excessive qu’il employait contre un prélat d’une vie d’ailleurs et d’une conduite irrépréhensibles.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_opinion_de_la_cour.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le jugement de Bossuet

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Le jugement de Bossuet

Il n’y était pas encore lorsque son livre parut. Dès que M. l’évêque de Meaux eut lu cet ouvrage, il commença de déclamer furieusement contre la doctrine qui y était contenue ; il se plaignit amèrement que l’auteur eût abandonné celle dont on était convenu à Issy, qu’on y avait insinué les principes du quiétisme, que ce livre était plein d’erreurs. Ce jugement d’un évêque dans la vaste et profonde érudition imposait au public, qu’il prononçait partout et en toute sorte de compagnies, fut suivi en peu de jours de celui d’une infinité de personnes. Jamais livre ne fit plus de bruit que celui-là.

L’archevêque arriva de son diocèse dans le commencement des rumeurs publiques. Il alla voir Mme de Maintenon, qui lui dit d’abord ce qui lui revenait de tous côtés sur son nouvel ouvrage :
« Cependant, Monsieur, je me rassure contre tout cet éclat, sachant que vous en êtes l’auteur, étant persuadé que vous si sage, si prudent et si éclairé, n’aurez rien écrit qui soit exposé à la censure. »

Néanmoins, comme cette dame vit que non seulement ce bruit continuait mais augmentait de plus en plus, elle jugea bien qu’il n’était pas sans fondement. Huit jours après cette première entrevue, l’archevêque lui allant rendre visite, elle lui parla de nouveau des clameurs extraordinaires qui s’étaient levées partout contre son livre des Maxime des Saints ; elle lui en témoigna sa peine et sa douleur et lui dit :
« Mais, Monsieur, il n’est pas [possible] que vous n’ayez consulté de très habiles gens avant que de le faire imprimer et que vous n’ayez déféré à leur jugement.
– Oui, Madame, répondit M. de Cambrai, je l’ai fait voir à M. le cardinal de Noailles, qui l’a lu et crayonné et j’ai changé ce qu’il a jugé à changer, je l’ai fait lire et examiner par MM. Pirot, Tronson, Fleury et le curé de Versailles. »

C’est ainsi qu’il me mêla innocemment dans cette affaire, sans que j’y eusse d’autre part que celle dont j’ai parlé ci-dessus.

On faisait bien un autre bruit à Marly, où le Roi était pour lors, contre ce livre. M. l’évêque de Meaux y était et traitait hautement M. l’archevêque de Cambrai d’hérétique. Il en parla en ces termes en présence de plusieurs seigneurs de la Cour et en particulier de M. le duc de la Rochefoucauld, qui, étant ami du prélat si maltraité, eut de la peine à le souffrir. M. l’évêque de Meaux fit encore une démarche beaucoup plus désavantageuse à M. de Cambrai ; il alla trouver le Roi et lui demanda pardon de n’avoir pas averti plus tôt Sa Majesté des mauvais sentiments sur la doctrine qu’avait ce prélat, dont il avait tâché de le guérir, que la seule espérance qu’il avait eue de les lui voir abandonner lui avait fait croire qu’il devait garder le silence pour ne pas le perdre dans l’esprit de Sa Majesté, qu’il reconnaissait s’être trompé et se voyait dans l’obligation indispensable de lui donner avis que l’ouvrage qui venait de paraître sous le nom de cet archevêque était plein d’erreurs et renouvelait le quiétisme, et qu’on ne pouvait trop tôt et trop fortement prévenir les maux qu’il pouvait produire dans l’Église.

Il n’en fallut pas dire davantage au Roi pour l’indisposer contre cet archevêque ; il fut sensiblement touché de ce qui arrivait et de tout ce qui s’était passé sans qu’on lui en eût donné aucune connaissance. Sa Majesté en fit des reproches à plusieurs, à Mme de Maintenon, à M. le cardinal de Noailles et à d’autres. On représenta au Roi qu’on avait dû prendre les voies de la charité avant toutes choses, qu’on avait toujours compté sur le bon esprit et sur la docilité de ce prélat qui s’était effectivement rendu aux sentiments de ses confrères, qu’on espérait qu’il serait encore dans la même disposition à l’égard de son livre et qu’on allait y travailler. Le Roi approuva ce dessein, qui était très louable, et l’on fit ensuite ce qu’on put pour travailler à l’exécuter, de la manière que nous l’expliquerons dans la suite de ces mémoires.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_le_jugement_de_bossuet.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le jugement de M. Hébert

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Le jugement de M. Hébert

Cependant M. de Cambrai retourna dans son diocèse. Avant son départ il avait prié M. le duc de Chevreuse et M. le marquis de Blainville, beau-frère de ce duc, de donner le soin de l’impression de son ouvrage ; ils s’acquittèrent très exactement de cette commission. Il y en avait déjà une partie d’imprimé quand M. le duc de Chevreuse reçu une lettre de l’archevêque de Cambrai par laquelle il le priait instamment de me faire voir son livre et de s’en rapporter entièrement à mon jugement, l’engageant de changer, de corriger, d’effacer, d’ajouter tout ce que je croirais devoir se faire, lui marquant en particulier qu’il voulait à cet égard avoir pour moi la docilité d’un enfant. C’est ainsi que ce grand homme savait pratiquer l’humilité.

M. le duc de Chevreuse m’apporta promptement cette lettre avec l’original de ce prélat. Il me fit lire ce qu’il lui avait écrit par rapport à moi. Je reçus cet ouvrage et, le tenant entre mes mains, je dis en propres termes à ce seigneur ces paroles :
« Je suis très fâché, Monsieur, que M. l’archevêque de Cambrai ait pris enfin la résolution d’écrire sur la vie mystique : s’il était à la Cour, je le supplierais de ne le point faire achever d’imprimer. Il n’y a que peu de mois que, me faisant l’honneur de me demander si je conseillerais d’écrire sur ces sortes de questions abstraites, je lui répondis qu’on ne le pourrait faire sans une très grande imprudence. Ce que j’ai eu, Monsieur, l’honneur de lui dire, je vous le répète encore et, quoique je ne sache pas ce que contient ce livre et que je ne puisse pas douter que ce qui vient de la plume de ce prélat ne soit achevé et dans sa perfection, je crois vous devoir dire que je suis persuadé que cet ouvrage, tel qu’il puisse être, fera un très grand bruit dans le monde. J’ai cependant, Monsieur, une si grande déférence pour tout ce qui regarde M. l’archevêque de Cambrai que, quoique je ne puisse lui conseiller de donner au public cet ouvrage, je le lirai avec tout le soin possible ; j’y ferai mes remarques par écrit, je vous les communiquerai, nous en conférerons ensemble et vous ferez ensuite ce qu’il vous plaira. »

M. de Chevreuse voulut ensuite justifier la conduite de M. de Cambrai sur l’impression de ce livre, me disant entre autres choses que, comme on avait voulu soupçonner ce prélat d’avoir des sentiments trop favorables aux quiétistes et principalement à Mme Guyon, il avait cru être obligé d’écrire pour faire connaître qu’il était bien éloigné de donner dans les opinions des faux mystiques.
« C’est par cet endroit-là même, Monsieur, lui répliquai-je, qu’il me semble qu’il serait plus à propos de ne point parler de ces matières ; je souhaite que l’événement ne fasse point connaître que le conseil que j’ai donné et que je donne encore et à suivre. »

Nous nous séparâmes après cet entretien ; je pris ce livre manuscrit, j’aperçus qu’il était crayonné en bien des endroits ; j’y vis en marge plusieurs corrections et additions et je trouvai qu’on m’y avait mis quelques feuilles déjà imprimées. Je m’appliquais à le lire et à y faire mes observations un jour que, selon sa coutume, M. le cardinal vint à la Cour pour les audiences que le Roi lui donne chaque semaine. Il ne m’avait encore jamais parlé du livre de M. de Cambrai. Comme il vit qu’on se hâtait de le faire imprimer, il crut m’en devoir parler.

Il s’en expliqua fort au long avec moi, il me parut inquiet sur cette affaire. Il me demanda si M. de Cambrai ne me l’avait point communiqué : je lui fis pour lors le récit de ce qui m’était arrivé dans la conversation dans laquelle je lui avais fait connaître l’imprudence d’écrire de ces sortes de matières.
« C’est donc la raison, reprit M. le cardinal, pour laquelle il n’a pas jugé à propos de vous le faire voir, quoique je l’en ai fort pressé, me disant pour ses raisons que vous étiez si occupé dans le soin de votre paroisse que vous ne pouviez pas avoir le temps d’examiner cet ouvrage.
– Il a depuis, répliquai-je, changé de sentiment. »

Et sur cela je lui rapportai ce qui venait de se passer entre M. le duc de Chevreuse et moi, et ajoutai à Son Éminence que j’avais maintenant en main l’original de ce livre dont il y avait des feuilles imprimées. Pour lors il me dit :
« Nos amis se pressent trop et j’ai peur qu’ils ne soient pas contents de cette précipitation. Vous me ferez un grand plaisir de lire très exactement cet écrit, de l’examiner à la rigueur, de corriger ce que vous jugerez nécessaire et de faire même mettre des cartons dans les endroits où vous le trouverez à propos. »

Avec de telles prières, qui étaient pour moi des ordres bien précis, je ne pensai plus qu’à me mettre tout entier à ce travail. Dès ce moment, je m’y appliquai tout entier. Je fus néanmoins peu d’heures après obligé de me rendre au château dans les grands appartements du Roi. M. le cardinal de Noailles sortait de l’audience : dès qu’il m’aperçut, il vint à moi et me dit que ces Messieurs chargés de l’impression du livre de M. de Cambrai se pressaient de le faire paraître, comme il venait de l’apprendre, et qu’ils ne croyaient pas devoir faire ce qu’on avait arrêté, qui était que le livre de M. de Cambrai ne serait débité qu’un mois après que celui de M. l’évêque de Meaux aurait paru et qu’il me recommandait fort de faire toute sorte de diligences pour le lire et l’examiner. Ce qui obligea ces Messieurs de si fort hâter cette impression de ce livre fut qu’ils craignaient que M. de Meaux, sachant qu’il était imprimé ou fort avancé d’imprimer, il n’en fit supprimer l’édition. Ils apprirent même, à ce qu’ils ont dit depuis, qu’ayant tut au libraire le nom de l’auteur, afin qu’aucun des garçons imprimeurs ne pût parler et découvrir ce qui se passait, ayant été obligés de donner la première feuille où le nom de M. de Cambrai paraissait, un de ces garçons en avait aussitôt été donner avis à M. de Meaux, qui en avait été surpris.

Ce que M. le cardinal venait de me dire m’engagea de m’enfermer ce jour-là dans ma chambre et de m’appliquer tout entier à le lire avec soin. J’en lus en effet la plus grande partie, sur laquelle je fis mes remarques et, dès le lendemain matin, je me remis encore à cette lecture et à cet examen, mais je fus très étonné lorsque, sur les sept heures de la matinée on me vint apporter un exemplaire relié de ce livre et me dire qu’on allait ce matin-là même en faire les présents au Roi et à toute la Cour. J’avoue que j’en ressentis une peine d’autant plus sensible que l’amitié qui était entre M. de Cambrai et moi me faisait entrer très vivement dans tous ses intérêts et que je voyais très évidemment que ce livre allait causer de mortels chagrins à son auteur et à tous ses amis. Je fis connaître la cause de ma peine à qui m’apporta ce livre et qui était l’un de ceux à qui on se fiait davantage sur cette affaire ; je l’ouvris en sa présence et lui montrait quelques endroits qui méritaient des corrections, mais il n’était plus temps d’y penser, et les précautions de M. le cardinal de Noailles et mon travail devinrent par cette précipitation absolument inutiles.

J’avais eu aussi quelques conférences avec M. le duc de Chevreuse sur de certains endroits de cet ouvrage qui devaient être ou retranchés ou retouchés ou corrigés. J’en eus une en particulier assez longue sur l’involontaire qu’il attribuait aux troubles de Jésus-Christ. Je le pressai très fortement sur cet article, lui disant que pas un théologien n’avait sur cela d’autre sentiment que celui que je lui marquais, que les troubles de Jésus-Christ avaient été très volontaires et que la proposition contraire était fausse et condamnable. Il n’eut rien de plus fort à me répliquer que l’autorité de M. Pirot.
« M. de Cambrai, me dit-il, a mis dans son original « trouble volontaire », et vous voyez qu’il a été effacé et qu’on y a substitué le terme d’« involontaire », qui est de la propre main de ce docteur. »

Cette autorité ne me fit point changer d’opinion, mais fut cause qu’on y laissa ce mot, qui a été aussi enveloppé de la condamnation du livre.

Je ne laissai pas de continuer d’en faire l’examen. Je fis mes remarques sur l’exemplaire même qu’on m’avait donné, qui étaient au nombre de soixante et quinze, et je ne voulus les montrer à personne, et je l’ai remis ensuite à M. l’archevêque de Cambrai à son arrivée à la Cour.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_le_jugement_de_m_hebert.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Un « livre d’or » : les « maximes des Saints »

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Un « livre d’or » : les « maximes des Saints »

Ce prélat, sollicité par ses amis et principalement par M. le duc de Chevreuse d’écrire sur la vie intérieure selon le dessein que j’ai marqué ci-dessus, ne put enfin se défendre de se rendre à leurs poursuites. Étant de retour de son diocèse à la Cour et le voyant un jour en tête à tête dans son appartement de Versailles, il me demanda, par forme de conversation, s’il ne serait pas à propos de composer quelque ouvrage sur la vie mystique, dans ce temps où il paraissait que, sous le prétexte de combattre les erreurs du quiétisme, on se déchaînait impitoyablement contre la vie intérieure et contre l’oraison simple, à laquelle quelques âmes étaient appelées et de laquelle on les détournait par ignorance ou par d’injustes préventions.

Je me doutai par ce qu’il me disait qu’il s’agissait de lui-même. Cependant, sans paraître m’en être aperçu je lui dis fort nettement que ce serait commettre la plus grande imprudence du monde d’entreprendre en ce temps d’écrire de ces matières, que, quand bien même en parlerait avec tous les plus sages tempéraments de cette vie mystique, il n’était pas possible d’éviter de se servir de certains termes qui pourraient donner prise sur soi, qu’ainsi je ne conseillerais jamais à mes amis de travailler à ces sortes d’ouvrages, qui assurément, tels qu’ils pourraient être, feraient beaucoup de bruit dans le public. Je lui parlai en ces termes parce que j’aurais bien voulu le détourner d’écrire, conjecturant qu’il voulait parler de lui-même, quoiqu’il ne crut pas pour lors devoir s’expliquer à moi qu’en ces termes généraux.

Il ne laissa pas de continuer son ouvrage, ne jugeant pas à propos de déférer à mes conseils, et après qu’il l’eut achevé, il le montra à ses amis pour en savoir leurs sentiments. Un de ceux à qui il crut devoir le montrer fut M. Pirot, chancelier de l’église de Paris et ancien professeur de Sorbonne. Ce docteur étant venu à Versailles, il s’enferma avec lui dans son cabinet et lurent ensemble ce livre. M. Pirot en fut enchanté et, après avoir quitté Monseigneur l’archevêque de Cambrai, il me vint rendre visite. Il m’entretint entre plusieurs choses de deux écrits qu’il venait de lire avec plaisir chez ce prélat, l’un desquels était une lettre de M. l’archevêque de Cambrai à M. l’évêque d’Arras, qui l’avait conseillé touchant l’autorité de l’Église sur le vrai sens des livres canoniques, à l’occasion d’une thèse soutenue à Douai, dans laquelle on avait avancé quelques propositions sur cette même autorité qui ne paraissaient pas assez correctes. Après avoir donné de grands éloges à cette lettre et au prélat qui l’avait écrite, il m’ajouta :
« Mais j’ai vu un traité de lui sur la plus élevée spiritualité à quoi rien n’est comparable ; on ne peut rien dire de plus beau sur ce sujet, c’est un livre d’or. »

Si ce docteur a oublié dans la suite en avoir parlé à d’autres personnes en ces termes, comme en effet il a nié l’avoir dit, pour moi je suis obligé de rendre ce témoignage à la vérité, car il me tint ce langage et m’en parla dans ces propres termes. Un défaut de mémoire est excusable, mais un manque de bonne foi ne peut se pardonner. Il aurait mieux convenu à M. Pirot de dire franchement qu’il avait loué ce livre en le nommant un livre d’or, avant qu’il eût eu le temps de l’examiner dans toute la rigueur de la théologie : on n’aurait pas trouvé mauvais qu’il se fut expliqué ainsi. Mais les hommes ont toujours de la peine d’avouer simplement qu’ils se sont trompés.

M. l’archevêque de Cambrai donna ensuite son livre à examiner à M. l’archevêque de Paris, avec lequel il était lié depuis plusieurs années d’une amitié très étroite ; il le garda pendant cinq ou six semaines ; ses grandes occupations ne lui laissant pas le loisir de s’appliquer à d’autres affaires qu’à celles de son diocèse, il ne put lire ce livre avec toutes les réflexions qu’il aurait pu y faire, s’il en eût pu avoir le loisir ; il y fit néanmoins quelques remarques, sur lesquelles M. l’archevêque de Cambrai changea ce qu’il avait trouvé à propos de corriger. Il le fit aussi lire à M. Tronso et à M. l’abbé Fleury, sous-précepteur de Messeigneurs les princes. Il crut ensuite qu’après la révision qu’en avait faite toutes ces personnes il pouvait en risquer l’impression ; ce qui l’y engagea davantage et qu’il se persuada qu’il avait écrit selon le sens des articles d’Issy.

Cependant M. l’archevêque de Paris jugea qu’il en fallait parler à M. l’évêque de Meaux ; il aurait même souhaité qu’on lui eût communiqué ce livre et qu’on s’en fut rapporté à ses lumières. Mais, quoique M. de Cambrai eût beaucoup de peine qu’on en parla à ce prélat, il ne voulut absolument point consentir qu’on lui montrât ni qu’on lui en demandât son sentiment. La peine qu’il en avait était fondé sur ce qu’il croyait s’être aperçu que cet évêque voulait toujours qu’on déférât à son jugement sur ce qui la doctrine, et que d’ailleurs il se plaignait qu’il ne l’avait pas assez ménagé dans les conférences qui avaient été tenues à Issy et craignait qu’en lui faisant voir son livre, cela donnerait encore de nouvelles occasions de dispute et de contestation qui ne finirait jamais.

Il pria donc seulement M. le cardinal de Noailles de dire à M. l’évêque de Meaux qu’il avait jugé nécessaire d’écrire de l’oraison et qu’il ne devait point être inquiet sur les sentiments qu’il avait pris, étant très conformes à ce qui avait été arrêté à Issy entre lui et les autres prélats. M. de Meaux fut donc averti du dessein de M. de Cambrai. Ce qu’on avait prévu arriva : Il fut alarmé de l’entreprise de l’archevêque il s’étonna qu’il voulut faire imprimer un livre sur ces matières sans lui en faire part ; il crut entrevoir dans cette réserve à son égard quelque mystère ; il s’en plaignit et pressa fort M. le cardinal de Noailles d’engager M. de Cambrai de lui en donner lecture il fut inutile d’exiger cela de lui ; il ne voulait pas ramper sous M. de Meaux comme un disciple aux pieds de son maître ; ainsi il refusa toujours constamment ce qu’on lui demanda on voit bien que ce refus mit M. de Meaux en mauvaise humeur contre M. de Cambrai, ce qu’il est bon de remarquer pour être plus au fait de ce qui arriva dans la suite. Tout ce que ce prélat put gagner fut que l’archevêque ne ferait paraître au jour son livre qu’un mois après que celui qu’il se préparait d’imprimer sur le même sujet aurait été donné au public.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_un_livre_d_or_les_maximes_des_saints.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – La censure de M. de Chartres

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
La censure de M. de Chartres

M. de Chartres fit une censure publique de certains traités qui n’avaient été lus que de peu de personnes, parce qu’ils n’étaient pas imprimés et qu’on avait la précaution de ne communiquer qu’à ceux qui étaient entièrement attachés à sa doctrine. L’un de ces écrits portait le nom de Torrents, dans lequel Mme Guyon expliquait les peines intérieures par lesquelles Dieu fait passer les âmes qu’il destine à la plus sublime oraison. Ce traité méritait par lui-même la condamnation, renfermant des choses très fausses, très absurdes, très dangereuses et qui ne pouvaient que jeter les âmes dans l’égarement et dans l’illusion. Cette dame fut obligée aussi de condamner ses propres écrits. On ne peut juger que par ce qu’elle continua de faire si elle avait parlé avec sincérité, car, pour le dire avec vérité elle ne cessa point de dogmatiser comme elle avait fait avant la condamnation de ces livres et de ces écrits.

Cependant il faut aussi l’avouer que, comme il est bien difficile de prendre en toute chose le juste milieu pour ne point donner dans les extrémités qui sont toujours blâmables, plusieurs personnes peu éclairées et même des directeurs des consciences prirent occasion de condamner en général la vie intérieure et la théologie mystique. Ils se croyaient autorisés par ces illustres prélats qui avaient eu le zèle de poursuivre vivement les erreurs des quiétistes et, en s’arrêtant à cette partie de leurs censures qui en proscrit les erreurs, ils avaient négligé de faire attention à ce qu’ils disaient de la véritable spiritualité, de l’oraison, de la contemplation, de la vie intérieure, des dons de Dieu, de ses voies dans les âmes. Cette négligence fit que, dès qu’on leur parlait de vie intérieure, ils traitaient tout d’illusion et jetaient ainsi les âmes dans des perplexités affreuses. Plusieurs personnes, touchées par un motif d’une vraie charité pour ces âmes presque abandonnées, crurent qu’il serait bon d’écrire sur ces matières, pour servir d’un côté de préservatif contre les égarements des quiétistes, et de l’autre pour distinguer la fausse spiritualité d’avec la véritable, donner des marques certaines par lesquelles ont les pût reconnaître, et prescrire des moyens pour aider les personnes spirituelles et attirées à la vie intérieure.

Le dessein était louable, mais d’une très difficile et hasardeuse entreprise dans un temps où les expressions sur la vie mystique pouvaient être si fort relevées. M. le duc de Chevreuse me proposa quelquefois d’entreprendre cet ouvrage ; je m’en excusai toujours sur mes grandes et continuelles occupations, mais d’ailleurs je lui disais, lorsqu’il m’en parlait, qu’il y avait assez de livres qui traitaient de ces sortes de matières sans en devoir encore augmenter le nombre. Il persévérait, lui et d’autres, à désirer qu’on écrivit, et c’est ce qui donna enfin l’occasion au livre que M. l’archevêque de Cambrai composa sur ce sujet et qui a fait ensuite tant de bruit dans le monde, dont il faut maintenant que je parle selon la plus exacte vérité.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_la_censure_de_m_de_chartres.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Réapparition de Madame Guyon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Réapparition de Madame Guyon

Madame Guyon était revenue de Meaux à Paris. Quelques avis qu’on lui eût donnés de demeurer cachée, de ne voir personne, de garder un profond silence sur les matières mystiques, et principalement de ne se mêler en aucune manière de diriger personne, ce qui ne convenait ni à son sexe ni à ses dispositions particulières après ce qui lui était arrivé, elle ne put s’empêcher de suivre son penchant, de voir beaucoup de monde, de faire la prédicante, de conduire des âmes, et en un mot faire tout ce qu’on lui avait défendu et ce qu’elle avait elle-même promis plusieurs fois de ne point faire. Sa conduite et son manquement de parole réveillèrent l’attention des évêques qui avaient déjà combattu et condamné ses erreurs ; cela les engagea de faire des recherches exactes de ses écrits et de sa vie : on n’en trouva que trop pour agir contre elle.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_reapparition_de_madame_guyon.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Monsieur de Noailles

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
Monsieur de Noailles

Quand la Cour fut de retour à Versailles, j’allai rendre visite à Mme de Maintenon. Elle me parla d’abord de la mort de l’archevêque de Paris et me demanda ce qu’on disait dans le monde de son successeur.
« On devine, lui dis-je, Madame. Plusieurs pensent que, si M. l’archevêque de Cambrai n’avait pas été placé depuis trop peu de temps, il aurait eu bonne part à cette nomination ; un grand nombre ne laisse pas de le croire, peut-être, Madame, parce qu’on le désire.
– Vous savez bien, m’ajouta-t-elle, ce qui nous empêche de le proposer. Il y en a deux sur qui seuls on peut jeter les yeux, sur M. de Meaux et sur M. de Châlons. Dites-moi, continua-t-elle, sur qui vous croyez qu’on doive le plus s’arrêter ?
– Je ne balancerai pas, Madame, à vous dire mon sentiment, puisque vous le souhaitez. Il me paraît qu’on ne peut pas beaucoup délibérer sur le choix de l’une de ces deux personnes, il me semble que M. de Noailles, évêque de Châlons, doit être préféré. »

Je lui en dis les raisons, qu’elle approuva.

Le lendemain, le Roi ordonna au maréchal de Noailles d’écrire à Monsieur son frère de venir incessamment à la Cour, sans s’expliquer sur ce que le Roi lui avait dit. Il s’en défendit : Sa Majesté commanda qu’on lui envoyât de sa part un courrier pour l’obliger de faire ce voyage. Il fallut obéir. Il se rendit auprès du Roi, et il ne put se dispenser de se rendre à ses volontés, quelque répugnance qu’il ressentît de se charger de cet emploi où il prévoyait devoir trouver bien de la peine et encore plus de fatigues que d’éclat et d’honneur, quoique l’archevêché de Paris soit la première dignité ecclésiastique du Royaume.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_monsieur_de_noailles.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – La mort effroyable de l’archevêque de Paris

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
La mort effroyable de l’archevêque de Paris

Quelque temps après arriva la mort de M. l’archevêque de Paris de la manière du monde la plus triste et la plus effroyable. Il avait eu tous les chagrins possibles dans l’Assemblée du Clergé de 1695, où il s’était passé bien des choses qui l’avaient jeté dans une amère tristesse. Il n’était plus, il y avait longtemps, estimé du Roi ; il était méprisé de tout le monde : il avait en tout sacrifié le Clergé à la passion qu’il avait de plaire à la Cour. S’étant retiré à sa maison de Conflans et voulant être seul dans l’appartement qu’il avait fait faire au bout de la galerie, il eut une attaque d’apoplexie. La défense qu’il avait faite à tous ses domestiques de venir l’interrompre quand il avait ordonné qu’on le laissât seul dans sa chambre fut la cause qu’il ne plus être secouru. Il avait pris cette précaution pour empêcher, comme il s’était imaginé, qu’on n’aperçût qu’il tombait quelquefois du haut mal ; mais cette même précaution lui fut enfin très préjudiciable, car, étant tombé, comme je viens de le remarquer, dans cet accident d’apoplexie, il demeura quelques heures sans que personne osât entrer dans sa chambre. Il fallut bien enfin aller voir ce qui s’y passait : on le trouva dans un état où l’on vit qu’il n’y avait plus rien à espérer et qu’il allait mourir ; on se pressa cependant d’envoyer à Paris pour avoir du secours ; on avertit Mme la duchesse de Lesdiguières qui avait une très étroite liaison avec ce prélat, dont on parlait beaucoup dans le monde ; elle y accourut, et cet archevêque, pour lequel on n’avertit point le curé de la paroisse de venir lui administrer l’extrême-onction, mourut entre ses bras, sans avoir eu le temps de se reconnaître et donner le moindre signe de pénitence, regretté de peu de personnes, laissant de lui une réputation très désavantageuse.

Le Roi était à Marly quand on vint lui apporter la nouvelle de sa mort. Il dit qu’on ne devait pas penser à lui demander cette place, qu’il ne voulait donner qu’au seul mérite. L’archevêque de Reims, qui avait toujours vécu mal avec ce prélat, était à Marly ; il s’échappa d’en dire tout le mal possible et on l’entendit avec indignation. Le comte de Grammont, l’un des courtisans les plus spirituels et qui avait un talent merveilleux de dire de bons mots et plein d’esprit, après avoir écouté comme les autres ce que M. de Reims disait contre son confrère qui venait d’expirer, lui adressant la parole lui dis :
« Monsieur de Reims, croyez-moi, il est bon de vivre ! [voulant lui faire comprendre qu’il devait faire attention à ne pas parler d’un prélat qui venait de mourir et qu’il arriverait la même chose après sa mort, qui donnerait occasion à bien des gens de parler contre lui.] »

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_la_mort_effroyable_de_l_archeveque_de_paris.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’archevêché de Cambrai

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
L’archevêché de Cambrai

Toute cette affaire, tous ces examens, tout ce qui s’était passé à Saint-Cyr, à Versailles, à Issy, avait été caché au Roi, parce qu’on voulait ménager la réputation des personnes qui se trouvaient embarquées innocemment dans cette affaire. Cependant l’archevêché de Cambrai vint à vaquer par la mort de M. Théodore de Brias. Le Roi jeta les yeux sur M. l’abbé de Fénelon ; il voulut lui-même lui annoncer le choix qu’il avait fait de sa personne pour remplir cette place si importante. Ce digne et vertueux abbé, qui était pénétré de l’obligation qu’ont les évêques de résider dans leurs diocèses, après avoir très humblement remercié Sa Majesté de l’honneur qu’elle lui faisait, il prit la liberté de lui dire qu’il ne pouvait s’acquitter en même temps de deux emplois qui lui paraissaient incompatibles, qu’il ne pouvait être archevêque de Cambrai si Sa Majesté lui ordonnait de continuer ses services à Messeigneurs les princes, ou qu’il ne pourrait plus avoir cet honneur si Elle lui commandait de remplir cette place. Cependant, pour ne pas paraître trop attaché à son sentiment, il supplia le Roi de lui donner quelques jours pour y réfléchir, avec la liberté de consulter ceux dont il prenait les conseils sur les affaires de sa conscience. Le Roi approuva fort ce qu’il lui demandait et lui dit même d’une manière très douce :
« Je me doute bien de ceux de qui vous voulez prendre avis, j’y consens très volontiers. »

Cependant, quelques jours après, le Roi l’ayant fait venir dans son cabinet lui dit :
« J’ai pensé à ce que vous m’avez dit. Il y a un moyen d’accommoder les deux choses que vous trouvez incompatibles : votre résidence à Cambrai et vos services aux princes. Je sais que vous pouvez chaque année prendre deux ou trois mois pour vos affaires particulières : c’est ce temps-là que je vous demande pour l’éducation de nos petits-fils. Vous y aurez toujours la vue, vous pourrez, selon ce projet, résider dans votre diocèse et venir ici de trois en trois mois vous faire rendre compte de ce qui se passe à leur égard et régler ce qu’il faudra faire. »

M. l’abbé de Fénelon se rendit à la volonté du Roi, accepta l’archevêché et ne pensa plus qu’à se disposer à son sacre. Il donna d’abord l’exemple d’un parfait détachement des biens de ce monde. Dès qu’il fut nommé à cette éminente dignité, il crut ne pouvoir garder en sûreté de conscience l’abbaye de Saint-Valéry ; il supplia le Roi d’agréer qu’il lui en fit la démission, étant persuadé que, dans le cas où il se trouvait, ce bénéfice auquel il venait d’être nommé ayant un revenu très considérable, la pluralité des bénéfices ne pouvait lui être permise, quelque dispense d’ailleurs qu’il en pût obtenir. Dès qu’on eut appris à la Cour cette résolution, il eut à soutenir des attaques de la part de bien des gens, mais il s’en était mis à couvert par son extrême diligence à remettre au Roi son abbaye. L’archevêque de Reims, qui ne savait pas que l’affaire était terminée, le vint trouver et avec son air brusque lui dit :
« On m’a dit, Monsieur, que vous pensiez à quitter votre abbaye ? Quelle imagination !
– Cela est déjà fait, lui répondit M. de Fénelon d’une manière fort modeste.
– Vous avez mal fait, répliqua l’archevêque, que voulez-vous que le Roi pense ? Vous allez, par votre exemple, le détourner de donner des abbayes à des évêques.
– Je ne prétends pas, répondit M. l’abbé de Fénelon, condamner personne, mais j’ai cru ne pouvoir garder une abbaye avec un bénéfice d’un revenu aussi considérable que celui de Cambrai. »

Les gens de bien approuvèrent ce que cet archevêque avait condamné, et son exemple jusqu’à présent n’a pas été imité de beaucoup de personnes. Je ne connais guère que M. le cardinal de Noailles qui l’ai fait, lorsque, ayant été nommé à l’archevêché de Paris, il remit la domerie d’Aubrac entre les mains du Roi, pour la même raison qui avait engagé M. de Fénelon de se démettre de son abbaye.

Dès que ses bulles furent arrivées à Rome, il se fit sacrer dans l’église de la maison de Saint-Louis, établie à Saint-Cyr. M. l’évêque [de] Chartres, dans le diocèse duquel cette maison est située, crut que c’était à lui d’en faire la cérémonie. M. l’évêque de Meaux, comme ancien ami de M. de Fénelon, désira le faire. Il s’y offrit. Le nouveau prélat ne put s’en défendre et pria l’évêque diocésain de l’approuver. Il le fit avec quelque peine et ne s’y trouva pas, quoique lié avec lui depuis un temps infini d’une très étroite amitié. Voilà comment la chose se passa, ce qui est bien éloigné de ce qu’a dit et écrit M. de Meaux dans la chaleur des contestations qu’il eut depuis avec le nouvel archevêque.

Il alla peu de temps après son sacre à Cambrai ; il y fut reçu avec tous les applaudissements possibles. Les Flamands, qui n’aiment pas beaucoup les Français, ne purent refuser leur amour et leur estime à leur nouveau pasteur. Ils n’avaient jamais entendu la Parole de Dieu de la bouche de leurs archevêques : ils furent charmés, édifiés et touchés de voir leur prélat prêcher assidûment et même faire le catéchisme aux enfants. Ils étaient enchantés de ses manières honnêtes, de son affabilité, de la douceur avec laquelle il leur parlait et, pour tout le dire, ce qui me paraît être dire beaucoup, ils oubliaient qu’il était Français et l’aimaient au moins autant que s’il eût été de leur pays.

Il observa très exactement l’ordre qu’il avait reçu du Roi, car, après avoir demeuré quelque temps dans son diocèse, il revenait à la Cour pour satisfaire à ses autres devoirs.

Il lui arriva une chose en ces temps-là qui mérite d’être écrite. L’ayant un jour été voir, je le trouvai en conversation avec quelques-uns de ses amis avec lesquels il s’entretenait à son ordinaire, c’est-à-dire d’une manière aisée, franche, enjouée. L’abbé de Langeron, lecteur de Monseigneur le duc de Bourgogne, survint ; d’un air triste et abattu, il demanda à Monseigneur l’archevêque de Cambrai s’il avait reçu ses lettres de Flandre.
« Oui, dit l’archevêque, je les ai reçues.
– Mais vous mande-t-on, Monseigneur, ce qui est arrivé dans votre palais ?
– Oui, on me l’a écrit.
– Mais, ajouta l’abbé, vous a-t-on appris que tous vos papiers ont été brûlés avec votre bibliothèque, que la plus grande partie de vos bâtiments a été consumée par le feu et que cette perte va à des sommes considérables ?
– Oui, mon cher abbé, lui dit ce prélat d’un ton plaisant et agréable, je sais tout cela, et il faut s’en consoler. »

Ensuite il reprit le discours qui avait été interrompu avec la plus grande tranquillité du monde. Chacun se regardait et admirait cette fermeté d’âme ; pour moi, j’avoue que j’en fus si pénétré que je sentis en moi augmenter la vénération que j’avais de la vertu de ce digne archevêque, qui d’ailleurs m’était fort connue, ayant eu pendant tout le temps qu’il a demeuré à la Cour sa confiance pour ce qui regardait sa conscience.

Cependant Messeigneurs les évêques de Meaux et Chartres pensaient à condamner par une censure publique l’analyse du père La Combe, le Moyen Court et le Cantique des Cantiques de Mme Guyon. M. de Harlay en eut connaissance, ce qui le hâta d’en faire au plus tôt la condamnation, qui fut suivie de celle de ces prélats et de M. l’évêque de Châlons, comme ils en étaient convenus à Issy, donnant en même temps des instructions à leur peuple pour se garantir contre les erreurs des faux mystiques et des règles sûres pour marcher dans les voies droites de la vraie spiritualité. Celle de M. de Châlons fut la mieux approuvée, et il me paraît qu’elle le méritait.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_archeveche_de_cambrai.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Les conférences d’Issy

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
Les conférences d’Issy

On convint donc de traiter amicalement de ces matières, d’y appeler M. l’évêque de Meaux, M. de Noailles, évêque de Châlons et depuis archevêque de Paris, M. l’évêque de Chartres et M. Tronson, supérieur du séminaire de Saint-Sulpice. On convint aussi que, parce que ce vénérable prêtre, ne pouvant plus supporter tout le poids de cette grande et sainte communauté s’était retiré à Issy, village près de Paris, ce serait dans ce lieu-là même que les conférences se tiendraient, dans lesquelles on examinerait dans un esprit de paix les matières de l’oraison.

L’abbé de Fénelon, qui en était en partie la cause, s’y trouvait assidûment ; après plusieurs dissertations, examens, recherches et lectures des livres des saints, on convint de certains principes pour opposer à ceux des faux mystiques, et l’on dressa ces trente-trois articles qui ont été depuis si connus et si souvent cités sous le nom des articles d’Issy. Il paraissait que ce travail de tant de savants et vertueux prélats devait avoir un très heureux succès et mettre fin à toutes les contestations sur ces sortes de matières, qui sont à la portée de si peu de personnes ; mais nous verrons bientôt que l’événement en fut bien différent.

Cependant on obligea Mme Guyon d’aller se renfermer à Meaux dans un monastère, afin que M. l’évêque de ce diocèse l’examinât de près et pût ensuite rendre compte de sa conduite. Il la visita souvent, lui parla, l’instruisit, l’entendit sur ses principes, la redressa avec douceur sur les choses qu’il croyait s’éloigner de la vérité, la trouva toujours docile à ses avis, à ses instructions, à ses ordres, la reçut à la participation des sacrements et lui donna même un témoignage authentique signé de sa main, dans lequel il déclarait l’avoir trouvée très soumise à la doctrine de l’Église et en état de s’approcher de la sainte table. On ne peut ensuite pas s’étonner que l’abbé de Fénelon ait pu se laisser surprendre par les artifices de cette femme, puisque M. de Meaux, si éclairé et qui était entièrement occupé à l’examiner, y a été trompé ; ou, pour parler plus franchement, il faut admirer la conduite de Dieu qui a permis que ces deux grands hommes aient été trompés par une femme.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_les_conferences_d_issy.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Fénelon et Madame Guyon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
Fénelon et Madame Guyon

On ne dut donc pas s’étonner que Mme Guyon, qui recherchait l’estime de tous ceux qui avaient du rapport à Mme de Maintenon, ne remuât tout pour acquérir celle d’un abbé si estimable. Diverses personnes qu’elle voyait lui en parlèrent, et on l’engagea de la voir. Il avait su qu’aux Nouvelles Catholiques, où elle avait demeuré, elle était assez estimée ; on lui fit voir le témoignage qu’en avait rendu M. l’évêque de Genève, qui était à la vérité en termes trop généraux pour pouvoir assez compter sur cette approbation ; il sut d’ailleurs qu’elle s’était comportée fort sagement dans le monastère des filles de la Visitation et, de plus, que toutes les personnes de la Cour qui l’avaient vue en lui disait mille bien. C’est ce qui le détermina de la voir, d’avoir de temps en temps des entretiens avec elle et de conférer surtout avec elle des états de la vie intérieure et de l’oraison.

Cette dame, très adroite, ne s’expliqua pas aussi nettement et sincèrement avec lui qu’il eût été à désirer. Je suis très sûr qu’elle enveloppa tellement ses mauvaises maximes des voiles de la vraie et solide piété et ses erreurs sur l’oraison des termes des saints mystiques qu’il ne faut pas être surpris que ce savant homme se laissât tromper par ces apparences d’une spiritualité très solide. Dieu le permit ainsi pour faire adorer la profondeur de ses jugements, selon la sagesse desquels il permet souvent que les plus grands esprits s’écartent, afin que, ne se glorifiant point dans leur sagesse, ils se trouvent toujours dans les sentiments d’une parfaite humilité en sa présence. C’est même par cette occasion que Dieu fit découvrir le venin caché sous les paroles emmiellées de cette femme.

On ne peut cacher aux yeux du public ce qui se passe à la Cour. On voyait que Mme Guyon y venait fréquemment, qu’elle affectait principalement de venir à Versailles dans le temps que le Roi était à Marly, afin d’avoir plus de liberté de voir ces personnes dont j’ai parlé. D’ailleurs, on reconnut qu’elle avait des habitudes avec d’autres jeunes dames de la Cour, qu’elle avait coiffées des principes de sa nouvelle spiritualité et qui, tout d’un coup, paraissaient être élevées à une contemplation sublime ; on savait même qu’elle se mêlait de les diriger et qu’elles avaient beaucoup plus de confiance en cette dame que dans leurs confesseurs et directeurs, ce qui était en entier renversement de l’ordre établi de Dieu dans son Église.

Tout cela, avec ce qui se passait à Saint-Cyr et dont M. l’évêque de Chartres était instruit, fit qu’on examina de fort près les sentiments, les principes, la conduite, les écrits et les livres de cette dame. L’abbé de Fénelon, qui la croyait innocente, simple et droite, entreprit de la défendre. Mme de Maintenon fut prévenue par M. l’évêque de Chartres ; elle comprit aussitôt l’importance de cette affaire, mais elle souhaita qu’elle fût secrète pour ne point alarmer le Roi sur ce qui regardait l’établissement de Saint-Cyr.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_fenelon_et_madame_guyon.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’abbé de Fénelon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
L’abbé de Fénelon

Il est né dans le Périgord, d’une maison des plus nobles de ce pays, et élevé sous les yeux et par les soins de feu Monseigneur de Fénelon, évêque de Sarlat, très vertueux prélat et dont la mémoire est en bénédiction dans son diocèse et dans tout le pays. Comme son neveu avait un esprit très vif, il apprit en peu de temps les belles-lettres et réussissait dans toutes les sciences auxquelles il s’appliquait ; tant plus il s’avançait en âge, son esprit brillait davantage, personne n’en ayant plus que lui. Il vint ensuite à Paris pour se perfectionner dans les études, où il avança autant qu’homme du monde ; sa pénétration était extraordinaire ; son goût pour les bonnes choses était merveilleux et, sans s’amuser à la bagatelle, il crut ne devoir s’occuper qu’à ce qui était de plus sérieux. Son penchant et les exemples domestiques lui avaient de bonne heure donné de l’estime pour la solide piété dont il fit sa principale occupation.

Il se retira pour mieux réussir dans le séminaire de Saint-Sulpice et se mit sous la direction de Monsieur Tronson, qui était le digne supérieur, homme d’un très rare mérite et que sa grande piété et son talent pour la conduite des âmes rendait recommandable. Il demeura pendant quelques années dans la petite communauté de Saint-Sulpice, où il vivait tranquillement et dans la pratique des bonnes œuvres avec plusieurs abbés de vertu, entre lesquels était l’abbé des Marais, qui depuis a été évêque de Chartres, l’abbé Bertier, qui a été le premier évêque de Blois, et d’autres d’un mérite très reconnu. Il s’occupait en cette maison à étudier les Pères et la science de l’Église et principalement la sainte Écriture ; il travaillait aussi fort utilement pour le prochain, il prêchait de temps en temps à Saint-Sulpice et ailleurs. Il fut fait supérieur des Nouvelles Catholiques, emploi qu’il remplit très dignement et avec la satisfaction de tout le monde.

Il avait été aussi employé dans le temps des conversions générales dans les missions des diocèses de Luçon et de La Rochelle, lieux où il y a beaucoup d’hérétiques et très opiniâtres. Dieu donna beaucoup de bénédictions à ses travaux, ce qui le lia d’une étroite amitié avec Monseigneur de Laval, évêque de La Rochelle, et Monseigneur de Barillon, évêque de Luçon. Quelques personnes prirent occasion de cette liaison de l’abbé de Fénelon avec ces prélats de le soupçonner de donner un peu dans les nouvelles opinions, en quoi certainement on se trompait, car, en fait de matières de la grâce, il n’avait jamais eu d’autres sentiments que ceux de l’Église, aux décisions de laquelle il s’est toujours très fortement attaché et dont il a donné dans la suite des preuves très convaincante. Cependant on se servit de ce prétexte pour l’éloigner deux fois de l’épiscopat, y ayant même été nommé une fois, ce qui ne s’était pas encore déclaré dans le public ; mais on fit changer au Roi de résolution en lui faisant connaître que l’abbé de Fénelon était ami de Port-Royal.

Ces soupçons durèrent plusieurs années, pendant lesquelles il continua de s’appliquer aux sciences convenables à son état. Ce fut dans ces temps qu’il cultiva avec beaucoup d’assiduité la connaissance et l’amitié de Monseigneur Bossuet, évêque de Meaux, qui était regardé comme le plus savant prélat du royaume. Il allait même assez souvent passer des semaines entières à Meaux ou à Germiny avec cet évêque ; leur liaison ne pouvait être plus grande, la beauté du génie et l’étendue de l’esprit les unissant ensemble, et trouvant dans la conversation l’un de l’autre tout ce qui peut faire les plaisirs innocents de la vie des personnes doctes et qui aiment les sciences et la vérité. Il était en cet état, lorsque le Roi pensa au choix d’un précepteur pour Monseigneur le duc de Bourgogne, qui aurait aussi le soin principal des études de Messeigneurs les ducs d’Anjou et de Berry quand ils seraient en état d’étudier. Le Roi avait déjà nommé M. le duc de Beauvillier pour gouverneur de ces princes. On peut croire que la brigue pour donner ou pour en être précepteur fut très grande : je vis une partie de ce qui se passait pour lors à la Cour.

M. le duc de Beauvillier connaissait depuis longtemps l’abbé de Fénelon, qu’il avait souvent vu chez M. Colbert et M. le marquis de Seignelay, son fils, successivement ministres et secrétaires d’État ; il le connaissait aussi par M. Tronson, qui lui en avait toujours dit tous les biens du monde ; il vit bien que, comme le Roi l’avait chargé de chercher un précepteur d’un rare mérite, ne balançant point de son côté à proposer l’abbé de Fénelon, il devait commencer à écarter de lui tous les soupçons qu’on avait donnés au Roi contre lui sur le fait du jansénisme. Il prévint pour y réussir Mme de Maintenon, à qui il en fit le portrait du monde le plus au naturel et le plus avantageux ; j’eus occasion d’en parler aussi à cette dame dans les mêmes termes. M. l’évêque de Meaux fut consulté et dit nettement qu’il ne connaissait point d’ecclésiastique du second ordre d’un plus grand mérite que l’abbé de Fénelon. M. Tronson et le Père Le Valois, jésuite de réputation, en parlèrent de la même manière, ce qui suffisait au-delà de ce qui était nécessaire pour ôter jusqu’aux plus légères préventions qu’on avait données contre lui. Le Roi, après les assurances que Mme de Maintenon et M. le duc de Beauvillier lui donnèrent de la sagesse, de la vertu, de la piété, de la science et du Grand Esprit de ce digne ecclésiastique, ne délibéra pas davantage sur le choix qu’il devait faire d’un précepteur pour Messeigneurs ses petits-fils et le nomma pour remplir cet important emploi.

Le succès que Dieu a donné à son travail est une preuve très convaincante de la manière dont il s’en est acquitté. Le soin principal qu’il eut dans une si précieuse éducation, de laquelle dépend souvent le bonheur des peuples et du Royaume, fut de se gagner le cœur de M. le duc de Bourgogne, agissant toujours avec lui de la manière du monde la plus honnête, douce, enjouée, en quoi il réussit si parfaitement que, les autres enfants ayant souvent de la peine de voir leurs précepteurs, ce prince n’avait point de plus grand plaisir que d’être avec l’abbé de Fénelon, tant il était charmé et de tout ce qu’il lui disait et content de sa personne ; aussi avait-il trouvé le secret d’élever ce Prince d’une manière digne de son rang, en le divertissant dans le même temps qu’il l’instruisait, lui disant toujours des choses agréables lorsque même il lui enseignait les choses les plus sérieuses, afin de lui donner du goût pour l’étude et lui faire trouver du plaisir dans l’application aux sciences, desquelles souvent les précepteurs rebutent les enfants par la dureté avec laquelle ils agissent avec eux. M. l’abbé de Fénelon levait agréablement toutes les difficultés qui pouvaient arrêter ce prince. Il eut à la vérité le bonheur de trouver en lui un fond d’esprit admirable, une pénétration surprenante et infiniment au-dessus de son âge, une envie extraordinaire d’apprendre qui lui faisaient souvent proposer des questions qui donnaient de l’étonnement, un goût merveilleux pour les bonnes choses et la plus grande facilité du monde pour comprendre tout ce qu’on lui voulait enseigner.

La première vue de ce digne précepteur fut de former en Monseigneur le duc de Bourgogne un prince chrétien et tel qu’on peut le désirer pour honorer la pourpre et le diadème plutôt que d’en être honoré selon les droits de la naissance. Il ne cessait point de lui inspirer les grandes maximes de la religion, lui faisait connaître que la principale qualité qu’un grand prince devait acquérir était une piété solide, sans laquelle toutes les autres ne servent que de peu de choses et lui sont souvent très dommageables. Il lui faisait remarquer ces grandes vérités par l’étude de l’histoire sainte et de la profane ; il employait tout son savoir-faire pour cultiver autant le cœur de ce prince par l’amour de la vertu que son esprit par l’application aux sciences et aux belles-lettres. Ce que nous admirons maintenant dans M. le duc de Bourgogne, sa piété solide et son amour pour les sciences le faisant paraître un prince accompli, sera toujours l’éloge du principal instrument dont Dieu s’est servi pour former ce prince selon son cœur. Il a lui-même fait souvent connaître qu’il en conserverait une reconnaissance éternelle.

Il n’a pas eu moins d’honneur et de gloire dans l’éducation de Monseigneur le duc d’Anjou, qui est à présent Roi d’Espagne ; il trouva en ce prince un naturel porté à la vertu, doux, modéré, sans passions, très appliqué à ses devoirs, qu’il remplissait par raison, quoique souvent ils ne revinssent point à ses inclinations. Il ne put pas rendre longtemps service à Monseigneur le duc de Berry, parce qu’il était encore très jeune quand les affaires dont nous devons bientôt parler arrivèrent et qu’il se vit contraint de quitter absolument la Cour et de se retirer dans son diocèse.

Un mérite aussi rare que celui de l’abbé de Fénelon ne pouvait que faire à la Cour ou des admirateurs ou des envieux. Il en trouva aussi de ces espèces différentes. Il ne se prodiguait point indifféremment à tout le monde ; il avait un certain nombre d’amis choisis qu’il voyait régulièrement et avec lesquels il vivait avec cette honnête familiarité qui donne à l’amitié les plus doux agréments qu’elle puisse avoir en cette vie.

Quoiqu’il eût l’esprit très élevé et qu’il donnât un certain tour de noblesse et de sublime à tout ce qu’il disait, je n’ai guère vu de personnes agir avec une plus grande simplicité chrétienne. Il s’amusait avec les enfants et parlait avec une merveilleuse élévation d’esprit avec les personnes les plus éclairées. On voyait dans ses yeux un feu qui surprenait ; cependant il était maître de lui-même ; rarement l’a-t-on vu se laisser aller à des mouvements d’impatience. Son cœur était droit, ses intentions pures, sa conduite sans reproche et dans une continuelle pratique de la vertu, dont il estimait plus les trésors que tous les biens du monde. Aussi, quoique pressé par plusieurs de ses amis de demander ou faire demander au Roi des bénéfices, il n’écouta jamais leurs conseils et attendit que la Providence lui en procurât pour n’avoir pas à se reprocher de les avoir brigués, comme il est malheureusement d’usage, et principalement à la Cour, de le faire : il avait déjà servi les princes plusieurs années quand le Roi lui donne à l’abbaye de Saint-Valéry, en Picardie. Il s’appliquait à l’étude autant que ses occupations lui pouvaient permettre ; il s’occupait principalement à celles qui pouvaient être utiles aux princes de qui on lui avait fait l’honneur de lui confier l’éducation.

Il s’entendait si parfaitement avec M. le duc de Beauvillier qu’on aurait dit qu’ils n’avaient qu’un même esprit et une seule âme. Accord de volonté, de sentiments, de conduite si nécessaires dans ces sortes d’emplois, afin que l’un ne détruise pas ce que l’autre ferait et que, de concert, ils travaillent à former un prince capable de gouverner les peuples avec sagesse, qui puisse avoir toujours devant les yeux les exemples de modération qu’on leur a donnés dans les premières années de leur enfance et de leur jeunesse. Je ne crois pas qu’il soit rien arrivé de pareil dans l’éducation d’aucun prince. Comme j’avais souvent l’occasion d’être le témoin de ce qui se passait, je ne pouvais assez admirer la bonté de Dieu envers ces princes et je me persuadai dès lors très fortement que Dieu destinait Monseigneur le duc de Bourgogne à de grandes choses, lui ayant donné une prodigieuse étendue d’esprit et ayant fait mettre auprès de lui des personnes d’une sagesse consommée pour répondre aux desseins de son adorable providence. Nous parlerons dans la suite de ces mémoires de Monseigneur le duc de Bourgogne, dont je ne puis me lasser de penser et de dire beaucoup de bien, tant j’estime la France heureuse d’avoir un prince si accompli et dont j’espère que Dieu se servira un jour pour relever la gloire de ce Royaume, mais il faut revenir à l’abbé de Fénelon.

Étant tel que je viens de le décrire en peu de mots, il ne faut pas s’étonner qu’on s’empressât de le connaître et de lier amitié avec lui. Mme de Maintenon, qui ayant tout l’esprit possible aimait les personnes qui lui ressemblaient, conçut en peu de temps une grande estime pour ce vertueux abbé. Elle le voyait le plus souvent qu’il lui était possible et, afin de pouvoir être plus en liberté, elle allait passer deux ou trois demi-journées de chaque semaine dans les hôtels de Chevreuse et de Beauvillier, où l’on avait pratiqué de petits appartements et où même, pour être plus à portée de parler à son aise sans être interrompu ni entendu de personne, après qu’on avait fait garnir la table et le buffet pour le dîner, les laquais se retiraient. C’était dans ces endroits, où nul n’était admis que M. Et Mme de Chevreuse, M. et Mme de Beauvillier, où l’abbé de Fénelon faisait des conférences sur des matières spirituelles et de piété et où l’on traitait aussi de plusieurs affaires secrètes qui pouvaient regarder la gloire de Dieu. Depuis les affaires arrivées à l’occasion de Mme Guyon, Mme de Maintenon m’a dit qu’on y parlait aussi de l’oraison, par rapport à ce qui s’en disait pour lors dans le monde. Ces sortes de conférences durèrent assez longtemps ; on ne savait à la Cour ce que cela voulait dire, mais on voyait bien que ceux et celles qui en étaient étaient des personnes de la faveur.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_abbe_de_fenelon.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – La lettre de cachet

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
La lettre de cachet

Cette dame, quelque temps après l’impression de ses livres, vint à Paris avec son Père La Combe. Elle crut y être bien cachée, ayant pris une maison assez écartée, mais elle se trompa. M. l’évêque de Genève, qui, après leur sortie de son diocèse, avait eu tout le temps d’examiner à fond les sentiments qu’elle avait inspirés à plusieurs personnes, se crut obligé, quand il apprit qu’elle était arrivée à Paris avec son directeur, d’en donner avis à M. l’archevêque, qui était M. de Harlay. Ce prélat en fit faire la recherche et fit examiner de près la conduite et les sentiments : il en rendit compte au Roi, qui, par lettre de cachet, la fit enfermer dans le couvent des filles de la Visitation de la rue Saint-Antoine. Elle sut si bien s’y contrefaire que ces religieuses la regardaient comme une sainte ; elles en parlaient en ces termes. L’archevêque, de son côté, chargea le sieur Chéron, son official, homme assez connu dans le monde par le dérèglement de ses mœurs, de la voir, d’examiner sa doctrine, de raisonner avec elle sur ses livres et de tâcher d’approfondir ses sentiments.

Pendant qu’elle était dans ce couvent, Mademoiselle sa fille fut adressée à un prêtre de la Mission nommé M. Jassault, qui était le Confesseur de Mme de Maintenon et de la plupart des dames de la Cour. Ce que cette jeune personne lui raconta du triste état de sa mère le toucha et l’engagea d’en parler à Mme de Maintenon ; cette illustre dame fut à son tour sensible à ce qu’on lui en dit et demanda sa liberté au Roi, qui la lui accorda. Cependant, avant que de sortir du couvent, Monseigneur l’archevêque de Paris lui fit désavouer ses livres et lui fit dire par son official qu’il lui défendait de parler jamais à qui que ce soit de ces matières de la nouvelle spiritualité, ce qu’elle promit et ce qu’elle n’eût pas la fidélité de tenir, comme nous allons le voir.

Dès qu’elle fut sortie du couvent de la Visitation, elle vint remercier Mme de Maintenon de la grâce qu’elle avait obtenue du Roi par son crédit. Comme elle était très insinuante et fort adroite, elle eut le don de plaire à cette dame ; elle lui faisait de temps en temps sa cour et le faisait toujours à son avantage, étant persuadée que si elle pouvait l’engager dans ses intérêts, elle n’aurait plus rien à craindre dans la suite et serait, à sa faveur, à couvert de toutes les poursuites qu’on pourrait faire contre elle. Une autre chose lui servit encore beaucoup pour se bien mettre dans son esprit et espérer sa protection. Mme de Maintenon avait cherché avec beaucoup de soin des filles capables de l’aider dans le gouvernement de la maison de Saint-Cyr, dont nous parlerons à fond dans la suite de ces mémoires : entre celles qu’on lui donna fut Mme de La Maisonfort, qui était chanoinesse et patente de Mme Guyon. M. l’abbé Gobelin, qui avait pour lors la conduite de cette maison et de ces filles, avait aussi toute la confiance de Mme de Maintenon, qui depuis plusieurs années et devant qu’elle fût à la Cour, l’avait choisi pour le directeur de sa conscience. Ce vertueux ecclésiastique était aussi le directeur de cette chanoinesse, et il en dit tant de bien à cette illustre dame qu’elle eut pour elle une fort tendre amitié. Elle avait, en effet, tout l’esprit possible et sa conduite était aussi bonne que son esprit ; douce, honnête, affable, toujours prête à rendre service, très propre à former les jeunes demoiselles, elle se faisait estimer de tout le monde. Comme elle avait toute la confiance de Mme de Maintenon, il ne lui fut pas difficile de lui donner des sentiments avantageux de Mme Guyon sa parente ; elle fut crue sur sa parole et sur son témoignage.

On voulut connaître par soi-même si ce qu’on en disait était bien véritable : on la fit venir à Saint-Cyr. Elle y fit divers voyage : elle y demeurait quelquefois deux, quelquefois trois ou quatre jours et souvent davantage. Pendant ce temps-là, elle fut et bien reçue et fort goûtée, mais on ne s’apercevait pas que peu à peu elle insinuait ses maximes à de jeunes dames de la maison, que la curiosité rendait attentives à ses instructions, qui leur plaisaient d’autant plus qu’on leur promettait une perfection très sûre et très facile. Je dois leur rendre ce témoignage que leur intention était bonne, mais qu’elles n’eurent pas assez de lumières pour distinguer l’illusion, dans laquelle on les jetait sans y penser, de la vérité à laquelle seule elles devaient s’attacher.

Une de celles qui fut le plus gagnées fut sa parente. Dieu permit que, pendant le temps que cette dame demeurait à Saint-Cyr, elle communiquât quelques écrits de sa façon à ces jeunes filles. M. l’évèque de Chartres en fut averti ; il voulut, comme il le devait, approfondir l’affaire ; il obligea ces filles à lui remettre ses papiers : on le fit avec peine, mais enfin il fallut obéir. Une d’entre elles lui remit un livre écrit à la main, tout relié. Elle avait pris la précaution de coudre quelques feuillets et avait, par grâce, supplié qu’on ne les décousît point et qu’on n’en fît point la lecture. J’ai lu une partie de ce livre où étaient les principes de la nouvelle spiritualité, et j’en dis mon sentiment à ce prélat qui me l’avait demandé. Mais, avant que nous écrivions la suite de cette histoire par rapport à la maison de Saint-Cyr, il est à propos de voir ce qui se passait à la Cour à l’occasion de cette dame.

Elle se servit de la faveur qu’elle avait pour se bien mettre dans l’esprit des personnes de qualité qui faisaient profession ouverte d’une piété distinguée à la Cour. Elle trouva assez de facilité pour y réussir.

M. le duc de Charost connaissait Mme Guyon depuis plusieurs années. Feu M. le duc de Béthune, son père, qui avait été capitaine des gardes du Roi, avait eu le malheur d’être enveloppé dans la disgrâce de M. Foucquet, dont il avait épousé la sœur ; il fut exilé à Montargis et logea chez le père de Mme Guyon, où il la connut. Mme de Charost, après la mort de son mari, conserva toujours beaucoup de reconnaissance pour cette famille, et M. le duc de Charost et MM. ses fils eurent pour elle les mêmes sentiments et les inspirèrent à plusieurs, et en particulier à ceux dont je parle. Il lui prêtait l’appartement qu’il avait à Versailles ; elle y venait très fréquemment, on la venait visiter, elle parlait à merveille et l’on ajoutait foi à ses paroles. Elle se servit de cette confiance qu’on avait en elle pour insinuer très adroitement ses sentiments. Cependant elle eut assez d’adresse pour les cacher sous le voile d’une spiritualité bien approuvée, car je suis obligé de dire que, si les personnes qu’elle voyait eussent aperçu qu’elle eût des opinions condamnables, elles l’auraient absolument abandonnée. C’est ainsi qu’elle se mit bien avant dans les bonnes grâces et l’amitié de M. et Mme de Chevreuse, de M. et Mme de Beauvillier, de quelques gentilshommes de Monseigneur le duc de Bourgogne, mais elle s’insinua encore plus dans l’esprit de M. l’abbé de Fénelon, qui fut peu après nommé à l’archevêché de Cambrai. Comme il a fait le principal personnage dans toute cette affaire, il est nécessaire de le faire connaître tel qu’il a été et qu’il est encore de l’aveu de tout le monde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_la_lettre_de_cachet.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Succès du « Moyen Court »

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
Succès du « Moyen Court »

Comme cette dame y rendait le chemin de la plus haute perfection et de la contemplation la plus sublime le plus aisé et le plus facile du monde, il n’est pas croyable combien de gens, sans s’apercevoir de l’illusion, donnèrent dans ces opinions erronées. On leur ôtait la pratique d’une infinité d’exercices usités parmi les personnes spirituelles pour les détacher d’elles-mêmes et les porter à la mortification intérieure de leurs passions et à la mortification extérieure de leurs sens ; on réduisait toute la spiritualité à un simple acte de la vue de Dieu en soi-même, en une indifférence parfaite sur toutes choses, sur la vertu même, et sur son propre salut et dans un abandon général à la volonté de Dieu à l’égard même de la réprobation ou de la félicité éternelles. Il ne fallait plus, selon ces principes, s’occuper à la méditation des grandes vérités de l’Évangile ou des mystères de la vie et de la mort de Jésus-Christ ; il ne fallait pas même s’appliquer à la considération de sa sacrée humanité, qui, selon ses faux mystiques, ne pouvait être l’objet de la pure contemplation ; il fallait rejeter tout autre objet que celui de l’être divin, qu’on devait même envisager si simplement en lui seul qu’on ne pensât pas même dans le détail à ses perfections adorables.

On voit bien que, sur ces principes, on retranchait toutes les pratiques extérieures, les prières vocales, et même celles d’obligation comme est la récitation du bréviaire aux ecclésiastiques, qui en étaient dispensés par les règles de la nouvelle spiritualité. Rien n’était plus commode à toute sorte de personnes, puisqu’on leur retranchait tout ce qui fait le plus de peine dans les exercices de la piété et qu’on les élevait tout d’un coup à une perfection très éminente. Les pécheurs même qui pensaient sérieusement à se convertir étaient invités, dès le commencement de leur conversion, à cette vie sublime ; on les introduisait d’un plein vol dans la chambre de l’Époux, avant même qu’ils eussent travaillé à apaiser sa juste colère par l’abondance de leurs larmes et par les pénibles travaux de la pénitence. Aussi ces voies de roses et de lis si douces à la nature, si faciles à pratiquer, si éloignées de toutes sortes d’austérités et de peines, furent du goût de bien des gens, et en peu de temps on vit de tous côtés des disciples de la nouvelle théologie mystique et des partisans des ouvrages et des sentiments de Mme Guyon.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_le_succes_du_moyen_court.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le Père La Combe

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
Le Père La Combe

Ce père avait de la réputation pour sa capacité ; il passait aussi pour très vertueux. Cette jeune dame s’attacha à sa direction et ensuite, ce qui lui fut infiniment funeste, à sa personne. Il y a de l’apparence que ce prêtre avait déjà des sentiments outrés sur la théologie mystique et qu’il en portait trop loin les principes, et dont il en tirait de très mauvaises conséquences. Il conseilla à sa pénitente de s’appliquer à la lecture de ces livres mystiques, et je crois que ce fut l’une des sources de son malheur. Comme elle avait tout l’esprit du monde, ce genre d’écrire et de penser lui plut infiniment. Elle raffinait elle-même beaucoup sur ces ouvrages et sur les expressions de ces auteurs ; elle ne se regardait plus comme disciple de ces théologiens, elle crut en [savoir] au moins autant qu’eux et prit le parti et la résolution de s’en faire au moins la compagne et même de porter le plus de monde qu’elle pourrait à cette sorte de spiritualité sublime, dont très peu sont capables, je dis même de celle qui est la plus approuvée et qui a été pratiquée par les plus grands saints.

Le temps que le Père La Combe devait demeurer à Montargis étant près d’expirer, elle prit la résolution de le suivre où il serait envoyé par ses supérieurs. Elle se défit pour ce sujet de l’administration de ses biens, en laissa la jouissance à deux de ses enfants ; elle résolut de mener avec elle une seule fille qu’elle avait, qui était encore très jeune, et se réserva pour elle une pension, 2000 livres ou peu davantage, d’un très gros bien qu’elle possédait.

Pour empêcher qu’on ne crût que l’attachement qu’elle avait pour le Père La Combe fût la seule cause de la résolution qu’elle avait prise, elle alla, pendant quelque temps, demeurer à Paris, chez les Nouvelles Catholiques, qui avaient aussi des maisons dans le diocèse de Genève, où le père La Combe avait reçu ordre de se rendre. Elle fit comprendre aux demoiselles qui conduisaient cette maison que Dieu lui avait inspiré un ardent désir de travailler comme elles faisaient à la conversion des hérétiques de son sexe et qu’elle sacrifierait pour une si bonne fin le bien qui lui restait, son temps, ses soins, sa santé et sa vie. Elle proposa même adroitement l’envie qu’elle sentait sous ce spécieux prétexte d’aller dans le pays de Genève pour y combattre l’erreur dans les endroits où elle avait pris naissance et y avait fait des maux infinis. Son bel esprit, la vertu dont elle faisait profession, ce zèle apparent de travailler à la sanctification des âmes déterminèrent ces bonnes filles à consentir à ce qu’elle désirait, ne sachant rien de ces liaisons si étroites qu’elle avait avec ce barnabite et ne pouvant connaître quelle était la raison la plus forte qui l’engageait à entreprendre ce voyage et s’éloigner de sa famille et de son pays.

Elle partit donc de Paris avec son Père et alla demeurer dans la maison des Nouvelles Catholiques, dans le Chablais. Elle y acquit d’abord beaucoup de réputation ; elle avait le talent de se faire estimer par ses manières adroites, spirituelles et très insinuantes. Elle commença à y répandre sa doctrine et ses sentiments ; elle trouva le moyen d’avoir l’entrée dans quelques maisons de religieuses, et, parmi ces filles, elle en rencontra de propres à ses desseins ; elle ne manqua pas de leur insinuer ses opinions sur la vie mystique et engagea quelques-unes d’entre elles, portées par un esprit de curiosité ou de légèreté si ordinaire aux personnes de leur sexe. Elle eut aussi l’adresse de faire connaissance avec les Pères Carmes déchaussés de ce diocèse ; elle en fut estimée et, comme ces vertueux religieux travaillent beaucoup à la vie intérieure, ils y laissèrent d’autant plus facilement surprendre qu’ils ne purent s’apercevoir que sa doctrine s’écartait de celle de leur vénérable fondatrice et du bienheureux Jean de la Croix. Peut-être aussi qu’elle avait le soin, comme je n’en doute pas, de ne leur parler que le langage de ces saintes âmes dont elle avait lu souvent les ouvrages.

Monseigneur Jean d’Arenthon était pour lors évêque de Genève ; il était un des plus grands prélats de son temps, zélé, très vigilant, très docte, fort appliqué à tous les devoirs de la vie épiscopale, et, pour renfermer en un seul mot tous les éloges qu’il mérite, il était le très digne successeur de l’incomparable Saint-François-de-Sales. Ce vertueux prélat s’aperçut de ce qui se passait et, par sa vigilance ayant approfondi tout ce qu’on tenait fort secret, il donna de sages avis au Père La Combe et à Mme Guyon et conseilla à celle-ci de s’en retourner à Paris et d’être plus circonspecte dans sa conduite et dans ses sentiments sur des matières très abstraites d’oraison sur lesquelles on devait avoir des précautions infinies. Ce vénérable évêque ne laissa pas que de lui donner un bon témoignage sur sa vie et ses mœurs, et d’en écrire ensuite assez avantageusement lorsqu’on le pria de dire ce qu’il avait remarqué en cette dame.

Elle devait profiter des conseils que M. d’Arenthon lui avait donnés et revenir à Paris pour y demeurer cachée. Au lieu de les suivre, elle résolut d’aller en Italie, où les supérieurs du Père La Combe l’obligèrent de se rendre, et ils demeurèrent tous deux à Verceil, qui était le lieu de la résidence de ce Père. Ce fut là qu’il composa en latin son analyse sur la théologie mystique, qui fut quelques années après condamnée à Rome et à Paris, comme nous le verrons bientôt. C’est dans cette ville que Mme Guyon avoue, dans sa propre vie qu’elle a écrite et que j’ai lue, qu’ayant une grande compassion de l’état intérieur du Père La Combe, qui avait encore de certains attachements très difficiles à rompre qui regardaient la vertu (car dans ses principes il fallait être très indifférent sur cela même), elle fit le sacrifice de sa beauté en sa faveur. Il ne s’agissait pas de la beauté du visage, mais de celle de l’âme, dont elle ne prétendit faire qu’une perte apparente, conservant toujours devant Dieu la pureté de cœur lorsqu’elle avait un commerce déréglé avec son directeur. C’est ce qu’elle-même a expliqué dans son livre des cantiques, exposant ses paroles de l’époux : « Je me suis dépouillé de mes habits, comment les pourrais-je reprendre ! ».

Ce commerce ne fut pas si secret qu’on n’en aperçut quelque chose ; on en donna même avis à M. le duc de Savoie, qui fut sur le point de donner ses ordres pour les arrêter. Apparemment qu’on les avertit de la résolution de ce prince ; ils se dérobèrent à sa vigilance, se retirèrent du Piémont, revinrent en France, croyant y devoir être plus en sûreté. Mme Guyon passa à Grenoble, y fit quelque séjour, pendant lequel elle se glissa dans quelques communautés de filles, qu’elle infecta de ses erreurs : M. le cardinal Le Camus en eut connaissance et remédia très secrètement au mal qu’elle avait fait et la détermina quitter son diocèse. Elle vint à Lyon, où elle fit imprimer son Moyen Court et son explication du Cantique des Cantiques avec l’approbation de quelques docteurs. Elle ne mit pas son nom à ces deux ouvrages, mais personne n’ignorait qu’ils ne fussent de sa composition ; elle en distribua un grand nombre d’exemplaires ; les libraires de leur côté en vendirent encore davantage, de sorte qu’ils furent en peu de temps répandus dans toute la France.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_le_pere_la_combe.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Madame Guyon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
Madame Guyon

Il n’est pas nécessaire de parler ici dans le détail de tous ces livres qui donnèrent occasion assez abus et à ces égarements ; traitons ici plutôt ces sortes d’affaires historiquement. Mais il est à propos de faire le récit d’une aventure assez singulière et qui a fait le plus de bruit dans le monde, et particulièrement à la Cour. Comme j’ai été le témoin de tout ce qui s’y est passé, j’en puis parler plus certainement que bien d’autres qui ne l’ont su que par ouï-dire et sur la foi d’autrui.

Deux personnes se sont distinguées entre les quiétistes de notre temps, nom qui a été donné à ceux qui s’étaient engagés dans cette secte : le Père La Combe, barnabite, et Mme Guyon, veuve dont les aventures ont été connues de bien des gens. Cette dame était de Montargis, jolie ville du Gâtinais ; elle s’y maria avec M. Guyon, conseiller au Parlement de Paris, et qui, comme elle, avait beaucoup de bien. Elle ne fut pas longues années mariée ; son mari mourut et la laissa libre. Elle avait infiniment d’esprit, était parfaitement bien faite de sa personne et avait un grand penchant à la vertu, à la piété et à l’exercice des bonnes œuvres, et principalement envers les pauvres. Elle s’était appliquée, dès le temps de sa première jeunesse et ensuite pendant son mariage, à la dévotion. Devenue veuve, elle s’y donna tout entière et était l’exemple de Montargis et de tous les environs.

Lorsque je demeurais au séminaire de Sens, y enseignant la théologie, j’eus occasion de faire un voyage en cette ville, où je fis connaissance avec le frère de cette dame, qui en était Procureur du Roi et qui vivait d’une manière très exemplaire. J’appris par le témoignage de tous les plus honnêtes gens de Montargis combien la vertu de Mme Guyon et sa personne y étaient respectées. Tout le monde en général et en particulier en disait mille biens, et l’on ne pouvait se lasser de lui donner des louanges. Elle était pour lors sous la conduite du Père Archange ou Enguerrand, récollet, homme d’un rare mérite, de beaucoup de talent pour la prédication, très savant et encore plus vertueux, dont nous aurons occasion de parler dans la suite de ces mémoires. Comme elle était très bien conduite par un religieux si éclairé, elle fit sous sa direction de grands progrès dans la vertu. Par malheur pour elle, il fut ailleurs par l’obéissance ; cette dame se mit alors entre les mains de son curé, qui était chanoine régulier de Sainte-Geneviève. Comme elle ne remarqua pas en lui le même esprit intérieur du père Enguerrand, elle le quitta à l’arrivée du Père La Combe, qui fut envoyé malheureusement pour lui et pour elle dans la maison ou collège que les Pères barnabites ont à Montargis.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_madame_guyon.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le prêtre Molinos

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes

Le prêtre Molinos

Un prêtre espagnol nommé Molinos attira à lui une infinité de disciples de tous états, de tous sexes et de toute condition. Sa manière de vie, qui paraissait extérieurement très mortifiée, le détachement apparent de toutes créatures, des honneurs, des biens, des plaisirs, son air modeste et composé, sa vie retirée, ses paroles qui semblaient pleines d’onction le firent admirer et suivre dans la capitale du monde chrétien. Déjà sa réputation s’était répandue partout, et il était consulté de près et de loin par les personnes les plus éclairées ou celles qui se croyaient appelées de Dieu dans les exercices d’une vie plus intérieure. On recevait ses réponses comme des oracles, et l’on ne pouvait pas croire qu’un si rare homme fût trompé par le démon et lui servit pour tromper les âmes.

Mais Dieu, qui veille toujours à la conservation de ses élus, fît enfin découvrir le venin qu’il répandait et qu’il avait toujours caché avec une adresse merveilleuse, car il recommandait un secret inviolable aux âmes qu’il avait initiées à ces mystères d’iniquité et, pendant qu’il ne parlait aux autres que de perfection, de sainteté, de mortifications, de détachement universel de toutes choses, des voies de Dieu dans l’oraison et de la contemplation la plus sublime, il s’expliquait aux autres d’une manière bien différente. Il leur enseignait des abominables principes et souvent même, avec des femmes qu’il avait séduites, il commettait des abominations dont on ne peut parler avec pudeur.

M. le cardinal d’Estrées étant pour lors à Rome pour les affaires du Roi et du Royaume eut connaissance de cet affreux dérèglement capable de produire des maux infinis. Il en parla à Innocent XI, à qui le Roi en avait aussi écrit sur les mémoires, qu’il en avait reçus. Ce saint Pape, qui jusqu’alors sur le rapport de plusieurs personnes illustres par leur rang et leur piété avait eu beaucoup d’estime pour ce prêtre, eut de la peine à croire ce qu’on lui en dit de mal. Cependant il promit de s’en faire exactement informer et d’y apporter de prompts remèdes, en cas que les crimes dont on accusait cet imposteur se trouvassent véritables. Le temps de ces enquêtes et informations dura assez longtemps, car à Rome on est dans l’usage de ne pas se presser beaucoup dans la décision des affaires et principalement lorsqu’elles sont importantes, et en cela ils en usent avec beaucoup de sagesse.

On ne fut que trop clairement convaincu de la vérité des faits qu’on avait avancés tant sur la mauvaise et pernicieuse doctrine de Molinos que sur sa conduite personnelle et sur celle qu’il tenait à l’égard de ses disciples, et principalement avec ses pénitentes ou ses dévotes ; on ne put donc se dispenser de l’arrêter et de le faire enfermer à l’Inquisition. On instruisit son procès : outre son livre de la Guide spirituelle, qu’on fit examiner par les qualificateurs du Saint-Office, on eut plusieurs dépositions qui regardaient les principes qu’il enseignait et qui étaient horribles ; on entendit aussi grand nombre de témoins sur ce qui regardait ses actions, et l’on trouva de quoi le condamner à des peines très grave. On ne procéda qu’avec beaucoup de lenteur à son procès ; peut-être le nombre et le rang de ceux qui tâchaient de le tirer de ce mauvais pas étaient la cause de ces longs délais.

Le cardinal d’Estrées, d’un autre côté, employait toute sa vivacité à presser sa condamnation. Il informait le Roi de tout ce qui se passait. Enfin, comme on remettait de jour en jour le jugement de cette affaire, le Roi écrivit à ce cardinal pour représenter au Pape que tous les gens de bien étaient scandalisés de ces délais, qu’il était extraordinaire qu’à Rome, où l’on doit avoir plus de zèle qu’ailleurs pour s’opposer aux nouvelles doctrines, on eut été si longtemps à être informé de l’abomination de celles du prêtre Molinos et qu’on ne l’était pas moins des longueurs qu’on apportait à la finir, qu’il fallait que le Pape se déterminât promptement à prendre son parti, ou qu’il verrait ce qu’il lui conviendrait de faire dans une occasion où la religion était si fort intéressée. Le cardinal s’acquitta très exactement des ordres qu’il avait reçus. On vit bien qu’on ne pouvait plus reculer, on se hâta de finir les procédures et, pour abréger en peu de mots cette histoire, Molinos, atteint est convaincu d’une doctrine et d’une vie très abominables, fut condamné à une prison perpétuelle, ayant préalablement abjuré en pleine église ses erreurs. Il fit cette abjuration ; on assure qu’il y parut d’un air ferme et intrépide, après quoi il fut conduit en prison où, après plusieurs années, il a enfin fini ses jours.

Il y a quelque apparence qu’il avait des commerces de lettres avec quelques personnes de France. Son livre n’y était pas inconnu à plusieurs ; ses principes l’étaient encore moins. On était averti qu’il courait dans le monde quelques livres de mystique ou dont on a usé ou qui, n’étant pas bons et conformes aux sentiments de l’Église, produisaient de forts mauvais effets dans les âmes des simples qui n’avaient pas assez de pénétration et de lumière pour se garantir contre les erreurs et illusions. Les évêques s’en étant aperçus dans leur diocèse y apportèrent les remèdes convenables, mais ils ne suffirent pas pour arrêter le progrès du mal, qui était devenu considérable par le nombre des personnes abusées et par la facilité que ces auteurs mystiques prétendaient y avoir d’élever les âmes sans beaucoup d’efforts et de peine à la contemplation la plus simple et la plus élevée.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_le_pretre_molinos.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – La théologie mystique

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VII – Les Quiétistes
La théologie mystique

On ne peut douter qu’il n’y ait une véritable théologie mystique, très bonne en soi, connue des saints, examinée par les plus habiles maîtres du monde, enseignée par les Pères, approuvée de l’Église et qui nous a été transmise par la tradition. Dieu, dans tous les siècles, a inspiré à quelques-uns de s’y appliquer, de s’en servir et de faire connaître par la sainteté de leur vie que les principes sur lesquels ils formaient leur spiritualité étaient solides et entièrement conformes à la doctrine de Jésus-Christ.

Il n’est pas moins certain aussi qu’il ne convient pas à tout le monde de s’attacher à la lecture de ces sortes de livres, qui peuvent être utiles à peu de personnes et très préjudiciables à plusieurs, comme l’expérience ne l’a fait que trop connaître. Ainsi, lorsqu’on se sent porté à en écrire, il faut être d’une circonspection infinie pour ne pas donner lieu, par des termes ambigus ou trop obscurs, de faire tomber des âmes simples dans des erreurs grossières. Il est même de la prudence chrétienne d’écrire très rarement de ces sortes de matières et se contenter, comme le disait Saint-Bernard, de sentir en soi les onctions de l’Esprit saint, sans vouloir trop approfondir les secrets de Dieu et ses admirables voies dans les âmes.

Il est vrai qu’il est à propos que les directeurs, et principalement ceux qui sont destinés à conduire des personnes spirituelles, doivent avoir la connaissance de cette divine théologie, pour être en état d’éprouver les esprits, s’ils sont de Dieu ou s’ils sont du démon, car, sans cette connaissance, il est à craindre ou qu’on ne fasse sortir une âme de l’état où Dieu l’a appelée ou qu’on ne la retienne dans de grands égarements qui ont souvent des suites très funestes. Il est aussi très constant qu’il y a une fausse théologie mystique, qui n’a pu être enseignée que par le Père du Mensonge qui, selon l’expression de saint Jean Chrysostome, contrefait autant qu’il lui est possible toutes les œuvres de Dieu, pour précipiter avec lui dans une perte commune ceux qui, pour le croire, donnent dans ses illusions et s’écartent de la voie droite, simple et unique de la vérité. Dans tous les temps, il y a eu dans l’Église de faux et de vrais gnostiques ou mystiques. Dès les premiers siècles, les uns et les autres ont fait paraître ce que pouvait être l’esprit de Dieu et l’esprit de malice dans les âmes.

Il n’est pas nécessaire de justifier ce que nous avançons, il ne faut être que médiocrement versé dans l’histoire ecclésiastique et dans la lecture des Pères pour en être entièrement convaincu. De là nous tirons cette conséquence que, comme il y aurait de l’ignorance, de la méchanceté, de la témérité de condamner toute sorte de théologie mystique, il y aurait aussi de la légèreté, de la surprise, de la grossièreté à donner dans les opinions des faux mystiques, dont les erreurs ont été si souvent et si solennellement condamnées dans tous les temps par la sainte Église.

Il faut avouer que, depuis près de deux siècles, Dieu a par sa miséricorde suscité de grands saints qui, par le zèle qu’il leur avait inspiré, ont travaillé à renouveler cet esprit intérieur à quoi il semble qu’on ne s’appliquait pas comme on le devait. Les bienheureux Jean de la Croix Avila, Sainte Thérèse, Saint Pierre d’Alcantara en Espagne, Saint Philippe de Néri, saint Ignace, saint François de Borgia en Italie, saint François de Sales, le cardinal de Bérulle, MM. Vincent et Ollier ont été les dignes instruments dont Dieu s’est servi pour porter les âmes à cette vie intérieure si conforme à l’esprit de l’Évangile et aux exemples que Jésus-Christ nous a donnés ; mais, dans le même temps que Dieu a procuré sa gloire et la perfection des âmes par une voie si sainte, il a permis au démon de se transfigurer en ange de lumière pour surprendre plusieurs personnes qui ont très funestement donné dans de furieux égarements. Les illuminés d’Espagne et ceux qui parurent en France il y a près de soixante et dix ans en sont des preuves bien sensibles, mais rien ne le fait voir plus évidemment que ce qui est arrivé de notre temps à Rome même, le centre de la religion, et dans la France.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_la_theologie_mystique.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Une malencontreuse partie de cartes ou l’évêché perdu

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Une malencontreuse partie de cartes ou l’évêché perdu

Monseigneur l’archevêque de Reims qui, comme je l’ai remarqué ci-dessus, favorisait en tout ce qu’il pouvait le parti des jansénistes et chagrinait dans toutes les occasions qui se présentaient les jésuites par l’aversion déraisonnable qu’il avait conçue contre eux, était ravi d’en trouver de les mortifier. On lui rendait aussi la pareille ; de temps en temps on faisait courir des écrits contre lui. Un de ceux qui le mortifia le plus était intitulé « les Maroliques » : il y avait de certains faits et historiettes qui faisaient connaître le genre du personnage et faisaient de lui un portrait assez au naturel et qui lui déplaisait extrêmement. Il cherchait de son côté le moyen de s’en venger. Les jésuites du collège de Reims avaient fait soutenir une thèse dans laquelle il y avait des propositions propres à leur école. Le prélat résolut de les censurer, il le fit d’une manière humiliante pour ces Pères ; ceux-ci ne demeurèrent pas sans réplique. L’archevêque en porta sa plainte au Parlement de Paris. Il croyait que cet écrit serait traité de la même manière que l’avait été le « Problème » composé contre M. le cardinal de Noailles. Il fut trompé dans son espérance : M. de Harlay, premier président, ordonna que les jésuites feraient une espèce de satisfaction, mais elle était conçue en de certains termes qui donnaient gain de cause aux jésuites et piquaient au vif le prélat.

Le Père de La Chaise voulut reconnaître le plaisir que le premier président avait fait à sa Compagnie. Ce magistrat lui avait fort recommandé de Rodelet, parent de sa première femme, pour lequel il avait beaucoup de considération. L’évêché de Poitiers étant venu à vaquer, le père confesseur proposa au Roi pour remplir cette place l’abbé dont il est question ; le Roi le nomma sur la proposition du Père de La Chaise. Mais l’archevêque de Reims, pour faire de la peine aux jésuites et au premier président desquels il n’était pas content, parla fortement au Roi contre cet abbé, dit que c’était un mauvais sujet, et si attaché au jeu que, sans avoir égard à la sainteté du temps ni même aux bienséances, il avait passé toute la nuit du Jeudi au Vendredi saint à jouer aux cartes avec le sieur Bégon, commis de M. de Pontchartrain. Le Roi, qui depuis quelques années est fort attentif à ne donner ces premières places de l’Église qu’à ceux qui en sont dignes par leur capacité et par leur vertu, ne répondit rien sur l’heure, prit quelques jours pour se faire informer du fait, et ensuite raya le nom de cet abbé de la feuille des bénéfices, desquels on n’avait pas encore expédié les brevets.

On ne peut dire combien cet exemple fit de bruit à la Cour, dans Paris et dans toute la France. Il étonna d’autant plus qu’il était plus rare et fit faire de sérieuses réflexions à ceux qui prétendaient à ces dignités pour les engager à se conduire d’une manière irréprochable et qui ne put point leur attirer une semblable disgrâce. Cet abbé, si ignominieusement exclu de l’épiscopat, en conçut tout le chagrin qu’on peut s’imaginer ; voyant sa réputation si horriblement flétrie, il alla se confiner dans une Chartreuse pour se dérober à la vue du monde, non pas dans le dessein de s’y faire religieux, mais pour ne point paraître ; après quelque temps d’une retraite qui aurait pu lui être utile, il se retira dans l’abbaye de Sainte-Croix près d’Évreux et ensuite retourna à Vannes, sa patrie, où il avait un bénéfice considérable dans la cathédrale. Il conservait toujours dans son cœur la douleur de la disgrâce qui lui était arrivée. Une occasion se présenta d’en témoigner son chagrin.

Le Roi, pressé de tout côté par la guerre que les alliés, ses ennemis, lui faisaient à outrance, ne pouvait fournir aux immenses dépenses qu’il lui fallait faire sans trouver de nouveaux moyens d’avoir de l’argent. On s’en était servi d’un qui fut à la fin très préjudiciable à l’État et aux particuliers, qui était des billets de monnaie qu’on était obligé de recevoir dans le commerce. Le prodigieux nombre de ces billets causa de très grands désordres. Le Roi voulut y remédier et en supprimer au moins la plus grande partie. Pour y réussir, il fit tenir une Assemblée du Clergé en l’année 1707, dans laquelle il demanda au clergé de se faire caution pour la somme de trente-trois millions sur ces billets de monnaie, ce qui fut accordé et ce qui depuis n’a pas eu son effet. Comme il fallut tenir les assemblées diocésaines pour députer à l’assemblée des provinces, l’abbé de Rodelet se trouva à celle de Vannes. Il crut devoir en cette occasion se signaler, car lui seul, non seulement de vive voix mais aussi par écrit, protesta contre ce qu’on pourrait faire sur cet engagement du clergé avec le Roi pour l’affaire de ces trente-trois millions. On eut bien de la peine à croire que la vue des véritables intérêts du clergé l’eût porté à se distinguer seul de tous les autres ; on ne douta nullement que le ressentiment de l’affront qu’il avait reçu ne fût la cause d’une partie qu’il prit, et qui ne servit de rien qu’à le décrier encore davantage dans l’esprit du Roi et du public. Il ne convient jamais à un sujet de vouloir s’en prendre à son souverain, encore moins à un prêtre qui doit donner aux peuples l’exemple d’une soumission parfaite.

On ne peut dire avec quelle attention le Roi veillait sur son royaume pour empêcher toute mauvaise doctrine et pour procurer qu’on enseignât partout celle de l’Église. Quand il apprenait qu’il y avait dans les diocèses quelques personnes d’une doctrine suspecte, il en faisait aussitôt écrire aux évêques par ses Secrétaires d’État, ou s’il le voyait à la Cour, il leur disait lui-même. Quand il avait donné un évêché, si dans ce diocèse il y avait gens soupçonnés du jansénisme, il avertissait celui qui en était nouvellement pourvu d’y veiller et de lui en rendre compte. Il est certain que par cette vigilance extraordinaire le Roi a arrêté le cours et les progrès de cette hérésie.

Il ne fit pas moins paraître de zèle pour détruire absolument dans son royaume une nouvelle hérésie, l’une des plus dangereuses qui est paru et capable de corrompre entièrement les mœurs sous les apparences d’une grande piété et d’une oraison fort sublime. On peut connaître que je veux parler du quiétisme, dont il faut faire ici l’histoire en abrégé, et pour ce sujet reprendre les choses de plus haut.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_une_malencontreuse_partie_de_cartes_ou_l_eveche_perdu.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – La fin de Port-Royal

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
La fin de Port-Royal

Comme le Roi savait et apprenait tous les jours que les religieuses de Port-Royal étaient confirmées dans leurs premiers sentiments par la résolution qu’avaient donnée les quarante docteurs au cas de conscience touchant le silence respectueux, Sa Majesté crut devoir les faire expliquer sur cette matière.

On employa les mêmes moyens dont on s’était servi pour les engager à la signature du formulaire : toutes les tentatives qu’on fit pour cela furent absolument inutiles.

On exigeait de ces religieuses avec beaucoup de raison qu’elles se soumissent à l’ordonnance de Monseigneur le cardinal de Noailles, leur archevêque et leur supérieur légitime, par laquelle, en condamnant ce cas de conscience et les sentiments des quarante docteurs, il y disait clairement que ce respectueux silence sur la question de fait ne suffisait pas pour obéir aux constitutions des papes touchant la doctrine de Jansénius, mais qu’il fallait à l’égard du fait même avoir une véritable, sincère et intérieure soumission et obéissance de cœur, que l’Église avait le droit d’exiger de ses enfants et qu’on ne pouvait lui refuser sans se déclarer rebelles et opiniâtres. Ces filles obstinées ne se rendirent à cette autorité légitime.

Ce très digne prélat alla lui-même les exhorter à se soumettre à l’Église : il ne fut point écouté. Il leur ôta leur confesseur, homme très attaché au parti, qui avait des opinions et une conduite fort extraordinaires, duquel on a lu et écrit qu’à paine se confessait-il une fois l’an. Le curé de Chevreuse fut aussi relégué par lettre de cachet, parce qu’il donnait dans les nouveautés et était le conseil de ces religieuses.

Le Roi, voyant leur obstination, résolut enfin de faire ce qu’il avait toujours désiré et ce qu’il n’avait différé que pour donner du temps à ces filles de se reconnaître, qui était de détruire absolument leur maison et leur ôter par cet endroit toute espérance d’y jamais retourner. Cependant, afin de les mettre entièrement dans leur tort, il les en fit menacer plusieurs fois devant que de l’exécuter, afin que, lorsqu’il en viendrait à cette extrémité, elles l’imputassent elles-mêmes. Toutes ces menaces ne furent pas plus efficaces que les exhortations qu’on leur avait faites, ni que les ordres que leur archevêque leur donnait.

Comme il s’agissait d’éteindre une abbaye, le Roi ne le voulut point faire qu’après avoir consulté le Pape, qui non seulement approuva cette résolution mais la jugea absolument nécessaire. Quand le Roi vit donc qu’il n’y avait plus de moyen de réduire ces obstinées, il les fit toutes sortir de ce monastère et les envoya en différents couvents, où elles pourraient par l’exemple de vertueuses et humbles religieuses revenir de leurs égarements. Cela s’est fait l’an passé 1709.

Peu de temps après cette dispersion, une d’entre elles, âgé de plus de quatre-vingts ans, tomba malade dans le couvent de la Visitation d’Amiens ; elle se reconnut, fit abjuration de ses erreurs, témoigna beaucoup de douleur de ses égarements passés et mourut dans la paix du Seigneur. Les jansénistes, qui étaient dans le désespoir de voir la destruction entière de cette maison qui avait été leur asile, publièrent partout que cette fille, à cause de son grand âge, radotait et qu’elle était dans le délire lorsqu’elle parut renoncer au jansénisme, mais, depuis ce temps-là, quatre autres religieuses ont fait la même chose avec édification, dont quelques-unes ont survécu à leur profession de foi, ce qui les a déconcertés et jetés dans la confusion. Mais rien ne les a plus couverts de confusion que la découverte qu’on a faite de plusieurs secrets et papiers qui font connaître combien ces pauvres filles étaient dans l’aveuglement : on découvrit, entre les autres mystères d’iniquité, le culte qu’elles rendaient aux cendres de leur patriarche, M. Arnauld, car elles avaient fait, par le conseil sans doute de leurs patriarches, des croix de pâte dans lesquelles elles avaient mêlé de la chair, du sang, ou autres reliques de ce docteur, tant était grand leur aveuglement et leur entêtement pour la secte qu’il avait défendue jusqu’à sa mort.

Le Roi ordonna, après les avoir ainsi séparées les unes des autres, de raser entièrement tous les grands bâtiments de ce monastère, ce qui vient d’être exécuté, et celui qui les a achetés (à très bon marché, puisqu’on les lui a donnés pour 4 500 livres), s’est obligé d’aplanir tellement le terrain qu’on le puisse cultiver, afin d’ôter même pour les temps à venir la mémoire d’un monastère qui pendant tant d’années s’est rendu illustre par son insigne opiniâtreté et sa révolte contre l’Église. Cette entière destruction de ce couvent a été faite en 1710.

Pendant tous les temps dont j’ai parlé, il arriva plusieurs choses particulières qui regardent le jansénisme et qui grossiraient trop ces mémoires si je voulais entreprendre de les rapporter dans le détail. Je me contenterai de faire le récit de quelques-unes qui ont quelque relation à la Cour, ce que je me suis principalement proposé en les écrivant.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_la_fin_de_port_royal.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Un évêque qui se soumet et n’obéit pas

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Un évêque qui se soumet et n’obéit pas

Un seul de notre corps se distingua dans cette occasion du reste de tous ses confrères. Monseigneur de Montgaillard, évêque de Saint-Pons de Tomières fit un très long mandement sur ce bref du Pape ; il employa toute son érudition pour prouver qu’il était contraire à ce que le Pape Clément IX avait autrefois fait pour rétablir la paix dans l’Église de France et aux sentiments des vingt-trois évêques qui, dans leur écrit qu’ils envoyèrent à Rome et dont lui-même avait été du nombre et le seul qui restât en vie, avaient fait connaître que pour le bien de la paix on devait, en faisant sincèrement condamner les cinq propositions, se contenter d’un respectueux silence sur la question du fait.

C’est ce que M. de Saint-Pons entreprit de traiter à fond dans son mandement, où il dit fort nettement que les questions de fait dont il s’agit maintenant n’étaient que des minuties et qui ne méritaient pas que l’Église s’y fût arrêtée pendant près de soixante ans qu’on les agitait de part et d’autre. Il ne pouvait d’ailleurs digérer que, parce dernier bref du Pape, les sentiments des vingt-trois évêques, et conséquemment les siens, fussent si solennellement condamnés. Cependant, après avoir longtemps disputé dans son vaste mandement pour soutenir ses premières opinions, sur la fin il déclare se soumettre à ce bref et en ordonne la publication dans son diocèse : c’était détruire d’une main et bâtir de l’autre, se soumettre et ne pas obéir, recevoir le bref du Pape et prouver qu’il ne devait pas être reçu, le reconnaître juste puisqu’il en ordonnait la publication et montrer qu’il était insoutenable puisqu’il était contraire à ce que lui et vingt-deux autres évêques avaient pensé, dit, écrit, et envoyé au Pape.

Ce mandement ne pouvait pas ne point faire beaucoup de bruit dans le monde ; je suis très persuadé que ce prélat en voyait mieux que personne les conséquences. On entreprit d’y répondre. Monseigneur l’archevêque de Cambrai composa cinq volumes pour montrer évidemment le pouvoir infaillible de l’Église sur la condamnation des propositions hérétiques, des livres et des sens de leurs auteurs. La lecture que le sieur de Lens, théologal de Rouen, fit de ces ouvrages de cet illustre prélat l’engagea de rétracter la signature du cas de conscience, ce qu’il n’avait point fait jusqu’alors ; il m’avoua, en revenant de Périgueux, lieu de son exil, et passant par Agen, que les forts raisonnements des livres de M. L’archevêque de Cambrai l’avaient absolument fait revenir de ses premiers sentiments. Ils ne produisirent pas les mêmes effets sur l’esprit de Monseigneur l’évêque de Saint-Pons. Il entreprit même de les combattre : Il le fit par des lettres qu’il écrivit à cet archevêque qui, soutenant la bonne cause, ne demeura pas sans réponse. Ces combats de plumes et d’écritures durèrent quelque temps ; l’archevêque y eut tout l’avantage.

Cependant le Roi fit connaître à l’évêque de Saint-Pons son mécontentement sur le mandement qu’il venait de faire. Sa Majesté était déjà depuis longtemps prévenue contre ce prélat, qui avait toujours paru donner dans les opinions nouvelles. Il avait eu de gros différends avec son chapitre sur des changements extraordinaires qu’il avait faits, dans le bréviaire, le calendrier et l’office ; il avait eu de furieuses disputes avec les récollets (note : les récollets sont des religieux franciscains réformés) sur ce qui regarde la dévotion à la Sainte Vierge. Il eut la douleur de voir tout ce qu’il avait écrit flétri à Rome par des censures et ses livres mis dans l’index ; cependant rien de tout cela n’avait pu l’arrêter et l’obliger au moins de garder un profond silence.

D’ailleurs le Roi avait ressenti ce qu’il avait fait dans quelques assemblées du clergé de sa province, par les protestations qu’il avait faites contre ce qui serait réglé par l’Assemblée Générale ; Sa Majesté était aussi très indignée que, pendant une assemblée des États du Languedoc, où il s’était trouvé en qualité d’évêque de cette province, il y eût donné quelques écrits extraordinaires. Ainsi le Roi, indigné contre la conduite et les sentiments particuliers de ce prélat, le fit menacer de lui faire faire son procès dans les formes. On avait chargé M. l’archevêque de Narbonne, son métropolitain, de le faire et de se joindre pour cela quelque autre prélat ; mais, soit que cet archevêque craignit d’entrer dans cette affaire, soit qu’il entrevoit qu’il aurait de la peine d’y réussir, ayant à faire à un évêque capable d’allonger à l’infini la procédure dont peut-être ne verrait-il pas la fin, il proposa de remettre la décision de cette affaire au jugement de l’Assemblée Générale du Clergé qui devait se tenir à Paris au mois de mars de l’année 1710. Il se tirait par ce moyen d’intrigue, mais ce n’était pas terminer ce différend qui faisait beaucoup de bruit dans le monde.

On voulut cependant tenter encore une autre voie de douceur pour ramener doucement ce prélat à son devoir. Monseigneur La Broue, évêque de Mirepoix, prélat très savant, fut chargé de conférer avec lui sur cette affaire ; ces conférences furent très inutiles. L’Assemblée était prête de se tenir et on ne doutait pas que le mandement de M. de Saint-Pons n’y fût examiné et condamné par les évêques : on était dans cette attente lorsqu’il parut un bref du Pape qui le condamnait très vivement, qui même menaçait cet évêque d’aller incessamment lui faire son procès.

Quoiqu’on fût très porté en France de condamner la doctrine du mandement de l’évêque de Saint-Pons, on ne pouvait approuver ce bref, entièrement contraire à nos usages. Le Parlement de Paris selon sa coutume en prit connaissance. M. Fleury, avocat général, fit sur cette affaire un plaidoyer très éloquent pour la défense de nos libertés et pour faire voir combien ce bref y était opposé, parce que le Pape y paraissait vouloir exercer une juridiction immédiate sur les évêques et les églises de ce royaume et qu’il voulait par lui-même faire le procès de M. de Saint-Pons, ce qui ne s’était point encore pratiqué. C’est aussi sur ses conclusions que le Parlement défendit la publication de ce bref, ordonna qu’on en supprimerait les exemplaires et qu’on rechercherait ce qui l’avait répandu en France.

Cependant on ne doutait pas que l’Assemblée du Clergé qui se tenait pour lors n’examinât l’affaire de ce mandement, M. l’évêque de Saint-Pons en était persuadé lui-même ; il fit imprimer plusieurs écrits, dans l’un desquels il montrait que dans nos Assemblées du Clergé on n’a pas le droit de faire le procès aux évêques, qu’il faut dans ces occasions importantes observer exactement les lois et la discipline de l’Église, qu’il y faut procéder selon les Saints-Canons, que par conséquent il faut renvoyer ces sortes de causes aux évêques de la province et au concile provincial. Il fit distribuer aux évêques de l’Assemblée, et à tous les autres qui n’y étaient pas, ces mêmes écrits. Je ne sais pas s’ils furent la cause de cette affaire ne fut point traitée dans cette Assemblée, dans laquelle on n’en parla pas, mais quelques prélats de ceux qui la composaient me mandèrent qu’on croyait que le Roi avait pris son parti dans écrire au Pape, pour avoir de lui une condamnation dans les formes et selon nos usages de ce fameux mandement de M. l’évêque de Saint-Pons. C’est l’état présent de cette affaire dans le temps que j’écris ces mémoires, auquel j’ajouterai ce qui aura été déterminé, si l’occasion s’en présente.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_un_eveque_qui_se_soumet_et_n_obeit_pas.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le Bref du pape et les libertés de l’Église Gallicane

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Le Bref du pape et les libertés de l’Église Gallicane

Dès qu’on eut appris à Rome ce qui se passait, le Pape Clément XI, qui tient encore aujourd’hui le siège de Saint-Pierre, condamna par un bref ce cas si fameux. Comme il n’avait pas observé ce qu’on exige en France pour la réception de ces sortes de brefs, ou principalement on n’y reçoit point ceux qui sont donnés « proprio motu », quelques évêques ayant en conséquence de ce même bref fait leurs mandements pour la condamnation de cet écrit, ils furent condamnés par le Parlement. Celui de Paris condamna ceux de Monseigneur l’évêque de Clermont et de M. de Poitiers, celui de Bordeaux prononça contre lui de Monseigneur l’évêque de Sarlat et le Parlement d’Aix porta un même jugement contre celui de Monseigneur l’évêque d’Apt.

Ce n’est pas que ces tribunaux différents approuvassent en rien la doctrine mauvaise du cas de conscience, mais ils se crurent obligés de maintenir par leurs arrêts les libertés de l’Église Gallicane, dont l’une est d’empêcher autant qu’il est possible que les papes usurpent une juridiction immédiate sur les églises de ce royaume, qui en cela même s’est toujours inviolablement attaché aux anciens canons dans l’observation desquels il veut et doit se maintenir. Ce n’est pas aussi qu’on veuille en rien manquer dans la France au respect qui est dû au Saint-[Siège] et aux Souverains Pontifes qui [y] sont élevés, puisque, dans les occasions et souvent par appel, on a recours à ce souverain tribunal, comme nous l’avons vu si souvent de nos jours et en particulier dans toute la suite de cette affaire qui regarde le jansénisme. Mais chacun est jaloux de conserver ses droits : de sorte qu’en France, conservant toujours la profonde vénération que nous devons avoir pour les successeurs de Saint-Pierre et l’obéissance que nous leur devons comme aux vicaires de Jésus-Christ, nous vivons selon nos anciens usages, desquels nous ne croyons pas devoir nous écarter, ce qui nous a été transmis par nos pères et desquels nous faisons gloire d’imiter la conduite.

Ç’a donc été pour se maintenir dans ces droits anciens et vénérables qu’après que les Parlements se furent opposés à l’introduction d’une coutume contraire à nos privilèges et eussent défendu de recevoir des brefs de Rome et de les publier lorsqu’ils n’étaient pas selon l’ordre établi par nos pères, le Roi, connaissant l’importance de l’affaire dont il s’agissait et qu’il voyait, comme on lui fit entendre, que s’il ne s’opposait pas avec toute la rigueur possible à la doctrine contenue dans ce cas de conscience et la décision des quarante docteurs, tous les soins qu’on avait pris d’extirper la doctrine de Jansénius allaient être absolument inutile, s’adressa pour lors au Pape, le priant de condamner dans les formes cet écrit captieux, l’assurant qu’on recevrait ses décisions et qu’il les ferait publier dans toute l’étendue de ses États.

Le Pape n’eut pas de peine à se rendre à la prière du Roi ; il expédia un bref très fort, dans lequel il condamne ce libelle en des termes les plus précis et les plus foudroyants dont on peut se servir et prie le Roi d’exterminer de la France ces esprits brouillons et inquiets qui continuent de troubler la paix de l’Église et emploient toujours de nouveaux moyens pour renouveler les contestations terminées par les bulles des papes ses prédécesseurs et pour éluder la condamnation qu’ils ont faite du livre, de la doctrine et des propositions de Jansénius. Quand le Roi eut reçu ce bref, il l’envoya aussitôt à tous les évêques de son royaume et les obligea de le recevoir et de le publier dans leurs diocèses. J’étais déjà dans le mien lorsque nous reçûmes ses ordres et nous y répondîmes tous par l’obéissance que nous devons à ces deux puissances ; on fit partout des mandements qui marquaient le respect avec lequel nous recevions ce bref du Pape, et nous condamnions l’écrit duquel il s’agissait.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_le_bref_du_pape_et_les_libertes_de_l_eglise_gallicane.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Les quarante docteurs de Sorbonne

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Les quarante docteurs de Sorbonne

On vit paraître, lorsqu’on y pensait le moins, un écrit dans le monde qui devait imposer par la signature de quarante docteurs de Sorbonne, entre lesquels il y en avait plusieurs distingués par leur érudition, leurs mérites personnels ou par les places qu’ils occupaient dans l’Église. C’était un cas de conscience, qu’on faisait croire être arrivé en province, et sur lequel on demandait la résolution des docteurs. Plusieurs crurent que ce cas était une pure supposition, d’autres le prirent pour véritable ; les uns le disaient arrivé en Normandie, d’autres publiaient s’être passé dans l’Auvergne, mais, comme il importe fort peu de savoir le lieu où ce cas s’est forgé et disputé, s’il est feint ou véritable, il faut venir au fond de l’histoire et en dire ce qui a été connu de tout le monde.

On suppose donc un confesseur qui consulte la Sorbonne sur l’état de la conscience d’un ecclésiastique, qu’on prétend être un homme vertueux et d’une conscience fort timorée. Cet honnête homme, tel qu’on veut le représenter, a plusieurs difficultés qui l’embarrassent ; sans nous arrêter à toutes celles qui ne font rien à notre sujet, on est en peine de savoir si cette personne scrupuleuse est en état de recevoir les sacrements dans la disposition où il se trouve sur l’affaire du jansénisme. On déclare qu’il condamne fort sincèrement les cinq propositions, dans leur sens naturel, sans restriction, mais qu’au regard du fait, il croit qu’il suffit d’avoir une soumission de respect et de silence à ce que l’Église a décidé, c’est-à-dire qu’il souhaite savoir si cet ecclésiastique est en sûreté de conscience qui, condamnant avec l’Église les cinq propositions, ne croit pas qu’elles se trouvent dans le livre de Jansénius, ni par conséquent qu’elle ait pu les condamner dans le sens de cet auteur, croyant franchement que, ne s’étant pas trompée dans la question du droit, elle s’est trompée dans le fait, ayant attribué à Jansénius un sens hérétique qu’il ne trouve pas dans son livre, étant persuadé que l’Église n’a pas reçu de Jésus-Christ l’infaillibilité à l’égard de ces sortes de faits, quoique cependant il pense devoir avoir une soumission de respect et de silence et ne point écrire ni parler contre ce qu’elle a décidé. Car c’est ainsi ce me semble, qu’on doit entendre ce prétendu cas de conscience.

Il était de l’intérêt du parti des jansénistes que la résolution des docteurs lui fût favorable, aussi employa-t-il tous les artifices possibles pour y réussir. Il se servit d’un jeune ecclésiastique du diocèse de Paris, nommé Bourlet, de race et d’inclination jansénistes. Il avait quelque accès à l’archevêché, parce qu’on en avait dit beaucoup de bien au prélat et qu’on lui avait caché avec soin son penchant vers la nouvelle doctrine. Il s’acquitta exactement de cet emploi, qui marquait la confiance qu’on avait en lui. Il porta ce cas de conscience de maison en maison à plusieurs docteurs. Il engagea d’abord quelques-uns d’entre eux de le signer, leur faisant entendre qu’ils feraient plaisir à M. l’archevêque de Paris ; il en surprit d’autres par ses premières signatures, leur faisant connaître qu’ayant été déjà signé par de très habiles docteurs de la Faculté ils pouvaient faire la même chose sans scrupules.

Quelques-uns plus prudents demandèrent du temps pour réfléchir sur ce qu’on demandait d’eux, d’autres voulurent qu’auparavant de se déterminer à cette signature, il leur laissât quelques jours l’écrit pour l’examiner à loisir et ne pas précipiter légèrement leur sentiment sur une affaire qui pouvait être de conséquence ; mais on ne jugea pas à propos de leur accorder ce qu’ils désiraient, de peur sans doute que, par un sérieux examen, on ne reconnût l’artifice qui était cachée sous ce prétendu scrupule de conscience. Il y en eut qui, sans tant de façons, donnèrent leur seing, leur suffisant de voir que d’autres docteurs n’avaient pas fait de difficultés de le signer. Enfin, par son savoir-faire, il obtint la signature de quarante docteurs de Sorbonne, qui ignoraient sans doute l’usage qu’on en voulait faire et qu’on avait eu le soin de dissimuler.

Le parti se crut pour lors au-dessus de ces affaires. Il se persuada que l’autorité de tant de personnes de distinction imposerait au public, qu’on reviendrait des préjugés que bien des gens avaient contre le jansénisme, qu’on les plaindrait dans leur malheur et qu’on reviendrait à leur égard. Ils ne manquèrent pas de faire imprimer cette consultation et la réponse des docteurs, avec leurs noms et leurs signatures, et on en répandit des exemplaires à l’infini dans tout le Royaume. Je ne sais comment il arriva que pendant un temps assez considérable on fut dans une espèce d’assoupissement sur cette affaire, je ne sais si on la regarda comme une chose assez indifférente.

Le premier qui enfin la releva fut M. de Champflour, vicaire général du diocèse de Clermont et abbé de la cathédrale de cette ville, qui est l’une des premières dignités du chapitre ; son zèle fut peu de temps après récompensé par l’évêché de la Rochelle, où il fut promu. Dès qu’on eut commencé d’entamer cette affaire, on se réveilla du profond assoupissement où il paraissait qu’on avait été. Les jansénistes avaient adroitement profité de ce silence, leur joie fut très courte et ils connurent par leur expérience que, si l’ennemi veille pour répandre de l’ivraie dans le champ du seigneur pendant que sont endormis ceux à qui le soin en a été confié, la vigilance du père de famille sur son héritage ne peut se laisser surprendre. Les pasteurs de l’Église, voyant le piège qu’on avait tendu aux simples, s’animèrent à ôter le scandale de la maison de Dieu ; on vit plusieurs mandements de ces vigilants évêques qui réprimèrent la témérité de ces ouvriers d’iniquité. L’archevêque de Paris fut un des premiers qui condamna vigoureusement ce cas de conscience et confondit par sa très sage censure ceux qui, sur le rapport du sieur Bourlet, avaient cru qu’il y avait eu part.

Le Roi, étant informé de ce qui se passait, relégua ce jeune homme dans le fond de la Bretagne et ordonna que les docteurs, qui avaient approuvé par leur seing cette consultation, en rétractassent leur signature. La plupart le firent sans peine, peut-être que la crainte des lettres de cachet détermina quelques-uns de se prêter de donner leur rétractation, d’autres le firent de bonne foi et reconnurent qu’on les avait trompés pour exiger d’eux ce qu’ils avaient fait sans assez de précautions et sans aucun attachement pour le parti.

Il était très véritable que plusieurs de ces docteurs lui avaient été toujours fort contraires, et de là on pouvait conclure que leur rétractation était sincère. Trois d’entre eux se distinguèrent par leur opiniâtreté : le sieur de Lens, théologal de Rouen, le sieur Petitpied, professeur de Sorbonne  et le P. Gueston, chanoine régulier de Saint-Victor. Ils ne portèrent pas loin la peine de leur désobéissance ; ils furent exilés. Les sieurs de Lens et Gueston se reconnurent dans la suite, le seul M. Petitpied refusa absolument de se reconnaître ; le lieu de son exil ne le changea point, quoiqu’on fît tout ce qu’il fût possible de pour le faire rentrer en lui-même. Il prit enfin le parti de sortir secrètement du royaume, il passa en Suisse et on ne sait enfin ce qu’il était devenu.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_les_quarante_docteurs_de_sorbonne.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le coup fourré

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Un coup fourré

Ce coup fourré porté aux jansénistes par leurs adversaires leur fit prendre la résolution de s’en venger et de rendre la pareille. Il n’est pas fort difficile d’être fourbe, de mentir, de tromper : quand on le veut, on trouve toute sorte d’inventions d’y réussir. Elle se présenta par l’ordonnance que venait de publier M. l’archevêque de Paris, de laquelle ni les jansénistes ni les Jésuites n’avaient été contents, comme nous l’avons remarqué.

Ceux-là, pour attaquer en même temps l’ordonnance et les Jésuites, leurs ennemis, composèrent le « problème » et résolurent de le faire passer sous le nom des Jésuites pour les rendre odieux au prélat et à tout le monde. Ils surent que le P. Soatre était en Flandre et que par la simplicité flamande il ne pourrait apercevoir le piège qu’on lui allait tendre fort subtilement. Ils composèrent de leur façon une belle et longue lettre qu’on feignait venir des Jésuites de la province et des maisons de Paris : on lui faisait comprendre qu’ayant été fort maltraités par la dernière ordonnance de M. l’archevêque de Paris qui ne leur était pas favorable, ils ne pouvaient pour l’honneur de leur compagnie garder le silence dans cette occasion ; qu’ils avaient un beau champ d’attaquer ce prélat sans se découvrir ; que comme il les avait voulu faire passer dans sa censure comme des calomniateurs de très honnêtes gens, sous le prétexte du jansénisme, ils avaient pensé que rien ne serait plus propre pour faire une contre-batterie que de le faire passer lui-même pour janséniste, le fauteur et le chef de ce parti ; qu’ils avaient pour cela la plus belle occasion du monde ; que l’approbation qu’il avait donné au Nouveau Testament du P. Quesnel leur en fournissait la matière ; qu’on allait faire évidemment connaître que sa censure était manifestement contradictoire à ses premiers sentiments ; qu’on lui ferait par là une plaie mortelle dont il ne pourrait revenir ; qu’il ne pourrait jamais trouver une occasion plus favorable de témoigner son zèle pour la gloire de leur société que de faire incessamment imprimer l’écrit qu’ils lui envoyaient ; qu’il eût le soin d’en faire tirer le plus grand nombre d’exemplaires qu’il pourrait et de les envoyer par voie sûre dans leur collège de Paris ; qu’on n’avait point signé cette lettre, crainte de surprise, mais qu’il voyait bien tout ce qu’on lui demandait, de quelle part elle venait, et la foi qu’il y devait ajouter.

Ce jésuite, n’entrevoyant point le piège, y donna comme on l’avait souhaité, fit imprimer le « problème » et en envoya les exemplaires à Paris, où ils furent bientôt distribués.

Voilà deux histoires, savoir celle du faux Arnauld et celle du « problème », très semblables : on a trompé de part et d’autre et des deux côtés on a pris un parti peu soutenable. La religion ne permet jamais de pareils tours pour surprendre des personnes trop crédules ; il y a mille autres moyens font on peut se servir sans en chercher de si détournés et si capables de faire murmurer les gens de bien et de donner prise aux ennemis de l’Église. Elle n’a pas besoin de semblables inventions pour reconnaître ses vrais enfants avec ceux qui lui sont rebelles. La simplicité chrétienne convient aux ministres de Jésus-Christ ; dès qu’on s’en écarte, on tombe dans l’illusion et l’égarement.

On ne fut pas néanmoins désabusé de l’envie de se servir encore de nouveaux moyens pour surprendre la religion des simples. L’hérésie en tout temps a été très féconde à chercher, à inventer, à trouver des artifices pour se cacher quand il y va de l’intérêt de ses partisans de dissimuler, et pour se produire quand ils croient en avoir rencontré des occasions avantageuses. À peine était-on revenu de l’étonnement où l’histoire du faux Arnauld et celle du « problème » avait jeté tout le monde qu’on employa une autre voie plus subtile et plus dangereuse pour soutenir le parti du jansénisme, le fortifier et le mettre à l’abri des châtiments des Princes et des censures de l’Église.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_un_coup_fourre.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le bachelier de Douai

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Le bachelier de Douai

Il y avait quelques années qu’on avait fait donner dans le panneau des ecclésiastiques et des docteurs de la faculté de théologie de Douai, donc on crut important pour le bien de l’Église et de cette Université de savoir au vrai les sentiments sur les disputes de la grâce et sur le jansénisme, dont on avait sujet de soupçonner qu’ils avaient embrassé la doctrine et le parti. Pour réussir dans cette découverte, un docteur de la faculté de théologie de Paris, de concert avec les Jésuites comme on le crut dans le monde, feignit d’être M. Arnauld, qui était l’oracle, le chef et le docteur des partisans de Jansénius. Il écrivit dans cet esprit une lettre au sieur de Ligny, bachelier de l’Université de Douai, dans laquelle il le félicitait d’avoir embrassé la bonne cause, le fortifiait dans une résolution si généreuse et lui marquait une estime particulière qu’on faisait de lui et des docteurs de Douai, par rapport à la défense des opinions qu’ils attribuaient faussement à saint Augustin. Ce jeune homme, ravi d’être connu par un si grand personnage dont il avait toujours estimé les ouvrages et la science, donna grossièrement dans cette embuscade qu’on lui avait dressé ; il alla trouver ses amis et ses collègues, leur fit part de l’honneur qu’il croyait avoir reçu et de la lettre de l’incomparable Arnauld qu’il venait de recevoir. On se réjouit beaucoup avec lui de cette aventure, on lui persuada d’en profiter, de faire de grandes ouvertures de cœur à ce prétendu Arnauld et de ne pas lui écrire seulement en son nom, mais au nom de tous les docteurs de Douai qui étaient sur la grâce dans les mêmes sentiments que lui.

Il n’eut pas besoin d’être fort pressé de prendre ce parti qu’il [était] par lui-même fort résolu de suivre. Il écrivit [à] ce faux Arnauld avec autant d’épanchement qu’il eût fait au véritable ; il expliqua à fond tout ce qu’il pensait sur le formulaire, sur les constitutions des papes qui avaient condamné le livre et les propositions de Jansénius, sur les mandements des évêques, sur les Jésuites ; enfin il écrivit comme l’un des plus outrés jansénistes aurait pu le faire, sans aucune retenue, sans modération, sans aucun ménagement pour personne, et paru par toutes les réponses qu’il fit au faux Arnauld ce qu’il était dans le cœur. Il n’eut jamais, pendant le temps que ce commerce dura, la précaution de s’informer de ceux qui auraient pu lui découvrir la vérité, si c’était véritablement M. Arnauld ou quelqu’un de sa part qui lui écrivait :  il envoyait exactement les réponses à l’adresse qu’on lui avait donnée.

Lorsqu’on eut toutes les preuves qu’on pouvait attendre pour le convaincre, lui et les autres docteurs, ses amis, de donner ouvertement dans le pur jansénisme, on crut à propos de terminer cette histoire par un épisode de plus plaisants. On lui manda qu’un homme de son rare mérite devait être occupé à de plus grands emplois que ceux auxquels il était appliqué, qu’il fallait faire valoir ses talents dans les premières charges de l’Église, qu’on avait jeté les yeux sur lui pour remplir un poste très honorable dans un diocèse où on lui donnerait un bénéfice très considérable qu’on lui avait destiné, qu’aussi bien il ne lui convenait pas de ramper toujours dans la poussière de l’École, qu’on lui conseillait de vendre ses meubles, de quitter sa classe et de partir incessamment, qu’on ne pouvait pas encore lui nommer ni le diocèse ni le bénéfice dont il est question, parce qu’on avait de fortes raisons de garder sur cela un profond secret, mais qu’assurément il trouverait à Carcassonne, où on lui donnait des adresses à des personnes qui n’avaient jamais été, des lettres et de l’argent, que ce voyage pressait et qu’il devait sans délai tout abandonner pour se rendre au lieu marqué, de peur que son retardement ne pût faire changer de résolution.

Ce jeune étourdi fit de point en point tout ce qui lui avait été ordonné. Il vendit tous ses meubles, renonça à sa régence et se mit promptement en chemin, plein des grandes espérances qu’on lui avait données. Dans ces vastes vues et désirs d’emplois honorables, il fait plus de deux cents lieues, arrive fort fatigué à Carcassonne, s’informe exactement des personnes qu’on lui avait désignées, cherche partout et fort inutilement à ces adresses ceux qu’il s’imaginait devoir le rendre heureux :  ce fut pour lors qu’enfin il s’aperçut, mais trop tard, qu’on l’avait joué, que l’emploi qu’on lui avait promis était une fable, le gros bénéfice qu’on lui offrait une pure chimère, l’Arnauld qui lui écrivait un fantôme du véritable Arnauld et qu’il n’y avait en toute cette histoire de réel que la simplicité qu’il avait eue de découvrir trop naturellement ses sentiments, la vente qu’il avait faite de tous ses meubles et le long et pénible voyage qu’il avait entrepris. Il fallut donc revenir. Ces Messieurs de Douai, avertis par leur confrère de la fourbe qu’on leur en avait faite, en firent donner sûrement des avis au véritable Arnauld. Il en fut touché sensiblement comme on en peut juger. Il porta sa plainte à M. l’évêque d’Arras. Ce prélat voulut commencer d’en connaître ; il cita un jésuite accusé, qu’on envoya fort loin de son diocèse. Le Roi fit défense à ce prélat d’en connaître et appela l’affaire à son conseil. Cependant on dédommagea secrètement le sieur de Ligny de tous les frais de son voyage et de la vente de ses meubles, mais le Roi lui fit faire un autre voyage plus humiliant, l’ayant banni de Douai par lettre de cachet et envoyé dans le Séminaire de Tours et relégué les autres docteurs ses confrères en diverses provinces.

On ne parla longtemps à Paris et à la Cour que de cette histoire. On blâma hautement ceux qui en étaient les auteurs ; les ennemis des Jésuites criaient plus haut que les autres, on ne pouvait comprendre qu’on eût pu en sûreté de conscience tenter la foi de ces ecclésiastiques et se servir d’un artifice si dangereux pour découvrir leurs sentiments. On regardait cette conduite comme très contraire au bien de la société publique, les amis même des Jésuites ne savaient que répondre pour justifier cette manière de reconnaître les jansénistes. On en parlait un jour en ces termes en présence du Roi, qui après avoir tout entendu, dit enfin :
« Les espions à la guerre sont regardés comme des fripons, cependant on profite de leur avis. »

Il voulut même qu’on lui découvrit qui était ce faux Arnauld, il lui parla même, et quelques années après, par ses ordres et la protection des Jésuites, on le fit professeur de Sorbonne et on lui donna une abbaye.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_le_bachelier_de_douai.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’affaire du « problème »

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
L’affaire du « problème »

Il parut d’un autre côté un très court écrit contre le même archevêque, qui avait pour titre « Problème », dans lequel on opposait M. De Noailles, évêque de Châlons, à M. De Noailles, archevêque de Paris. On y prétendait montrer que ce prélat, étant évêque de Châlons, avait approuvé les remarques du P. Quesnel sur le Nouveau Testament, qui contenait la même doctrine que celle du livre qu’il venait de condamner, étant archevêque de Paris. On avait inséré quelques endroits de ces réflexions du P. Quesnel, qui paraissaient contenir la même doctrine que celle du livre contre lequel il venait de porter une très forte censure, on y disait qu’on ne savait à qui on devait plutôt croire ou à M. De Châlons ou à M. l’archevêque de Paris, et on concluait enfin qu’il devait faire beaucoup d’attention sur lui-même et sur ses propres intérêts, qu’il ne lui était pas fort avantageux de se mettre à la tête d’un parti qu’il savait que le Roi haïssait et qu’il ne souffrait à personne.

Ce libelle fut attribué par tout le monde aux Jésuites. M. le cardinal croyait avoir des raisons très essentielles pour le croire. Il avait appris que le P. Soatre, jésuite de la province de Paris, l’une des meilleures maisons de Flandre, qui était pour lors par la permission de ses supérieurs en son pays, l’avait fait imprimer à Bruxelles, qui en avait envoyé beaucoup d’exemplaires à Paris et qui avaient été distribués par les Jésuites en cette ville, à la Cour et par toute la France. Ce futlà l’origine du refroidissement de cet illustre cardinal avec ces Pères.

Il en aurait eu tous les sujets du monde, s’ils avaient été les auteurs de ce mauvais libelle. Cependant ils s’en défendaient et, comme il les pressait de lui en nommer l’auteur, ils firent mille protestations qu’ils ne le connaissaient point, l’assurant que, s’ils en avaient connaissance, ils le chasseraient très honteusement et sur le champ de leur compagnie. Cela ne contentait pas ce prélat : il avait devers lui des preuves, qu’on ne révoquait pas en doute de la part des Jésuites, qu’un de leurs Pères l’avait fait imprimer et ensuite envoyé de la manière que nous l’avons dit. Il survint ensuite depuis ce temps-là d’autres affaires qui augmentèrent cette division du prélat avec ces Pères. L’archevêque demandait toujours pour toute satisfaction la découverte de l’auteur du « problème », les Jésuites persévéraient à s’en défendre, protestant toujours qu’ils n’en avaient pas la moindre connaissance et assurant que, dès qu’ils le pourraient déterrer, ils le sacrifieraient tel qu’il fut et le puniraient d’une manière si sévère qu’il aurait tout lieu d’être satisfait de leur conduite.

Cependant ce libelle fut déféré au Parlement de Paris. M. Daguesseau dans ses conclusions fit un discours très fort et très éloquent contre ce libelle et ceux qui pouvaient en être les auteurs, qu’il dit devoir être recherchés avec tout le soin possible pour les punir ensuite très sévèrement s’ils venaient à être découverts, et conclut qu’il fallait que ce « problème » fut lacéré et brûlé en place de Grève par le bourreau, ce que le Parlement ordonna, suivant les conclusions de ce magistrat. On ne put cependant découvrir qu’assez longtemps après le véritable auteur de cet insolent écrit. On jetait cependant tantôt les yeux sur un, après sur un autre et tous les soupçons qu’on pouvait en avoir tombaient toujours sur quelque jésuite : on se trompait néanmoins dans toutes les conjectures qu’on en pouvait avoir, comme nous allons le voir en faisant connaître comment tout [ce] mystère d’iniquité fut découvert par une conduite très particulière de la Providence.

On avait depuis longtemps des preuves que des personnes du Royaume avaient des relations avec les jansénistes des Pays-Bas, et surtout avec les Français qui, de peur d’être arrêtés, s’étaient réfugiés en Flandre et en Hollande. On avait su en particulier que Dom Thierry de Viaixnes, bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, entretenait des correspondances avec le P. Quesnel, qui était regardé comme le chef du parti après la mort de M. Arnauld, avec le P. Gerberon, qui était de son ordre comme nous l’avons dit, et avec tous ceux qui avaient quelque réputation parmi ces novateurs. Le Roi, informé de ses menées, ordonna qu’on irait se saisir de ce bénédictin qui demeurait pour lors dans le prieuré de Morillon, assez près de Pontoise, et qu’en même temps on enlèverait tous ses papiers pour être examinés. Ces ordres furent exécutés très exactement ; ce religieux fut conduit en prison, à la Bastille ou à Vincennes, et ses papiers furent emportés. Ceux qui furent chargés de les lire découvrirent bientôt tout ce qui avait été caché jusqu’alors sur l’affaire du « problème », car on y reconnut très évidemment que ce n’était point un jésuite qui en était l’auteur, mais un franc janséniste, et le P. Thierry lui-même.

Car, entre ces papiers dont on se saisit, on y trouva plusieurs lettres qui donnèrent des preuves très certaines de ce qu’on recherchait depuis quelques années. Entre ces lettres qu’on y trouva, il y en avait une de l’archevêque de Reims qui, écrivant à ce moine, lui demandait fort nettement que l’affaire du « problème » allait comme ils avaient pu le souhaiter, qu’il en avait fait imprimer une infinité d’exemplaires et répandu dans le Royaume, qu’on jetait tout le soupçon de la composition de ce libelle sur les Jésuites et qu’on ne pensait nullement à lui ni à aucun autre du parti, qu’ils avaient donc sujet de se réjouir de l’heureux succès de leur entreprise.

On peut juger de la surprise où on dut être quand on trouva et qu’on lut cette lettre de l’archevêque de Reims, qui paraissait dans toutes les occasions être absolument dévoué à M. l’archevêque de Paris, qui partout prenait hautement son parti et qui se déclarait contre tous ceux qui lui faisaient de la peine. Rien ne paraissait plus digne de l’indignation publique d’une tromperie si grossière et une trahison des plus maligne. On ne pouvait comprendre qu’un prélat eût pu choisir un si abominable moyen pour nuire aux Jésuites, à qui il en voulait beaucoup, les faisant soupçonner d’être les auteurs d’un libelle auquel ils savaient n’avoir nulle part.

Le Roi apprit cette insigne fourberie, il en eut de l’horreur, il en témoigna sa peine à cet archevêque. On le crut même pendant quelque temps disgracié à la Cour, où il fut plusieurs mois sans y oser paraître, prenant de là prétexte d’aller dans son diocèse où il demeura plus longtemps qu’il n’avait accoutumé de le faire. Cependant par ses amis, par ses sollicitations continuelles, par des soumissions forcées, il obtint son retour, mais je sais de bonne part que le Roi ne revint point de la disposition où cette perfidie l’avait mis à son égard et que cette aversion publique qu’il avait en toutes rencontres, et en particulier en celle dont je parle, lui nuisit beaucoup dans l’esprit de notre Prince qui d’ailleurs ne l’estimait pas beaucoup par rapport à ses mœurs et à sa conduite.

Cependant il était vrai que le P. Soatre, jésuite, en avait fait imprimer la première édition à Bruxelles et que par cette manœuvre il avait donné tout lieu de croire que les Jésuites en étaient les auteurs. Il fallait donc savoir qui en avait envoyé l’original à ce Père, comment on lui avait persuadé de le faire imprimer et comment lui-même avait donné si simplement dans le piège qu’on lui avait tendu. C’est ce que nous allons décrire, après avoir repris et chose de plus haut et dès leur origine.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_l_affaire_du_probleme.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le venin du Père Gerberon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VI – Jansénistes et Jésuites (suite)
Le venin du Père Gerberon

Lorsque le Roi pouvait espérer de voir le calme dans son royaume à l’égard de toutes ces disputes sur la grâce, il eut la douleur d’apprendre que la paix qu’il avait procurée avec tant de peine était de nouveau troublée par plusieurs écrits qui renouvelaient les mêmes contestations et répandaient partout l’esprit de division et de discorde.

Il en parut de ce genre qui avait pour titre : « L’exposition de la foi » ; le P. Gerberon en était l’auteur. Il commençait à faire beaucoup de bruit dans le monde, les partisans de la nouvelle doctrine le répandaient partout, on le lisait avec empressement, le venin était caché sous de belles paroles, on y attaquait la vérité par les apparences de la vérité, les simples pouvaient très facilement se laisser séduire par les raisonnements de cet auteur qui sous de belles paroles cachait un venin très dangereux. Mais après qu’il eut paru, il fut condamné par le zèle de M. Le cardinal de Noailles, archevêque de Paris, qui en fit la censure.

Cette ordonnance de ce grand prélat ne plut ni à Messieurs de Port-Royal ni aux jésuites. Les premiers se voyaient flétris par cette condamnation d’un livre qu’ils regardaient comme la défense de leur prétendue innocence et capable de faire revenir bien des gens des sentiments qu’on avait de leurs opinions. Les autres n’en parurent pas satisfaits, parce qu’il semblait qu’on les y attaquait sur la facilité qu’ils avaient, comme on le disait, d’accuser bien d’honnêtes gens du jansénisme, ce qu’on y défendait très expressément, déclarant qu’il y avait une très grande injustice de donner le nom odieux de jansénistes à des personnes sages, vertueuses et habiles sans qu’elles eussent donné aucun fondement raisonnable de faire contre eux de si injustes accusations.

Rien ne paraissait à tous ceux qui aiment l’Eglise de plus sage que cette ordonnance, puisque d’un côté on y condamnait une très mauvaise doctrine et de l’autre on mettait à couvert la réputation de plusieurs ecclésiastiques à qui l’on imposait un crime dont ils n’étaient pas coupables. On vit peu de temps après des écrits sanglants contre cette sage censure. Le Père Gerberon, bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, qui s’était sauvé en Hollande dans la crainte d’être puni sur le sujet du jansénisme dont il était un outré défenseur, écrivit d’un style très piquant contre M. le cardinal de Noailles dont il attaquait vivement la censure, donnant par cette satire une preuve indubitable que le jansénisme n’était pas un fantôme, puisqu’il y combattait cette ordonnance de ce très digne prélat uniquement parce qu’elle condamnait ce qui avait été déjà tant de fois condamné à Rome par les papes et par le consentement unanime des évêques.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_le_venin_du_pere_gerberon.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Les lettres de cachet

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
Les lettres de cachet

Mais, sans nous arrêter à réfuter leurs opinions, pour justifier autant que nous en sommes capables la conduite du Roi, comme il paraît que cela convient à un évêque et à moi en particulier qui ai eu l’honneur de le voir de si près pendant plusieurs années, je puis dire qu’on a tort de blâmer la conduite de ce Prince à l’égard des lettres de cachet dont il a cru devoir se servir de temps en temps contre les jansénistes de son royaume.

Quand des personnes sages, éclairées, désintéressées et zélées pour le bien de l’Église lui ont représenté l’opiniâtreté de quelques-uns à soutenir de mauvaises opinions, à se soustraire à l’obéissance de l’Église, à introduire les erreurs dans le royaume, Sa Majesté a-t-elle fait mal de les croire et de punir les coupables par son autorité ? Lorsque des évêques, animés de l’esprit de leur saint ministère, n’ont pu réduire des esprits rebelles aux décisions de l’Église, qui voyaient avec douleur qu’ils répandaient dans leur diocèse avec une mauvaise doctrine des sentiments de révolte contre les puissances établies de Dieu, après les avoir avertis avec charité et les trouvant incorrigibles, ont-ils pu le dissimuler et n’ont-ils pas dû s’adresser à leur Prince pour réprimer par sa puissance ceux qu’ils n’avaient pu ramener à leurs devoirs par la douceur de leur conduite ou par des menaces souvent réitérées ? Le Roi n’a-t-il pas fait sagement de s’en rapporter à leurs sentiments ? Ces vertueux prélats n’ont-ils pas été en droit de suivre en cela les exemples de saint Ambroise et de saint Augustin qui se sont adressés aux princes de la terre pour procurer l’exil de quelques Ariens et Donatistes ? Le Roi n’a-t-il pas pu suivre la conduite du grand Constantin, du grand Théodose, qui ont en ces occasions écouté les évêques et ont puni par l’exil et d’autres peines sans les formalités de justice ceux contre lesquels ils portaient leurs plaintes à leurs tribunaux ?

Dès qu’une hérésie est condamnée dans l’Église, les rois sont en droit et même dans l’obligation d’en punir les sectateurs. Aurait-on pu blâmer le Roi d’exiler un ministre de la religion prétendue réformée par une lettre de cachet ? Pourquoi ne l’aura-t-il pu faire à l’égard d’un vrai janséniste ? Veut-on dire qu’il y a bien de la différence entre les uns et les autres, que les jansénistes ont des privilèges que ne peuvent avoir les sectateurs de Calvin ? Ne sont-ils pas également hérétiques ? Un poids et un poids, une mesure et une mesure sont également en abomination devant Dieu. Si un janséniste tel que nous le supposons est véritablement hérétique, comme nous n’en pouvons douter, il faut le traiter comme un hérétique, il faut le proscrire et le punir. Si l’Église le retranche de la société des fidèles, le Prince ne pourra-t-il pas le rejeter de ses États, ou le mettre en lieu où il ne puisse nuire à personne par sa mauvaise doctrine ?

On voudrait faire croire pour blâmer la conduite du Roi et celle de l’Église qu’il y a une différence infinie entre le calvinisme et le jansénisme, que le premier est une véritable hérésie digne de tous les anathèmes de l’Église et des châtiments des Princes catholiques et que le jansénisme au contraire n’est qu’un fantôme imaginé par les Jésuites, grossi par les ignorants et représenté par des personnes intéressées comme un horrible monstre qu’il faut détruire. Ceux qui parlent en ces termes sont les ennemis de l’Église de Jésus-Christ et de la vérité. Ce n’est que pour soutenir des erreurs très réelles qu’ils font tous leurs efforts depuis tant d’années de les faire passer pour des chimères.

Composeraient-ils tant de livres, d’écrits, de libelles, pour soutenir avec opiniâtreté leurs sentiments, s’ils se persuadaient qu’en eux on ne combat que des fantômes ? Est-ce un fantôme que leur obstination à tant crier, écrire, déclamer contre le formulaire par lequel on condamne la mauvaise doctrine de Jansénius et contre les papes qui l’ont dressé et ont obligé à le signer sans réserve ? Ils veulent que dans le formulaire on leur passe ce que les Ariens demandaient à l’égard de la profession de foi du concile de Nicée, c’est-à-dire que, comme les Ariens voulaient dresser une formule à leur mode, les jansénistes fassent la même chose dans le formulaire, afin que comme les Ariens par leurs formules se laissaient la liberté de soutenir l’Arianisme, ceux-ci, par le formulaire qu’ils voudraient réformer selon leurs faux principes, se conservassent le droit de défendre la doctrine de Jansénius. Une soumission sincère, parfaite, humble et sans restriction les mettrait à couvert de ces lettres de cachet qu’ils craignent et de la juste indignation de leur prince qu’ils se sont attirée par leur révolte. Mais, comme jusqu’à présent ils ont fait ce qu’ils ont pu pour se soustraire à l’obéissance qu’ils doivent à l’Église, ils ne doivent pas s’étonner que le Roi ait continué de les regarder comme des ennemis de la vérité et les ait punis comme ils l’ont mérité.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_les_lettres_de_cachet.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Le Roi est un tyran

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
Le Roi est un tyran

Selon eux le Roi est un tyran qui persécute l’innocence, qui outrage les gens de bien, qui n’écoute que leurs ennemis déclarés, qui charge sa conscience d’une infinité de péchés parce qu’il ne peut et ne veut souffrir les jansénistes dans ses États, qui flétrit la gloire et le lustre de son règne par la manière avec laquelle il les a traités. Il a introduit une espèce d’inquisition dans la France, incomparablement plus rude et plus sévère que celle qui est établie en Italie, en Espagne, en Portugal et dans les Indes : on attaque toutes sortes de personnes sans qu’elles aient la moindre liberté de se défendre, on prononce leur condamnation sur la simple déposition d’un homme souvent prévenu et toujours ennemi de la vertu, sans examen, sans connaissance de cause, sans aucune formalité de justice ; on vit, ajoutent-ils, aujourd’hui tranquille dans sa maison, et demain une lettre de cachet les en retire et les relègue dans les extrémités du royaume.

J’ai entendu mille fois tenir ces sortes de discours et je les crois très injustes. Je me suis trouvé à la Cour dans le temps que ces sortes de lettres étaient fort en usage. Comme nous parlons maintenant du jansénisme, il faut nous restreindre à celles-là seulement qui ont été expédiées contre ceux qui ont été accusés de le soutenir.

Il faut d’abord reconnaître de bonne foi que, si quelques-uns pour des raisons d’intérêt, pour cause de vengeance ou pour d’autres pareils motifs ont employé leur crédit pour obtenir ces lettres de cachet contre des personnes innocentes, à qui pour y réussir ils ont imputé de faux crimes et surtout les erreurs du jansénisme dont elles étaient fort éloignées, on ne peut trop blâmer leur conduite et désapprouver leur témérité digne d’être très sévèrement punie. Je ne doute point que le Roi, naturellement juste et clément, n’eût châtié des gens assez hardis pour surprendre sa religion, si Sa Majesté en avait eu connaissance. L’abus qu’on fait souvent des meilleures choses ne leur doit en rien préjudicier et ne les rend pas mauvaises. C’est la coutume des esprits inquiets de blâmer tout ce qui ne revient pas à leur génie et à leurs lumières très bornées. Mais telle est la malignité de certains esprits qui, à les entendre parler, regardent comme insoutenables les formalités qu’on a introduites dans la justice et qui soupirent après les voies plus courtes comme les meilleures, qui cependant, lorsqu’on les emploie, sont les premiers à les condamner et à les traiter de l’injustice la plus criante.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_le_roi_est_un_tyran.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – La troisième espèce de jansénistes

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
La troisième espèce de jansénistes

J’ai dit enfin qu’il y avait une troisième espèce de jansénisme que la seule vanité avait formée, composée de gens pleins d’eux-mêmes, et principalement des femmes qui se persuadent mal à propos qu’elles passeront pour avoir beaucoup d’esprit si on les croit être des amies de Messieurs de Port-Royal.

Ces différentes personnes ne savent pas seulement ce que c’est que le jansénisme. Cependant on ne leur entend prononcer que les noms de ceux qui ont le plus brillé dans la défense de ce parti, elles les soutiennent le mieux qu’elles peuvent, elles les appellent des hommes incomparables, les plus savants docteurs de l’Église de Dieu, les défenseurs de la vérité, les réformateurs zélés de la morale de Jésus-Christ et les ennemis du relâchement et de la corruption qu’on y avait introduits. Elles osent juger comme en dernier ressort des Papes qui les ont condamnés, des évêques qui ne peuvent les souffrir dans leurs diocèses, des prêtres et des religieux qui sont opposés à leurs sentiments. Elles vantent les ouvrages de ces Messieurs et les louent excessivement, souvent sans les avoir lus ou ne les ayant parcourus que fort superficiellement ; selon leur avis tous les autres livres sont insupportables, mal écrits, sans esprit, sans sûreté du langage. Le nombre de ces sortes de jansénistes est infini : j’en ai vu de toute condition, de tout âge et de tout sexe. La prévention, l’orgueil, le mépris du prochain, l’amour-propre, le désir d’une sotte réputation sont les principes de leur égarement. C’en est assez pour donner de l’aversion d’une secte qui cause tante de maux à l’Église.

Il ne faut donc pas s’étonner que le Roi qui a eu la douleur de la voir comme naître dans ses États, quoiqu’elle ait commencé en Flandre, qui a été le témoin de tout ce qui s’est passé pendant sa minorité et la régence d’Anne d’Autriche, sa mère, qui entendait dans sa jeunesse tous les jours les progrès et les maux qu’elle faisait dans son royaume, qui la vit condamner à sa sollicitation par les papes et par les évêques, ait conçu contre elle et ceux qui la soutiennent une si grande aversion.

Ce qui l’a confirmé le plus dans ce juste éloignement qu’il en a est ce qu’on lui a rapporté fort souvent et ce qu’il a connu par lui-même du mépris que font les jansénistes de toute puissance spirituelle et temporelle, comme cela ne paraît que trop évidemment par la multitude des écrits insolents qu’ils ont répandu dans le monde, plusieurs d’entre eux s’étant bannis volontairement de leur patrie et retirés dans des pays étrangers pour avoir plus de liberté d’écrire contre leurs supérieurs ecclésiastiques et contre le Roi même.

Il est vrai que quelques-uns de ces fameux jansénistes ont pris le prétexte de quitter la France pour éviter la persécution prétendue qu’ils souffraient, ou se mettre à couvert des menaces qu’on leur faisait avec justice, ou se dérober à la recherche qu’on faisait des auteurs des libelles qui sans nom étaient sortis de leurs mains et qui méritaient des punitions exemplaires. Ils craignaient, disaient-ils, les lettres de cachet par lesquelles on reléguait d’honnêtes gens et très innocents dans le coin de quelque province éloignée, selon le caprice et la mauvaise volonté de leurs ennemis. Chose admirable d’aller eux-mêmes chercher des retraites dans des pays hérétiques pour ne pas demeurer plus à leur aise dans une province de leur patrie où ils auraient en plus de commodités pour la vie et plus de soulagement dans leurs besoins ! Mais, il faut l’avouer sincèrement, ils craignaient beaucoup moins les lettres de cachet qu’ils n’aimaient la liberté de tout écrire et de tout dire. Ainsi les a-t-on vus composer dans leur séjour des pays étrangers les libelles les plus hardis du monde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2017/08/du_fil_de_la_vie_pere_bonaventure_giraudeau1.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Les divisions de l’Église de France

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
Les divisions de l’Église de France

L’autre effet que produisirent ces livres écrits contre les Jésuites fut que plusieurs confesseurs et directeurs d’un fort petit discernement embrassèrent sans presque connaissance de cause les principes d’une morale outrée, ne distinguant pas assez le relâchement de la morale avec la sage discrétion que la charité inspire pour la conduite et la sanctification des âmes. Personne n’est plus capable de nuire à l’Église que ces demi-savants ou pour mieux le dire qui ne le sont point du tout, qui sans presque aucune étude et sans nulle expérience se mêlent de décider hardiment des plus embrouillés cas de conscience, qui embarrassent assez ordinairement les plus habiles docteurs lorsqu’on les consulte pour en donner leur avis. Ceux-ci au contraire ne doutant de rien, il leur suffit d’être persuadés que l’opinion qu’ils veulent suivre est la plus sévère. Voilà leur règle sur laquelle ils établissent leur forme de gouvernement, sans que mille raisons leur puissent faire embrasser un autre parti.

Quoique je sois fort éloigné de donner dans tous les sentiments des nouveaux casuistes et que je sois convaincu qu’ils ont avancé plusieurs opinions insoutenables et qui ont été très justement censurées par les papes et par les évêques comme tendant à un renversement général de la morale de l’Évangile, cependant je crois que ceux qui pour éviter de donner dans ce relâchement ont donné dans une autre extrémité par une sévérité excessive, ont également été préjudiciables à l’Église de Jésus-Christ qui nous a assuré que son joug était doux et que sa charge était légère. Il faudrait, selon la sage explication de saint Chrysostome, qu’on se souvint toujours de la douceur de ce joug de Jésus-Christ et de la légèreté de la charge qu’il impose sur les épaules de ses enfants pour ne pas les accabler par le poids d’une austérité démesurée, se souvenant en même temps que la doctrine des mœurs qu’il nous a enseignée est un joug et une charge, pour ne pas trop adoucir les maximes qu’il nous a apprises et pour ne pas donner dans un affreux relâchement qui ouvre la [porte] à ce chemin large qui conduit à la perte irréparable des âmes.

J’ai connu à la Cour et ailleurs combien ces deux extrémités sont dangereuses. J’en ai vu plusieurs se rebuter entièrement des exercices de la piété et tomber dans le désespoir qui entraîne avec soi toutes sortes de dérèglements, suivant le saint apôtre, pour avoir trouvé des confesseurs d’une rigidité étonnante qui, bien loin de les attirer à une conversion sincère et véritable, leur en inspirant de l’horreur et de l’éloignement ; j’en ai vu aussi plusieurs que des confesseurs par une condescendance très lâche, entretenaient dans leurs mauvaises habitudes et laissaient endormir dans une fausse sécurité qui les conduisait à la perte de leur salut. Il est donc du bon ordre de la discipline de l’Église, en s’attachant aux règles qu’elle nous prescrit, d’éviter pour la conduite des âmes ces extrémités condamnables et se donner bien de garde dans une profession si sainte de suivre son caprice et son humeur et ne point écouter la charité qui doit animer en toute chose les ministres de Jésus-Christ.

De ces deux mauvais effets dont je viens de parler en est sorti un troisième qui a fait et qui fait encore une plaie très profonde dans l’Église, qui est un esprit de division et une espèce de schisme entre les uns et les autres et, par contre coup, entre les personnes qu’ils conduisent. Nous avons vu de notre temps se renouveler ce qui se passait autrefois dans l’Église de Corinthe et ce que saint Paul condamnait si fortement comme une chose absolument contraire à l’esprit du christianisme. On y disait, dans cette Église naissante : « Je suis à Paul » ; « moi je suis à Céphas » ; un autre disait : « Et moi je suis à Apollon ». On a tenu et on tient encore à peu près un même langage dans notre France : « Pour moi, dis l’un, je suis pour messieurs de Port-Royal » ; un autre dira : « Et moi je suis pour les Jésuites ». « Je n’aime point, ajoute un troisième, ces directeurs sévères » ; celui-ci s’écrira : « Je ne puis souffrir ces directeurs si commodes ». Les uns disent : « Je n’aime point absolument les religieux et les moines » ; d’autres publient qu’ils les préfèrent au clergé séculier, ceux-là prétendent que c’est aux seuls ecclésiastiques qu’il faut s’adresser. Ce langage n’est point le langage de la charité chrétienne, il la détruit absolument.

Il est vrai que, si l’on entend par Messieurs de Port-Royal ceux qui soutiennent encore les propositions de Jansénius, soit pour le fait soit pour le droit, on doit les éviter comme les ennemis de l’Église et malheur à ceux qui se soumettent à leur conduite ! Mais si on entend dire qu’on hait les directeurs d’une morale plus exacte, on se trompe et on pèche contre la charité. J’ai vu dans une même famille de la Cour des personnes conduites par ces différents directeurs dont elles épousaient le parti avec tant de vanité que la division et la discorde étaient le fruit de ces sortes de directions. On venait souvent aux reproches, on se faisait un plaisir de raconter des aventures arrivées à ces directeurs, on les exagérait, on les publiait, on décriait cruellement leur réputation dans le monde et on donnait occasion aux libertins et aux impies de mépriser la dévotion et ceux qui la pratiquaient. J’en ai vu souvent arriver de très mauvais effets, jusqu’à en venir à des séparations scandaleuses. La connaissance que j’avais de tous ces désordres m’a souvent obligé d’en parler dans mes prônes et de le faire aussi dans le particulier. C’est un mal auquel il est à propos que les évêques tâchent de remédier, comme étant une très funeste source de plusieurs péchés qui se commettent tous les jours.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_les_divisions_de_l_eglise_de_france.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’invincible opiniâtreté de Guy de Sève, évêque d’Arras

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
L’invincible opiniâtreté de Guy de Sève, évêque d’Arras

On voit par ce que je dis que je crois qu’on doit autant éloigner de l’Église les personnes sévères à l’excès et les autres qui tiennent une mauvaise doctrine, car l’Église a également condamné les hérésies et le pharisaïsme. Heureux ceux qui s’attachent purement, simplement et exactement aux décisions de l’Église tant sur ce qui regarde la doctrine de la Foi que celle qui appartient aux mœurs ! On n’aurait rien à leur reprocher, ou, si on leur imputait en cela quelque faute, ce ne serait pas eux mais ceux qui les accuseraient malicieusement qui seraient répréhensibles. Je sais que pour n’avoir pas suivi ces maximes et les principes d’une charité vraiment chrétienne on a nui à des personnes de grand mérite dans l’esprit du Roi et qu’on lui a fait regarder comme jansénistes des prélats même distingués par leur vertu et les services importants qu’ils rendaient à l’Église. Sa Majesté ne pouvait pas démêler par elle-même si les accusations étaient bien ou mal fondées. On savait qu’ayant de justes préventions contre le jansénisme, c’était assez de passer d’en être atteint pour n’être pas bien dans son esprit et ne plus rien espérer de sa bienveillance. On a en cela surpris quelquefois sa religion ; l’exemple que je vais en rapporter en sera une preuve démonstrative.

M. Guy de Sève de Rochechouart, évêque d’Arras, avait été élevé à l’âge de 27 ans à l’épiscopat ; la vie irréprochable qu’il avait menée dans sa jeunesse le rendait digne de ce rang dans l’Église. Il avait été élevé à Saint-Sulpice et s’était mis ensuite sous la direction du Père Amelot, prêtre de l’Oratoire qui s’est rendu très recommandable dans le clergé de France par le zèle qu’il a eu de combattre les nouvelles et dangereuses opinions sur la grâce. Il trouva son diocèse dans l’état du monde le plus pitoyable ; le clergé était dans une ignorance extrême, qui est presque toujours suivie du dérèglement des mœurs, le peuple n’était point instruit et vivait presque sans religion. Ce siège avait vaqué l’espace de plusieurs années parce que les papes refusaient de donner les bulles à ceux que le Roi y nommait, parce qu’ils [le] prétendaient n’être pas compris dans le concordat de François 1er et Léon X, Clément IX ayant accordé au Roi l’indult pour la nomination des évêchés des villes de Flandres qu’il avait conquises sur les Espagnols.

M. de Sève fut pourvu de cet évêché d’Arras. Dès les premières années de sa prélature, il s’appliqua à réformer son clergé et ses diocésains ; il connut par son expérience que le mal venait en partie par la trop grande indulgence des confesseurs qui ne s’appliquaient pas assez à l’étude de la morale ou qui suivaient des principes d’un affreux relâchement. Il se vit contraint pour remplir les devoirs de son ministère de faire des règlements et de donner des instructions sur le sacrement de Pénitence. Ce fut principalement à l’occasion de quelques propositions de morale qu’on avait enseignées dans quelques villes de son diocèse et qu’on avait soutenues ensuite dans des thèses publiques qu’il se crut dans l’obligation de s’expliquer et d’enseigner les maximes qu’il désirait qu’on suivît dans son diocèse pour la conduite des âmes. Ces instructions furent approuvées avec éloge de plusieurs évêques illustres par leurs vertus et par leur érudition ; elles ne laissèrent pas d’être contredites par quelques réguliers. Il échappait de temps en temps à quelques-uns d’entre eux des sentiments opposés à la pureté de la morale ; il les redressait quand cela venait à sa connaissance où il les condamnait par de fortes censures, si la chose en valait la peine. Il condamna pour ce sujet dans divers temps plusieurs propositions avancées par des religieux de différents ordres ou même aussi par quelques ecclésiastiques, car quand il s’agissait de son devoir il n’avait acception de personne : il n’en fallut pas davantage pour faire passer ce prélat pour janséniste.

J’allai à Arras dans ce temps-là et j’y demeurai pendant plus de 4 ans, étant supérieur du séminaire de ce diocèse. J’admirais l’injustice des hommes qui sans aucun fondement accusaient un si vertueux prélat de donner dans les opinions nouvelles du jansénisme et condamnées par l’Église, parce que lui-même condamnait des propositions insoutenables sur la morale. Cependant ces accusations allèrent si loin que le Roi même y ajouta foi sur les rapports qu’on lui en faisait.

Ce prélat avait d’ailleurs le malheur de n’être pas bien avec M. Le marquis de Louvois qui, dans les occasions qui s’étaient présentées, lui avait toujours fait ressentir le chagrin qu’il avait contre lui, sans qu’il lui en eût donné aucun sujet raisonnable ; mais ce qui fit contre lui plus d’impression dans l’esprit du Roi fut la fermeté qu’eut ce prélat à ne vouloir pas signer le procès-verbal d’une Assemblée Extraordinaire du Clergé qui s’était tenue à Paris sur l’affaire de la régale.

Innocent XI s’étant entièrement et ouvertement déclaré contre les droits du Roi, Sa Majesté, pour opposer aux brefs et bulles de ce Pape les sentiments des évêques de son royaume, les avait fait assembler à Paris et désira que tous les évêques qui étaient alors dans cette ville, quoiqu’ils n’eussent point de droit de se trouver en ces assemblées du clergé, étant évêque de villes conquises, y assistassent. Ainsi l’évêque d’Arras que les affaires de son diocèse avaient attiré à Paris ne put se dispenser de s’y rendre. On sait que en cette assemblée, les évêques firent tout ce que le Roi avait désiré et qu’on y reconnut, reçut et approuva la régale sur toutes les églises du royaume.

M. l’évêque d’Arras avec un autre ne furent pas du sentiment de l’assemblée. On dressa le procès-verbal et on pria tous les évêques de le signer, après cependant leur en avoir demandé leurs sentiments : ils s’offrirent tous de donner le seing qu’on leur demandait, excepté M. l’évêque d’Arras qui dit néanmoins qu’il ne le refusait pas absolument, mais qu’il ne pouvait en conscience le signer qu’après qu’on y aurait changé un mot qui paraissait de conséquence, pour le rendre conforme à la vérité. Cette difficulté consistait en ce qu’on avait mis que par un consentement unanime les évêques avaient prononcé sur l’affaire de la régale ; M. d’Arras soutenait qu’on ne devait pas se servir de ce terme d’unanime qui marquait que tous sans en excepter aucun avaient été d’un même sentiment, ce qui n’était pas véritable puisque lui et un autre évêque avaient [été] d’un avis contraire, mais que si on voulait au lieu de ce mot d’unanime mettre que c’était d’un commun consentement ou à la pluralité des voix que cette affaire avait été décidé, il signerait pour lors volontiers ce procès-verbal. Cette contestation fit remettre au lendemain cette signature. M. L’évêque d’Arras ne se trouva pas à l’Assemblée, on lui en fit un crime dans l’esprit du Roi, quoiqu’il s’en fût absenté à cause d’une incommodité qui lui était survenue : il eut ordre de se retirer sans délai dans son diocèse et de n’en pas sortir. La disgrâce de son Prince lui fut beaucoup plus sensible que la résidence dans son diocèse qu’il aimait et qu’il ne quittait que par nécessité. Je le trouvai dans cet embarras quand je fus envoyé pour prendre la conduite de son séminaire.

Il s’en présenta peu de temps après un autre qui lui fit beaucoup plus de peine. Le Roi, pour continuer de s’opposer aux brefs fulminants du Pape, indiquant une nouvelle assemblée du clergé l’année 1682, qui s’est rendue célèbre par les quatre articles qu’on y dressa dans la vue d’arrêter les entreprises de Rome et qu’on obligea ensuite d’enseigner dans toutes les facultés de théologie du royaume. Il fallut faire des assemblées provinciales pour nommer des députés pour se trouver à la générale à Paris. On prit la précaution à la Cour de désigner ceux des deux ordres qui lui étaient les plus agréables ; on souhaita pour la province de Flandre qu’on y députât M. de Brias, archevêque de Cambrai, M. Duplessis-Praslin, évêque de Tournai et M. Pierre Le Roy, abbé du Mont-Saint-Eloi, de l’ordre des chanoines réguliers de saint Augustin dans le diocèse d’Arras, et un autre dont le nom m’a échappé. M. L’archevêque de Cambrai ayant indiqué son assemblée provinciale, M. d’Arras ne put se dispenser de s’y trouver : deux choses l’arrêtèrent et lui firent prendre le parti de se retirer de cette assemblée sans en avoir voulu signer les délibérations et la procuration qu’on donnait aux députés.

La première regardait le choix qu’on obligeait de faire du sieur abbé de Saint-Éloi, qu’il regardait comme un sujet très incapable, pour bien des raisons, d’un emploi de cette importance ; l’autre, qui le touchait encore beaucoup plus, était de signer une procuration par laquelle on donnait aux députés tout pouvoir de délibérer et de décider dans l’assemblée générale, s’engageant d’accepter ces mêmes délibérations. Comme M. l’évêque d’Arras savait qu’on devait y traiter de matière de doctrine, il ne crut point convenir à un évêque de s’en rapporter aux sentiments d’autrui, ne croyant point qu’il y eût des exemples qui autorisassent une pareille conduite, d’autant plus que les évêques étant les juges de la doctrine, ils doivent examiner par eux-mêmes les matières dont on est en contestation, à moins que les conciles généraux ou la décision des souverains pontifes acceptée par les évêques ne les mettent dans l’obligation de se soumettre.

Les amis de M. d’Arras firent tout ce qui leur fut possible pour l’engager à signer et se conformer à ses confrères et à l’Assemblée. M. L’évêque de Tournai qui lui était entièrement dévoué employa tout ce que l’amitié la plus tendre put lui suggérer pour le porter à se rendre aux sentiments des autres ; il lui représenta qu’il allait achever de se gâter absolument dans l’esprit du Roi, qui le croirait trop opiniâtrement attaché à ses sentiments desquels mille raisons n’étaient capables de le faire démordre ; qu’il considérât que, quoique un évêque ne doive pas être courtisan et donner par flatterie dans les volontés de la Cour, cependant en de certaines occasions, comme était celle qui se présentait, on pouvait avoir de la complaisance quand rien ne paraissait contraire à l’Évangile ou à la discipline de l’Église ; qu’étant le seul qui se distinguât par les oppositions qu’il avait de donner son seing à des actes publics, il serait généralement blâmé de tout le monde, qu’il trouverait beaucoup plus de peine dans le gouvernement de son diocèse dans lequel on saurait qu’il ne serait point appuyé à la Cour, ce qui lui susciterait tous les jours de nouvelles affaires ; qu’il pouvait bien s’en rapporter à lui sur ce qui regarde les matières de doctrine qui seraient traitées dans l’assemblée, étant persuadé qu’il comptait assez sur ses capacités et sa probité pour le croire capable de consentir à quelque proposition que ce pût être qui serait tant soit peu contraire à la saine doctrine.

Ces raisons ne firent point changer de sentiment à ce prélat. La crainte qu’il avait qu’on ne prît dans cette assemblée quelque résolution qui pût tendre à la moindre désunion ou mésintelligence avec le Pape l’emporta dans son esprit sur toute autre considération. M. l’évêque de Tournai se jeta pour lors à ses pieds et, embrassant ses genoux avec larmes, le priait de se rendre à ses conseils. Il demeura toujours inflexible, sa conscience ne lui permettant pas de prendre un autre parti.

Il quitta l’assemblée, revint à Arras, me fit le récit de ce qui venait d’arriver à Cambrai et attendit avec beaucoup de tranquillité et de fermeté d’âme les événements de cette affaire. Cependant, quoiqu’elle augmentât dans l’esprit du Roi son indignation contre ce prélat, on ne lui en témoigna rien et on le laissa faire paisiblement ses fonctions dans son diocèse ; il y resta plusieurs années sans en sortir, quoiqu’il eût des affaires de conséquence qui le demandaient à Paris. Il était dans cette situation à la Cour quand j’y fus appelé.

Pendant la vie de M. de Louvois la prudence exigeait de moi de ne pas proposer au Roi qui le regardât, parce que ce ministre lui était entièrement opposé, comme je l’avais connu par ce qu’il m’a dit en quelques occasions. Je me contentai seulement d’en dire beaucoup de bien à Mme de Maintenon quand je trouvais les moments favorables de faire valoir tout ce qu’il faisait dans son diocèse pour la gloire de Dieu et le salut des âmes, et d’attendre le temps dans lequel je pourrais rendre compte à Sa Majesté de tout ce que je savais de ce prélat.

La mort subite de M. de Louvois, qui arriva au mois de juillet 1691, me fit espérer que j’aurais en peu de temps le moyen de rendre service à un évêque dont j’estimais beaucoup la vertu ; mon espérance ne fut pas vaine, car, ayant eu l’occasion de rendre compte au Roi de quelques affaires, je ne sais comment ni pour quel sujet Sa Majesté me parla du clergé de son royaume dont elle me parut fort contente. Je répondis que le choix qu’elle faisait de bons évêques avait mis le clergé dans l’état où elle avait la consolation et la joie de le voir, que le clergé de France surpassait celui de tous les autres royaumes par la capacité, la vertu et le mérite des évêques et des autres ecclésiastiques, qu’il était aisé de s’apercevoir de la différence qu’il y avait entre eux quand on les comparait les uns avec les autres. J’ajoutai que je l’avais reconnu par mon expérience, qu’ayant demeuré en Flandre pendant plusieurs années j’avais vu de mes yeux les grands changements que les évêques français nommés par Sa Majesté avaient déjà faits dans le clergé de leurs diocèses et que, soutenus de Sa Majesté, ils continueraient encore de les pousser à une plus grande perfection et conforme à leur état.

Le Roi, d’abord que je parlai de Flandre, me demanda où j’avais été et lui ayant fait réponse que j’avais eu plaisir d’y voir les conquêtes qu’il y avait faites et d’être longtemps supérieur du séminaire d’Arras, il reprit tout d’un coup la parole :
« Vous connaissez donc l’évêque d’Arras ?
– Je le connais fort, Sire, car je l’ai pratiqué pendant un temps fort considérable.
Sur cela, le
Roi m’ajouta :
C’est un évêque fort extraordinaire, qui a des sentiments bien particuliers, et qui est d’une opiniâtreté invincible.
– Il est vrai, répondis-je au Roi, que je sais, Sire, qu’on en a donné ces impressions à
Votre Majesté. Feu M. de Louvois n’était pas de ses amis, il en a pu parler à Votre Majesté d’une manière à lui en faire concevoir des idées qui lui sont si désavantageuses, mais j’ose lui représenter avec respect qu’on ne lui a pas fait connaître ce prélat tel qu’il est. Je dois en avoir une connaissance plus parfaite que personne, puisque pendant tout le temps que j’ai demeuré en Flandre, il m’avait donné toute sa confiance, non seulement pour ce qui regardait la conduite de son diocèse, mais aussi de sa propre conscience.
– Mais vous m’avouerez, répliqua le
Roi, qu’il est fort attaché à son jugement et que, quand il a résolu quelque chose, il n’en revient jamais. »

Je répondis que je savais bien qu’on lui reprochait ce défaut, mais que cela n’était pas, comme on le pensait, que ceux qui ne pouvaient pénétrer dans son cœur le regardaient comme un homme entêté de ses opinions, mais qu’il s’en fallait bien qu’il en fût aussi coupable qu’on le croyait et qu’on le disait, que l’évêque d’Arras avait une conscience délicate, timorée et même timide et scrupuleuse, qu’il s’attachait par principe de conscience à la loi et qu’il devait beaucoup plus prendre sur lui que les autres quand on venait lui en demander dispense, que c’était cette difficulté qu’il avait en lui-même dans la crainte qu’il avait d’offenser Dieu qui le rendait difficile à accorder ce qu’on obtenait souvent sans peine des autres évêques.
« Mais puisque les autres prélats, reprit le
Roi, accordent ces sortes de dispenses, pourquoi l’évêque d’Arras ne le fait-il pas avec la même facilité ?
– On n’est pas obligé, Sire, à accorder ces dispenses, répondis-je pour lors, on ne pèche pas en suivant la loi. Si M. d’Arras pouvait accommoder cette facilité avec sa conscience, je puis assurer
Votre Majesté qu’il le ferait avec plaisir. Je puis même, Sire, lui rendre ce témoignage qu’en plusieurs rencontres différentes, m’ayant proposé ces difficultés, il a bien voulu passer par-dessus et suivre mes conseils.
– Vous jugiez donc, me dit le
Roi, qu’il ne devait pas s’y arrêter ?
– Je suis persuadé, Sire, répondis-je, que selon les principes de saint Augustin et de Saint-Bernard c’est la charité qui a fait les lois et que c’est la charité qui en peut et quelquefois qui en doit dispenser. Mais les personnes qui ont le malheur d’avoir une conscience trop scrupuleuse, quelque éclairées qu’elles soient d’ailleurs, comme l’est beaucoup ce prélat, toutes les peines du monde à bien distinguer ce qu’elles peuvent et ne peuvent pas. La crainte qu’elles ont de pécher les retient dans ce furieux embarras et de grandes perplexités ; elles sont en vérité, Sire, beaucoup à plaindre et on ne les peut condamner, d’autant plus qu’elles croient suivre la voie la plus sûre, où par conséquent elles sont persuadées de n’être point dans le danger d’offenser Dieu. Au reste, Sire, je suis obligé de prendre la confiance de dire à Votre
Majesté, à l’occasion des sentiments particuliers qu’on lui a fait entendre qu’il a, étant convaincu qu’on lui a voulu persuader qu’il est dans les opinions des jansénistes, que ce prélat en est non seulement très éloigné mais qu’il leur est entièrement opposé. Élevé par M. Tronson et le père Amelot, tous deux ennemis déclarés du jansénisme, il a à cet égard les même principes que ces vénérables prêtres et j’en ai mille preuves par-devant moi ; quand on n’en aurait point d’autres que ce qu’il vient de faire contre le sieur Gilbert dont il a condamné les écrits parce qu’ils contenaient les propositions de Jansénius, on devrait être, Sire, très convaincu de l’attachement qu’a ce prélat pour la saine doctrine et pour les décisions de l’Église.

Le Roi parut très content de ce que j’eus l’honneur de lui dire, m’ayant fait celui de me croire, et quelque temps après il lui laissa la même liberté qu’il avait eue avant toutes ces affaires et le reçut fort bien la première fois qu’il se présenta devant Sa Majesté. Ce fait que je viens de rapporter fait évidemment connaître qu’on a employé souvent pour décrier auprès du Roi des personnes d’une très bonne doctrine qu’on a voulu faire passer pour jansénistes, parce que leur morale était exacte et ne pouvait y souffrir de relâchement. »

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_l_invincible_opiniatrete_de_guy_de_seve_eveque_d_arras.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – le Furet des jansénistes

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
Le Furet des jansénistes

J’ai connu un ecclésiastique habitué dans une paroisse de Paris qui était comme le Furet des jansénistes. Sa principale occupation était de dénoncer toute sorte de gens au Père Confesseur du Roi sous ce nom et cette qualité odieuse de jansénistes. Comme il n’avait nul mérite, nul talent, peu de capacité, il s’était fait cette voie pour parvenir à quelque bénéfice ; il n’a jamais manqué, pendant quatorze ans que je l’ai connu, par cet endroit que je viens de dire, de se rendre à Versailles dans les jours que le Roi devait communier. Il se mettait pour lors dans le rang des aspirants qui font une espèce de haie depuis le prie-dieu de sa majesté jusqu’aux balustres de l’autel ou le sanctuaire. J’ai eu souvent l’occasion de reprocher à cet ecclésiastique l’indigne métier qu’il faisait et de quitter sa paroisse les jours où il devait y être le plus assidu ; il me répondit un jour avec une simplicité très grossière qu’il ne faisait en cela rien que par le conseil de ses directeurs, à quoi je répliquai que je ne pouvais pas croire qu’il s’en trouvât qui lui eussent donné un si mauvais conseil, que d’ailleurs il fallait entrer dans les bénéfices par une bonne porte et non pas de la manière qu’il prétendait en obtenir.

Je n’ai jamais pu savoir si on ajoutait beaucoup de foi aux mémoires qu’il donnait ; j’ai même plutôt lieu de croire qu’on les méprisait autant que sa personne, comme l’événement l’a justifié, parce qu’après quatorze ans d’assiduité et d’exactitude à faire sa profession de dénonciateur, il n’eut enfin qu’un petit canonicat de deux cents livres de rente que je pense même que le Père de La Chaise ne lui fit donner que pour se défaire de ses importunités et l’éloigner de Paris. Encore ne jouit-il pas longtemps de la récompense de la pénible servitude qu’il s’était imposé, car après trois mois qu’il eut obtenu cette même prébende, il mourut et alla rendre compte à Dieu de toutes les dénonciations qu’il avait faites, paraissant pour lors devant un tribunal où la vérité est clairement connue et la calomnie terriblement punie.

Il m’a toujours semblé que pour ne point se laisser surprendre par de tels dénonciateurs qui pour l’ordinaire ne cherchent que leur intérêt dans une fonction si méprisable, il les faudrait renvoyer devant les évêques de ceux qu’ils dénoncent soit pour le jansénisme, soit pour la pratique d’une morale outrée et contraire à l’esprit de l’Église, afin que ces prélats examinassent les preuves de ces accusations et punissent ensuite selon la rigueur du droit les accusés s’ils sont véritablement coupables, où les calomniateurs si ceux qu’ils ont dénoncés se trouvent innocents.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_le_furet_des_jansenistes.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – la morale des Jésuites

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
La morale des Jésuites

Les Jésuites sentirent ce coup, mais les jansénistes, enflés du succès de ce livre, crurent qu’il fallait leur en porter d’autres de même espèce qui approfondissent cette première plaie qu’ils leur avaient faite et les exposassent par ce moyen à la haine et au mépris du public. Ce dessein leur fit entreprendre l’ouvrage qui a pour titre « la morale des Jésuites » et, afin qu’on vit que leur conduite répondait à leurs opinions, on fit suivre ce volume de plusieurs autres à qui l’on donna pour titre « la morale pratique des Jésuites ». On y avait ramassé une infinité de faits historiques arrivés dans presque toutes les parties du monde ; on avait été déterrer jusque dans l’Amérique méridionale, dans le Japon, dans la Chine, tout ce qui pouvait, dit-on, faire connaître les Jésuites par ce qu’ils sont, suivant ces paroles qu’on y fait beaucoup valoir : Interest reipublica cognosci malos (traduction littérale ajoutée ce jour : il est de l’intérêt de la république que les méchants fussent connus). Aussi n’y a-t-on rien oublié de ce qui peut servir à donner à toute l’Église l’idée des Jésuites la plus désavantageuse.

Quelque soin qu’aient pris les auteurs de ces livres de vouloir justifier leur intention par l’utilité qu’en pouvait tirer l’Église, je n’ai jamais pu comprendre que la charité ait pu en inspirer la composition. Des ouvrages écrits pour faire haïr ses frères ne me paraîtront jamais être le fruit de cette aimable charité, qui ne croit pas aisément le mal et qui souffre tout avec patience, de cette charité, dis-je, qui est douce, tendre, compatissante. Je sais à la vérité qu’elle emploie quelquefois des termes durs en apparence pour faire sentir plus vivement le mal et pour en guérir les plaies mortelles, mais je sais aussi qu’elle n’a pas ce faux zèle qui engage à triompher des fautes de ses frères, à les publier par les toits, à en faire des railleries ou des satires mordantes, à les découvrir à toute la terre, à révéler les choses les plus secrètes où faire revivre celles que le temps avait fait oublier.

On pouvait prendre des voies au moins aussi sûres et plus conformes à l’esprit de l’Évangile pour préserver les enfants de l’Église de la corruption de la morale. Il y a par la miséricorde de Dieu grande abondance de baume précieux à Galand capables de guérir toutes les plaies des Israélites. Le corps des évêques, dépositaires de la vérité et de la Sainte doctrine, était rempli de zélés pasteurs, qui avaient le zèle de Dieu pour bannir de sa maison tous les scandales. On a même vu que quand on leur a dénoncé ou aux souverains pontifes ces sortes de propositions qu’on a jugées contraire à la pureté de la morale de Jésus-Christ, ils les ont, après un mûr examen, condamnées par leurs bulles et par leurs mandements. On pouvait aussi traiter de ces matières comme ont de coutume de faire les théologiens par des traités solides et dans lesquels on eût combattu les opinions dangereuses. Mais il n’était pas permis d’en venir aux invectives, d’allumer partout le feu de la division, apprendre mille choses qui n’étaient sues que de peu de personnes, en un mot de combattre la morale relâchée par le plus grand relâchement de la morale de Jésus-Christ fondée sur la charité qui en est le principe et la fin.

Ces livres produisirent deux effets différents.

L’un fut que ceux qui parlaient toujours contre la morale relâchée ou qui faisaient profession d’une morale sévère pour leur conduite ou celle du prochain passaient irrémissiblement pour jansénistes, quoiqu’ils n’eussent jamais eu aucune liaison avec eux, quoiqu’ils ne se fussent jamais appliqués à développer les questions épineuses de la grâce. J’en ai même vu quelques-uns qui, ayant toujours eu horreur du jansénisme, ayant été élevés dans les principes d’une théologie fort opposée à celle du parti, passaient néanmoins pour en être, uniquement parce qu’ils étaient sévères dans la conduite des âmes et fermes dans ce gouvernement spirituel. J’ai vu en de certains endroits que si un confesseur refusait deux ou trois fois l’absolution au même ou à divers pénitents, c’en était assez pour le mettre malgré lui dans le rôle ou catalogue des jansénistes, quelque protestation qu’ils fissent de leurs attachements très sincères et inviolables aux décisions de l’Église. C’est de là même qu’on leur a donné le nom odieux de rigoristes, et que plusieurs confondent mal à propos avec les disciples de Jansénius ; mais ce nom leur a été imposé, ou parce que les jansénistes font profession d’une morale outrée, ou parce que ceux qui n’aiment pas la morale étroite sont bien aises par une espèce de malignité que ceux qui en cela leur sont contraires passent pour des novateurs et les ennemis de l’Église, afin de diminuer par cet endroit leur crédit, les décrier parmi le petit peuple et retirer les simples de leur conduite.

Comme je fais profession et que je l’ai toujours fait de dire la vérité, je dois remarquer ici qu’on ne peut commettre une plus grande injustice et que c’est travailler de concert avec le démon à rendre inutile le zèle de plusieurs serviteurs de Dieu en détruisant leur réputation par cette vague accusation de jansénisme ; cependant il est arrivé plusieurs fois qu’on a confondu de très honnêtes gens et de très vertueux prêtres de Jésus-Christ avec les ennemis de sa grâce, parce qu’ils croyaient devoir être fermes et zélés dans l’administration des sacrements et particulièrement de celui de la pénitence.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_la_morale_des_jesuites.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – la plume du sieur Pascal et les lettres provinciales

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre V – Jansénistes et Jésuites
La plume du sieur Pascal et les lettres provinciales

Rien ne fit plus de tort aux Jésuites que ce parti que prirent les jansénistes de déclamer en secret et en public contre les principes de leur morale. Ils employèrent pour y mieux réussir la plume du sieur Pascal, à qui ils fournirent tous les mémoires nécessaires pour venir à bout de ce qu’ils prétendaient. Ç’a été l’occasion du fameux livre « Les Lettres provinciales ». Il est vrai que dans les premières de ces lettres on y voit également rendre ridicules les sentiments des thomistes et des molinistes sur la grâce suffisante, ce qui fait connaître combien en ces premiers temps les jansénistes étaient éloignés du thomisme, dont ils ont voulu se couvrir dans la suite pour soutenir leurs opinions. Mais il est aisé de s’apercevoir que le but principal des ennemis des Jésuites dans ce livre a été de persuader à tout le monde que leur morale était abominable et qu’on devait regarder comme des directeurs très préjudiciables à la conduite des âmes.

Les Jésuites eux-mêmes s’aperçurent bientôt des effets que produisit ce livre, car ils avouent que leurs confessionnaux en devinrent moins fréquentés, que plusieurs personnes les abandonnèrent, que partout on les regardait comme gens d’une doctrine suspecte et qu’enfin les jansénistes avaient réussi à les faire mépriser et haïr. Il ne tint pas à ces messieurs que les princes les éloignassent de leurs cours par les idées qu’on inspirait de la conduite des Jésuites ; on les présentait comme gens ennemis des rois, favorisant dans leurs opinions celles qui permettaient d’attenter à leur vie.

Ce livre dont je parle fut d’autant plus propre à animer bien des gens contre ces pères qu’il est écrit de la manière du monde la plus agréable ; ses expressions en sont enjouées, le tour délicat, le langage pur, les railleries fines et piquantes, ce qui le faisait lire avec autant de curiosité que de plaisir. Quelques soins que les Jésuites prissent pour le faire condamner et brûler, ils ne purent venir à bout de le supprimer. Le sieur Nicole le traduisit en latin avec des notes sous le nom de Vendrock pour le faire plus aisément passer chez les étrangers; on le traduisit aussi en diverses langues, de sorte que de tous côtés on en trouvait un grand nombre d’exemplaires parfaitement bien imprimés et connus partout comme d’un livre très agréable à lire et capable de beaucoup divertir.

C’est aussi ce qui donna tant d’envie aux courtisans d’en faire la lecture. Comme on est ordinairement porté à écouter assez volontiers la satire, on trouvait en ce livre tout ce qu’on pouvait désirer en ce genre ; les traits satirique y étaient très adroitement ménagés et tournés d’une manière si réjouissante que dès qu’on avait commencé de le lire, on ne pouvait le quitter qu’on n’en eût entièrement achevé la lecture. Jamais les livres sanglants d’Hospinien, célèbre protestant, contre les Jésuites, ni tous ceux sortis de semblables hommes ne portèrent des coups plus vifs à ces pères que ces « lettres provinciales ».

C’est en partie à leur occasion qu’il vint à la mode de parler partout contre la morale relâchée. On entendait de jeunes prédicateurs plus hardis que savants en faire la matière de leurs invectives, quand ils se persuadaient se faire quelque réputation en déclamant contre les opinions des auteurs de cette morale. On ne parlait presque d’autre chose dans les compagnies, chacun se faisait mérite d’en condamner les principes, et j’ai été souvent le témoin qu’à la Cour ceux qui étaient les plus libertins en parlaient avec le même feu que si leur vie était une condamnation de ces opinions relâchées.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/03/memoires_du_cure_de_versailles_la_plume_du_sieur_pascal_et_les_lettres_provinciales.pdf