Livre offert au format PDF de « la gnose au transhumanisme »

Chers amis,

Je vous offre le livre « de la gnose au transhumanisme » au format PDF parce qu’il est de mon devoir d’informer les français sur ce qu’il va bientôt advenir.

Le transhumanisme est en train d’émerger de terre. Voici ses grands principes :

  • La gigantesque crise économique qui s’approche favorisera la sortie de la Libra. Les euros qui ne vaudront plus rien seront certainement rachetés contre cette crypto-monnaie.
  • La peur du coronavirus renforcera l’individualisme après la crise. Cet endoctrinement de masse détruira la société de consommation. En effet, après la pandémie, les gens auront peur de se côtoyer et éviteront les lieux publics. Par conséquent, les restaurants et autres lieux publics seront de moins en moins fréquentés. Les plages et autres lieux touristiques seront fermés pour longtemps. Les entreprises en lien avec le tourisme pourraient disparaître. Des centaines de milliers de travailleurs seront jetés sur le pavé, ce qui entretiendra la crise économique, sociale et politique.
  • Les grandes entreprises sortiront renforcées de cette crise en proposant des services innovants en lien direct avec la robotique et la réalité virtuelle.
  • L’Internet pour tous sera favorisé avec, notamment, l’émergence de logiciels de réalité virtuelle pour inciter les gens à rester chez eux. La fibre optique sera certainement déployée sur tout le territoire.
  • Le marché du travail s’effondrera, ce qui accélérera le versement du revenu universel. Ce revenu universel, projet techno-communiste, contiendra la colère des gens et permettra aux multinationales de renforcer leurs positions dominantes. Pendant que les gens resteront chez eux à vivre de loisirs, les salariés du secteur informatique travailleront d’arrache-pied pour acquérir des connaissances qui les rendront supérieurs à la masse.
  • La population sera abêtie par l’émergence de cet effroyable « Âge d’Or ». La plupart seront réduits au rang d’esclaves consentants, grâce au revenu universel, tandis qu’une minorité s’élèvera au rang de maîtres à l’aide de leurs connaissances.
  • L’individualisme étant renforcé, ce sera la compétition de tous contre tous. Les grandes entreprises proposeront des implants cérébraux pour donner accès à l’internet aux volontaires. La fracture sociale s’accélérera puisque l’humanité sera divisée en deux camps :
    • Ceux qui voudront s’améliorer grâce à la technologie, les transhumanistes
    • Ceux qui voudront conserver leur intégrité physique, les humains
  • De grandes villes à la pointe de la technologie émergeront tandis que le reste de l’ancien monde sera livré aux bidonvilles. La saleté, la compétition, les maladies seront les lots quotidien de la masse populaire, à moins qu’elle ne se soumette à la philosophie du nouvel ordre mondial qui doit être considérée comme un sophisme.

Il ne s’agit pas d’un scénario de film de fiction mais d’une réalité qui est en train de sortir de terre : il s’agit de la Bête de l’Apocalypse.

Cet article nous donnera raison d’ici peu de temps. Soyez-en sûrs, hélas !

Je vous invite à rentrer en résistance en lisant mon livre et en refusant de collaborer à leur nouveau monde infernal. Gardons notre intégrité physique, conservons précieusement notre âme qui le plus précieux don de Dieu.

L’intérêt collectif prime sur l’intérêt personnel. La moralité est la voie du salut. La foi en un Dieu Vivant est fondamentale. L’espérance d’un monde libéré de ses tyrans est essentielle. La charité est le pilier de la civilisation.

Préparez-vous spirituellement pour la guerre.

Si le livre vous plaît, vous pouvez le commander en cliquant sur ce lien.

Vive Jésus-Christ !
Vive le roy !
Dieu vous garde !

Stéphane
27 mars 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/livre_offert_de_la_gnose_au_transhumanisme.pdf

Lien vers le livre au format PDF (260 pages) : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/de-la-gnose-au-transhumanisme-editions-areopage.pdf

Chant de la joie

Chers amis,

Je vous fais partager un chant angélique (quel moment !) que j’ai reçu ce matin pendant la prière.

Oh Seigneur !

Oh Seigneur !

Voilà le temps de ma délivrance

Joie ! Paix !

Dans ce monde si triste

Oh Seigneur !

Brise mes chaînes

Joie ! Douceur !

Voilà que le lion dort avec l’agneau

Oh Seigneur !

Donne-moi l’espérance

Voilà l’heure de ma délivrance

Tu me délivres par la prière

Oh délice !

Je suis en paix

Le temps des anges

Voilà ma délivrance

Jésus-Christ, mon espoir

Ma joie !

Délivre-nous du mal dans un élan du coeur

Alléluia !

Le 25 avril 2022

Stéphane

Polycarpe, un témoin du premier siècle

Et Polycarpe ? Non seulement, il a été instruit par les Apôtres et a vécu avec beaucoup de ceux qui ont vu Notre-Seigneur, mais c’est encore par les Apôtres que dans l’Église de Smyrne en Asie, il a été constitué évêque. Nous-même l’avons vu dans notre premier âge (car il a vécu longtemps et était tout à fait vieux lorsqu’il est sorti de cette vie par un très glorieux et illustre martyre). Or il a toujours enseigné ce qu’il avait appris des Apôtres, cette doctrine que l’Église aussi transmet et qui est la seule vraie. Toutes les Églises qui sont en Asie l’attestent, et tous ceux qui jusqu’à ce jour ont succédé à Polycarpe. Un tel homme est un témoin de la vérité autrement sûr et digne de foi que Valentin, Marcion, et tous les autres qui pensent de travers.

Irénée, Adv. haer. III, 34.

La lettre aux Philippiens ne nous a donné qu’une image assez floue de son auteur : celui-ci s’est parfaitement assimilé les écrits chrétiens de son temps, et il se contente de s’en faire l’écho. Cependant, à travers ce document, Polycarpe, l’évêque de Smyrne, nous apparaît déjà comme un homme calme et humble, d’une foi profonde [32].

Ces traits essentiels, les Actes du martyre les burineront et nous pourrons mieux alors évoquer l’admirable physionomie de l’évêque de Smyrne qui, « serviteur toujours fidèle de son Sauveur » est devenu un vieillard. Simple et grave, il nous apparaît vénérable et presque majestueux. Sa fierté chrétienne est virile et joyeuse. Cette âme d’une foi intrépide est une âme de prière et son intention constante et première se trahit dans sa supplication habituelle pour « l’Église catholique ».

Lettre aux Philippiens

Lettre avec explications au format PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2022/04/auxphilippiens_polycarpe.pdf

Lettre traduite du grecque au format PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2022/04/polycarpe_philippiens.pdf

Article complémentaire : http://www.patristique.org/Les-Peres-apostoliques-III-Polycarpe-de-Smyrne.html

Une nuit de tentation

Cette nuit, il m’est arrivé un phénomène à la fois étrange, effrayant et rassurant. Les propos suivants sont directement liés à mon expérience nocturne et je les rédige tels quels.

Après m’être endormi de bonne heure, je me suis réveillé vers minuit. Je dormais sans dormir. J’étais dans mon lit sans y être. À chaque fois que je souhaitais m’endormir, j’étais réveillé en sursaut par l’ennemi. J’ai vu de mes yeux spirituels une horde de démons hideux qui souhaitaient « mon âme ». Je percevais nettement leur chef qui possédait des yeux de chèvre. Ils avaient tous une tête hideuse et le plus laid d’entre eux, le chef, possédait des sabots fendus. Ils grouillaient comme des cafards dans les ténèbres et me parlaient de la gnose. Ils souhaitaient que j’apostasie pour les rejoindre. Cette nuit fut donc une nuit de lutte terrifiante. Au paroxysme de l’angoisse, j’appelai Jésus-Christ, la Vierge Marie et saint Michel Archange. Malgré les prières, les démons se manifestaient toujours et me narguaient « tu peux toujours prier ! ». Ils m’instruisaient de leur gnose luciférienne. Ils voulaient me faire croire, par leur esprit trompeur, que la chair est mauvaise, que le corps est le cercueil de l’âme. Ils voulaient me faire croire que le Christ est une chimère, une sorte d’homme sage et sans importance. Ils voulaient me faire croire que la descendance du Christ a donné naissance à la royauté. Ils voulaient me faire croire que l’initiation gnostique donne la lumière. Le mensonge est terrifiant, car l’esprit de la gnose est puissant. Je percevais un orgueil malsain qui couve une fausse lumière. Je ne parvenais toutefois pas à m’en défaire. L’esprit gnostique voulait me faire adhérer à une thèse de secrets toujours plus profonds à la manière de ce qu’ont vécu l’abbé Boudet et l’abbé Saunière. Pourtant, je percevais nettement que ces deux prêtres sont à la limite du purgatoire et de l’enfer. J’entendais leurs lamentations, leurs regrets sincères et leurs demandes de prière.

Je priai davantage Jésus-Christ et soudainement j’entendis une voix douce, si douce, celle de Notre-Seigneur me dire : « j’ai bel et bien été crucifié sur la Croix, souviens-toi de mon martyr. Je vais te le montrer et te le faire vivre. »

J’acquiesçai de tout mon cœur : « oui, Seigneur, je suis à toi ». Soudainement, je me sentis transporté au début de notre ère sur le Golgotha. Je revis la Passion de Notre-Seigneur.

Des soldats romains me déchirent les chairs avec des outils métalliques. Certains ressemblent à des barbelés tandis que d’autres sont terminés par des crochets ou des boules. Ma peau est lacérée. La douleur physique est extrême mais par une opération divine, la douleur est comme affaiblie par rapport à celle causée par la solitude. Personne sur terre ne peut me comprendre. Mon message d’amour est nié. Mes frères hébreux me haïssent. Je suis douceur et compassion. Mon cœur est doux comme la colombe. Mon esprit humain est fort et royal. Ma royauté, qui n’est pas de ce monde, accepte pleinement mon sacrifice pour la rédemption de l’humanité. Je ressens une solitude extrême : « ma tête ne se repose nulle part ». J’obéis pleinement à l’esprit du Père qui est en moi. Je porte ma Croix, j’embrasse cette Croix qui représente le salut de l’humanité tout entière : « ne pleurez pas sur moi, pleurez sur vous ». Ils parodient ma royauté. Ils déposent une couronne d’épines sur mon crâne et l’enfonce fortement. Ils me déposent un tissu rouge sur les épaules. Ils me donnent un roseau et s’écrient « inclinez-vous devant votre majesté » pendant que l’un d’entre eux mime une révérence outrancière. Ils éclatent de rire. Les soldats romains mettent en place la croix au sol. Je m’allonge de mon plein gré. Ils plantent d’énormes clous à l’entrée de mes poignets. La douleur est indescriptible tandis qu’ils tapent sur la tête de ces gros clous métalliques. L’un d’entre eux s’empare de mes pieds pour qu’ils soient alignés. Il pose un clou à la racine de mon pied pour que celui-ci transperce mes pieds jusqu’au bois de la croix. Je l’entends marteler. Ils soulèvent ensuite la croix à l’aide de cordes et je sens que le bois tombe brutalement dans un trou pour finir par se bloquer. Mon corps est atrocement secoué et je suffoque. L’horreur humaine est à son apogée tandis que mon heure de gloire divine approche. Un soldat romain me donne du fiel et un autre me transperce le flanc. Je confie Jean à ma mère et ma mère à Jean. Je demande pourquoi le Seigneur m’a abandonné. Je rends mon dernier souffle dans un râle soudain. Je suis descendu de la croix. Des femmes pleurent sur mon corps martyrisé. Une femme nettoie soigneusement mon corps. On m’enroule dans un drap blanc et l’on me dépose dans mon tombeau. Le miracle a lieu quelque temps plus tard, un amour intense secoue mon corps, je reviens à la vie par la force du Père.

Après cette vision, je parviens à me rendormir. Les démons ont fui. Je suis de nouveau dans mon lit. Je suis en paix. Jésus-Christ m’a rappelé la réalité de sa crucifixion et de sa résurrection en attente du jour du jugement. Un amour intense a envahi mon âme. Je suis libéré de l’esprit gnostique pour retrouver l’esprit chrétien fait de douceur, de joie, de liberté et de paix. Je sens cette force aimante qui me rappelle que Dieu ne nous juge pas. Dieu est amour. Je crie intérieurement : « Vive Jésus ! ». Je me rendors sereinement après avoir renouvelé fidélité au Seigneur à travers le Baptême.

Ce matin, au réveil, je suis envahi d’une douceur et je ressens cette présence aimante. Jésus-Christ est amour. Cet amour est nourrissant à la manière d’un baume à la rose. Combien nous nous fourvoyons à cause de notre esprit qui favorise le dualisme. Nous ne pouvons pas opposer Dieu et le diable. Dieu est amour et le démon est trompeur. Dieu est Tout-Puissant. Des hordes sectaires adhèrent à la gnose par l’orgueil du démon. Cette hérésie touchera à sa fin par la force de l’Amour. Les membres de ces sectes millénaires finissent, et finiront, comme des esclaves, leur gourou étant Satan en personne. Si le démon est mensonge et tromperie, Jésus-Christ est douceur et vérité, Il est la Lumière du monde et nous sommes le sel de la terre.

22 avril 2022

Stéphane

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2022/04/une_nuit_de_tentation.pdf

Vision céleste

Pendant la prière, ce mardi 19 avril 2022, je vis apparaître saint Michel Archange en vision. Je ne le vois pas avec mes yeux de chair mais avec ceux de l’esprit. Il possède une paire d’ailes blanches, d’une blancheur immaculée, il est grand, robuste et d’une grande beauté. Il possède un bouclier rond sur lequel se trouve une croix dessinée par ce que je pense être des pierres de diverses couleurs à la manière des anciennes couronnes royales. Il possède une épée forgée dans un métal à l’apparence parfaite. Le pommeau dessine une croix grâce à la garde. Je distingue des pierres et des dessins représentant plusieurs époques, car il me semble percevoir des écritures hébraïques et latines. Je distingue nettement le symbole de Yahvé rédigé en hébreu. Saint Michel est le gardien du ciel, sa puissance est phénoménale par rapport à celle d’un homme, mais est pourtant bien inférieure à celle des séraphins qui composent la dernière hiérarchie céleste.

Je distingue sept étages dans la hiérarchie céleste bien que l’on en trouve neuf dans les écrits de Pseudo-Denys. Il me semble que les anges et les archanges se situent au même endroit. Je peux décrire ce lieu qui n’a rien à voir avec le monde terrestre. La pesanteur semble ne pas exister mais rien ne flotte. Les « objets » semblent être là dans un ordre parfait. Je distingue dans la première hiérarchie ce que je peux décrire comme une immense horloge sans aiguilles. L’heure est représentée par des blocs qui tournent sur eux-mêmes à la manière d’une « horloge binaire ». Cette horloge permet de donner aux anges une indication du temps qui passe sur terre. Cette horloge leur est indispensable parce que le temps n’existe pas dans leur monde parfait. Tout est orchestré selon Dieu, autour de Dieu, pour Dieu.

Les anges qui habitent ce lieu sont innombrables. Il y en a des myriades. En montant les « étages » de la hiérarchie, je distingue partiellement les activités des anges. J’entends des prières, des voix d’une beauté indéfinissable. Plus je monte, plus les anges semblent concentrés sur Dieu. Je sens des intentions de prière, les louanges, la vision perpétuelle du Père. Plus je monte, moins le temps terrestre est présent. Les anges supérieurs s’intéressent exclusivement à la vénération de Dieu.

Une chose me frappe lorsque j’arrive en haut de la hiérarchie. Je distingue le Père qui est d’une beauté indéfinissable. Ce n’est pas un être. C’est une « force » aimante, une sorte de « sonorité ». Le Père ressemble à une force musicale, car j’entends des notes de musique qui sont indescriptibles mais sublimes. Surtout, je distingue en haut Jésus-Christ. Je le distingue sous la forme d’un cœur aimant sur lequel est écrit « cor ». De mes yeux, je le distingue à la manière d’un magnifique vitrail, d’une beauté indescriptible et pourtant il est vivant. En dessous, je distingue nettement la Vierge Marie qui est d’une beauté indéfinissable. Je la vois habillée de blanc et de bleu, un bleu irréel, son visage est d’une beauté sublime, elle ressemble à une jeune femme d’une vingtaine d’années. Une chose me frappe, une sorte de trône semble vide. La Vierge Marie occupe ce lieu sans être assise sur le trône. Il me semble que ce trône est celui de Lucifer avant sa chute sur la terre.

Dès lors je comprends une chose : la Vierge Marie veille à ce que ce siège ne soit jamais occupé. C’est pourquoi elle dérange tant les démons. Elle est le rempart contre le malin. Son cœur immaculé prie et loue éternellement Dieu, tout en étant en relation avec le monde terrestre. Elle est capable de descendre la hiérarchie céleste pour apparaître sur la terre et délivrer des messages.

Saint Michel Archange est à la porte du Ciel. Il veille à la fois sur le Ciel et sur la Terre. Les anges gardiens prient pour l’humanité et agissent sur la terre pour défendre les personnes incarnées qu’elles sont chargées de défendre contre le malin. Saint Michel Archange me fait comprendre que les démons sont à la fois sur la terre et en enfer. Ceux qui sont sur la terre infestent ou possèdent certains individus. Ils exhortent les hommes au mal : mafia, corruption, drogue, massacre, magie, pornographie, etc. Je distingue nettement le pouvoir du démon sur des hommes qui semblent habillés dans de beaux costumes. Leurs habits qui semblent parfaits sont à l’opposé de leurs âmes noires. Le démon aime se parer d’une beauté extérieure pour mieux tromper les hommes. On peut distinguer une odeur de soufre, une puanteur douceâtre qui couve sous un parfum délicat. Je vois nettement le paganisme, les magies, les rites et cultes voués au démon. Le diable se fait désirer et donne en retour le pouvoir terrestre, la richesse et la gloire contre le prix des âmes elles-mêmes. Il est menteur et cupide, souriant et cruel, tyrannique et esclavagiste. Il dénonce sans cesse la perfection du Père. Il a peur de Jésus-Christ et de la Vierge Marie qui sont ses deux plus grands ennemis. Saint Michel Archange me fait comprendre qu’il doit toujours être appelé en troisième. Dans l’ordre, il est nécessaire de prier le Christ, la Vierge et lui ensuite pour ne pas offenser Dieu. Saint Michel Archange est à la tête d’une myriade d’anges qui attendent le moment de se manifester sur terre. Leur amour pour Dieu anéantit le pouvoir du démon. Toutefois Dieu souhaite attendre le moment idéal. Je pense que l’horloge permet à saint Michel Archange et à son armée de connaître l’heure à laquelle il doit intervenir sur terre. Bien que le libre arbitre soit une réalité, saint Michel Archange et son armée céleste peut agir à une heure précise décidée par Dieu. Le libre arbitre est un concept qui nous dépasse : cette liberté est réelle mais le Ciel connaît une grande partie du dessein terrestre. Les anges possèdent une vision, une connaissance du temps que nous ne possédons pas.

Je distingue nettement trois autres endroits : le paradis, le purgatoire et l’enfer. Le paradis peut être décrit comme un endroit semblable à la terre. Je distingue un immense champ, le ciel et le soleil. Il fait beau et chaud. Une table est installée. Les nombreuses personnes qui y sont attablées font partie de la communauté des saints. Le pain est rompu par Jésus-Christ sur le côté de la table. Les invités se partagent le pain et boivent ce qui me semble être de l’eau. J’entends un bruit de discussion qui est doux comme le bourdonnement d’une ruche. Tout est ordonné, sublime et calme. On ressent une paix parfaite, irréelle, sublime, indéfinissable et surtout inconnue sur terre.

Le purgatoire est un « espace », une sorte de lieu, dans lequel les âmes se purgent de leur faute. Elles semblent souffrir d’un feu qui les dévore pour les purifier. J’entends des cris et des larmes, des prières, des regrets, j’entends des Ave Maria. Les prières des vivants permet aux âmes du purgatoire d’accélérer leur purification. Les messes dites à leur intention permet de les délivrer pour leur permettre d’accéder au paradis.

L’enfer est un lieu froid, sombre, terrifiant. Il est désertique. Les démons et les âmes qui y rôdent sont seules, dans les ténèbres. Cet endroit est comparable à une forêt composée d’arbres morts. On y entend des cris, des hurlements, on peut y voir d’immondes créatures d’une laideur indescriptible. Certaines d’entre elles semblent pouvoir se manifester sur la terre surtout la nuit entre minuit et six heures du matin. Ces créatures de l’ombre, prisonnières de leurs tourments, fuient le soleil. La magie noire semble les faire se manifester sur la terre à certains endroits, à certaines époques et pendant un certain temps. Les prières, les exorcismes et les messes les affaiblissent au point de faire disparaître leur manifestation. Les ténèbres ne résistent pas au soleil, à la Lumière du Monde : le Christ.

Jésus-Christ, à la fois homme et Dieu, a engendré la jalousie de Lucifer qui a décidé de renier Dieu à cause de son orgueil. Lucifer voulait être adoré à la place de Dieu, à la place du Christ. Sa chute sur la terre a entraîné l’histoire de l’humanité telle qu’on la connaît : les guerres, les maladies, les destructions, etc. L’action du Ciel est plus importante mais moins visible parce qu’elle maintient l’équilibre sur la terre tandis que l’action de l’enfer est plus visible mais moins influente parce qu’elle consiste à détruire l’œuvre de Dieu. Dieu pourrait faire disparaître la terre en un millième de seconde, mais, pourtant son amour est si intense, si parfait qu’il donne et perpétue la vie.

Dieu est créateur parfait : il est amour. Toute son essence est tournée vers la création. Dieu ne renie jamais ses créatures, même les plus perfides. L’homme, par son imperfection, ne comprend pas la perfection de Dieu et son amour pour nous. L’influence des démons réduit son champ de vision. Ainsi, l’homme est aveugle et fondu dans le monde matériel. Pour se libérer de la vision terrestre, il faut prier et demander afin que l’on reçoive.

Le 19 avril 2022

Stéphane

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2022/04/vision_celeste_saint_michel.pdf

Délivrance de la France

Délivrance de la France

Nous renonçons à la loi de 1905,
Nous rendons hommage au Christ-Roi,
Dieu des vivants, délivrez-nous du mal,
Au Pré Carré, donnez-nous la force de la Croix,
Délivrez la France de ses chaînes,
Que l’esprit des Lumières s’éteigne,
Au bon roi Louis XVI nous rendons hommage,
Sa réhabilitation endommage la république,
La terre des Lumières est brûlée,
À l’image de sa politique inique,
L’effigie de son bourreau – EM – est déchue,
La chute de la France dans les abysses,
Annonce la délivrance de son peuple bien-aimé,
À Paris brûlé, nous renonçons,
Le péché maçonnique, nous brisons,
Nous portons à nos lèvres la coupe du Christ-Roi,
Nous réhabilitons l’Église en son sein,
Les prêtres affluent pour délivrer le peuple,
La confession ravive la foi,
Les sermons prononcés dans ces églises autrefois vides,
Remplissent de joie les fidèles,
L’Eucharistie portée à la bouche et à genou,
Comble les fidèles de son Esprit-Saint,
La ferveur de la France est clamée dans le monde,
Les francs-maçons pleurent dans leurs ténèbres,
Le démon accable ses adeptes,
L’enfer est rempli de ceux qui acclament les pécheurs,
Le Christ-Roi a vaincu le monde,
Le Christ-Roi est la Lumière du monde,
La France a bu la coupe,
La France a ressuscité au troisième jour,
Le Te Deum résonne dans les églises,
Les cloches sonnent à l’unanimité,
Le retour de la papauté et de la royauté,
De la France de l’antéchrist est sortie la joie,
Puisque là où le péché a abondé,
La grâce surabonde,
Le bon saint Michel et son armée céleste,
Nous a donné la force de vaincre les mécréants,
Honneur et Gloire à la France des rois !
Honneur et Gloire à la France du Christ !
Honneur et Gloire à la Madone qui veille sur nous !
Le Seigneur soit avec vous puisque, en ce jour béni,
Il est avec votre esprit !
La France se relève bientôt !
Gloire au Dieu des vivants !
Chantons le Te Deum !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2022/04/delivrance_de_la_france.pdf

Te Deum

À toi Dieu, notre louange !
Nous t’acclamons, tu es Seigneur !
À toi Père éternel,
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges,
les anges et les esprits des cieux ;
ils te rendent grâce ;
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l’univers ;
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C’est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs ;
c’est toi que par le monde entier
l’Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t’adorons :
Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
le Seigneur de la gloire,
tu n’as pas craint de prendre chair
dans le corps d’une vierge
pour libérer l’humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant
les portes du Royaume ;
tu règnes à la droite du Père ;
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l’ami
des hommes sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
dans ta joie et dans ta lumière.

Ouvrages du père Amorth

Chers amis,

Les temps étant résolument athées et matérialistes, un rappel de la foi grâce aux ouvrages du père Gabriele Amorth semble extrêmement utile. J’ai fait le choix de mettre à disposition ses livres au format PDF, toutefois, vous pouvez vous procurer ses écrits au format poche. Les PDF ne sont pas hébergés sur mon site pour des raisons « légales ».

Lien vers le fichier zip : fichier zip contenant 4 livres du père Amorth

Contenu du fichier :

  • Amorth Gabriel-confessions, memoires de l’exorciste officiel du vatican.pdf
  • Amorth Gabriel-Exorcisme et psychiatrie.pdf
  • Amorth Gabriel-Nouveaux récits d’un exorciste.pdf
  • Amorth Gabriel-Un exorciste raconte.pdf

certutil -hashfile Amorth.zip sha256
Hachage SHA256 de Amorth.zip :
2367b06d64070d5bf4bd6c816b06e767dede41f279b1353e9e3c6634cd1effe7

Contrôlez le hash du fichier et vérifiez le fichier avec votre antivirus

Sainte lecture

Prière à Saint-Michel Archange

Prière à Saint-Michel pour la France

Saint Michel Archange,

Donnez-nous votre force, votre épée et votre bouclier,

Pour nous défendre contre les forces démoniaques,

Révélez les intentions cachées des ennemis de Dieu,

Protégez la France contre les assauts déchaînés de ses ennemis,

Réduisez à néant le plan des méchants,

Que votre épée dévoile les mensonges,

Que votre bouclier nous protège contre les forces des ténèbres,

Que votre force nous donne le courage de combattre,

Revêtez-nous de la lumière divine,

Rappelez-nous l’amour que nous porte la Vierge Marie,

Ainsi que le sacrifice plénier de Son Fils Jésus-Christ,

Consistant à racheter nos péchés pour sauver l’humanité,

Protégez-nous des fléaux,

Donnez-nous la victoire contre les forces du mal,

Amen.

Prière obtenue par la prière, le 13 avril 2022

Stéphane

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2022/04/priere_pour_la_france_a_saint_michel.pdf

La Passion du Christ, témoignage de Jim Caviezel

TÉMOIGNAGE de l’acteur JIM CAVIEZEL dans le rôle de Jésus dans le film de Mel Gibson sur la Passion :

« J’avais 33 ans lors du tournage du film « la Passion du Christ », c’est-à-dire le même âge que Jésus quand il fut crucifié.

Je savais que si je voulais représenter Jésus, je devais être proche de lui. Chaque jour, je me confessais et j’adorais le Saint Sacrement.

Mel Gibson était aussi à la messe quand elle était célébrée en latin, ce qui me fut profitable, car j’ai ainsi appris le latin.

J’avais toujours des tentations contre lesquelles je devais me défendre et dans ce combat j’expérimentais une grande paix intérieure.

Par exemple, pour la scène où la Vierge Marie tombe sur son fils en train de porter la croix, je devais dire la phrase suivante : « Regarde, je fais tout ce que je fais ».

Nous avons répété cette scène quatre fois, mais je sentais que c’était toujours moi au premier plan.

Et, quelqu’un a heurté la croix et j’ai senti mon épaule gauche sortir de l’articulation. Cette horrible douleur a provoqué ma perte d’équilibre et je suis tombé lourdement sur le sol.

J’ai claqué mon visage sur la terre poussiéreuse et j’ai saigné du nez et de la bouche.

J’ai répété les mots à notre Mère : « Regarde, je fais tout ce que je fais ».

Les douleurs à l’épaule étaient indescriptibles alors que lentement j’ai pris la croix et que je sentais que la scène était très impressionnante.

J’avais cessé de jouer et c’était Jésus que l’on voyait.

La scène était apparue comme une réponse à ma prière : « ′Je veux que les spectateurs te voient, Jésus, pas moi ».

Pendant le tournage, je ne sais pas combien de chapelets j’ai récité et cela m’a fait vivre dans une atmosphère particulière.

Je me rendais compte que je ne pouvais ni blasphémer ni me laisser aller si je voulais communiquer quelque chose à l’équipe de mes collaborateurs.

Lorsque nous avons tourné la scène du dernier repas, j’avais, dans des poches spéciales à l’intérieur de mon habit, des reliques de Saints et même un petit morceau de la Croix du Christ.

Mon vœu était si grand que Jésus soit présent que j’ai prié un prêtre d’exposer le Saint Sacrement.

Sur les premières il a rejeté ma demande, mais je l’en ai prié instamment parce que j’étais convaincu que si je fixais Jésus, les spectateurs le reconnaîtraient en moi.

Le prêtre, avec l’Ostie consacrée dans les mains, se mit juste derrière le cameraman et avec lui, il s’approchait de moi.

Lorsque les spectateurs voient la lumière dans mes yeux, ils ne réalisent pas que c’est le reflet de l’Hostie dans mes pupilles et donc ils voient en réalité Jésus.

Même pendant la scène de la crucifixion, alors que je priais sans interruption, le prêtre était présent avec le Saint Sacrement entre les mains.

Le plus grand défi pour moi dans ce film n’a pas été, comme je le pensais au départ, d’apprendre par cœur les textes en latin, araméen et hébreu, mais plutôt les efforts physiques auxquels j’ai dû faire face.

Dans la dernière scène, par exemple, quand j’ai été cloué sur la croix, j’avais une épaule luxée qui sortait à chaque fois. Pendant la flagellation, j’ai été frappé deux fois par la déferlante et une blessure sur le dos de 14 cm de long, et j’ai aussi pris une inflammation des poumons qui se remplirent de liquide.

En plus, il faut calculer le manque chronique de sommeil : pendant des mois, je devais me réveiller à 4 heures du matin pour le maquillage qui prenait au moins huit heures.

Un autre défi fut aussi le froid qui, surtout lors de la crucifixion, m’a presque tué; je n’étais habillé qu’avec une fine robe de lin et la température extérieure était à peine un degré au-dessus de zéro.

Quand nous avons tourné la dernière prise de vue, il y avait un coup de nuages épais et la foudre a frappé la croix où j’étais attaché.

Soudainement, tout était silencieux autour de moi et j’ai senti mes cheveux se dresser sur la tête.

Environ 250 personnes autour de moi ont vu comme mon corps soudainement émanant de la lumière et ont vu un feu à droite et à gauche de ma tête. Beaucoup de gens ont été choqués à cette vue.

Je sais que « La Passion du Christ »′ est un film extraordinairement grand sur l’amour, peut-être un des plus grands.

La création est aujourd’hui menacée par tant de facteurs et pourtant la foi en Jésus est la source du bonheur.

Je pense que Dieu nous appelle particulièrement en ce moment et que nous devons donc donner une réponse dans notre cœur et dans notre vie. »

Jim Caviezel

Source : http://abidjantv.net/celebrites/temoignage-javais-33-ans-lors-du-tournage-du-film-la-passion-du-christ-jim-caviezel

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2022/01/la_passion_du_christ_temoignage_de_jim_caviezel.pdf

Ne rien attendre du poteau de boue

Chers amis,

Nous avions cru que le poteau de boue, l’homme annoncé par Marie-Julie Jahenny, était l’ancien président F. Hollande. Cependant, il s’avère qu’il s’agit de E. Macron. Voici le texte original suivi de quelques explications.

« Ne rien attendre du poteau de boue.

Première crise Internationale

– L’heure de Dieu n’est pas loin, dit Saint-Michel, celle terreur profonde fera ressortir le triomphe de la nouvelle France. Mais ce triomphe ne peut venir avant que la Justice ne se soit appesantie sur cette terre gâtée.

– N’attendez rien de celui qui règne comme roi et qui, aujourd’hui, est assis dans le même fauteuil, que les autres – fauteuil qui ne porte aucune marque d’un pouvoir spécial et plus grand.

– Sa pensée est accordée à la pensée des autres, sa parole à leur parole, sa volonté à leur volonté. Sa puissance et ses pouvoirs ne sont pas plus que ceux de celui qui est le dernier N’attendez rien de ce côté : il ne mérite pas plus de respect que tout le reste.

– Dans la tempête, sa voix criera aussi fort que les autres, contre tout ce que Dieu a établi. Il n’y a pas de fermeté en lui : ils l’ont mené ; ils l’ont dirigé. Voilà le portrait de cet homme : c’est un poteau de boue. Plaignons-le, mais n’y pensons guère.

– Je n’y pense point, bon Saint-Michel.

– Pour ramener le Roi choisi et destiné par Dieu, il faut que tous ceux qui sont à présent soient balayés. »

29 septembre 1878

Voici les explications :

« Première crise Internationale »

Marie-Julie Jahenny a pressenti en 1878 la crise internationale que nous connaissons actuellement. Bien qu’elle n’ait pas perçu l’essence du covid, elle en a compris la teneur à travers la perception catholique de son époque.

« L’heure de Dieu n’est pas loin, dit Saint-Michel, celle terreur profonde fera ressortir le triomphe de la nouvelle France. Mais ce triomphe ne peut venir avant que la Justice ne se soit appesantie sur cette terre gâtée. »

La France et le monde connaît effectivement une « terreur profonde » soigneusement entretenue par le gouvernement de la plupart des nations du monde. Toutefois, il faut s’attendre à de grands châtiments, puisque les termes « Justice » et « terre gâtée » sont employés.

« N’attendez rien de celui qui règne comme roi et qui, aujourd’hui, est assis dans le même fauteuil, que les autres – fauteuil qui ne porte aucune marque d’un pouvoir spécial et plus grand. »

Le « roi » en question est le président de la république. Il préside de la même manière que ses prédécesseurs et rien ne le distingue des autres.

« Sa pensée est accordée à la pensée des autres, sa parole à leur parole, sa volonté à leur volonté. Sa puissance et ses pouvoirs ne sont pas plus que ceux de celui qui est le dernier N’attendez rien de ce côté : il ne mérite pas plus de respect que tout le reste. »

Il s’agit du point central de la vision de Marie-Julie. Ce président est en accord avec ceux qui l’entourent. Auparavant, les présidents étaient plutôt prestigieux pour rester dignes de leur fonction. Celui-ci est vulgaire et méprisant. Il est même comparable au plus mauvais de ses acolytes.

« Dans la tempête, sa voix criera aussi fort que les autres, contre tout ce que Dieu a établi. Il n’y a pas de fermeté en lui : ils l’ont mené ; ils l’ont dirigé. Voilà le portrait de cet homme : c’est un poteau de boue. Plaignons-le, mais n’y pensons guère. »

Effectivement, il est profondément anti-chrétien. Il est malléable et possède un caractère psychopathique qui est caractérisé par ses propres mots « en même temps ». Par exemple, il « aime » quelqu’un tout en le « haïssant » simultanément, ce qui est proprement impossible à une personne saine d’esprit. La raison veut qu’un seul sentiment puisse être porté à l’égard d’un individu. Par exemple, un quidam ne peut pas rire et pleurer simultanément, si ce n’est un fou qui est mené et dirigé. Ce président est « un poteau de boue », un homme qui se laisse porter par le vent des scandales. Ses propres erreurs ne le font pas culpabiliser, il n’a aucun honneur, aucun amour-propre.

« Je n’y pense point, bon Saint-Michel. »

Il ne mérite aucune considération et semble ne pas être puni ultérieurement par la justice humaine. Il pourrait même s’enfuir lorsqu’il aura mené le pays à sa perte.

« Pour ramener le Roi choisi et destiné par Dieu, il faut que tous ceux qui sont à présent soient balayés. »

Les hommes du péché doivent être balayés par la Justice Divine afin qu’un dirigeant semblable au bon berger puisse paraître. La France doit être emportée par une grande et terrible purification.

Pour terminer, voici quelques extraits des prophéties données par la Fraudais, Marie-Julie Jahenny :

« La miséricorde peut adoucir la peine, donner des sursis de la longueur, de la mesure qu’elle juge bonne. Mais la Justice ne laissera aucune faute impunie, aucune, sur cette terre et dans l’autre monde.

Les avertissements sont déjà des châtiments, d’une certaine façon. Il y aura des morts, de peur, et des victimes des calamités. II y aura, hélas ! des suicides et des troubles dus aux émotions violentes. »

« Au moment où la rage des impies s’arrêtera pour un court répit, il arrivera une grande maladie, presque subitement. Ce châtiment laissera les victimes comme étant sans vie ; ils respireront encore sans pouvoir parler, la chair à vif comme après une profonde brûlure. Ce mal sera très contagieux et on ne pourra l’arrêter. C’est une punition du Seigneur afin d’en ramener plusieurs. » 20 septembre 1880

« La terre tremblera depuis ce lieu jusqu’au lever du soleil, l’espace de six jours. Un jour de repos et le huitième jour, le tremblement recommencera. La France et l’Angleterre se répondront par leurs cris de désespoir. La terre tremblera si fort que le peuple en sera jeté à 300 pas. Le tonnerre retentira avec plus d’éclat que dans les mois qui précéderont la fin du monde, avec un bruit étrange. » 8 mars 1881

« II y aura de grands écroulements, surtout au Centre. Tous ces riches palais où sont produits les bénéfices de la nation, tout cela, le Seigneur va le détruire par un châtiment terrible, sous la forme d’un écroulement de terre. Tous ces hauts édifices, (Banques) qui sont une partie du pain de la France, s’écrouleront. Dieu va surprendre ceux qui travaillent sans penser à Lui, ni à Sa Puissance qui donne tout sur la terre. » 16 novembre 1882

« Mes enfants, il sortira de ce nuage une pluie bien extraordinaire, que le monde n’a jamais vue encore et qu’il ne verra jamais ensuite, jusqu’à la consommation des siècles.

Ce sera une pluie rouge qui restera coagulée sur la terre pendant 7 semaines. La terre elle-même sera coagulée par cette pluie qui donnera un souffle empoisonné, une odeur que personne ne pourra supporter.

Mon peuple restera enfermé pendant sept semaines. Il sera difficile de sortir, tant la terre fera peur. Voilà le premier orage qui s’annonce et se réalisera bientôt.

À la suite de cet orage, Je ferai sortir de terre une « brûlaison » horrible. Les chrétiens ne pourront supporter cette odeur et cette chaleur. Mes enfants, vous n’ouvrirez ni vos portes, ni vos fenêtres.

Il faut que le règne du péché finisse. Jamais la terre et le monde n’auront été en semblable état. Il faut en finir, ou bien toute âme se perdra ! » 9 mars 1878

« Il fera noir pendant ces frais jours de pluie, de deuil, d’agonie et de mort. Il y aura une tempête affreuse ; les arbres les plus profondément enracinés seront ébranlés.

Mes enfants, Je suis la Voie, la Vérité et la Vie.

Au sortir de ces trois jours, vous ne trouverez que cadavres.

C’est là une prophétie que Je vous fais Moi-même, Moi qui suis la Voie de la Vérité et de la Vie. Écoutez Mes paroles. »

« Le soleil sera obscurci auparavant, avant garde des vraies ténèbres qui arriveront 37 jours après les signes de l’obscurité du soleil et des signes de la terre et de la tempête annoncée. » 28 novembre 1881

« Le Seigneur repeuplera la terre de jeunes plantes qui grandiront et iront jusqu’à la dernière génération ; c’est-à-dire qu’elles sont réservées pour voir la fin des siècles. » 9 mars 1878

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2022/01/ne_rien_attendre_du_poteau_de_boue.pdf

La terrible guerre civile à venir

Chers amis,

L’heure est grave. Comme vous le savez, les médias exploitent la peur pour entretenir deux groupes ennemis : ceux qui veulent se faire injecter perpétuellement et ceux qui refusent d’être les esclaves d’un monde tyrannique.

Les médias s’étaient tout d’abord unis sur un même son de cloche afin d’entretenir la peur. Comme ceux-ci ont constaté que 10 % de la population refusaient de se faire injecter un produit dont les effets secondaires semblent importants, ils sont en train de semer la discorde en entretenant volontairement l’esprit de collaboration, d’une part, et l’esprit de résistance, d’autre part.

Certains souhaitent enlever de force les enfants des parents résistants afin de les injecter. Ceci est digne des pires scénarios historiques. Tandis que d’autres souhaitent préserver leur descendance de cette folie semblable à une épidémie de danse de saint-Guy. Comme je le dis depuis 2015, l’humanité est en train de se radicaliser. Cela signifie que les individus entretiennent des idées extrémistes qui les rendent prisonniers d’un système pervers.

Nous vivons une période historique pré-révolutionnaire. On peut comparer notre époque, dans ses mécanismes, à celle de Luther. Comme nous le savons tous, Luther a rédigé des écrits qui ont divisé l’Europe en deux clans grâce à un mécanisme ingénieux de création du protestantisme. Ainsi, le groupe des protestants s’est opposé à celui des catholiques. On retrouve dans les livres d’histoire le témoignage de catholiques qui ont vu les protestants détruire les églises et massacrer femmes et enfants. Je ne fais pas le procès des protestants qui ont été victimes d’un esprit de division, satanique.

Nous vivons, en 2021, une époque similaire où la religion « sanitarienne » divise l’humanité en deux clans ennemis : les pro-morts, comparables aux protestants à l’époque de Luther, et les pro-vies, semblables aux catholiques. Pour être plus clair, les pro-morts sont favorables à l’injection perpétuelle de substance dans l’espoir de sauver leur vie d’un virus peu mortel et dans le but de retourner à une vie normale, tandis que les pro-vies souhaitent vivre normalement, comme si la crise n’avait jamais existé. Les pro-morts ne sont pas conscients qu’ils favorisent l’avènement d’une tyrannie imposant un passeport numérique dans l’ensemble de la civilisation occidentale, un crédit social à la chinoise. Les pro-vies ont généralement une vision plus réaliste de la progression de la caste tyrannique. Les pro-morts sont motivés par la peur qui est une pulsion aveuglante et esclavagiste. Les pro-vies, quant à eux, sont clairvoyants mais largement minoritaires.

On peut dire que 90 % de la population est conformiste et soumise à l’autorité, tandis que 10 % de celle-ci est plutôt attachée à d’autres idéaux : laïcité, lois républicaines, partis politiques, religions (christianisme, judaïsme, islam, bouddhisme, hindouisme, etc.). Les catholiques sont réellement minoritaires. Nous devons représenter environ 0,1 % de la population française, c’est-à-dire quelques dizaines de milliers de personnes.

Les résistants sont tentés par la violence pour défendre la vie de leurs proches ainsi que la leur. Quoi de plus normal d’un point de vue purement humain. Toutefois, d’un point de vue purement religieux, il s’avère que la charité est préférable à tout le reste. Il est très simple d’amener à la mort des individus en utilisant les techniques d’arts martiaux ou des armes quelconques. Dans ce cas, une dépopulation brutale serait inexorable et les gouvernements le savent parfaitement.

Ce mouvement horizontal consistant à diviser les individus permet aux dirigeants de survivre puisqu’ils se situent sur un axe vertical. Autrement dit, les milliardaires et autres personnes qui se prennent pour des demi-dieux sont des couards. Ils sont incapables de se rendre sur un champ de bataille puisqu’ils n’ont pas de courage. Ils se cachent derrière leurs forces armées et leurs milices. De tels individus pourraient être anéantis en quelques instants seulement s’ils se présentaient, seuls, devant une foule. Ils sont à l’exact opposé du courage des rois. Par exemple, le bon roi saint Louis était à la tête de son armée, ou encore, le vicomte de Turenne nommé maréchal général des camps et armées du roi en 1660 était un homme hors du commun qui guidait ses troupes. Par conséquent, un milliardaire ou un politicien contemporain est un faible qui mérite d’être soumis à la volonté populaire. Par exemple, Laurent A., millionnaire, créateur du site internet do…mo et transhumaniste convaincu, pourrait être le meilleur des laveurs de toilettes publiques, des éplucheurs de pommes de terre ou des assistants de personnes âgées. De tels individus devront payer par leur soumission à la population. Il faudra les montrer du doigt et les garder sous le joug de l’humilité perpétuelle par le port d’un signe distinctif : « autrefois, je me prenais pour un demi-dieu et aujourd’hui je suis à votre service ».

Toutefois, nous ne devons pas prôner la violence mais la charité. La guerre doit être le dernier recours. Si nous devons mener une guerre pour sauver la France, nous la mènerons. Mais, cette guerre doit être faite uniquement pour extirper la France des griffes de ces démons. Dès lors, il n’y aurait aucune pitié pour nos ennemis puisqu’ils auraient persisté dans leurs erreurs. C’est pourquoi la guerre de sauvetage de la France doit être considérée comme l’ultime solution. Notre armée, si petite soit-elle, serait vainqueur de ces imposteurs, car nous mènerions à la tête de la France le sceptre royal afin que le Christ-Roi puisse régner à la tête de notre nation séculaire. Nous devons souhaiter que les ennemis de Dieu reviennent à la raison pour éviter leur anéantissement.

D’autre part, nous ne mènerons jamais une guerre contre nos frères musulmans qui doivent revenir au califat en Palestine, en Arabie saoudite et en Syrie. Après de multiples considérations, il s’avère que l’Islam est une source de stabilité pour son territoire. Les musulmans prônent la paix au sein de la Oumma et la non-violence envers les chrétiens par le paiement de la djizîa. Dans tous les cas, nous ne sommes plus au temps des croisades et devons leur accorder notre aide en terre musulmane. Si la France doit être catholique, le Moyen-Orient doit être musulman. Nous devons conclure un traité de paix en France avec nos frères. Je ne parle pas des mouvements islamistes qui sont à l’Islam ce que les francs-maçons sont au Christianisme. Pour éviter la destruction de la France, nous devons savoir négocier et nous allier avec les véritables croyants. Ce qui sépare les musulmans des catholiques, c’est la croyance en la Vierge Marie (Hyperdulie) et la foi en Jésus-Christ comme le Fils de Dieu (Église romaine apostolique), crucifié pour nous, enseveli trois jours sous Ponce Pilate, revenu à la vie et monté au Ciel. Les musulmans croient en Mariam et en Issa, mais, leur croyance diffère de la nôtre sur plusieurs points. Ils considèrent Mariam comme une sainte et Issa comme un prophète crucifié qui serait encore au Ciel en attendant son retour auprès du Mahdi. Selon les prophéties musulmanes, Issa devrait revenir à Damas pour sauver de la terrible armée israélienne les croyants dirigés par le Mahdi. Pour que la paix revienne en France, nous devons préserver notre héritage historique provenant des rois Francs et montrer un grand respect pour l’Islam. Sans cela, notre nation serait définitivement détruite par la guerre civile à venir.

Le climat social de la France va s’assombrir au fil des mois de l’année 2022. Les élections présidentielles promettent d’être mouvementées. Cependant, selon les prophéties, le pire à venir doit être pour le mois de juin. Le mois du sacré-cœur de l’année 2022 pourrait annoncer une guerre civile d’une immense portée. Plusieurs dizaines de millions de civils devraient perdre la vie à cause du poteau de boue (Emmanuel M.). On constate que les médias parviennent à entretenir un climat anxiogène qui sème la peur et le chaos dans les esprits. L’extrémisme mène à la folie collective et celle-ci à la guerre civile. Soyez en certains.

Pour l’instant, nous ne pouvons rien faire puisque nous sommes considérés comme des parias. Patientons. Les injectés pourraient décéder brutalement des suites de multiples thromboses, d’AVC et de problèmes cardiaques. Ceci engendrerait parmi cette population une grande colère envers ceux qui ont fait le choix de vivre normalement. Nous serions leur bouc émissaire puisque leurs semblables seraient décimés et nous encore en vie. La folie des conformistes pourrait bientôt devenir une terrible réalité.

Enfin, si la France tombait dans la guerre civile, l’Europe de l’Ouest serait considérée comme perdue. En effet, de par sa position géographique, la France est un pays privilégié qui assure la stabilité politique de l’Europe. Nos ennemis américains pourraient espérer imposer leur technologie liberticide et déployer leur armée sur notre sol. La Russie, qui est l’ennemie de cette civilisation orgueilleuse, pourrait envahir la France afin d’éviter que les Etats-Unis ne s’emparent de notre nation. Dès lors, l’invasion Irano-Russe serait effectuée pour sauver l’Europe des griffes américaines. Si la guerre civile devait éclater au mois de juin 2022, la Russie pourrait envahir la France au mois de juillet.

Toutefois, ce scénario apocalyptique doit être remis entre les mains de la Vierge Marie. Au cours de l’histoire, notre bonne Maman du Ciel a sauvé la France à de maintes reprises. Nous devons prier le Rosaire, seule porte du Salut. Ainsi, la France pourrait être sauvée et voir le poison de la guerre civile s’éloigner. Cependant, pour cela, il faut beaucoup prier. Malheureusement, de nos jours, les chrétiens sont de moins en moins nombreux.

Que Dieu vous garde en cette période de Noël.

Mercredi 22 décembre 2021

Stéphane

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/12/la_terrible_guerre_civile_a_venir.pdf

L’inconscience des méchants

Avertissement : ce texte est avant tout philosophique. Toute ressemblance avec des événements ou des personnes existantes serait purement fortuite.

Nous grandissons tous dans le ventre de notre mère. Nous pouvons entendre les battements de cœur, le passage des liquides dans le placenta, si nous nous concentrons attentivement sur notre passé lointain. Prendre conscience de la fragilité intra-utérine, de la beauté de la vie nous met dans une condition d’enfant. Nous sommes dépendants de la Charité. Dieu nous donne gratuitement cet amour, mais, faut-il encore en prendre conscience. Dans le ventre de notre tendre maman, nous sommes tous égaux. Notre gestation est précieuse, il s’agit d’un trésor. La formation prénatale d’un mammifère ou d’un être humain est toute aussi importante.

Écoutons ensemble le bruit de cette vie qui grandit : « boum boum boum boum… [sursautement] boum boum boum boum boum boum boum… [tressaillement] boum boum boum boum boum boum [bruit du placenta] boum boum boum boum boum boum [le fœtus met son pouce à la bouche] boum boum boum boum boum boum boum boum boum boum [les cellules se multiplient pour construire ce petit être parfait]  boum boum boum boum boum boum….»

Nous pouvons sentir ce sentiment de sécurité. Le petit être, lové dans le corps de sa maman, est protégé. Il grandit dans des conditions qui l’aident à se structurer physiquement et mentalement. L’agencement des cellules est parfait. Ce sentiment de sécurité est lié à la maternité et la maternité nous relie à Marie. La femme, dans sa perfection, nous porte de son amour et nous aide à nous construire. Au-dehors, le père, symbolisé par Joseph, nous attend patiemment dans la joie. Il sait déjà comment nous protéger et nous élever tendrement. Il nous éloigne des périls de l’Egypte et de la cruauté de ses pharaons.

L’amour contribue à la construction, au développement, à la paix, et, finalement à la perfection. Cet amour parental, cette divine charité, nous donne confiance. Nos pas seront assurés, plus tard, par la prévention de notre papa et la tendresse de notre maman.

La vie est un don de Dieu. L’être humain est incapable de produire la vie. Tout au plus, peut-il imiter et réutiliser des cellules souches pour en faire autre chose. L’être humain inconscient utilise les principes de la vie pour en faire un produit qui assurera son propre enrichissement matériel. L’homme méchant est avide et inconscient de la magnificence de la vie. Le méchant ressemble à un homme en costume cravate, délicatement parfumé, une montre au poignet, un sourire malicieux au coin de la bouche en attendant que sa secrétaire lui apporte le café. Le méchant brise des vies en lançant un mauvais regard, en prenant des décisions qui le favorise lui-même ainsi que ses associés.

Le méchant est tout simplement inconscient de la gratuité de la vie. Il ne se souvient plus qu’il était lui-même un fœtus lové au sein de sa mère. Le méchant est devenu un être hideux de l’intérieur, simplement parce qu’il souhaite briser la vie des autres. L’homme avide est comparable à un torrent de boue qui entraîne le chaos et la désolation sur son passage. Le méchant se situe dans les hautes sphères de la société : il possède le pouvoir matériel à l’aide des lois mathématiques qui régissent la finance. Le méchant ressemble à un démon qui découpe au scalpel des souris, dans un laboratoire aux froides couleurs. Le méchant s’enrichit chaque seconde de plusieurs milliards.

Le méchant souhaite déstabiliser les nations, réduire ses semblables en esclavage. Cependant, il sait qu’il ne doit pas aller trop vite. Il ne se précipite pas. Il utilise des moyens malicieux et abuse de toutes sortes de mensonges pour tromper les plus naïfs :

« Prenez ce produit, il vous soignera de cette grave maladie qui ne fait pas de morts. Je vous assure que c’est pour votre bien. Vous devez vous faire injecter ce produit pour pouvoir vivre normalement et retrouver vos semblables dans les commerces non essentiels. »

Le méchant sait que la prochaine étape consiste à attendre la maladie et la mort de ses semblables trop crédules, afin de pouvoir avancer ses pions. Dès que des millions de personnes seront trop affaiblies ou brisées, le méchant pourra envoyer ses armées pour anéantir les survivants. Le méchant souhaite profiter des ressources terrestres pour lui et pour sa famille, quitte à anéantir les inutiles. Le méchant ment effrontément :

« Il n’existe aucune volonté de faire le mal sur cette terre. Le complotisme est une grave injure. Je vous dis que tout ceci est dans votre pauvre petite tête malade. Vous êtes un ignare ou un fou. Vous mériteriez d’être enfermé ou détruit. »

Le méchant souhaite détourner la technologie pour son propre profit en faisant contrôler continuellement ses semblables. Le méchant souhaite connaître la vie des autres par peur de pouvoir être détrôné. Si un jour ses milliards ne valaient plus rien, il lui faudrait pouvoir utiliser la force pour réduire à néant ses opposants.

Au sein de l’humanité, il existe deux courants qui s’affrontent continuellement : le bon, symbolisé par les vertus, qui a plus ou moins conscience de la gratuité de la vie et le méchant, symbolisé par les péchés, qui veut contrôler et s’enrichir en utilisant tous les moyens à sa disposition.

Les temps actuels sont dangereux pour la stabilité du monde et la préservation de l’humanité. Dieu saura punir la cruauté des méchants par l’apparition de fléaux toujours plus grands et terribles. Les méchants qui ont peur de la mort doivent prendre conscience de leur propre mortalité. Envoyer un virus mortel comme la peste pourrait les faire périr. Par contre, diffuser un virus un peu plus dangereux que la grippe et utiliser des moyens politiques permet d’agir seulement sur la masse sans risquer d’atteindre les hautes couches du corps social.

La société est comparable à une pyramide divisée en plusieurs étages. Les étages inférieurs ne savent pas ce qui se passe dans les étages supérieurs. Ainsi, la majorité des hommes ignorent la méchanceté de ceux qui habitent à la pointe de la pyramide. Cette technique de manipulation est pourtant évidente pour ceux qui connaissent le mal.

Pour être capable de voir le bien dans sa perfection, il faut également observer le mal dans toute son horreur. La candeur est à l’huile sainte ce que la méchanceté est à l’eau. L’une se dissout dans l’autre sans pouvoir cohabiter. Ainsi, la candeur se désagrège dans la méchanceté tandis que la méchanceté disparaît dans la candeur.

De nos jours, la terre ressemble à une mer [l’eau] où la candeur est pratiquement inexistante [l’huile sainte]. Ainsi, l’eau se répand en emportant tout sur son passage. Lorsque le mal aura détruit une grande partie de la civilisation, les survivants se rappelleront que la candeur est indispensable. Dès lors, ils se souviendront des commandements de Jésus-Christ et de l’importance de la Sainte Église Apostolique qui, aujourd’hui, est éclipsée.

Le méchant est finalement comparable à un homme assit sur une branche qui scie aveuglément devant lui jusqu’à ce qu’il meure des suites de sa terrible chute. Le candide est, quant à lui, comparable à un agneau qui observe la décimation du troupeau sans avoir la capacité de défendre ses pairs. Lorsque la Sainte Église Apostolique régnait en maîtresse, les méchants étaient si peu nombreux que la moindre tâche était immédiatement visible sur le linceul immaculé. Au fil des siècles, les méchants ont neutralisé la Sainte Église Apostolique, notamment à l’aide de multiples sciences économiques, en s’enrichissant au détriment des peuples.

Chers amis, souvenez-vous de notre intégrité, de notre faiblesse. Remerciez le Ciel de notre venue au monde. La gratitude et la charité sont indispensables dans ces temps actuels. La méchanceté périra avec elle-même. La victoire appartient aux candides. Dieu vous bénisse.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/12/l_inconscience_des_mechants.pdf

Le temps de Dieu

Le temps de Dieu

Le sauveur est Dieu. Son Saint-Esprit nous donne la force de lutter contre les forces démoniaques qui essayent de nous détruire. Nous sommes au début du temps de Dieu.

Les milices se défoulent pour engendrer la destruction des valeurs de notre civilisation. Ces assemblées trop humaines, financées par des fonds privés, œuvrent pour déséquilibrer les nations. Ils souhaitent que l’homme et la femme deviennent des androgynes afin de hâter le retour à leur dieu manichéen. Les financeurs de ces associations estiment que le corps est un « cercueil » qui limite nos capacités mentales et physiques. Ils aimeraient que les « humains » du futur deviennent des demi-dieux aux capacités exacerbées et, finalement, destructrices.

Notre époque nous pousse à haïr la sainteté pour nous pousser à devenir les objets d’un idéal perverti. La dégénérescence de l’humanité est en marche par la négation des vertus cardinales (Prudence, Tempérance, Force d’âme, Justice) et théologales (Foi, Espérance et Charité). Pourtant, Dieu nous a créé par Sa bonté et nous naissons homme ou femme.

Nous devons proclamer que notre corps nous appartient parce qu’il est le Temple de Dieu. Le mariage de l’homme et de la femme est sacré. Le temps de Dieu nous apprend par la force des choses que le respect de notre corps et de notre âme est indispensable. Nous ne parlons plus d’amour de soi, d’égocentrisme mais d’acceptation de nos faiblesses. Jésus-Christ nous a exhorté à porter notre Croix. Dans notre temps, notre Croix consiste à renouer avec la sainteté de Dieu. Cela passe par la reconnexion à notre identité personnelle et à notre corps. Ce n’est pas sans douleur car nous sommes confrontés à nos propres pulsions qui font l’objet des fondations de la religion chrétienne. Devons-nous accepter nos propres désirs ou les réprimer sévèrement ? En tout état de cause, nous devons agir par un travail de retour à la conscience. Mais que ce travail reste de l’ordre privé, car la vertu consiste à rétablir l’ordre public par la préservation de l’héritage catholique.

Ainsi, nous souffrons dans cette époque trop matérielle qui nous encourage à renouer avec la sainteté. Les douleurs et les larmes sont bien présentes. Les lobbies utilisent une force de frappe financière finement organisée pour déstabiliser la civilisation. Parviendrons-nous à sauver les vertus qui sont fondatrices de notre civilisation ? Jésus-Christ nous y encourage. Ainsi, nous n’avons pas à lutter avec notre force physique mais avec la puissance du Saint-Esprit. Jésus-Christ nous donnera les mots en temps voulu. Pour l’instant, nous devons nous préparer personnellement en renouant avec la mise en pratique des vertus.

Dieu est le seul sauveur et nous devons placer toute notre confiance en Lui. Protégeons tout d’abord les enfants parce qu’ils constituent le trésor de l’humanité. Que personne ne les pervertisse, car celui qui oserait le faire devrait plutôt se nouer une pierre de moulin autour du cou et se jeter dans la mer afin de ne pas connaître la Justice divine. Malheur à celui par qui le scandale arrive !

Dans tous les cas, ne croyez pas aux faux prophètes. Jésus-Christ n’est ni dans le désert, ni dans la ville ni dans la forêt. Il est aux Cieux. Veillons et prions car les temps sont durs !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/11/le_temps_de_dieu.pdf

La folie de l’injection forcée

La propagande médiatique discrimine les personnes qui ne souhaitent pas se faire injecter un produit dont les effets indésirables ne sont ni connus, ni révélés au grand public. La République est censée garantir la liberté, l’égalité et la fraternité. Or, il s’avère que l’incitation à la haine envers ceux qui souhaitent conserver leur santé est à son apogée. La République parjure ses textes fondateurs. Par conséquent, on peut dire qu’elle n’existe plus sous sa forme originale. La République n’était finalement qu’une forme politique transitoire qui attendait la survenue d’une dictature s’appuyant sur le progrès technologique.

La Bête qui repose sur le « Progrès indéfini » souhaite transformer les hommes en objets de consommation. Est-il normal qu’un citoyen doive se voir attribuer un « QR Code » contenant des informations confidentielles ? L’évolution logique de cette situation indique que l’homme pourrait prochainement être porteur d’une puce informatique connectée en temps réel à l’internet des objets. L’homme du futur pourrait vivre dans des villes technologiques dites « Smart City » ou encore « ville du quart d’heure ». Ce type de ville s’appelle ainsi parce qu’il est possible d’accéder à toutes sortes de commerces et d’activités en quinze minutes, que ce soit à pied ou à vélo. La « ville du quart d’heure » est la prison dorée de l’hominidé pucé. Dans une telle civilisation, l’homme ne serait plus que l’ersatz du citoyen.

La Bête est en train de détruire le Temple, le corps de l’homme, pour le transformer en simple objet de consommation. Les rites funéraires ne seraient plus qu’un lointain souvenir, puisque l’homme terminerait sa chute infernale au compost. Selon les chantres de la Bête, les rites sacrés de la religion catholique devraient être abolis. Souvenons-nous que Jésus-Christ a transformé le corps de l’homme en un Temple sacré, un lieu de sainteté qui accueille Dieu en son sein. Les satanistes souhaitent anéantir l’œuvre divine car sa perfection leur est insupportable. Ils vouent une haine sans pitié au corps humain ainsi qu’à son âme. Enflés d’orgueil, ces hommes de l’ombre pourraient s’immoler eux-mêmes avec le feu de l’enfer à cause de leur folie qui leur procure une sensation d’invulnérabilité. Le démon est plus rusé que l’homme et finit par dévorer ses propres enfants. La haine est le vecteur de souffrances éternelles. Finalement, l’enfer ce sont ceux qui haïssent l’humanité et non pas « les autres » comme l’annonçait Sartre en son temps.

Le monde s’est métamorphosé en secte et l’hypocondrie s’y répand comme une traînée de poudre. L’occident est désormais submergé par une vague technologique répressive sous couvert de pandémie. La technologie n’est plus utilisée pour assurer l’intérêt général. Désormais, celle-ci est au service de l’avarice. L’avidité des sociétés pharmaceutiques est sans limite. C’est en culpabilisant et en terrorisant qu’ils font injecter aveuglément leur produit aux terribles effets secondaires. Le point faible de l’homme contemporain est son conformisme. Le citoyen lambda accepte placidement les ordres dès lors que ceux-ci proviennent d’une source d’autorité qu’il considère fiable. Il préfère abandonner son propre jugement pour faire confiance à autrui, au point de ne plus faire preuve d’esprit critique. Est-ce que l’on prend un remède pour se soigner ou pour se rendre dans un lieu de loisir ? Si l’on répond qu’un médicament fait partie du monde du divertissement, c’est que la médecine n’existe plus et que le serment d’Hippocrate est caduc. Si l’on prend une substance pour prendre soin des autres, au détriment de soi-même, c’est que l’on a perdu la conscience de son propre corps. Une injection qui est censée protéger autrui n’est pas un remède mais un outil de piratage, une technique de manipulation sectaire. Dans la médecine traditionnelle, on choisit d’injecter une substance fiable pour protéger le patient d’une maladie et lui éviter des effets dommageables.

Si un remède avait été produit pour vaincre une maladie dont la mortalité est quantifiable, la population aurait adhéré à l’injection de celui-ci. Les gouvernements n’auraient pas eu besoin d’utiliser la force de persuasion. Au contraire, ils auraient fait en sorte de vendre les médicaments à prix d’or. Certains citoyens auraient peut-être même acceptés d’emprunter pour se faire soigner. Dès lors que l’on manipule l’opinion publique, c’est qu’il y a un intérêt stratégique supérieur. Le produit génique qui circule dans les veines peut être un réactif, un indispensable maillon de la surveillance numérique de masse. S’il n’existait pas une intention maligne, ce produit n’aurait jamais été imposé à l’ensemble de la population occidentale. Les gouvernements menacent les citoyens qui ne se sont pas fait injecter ce produit parce que ceux-ci souhaitent rester maîtres de leur corps. L’expérience de Milgram ne peut pas être appliquée à l’ensemble d’une population car il existe toujours des personnes qui échappent au conditionnement. Les médias diabolisent les personnes libres afin de les rendre comparables aux terroristes. Toutefois la réalité n’est pas aussi simple, puisque les rebelles à l’injection peuvent refuser le produit pour différents motifs, telles que des raisons religieuses, philosophiques, morales ou médicales. Par conséquent, affirmer que ces personnes font partie d’un seul et même groupe est péremptoire. Dans un monde normal, les citoyens qui refuseraient de participer à une expérience folle seraient admirés. Au contraire, dans une civilisation malade, diaboliser un groupe de personnes engendre toujours la persécution et la haine. De nos jours, les antisémites objectifs sont ceux qui poussent leurs pairs à se faire injecter une substance inconnue. Les racistes sont et restent dans la sphère politique, à l’image de ce détestable Hitler.

L’illogisme atteint son comble puisque l’immoralité a succédé à la droiture morale. Les violents ont pris le pouvoir par la ruse en noyautant les États. Autrefois, les rois dirigeaient d’une main de fer leur royaume pour rendre hommage à Dieu, préserver l’ordre public et garantir l’intérêt général. De nos jours, les gouvernements souhaitent imposer la turpitude pour instaurer le chaos et rendre un culte à l’adversaire. Juda s’est pendu, ceux qui l’adorent finissent toujours mal. Satan essaye de pervertir l’humanité par tous les moyens.

Dieu nous éprouve : serons-nous capables de rester fidèles à Ses commandements ? Veillons et prions comme les vierges sages. Les vierges folles, quant à elles, s’endormiront et ne verront pas l’époux arriver. La porte de la salle des noces finira par se refermer et il sera trop tard.

Soyez bénis.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/08/la_folie_de_l_injection_forcee.pdf

Le paradigme de la Bête et le sauvetage de la France

Chers amis,

L’heure est grave et je vous demande de lire patiemment ce texte jusqu’au bout, même si certaines idées vous heurtent. Je vous dévoilerai par la force des choses, à la fin de cet article, une partie de ma personnalité.

La civilisation catholique est basée sur les notions du bien et du mal grâce aux nombreux apports des civilisations romaine, grecque et hébraïque. Or, depuis le 12 juillet 2021, une Bête est en train de sortir de terre afin de tuer l’ancien monde. Cette Bête tyrannique souhaite imposer une nouvelle ère basée sur l’esclavage, le chantage, le mensonge, la propagande et l’injection forcée de substances empoisonnées afin de maintenir sa population dans ses griffes acérées.

Dans une civilisation traditionnelle, les personnes qui ne respectent pas les codes moraux, les us et coutumes sont punies, bannies ou emprisonnées. La Bête, quant à elle, possède un code basé sur les 7 péchés capitaux : l’avarice, l’envie, la paresse, la gourmandise, l’orgueil, la luxure et la colère. Elle impose un contrôle informatique basé sur l’utilisation de la biométrie et de produits numériques qui génèrent un identifiant unique. Ce système lui permet de détecter les résistants qui ne souhaitent pas se soumettre à ses codes immoraux en refusant notamment de se faire injecter, à juste titre, des substances vénéneuses.

Les personnes soumises, qui ont accepté de se faire injecter la potion mortifère, sont facilement identifiables puisqu’elles possèdent un numéro unique qui est stocké dans une base de données. Elles devront se soumettre à des injections perpétuelles selon un rythme qui sera dévoilé progressivement afin de ne pas les braquer immédiatement. Lorsqu’elles auront reçu un nombre suffisant de substances dangereuses, la Bête pourra leur vendre un contre-poison à prix d’or contre leur obéissance inconditionnelle. Ils comprendront, bien trop tard, qu’ils sont devenus ses esclaves infortunés après avoir mis le doigt dans un engrenage infernal.

La Bête souhaite interdire, aux résistants, l’accès aux lieux publics et privés grâce à l’utilisation de moyens de contrôle numérique. Elle espère ainsi soumettre par la force ceux qui refusent d’adhérer à ses codes démoniaques. Cela a également l’avantage de générer le chaos entre les populations vaccinées et non vaccinées. Les personnes non vaccinées deviennent d’emblée les juifs d’Hitler. Toutefois, la Bête prétend que ces individus sont de dangereux terroristes qui peuvent contaminer les autres. La Bête criminalise une population hétéroclite sans se soucier si celle-ci respecte les codes civil et pénal. La Bête se croit supérieure à la justice qui découle d’une civilisation millénaire. La Bête compare la république à l’Ancien Régime puisqu’elle la surclasse. Ceci prouve qu’elle n’était finalement qu’un moyen transitoire vers son avènement. On comprend mieux, dès lors, la symbolique de l’équerre et du compas qui recouvre la Bible. L’orgueil de la Bête est telle qu’elle souhaite terrasser l’œuvre de Dieu. La Bête est comparable à Lucifer qui a souhaité s’élever au-dessus de son Créateur. Il est temps de dire : « qui est comme Dieu ? » afin de se rappeler que personne ne peut l’égaler.

La Bête souhaite emprisonner les résistants après avoir progressivement libéré les condamnés de l’ancien système. La société se remplirait d’une population inique qui pourrait, si elle était vaccinée, se déplacer comme elle l’entend. Ainsi, un criminel portant un « pass sanitaire » pourrait très bien déposer des explosifs dans certains endroits sans être inquiété puisqu’il respecte les codes de la Bête. Le Nouvel Ordre Mondial encourage le crime et punit ceux qui respectent les commandements de Dieu donnés par Moïse et Jésus-Christ. Les musulmans doivent être inclus puisqu’ils croient en Dieu, et, le Coran respecte une grande partie de la Loi. Nous n’avons plus le temps de débattre sur ce qui sépare les Juifs (Torah), des Chrétiens (Bible catholique) et des Musulmans (Coran). Nous devrions plutôt tendre vers une union sacrée temporaire de ceux qui respectent les lois du monothéisme, tout en gardant en tête que Jésus-Christ est la Pierre Angulaire, le Fils de l’Homme et le détenteur de la Vérité. Ces paroles risquent de ne pas plaire à ceux qui souhaiteraient revenir immédiatement à la pureté absolue de la religion catholique. L’Église est effectivement la Barque qui sauve et nous devons, à ce titre, inciter les croyants à y entrer. La pleine conversion des Juifs et des Musulmans est désormais rendue possible grâce aux souffrances qu’engendrera inéluctablement la Bête. Au cours de l’histoire, de nombreux musulmans se sont convertis au Christianisme en passant par la Vierge Marie qui mène à Jésus-Christ. La Charité est la Loi d’Or qui sauve l’humanité et la Charité est la Pierre Angulaire de l’Église millénaire. Ce que je veux dire, c’est que si nous nous divisons sur des questions de religion, la Bête finira par nous piétiner. Ensuite, lorsque la Bête sera vaincue, il sera temps de remettre de l’ordre et de rétablir la millénaire religion catholique en adoptant notamment les Dix Commandements et les Lois du Christ, comme je l’ai déjà dit dans les articles précédents. Les croyants seront alors nombreux à considérer Jésus-Christ comme le Sauveur.

La Bête a préalablement semé de multiples hérésies en espérant triompher par la division. Elle a corrompu la multitude en faisant croire que la liberté consistait à adhérer à une idée plaisante, même si celle-ci était doctrinalement fausse. Ceci confirme que la Bête est séductrice, flatteuse et menteuse. La Bête se dévoile progressivement dans le temps afin de masquer ses crocs acérés. Personne n’adhérerait à son projet si elle dévoilait d’emblée ses mensonges. Nous savons désormais que nous nous trouvons au début du temps de l’Apocalypse puisque la Bête a commencé à se dévoiler ouvertement le 12 juillet 2021. Le rêve de la Bête est de détruire le règne du Sacré-cœur de Jésus. Or, son vœu le plus profond, qui est basé sur le mal absolu, mène obligatoirement vers le triomphe de Dieu puisque la haine est destructrice. Ceux qui prônent la victoire de la Bête seront anéantis par leur maître satanique, puisque le mal ne connaît pas le pardon.

La Bête est notamment en train d’anéantir les concepts du serment d’Hippocrate, de la non-assistance à personne en danger, du secret médical et de la vie privée puisqu’elle souhaite interdire l’accès aux hôpitaux aux personnes non vaccinées. De ce fait, elle va pousser au départ de nombreux aide-soignants, infirmiers et médecins afin de détruire le service public. L’ensemble de la population, qu’elle soit vaccinée ou non, ne pourra plus bénéficier de soins gratuits lorsque les services publics seront à terre. Seules les personnes matériellement fortunées pourront accéder aux soins et celles-ci ne se feront, pour la plupart, jamais vacciner puisqu’elles savent pertinemment qu’il s’agit d’un poison. J’ai demandé à un « célèbre » influenceur français du transhumanisme, dont les initiales sont L.A., créateur de Doctissimo, de me prouver qu’il était vacciné et sa réponse fut édifiante à bien des égards : « je t’emmerde ». Il est évident que cet odieux personnage se sent supérieur à la masse laborieuse. Son argent lui fait croire, à l’instar de ses pairs, qu’il parviendra à s’en sortir indemne. Lui qui veut « tuer la mort » − selon ses propos absurdes − devrait savoir que la faucheuse, redoutable et revancharde, l’emportera avec elle, et d’autant plus si la Bête déclenchait le chaos en France. La mort est aveugle puisqu’elle emporte sans distinction chacun d’entre nous. On peut dire que la Bête ressemble à un international-socialisme, une sorte de communisme et de nazisme fusionnés dans un système numérique dirigé par le sophisme, à l’image de la folie tyrannique du président actuel.

Selon les prophéties, l’année qui précéderait la guerre serait particulièrement pluvieuse et l’été serait marqué par un temps frais. Les récoltes du mois de septembre devraient être mauvaises. Au mois de novembre, les contestations sociales devraient s’amplifier au fil des mois, jusqu’en juin 2022 qui devrait être marqué, malheureusement, par une terrible guerre civile. L’année de la guerre devrait être marquée par un événement troublant sur la Capitale, au début du mois de janvier. On peut imaginer qu’un éclair d’une force inégalée pourrait s’abattre sur la Tour Eiffel à la suite d’un orage. Cela ne semble pas totalement fou si le mois de janvier était printanier puisque l’on dit que la république mourrait l’année des deux printemps. Le mois de juillet 2022 pourrait être le début d’une guerre mondiale qui commencerait par une invasion irano-russe en Europe de l’Ouest. Si la France tombait à cause d’une guerre civile, il semble évident que son armée serait ébranlée et facilement décimée par l’Iran et la Russie en seulement quelques jours. La France est une nation cruciale puisqu’elle fait le lien entre de nombreux pays en Europe de l’Ouest. La Russie aurait tout intérêt à envahir notre nation afin d’éviter que la guerre ne se répande aux autres états. Ainsi, on peut dire que Dieu aurait puni la France pour son infidélité envers le Christ-Roi et qu’elle retournerait alors à ses anciennes traditions royalistes et catholiques, c’est-à-dire au Trône et à l’Autel.

J’ai commencé à rédiger en juillet 2015 ce blog, suite à de nombreuses visions sur notre époque actuelle. J’ai souhaité avertir les gens de ce qui allait inévitablement arriver, mais je n’y suis apparemment pas parvenu. J’ai eu une enfance particulièrement éprouvante marquée par des événements d’une violence inouïe. J’ai notamment subi plusieurs traumatismes crâniens entre 3 et 6 ans. Par la suite, j’ai été sauvé miraculeusement d’accidents en montagne, de maladies graves et d’agressions, et ce, de manière providentielle. Après une enfance et une adolescence tourmentées, où j’étais totalement dissipé et inconstant, où je me suis intéressé au nazisme, au communisme, à l’ésotérisme, au socialisme, à l’extrême gauche, au heavy-metal et à d’autres hérésies, je me suis converti, au début de la quarantaine, au catholicisme séculaire après avoir lu « introduction à la vie dévote » de saint François de Sales. Ce livre que j’ai connu dans une petite église m’a permis de comprendre l’importance du catholicisme pour la France. J’ai ensuite acquis de nombreux livres anciens pour parfaire mes connaissances du Christianisme.

Je suis né dans une famille pauvre et fortement métissée du côté maternel, notamment avec un mélange de sang français, espagnol, anglais, allemand, gitan, berbère et juif. Je boite souvent de la jambe droite suite à une mauvaise chute dans mon enfance. Je possède deux doigts de pieds sur lesquels poussent deux ongles différents, ce qui apparemment serait une marque particulière. Il me manque un morceau de barbe sur la joue gauche à cause d’un grain de beauté. Et enfin, je suis informaticien dans le social. J’ai parfois des problèmes d’élocution à cause de ces nombreux traumatismes crâniens, et, des problèmes de santé causés par la première génération du vaccin de l’hépatite B. Si j’écris tout cela, ce n’est pas pour me mettre en avant mais pour révéler certains traits qui seront reconnus dans le futur. J’aurais aimé ne pas avoir à me justifier, mais il faut que je sorte de l’ombre pour des raisons que je suis seul à connaître pour l’instant. Certains diront que je suis orgueilleux et d’autres diront que je suis humble. En réalité, peu importe. Si j’écris ceci, c’est pour que vous sachiez que la France triomphera de Satan et connaîtra une Pentecôte pendant une vingtaine d’années. Même si aujourd’hui cela n’a aucun sens, le temps nous donnera raison.

Je ne me montrerai pas dans les médias, car ma place se situe dans une France post-apocalyptique. Je souhaite contribuer au relèvement de la France en éradiquant les hérésies de la Bête afin de revenir aux enseignements de la Loi, des Prophètes et de Jésus-Christ, notre Sauveur. Cela demandera un travail d’une ampleur incommensurable, un engagement sans faille, constant et totalement gratuit. Je suis prêt à donner de ma personne pour éradiquer les hérésies de la république française, afin d’arracher la France millénaire des griffes du malin. Je souhaite contribuer à la constitution d’un gouvernement royal, dont je n’ai jamais hérité par le sang mais plutôt par l’esprit, une gouvernance chargée de recruter les personnes de bonne volonté qui seraient capables de restaurer la nation française selon les traditions de saint Louis. J’en appelle à la résistance pacifique, car c’est par notre capacité spirituelle que nous vaincrons la Bête, tout comme saint Michel à vaincu le Dragon. Nous, les parias et les manants, devrons reconstruire une France fidèle au Christ-Roi afin que notre nation puisse perdurer.

Cette reconstruction laborieuse infligera une grande douleur spirituelle à tous ceux qui pensent régner à l’aide de l’argent et du monde des affaires. Nous devons dire à ceux-ci, dès à présent, que dans le monde de demain, ils seront les derniers. Ceux qui ont soif de confort matériel devront renoncer à leurs ambitions et participer au travail des champs, à l’artisanat, à l’assistance aux pauvres, à la protection des plus faibles et à la reconstruction spirituelle, sous peine de finir comme des vilains, c’est-à-dire comme des personnes détestables. Les riches d’aujourd’hui qui refuseront d’abandonner leur orgueil seront montrés et considérés comme les responsables des maux qui ont entraîné la perte de la France.

Je promets à chacun de l’effort et des larmes, car le confort des années folles est mort le 12 juillet 2021. Nous dirigerons la France à l’aide d’une verge de fer pour que ses habitants ne s’éloignent pas des commandements de Dieu qui ont contribués à sa fondation. Cela implique de renoncer à tout ce que nous avons connu depuis notre naissance pour retourner aux valeurs de nos ancêtres. Il s’agit de nous dépouiller de tout, de porter notre Croix et de suivre le Christ sur le chemin qui mène au Calvaire. C’est à ce prix que nous pourrons relever la France et anéantir définitivement les milliardaires qui se sont autoproclamés comme les maîtres du monde. La guerre spirituelle contre ces gens-là doit être totale et il n’y aura aucune compromission, ni pitié pour eux à moins qu’ils abdiquent. Ils seront forcés de renoncer à leur personne puisque leur richesse matérielle ne sera pas reconnue dans le monde de demain. Les pauvres, les affligés, les enfants, les vieillards, les orphelins, les travailleurs, les simples, les joyeux, les malades, quant à eux, n’ont rien à craindre puisqu’ils sont déjà les héritiers du Royaume.

Dieu puisse vous garder en vie en ces temps de fléaux.

Fait en ce 15 juillet 2021, jour de l’entrée en résistance pour le relèvement de la France

Stéphane

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/07/le_paradigme_de_la_bete.pdf

Jésus-Christ nous a donné la voie du salut contre les mondialistes

Chers amis,

Nous savons que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Il a donné la Lumière en son siècle. Toutefois, ce n’est pas tout. Je pense sincèrement qu’Il a également donné Ses enseignements pour notre époque. Ses paroles ont été rédigées soigneusement par les scribes afin de ne pas altérer la vérité. Jésus-Christ connaissait la fin des temps et nous a donné, à travers ses enseignements, les moyens de lutter contre les mondialistes.

Jésus-Christ a volontairement repris des commandements qui existaient déjà. Ceux-ci sont particulièrement utiles en tant de persécution, mais ils le sont d’autant plus en ces temps où la technologie a atteint un tel niveau qu’elle pourrait servir à l’esprit de Nimrod pour imposer un totalitarisme numérique. Par exemple, la Règle d’or, bien connue des Hébreux, « tu aimeras ton prochain comme toi-même » était déjà appliquée depuis de nombreux siècles.

Il a donné des commandements qui ont permis, certes de convertir les païens et de donner naissance à l’Église, mais, aussi de nous offrir la voie du Salut pour notre siècle. Jésus-Christ n’est pas venu abolir la Loi mais pour accomplir la Parole de Dieu qui a été transmise par les Prophètes de l’Ancien Testament. Voici pourquoi Ses Paroles résonnent étonnamment dans le temps.

Par exemple, Jésus-Christ semble parler de la folie de notre époque lorsqu’Il dit que la voie de la perdition est large et que le chemin du salut est étroit. La voie de la perdition est aussi large que la propagande médiatique des mondialistes. Par exemple, les médias nous présentent la soupe expérimentale comme un produit « sûr et efficace ». La moitié des adultes, qui ont accepté de se faire injecter cette mixture dont les ingrédients sont inconnus du grand public, ont avancé sur l’autoroute de la perdition. Les résistants, eux, doivent emprunter le chemin étroit qui mène à la vie et à la vérité. Ce chemin est très dur à atteindre puisqu’il faut refuser l’esprit du monde, qui essaye de nous hypnotiser par la répétition de ses paroles diaboliques, pour accepter de se laisser porter par l’esprit de vérité. Le Royaume de Dieu est déjà parmi nous comme le dit Jésus-Christ, mais il est très difficile de le percevoir.

La plupart de nos contemporains sont en train de perdre la raison suite à la propagande mondialiste. Ce n’est que le début puisque les mondialistes vont aller au-delà en essayant d’imposer un nouvel ordre mondial basé sur la tyrannie, comme je le dénonce dans mon ouvrage, offert en ligne, « de la gnose au transhumanisme ».

Lorsque les mondialistes auront lancé leurs différentes attaques contre les institutions actuelles afin de réinitialiser la civilisation pour imposer leurs folies démoniaques, la seule voie du Salut consistera à suivre à la lettre les commandements de Jésus-Christ dont certains proviennent du Lévitique. On peut citer, par exemple, le chapitre XIX « respecter ses parents, garder le sabbat, lois contre l’avarice, le jurement, la calomnie, l’injustice et la vengeance ». À ce propos, je vous invite à acquérir la Vulgate qui a été traduite en latin par saint Jérôme. Celle-ci a été traduite en français à la fin du 19e siècle par l’abbé J. B. Glaire.

Jésus-Christ nous promet le repos de l’esprit :

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,

Et moi je vous donnerai le repos.

Prenez sur vous mon joug

Et mettez-vous à mon école,

Car je suis doux et humble de cœur,

Et vous trouverez le repos de vos âmes.

Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau léger. (Mt 11,28-30) »

La pratique du disciple est synthétisée dans la formule « porter le joug ». À l’époque de Jésus, il y avait deux termes pour désigner le travail d’un disciple à l’école d’un rabbin : « le joug et la charge ». La mission d’un maître se résumait essentiellement l’enseignement de la Loi comme chemin de sagesse. Mais la Loi était considérée comme un « joug », et les divers commandements et les interdits, qui la composaient, étaient une « charge » sacrée que devait porter le disciple pour trouver le vrai bonheur et le plein repos dans le Seigneur. Jésus ne supprime pas la charge mais la simplifie : il faut apprendre un seul commandement, l’amour, et celui qui cherche à le vivre trouve le véritable repos en Dieu.

Jésus dit « je suis doux et humble de cœur ». L’homme « doux » est celui, qui, de grand cœur, sait accueillir Dieu et les autres. Ceci implique une disponibilité mais aussi une grande capacité à aimer. L’homme « humble » est l’image type du pauvre de Dieu chez les prophètes. C’est lui qui remet toute sa vie dans les mains de Dieu et qui espère tout de lui. La promesse que Jésus offre est le vrai « repos », le bonheur plénier et la joie parfaite.

Jésus-Christ nous donne la voie du salut qui est strictement opposée à celle des mondialistes qui conduit à la ruine et à la mort. On peut dire, plus largement, que les mondialistes représentent la colère de Dieu qui punit et anéantit ceux qui n’obéissent pas à ses commandements. Ceux qui se laissent séduire par les voies de la sirène finiront par périr dans d’affreux tourments. Il est donc nécessaire de fermer son cœur, ses yeux, ses oreilles et sa bouche aux chants mondialistes pour ne pas se laisser tenter. Les prophètes de malheur sont comparables aux bergers qui conduisent le troupeau vers la falaise. Dans un autre esprit, comme Jésus-Christ le dit, « au royaume des aveugles, les borgnes sont rois ». Ceux qui ont la capacité de percevoir un minimum de sagesse, dans un monde composé d’aveugles, sont potentiellement déjà sauvés puisqu’ils peuvent détecter les loups déguisés en brebis.

Pour revenir au thème de cet article, lorsque les mondialistes auront progressé davantage dans leur tyrannie planétaire, nous devrons suivre Jésus-Christ en laissant de côté le matérialisme pour nous consacrer entièrement à Dieu.

« Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera » (Mt 10, 38)

« Perdre sa vie » signifie dans notre siècle, non pas mourir physiquement, mais, refuser de vivre selon l’esprit matérialiste. « Perdre sa vie » signifie concrètement refuser le nouveau monde avec toutes ses conséquences : quitter la technologie, perdre son emploi et retourner aux fondamentaux. Jésus-Christ nous apprend que l’on reconnaît ses disciples à leur amitié authentique.

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé » (Jn 15; 12)

Les mondialistes souhaitent imposer le télétravail et la distanciation sociale, justement pour que les hommes ne sachent plus s’apprécier. La peur de la maladie entraîne le refus de l’autre puisqu’on le considère déjà comme un dangereux vecteur de virus.

L’hypocondrie est la base de la division de la société en deux clans : ceux qui acceptent la tyrannie mondiale et les autres. Or, la fragmentation en deux clans engendrent toujours des guerres. Citons les guerres de religion entre les protestants et les catholiques qui font suite au funeste morcellement causé par les redoutables Calvin et Luther.

Ceux qui sauront vivre selon le commandement de charité de Jésus-Christ survivront aux fléaux. L’amour implique de vivre sans masque, sans distanciation sociale, sans passeport médical, sans identifiant numérique. Vivre consiste à accepter l’autre sans condition, à le considérer comme une partie de soi-même et à ne pas lui infliger ce que l’on ne souhaiterait pas que l’on nous fasse. Jésus-Christ nous a donné, par Ses commandements, les moyens de nous sauver des griffes mondialistes.

Si l’appropriation de ces commandements semble simple pour un chrétien, la plupart de nos contemporains ne savent pas considérer cette vérité qui s’avérera cruciale d’ici quelque temps. Le futur de l’humanité est irrémédiablement attaché à la charité, c’est-à-dire à l’amitié plénière. La noirceur des mondialistes masque la Lumière divine. Ils nous annoncent, par leur folie, l’existence de Dieu.

Dieu vous bénisse en ces temps de persécution !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/07/jesus_christ_nous_a_donne_la_voie_du_salut.pdf

Le nouveau Royaume de France

Chers amis,

La France est en train de devenir un pays totalitaire par la volonté de puissants milliardaires qui s’opposent, de fait, à la législation nationale. Ils considèrent que leur argent les rend supérieurs aux lois et souhaitent imposer leur idéologie par la destruction sournoise de notre nation.

Plutôt que de débattre inutilement sur ce totalitarisme masqué, je vous propose de découvrir les Lois qui devront diriger la France malgré les ennemis de Dieu. Leur richesse matérielle ne les sauvera pas. Au contraire, elle signera même leur perdition puisque l’argent est un maître démoniaque qui s’oppose à Dieu.

Voici les dix premières Lois qui devront être restaurées en France :

« Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout.

Tu prononceras le nom de Dieu avec respect.

Tu sanctifieras le jour du Seigneur.

Tu honoreras ton père et ta mère.

Tu ne tueras pas.

Tu ne feras pas d’impureté.

Tu ne voleras pas.

Tu ne mentiras pas.

Tu n’auras pas de désir impur volontaire.

Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. »

Une autre Loi, tout aussi importante que les précédentes, La Loi d’Or enseignée par Notre-Seigneur Jésus-Christ : « Tu adoreras Dieu de toute ton âme, de tout ton cœur et tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

Viendront ensuite d’autres lois pour la sauvegarde de la nation :

  • Abolition de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État
  • Consécration au Christ-Roi et à la Sainte Famille pour la France
  • Retour au gallicanisme pour sauvegarder l’Église catholique de France tant que le pape obéira aux doctrines mondialistes
  • Interdiction du blasphème
  • Évangélisation dans les villes et dons alimentaires aux pauvres pour encourager la foi
  • Incitation à la vie monacale traditionnelle et à la création de congrégations
  • Sauvegarde du patrimoine religieux
  • Démantèlement des sectes et des loges
  • Interdiction de la perversion, de la dépravation des mœurs et des mariages non mixtes
  • Incitation à la chasteté en dehors du mariage
  • Promotion des livres, films et documentaires catholiques
  • Instruction catholique dès l’école primaire
  • Préservation de l’innocence des enfants
  • Promotion du paternalisme et du respect de la femme
  • Fin de la mixité des établissements scolaires
  • Promotion de la charité
  • Rédaction d’un code juridique catholique applicable en France
  • Sauvegarde de la faune et de la flore
  • Incitation à l’artisanat et à l’agriculture
  • Apprentissage de l’équitation dès l’école primaire
  • Retour des corporations de métiers pour la préservation du droit des ouvriers
  • Versements de salaires en monnaie papier
  • Création de banques catholiques
  • Instruction militaire de type cape et épée
  • Construction de fiacres
  • Interdiction de l’enrichissement personnel au-delà de la décence
  • Mise à disposition des grandes richesses privées en faveur du bien commun
  • Travaux d’intérêts général obligatoires pour les politiciens corrompus
  • Sanctions publiques pour ceux qui sont reconnus coupables de corruptions
  • Durcissement des conditions de détention pénitentiaire

Lois pour accélérer la fin de la décadence :

  • Interdiction des recherches médicales et des produits basés sur la génétique
  • Interdiction de l’expérimentation animale
  • Destruction des produits pharmaceutiques en lien avec la recherche génétique
  • Fin des lois dites sanitaires et de toute forme de répression basée sur l’idéologie
  • Interdiction des armes à feu et des armes de guerre
  • Interdiction des drogues et de leur trafic
  • Interdiction des milices armées
  • Interdiction des monnaies virtuelles et retour à la monnaie nationale et locale métallique et papier
  • Interdiction des véhicules électriques
  • Fin du progrès technologique et numérique
  • Interdiction et démantèlement des multinationales sur le sol français
  • Imposition de 33 % sur les grandes fortunes

Ces lois semblent actuellement impossibles à appliquer. Toutefois, il faut laisser le temps au temps. L’apparition de maladies inconnues causées par la soupe vaccinale et la propagande totalitaire des médias pourraient entraîner des mouvements de violence durant l’été 2022.

Nous devons veiller et prier puisque les ennemis de Dieu vont se déchaîner contre les croyants. Nous devons rester forts et être insensibles à la peur programmée par le régime totalitaire. Les lois humaines ne sont rien, nous les méprisons et les écrasons puisque nous ne craignons que Dieu.

Dieu vous bénisse et vous garde en ces temps de persécution.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/07/le_nouveau_royaume_de_france.pdf

L’usurpateur du grand monarque

Chers amis,

Je souhaite vous parler rapidement d’André de B. qui annonce publiquement qu’il est le grand monarque élu par Jésus-Christ, la Vierge Marie et saint Philibert.

Tout d’abord, André est né le 22 février 1968. Il est actuellement gérant d’une pizzeria dans la Nièvre. Il annonce prouver la réalité de sa mission, grâce à :

  • ses rencontres avec des personnes célèbres comme le pape Jean-Paul II, Nelson Mandela, un rabbin de New-York ou le comte de Paris (rencontres hasardeuses et bien trop humaines)
  • l’apparition de son visage sur un mur, suite à l’apparition de la Vierge (il faut retourner l’image pour apercevoir un visage représentant, finalement, n’importe quel enfant)
  • son élection annoncée dans la médaille miraculeuse de 1830 lorsqu’on la retourne, puisqu’on y verrait la lettre « A » signifiant à la fois « André » et « Alba », l’aube (cette médaille ne cache aucun secret puisqu’elle rend hommage à l’authenticité de la foi catholique).

L’histoire larmoyante d’André ne trompe que ceux qui veulent bien y croire. À l’écouter, certains miracles n’auraient été créés que pour le désigner, lui, comme roi de France. De qui se moque-t-on ? Les apparitions de la Vierge Marie et la médaille de 1830 existent pour nous prouver la royauté de Jésus-Christ. Aucune apparition ne rend hommage à un homme, si ce n’est à Jésus-Christ, lui-même, qui est LE seul roi de France !

Cet André est bien gentil, mais, sa voix monotone, la lecture de ses textes trop alambiqués, prouvent qu’il s’agit d’un acteur ou plutôt d’un pantin qui pourrait être mis en place prochainement par certaines loges. Surtout, cet André est matérialiste. Il ne parle pas réellement de Dieu, son discours est bien trop axé sur le respect humain pour être réellement catholique.

Il n’existe aucun lien entre cet André et l’éventuel grand monarque, lieutenant du Christ. Selon les prophéties, le véritable grand monarque serait un guerrier éclairé qui vaincrait sur le terrain, à l’image de saint Michel, et vouerait une véritable foi en Dieu et en Ses commandements. Il vaincrait en arrachant le mal du sol de France pour rétablir les lois dictées par le Christ. Ces Lois sont les Dix Commandements suivis des deux commandements de Jésus-Christ qui stipulent qu’il faut aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme et son prochain comme soi-même. Mais ce n’est pas tout, il soutiendrait et rétablirait l’Église après avoir trouvé un bon Pape. L’esprit des Évangiles serait, par conséquent, diffusé à travers le monde entier grâce à la France.

Cet André, quant à lui, est ancré dans un mauvais jeu d’acteur qui essaye de masquer une fausse modestie. N’importe quel individu pourrait hurler à la télévision qu’il est le roi du monde, sans toutefois le devenir. André s’apitoie sur son propre sort à travers une nonchalance relativement insupportable qui semble très éloignée du caractère des rois. Par exemple, le très saint roi Louis IX chevauchait à la tête de son armée pour vaincre les ennemis du Christ. Il était également un grand constructeur de cathédrales pour rendre un éternel hommage à Dieu. Il est mort en saint et en héros.

Le véritable grand monarque, s’il existe, ne se montrerait pas sur les médias, puisqu’il croit en Dieu, et en Dieu seul, sans rien attendre de la technologie des hommes. D’ailleurs, le grand monarque, même et surtout s’il devrait avoir un certain ressenti de la lourdeur de croix qui l’attend en devant rétablir la paix dans un pays dévasté par de multiples fléaux, n’aurait certainement pas l’intention de devenir roi de France. Il devrait plutôt aspirer à une vie normale, loin des médias, être amoureux de la création de Dieu et prôner une humilité sans faille.

On est en droit de se demander si l’apparition de cet André ne serait pas en lien avec un chaos programmé pour la France. Si c’était le cas, on pourrait craindre des élections mouvementées en 2022, non pas parce que Dieu l’aurait voulu, mais parce que des organisations malveillantes, ayant une grande capacité de financement, l’aurait peut-être souhaité. Est-ce que la France, à l’instar de la Grèce au moment de sa dette publique, serait sous la coupe du FMI à partir de 2022 ?

Dieu puisse donner à la France un fidèle lieutenant du Christ !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/05/l_usurpateur_du_grand_monarque_v01.pdf

Infertilité et réduction de l’espérance de vie

Chers amis,

Les produits à injecter qui sont apparus en fin d’année 2020 réduisent drastiquement l’espérance de vie. Pour être plus précis, voici ce que dit le professeur Dolores Cahill, docteur en biologie moléculaire et immunologie à propos de ces produits maléfiques. Pour éviter la censure, j’ai remplacé les mots tabous par le terme « produits »

« Ces [produits] causent d’énormes dommages et nous savons également que les dommages causés par ces [produits] seront en plus importants dans les années à venir. Donc vous savez ce que je dis depuis le début, c’est que toute personne de plus de 70 ans qui reçoit l’un de ces [produits] mourra probablement dans les 2 ou 3 ans et je dirai que toute personne qui reçoit l’injection de ce [produit], quel que soit son âge, verra son espérance de vie réduite et décéder, si vous êtes dans la trentaine, dans les 5 à 10 ans, en ayant probablement des allergies, des problèmes neurocognitifs et des inflammations et bien sûr l’infertilité, le principal problème. »

Son discours vient renforcer la thèse selon laquelle ces produits à injecter pourraient causer, à l’instar de l’improvac, une induction d’anticorps anti-GnRF afin d’induire temporairement la suppression immunologique de la fonction testiculaire. Autrement dit, ces produits pourraient, bel et bien, causer l’immunocontraception chez l’être humain, c’est-à-dire la stérilité.

Nous savons que les sectaires sataniques aiment beaucoup s’amuser avec les symboles. Or, un vétérinaire qui pique un être humain, comme s’il piquait un porc, est une image chargée d’ironie et de perversité.

Selon la théorie très contemporaine malthusienne, nous serions trop nombreux sur la terre. Cette thèse est absolument atroce puisqu’elle annonce « l’euthanasie » ou le « suicide guidé » de certains groupes de personnes, afin que quelques-uns puissent profiter des dernières ressources naturelles et vivre au détriment de tous.

Ces produits à injecter seraient alors le moyen sûr et efficace d’effectuer ce travail malthusien dans la décennie à venir.

Voici un petit schéma qui résume le mécanisme de l’esclavage contemporain :

  • Apparition progressive de films sur les contagions et les zombis ;
  • Abêtissement progressif de la foule par de multiples techniques ;
  • Réduction des lits d’hôpitaux au fil des décennies ;
  • Fabrication d’une peur intense et brutale en lien avec la contagion ;
  • Entretien perpétuel de cette peur irrationnelle ;
  • Imposition de la distanciation sociale et des masques pour entretenir l’hypocondrie collective ;
  • Annonce d’un remède unique qui s’injecte ;
  • Les aveugles se précipitent dans les centres pour se faire injecter le sérum de mort à retardement.

Il faut s’attendre à la mort de millions de personnes et à une dépopulation massive d’ici quelques années. Les maladies et la stérilité engendrée par ces produits à injecter permettront aux grandes firmes de produire des utérus artificiels qui mèneront à la procréation en laboratoire. Par conséquent, la distanciation sociale, les masques et l’hypocondrie collective ne s’arrêtera jamais. Au contraire, elle pourrait s’amplifier au cours des prochains mois.

Toutefois, les psychopathes qui se croient au-dessus de la masse seront anéantis par leurs propres méfaits, puisque le massacre qu’ils auront engendré retournera la colère populaire contre eux. La police et l’armée ne pourront pas massacrer l’ensemble des survivants, sauf s’ils étaient remplacés par des robots tueurs.

Les milliardaires pourront se cacher sur Mars ou sous terre, mais, ils seront anéantis par la Divine Justice. Les fléaux terrestres, les tempêtes, les volcans, les séismes et les révoltes vont se décupler pour signaler le temps de cette Justice. N’oublions pas que les instigateurs de la Terreur, au temps de la révolution française, sont morts guillotinés. Les milliardaires psychopathes sont les Danton et les Robespierre de notre époque.

Beaucoup de ces psychopathes mourront à la manière de Robespierre : un lâche hypocrite incapable de se conduire avec dignité lors de son exécution, « bête aux abois qui bloque son pied contre un montant de la machine et s’agrippe à la planche pour tenter avec l’énergie du désespoir de s’accrocher à la vie », note l’historien Michel Biard.

« Le Seigneur, Le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité, qui garde sa fidélité jusqu’à la millième génération, supporte faute, transgression et péché, mais ne laisse rien passer, car il punit la faute des pères sur les fils et les petits-fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération. » Le livre de l’exode (34:6-7)

Prions pour que le Christ-Roi nous protège contre ces temps d’anarchie et donne un temps de sagesse à notre belle nation, par la proclamation des Évangiles. Que Dieu nous protège des tentations contemporaines et nous guide vers la Vérité.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/04/infertilite_et_esperance_de_vie_reduite.pdf

L’immunocontraception chez le porc

Chers amis,

Saviez-vous qu’il existe un vaccin appelé Improvac de Pfizer qui permet de stériliser les porcs et qui a les mêmes effets sur l’homme ?

Précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament vétérinaire aux animaux.

Une auto-injection accidentelle peut provoquer des effets similaires à ceux observés chez le porc, parmi lesquels une diminution temporaire des hormones sexuelles et des fonctions de reproduction chez les hommes et les femmes ainsi que des effets indésirables sur la grossesse. Le risque que ces effets se produisent est beaucoup plus important après une seconde (ou plus) injection accidentelle, qu’après une première injection.

4.9 Posologie et voie d’administration

Utilisation sous-cutanée.

Les porcs mâles entiers d’au moins 8 semaines d’âge doivent être vaccinés avec 2 doses de 2 ml à au moins 4 semaines d’intervalle. La seconde dose doit être normalement administrée 4 à 6 semaines avant l’abattage. Si l’abattage est prévu plus de 10 semaines après la deuxième dose, une troisième dose doit être administrée 4 à 6 semaines avant la date d’abattage prévue. En cas de suspicion d’erreur de dosage du médicament vétérinaire, l’animal doit être revacciné immédiatement.

Effets indésirables (fréquence et gravité)

Lorsque le médicament vétérinaire est administré à des porcs à l’âge minimal recommandé (8 semaines), des gonflements jusqu’à 4 x 8 cm au niveau du site d’injection sont fréquemment observés.

Une résolution graduelle des réactions locales a lieu, mais chez 20 – 30% des animaux celles-ci peuvent persister plus de 42 jours. Une augmentation transitoire de la température rectale (hyperthermie post vaccinale) de 0,5 ° C environ peut être observée durant les 24 heures suivant la vaccination.

Lorsque le médicament vétérinaire est administré à des porcs plus âgés (14 à 23 semaines d’âge), des gonflements au niveau du site d’injection de 2 cm à 5 cm de diamètre sont fréquemment observés et des réactions au site d’injection sont fréquemment observées au moment de l’abattage si la seconde vaccination a eu lieu seulement 4 semaines avant l’abattage.

Le principe d’immunocontraception a été initialement inventé par le Dr Richard Fayrer-Hosken (voir la photographie de l’article).

Pour que le produit soit sûr et efficace, on peut remarquer qu’il faut vacciner le porc à, au moins, 4 semaines d’intervalle.

Cet article est posté à titre informatif et n’a aucun caractère officiel. Chaque personne doit se faire sa propre opinion grâce à la liberté de conscience.

Pour rappel, onze principes fondamentaux reconnus par les lois de la République ont été identifiés par le Conseil constitutionnel :

  • la liberté d’association,
  • les droits de la défense
  • la liberté individuelle,
  • la liberté d’enseignement,
  • la liberté de conscience,
  • l’indépendance de la juridiction administrative,
  • l’indépendance des professeurs d’universités,
  • la compétence exclusive de la juridiction administrative pour l’annulation ou la réformation des décisions prises dans l’exercice des prérogatives de puissance publique,
  • l’autorité judiciaire gardienne de la propriété privée immobilière,
  • l’existence d’une justice pénale des mineurs,
  • le principe de pérennité du droit local d’Alsace-Moselle

Le Code de Nuremberg, composé de 10 articles, protège les êtres humains contre les expériences illicites.

Notice du produit : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/improvac-epar-product-information_fr.pdf

La destruction des gouvernements

Chers amis,

Posons-nous une question importante. Et si des lobbies poussaient les gouvernements à la destruction grâce à des propagandes qui vont à l’encontre de leurs intérêts. Nous voyons, dans la crise actuelle, la population divisée en deux clans : les pro-injections et les anti-injections, comme si le monde était devenu binaire.

La propagande sanitaire permet de distiller la peur. Les informations discordantes et absurdes ont pour effet de laisser les populations hébétées. Ce mécanisme sectaire permet de repousser les individus dans leur retranchement et de briser toute unité. L’individualisme est exacerbé contrairement aux deux précédentes guerres mondiales.

On peut sentir le mécanisme de la guerre civile se mettre sournoisement en œuvre. La défiance populaire contre les gouvernements pourrait alors être la véritable volonté des milliardaires, s’ils souhaitent imposer le pouvoir grâce à une armée de mercenaires équipés de technologies avancées sous l’égide d’une gouvernance mondialisée.

En effet, si les gouvernements tombaient, les milliardaires pourraient imposer une sorte de loi martiale qui serait dirigée par les véritables hommes de pouvoirs. La destruction des gouvernements serait donc instrumentalisée grâce à la tyrannie sanitaire. Cela pourrait amener également à l’anarchie. Lorsqu’une civilisation est dirigée par des individus en désaccords, la république n’a plus lieu d’être, puisqu’il faut une unité populaire et souveraine.

La mort de la république pourrait mener à l’anarchie transitoire vers une tyrannie mondialiste. Toutefois, elle pourrait également mener à un retour à la royauté. Un monarque pourrait mener ses brebis à l’aide d’un sceptre de fer. C’est ce que nous allons rapidement aborder dans ce petit essai.

Le sceptre de fer est composé de deux choses essentielles :

– Les Dix Commandements de Moïse perfectionnés par les Lois de Jésus-Christ, c’est-à-dire l’amour de Dieu et des hommes ;

– La sainte colère contre le péché.

Le royaume de ce monarque serait dirigé par l’obéissance aux Lois de Dieu et le châtiment de ceux qui souhaiteraient s’en émanciper. Cela s’explique puisqu’en dehors de ces Lois, l’individualisme aurait détruit le socle républicain. Les crises successives auraient été engendrées, dans un passé récent, par celui-ci. Le monarque qui pourrait émerger dans un futur proche serait obligé de garder son troupeau sous les Lois de Dieu afin d’éviter que l’anarchie se propage comme une traînée de poudre pour entraîner la destruction de l’humanité.

Certains pourraient voir en ce monarque un tyran qui, en réalité, agirait selon les règles de saint Benoît qui stipulent qu’il faut rappeler à l’ordre, par deux fois, les désobéissants avant de leur donner une correction par le fouet afin de les ramener dans le droit chemin. La punition des effrontés n’est pas une punition gratuite, puisqu’elle permet de conserver l’intégrité du corps social par la morale et l’ordre. Dans ce royaume du dernier recours, chacun devrait obéir selon les Lois de Dieu afin que la civilisation puisse se reconstruire.

Le Grand Monarque, s’il existe, pourrait donc être un roi fort, à la fois charitable avec les doux et colérique avec les durs. C’est ce que l’on pourrait nommer le roi aux deux visages semblable à Janus. Janus est une divinité romaine symbolisant le passage du temps. Au-delà de cette divinité païenne, Janus est également le symbole du miroir qui reflète l’âme de celui qui le regarde. Ainsi, l’enfant perçoit la beauté dans ce miroir tandis que l’adulte y perçoit son propre reflet, splendide pour ceux-ci, affable pour ceux-là, triste pour certains et effrayant pour les autres.

Les plus radicaux pourront dire qu’on y perçoit à la fois Dieu et Satan, le Bien et le Mal. En réalité, on peut y trouver la Miséricorde et la Justice de Dieu. Sa Miséricorde est apaisante, réconfortante, splendide tandis que Sa Justice conduit à des épreuves rudes afin de nous faire évoluer vers la perfection. Si l’on souhaite extrapoler, la Miséricorde de Dieu représente les Dix Commandements de Moïse sublimés par ceux du Christ tandis que Sa Justice est source de sainte colère.

Nous sommes arrivés à la fin d’une civilisation qui est en cours de grands changements. Les plus fortunés espèrent pouvoir mettre en place une gouvernance mondialisée pour asseoir leur autorité scélérate et usurpatrice. Est-ce là, en réalité, la volonté de Dieu ?

Dieu en tant que Père de l’humanité ne souhaite certainement pas nous conduire dans les griffes de ces démons qui nous mèneraient à l’esclavage pour les siècles et les siècles. Nous savons tous que l’Antéchrist, qui arrivera à la fin des temps, régnera pendant un temps avant d’être anéanti par la Justice de Dieu.

Avant cette période effroyable doit se trouver un temps de paix gouvernée par l’esprit des Évangiles. Si les anges se sont fait la guerre à cause de l’orgueil de Satan et l’humilité de saint Michel, il est évident que les hommes auront du mal à se ranger sous une seule et même bannière. La soif de liberté conduit souvent au chaos puisque l’unité est brisée par les passions personnelles. Ces passions entraînent la création de groupes qui s’opposent les uns aux autres. Ceci est confirmé par Jésus-Christ.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 12:25-37

Connaissant leurs pensées, Jésus leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même devient un désert ; toute ville ou maison divisée contre elle-même sera incapable de tenir.

Si Satan expulse Satan, c’est donc qu’il est divisé contre lui-même ; comment son royaume tiendra-t-il ?

Et si c’est par Béelzéboul que moi, j’expulse les démons, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.

Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que moi, j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous.

Ou encore, comment quelqu’un peut-il entrer dans la maison de l’homme fort et piller ses biens, sans avoir d’abord ligoté cet homme fort ? Alors seulement il pillera sa maison.

Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse.

C’est pourquoi, je vous le dis : Tout péché, tout blasphème, sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas pardonné.

Et si quelqu’un dit une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu’un parle contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné, ni en ce monde-ci, ni dans le monde à venir.

Prenez un bel arbre, son fruit sera beau ; prenez un arbre qui pourrit, son fruit sera pourri, car c’est à son fruit qu’on reconnaît l’arbre.

Engeance de vipères ! comment pouvez-vous dire des paroles bonnes, vous qui êtes mauvais ? Car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.

L’homme bon, de son trésor qui est bon, tire de bonnes choses ; l’homme mauvais, de son trésor qui est mauvais, tire de mauvaises choses.

Je vous le dis : toute parole creuse que prononceront les hommes, ils devront en rendre compte au jour du Jugement.

D’après tes paroles, en effet, tu seras reconnu juste ; d’après tes paroles tu seras condamné. »

À propos de l’image de cet article : derrière le titre « la destruction des gouvernements » se cache le sceptre de fer qui assoie l’autorité de Dieu.

Prions avec le Psaume 90

Qui habitat in adiutorio Altissimi * in protectione Dei caeli commorabitur.

Dicet Domino susceptor meus es tu et refugium meum * Deus meus sperabo in eum.

Quoniam ipse liberabit me de laqueo venantium * et a verbo aspero.

Scapulis suis obumbrabit tibi * et sub pinnis eius sperabis.

Scuto circumdabit te veritas eius * non timebis a timore nocturno.

A sagitta volante in die * a negotio perambulante in tenebris * ab incursu et daemonio meridiano.

Cadent a latere tuo mille * et decem milia a dextris tuis * ad te autem non adpropinquabit.

Verumtamen oculis tuis considerabis * et retributionem peccatorum videbis.

Quoniam tu es Domine spes mea * Altissimum posuisti refugium tuum.

Non acce dent ad te mala * et flagellum non adpropinquabit tabernaculo tuo.

Quoniam angelis suis mandabit de te * ut custodiant te in omnibus viis tuis.

In manibus portabunt te * ne forte offendas ad lapidem pedem tuum.

Super aspidem et basiliscum ambulabis * et conculcabis leonem et draconem.

Quoniam in me speravit et liberabo eum * protegam eum quia cognovit nomen meum.

Clamabit ad me et exaudiam eum * cum ipso sum in tribulatione * eripiam eum et clarificabo eum.

Longitudine dierum replebo eum * et ostendam illi salutare meum.

Gloria Patri et Filio * et Spiritui Sancto * Sicut erat in principio, et nunc, et semper, * et in saecula saeculorum. Amen.

Traduction du Psaume 90 en français

Quand je me tiens sous l’abri du Très-Haut et repose à l’ombre du Puissant,

je dis au Seigneur : « Mon refuge, mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

C’est lui qui te sauve des filets du chasseur et de la peste maléfique ;

il te couvre et te protège. Tu trouves sous son aile un refuge : sa fidélité est une armure, un bouclier.

Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole au grand jour,

ni la peste qui rôde dans le noir, ni le fléau qui frappe à midi.

Qu’il en tombe mille à tes côtés, + qu’il en tombe dix mille à ta droite, toi, tu restes hors d’atteinte.

Il suffit que tu ouvres les yeux, tu verras le salaire du méchant.

Oui, le Seigneur est ton refuge ; tu as fait du Très-Haut ta forteresse.

Le malheur ne pourra te toucher, ni le danger, approcher de ta demeure :

il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins.

Ils te porteront sur leurs mains pour que ton pied ne heurte les pierres ;

tu marcheras sur la vipère et le scorpion, tu écraseras le lion et le Dragon.

« Puisqu’il s’attache à moi, je le délivre ; je le défends, car il connaît mon nom.

Il m’appelle, et moi, je lui réponds ; je suis avec lui dans son épreuve. « Je veux le libérer, le glorifier ; +

de longs jours, je veux le rassasier, et je ferai qu’il voie mon salut. »

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/04/la_destruction_des_gouvernements.pdf

Prière pour la sauvegarde de la France

Chers amis,

Cette prière est divisée en trois parties. La première est un constat prophétique de l’état de la France, la seconde est une prière pour la Sauvegarde de la France et la troisième une litanie.

Première partie

J’entends mon Dieu, les anges dire : « il pleuvra cet été [2021] et vos récoltes seront mauvaises » ;

J’entends, mon Dieu, les méchants chuchoter : « nous briserons définitivement la France catholique » ;

J’entends, mon Dieu, les Français hurler de rage au printemps [2022] ;

J’entends, mon Dieu, les anges s’écrier lors d’un grand fracas : « elle est tombée la France » ;

J’entends, mon Dieu, ensuite, un grand silence ;

J’entends, mon Dieu, encore plus tard, les enfants qui courent, les femmes qui allaitent et les hommes qui travaillent aux champs ;

Je ressens, mon Dieu, un havre de Paix et la victoire de Votre Église pendant quelques petites générations ;

Je vois, mon Dieu, ensuite, d’affreux nuages noirs s’amonceler sur Israël et le monde, l’Antéchrist est là, les yeux noirs, la bouche pleine de fiel et le cœur chargé de haine.

Seconde partie

Seigneur Jésus-Christ, entendez-nous, nous qui Vous supplions à genou ;

Des hommes sans cœur qui possèdent des fortunes matérielles colossales souhaitent anéantir notre humanité en nous injectant des produits contre-nature. Ils usent du chantage au confinement, de l’hypocondrie, de la peur des autres pour nous isoler. L’individualisme engendre d’immenses dégâts qui leur donne de plus en plus de puissance. Ils souhaitent créer une milice pour semer les troubles publics et peut-être même entraîner des exactions. La haine prend désormais le visage d’hommes bien habillés, parfumés et coiffés. Eux qui sont nos égaux en humanité, se prennent pour des dieux païens par leurs possessions matérielles. N’est-ce pas là de la folie ? Quelle est leur légitimité, mon Dieu ? Ne nous avez-vous pas créé libres et égaux ?

Seigneur Jésus-Christ, Vous qui êtes venu sur terre pour prêcher la Parole du Père et nous sauver par Votre Passion, entendez-nous, nous Vous en supplions. Votre Sacré-Cœur ne peut pas accepter l’avortement d’enfants innocents, l’abandon des vieillards, le suicide des jeunes, la souffrance collective des peuples, la division engendrée par Vos ennemis et leur mépris envers Vous et Vos Commandements ;

Seigneur Jésus-Christ, les laisserez-Vous agir en toute impunité, au point qu’ils puissent nous injecter de force des produits qui œuvrent contre la création du Père ? Les conséquences sur l’humanité seraient catastrophiques, et ce, pour les siècles à venir. Vous, Père, Source de Toute Miséricorde et de Toute Justice, aidez-nous comme Vous avez déjà aidé dans le passé ceux qui croient en Vous. Vous, qui êtes omnipotent, aidez-nous, nous Vous en supplions à genou ;

Seigneur Jésus-Christ, faites que Votre Sacré-Cœur dirige la France en Vous emparant de l’Autel et du Trône. Dirigez les pas de ceux qui croient en Vous, inspirez-les de Votre Charité et de Votre Force spirituelle contre les entités maléfiques ;

Seigneur Jésus-Christ, le royaume de France Vous appartient. Nous vous supplions de nous sauver malgré les épreuves qui vont bientôt s’abattre sur notre nation. Ne nous laissez pas tomber, nous Vous en supplions à genou. Gardez précieusement vos enfants sous votre aile comme vous l’aviez promis aux habitants de Jérusalem. Que Votre Passion soit notre force ;

Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, car Vous avez aboli la loi du Talion. Cependant, donnez-nous la Force de vaincre ceux qui veulent anéantir Vos commandements, la Loi et les prophètes. Donnez-nous la Force de les vaincre par le courage et la témérité. Faites que nous puissions brandir Votre étendard du Sacré-Cœur pour fouler le sol de France et renvoyer Vos ennemis en enfer ;

Seigneur Jésus-Christ, permettez de célébrer Votre Victoire en faisant sonner les cloches des églises de France et en donnant un nouveau cœur aux prêtres afin qu’ils chantent le « Te Deum ». Seigneur Jésus-Christ, donnez-nous Votre Paix, nous Vous en supplions.

Père, que Votre Nom soit sanctifié pour les siècles et les siècles, que Votre Règne vienne ici-bas, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme elle l’est déjà au Ciel. Amen.

Troisième partie

Mon Dieu, Vous qui avez créé notre terre par Amour,

Protégez-nous,

Seigneur Jésus-Christ, Vous qui nous avez tant aimé,

Protégez-nous,

Sainte Vierge Marie, nous qui sommes petits et sans pouvoir,

Protégez-nous,

Saint Michel, parce que les milliardaires souhaitent réduire les peuples en esclavage,

Protégez-nous,

Saint Pierre et saint Paul, parce qu’ils veulent anéantir notre foi catholique,

Protégez-nous,

Saint Augustin, par votre douceur et votre intelligence du cœur,

Protégez-nous,

Saint Pérégrin Laziosi, parce qu’ils veulent injecter des produits à l’ensemble de l’humanité,

Protégez-nous,

Saint Briac, parce qu’ils veulent nous faire trembler de peur ou de colère,

Protégez-nous,

Saint Jean Bosco, parce qu’ils veulent avorter les enfants jusqu’à 9 mois de grossesse,

Protégez-nous,

Saint Vincent de Paul, nous qui allons bientôt souffrir de la famine,

Protégez-nous,

Saint Vorles de Marcenay, dans ces temps de peste intellectuelle et matérielle,

Protégez-nous,

Saint Jean-Marie Vianney, contre ceux qui souhaitent anéantir les églises et leurs prêtres,

Protégez-nous,

Saint Antoine de Padoue, vous qui avez été un grand prédicateur,

Protégez-nous,

Saint Michel, contre les hérésies contemporaines,

Protégez-nous,

Sainte Vierge Marie, Vous qui faites tant auprès de Votre Fils,

Protégez-nous,

Seigneur Jésus-Christ, nous qui Vous supplions,

Protégez-nous,

Mon Dieu, Vous qui avez Tout Pouvoir pour rendre la Justice contre les méchants,

Protégez-nous, Amen.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/03/priere_pour_la_sauvegarde_de_la_france.pdf

2021, l’année de la folie

Le Moyen Âge était une époque formidable,

Malgré la simplicité, les gens étaient heureux,

Les fidèles chrétiens ne vénéraient pas le diable,

Il y avait beaucoup de héros valeureux,

La théorie matérialiste n’existait pas,

La foi, les valeurs morales guidaient les esprits,

La charité, le courage, surpassaient le trépas,

La plupart des gens n’étaient pas des abrutis,

La rusticité donnait du réconfort,

Les hommes, les enfants partaient travailler aux champs,

Les femmes lavaient, ne vivaient pas dans le confort,

Cette société organisée créait des géants,

Malgré la peste et les fléaux, les gens vivaient,

Qui n’osaient pas s’embrasser de peur de mourir ?

Face à la mort, ni femmes, enfants et hommes n’abdiquaient,

Le courage et la foi donnaient la force de périr,

Revenons à notre époque si naïve et pleutre,

Un petit virus a semé une grande pagaille,

Au point que la plupart des gens se calfeutrent,

Des milliardaires ont sorti le grand attirail,

Les médias aiment jouer avec la peur de la mort,

Le virus serait mortel lors des rassemblements,

Seulement, il ne tuerait personne dans les transports,

Les gens se soumettent à un bel abêtissement,

En réalité, ils veulent faire de nous des esclaves,

Ils ont étudié le comportement humain,

Ils souhaitent interdire n’importe quel conclave,

Ils rêvent de nous injecter par la force leurs vaccins,

Affaiblir, abêtir, amoindrir, détruire,

Un éclair de méchanceté brille sans cesse dans leurs yeux,

Ils veulent absolument nous interdire de rire,

Ce sont des égoïstes qui ne pensent qu’à eux,

La fable du confinement a assez duré,

Si nous devons avoir peur, c’est de ne pas vivre,

Parce qu’ils vont continuer de caricaturer,

Nous devons lutter avant qu’ils ne s’enivrent,

Lorsque des milliards de personnes seront mortes,

Détruites, suicidées, altérées ou vaccinées,

Les milliardaires espèrent encore rire de la sorte,

Ces gens odieux, nous devrons les rabaisser.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/03/2021_l_annee_de_la_folie_v01.pdf

Message d’espoir pour 2021

Chers amis,

Introduction

Nous sommes dans une époque terrifiante qui nous pousse quotidiennement à la révolte.

Cela s’explique puisque les temps actuels sont soumis à la barbarie psychologique. Les « huit critères de la torture psychologique d’après la Charte de Biderman » résume les processus qui sont à la base de la civilisation occidentale contemporaine.

Les 8 critères de la Torture Psychologique d’après la Charte de Biderman

1 – Isolement

Priver la victime de tout soutien social. Développer chez elle une préoccupation intense d’elle-même. La rendre dépendante de l’autorité.

2 – Monopolisation de la perception

Fixer l’attention sur une situation difficile immédiate. Censurer les informations contraires à l’autorité. Punir l’indépendance et réduire la capacité de déplacement de la victime.

3 – Épuisement

Réduire sa capacité de résistance mentale ou physique en l’épuisant à remplir des taches inutiles.

4 – Menaces

Cultiver la peur, le stress et le désespoir en inondant la victime d’informations anxiogènes. La menacer de se retrouver encore plus isolée des autres si elle pense à résister.

5 – Indulgences occasionnelles

Promettre une récompense en échange de soumission et procurer une motivation positive après soumission. Empêcher l’accoutumance aux privations imposées en lâchant un peu la bride en de rares occasions.

6 – Démonstration de puissance

Suggérer l’inutilité et la futilité de la résistance face à une autorité beaucoup plus puissante.

7 – Humiliation et dégradation

Convaincre la victime que résister porterait atteinte à son estime de soi alors qu’en capitulant elle agit pour la bonne cause. La réduire à un niveau de survie animale par la suppression de tous les plaisirs « non-essentiels ».

8Imposer des demandes stupides

Développer l’habitude à la soumission par des directives stupides, inutiles ou illogiques.

Il convient de se demander pourquoi est-ce que la torture psychologique prime sur la barbarie physique ? Comme vous le savez certainement, les meurtres des saints ont conduit à l’édification de l’Église catholique. C’est justement ce que ne veulent pas les ennemis de Dieu. Je vous invite à lire le procès et le martyre de sainte Cécile.

Par conséquent, les ennemis de Dieu qui sont à la tête des gouvernements mondiaux souhaitent entraîner les populations dans une colère satanique qui conduiraient à la rébellion mondiale. Celle-ci entraînerait alors une guerre de tous contre tous.

Le système s’acharne à privilégier le racisme, la haine et la peur en mettant en œuvre toutes sortes de méthodes qui divisent, à chaque fois, la population en deux parties : hypocondrie (peur excessive des maladies), féminisme (exacerbation des actions violentes pour la libération de la femme), écologisme, racisme, genrisme (néologie qui désigne la théorie du genre), inclusivisme (néologie qui désigne l’écriture inclusive), mortiférisme (néologie qui désigne l’incitation à l’esprit de mort), vacccynisme ou va3cynisme (néologisme qui désigne l’incitation à l’injection de substance plus ou moins maligne), etc.

Vous l’aurez compris cette division s’applique pour chaque méthode, par conséquent, il s’agit d’un modèle mathématique qui enferment les gens dans un mélange d’idées plus ou moins confuses. Ainsi, chaque individu entretient ces idées mortifères sans prendre conscience qu’il fait partie du plan. Dès qu’on cherche à le convaincre, celui-ci se met dans une colère noire pour défendre ses opinions. C’est la peur qui le conduit à la violence pour le transformer en démon.

Nous sommes dans une époque où l’hérésie frôle la folie collective :

Désormais, nous devrions avoir peur des autres en permanence puisqu’ils pourraient nous transmettre un virus plus ou moins agressif et peut-être même mortel selon la doxa. Dès lors, il nous faut porter un masque, s’éloigner de l’autre, se laver les mains fréquemment, éternuer dans son coude, éviter de toucher les objets, s’enfermer dans un lieu, privilégier le numérique, scanner son code unique pour pouvoir entrer dans un lieu public, vivre dans une peur panique de la mort et surtout accepter de se faire injecter régulièrement des produits pour pouvoir continuer d’entrer dans des lieux publics, et ce, afin de côtoyer des gens qui ont accepté de devenir les esclaves d’un système totalitaire.

Ce système est comparable à l’esprit de Nimrod. Selon la tradition biblique, ce personnage correspond au prototype de l’orgueil et de la rébellion contre Dieu. Plus précisément, Nimrod peut être traduit par « celui qui rend le peuple rebelle contre Dieu ».

« [Nimrud] peu à peu, transforme l’état de choses en une tyrannie. Il estimait que le seul moyen de détacher les hommes de la crainte de Dieu, c’était qu’ils s’en remissent toujours à sa propre puissance. Il promet de les défendre contre une seconde punition de Dieu qui veut inonder la terre : il construira une tour assez haute pour que les eaux ne puissent s’élever jusqu’à elle et il vengera même la mort de leurs pères. Le peuple était tout disposé à suivre les avis de [Nimrod], considérant l’obéissance à Dieu comme une servitude ; ils se mirent à édifier la tour […] ; elle s’éleva plus vite qu’on eût supposé. »

Antiquités juives, livre I 114-115 (chapitre IV 2-3) (source : Wikipédia)

Cette explication permet de comprendre que le système souhaite que nous lui obéissions aveuglément afin de nous détacher de la crainte de Dieu, d’être soumis à ses directives au point d’oublier que Dieu est source de vie et non pas de mort. Par conséquent, le système souhaite que nous entrions dans un processus de domination où le maître est la mort, puisque la tyrannie mène à l’extinction de l’âme en créant une docilité parfaite à toute absurdité. Plus les directives sont insensées, plus elles sont acceptées par les gens et plus l’esprit de Nimrod enfle. La soumission aveugle à l’injonction de se faire injecter un produit est la preuve de la plus grande absurdité de tous les temps.

Constat

Les gouvernements sont devenus les ennemis du Dieu Vivant. Ils vouent pour leurs pairs un culte à la mort, ce qui leur permettrait, dans un futur proche, de pouvoir vivre dans un paradis dépeuplé à la manière des dieux antiques. Cependant, à la différence du passé, ce nouveau monde serait dominé par le numérique pour asservir les survivants de l’holocauste.

La puissance d’Hercule est aujourd’hui non plus physique mais monétaire : la force d’un homme contemporain se mesure à sa capacité à engendrer des milliards afin de jouir de sa propre puissance. Il se fait dieu à la place de Dieu. Il s’admire dans une flaque d’eau à la manière de Narcisse. Cela fait penser à un certain docteur et entrepreneur Laurent A. qui aime tant s’admirer au détriment des petites gens.

Un homme qui arrache des milliards à la civilisation est-il un philanthrope ? Est-ce que la philanthropie des milliardaires est un moyen qui permet d’imposer leur idéologie aux États ?

Posons-nous une question : est-ce que la manipulation génétique, sous toutes ses formes, appartient à Nimrod ou à Dieu ? Que nous aurait dit Jésus-Christ à ce sujet ?

Pour répondre à ces questions, utilisons la « première lettre de saint Pierre apôtre » selon la traduction liturgique.

1 Pierre 3.8-13 :

« Vous tous, enfin, vivez en parfait accord, dans la sympathie, l’amour fraternel, la compassion et l’esprit d’humilité.

Ne rendez pas le mal pour le mal, ni l’insulte pour l’insulte ; au contraire, invoquez sur les autres la bénédiction, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin de recevoir en héritage cette bénédiction.

En effet, comme il est écrit : Celui qui veut aimer la vie et connaître des jours heureux, qu’il garde sa langue du mal et ses lèvres des paroles perfides ; qu’il se détourne du mal et qu’il fasse le bien, qu’il recherche la paix, et qu’il la poursuive.

Car le Seigneur regarde les justes, il écoute, attentif à leur demande. Mais le Seigneur affronte les méchants.

Qui donc vous fera du mal, si vous cherchez le bien avec ardeur ? »

La réponse est évidente. L’argent et les manipulations génétiques sont contraires à l’esprit de Dieu puisqu’Il a créé par acte d’amour et a donné le libre arbitre aux hommes.

J’avoue être tenté par le malin. Il m’arrive parfois de souhaiter la mort de ces hommes diaboliques. Si je suivais l’esprit de tentation, je leur aurai coupé la tête et cela aurait fait de moi un meurtrier. J’aurai désobéi à la Loi qui ordonne : « tu ne tueras point ».

Le malin peut nous tenter en nous présentant notre propre force physique. C’est là une tentation bien pire que les autres puisqu’elle est pernicieuse. Cela conduit à l’esprit de Nimrod. Nous pouvons devenir un antichrist en voulant bien faire, puisque « l’enfer est pavé de bonnes intentions ».

Remèdes

Pour lutter contre cette tentation, lisons 1 Pierre 3.14 :

« Mais s’il vous arrivait de souffrir pour la justice, heureux seriez-vous ! Comme dit l’Écriture : N’ayez aucune crainte de ces gens-là, ne vous laissez pas troubler. »

Toutefois, il semble utile de détruire tout matériel qui incite à l’idolâtrie selon la tradition. Par exemple, remplacer les films d’horreur par des films réellement catholiques dans lesquels les saints sont présentés est un anéantissement du matériel satanique.

Contrairement à ce que l’on croit, détruire un livre de propagande est un acte héroïque, puisqu’il empêche d’implanter, dans les esprits, des idées mortifères.

Il nous convient de remettre de l’ordre dans les esprits en suivant, non pas nos propres volontés humaines, mais, les Lois de Dieu. Il faut donc encourager certains actes et en dissuader d’autres.

Par exemple, inciter nos frères à ne pas se faire injecter de produit est une preuve de sagesse puisqu’on leur demande de conserver leur intégrité physique conformément à la perfection de la Création.

Il faut s’entraîner quotidiennement aux moyens de contrer l’œuvre de Nimrod. Par exemple, inciter au retour des us et des coutumes, des valeurs ancestrales, est une lutte contre la numérisation qui empêche la tyrannie de progresser. Toutefois, comme je l’explique en conclusion, il est pratiquement impossible de lutter contre la marche forcée du progrès.

Que faire des ennemis de Dieu ? Que faire d’un Emmanuel M., d’un Jean C., d’un Olivier V, d’un Jérôme S. ou d’un Laurent A. ? Devrait-on les tuer ? Le grand saint Augustin explique « je trouve mauvais de conseiller à quelqu’un de tuer d’autres hommes pour ne pas être tué par eux, à moins que ce soit un soldat ou un agent de l’ordre public ; de telle sorte qu’il n’agit pas pour lui-même mais pour les autres, et parce qu’il en a reçu le pouvoir légitime conformément à ses fonctions. »

Au contraire, il semblerait plus profitable de destituer un Emmanuel M., un Jean C., un Olivier V., un Jérôme S. ou un Laurent A. de toutes leurs fonctions, de distribuer leurs biens aux populations et de les soumettre à ceux qui en ont besoin. Par exemple, Emmanuel M. pourrait être homme de ménage dans un Ehpad ou dans une maison appartenant à des personnes âgées. Si nécessaire, on pourrait employer la réprimande et la correction physique contre Emmanuel M. pour l’obliger à se soumettre à son devoir d’état en récurant les toilettes, en apportant les repas et en se pliant à la volonté de ceux qui ont tant souffert sous son mandat.

Ainsi, ces anciens chefs seraient plus utiles vivants que morts, conformément à la tradition catholique. Ces personnes pourraient expier leur méchanceté et leur orgueil par leur soumission, et ce, pendant de longues années. L’inversion du monde les ferait devenir derniers dans une civilisation où, autrefois, ils étaient les premiers.

Si Dieu nous demande de ne pas tuer, il ne nous demande pas de ne pas emprisonner ou de ne pas châtier les criminels. Dieu ne nous interdit pas non plus de nous défendre contre des agresseurs qui voudraient notre mort. Nous avons le droit de nous former aux arts martiaux pour riposter en cas d’attaque. Les mettre hors d’état de nuire n’est pas un homicide mais un état de légitime défense proportionné.

Cependant, les plus grands saints utilisaient la prière pour se défendre contre leurs agresseurs. Ainsi, saint Martin utilisait le signe de Croix pour faire obéir les éléments naturels, saint François de Sales devenait parfois invisible aux yeux de ses agresseurs tandis que saint Jean Bosco était défendu par un énorme chien gris qui semblait provenir de nulle part. Mais, ces dons surnaturels ne sont pas offerts à tous.

Continuons de lire la lettre 1 Pierre 3.15-19 :

« Honorez dans vos cœurs la sainteté du Seigneur, le Christ. Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ;

Mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, afin que vos adversaires soient pris de honte sur le point même où ils disent du mal de vous pour la bonne conduite que vous avez dans le Christ.

Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal.

Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit.

C’est en lui qu’il est parti proclamer son message aux esprits qui étaient en captivité. »

Conclusion

Nous devons utiliser la capacité de l’esprit pour neutraliser nos adversaires, puisque l’utilisation de la force physique à grande échelle engendrerait la guerre civile et la mort. La dépopulation deviendrait profitable à l’esprit de Nimrod qui utiliserait le numérique pour imposer aux survivants une tyrannie.

Nous devons, en premier lieu, appliquer les dix commandements de Moïse et les lois du Christ qui stipulent d’aimer Dieu de tout son cœur et d’aimer son prochain comme soi-même.

Pour nous défendre contre la tyrannie, nous devons utiliser des moyens légaux qui ne contredisent pas les Lois de Dieu. Par exemple, imposer à un tyran comme Laurent A. de devenir un éplucheur de pommes de terre est un acte de charité pour lui et pour la civilisation, puisque cette méthode permettrait de briser son tempérament orgueilleux en le rabaissant à de basses besognes. Ainsi, il pourrait prendre conscience de ses erreurs grâce à sa condition diminuée qui le rendrait dernier dans une civilisation où les Lois de Dieu régiraient le quotidien.

L’argent ne doit plus être adoré, il doit devenir un simple moyen d’échanger des marchandises. Il faut interdire l’usure et réprimander ceux qui souhaitent s’enrichir. Les hommes orgueilleux doivent être rabaissés par des méthodes de soumission.

Dans la civilisation actuelle, il n’est pas possible de stopper la progression du numérique. Par conséquent, il faut s’attendre à des châtiments divins qui nous permettront, par la suite, de nous appuyer sur les lois naturelles, de pratiquer l’artisanat et l’agriculture dans l’esprit des évangiles. La proclamation des Évangiles sera impérative lorsque Dieu aura puni les méchants pour leur orgueil insensé. Ce sera le seul moyen de stopper la folie contemporaine et de détruire complètement l’œuvre de Nimrod.

Dieu vous bénisse et vous garde !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/03/message_d_espoir_pour_2021.pdf

 

Un monde dans lequel l’État profond devrait prévaloir provoquerait les pires scénarios

Mgr Carlo Maria Vigano nous a envoyé un entretien qu’il a eu récemment avec Deutsche Wirtschafts Nachrichten et dans lequel il aborde les questions suivantes : la crise du Coronavirus, l’« État profond », l’« église profonde » et les moyens que nous avons d’empêcher la victoire des « forces des ténèbres ».

La traduction depuis l’italien a été faite par nos soins et corrigée par Mgr Vigano.

Entretien de Mgr Carlo Maria Viganò avec Deutsche Wirtschafts Nachrichten [1]

Deutsche Wirtschafts Nachrichten : Votre Excellence, comment vivez-vous personnellement la crise du Coronavirus ?

Mgr Viganò : Mon âge, mon statut d’archevêque et mon habitude de la retraite ne sont peut-être pas représentatifs de ce que la majorité des gens doivent subir ; néanmoins, je me suis moi-même retrouvé pendant un an dans l’impossibilité de voyager, de rendre visite à des personnes qui ont besoin d’un mot de réconfort. S’il y avait eu une véritable pandémie, je n’aurais eu aucun problème à accepter de bon gré les décisions des autorités civiles et ecclésiastiques, car j’aurais reconnu en elles la volonté de protéger les personnes contre l’infection. Mais pour qu’il y ait pandémie, il faut d’abord que le virus soit isolé, qu’il soit grave et qu’il ne puisse pas être traité à temps, et que les victimes du virus représentent une grande partie de la population. Nous savons cependant que le SRAS-CoV-2 n’a jamais été isolé mais seulement séquencé [2] ; qu’il aurait pu être traité à temps, en utilisant les thérapies disponibles, mais que l’OMS et les autorités sanitaires locales l’ont boycotté en imposant des protocoles absurdes et des vaccins expérimentaux ; que le nombre de décès en 2020 est absolument conforme à la moyenne des années précédentes [3]. Ce sont des données désormais acceptées par la communauté scientifique, dans le silence des médias.

Ce à quoi nous avons assisté est un plan qui n’a rien de scientifique et qui devrait susciter l’indignation universelle. Nous savons, par l’aveu des personnes concernées, que cette pseudo-pandémie a été planifiée depuis des années [4], tout d’abord en sapant les systèmes de santé nationaux et en limitant les plans de pandémie [5]. Nous savons qu’un scénario très précis a été suivi, destiné à donner une réponse unique dans tous les États membres et à standardiser le diagnostic, l’hospitalisation, le traitement et, surtout, les mesures de confinement et l’information du public au niveau mondial. Une direction continue de gérer la Covid-19 dans le seul but d’imposer par la force des restrictions aux libertés naturelles, aux droits constitutionnels, à la libre entreprise et au travail.

Le problème n’est pas la Covid elle-même, mais l’utilisation qui en a été faite pour réaliser la Grande Réinitialisation que le Forum Économique Mondial avait annoncée il y a quelque temps [6] et qui est maintenant mise en œuvre point par point, avec l’intention de rendre inévitables ces changements sociaux qui, autrement, auraient été rejetés et condamnés par la majorité de la population. Comme la démocratie, tant vantée tant qu’elle pouvait être pilotée grâce à l’influence des médias, ne permettrait pas de mener à bien ce projet d’ingénierie sociale voulu par l’élite mondialiste, il fallait la menace d’une pandémie – présentée comme dévastatrice par le courant dominant – pour convaincre la population mondiale de subir des confinements, des verrouillages, c’est-à-dire de véritables assignations à résidence, la fermeture des activités, la suspension des cours et même l’interdiction de pratiquer un culte ; et tout cela a été réalisé avec la complicité de toutes les parties concernées, en particulier les dirigeants, les responsables de la santé et la hiérarchie ecclésiastique elle-même [7].

Les dommages qui en ont résulté et qui continuent à en résulter sont énormes et, à bien des égards, irréparables. Je ressens une douleur indescriptible en pensant aux conséquences dévastatrices de la gestion de cette pandémie : des familles détruites, des enfants et des jeunes dont l’équilibre psychophysique a été affecté et qui ont été privés du droit aux relations sociales, des personnes âgées laissées pour mortes seules dans des maisons de retraite, des cancéreux et des personnes souffrant de maladies graves complètement négligées, des hommes d’affaires acculés à la faillite, des fidèles privés des sacrements et de l’assistance à la messe… Mais ce sont les effets d’une guerre, et non d’un syndrome de grippe saisonnière qui, s’il est traité à temps, donne un taux de survie de 99,7% chez des sujets non touchés par des maladies antérieures. Et il est significatif que dans cette course folle vers l’abîme, nous ignorions même les principes de base d’une vie saine, juste pour affaiblir notre système immunitaire : nous sommes confinés à la maison, tenus à l’écart de la lumière du soleil et de l’air frais, pour subir passivement le terrorisme médiatique de la télévision.

Avec quelle sévérité seront jugés ceux qui ont sciemment interdit des traitements et prescrit des protocoles thérapeutiques clairement erronés afin d’obtenir un nombre de décès qui légitimeraient l’alarme sociale et des mesures d’endiguement absurdes ? Ceux qui ont délibérément créé les conditions d’une crise économique et sociale mondiale, pour détruire les petites et moyennes entreprises et développer les multinationales ; ceux qui ont boycotté ou interdit les traitements disponibles au profit des entreprises pharmaceutiques ; ceux qui ont présenté les sérums de gènes comme des vaccins, soumettant la population à une expérience dont les résultats sont encore inconnus et dont les effets secondaires sont certainement plus graves que les mêmes symptômes de la Covid ; ceux qui favorisent le récit apocalyptique dans les sièges des parlements et dans les rédactions des médias à quelle peine peut-on les condamner ? Et comment les dirigeants de la hiérarchie catholique, devenus complices de cette grotesque farce, se justifieront-ils devant Dieu lorsqu’ils se présenteront devant Lui pour être jugés ?

Deutsche Wirtschafts Nachrichten : Dans une lettre que vous avez envoyée au président américain de l’époque, Donald Trump, vous faites non seulement allusion à un « État profond » – un terme qui est devenu largement utilisé – mais aussi à une « église profonde ». Pouvez-vous expliquer cela ?

Mgr C. M. Viganò : L’expression « État profond » rend très bien l’idée d’un pouvoir parallèle, dépourvu de légitimité mais qui opère néanmoins dans les affaires publiques pour la poursuite d’intérêts particuliers. Au bien commun que l’État a le devoir de promouvoir, l’État profond oppose l’avantage de l’élite. De même, nous ne pouvons pas ne pas reconnaître qu’au cours des dernières décennies, un pouvoir similaire a été consolidé dans la sphère ecclésiale, que j’ai appelée l’église profonde, et qui fait passer la poursuite de ses propres intérêts avant les fins propres à l’Église du Christ, en premier lieu le salus animarum.

Ainsi, comme dans la chose publique il y a des pouvoirs occultes qui guident le choix des gouvernements et suivent l’agenda mondialiste, dans l’Église catholique il y a un lobby très puissant qui usurpe l’autorité de la Hiérarchie avec les mêmes objectifs. En substance, l’État et l’Église sont occupés par un pouvoir illégitime qui a pour but ultime leur destruction et l’établissement du Nouvel Ordre Mondial. Et nous ne parlons pas de théories de conspiration ou de fantaisie politique : ce qui se passe sous nos yeux le prouve hors de tout doute raisonnable, au point que le Secrétaire général des Nations unies a récemment déclaré que le virus a été utilisé pour réprimer la dissidence.

Deutsche Wirtschafts Nachrichten : Dans quelle mesure y a-t-il un chevauchement entre l’État profond et l’église profonde, du moins dans le monde occidental ?

L’archevêque C. M. Viganò : Le chevauchement entre l’État profond et l’église profonde s’articule sur plusieurs fronts. La première est sans doute d’ordre idéologique : la matrice révolutionnaire, anticatholique et essentiellement maçonnique de la pensée mondialiste est la même, et pas depuis 2013. Pour être honnête, il suffirait de considérer la concomitance temporelle significative entre la célébration du concile œcuménique de Vatican II et la naissance du mouvement dit des étudiants : l’Aggiornamento doctrinal et liturgique a représenté pour les nouvelles générations une poussée propulsive qui a eu des répercussions immédiates dans les sphères sociales et politiques.

Le second front réside dans la dynamique interne de l’État profond et de l’église profonde : tous deux comptent parmi leurs membres des personnages déviants non seulement intellectuellement et spirituellement, mais aussi moralement. Les scandales sexuels et financiers qui ont impliqué de très hauts représentants de la politique, des institutions et de la hiérarchie catholique montrent que la corruption et le vice sont d’une part un élément qui les unit, et d’autre part un moyen de dissuasion efficace en raison du chantage commun auquel ils sont tous soumis. Les perversions de politiciens et de prélats connus les obligent à obéir à l’agenda mondialiste même lorsque leur coopération semble déraisonnable, inconsidérée ou contraire aux intérêts des citoyens et des fidèles. C’est pourquoi il y a des dirigeants sous les ordres de l’élite qui détruisent l’économie et le tissu social de leur pays ; c’est pourquoi, spéculairement [à la manière d’un miroir], il y a des cardinaux et des évêques qui propagent la théorie du genre et le faux œcuménisme dans le scandale des catholiques : tous deux font les intérêts de leur maître, trahissant leur propre mission au service de la Nation ou de l’Église.

D’autre part, le projet d’établissement du Nouvel Ordre Mondial ne pourra pas se passer d’une religion universelle d’inspiration maçonnique, à la tête de laquelle devra se trouver un leader religieux œcuménique, paupériste, écologiste et progressiste. Qui mieux que Bergoglio pour ce rôle, sous les applaudissements de l’élite et l’enthousiasme insensé des masses endoctrinées dans le culte idolâtre de la Pachamama ?

Deutsche Wirtschafts Nachrichten : Quelles sont les preuves ou les indices de cette situation ?

Mgr C. M. Viganò : Je pense que la démonstration la plus évidente de cela a eu lieu en même temps que la pandémie. L’aplatissement des sommets de la Hiérarchie vers la gestion folle de l’urgence Covid – une urgence planifiée avec art et amplifiée par les médias du monde entier – a atteint le point d’interdire les célébrations liturgiques avant même que l’autorité civile ne le demande ; d’interdire l’administration des Sacrements même aux mourants ; de ratifier avec des cérémonies surréalistes le récit dominant, en répétant ad nauseam tout le lexique du néo-langage : résilience, inclusion, rien ne sera plus comme avant, nouvelle Renaissance, reconstruire en mieux et ainsi de suite ; parrainer comme « devoir moral » un sérum de gène produit avec du matériel fœtal issu d’avortements [8], encore en expérimentation et dont les effets secondaires à long terme sont inconnus. Pas seulement : avec le « Conseil pour un capitalisme inclusif » promu par les dirigeants mondialistes – parmi lesquels se distingue Lady Lynn Forester de Rothschild [9] – avec la participation du Vatican, la ratification officielle est donnée au Grand Reset du Forum Économique Mondial, incluant le revenu universel et la transition écologique. À Santa Marta, on commence même à parler de transhumanisme, en ignorant obstinément le caractère anti-chrétien de cette idéologie montrant sa soumission à la dictature de la pensée unique. Tout cela est horrifiant et on se demande combien de temps encore le Seigneur tolérera un tel affront de la part de ses ministres.

D’autre part, l’insistance obsessionnelle sur l’écologisme malthusien a entraîné la nomination de personnalités notoirement anticatholiques à l’Académie pontificale pour la vie, partisanes du déclin démographique par la stérilisation, l’avortement et l’euthanasie. Tous, sous la direction d’un prélat d’une fidélité éprouvée au bergoglianisme, ont complètement déformé les objectifs de l’Académie fondée par Jean-Paul II, en fournissant à l’idéologie dominante un soutien autoritaire et prestigieux comme celui de quelqu’un qui, même s’il l’usurpe, détient tout de même l’autorité dans l’Église catholique. Il n’est pas surprenant que dans la liste des académiciens ait été récemment ajouté le professeur Walter Ricciardi, un des soi-disant « experts » en Italie qui a préconisé le verrouillage et l’utilisation des masques jusqu’au bout, en l’absence de toute preuve scientifique de leur efficacité et contre les recommandations mêmes de l’OMS. Hier, il a été rapporté que le médiateur des contrats de fourniture chinois pour l’urgence de la Covid en Italie, Mario Benotti, avait été recommandé par le cardinal Pietro Parolin [10], qui, d’après les interceptions du pouvoir judiciaire, semble être également intervenu dans d’autres affaires en relation avec le PDG de Leonardo Spa, Alessandro Profumo, qui selon Benotti pourrait être remplacé par le commissaire Domenico Arcuri.

Tout cela révèle la consensualité de l’État profond et de l’église profonde, dans une combinaison vile qui est destinée à détruire la souveraineté nationale d’une part et la mission divine de l’Église d’autre part. Des liens inquiétants apparaissent tant avec la fraude électorale américaine qu’avec le virus créé dans le laboratoire de Wuhan, et enfin avec les relations commerciales avec la dictature chinoise, principal fournisseur de masques (qui ne sont d’ailleurs pas conformes aux normes communautaires) à l’Italie et à de nombreux autres pays. Il me semble que nous sommes bien au-delà des simples indices.

Deutsche Wirtschafts Nachrichten : Une objection de ceux qui rejettent une telle chose comme une théorie de conspiration serait la suivante : Comment est-il possible que dans presque tous les pays du monde, presque tous les hommes politiques participent à ce jeu ? Qui pourrait avoir tant de pouvoir et d’influence qu’ils pourraient envoyer la moitié du monde dans l’isolement ?

Mgr C. M. Viganò : Je vais vous répondre par un exemple. L’Église est une institution supranationale, présente dans le monde entier avec des diocèses, des paroisses, des communautés, des couvents, des universités, des écoles, des hôpitaux. Toutes ces institutions reçoivent leurs ordres du Saint-Siège, et lorsque le Pape ordonne une prière ou un jeûne, tous les catholiques du monde obéissent ; si un Dicastère de la Curie romaine donne des directives, tous les catholiques du monde les suivent. Le contrôle est capillaire et immédiat, grâce à une structure hiérarchique efficace. La même chose se produit, limitée aux frontières nationales, également dans les États : lorsque le Législateur légifère, les organes responsables exécutent.

L’État profond et l’église profonde fonctionnent de manière similaire : tous deux utilisent une structure fortement hiérarchisée, dans laquelle la composante « démocratique » est pratiquement absente. Les ordres sont impartis d’en-haut et celui qui les reçoit les exécute immédiatement, conscient que sa propre désobéissance peut déterminer l’échec professionnel, la condamnation sociale et dans certains cas même la mort physique. Cette obéissance découle du chantage : je vous promeus, je vous donne du pouvoir, je vous rends riche et célèbre, mais en échange vous faites ce que je vous dis. Si vous obéissez et faites preuve de loyauté, votre pouvoir et votre richesse augmentent ; si vous désobéissez, vous êtes fini. J’imagine que pour les lecteurs allemands, la référence au Faust de Goethe est spontanée.

Les hommes politiques qui dirigent les nations aujourd’hui font tous, à de rares exceptions près, partie de l’État profond. Si ce n’était pas le cas, ils ne seraient pas là où ils sont. Pensons au cas des élections présidentielles américaines du 3 novembre dernier : le président Trump n’étant pas considéré comme aligné sur la pensée unique, il a été décidé de l’évincer par une fraude électorale d’une ampleur sans précédent, et contre la volonté du peuple. Les procès en cours aux États-Unis confirment la fraude et les irrégularités, et dans les mois à venir, je pense que de nouvelles preuves de cette fraude apparaîtront, une fraude qui, comme par hasard, a amené à la Maison Blanche un démocrate, un catholique progressiste, parfaitement en phase avec le programme de la Grande Réinitialisation. A y regarder de plus près, la démission de Benoît XVI et l’élection de Jorge Mario Bergoglio semblent répondre à la même dynamique et au même lobby de pouvoir.

En Allemagne aussi, j’ai entendu des rapports selon lesquels des données ont été falsifiées dans la gestion de la pandémie de manière à légitimer la violation des droits des citoyens. Et malgré le nombre alarmant de personnes qui ont souffert d’effets secondaires ou qui sont mortes à cause du soi-disant vaccin, le martèlement constant sur la vaccination obligatoire continue, alors qu’il est maintenant clair qu’elle ne garantit pas l’immunité et n’empêchera ni la distanciation sociale ni les masques obligatoires.

Il y a des raisons de croire que la gestion de la Covid a été organisée sous une seule direction et avec un seul scénario. Il y a quelques jours à peine, le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a admis avoir reçu des instructions d’hospitalisation des personnes âgées en RSA – des personnes âgées qui sont mortes à cause d’un protocole de traitement incorrect, d’une intubation et d’une ventilation forcée – de l’Imperial College de Londres, financé par la Fondation Bill & Melinda Gates. Et comme par hasard, les parrainages du « philanthrope » américain intéressent de nombreuses réalités nationales – même gouvernementales – qui se retrouvent économiquement dépendantes d’un particulier qui théorise le dépeuplement de la planète par une pandémie.

Vous me demandez : qui pourrait avoir tant de pouvoir et d’influence qu’ils pourraient envoyer la moitié du monde dans l’isolement ? Ceux qui disposent d’énormes ressources, comme certaines personnalités connues, dont Bill Gates et George Soros ; ceux qui sont en mesure de financer l’OMS elle-même, de diriger ses décisions et de réaliser de très gros bénéfices, car ils sont également actionnaires de sociétés pharmaceutiques.

Deutsche Wirtschafts Nachrichten : Dans votre lettre au président de l’époque, Donald Trump, vous parlez d’un affrontement entre les forces de la lumière et les forces des ténèbres. Si vous regardez maintenant l’année 2020, comment cette confrontation a-t-elle évolué jusqu’à présent ?

Mgr C. M. Viganò : Comme toujours dans les affaires terrestres, la guerre entre le bien et le mal, entre les enfants de la lumière et les enfants des ténèbres, semble toujours pencher en faveur de ces derniers. Satan, qui est princeps hujus mundi [le prince de ce monde]a de nombreux adeptes très organisés et une infinité de serviteurs. A l’inverse, les bons semblent numériquement inférieurs et mal organisés, souvent anonymes et presque toujours dépourvus de tout pouvoir ou de moyens économiques qui leur permettraient d’agir avec la même efficacité que leurs ennemis. Mais il en a toujours été ainsi, car la victoire n’appartient pas au bien, mais au Christ. Ego vici mundum : c’est moi qui ai vaincu le monde, Notre Seigneur nous avertit. Nous donnons notre pauvre contribution, parfois même héroïque, mais sans la grâce de Dieu nous ne sommes capables de rien : sine me nihil potestis facere [sans moi vous ne pouvez rien faire].

L’année 2020 nous a obligé à regarder dans les yeux la Méduse mondialiste, nous montrant à quel point il est facile pour l’État profond d’imposer une tyrannie sanitaire à des milliards de personnes. Un virus non isolé, avec un taux de survie très élevé, a été accepté comme un instrumentum regni [un instrument de règne [11]], avec la complicité des dirigeants, des médias, de la hiérarchie ecclésiastique elle-même. La crise économique déclenchée par les blocages doit rendre inévitable l’annulation de la dette et l’établissement d’un revenu universel, en échange de la renonciation à la propriété privée et de l’acceptation du suivi par le passeport sanitaire. Ceux qui refusent le vaccin peuvent être internés dans des camps de détention qui sont déjà prêts dans de nombreux États, dont l’Allemagne [12]. Les violations des droits constitutionnels et religieux seront tolérées par les tribunaux, au nom d’une urgence éternelle qui prépare les masses à la dictature. C’est ce qui nous attend, selon les aveux des auteurs du Grand Reset eux-mêmes.

Mais cette succession d’exacerbations, motivées par des raisons désormais risibles et défaites par l’évidence, est en train de fissurer de nombreuses certitudes, auxquelles les masses ont jusqu’à présent donné un assentiment fidéiste souvent proche de la superstition. Les premières accusations de « négationnisme » à l’encontre de ceux qui contestent les absurdités des soi-disant « experts » ont fait comprendre à beaucoup de gens que la Covid se voit présenter les connotations d’une religion précisément pour ne pas être remis en question, car d’un point de vue scientifique il devrait être considéré comme tous les autres virus Corona des années passées. Ces contradictions ouvrent les yeux de beaucoup, même face à la courtoisie éhontée des médias et à la multiplication de la censure des dissidents sur les réseaux sociaux.

Deutsche Wirtschafts Nachrichten : A quoi ressemblerait le monde si ce que vous appelez les forces des ténèbres devaient l’emporter ?

Mgr C. M. Viganò : Un monde dans lequel l’État profond devrait prévaloir provoquerait les pires scénarios décrits par l’Apocalypse, par les Pères de l’Église et par les mystiques. Un royaume infernal dans lequel tout ce qui ressemble, même de loin, à la société chrétienne – de la religion aux lois, de la famille à l’école, de la santé au travail – doit être interdit et renversé, perverti. Hétérosexuels persécutés, familles hommes-femmes interdites, enfants obtenus par GPA (gestation pour autrui), histoire censurée, religion discréditée, honnêteté et discipline bafouées, honneur pointé du doigt comme un concept fasciste, virilité condamnée comme « toxique », maternité déplorée comme « non durable », vieillesse forcée à l’euthanasie, maladie considérée uniquement comme une opportunité de profit, santé considérée avec suspicion. Et nous devrions aussi voir répudier, après deux siècles d’endoctrinement, la fameuse démocratie au nom de laquelle ceux qui nous gouverneront le feront sans élections, au nom de la santé publique.

Ce n’est que dans le royaume du Christ qu’il peut y avoir la paix et la vraie concorde ; dans la tyrannie de Satan, il y a la terreur, la répression, la guerre contre le bien et la licence des vices les plus vils.

Deutsche Wirtschafts Nachrichten : Que pensez-vous qu’il soit possible de faire pour empêcher une telle évolution ?

Mgr C. M. Viganò : Nous devons veiller à ce que ce qui s’est passé jusqu’à présent n’atteigne pas son but final. Nous pouvons et devons dénoncer les tromperies et les mensonges qui nous sont imposées  quotidiennement par ceux qui nous considèrent comme des serviteurs stupides et qui pensent pouvoir nous soumettre sans aucune réaction de notre part. S’il existe des lois qui protègent les droits naturels des citoyens, il est nécessaire que chacun élève la voix et proteste avec courage, en exigeant du pouvoir judiciaire que les responsables de ce coup d’État mondial soient jugés et condamnés.

Nous ne pouvons pas permettre, sous la menace d’une pandémie manufacturée, que les nations soient prostrées par une crise économique et sociale induite, ou que les peuples soient soumis à des restrictions de leurs libertés en violation de la loi et du bon sens lui-même. Si nous restons fermes et ne battons pas en retraite face à ces épreuves générales de la dictature, l’État profond se retirera et attendra des temps plus propices, et nous aurons le temps d’éviter l’instauration de la tyrannie. Si nous le laissons faire, nous rendrons ce plan infernal irréversible.

N’oublions pas, en tant que catholiques, que nous avons une très grande responsabilité, tant envers nos pasteurs qu’envers nos dirigeants. Notre obéissance peut et doit échouer lorsqu’on nous demande d’obéir à des lois injustes ou contraires au Magistère immuable de l’Église. Si notre opposition est aussi ferme et courageuse qu’au temps des Martyrs, nous aurons fait notre part pour obtenir du Ciel ces grâces qui peuvent changer le destin de l’humanité et retarder la persécution des derniers temps.

C’est pourquoi nous prions avec confiance la Sainte Vierge, Reine des Victoires et Secours des Chrétiens, afin qu’elle soit notre chef de file dans cette bataille historique. Que le glorieux Archange Michel soit à ses côtés, chassant vers l’enfer Satan et les autres mauvais esprits, qui ad perditionem animarum pervagantur in mundo [qui rodent dans le monde pour perdre les âmes].

+ Carlo Maria Viganò, archevêque
28 février 2021
Dominique II Quadragesimæ

[1]  — https://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/510149/Erzbischof-Carlo-Maria-Vigano­Der-Tiefe-Staat-und-die-Tiefe-Kirche-verfolgen-die-gleiche-Agenda-%28­SONNABEND-6-MAERZ%29 — https://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/510151/Gegenspieler-von-Papst-Franziskus-Die-Kraefte-der-Finsternis-greifen-nach-der-Macht [Deutsche Wirtschafts Nachrichten (DWN) est un télémédia en langue allemande ; mais il faut s’abonner pour lire les articles.]. La version italienne de ce texte a été publiée par Aldo Maria Valli le 7 mars 2021 : https://www.aldomariavalli.it/2021/03/07/arcivescovo-vigano-un-mondo-in-cui-il-deep-state-dovesse-prevalere-realizzerebbe-i-peggiori-scenari-descritti-dallapocalisse/
[2]  — Voir https://www.fda.gov/media/134922/download – Le CDC admet qu’ »aucun isolat quantifié du virus 2019-nCoV n’est actuellement disponible », et a utilisé une culture de cellules d’adénocarcinome alvéolaire pulmonaire humain génétiquement modifiées pour « imiter un échantillon clinique ».
[3]  — Voir https://www.fronteampio.it/listat-ammette-in-13-regioni-su-20-nel-2020-meno­morti/
[4]  — Voir https://scenarieconomici.it/jacques-attali-una-piccola-pandemia-permettera-di­instaurare-un-governo-mondiale/ — https://rightwirereport.com/2020/04/20/david-rockefeller-on-the-verge-of-a-global­transformation-we-need-the-right-major-crisis/
[5]  — Voir https://www.agi.it/cronaca/news/2021-01-14/guardia-di-finanza-bergamoacquisizioni-documenti-ministero-salute-regione-lombardia-11020824/
[6]  — Voir https://www.byoblu.com/tag/the-great-reset/
[7]  — Voir https://www.ilfoglio.it/chiesa/2020/03/14/news/lo-spettacolo-indecorososulle-chiese-chiuse-306492/
[8]  — Cfr. https://www.lifesitenews.com/blogs/the-unborn-babies-used-for-vaccine­development-were-alive-at-tissue-extraction
[9]  — Voir https://www.inclusivecapitalism.com/member/lady-lynn-forester-de-rothschild/  — https://youtube.com/watch?v=lJoXwh0Vu9M&feature=share
[10] — Voir La Verità, 27 février 2021, Fabio Amendolara et François De Tonquédec, « Domenico era agitato» La toga inguaia il manager (« Domenico était agité » La toge trompe le directeur)p. 4.
[11] — Instrumentum regni (littéralement, « instrument de la monarchie », donc « du gouvernement ») est une expression latine peut-être inspirée de Tacite [Historiae, IV 7], utilisée pour exprimer l’exploitation de la religion par l’ État ou la politique ecclésiastique comme moyen de contrôler les masses, ou en particulier pour atteindre des fins politiques et mondaines (Wikipedia).
[12] — Voir https://www.ilparagone.it/esteri/germania-lager-norme-covid/

Source : http://www.dominicainsavrille.fr/un-monde-dans-lequel-letat-profond-devrait-prevaloir-provoquerait-les-pires-scenarios/

Covid-19. Projet de vaccination « obligatoire » des soignants : lettre ouverte au Ministre des solidarités et de la santé

C’est avec conviction que je re-publie ici la lettre ouverte adressée par le Docteur Amine Umlil, Pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier, Juriste (droit de la santé), membre de l’AFDS (association française de droit de la santé) au Ministre français de la santé ainsi qu’au Président de la République, au Premier ministre, à l’Assemblée nationale, au Sénat ainsi qu’à la haute autorité de santé (HAS) et à l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), pour leur rappeler quelques fondements juridiques dont ils ont l’air de ne pas vouloir s’embarrasser.

Les lectrices et lecteurs de ce blog ne seront pas étonnés de mon admiration face à cette prise de responsabilité d’un spécialiste, praticien hospitalier mais aussi citoyen. Notre époque a besoin de justes, de personnes qui comme lui aient le courage de prendre la parole, de dire et de nommer les choses pour s’opposer à la dérive en cours.

Chapeau bas donc au Dr Umlil et place à sa belle et forte prose !

Monsieur Olivier VÉRAN,

Ministre des solidarités et de la santé,

République Française,

 

Copie adressée à :

Monsieur le Président de la République, Emmanuel MACRON ;

Monsieur le Premier ministre, Jean CASTEX ;

L’Assemblée nationale ;

[au] Sénat ;

la haute autorité de santé (HAS) ;

l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

 

Depuis quelques jours, un projet, visant à rendre « obligatoire » la vaccination contre la Covid-19 pour les « soignants », semble se profiler.

La vaccination est un acte médical. La décision de se vacciner, ou non, relève du colloque singulier qui unit la personne à son médecin ; médecin traitant notamment. Les échanges enregistrés dans ce cadre sont protégés, de façon absolue, par le secret professionnel médical.

Sans présumer de ma décision personnelle, ce projet, pour le moins inattendu, appelle de ma part les observations suivantes que je souhaite vous transmettre dans la présente lettre ouverte ; à tort ou à raison.

En l’espèce, les conditions, notamment juridiques, requises par une telle « obligation » ne sont pas réunies.

Un tel projet heurte plusieurs dispositions du droit interne et externe, dont celles occupant le sommet de la hiérarchie des normes, qui protègent notamment l’intégrité physique, la vie et le consentement libre et éclairé de toute personne humaine. Le corps humain, la volonté de la personne et la dignité humaine sont hautement protégés par le droit ; y compris après la mort.

Le corps humain est une valeur sociale protégée par le Code pénal, notamment.

La protection du corps humain constitue le principe ; l’intervention médicale n’est que l’exception soumise à des conditions strictes consacrées par le droit et la jurisprudence.

Il ressort de notamment vos propres affirmations, des documents publiés par la haute autorité de santé (HAS) et par l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), que le rapport bénéfice/risque des vaccins contre la Covid-19 n’est pas encore bien connu. Pas plus tard que le 18 février 2021, vous avez confirmé qu’aucun pays européen n’a pu apporter la preuve que ces vaccins permettent de prévenir les formes « graves » de cette maladie. Il n’est pas démontré, non plus, que ces vaccins empêchent la « transmission virale ». Vous avez renouvelé ces doutes dans vos écritures adressées les 22, 25 et 26 février 2021 au juge des référés auprès du Conseil d’État (cf. Ordonnance du 3 mars 2021, n°449759). Ce juge a d’ailleurs relevé les informations, pour le moins inexactes et contradictoires, qui ont été diffusées auprès du public par les autorités sanitaires. Et plusieurs autres questions sont toujours en suspens.

Devrait-on se vacciner, par la force, pour éviter un « rhume » ; ou mieux encore, se vacciner alors que de nombreuses personnes n’ont aucun symptôme clinique : elles ne sont pas malades ?

Il y a lieu de rappeler également que ces autorités officielles, et notamment la HAS et l’ANSM, n’hésitent pas à promouvoir le « mésusage » de ces vaccins en recommandant des pratiques en décalage avec l’autorisation de mise sur le marché (AMM) elle-même.

Ces vaccins ne bénéficient d’ailleurs que d’une AMM « conditionnelle » qui est, par nature, incompatible avec ladite « obligation » que certains voudraient imposer, de façon brutale, aux soignants.

Ce qui se passe actuellement, en France notamment, pourrait s’apparenter à de la recherche biomédicale : des essais cliniques chez l’Homme (femme et homme) qui sont menés en dehors du cadre strict réservé à cette expérimentation. Celle-ci est pourtant censée précéder ladite mise sur le marché d’un médicament tel que le vaccin. Des essais cliniques « sauvages » organisés, de façon officielle, par une AMM conditionnelle ?

Certains auraient déjà oublié quelques enseignements de l’Histoire. Et notamment ceux qui ont conduit au déclin de la Loi. En effet, l’Histoire a pu révéler qu’une loi peut être de nature délictuelle voire criminelle.

Devrait-on accepter, par la contrainte, que notre corps soit le siège d’un pari biologique, d’une roulette vaccinale ?

Certains auraient déjà oublié le Code de Nuremberg et la Convention d’Oviedo.

Eu égard aux éléments de preuve en ma possession, et aux faits observés sur le terrain et dont j’ai été le témoin direct, je peux vous exprimer mon doute sur la validité du consentement qui a été « recueilli » notamment auprès de certaines personnes et en particulier des personnes vulnérables telles que les personnes âgées. En effet, l’information diffusée, en violation de plusieurs règles dont celles régissant la publicité sur les médicaments, n’est ni claire, ni loyale, ni appropriée. Ce consentement pourrait s’avérer « vicié » : il aurait été « fabriqué » faute de pouvoir le recueillir de façon libre et éclairé. Ces méthodes pourraient relever notamment du « dol ».

Ce « dol » est la malhonnêteté qui vise à induire autrui en erreur afin de le pousser à donner son « consentement ». C’est une erreur provoquée de façon délibérée par le professionnel du domaine qui détient les informations portant sur les qualités essentielles du produit. Mais, si ce « dol » altère le caractère « éclairé » du consentement, la « violence », elle, porte atteinte à la « liberté » dudit consentement.

Avec éclat, ce projet d’« obligation » vaccinale exprime cette « violence » qui vient contraindre la personne, en l’espèce le soignant, à accepter de s’administrer un produit insuffisamment évalué. Cette contrainte est accentuée par la menace de la révocation de l’agent public qui refuserait de s’administrer ce qu’un juge pourrait pourtant qualifier de « produits défectueux » ou de « substances nuisibles ».

Dans l’un de vos Tweets, vous soutenez ceci : « Se faire vacciner, quand on est soignant, c’est une question de responsabilité. C’est se protéger soi-même, et c’est aussi protéger ceux que l’on soigne ». Mais, la responsabilité commence d’abord par appeler des méthodes d’évaluation indépendante des médicaments (vaccins) fondées sur les preuves ; par une information claire, loyale et appropriée ; par un recueil du consentement libre et éclairé ; et non par des comportements qui pourraient relever du dol ou de la violence notamment. Vous semblez d’ailleurs brusquement méconnaître l’efficacité d’une alternative à ladite vaccination : l’efficacité des « mesures barrières » dont vous avez fait la promotion depuis plusieurs mois.

De façon infiniment accessoire, il est, pour le moins, surprenant de constater comment quelques personnes osent donner des leçons à des professionnels de santé dont certains ont un « bac + 15 », au moins. Quelle arrogance ! Quel manque de respect ! Quel mépris… En ce qui me concerne, mon parcours me rend apte à analyser, par moi-même et de façon indépendante, le dossier d’évaluation d’un médicament (vaccin). Je suis aussi en mesure de juger, sans l’intervention d’un tiers, ce qui est bien pour ma santé.

Le « paternalisme médical » relève d’une époque révolue. Il s’est effacé depuis au moins 2002.

Ce projet d’« obligation » vaccinale contrevient également à la Résolution 2361 qui a été adoptée, le 27 janvier 2021, par le Conseil de l’Europe sous le titre « Vaccins contre la covid-19 : considérations éthiques, juridiques et pratiques ». Il contrevient à notamment l’article 7.3.1. : « de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est PAS [écrit en MAJUSCULES dans le texte] obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement » ; et à l’article 7.3.2. : « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner ».

La simple évocation de ce projet d’« obligation » vaccinale signe aussi, presque mécaniquement, une trahison de l’engagement donné par le Président de la République, Monsieur Emmanuel MACRON.

Ce projet d’« obligation » vaccinale me semble donc être une faute juridique, morale, éthique et politique notamment.

La liste des distorsions est longue. Mais, ces quelques éléments ci-dessus rappelés suffisent à démontrer le caractère, pour le moins, anormal de notamment ces menaces qui ciblent régulièrement les professionnels de santé en pareilles circonstances. Ces violences sont prescrites au niveau politique et médiatique. Leurs motivations paraissent étrangères au bien-être physique, mental et social que toute personne est en droit d’espérer.

Ces faits viennent confirmer encore davantage la réflexion publiée, le 7 juin 2020, dans le journal Le Point sous le titre « TRIBUNE. Ce qui est refusé au professeur Didier Raoult est permis à d’autres ».

« Vaccins contre la Covid-19 : le pharmacien réduit à un simple distributeur automatique ? » est une autre réflexion publiée le 17 février 2021.

Par ces motifs non exhaustifs qui vous sont soumis, je vous demande donc de bien vouloir faire en sorte que le corps d’un soignant puisse bénéficier du même respect que celui accordé à toute personne humaine.

Le corps d’un soignant ne saurait être considéré, par l’« obligation », comme une « poubelle ».

Je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé, l’expression de mon profond respect.

Docteur Amine UMLIL

Pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier

Juriste (Droit de la santé)

Source : https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2021/03/08/covid-19-projet-de-vaccination-obligatoire-des-soignants-let-313515.html

La crise économique et la résurrection de la France

Chers amis,

Voici quelques prophéties très intéressantes et le lien vers un document PDF à lire sur les temps actuels.

La vénérable servante de Dieu, Magdeleine Porzat (1773-1843), une humble jeune fille de maison, devenue plus tard Clarisse à Lyon, qui passa la plus grande partie de sa vie dans le quartier des Terreaux de la même ville, ce qui l’a fait usuellement surnommer la Petite Marie des Terreaux, a déjà eu de 1811 à 1832 beaucoup de visions fugitives sur l’avenir, principalement sous forme de rêves. Entre autres elle annonça que sept crises doivent être sur le point d’arriver, qui présagent l’avènement du triomphe de la Mère de Dieu avec la guérison de l’humanité. Ces crises se manifesteront ainsi : mauvais temps et inondations, maladies des plantes et des animaux, choléra parmi le genre humain, guerres et révolutions, banqueroute universelle, une crise commerciale générale, (qui semble apparaître maintenant, comme le nombre terrifiant de chômeurs dans les différents pays avec la faillite des grandes entreprises et des industries d’exportation dues à un coût trop élevé des productions, d’impôts trop lourds, du coût onéreux des transports, des droits de douane, de la dévaluation de la monnaie qui se vérifie dans beaucoup d’états) (cf NTD21). C’est après ces événements que la crise prendra fin. De même un désarroi universel se propagera réellement parmi les peuples. Le monde entier se trouvera, – comme ce fut le cas de façon analogue en France en 1789 -, réduit en ruines. Cependant, après la tempête, viendra la tranquillité. La Vierge puissante transformera toute la société en une moisson pleine de fruits. Par un grand événement le monde sera renouvelé. Le bonheur et le bien-être renaîtront, et ceci à travers l’aide de la Vierge immaculée. Entre la crise économique et la crise finale, il n’y aura aucun intervalle de temps. (Les prophéties de Magdeleine Porzat ont été rédigées par Désiré Laverdant, publiées en 1872 par Davesne à Paris, 59 rue Bonaparte, publiées également en 1866 sous forme de livre dans la collection Mémorial catholique à Lyon. Voir aussi plus loin Curicque, Voix prophétiques, Paris 1872 volume 2, page 471 et sv. ainsi que Dompierre, Comment tout cela va finir, 1900, Rennes, page 10 et sv). Aussi de toutes ces prédictions on peut supposer que le grand bouleversement dans le monde et pareillement l’arrivée du Grand Monarque, ne se feront plus attendre très longtemps parce que la crise économique est presque effective (cf NTD22).

 

MAIS L’ÉPOQUE HEUREUSE DU GRAND MONARQUE NE DOIT APPORTER AUCUNE JOIE VÉRITABLE À CEUX QUI ONT DEVANT LES YEUX LE FAIT QU’ELLE DOIT AMENER LE TEMPS DE L’ANTÉCHRIST. Sainte Hildegarde l’avait déjà présagé quand elle disait : « De même que la paix a précédé la première arrivée du Christ, pareillement la paix précédera la deuxième arrivée du Christ… Cette paix ne sera pas complète, elle sera seulement assombrie par la peur de la proximité du jugement ». Plus loin elle dit dans son ouvrage De l’œuvre divine : « Dans ces jours de bénédiction, les princes interdiront l’utilisation des armes… Et de même que les nuages rendent la terre fertile, le Saint Esprit enrichira les peuples de la rosée de sa grâce… Il y aura un véritable été dans la renaissance d’une vie spirituelle. Les prêtres, les moines, les religieuses, et toutes les autres conditions mèneront une vie droite et pure… A 30 cette époque les saints anges auront des rapports familiers avec les hommes parce qu’ils seront charmés par leur conversion et la sainteté de leur vie… La foule des croyants prendra un essor significatif par le retour en masse des païens… Pourtant la joie ne sera pas complète, parce que les hommes réaliseront que le jour de la justice est proche » (Sainte Hildegarde : divinorum operum). La sœur française de l’Ordre des Franciscains du nom de Nativitas que nous avons déjà citée souvent, a eu la vision suivante dont il est à retenir qu’après le triomphe de l’Eglise viendra l’âge de l’Antéchrist. La Soeur Nativitas vit une sorte d’espace à l’intérieur d’une église, plein de prêtres bruyants, qui portaient de superbes aubes blanches, comme si on célébrait une grande fête et que l’on chantait des hymnes de jubilation. La joie et le contentement illuminaient leurs visages, comme s’ils avaient remporté une grande victoire. Alors soudain, le Sauveur se tint à côté de la Sœur Nativitas ; Il semblait avoir autour de 30 ans et avait une grande croix dans la main, qu’Il considérait d’un air douloureux, et Il dit : « Tu verras bientôt un grand changement. Car on n’est pas encore entré dans la fin, et ils ne sont pas encore arrivés au but comme ils se l’imaginent. L’aurore commence, pourtant l’époque suivante sera passionnément douloureuse et tourmentée ». Il doit en être encore du triomphe à venir de l’Eglise et alors du temps suivant de l’Antéchrist avec l’allusion aux persécutions sanglantes des croyants. Que l’Antéchrist vienne immédiatement après le Grand Monarque comme punition de l’indifférence et de l’immoralité des hommes, saint Méthode, évêque (d’Olympe) et martyr au 4è siècle l’avait déjà prédit en déclarant : « Les chrétiens (au temps de la période finale du monde) se seront montrés si peu reconnaissants pour les grandes grâces suscitées par le Grand Monarque, pour la durée du merveilleux temps de paix et pour la fertilité de la terre qu’ils s’adonneront de nouveau à une vie dissolue : luxe, frivolité, luxure, libertinage, auxquelles s’ajoutent la haine et la jalousie, l’intempérance dans la nourriture et la boisson, et d’autres vices, si bien que les blessures de leurs péchés devant Dieu empesteront plus fort que la pestilence. Alors beaucoup d’hommes commenceront à douter que la Foi catholique soit la seule réellement sanctifiante, et que le Christ soit réellement le Fils de Dieu et le Sauveur du monde ; car au fond, les Juifs ne penseraient-ils peut-être pas juste quand ils disent qu’ils attendent encore le Messie. C’est pourquoi apparaîtront des erreurs et que se lèveront des troubles. Le vrai Dieu en sera tellement indigné, qu’il donnera à Lucifer et à tous les démons le pouvoir de sortir de l’Enfer pour venir sur la terre et séduire en premier lieu les impies » (Dionys de Lützenburg, Leben des Antichrist – La vie de l’Antéchrist, 1682 chapitre 7). Il en résulte, après avoir analysé le déroulement de l’histoire de l’Eglise jusqu’à à nos jours – qu’il est facile de prévoir qu’à l’époque du plus grand triomphe de l’Eglise, il se formera de nouveau une réaction. Si bien que la Chrétienté restera sans grande influence sur la vie des peuples, comme c’est le cas dans les époques d’indifférence religieuse, il ne se produira aucune forte opposition ; les flammes de la haine du Christianisme pourraient bien se retrouver sous peu et en constituer le combustible, comme de pouvoir allumer le brasier d’une nouvelle persécution des chrétiens. D’abord quand l’Eglise atteint trop de puissance visible, la haine croît dans le monde. A l’époque du Christ il n’en était pas autrement. Lorsque le Christ ressuscita Lazare, alors qu’il était depuis 4 jours dans le tombeau, il avait atteint auprès de son peuple le plus haut point de notoriété, les grands prêtres et les pharisiens tinrent aussitôt un conseil et dirent :« Que devonsnous faire ? Cet homme accomplit beaucoup de prodiges. Si nous le laissons faire, tous croiront en Lui ». ( Jean XI, 47 et sv) puis là-dessus « ils conclurent de le faire mourir » (Jean XI, 53). Il en sera de même, quand l’Eglise célébrera son triomphe sous le Grand Monarque, les dessins de l’esprit du monde seront projetés, afin de détruire de nouveau l’influence de l’Eglise et de l’asservir. Avec l’Eglise, c’est la même chose qu’avec l’eau, quand elle n’est pas touchée par les vents. Elle tombe dans la corruption. Ainsi l’Eglise, quand elle n’est pas secouée par les persécutions, commence à s’endormir. L’histoire de l’Eglise le démontre. Alors dans les plans de la Providence, il s’ensuit que l’Eglise ne peut pas perdurer sans persécutions. La vie des justes est à peu près la même. L’histoire de l’Eglise comporte de plus une grande analogie avec celle de la vie du Christ. Avant que le Christ soit entré dans l’amertume de la souffrance et qu’il ait porté la croix, il entrait triomphalement dans Jérusalem le Dimanche des Rameaux, et la jubilation du peuple retentissait avec ces paroles : « Hosanna Fils de David » (Matth. XXI, 9). Pareillement, avant de commencer à vivre les souffrances amères à la fin des temps, au moment de l’Antéchrist, l’Eglise célébrera d’abord et encore son triomphe, comme cela est prédit, et ceci se produira sous le Grand Monarque.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/03/konzionator-spirago_le-grand-monarque.pdf

Source : http://www.a-c-r-f.com/documents/KONZIONATOR-SPIRAGO_le-grand-Monarque

Prophétie de Sepp Wudy

Sepp Wudy est né en 1870 et il est mort en 1915 en Allemagne.

C’était un garçon de ferme, connu comme le « domestique de Frischwinkel », Frischwinkel désignant un groupe de fermes en bohème. Il avait le don de voyance et a beaucoup raconté sur l’avenir aux agriculteurs qu’il côtoyait. Il leur faisait des remarques étranges. Ses prophéties sont très populaires en bohême.

Comme il l’a lui-même prédit, Sepp Wudy est mort pendant la première guerre mondiale lorsqu’il combattait dans l’armée austro-hongroise.

Le poète bohème Hans Watzilk a écrit ses prophéties et les a ainsi transmises pour la postérité. En 1944, il les a remises à l’historien local Paul Friedl. Il raconte : « Un fermier avait avant la Première Guerre mondiale un serviteur nommé Sepp Wudy, et qui avait le don de double vue. Il prévoyait non seulement les événements qui allaient arriver dans l’avenir proche, mais il donnait également des conseils étranges pour l’avenir, que l’agriculteur avait écrit dans son agenda.

Sepp ne parlait pas beaucoup, il a surtout parlé à cet agriculteur. Celui-ci a seulement changé quelques mots, et son serviteur le savait. Et tout est dans cet agenda. »

Prophéties

« Quand Sepp a dû s’engager, il a dit qu’il ne reviendrait pas parce qu’il devait mourir dans la glace et la neige. Il est tombé pendant la Première Guerre mondiale dans les Dolomites.
Ce n’est pas la dernière guerre, a-t-il dit, parce que bientôt une autre sera de retour, et ensuite seulement viendra la dernière. La plus terrible de toutes.
Si vous avez envie, vous pourrez parler à votre cousin à Vienne à partir de votre salon, et si vous avez besoin de lui rapidement, il pourra être là en une heure.
La Forêt de Bohême sera brûlée comme une botte de paille.
Ne fuyez pas quand les oiseaux gris voleront, ailleurs, ce sera encore pire.
Si vous voyez ceci, c’est que la fin est proche et qu’elle a déjà commencée.
Tout sera comme il y a cent ans.
C’est à cause les gens qui se jettent en arrière (qui régressent), ils seront punis pour leur arrogance.
Vous aurez de la nourriture devant vous et ne pourrez pas la manger parce que sinon vous mourrez, et vous aurez aussi de l’eau mais vous ne pouvez pas la boire parce que sinon vous mourrez aussi.
De l’Osser (montagne à la frontière bavaroise Bohême) il y aura encore une source, que vous pourrez boire.
L’air mangera la peau comme un poison.
Mettez tout ce que vous avez, même une robe longue, et ne regarderez pas par la fenêtre.
Asseyez-vous dans un trou et attendez que ce soit fini, il ne faudra rien faire pendant un long moment.
Recherchez une grotte sur la montagne.
Si vous perdez les cheveux, le mal vous tient.
Prenez un fruit de genévrier dans la bouche ça aide et surtout pas de lait, pendant huit semaines.
Ce sera bien mauvais, et les générations futures devront réapprendre à écrire et à lire.
Cela arrivera car les gens ne reconnaitront plus le diable parce qu’il sera habillé magnifiquement et leur promettra tout.
Lorsqu’il n’y aura plus de cris de hibou et que les lièvres rentreront dans les maisons, ce sera l’effondrement.
N’allez pas chercher de l’eau et n’allez pas couper de l’herbe.
En ce temps là, il n’y aura plus de frontière en Bavière, mais où sera la frontière, je ne peux pas dire. (La frontière en Bavière n’existe plus depuis que les Tchèques ont rejoint l’Union Européenne.)
Mais que dis-je ? Ça n’apporte rien de plus, mais dites-le à vos enfants et aux enfants de leurs enfants. Ils devront y faire face et feront l’expérience de la fin de l’histoire.
Je ne comprends pas ces gens qui n’ont pas de croix (qui sont sans modestie et plein de suffisance).
Ils seront de pire en pire et athées, de sorte que cela doit arriver, et, comme je l’ai dit, l’Europe sera de nouveau comme il y a cent ans.
Avec la foi qui déclinera tout sera tordu.
Personne ne verra clairement.
L’élite ne croira en rien, et les petits se tromperont dans leur folie.
Dans l’église, ils joueront de la musique de danse, et le prêtre chantera avec eux.
Puis ils danseront aussi, mais dehors un signe céleste annoncera le début de la grande catastrophe.
Au nord il apparaitra une lumière, comme personne ne l’aura vue auparavant, et puis le feu montera tout autour.
Allez en Bavière, où la Mère de Dieu vous protègera avec son manteau, même si là aussi tout le monde sera dans le chaos.
Tout se passera comme il l’a dit Stormberger (Mühlhiasl d’Aspoïg), mais il n’a pas tout dit, car ils n’auraient pas compris. Parce que ce sera bien pire.
Fermiers, dites à vos enfants qu’ils doivent aller à la montagne quand tout tombera dans le chaos.
J’en sais et j’en vois encore plus, mais je ne peux pas comprendre et je ne pas le dire.
Je suis juste un garçon de ferme et je ne sais pas si c’est un bon ou un mauvais esprit qui me montre ces choses.
Mais je sais que ça va arriver.  »

source : http://dafeizhontadoukoz.org/Prophetie-de-Sepp-Wudy.htm

Mise en garde du Patriarchat Catholique Byzantin contre le vaccin par ARN messager

En ce moment, les Chrétiens veulent être clairs en ce qui concerne la vaccination mondiale et forcée en termes de conscience.
Par l’autorité de l’office apostolique et prophétique, le Patriarcat Catholique Byzantin met en garde d’urgence contre l’autogénocide vaccinal.

Cependant, l’archi-hérétique Bergoglio, qui occupe la papauté, promeut notoirement la génocidaire « vaccination pour tous », en disant : « Cela doit être fait ! ». Aujourd’hui, chaque chrétien doit savoir que Bergoglio, qui adore le démon Pachamama, ne sert pas Dieu, mais s’oppose consciemment à Lui ! Si quelqu’un obéit à Bergoglio et est en unité intérieure avec lui, il ne peut pas être sauvé. Il se retrouvera dans l’étang de feu avec ce faux prophète de la sodomie, de la vaccination et du puçage effectué à l’aide de la marque de la bête apocalyptique.

Le Vatican apostat clame dans le monde entier qu’après la vaccination de Bergoglio, d’autres membres de l’État du Vatican sont en train de se faire vacciner, et il en va de même pour l’hôpital du Vatican tout entier, avec ses 3 000 employés. Ils prétendent de façon absurde qu’après deux vaccins, ils ont atteint une immunité de 100% et des niveaux d’anticorps 1 000 fois plus élevés. Les patriarches orthodoxes Bartholomew et Kirill s’associent à Bergoglio dans cette propagande de la vaccination. Les croyants orthodoxes ne doivent donc plus obéir à ces deux apostats qui promeuvent un péché qui crie jusqu’au ciel et constitue un crime contre l’humanité.

Le nouveau vaccin à ARNm modifie non seulement le génome humain, mais constitue également une forme de puçage et conduit au génocide à la fois temporel et éternel de l’humanité. Conformément à la Bible – Gal 1: 8-9 – et à la Bulle Cum Ex Apostolatus Officio, les Catholiques ne doivent pas obéir à un hérétique.
Bien qu’il se soit exclu de l’Église du Christ, l’archi-hérétique Bergoglio force avec autorité les croyants :

  1. À s’opposer à Dieu et à Ses lois,
  2. À agir de façon suicidaire contre la raison et la conscience,
  3. À ignorer les avertissements des courageux experts non corrompus en immunologie, virologie, etc.
Quelle devrait être l’attitude d’un Chrétien responsable envers cette vaccination par ARNm ?

L’homme est obligé d’utiliser la raison pour rechercher la vérité. Qui peut nous transmettre la connaissance de la vérité dans le domaine de la virologie ? Cela ne peut, en aucun cas, être fait par Bergoglio, qui est analphabète en médecine et boycotte cependant tous les scientifiques solides et leurs avertissements. Cela ne peut pas non plus être fait par les experts médicaux qui connaissent la vérité mais la dissimulent pour des raisons d’avantages sociaux, de carrière, de corruption ou de peur, ou qui mentent même ouvertement et sans vergogne. Même les médias traditionnels corrompus, les politiciens stipendiés ou le clergé bergoglien ne peuvent nous dire la vérité.

La vaccination obligatoire peut aujourd’hui être qualifiée de crime contre l’humanité le plus grave ! Chaque Chrétien doit résister au système génocidaire de la vaccination, tant qu’il en a le temps. Une fois le mécanisme déclenché, il ne restera plus que deux options : soit être le témoin de Satan, soit le témoin du Christ.

Quiconque reçoit le vaccin est régi par un système soutenu par les élites du Nouvel Ordre Mondial au service de Satan. On se libère ainsi de la subordination à Dieu et de Sa protection. Ce qui suit est une souffrance physique et mentale désespérée causée par le vaccin, la mort via le dépeuplement, et l’étang de feu après la mort. Ceux qui résisteront et rejetteront le vaccin, malgré les menaces de persécution, resteront sous la domination de Dieu. Dieu les protégera ou leur donnera le privilège du martyre. Après la mort, ils recevront la couronne de gloire éternelle.

Dix « NON » contre le vaccin à ARNm (ARN messager)
  1. Ce vaccin n’est pas passé par la durée habituelle des tests.
  2. Le vaccin à ARNm modifie le génome humain.
  3. C’est un outil de puçage, qui transforme l’humain en robot biologique.
  4. En essence, ce n’est pas un véritable vaccin.
  5. Ce soi-disant vaccin est un instrument de génocide ou de dépopulation, comme l’a admis Gates.
  6. Le vaccin à ARNm est mis en œuvre sous une pression criminelle.
  7. On empêche les véritables experts de mettre en garde contre les dangers d’une telle vaccination.
  8. Le vaccin contre le Covid-19 est inefficace car le virus mute, et n’a jamais été isolé.
  9. On empêche les malades de recevoir les médicaments efficaces, et les personnes en bonne santé sont obligées de se faire vacciner.
  10. La nanopuce contenue dans le vaccin – la marque de la bête – signifie la perte du libre-arbitre et donc, l’incapacité de se repentir. La Bible avertit que la punition pour cela est l’étang de feu !

Conclusion : les vrais experts, mais aussi la raison, la conscience et la Parole de Dieu, mettent fortement en garde contre ce dangereux vaccin à ARNm ! Le Patriarcat Catholique Byzantin, au nom et en l’autorité du Dieu trinitaire, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, met en garde contre cet auto-génocide vaccinal. Dans le même temps, ce Patriarcat oblige, par la présente, tous les Chrétiens et les personnes de bonne volonté, tant devant Dieu qu’en leur conscience, à offrir une résistance unifiée et catégorique.

+ Élie Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

+ Méthode OSBMr              + Timothée OSBMr

Le Patriarcat Catholique Byzantin (PCB) est une communauté de moines, de prêtres et d’évêques vivant dans des monastères. Le PCB est dirigé par le patriarche Élie, en collaboration avec deux évêques secrétaires, Timothée et Méthode. Ce patriarcat est né de la nécessité de défendre les vérités chrétiennes fondamentales contre les hérésies et l’apostasie. Le PCB ne reconnaît pas le pseudo-pape Bergoglio, et ne lui est pas subordonné.

Résistance !

Chers amis,

Le mouvement transhumanisme en est à ses balbutiements. Ces fous de milliardaires pensent que nous allons devenir leurs esclaves. Non, nous devons entrer en résistance ! S’ils veulent nous chasser de leur empire de la folie, qu’ils le fassent ! Nous investirons les campagnes, les montagnes, les marais, les déserts pour y construire des villages avec les quelques ressources naturelles que nous trouverons.

Nous n’avons pas besoin de leur argent. S’ils souhaitent que la monnaie devienne numérique, c’est leur problème, pas le notre ! Ils oublient que nous sommes des centaines de millions à ne pas vouloir de leur société décadente et corrompue muée par la technologie oppressive.

Tout d’abord, n’acceptons pas de nous faire injecter des produits qui ne soient ni fiables, ni contrôlés par des laboratoires indépendants. Nous ne sommes pas des animaux et même les animaux devraient être mieux traités ! Pas question de céder à leurs méthodes nazies.

Nous sommes au bord de la scission, en temps voulu, nous quitterons cette société pour bâtir la nôtre selon les traditions ancestrales. Ce sera difficile, car il faudra revenir aux lois naturelles. Mais ceci nous rendra plus forts et plus solidaires. L’artisanat doit être le fondement de cette civilisation de la résistance. Nous aurons besoin d’ouvriers et d’intellectuels. Il faudra également recréer des forges pour avoir des épées, des boucliers, des arbalètes. Il faudra former des soldats qui soient en mesure de protéger nos villes.

Comme vous l’aurez compris, nous devrons nous émanciper de cette civilisation oppressive par le retour aux traditions ancestrales. Toutefois, ces villages devront être ouverts à tous ceux qui souhaitent vivre en liberté. Il faudra réfléchir à une organisation. Chaque village aura certainement ses doyens pour assurer la cohérence de la vie collective. La sagesse doit être le pilier de ces villages. Surtout, les lois de Dieu devront être appliquées afin d’empêcher les scélérats de détruire de l’intérieur nos installations. Les lois bibliques, celles de Moïse et de Jésus, seront garantes de la Justice.

A ce jour, il s’agit d’un projet ubuesque. Toutefois, si la guerre civile devait survenir, nous serions heureux d’avoir un projet collectif pour nous émanciper de leur folie. Nous devrons apprendre à partager les biens afin que chacun puisse vivre dignement, sereinement, en paix. Les enfants devront être instruits par les plus anciens. Il faudra réfléchir à l’organisation des villages, peut-être faudra-t-il que les hommes gèrent la vie sociale et politique, tandis que les femmes s’occuperaient de l’éducation et des tâches courantes, comme autrefois.

Si nous en arrivons à devoir créer nos propres villages, c’est que les milliardaires auront fait le choix d’instaurer une dictature mondiale. Il faudra devenir excellents dans l’anti-technologie, cela signifie qu’il faudra être capable de détruire ou de reprogrammer leurs drones et leurs robots. Il faudra devenir experts dans l’art de mener une guerre d’usure, comme en Indochine et en Irak. Il faudra que leurs soldats et miliciens ne puissent pas survivre à nos méthodes de guérilla.

Ce serait triste de devoir en arriver là. Mais ne sait-on jamais avec eux ! Il faut, dès aujourd’hui, nous renseigner sur les anciennes traditions et nous préparer à vivre selon les coutumes de nos ancêtres fussent-ils juifs, chrétiens ou musulmans. La solidarité doit primer sur le reste pour être en mesure de résister à l’extérieur.

Espérons que les gouvernements reviennent à la normalité afin de ne pas avoir à nous émanciper. Mon Dieu, priez pour nous et puissiez-vous nous éviter ce fléau !

Dieu vous bénisse abondamment.

Le 9 mars 2021

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/03/resistance.pdf

 

2020 : un plan politique machiavélique

Chers amis,

Je reprends la plume pour rédiger le plan politique qui est en train de se dérouler sous nos yeux. Il s’agit d’un schéma de 12 points. Voici une brève explication de celui-ci.

1) Apparition d’un virus
Un virus très contagieux quelconque devait émerger. Il a pu être créé en laboratoire ou non. Finalement, peu importe.

2) Pandémie
Ce virus a créé la pandémie que nous connaissons.

3) Usure du service public hospitalier
Les financements du service public hospitalier sont de plus en plus restreints au fil des années. Par conséquent, le nombre de lits en service de réanimation a fortement diminué.

4) Instauration de l’état d’urgence sanitaire
Les gouvernements ont instauré dans la plupart des pays l’état d’urgence sanitaire. Ce point est très important puisqu’il permet de mettre en œuvre le plan politique.

5) Confinements interminables
Plusieurs confinements ont été instaurés depuis mars 2020. Ces méthodes ancestrales qui se sont avérées inefficaces pour de multiples raisons ont été abolies en 1847, Des confinements généralisés engendrent l’arrêt de l’économie. Le confinement engendre également une détresse psychologique, l’arrêt des activités sportives et une préparation à la soviétisation qui entraîne l’asservissement mental de la population.

6) Dislocation de l’économie
Dans un système néo-libéral, l’économie est disloquée puisqu’elle en constitue la base. Les pays touchés s’endettent davantage. La bulle spéculative augmente considérablement, ce qui favorise à long terme une crise sans précédent, l’instauration d’une monnaie numérique et la mise en place du revenu universel pour acheter la paix sociale. La crise économique à venir pourrait engendrer une sorte de réinitialisation qui stopperait les dettes. Les propriétaires ayant acquis un bien immobilier se contenteraient de verser une location à l’État. Ce phénomène peut entraîner à tout moment leur expulsion puisque les terrains n’appartiennent plus aux individus mais à l’État ou à des multinationales.

7) Distribution de vaccins
La course aux vaccins permet d’enrichir les laboratoires et prépare la ségrégation, ce nouvel apartheid.

8) Abolition du secret médical
L’ensemble des points précédents entraîne à plus ou moins long terme l’abolition du secret médical.

C’est certainement là le but plus ou moins caché de cette politique machiavélique. En effet, le secret médical est la clé de voûte du système puisqu’il représente un rempart pour la protection de la vie privée. Sans secret médical, il n’y a plus de vie privée.

9) Privilèges pour les personnes vaccinées
Dans un tel monde communiste, les personnes vaccinées seront favorisées. Il s’agit d’un apartheid dissimulé puisque les autres, ceux qui n’acceptent pas le vaccin, sont les parias du système. Ainsi, au lieu d’apposer une étoile jaune sur le paria, on dépose un badge sur la poitrine de la personne favorisée. Le passeport vaccinal a besoin de l’abolition du secret médical.

10) Dossier médical numérique
Il s’agit de l’autre nom du passeport vaccinal. Les informations des patients sont stockées sur l’internet, à la merci des hackers. Un système informatique n’est jamais fiable à 100 %. Cela va inciter les pirates et les libertaires à investir le monde de la cybersécurité pour être en mesure d’accéder aux données des patients. Le président français tente d’empêcher ce phénomène en misant tout sur la cybersécurité en vue du dossier médical numérique.

11) Fin de la vie privée
Arrivé à ce point, la vie privée est abolie puisque les vaccinés sont contraints de donner leurs informations dans les commerces, les lieux touristiques, etc. Le système sera informé des allées et venues des citoyens-tyrannisés autrement appelés sujets. N’importe qui pourrait être la cible d’une police numérique basée sur l’intelligence artificielle. Les sujets pourraient être envoyés en centre de détention pour n’importe quel motif.

12) Dictature numérique
La dictature numérique constitue l’aboutissement du système. Chaque sujet doit montrer patte blanche et accepter de ne rien avoir à cacher. Cependant, dans un tel système, les personnes favorisées sont protégées par des autorisations numériques qui leur donne un accès à l’ensemble des données et une protection personnelle. Leur identifiant numérique correspond à un compte d’administrateur dans un monde numérique. Par conséquent, ils deviennent les maîtres d’un système qu’ils ont eux-même créés. Ils peuvent aller voir l’ensemble des dossiers de leurs sujets : accès aux données personnelles, médicales et financières.

Quelques idées pour empêcher une telle civilisation

Pour empêcher l’émergence d’une telle abomination, il faut rallier les personnes qui s’opposent à cette civilisation. Les croyants sont les meilleurs remparts contre la tyrannie numérique. Soit nous acceptons de vivre comme un esclave dans un monde diabolique, soit nous embrassons les lois de Dieu qui donnent accès à la liberté. Le combat est purement eschatologique. Il ne s’agit plus de s’enorgueillir de sa propre religion mais d’unir les croyants. Je suis persuadé que les guerres de religion font partie du passé, puisque nous devons faire face à la Bête de l’« l’Intelligence Artificielle ». Nous sommes désormais dans l’époque de l’Union sacrée.

La civilisation numérique nous fait rappeler que comme le dit l’« Apocalypse 3:14-16 » : « Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche ».

Nous pouvons penser que :
– les personnes aveuglées par le système sont des « tièdes » qui n’ont aucune opinion personnelle puisqu’ils acceptent le système tel qu’il est, même s’il est tyrannique ;
– les personnes « froides » sont celles qui sont créatrices et complices de cette dictature numérique ;
– les personnes « chaudes » sont celles qui œuvrent pour la gloire de Dieu afin de précipiter la chute de la civilisation de la Bête.

A quel camp appartenons-nous ?

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/02/plan_politique_machiavelique_2020.pdf

Le maître de cérémonie

le_maitre_de_ceremonie_conte_business_multinationale_patron_argent_monstre

L’homme qui était en face de moi portait un costume impeccable. Son élégante cravate, parfaitement centrée sur la chemise de grande qualité, ainsi que sa coiffure lui donnaient un aspect soigné. Pas un cheveu ne dépassait d’un côté ou de l’autre. Sa peau semblait ne pas connaître les turpitudes du rasoir, puisque tout y était lisse. Un parfum délicat formait une espèce d’aura, autour de lui. La montre de grande marque rivée à son poignet finissait de l’embellir. Une bague en or faisait l’effet de la cerise sur le gâteau. Cet homme était assurément redoutable, de par sa puissance financière.

De ce que j’en avais appris, il pouvait faire la pluie et le beau temps simplement en claquant des doigts. Sa colossale fortune ainsi que son aspect grandiose l’élevait au-dessus du lot de l’humanité. J’avais le sentiment que son argent lui aurait permis de s’asseoir sur un trône à la fois majestueux et étincelant.

Il me salua brièvement de l’index de la main droite avant d’entamer la conversation. Ses propos étaient parfaitement cohérents. Sa voix sensuelle, tout en étant grave, me rassurait. Cet homme était à la tête d’un véritable empire. Il rayonnait dans la splendeur, celle qu’il s’était érigée par et pour lui-même. Au premier abord, la haute estime qu’il se portait n’entachait nullement son élégance.

L’espace d’un instant, je ressentis un malaise sous-jacent, avant de penser que cet homme-là pouvait incarner la beauté cruelle. Je voyais défiler, d’un côté ou de l’autre, des millions de dollars au rythme de son souffle. Il ôtait le pain de la bouche des miséreux qui se trouvaient écrasés par le poids du chômage, impuissants qu’ils étaient, après avoir découvert que le président de leur usine souhaitait faire fructifier ses bénéfices dans un pays offrant une main d’œuvre beaucoup plus soumise, docile et surtout moins payée. Il me paraissait maintenant évident que la faim dans le monde ne concernait nullement cet homme, la puissance et la gloire étant ses deux véritables et uniques joyaux. Ce faux roi était l’esclave des tourments qu’il faisait s’abattre sur le monde. Il conservait, malgré cela, un délicat sourire posé sur des lèvres parfaites.

Un malaise plus profond me serra les entrailles. Pendant que je me frottai les yeux pour ne pas défaillir, j’avais l’intuition que j’allais percevoir cet individu sous son vrai jour. Ceci me semblait incohérent avant qu’une illumination soudaine ne me fasse comprendre que j’allais bientôt voir apparaître le siège du cœur, c’est-à-dire l’âme, de cet épouvantail. Je sentis une odeur de putréfaction qui me souleva l’estomac. Une toux sévère s’empara de moi, cela m’obligea à ouvrir les yeux pour découvrir un affreux spectacle. Les murs de la pièce étaient désormais noirs comme le charbon. Les baies vitrées du bureau s’opacifièrent pour se transformer en d’affreuses pierres de couleur sombre. La lumière du jour céda la place à une faible luminosité. Quelques bougeoirs éclairaient désormais la pièce. Je vis alors une forme grossière trôner sur un siège de bois chancelant. Des mouches volaient autour de la funeste ombre dans un bruit infernal. Je dus reculer d’un pas vacillant avant de me reprendre.

J’avançai alors intrépidement en direction de l’étrange forme. Je vis dans la pénombre un être nauséabond au ventre proéminent. Son visage outrageusement boursouflé m’horrifia. Ses lèvres grossières dévoilèrent des dents pourries ou tout au mieux noircies par le restant d’une grave maladie. Sa main droite couverte de moisissures se posa sur une joue infestée de poils rêches et parsemée d’un liquide visqueux ressemblant à de la chair en putréfaction. Les paupières gonflées de la bête étaient surmontées de sourcils noirs broussailleux et difformes. À la vision de la peau de ce monstre, corrompue et noirâtre comme un tapis d’excréments bovins, je crus défaillir. Sa tunique en toile de jute me fit penser à un sac de pommes de terre éventré.

La chose souleva un coin de la bouche, ce que je t’interprétai comme un affreux rictus. Une langue gonflée et noirâtre jaillit de cet orifice difforme. Une bruyante éructation diffusa une odeur pestilentielle dans la pièce. Après le méfait, le monstre se mit à rire d’une voix rauque pendant que son ventre se soulevait à la manière d’une gélatine dégoulinante. Saisi d’une peur mortelle, je fermai de nouveau les yeux pour ne pas m’évanouir.

Je savais maintenant que j’avais vu l’âme de cet individu classieux. J’avais-là, devant moi, la flagrante horreur de son être. Je compris soudainement que sa véritable personnalité, pestilentielle et grossière, était cachée derrière un masque d’élégance et de politesse. Sa lourdeur intérieure, aussi imposante que la somme des richesses accumulées le long de sa glorieuse vie, me sauta spontanément aux yeux. La beauté superficielle de cet être se révélait être le pire des cauchemars pour ceux qui devaient supporter la monstruosité de ce caractère. Je ne souhaitais plus percevoir cette chose répugnante. J’éprouvais finalement de la honte pour cet être abject. Je pris conscience de la joie d’être né de parents pauvres, parce que c’était-là une grande richesse.

Je pardonnai intérieurement cet homme horrifiant avant de rouvrir les yeux. Je vis de nouveau l’homme impérial, le maître de cérémonie, celui qui m’avait froidement accueilli dans son immense bureau après m’avoir fait patienter de longues années. Je devais signer ce jour le contrat qui allait définitivement transformer ma vie de jeune entrepreneur. Je lançai soudainement le plus beau des sourires à cet homme. Je balançai le bras dans sa direction en ricanant nerveusement avant de me lever de cette chaise trop usante pour les reins. Je marchai en direction de la porte sans me retourner. J’entendis alors l’homme me dire d’un ton infect que je ne réussirai jamais dans les affaires. Je me retournai pour le regarder quelques instants avant de lui rétorquer « Dieu m’en garde ». J’ouvris la porte et sortis avant de la claquer violemment derrière moi.

Je me retrouvai bientôt sur le pas de l’immeuble à la façade marbrée. Le ciel était bleu, il faisait doux et les oiseaux chantaient. Une vie nouvelle s’ouvrait à moi. Je sortis de ma poche tout le fatras commercial accumulé pendant de longues années avant de le jeter, sans aucune hésitation, dans la première poubelle venue. Je ne voulais surtout pas pourrir de l’intérieur. Je pris conscience de ma liberté. Ce fut le plus beau moment de ma vie.

(Extrait du livre « De la Gnose au Transhumanisme »)

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2017/11/le_maitre_de_ceremonie.pdf

 

Ils n’ont qu’à quémander quelques morceaux de pain

Chers amis,

Je publie un petit poème, à prendre au second degré, pour réfléchir sur notre civilisation qui a perdu tous ses repères d’antan.

Dieu vous garde en ces temps troublés.

J’adore Dieu de tout mon cœur et de toute mon âme,
Cette civilisation déteste la vie, Dame,
Les héros du passé mourraient en liberté,
Aujourd’hui, ils veulent vraiment tous nous vacciner,

Jésus nous a dit aimez-vous les uns les autres,
Aujourd’hui, vous ne devez plus voir les vôtres,
Vous devez tout simplement mourir en silence,
Pendant que s’esclaffent les magnats de la finance,

Alors, qu’est-ce que la transition écologique,
Sinon, Ma Dame, une grossière erreur de logique,
Ils puisent toujours dans les ressources naturelles,
Et ce n’est certainement pas accidentel,

Dieu a créé par pur amour notre planète,
Pendant que certains hommes agissent comme des bêtes,
Oh ! Même un animal sauvage est moins cruel,
Du haut de l’horloge, ils bénissent la truelle,

Les martyrs de l’Église mourraient pour leur croyance,
Aujourd’hui, nombreux ceux aimant la voyance,
Devenus aveugles au vrai, au beau et au bien,
Beaucoup meurent, hélas, Dame, isolés et sans rien,

Les inepties de ceux qui se disent gouvernants,
Annoncent un très grand et très dangereux tournant,
Prétextant une sévère crise sanitaire,
Ils font perdre à la majorité les repères,

Laissez mourir, disent-ils, les vieux dans les Ehpad,
Nous allons, quant à nous, nous faire une bonne brandade,
Que les jeunes trouvent un moyen de se suicider,
Nous allons, quant à nous, maintenant déjeuner,

Même le pire des barbare aurait de la pitié,
Ces gens-là prennent leur or pour le compter,
Et Manuel apprécie les bons macarons,
Aux flammes de la cité, Dame, il fait le dos rond,

En se tamponnant délicatement la bouche,
Afin de proférer quelques escarmouches,
Il s’esclaffe et dit, allons, si les jeunes ont faim,
Ils n’ont qu’à quémander quelques morceaux de pain,

Si une petite guerre civile lui était contée,
Et que les gueux et autres derniers de cordées,
S’étaient volontairement jetés dans le Rhône,
Il rigolerait, vêtu de son gilet, jaune,

Avec le temps, ma plume est devenue acide,
Cependant, nous devons toujours rester lucides,
Je garde la foi, l’espérance et la charité,
Les méchants n’auront pas toujours droit de cité,

Sur le Titanic, Oh, même les milliardaires,
Ont perdu, Ma Dame, la plupart de leurs repères,
Les proverbes disent l’argent ne fait pas le bonheur,
Même un homme fortuné rend l’âme à son heure,

La France, de nos jours, Dame, est dans un triste état,
Le manque d’amour, hélas, nous met dans l’embarras,
Nous devrions, pour leur plaire, être des cyborgs,
Ils voudraient tant, ainsi, nous jeter par bâbord,

Cachez ces gens, disent-ils, que nous ne saurions voir,
Qu’ils restent enfermés à jamais dans leurs mouroirs,
Les cafés, les bars, les restaurants sont futiles,
La vie sociale est devenue inutile,

Faites-vous vacciner, disent-ils, quoi qu’il en coûte,
Le bétail humain vaut moins qu’une pauvre croûte,
S’il en meurt un, c’est chagrin, s’il en meurt mille,
Ils verseront quelques larmes de crocodile,

Sans amour, Dame, l’homme se transforme en tyran,
Comparable à un policier vociférant,
Lorsque le monde méprise la charité,
Il faut s’attendre à l’apparition de charniers,

Si les robots obéissent à des algorithmes,
Les hommes ont besoin d’avoir leur propre rythme,
Les os, Dame, ne se transforment pas en boulon,
Ils voudraient nous recouvrir de plumes et goudron,

J’espère que ce poème vous fait tressaillir,
C’est nécessaire si vous voulez ressortir,
Si Jésus-Christ, homme et Dieu, nous a tant aimé,
Ses ennemis, dans leur main, souhaitent nous briser,

Ils aiment tant l’argent à notre détriment,
Utilisent le prêt à intérêt en souillant,
Malgré ces dures paroles, je les pardonne,
Il vaut mieux que je me perfectionne,

Le chrétien est bon, doux et charitable,
L’amour de Dieu, Dame, est inestimable,
Il vaut mieux être prudent, veiller et prier,
Car on ne sait jamais ce qui peut arriver.

Le 10 février 2021

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/02/poeme_pour_2021.pdf

La prophétie de l’abbé Jacques-Ignace Simonis

Chers amis,

Je cite un extrait d’une lettre qui a été reçue par « la Maison de la Bonne Presse », aux alentours de 1893, suite à la publication du « Catéchisme en images » du père Vincent de Paul Bailly. Elle émane d’un prêtre d’Alsace, député au Reichstag allemand, le vaillant abbé Jacques-Ignace Simonis (1831-1903), dont le coup d’œil a toujours été si juste dans les affaires politiques.

Cette lettre est prophétique à bien des égards puisqu’elle annonce les deux grandes guerres. Il annonce, vingt ans auparavant, les atrocités de la première et, cinquante ans avant, les horreurs du communisme et du nazisme.

Toutefois, sa prophétie semble également décrire notre siècle avec davantage de précisions, puisque, en 2021, la religion est totalement chassée de l’espace public, les églises sont fermées. Encore plus grave, Jésus-Christ est ouvertement haï. A chaque fois que Notre-Seigneur est chassé de l’espace public, on devrait craindre les paroles de l’abbé Simonis : « Et l’on verra alors des choses que tout homme de sens eût désiré ne jamais voir, que l’on eût crues impossibles. »

Voici l’extrait de sa lettre.

« Mon cher Pèlerin,

Je viens tardivement vous accuser réception des deux premiers tableaux du Catéchisme en images.

Je les ai reçus avec émotion, je les ai contemplés avec une reconnaissance enthousiaste.

Vous avez eu là une idée merveilleuse. Votre Catéchisme se place dignement à côté de vos autres œuvres, à côté du Pèlerin, de la Croix, de vos Pèlerinages Nationaux à Lourdes, du Pèlerinage en Terre Sainte. Vous apprenez aux hommes à chercher Jésus-Christ, vous leur apprenez à le trouver.

Votre Catéchisme fait faire un pèlerinage, ou plutôt d’innombrables pèlerinages en chambre.

Je ne sais combien de fois j’ai considéré les deux tableaux parus. Chaque fois je le fais avec une émotion nouvelle. Provisoirement, ils ornent ma chambre, ou j’ai l’occasion de les montrer aux amis qui viennent me voir. Tous en sont enchantés comme moi. Saint Augustin nous dit que nous sommes les mendiants de Dieu. La grande aumône de Dieu aux hommes, c’est Jésus-Christ.

Cette société qui chancelle sur ses bases, ces nations frémissantes à qui seuls leurs déchirements intérieurs font oublier leurs haines réciproques, la guerre sociale, toutes ces choses nous montrent la grandeur du crime qu’on a commis envers l’humanité en lui enlevant le règne de Jésus-Christ.

L’on s’étonne trop de voir enlever le crucifix des tribunaux et des écoles. Cela est logique, du moment où l’on a chassé Jésus-Christ et des institutions, et des lois, et des mœurs, et des âmes.

Mais ce qui suivra ne le sera pas moins. A la place de Jésus-Christ, on mettra ce qui a chassé et vaincu Jésus-Christ, c’est-à-dire Satan. Déjà ce remplacement se fait sous les formes les plus diverses. Un reste de pudeur empêche encore d’étaler le satanisme dans toute sa laideur. Mais ce peu de honte qui demeure encore en l’âme des persécuteurs sera bien vite passé !

Et l’on verra alors des choses que tout homme de sens eût désiré ne jamais voir, que l’on eût crues impossibles.

Ont été et seront toujours les vrais bienfaiteurs de l’humanité, ceux qui ont travaillé, ceux qui travailleront encore à lui transmettre l’aumône divine, à lui donner Jésus-Christ.

Cette vérité est la vérité palpitante de notre époque. Toutes les questions, la question sociale comme les autres, seront résolues par là.

Et en dehors de la solution que Jésus-Christ nous donne, elles sont inextricables et insolubles. Tout effort pour les résoudre ne sert qu’à les compliquer davantage.

De ce fait, Jésus-Christ est plus que jamais le Désiré des nations. Ce dont les hommes ont soif, ce ne sont ni des constitutions nouvelles, ni des progrès humanitaires, mais c’est de Jésus-Christ.

L’absence de Jésus-Christ dans la vie publique, voilà le mal de la France, le mal de l’Allemagne, le mal de l’humanité.

En présence de cet effondrement, vous grandissez votre courage et votre zèle à la hauteur des événements. »

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/01/la_prophetie_de_l_abbe_jacques_ignace_de_simonis.pdf

Le retour du Christ-Roi pour la France

Chers amis,

Les ennemis semblent triompher sur la France. Les temps s’assombrissent de jour en jour. Certains voient arriver la disparition des nations, d’autres pensent qu’une ère infernale surviendra, mais, nous, catholiques espérons et croyons que le Christ Roi retournera bientôt sur le trône de France.

Autrefois, le vice-amiral Gicquel des Touches, ancien ministre de la Marine, né le 10 avril 1818, et fervent catholique demanda l’assistance des assomptionnistes pour créer la Ligue de l’Ave Maria en 1888. Il s’agissait d’unir les âmes dans une croisade nationale de prières pour demander le salut de la France par son retour à Dieu.

Le salut de la France devait permettre la restauration chrétienne des diocèses et des paroisses ainsi que la réparation du mal qui avait été fait par la mauvaise presse et les mauvaises lois. Le chrétien s’engageait à ne jamais acheter ni lire, sans de graves raisons, une publication qui attaque la religion ou la morale et travailler à détourner les autres de la mauvaises lectures et à répandre la bonne presse.

Le père Vincent de Paul Bailly disait ceci : « le grand adversaire de notre œuvre, c’est le cadenas que nous pose Satan sur les lèvres en nous disant : Il faut ne pas oser parler du journal de Notre-Seigneur. C’est juste l’inverse du non possumus non loqui, soit en français nous ne pouvons pas ne pas parler. »

La Ligue de l’Ave Maria publia en 1942 un texte à propos de la peste, texte combien édifiant pour 2021 :

« La peste règne au milieu de nous. On a maintes fois décrit les horreurs de la peste. L’histoire de ce fléau traversant les siècles nous glace d’épouvante. Or, la peste règne au milieu de nous, elle a même cela de plus cruel que l’ancienne qu’elle tue les âmes, plus nobles que le corps, et cause des morts éternelles.

Cette corruption menace les pauvres enfants sans défense assaillis par les journaux immondes, conduits aux écoles sans prières, sans espérances.

Si nous avions une foi vive, la terreur d’un si grand mal ne nous inspirerait-elle pas les sentiments les plus héroïques ?

Comprend-on qu’en présence du fléau qui sévit, les vrais chrétiens puissent encore s’amuser aux folies mondaines ? Le deuil devrait être la parure des femmes, et le combat par la parole, par l’exemple, l’occupation des hommes de cœur. »

Il semble évident, en ce 28 janvier 2021, que les tyrans de la finance souhaitent anéantir tout ce qui reste de la foi chrétienne pour imposer un monde inique dirigé par une technologie totalitaire. La société imposerait la distanciation sociale, détruirait les acquis sociaux et encouragerait la mort, le suicide des « inutiles ». Il s’agit d’une forme de nazisme larvée qui est moins virulente mais bien plus terrible parce qu’elle tue à petit-feu en détruisant la foi, l’espérance et la charité.

Dans cette nouvelle ère, le peuple serait constitué d’une grande partie de surnuméraires. Ceux qui accepteraient de rejoindre la caste des maîtres seraient inclus dans une grande confrérie dirigée par l’impiété et la cruauté vis-à-vis de la masse. L’ascenseur social n’existerait plus en tant que tel puisque le revenu universel, remplaçant la totalité des anciennes aides sociales, serait le seul pain du peuple avec l’Internet, ses jeux et son streaming.

Il a été prophétisé que la France tomberait bien bas et qu’il ne resterait rien de son passé élogieux. Nous serons confrontés au chaos engendré par les mauvaises décisions de ceux qui gouvernent les nations. Pour arrêter la guerre civile, nous devrons imposer les Lois du Christ-Roi : « tu aimerais Dieu de toute ton âme, de tout ton cœur et tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

D’un point de vue religieux, pour que les fidèles retrouvent la foi, l’espérance et la charité, il faudra rétablir les diocèses et les paroisses, encourager la reconstitution des Congrégations, ouvrir quotidiennement les églises et donner des Messes quotidiennes dans l’esprit d’antan qui édifie tant les âmes en mettant en valeur la beauté de Dieu par les prières, les chants et le décor.

D’un point de vue politique, il faudra encourager la morale et l’équité pour rétablir l’égalité et la justice. Repérer les personnes de bonne volonté et leur confier des postes stratégiques reviendrait à nommer des ministres sincères et réellement serviteurs du peuple.

La foi en Jésus-Christ est salvatrice, source de bonheur, de paix et de prospérité. De la même manière, la France doit retourner aux lois qui l’ont bâtie pour que la civilisation puisse être sauvée et retourner sur la barque du Salut.

La tourmente arrive pour exalter notre foi et aiguiser notre vertu. Louons le Seigneur !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/01/le_retour_du_christ_roi_pour_la_france.pdf

Réflexions sur les temps actuels

Chers amis,

Je reprends la plume pour rédiger quelques réflexions sur les temps actuels.

Oh, comme la France catholique fut glorieuse autrefois ! E. Lacoste explique dans son ouvrage de 1912 dédie au père Vincent de Paul Bailly, créateur du journal la Croix, une vérité qui est valable pour 2021.

Je cite E. Lacoste, à la page 92, à propos des Congrégations :

« En 1895, le gouvernement persécuteur s’y prit autrement. Plus de ces violences qui concilient la sympathie aux victimes en les rendant populaires. Mieux valait les supprimer sans bruit ».

Ensuite, à la page 93 :

« On avait inventé contre les Congrégations divers articles de lois de finances restés plus ou moins à l’état de lettre morte. On résolut de les rendre applicables par de savantes combinaisons qui permettrait d’accabler les Congrégations d’impôts spéciaux, dans l’espoir de leur couper les vivres et de les empêcher de subsister. Ce système avait, outre son efficacité certaine, le grand avantage d’atteindre les communautés de femmes aussi bien que les communautés d’hommes.

Ces exactions devaient à bref délai tuer toutes les Congrégations, même les plus fortunées. »

E. Lacoste nous explique que le père Vincent de Paul Bailly alla voir son supérieur, le père Picard, qui était à l’article de la mort.

Je cite, à la page 93 :

« Il obtint de voir un moment le P. Picard étendu dans son lit. Celui-ci lui dit :

– Cette loi est le commencement de la fin, non seulement contre les religieux, mais contre le clergé. Il est de notre devoir, tant que Rome n’aura rien dit, de la combattre quotidiennement de toutes nos forces. Ne craignez pas de faire l’opinion pour la résistance.

Le P. Bailly, fort de cette parole, entra aussitôt en campagne, et on peut dire qu’il la mena brillamment. Le mot résistance fut le cri spontané de la France catholique, la ligne de conduite de toutes les communautés soutenues et encouragées d’abord par l’unanimité de l’épiscopat, et la loi d’oppression resta lettre mort durant quelques mois. …/… Mais, à part ce dissentiment qui jeta quelque désarroi, les autres Congrégations, sur toute la surface du pays, refusèrent de payer un impôt d’exception, au nom même de l’égalité de tous les citoyens devant la loi. L’honneur, autant que les principes, semblait du rester ordonner la résistance à une exaction odieuse.

La Croix résumait sa pensée dans une formule topique qu’elle publiait tous les jours en gros caractères :

Nous payerons le timbre-poste 30 centimes s’il le faut, au lieu de 15 centimes, si tout le monde paye ainsi ; mais nous refusons de payer le timbre-poste 16 centimes si les autres citoyens le payent 15 centimes. Nous ne voulons pas admettre que le dévouement nous prive de l’égalité devant l’impôt que nous garantissent les Droits de l’homme et la Constitution. »

Les Congrégations ont été frappées par la loi des association de 1901 et finalement anéanties par celle de 1905. Revenons maintenant en 2021.

Quel est le rapport avec les Congrégations et les citoyens de notre époque ?

Les tyrans contemporains ne veulent pas de violences, parce qu’elles créent des martyrs et leur mémoire fait ériger des mausolées. L’Église est née de la persécution des empereurs envers les chrétiens. Les tyrans de la finance apatride internationale, qui tiennent le monde par leurs milliards, souhaitent détruire lentement les surnuméraires que nous sommes.

La crainte du virus rend l’autre terrifiant, ainsi la notion de « prochain » dans « tu aimerais ton prochain comme toi-même » s’efface devant la peur.

La distanciation sociale couplée à l’incapacité de discerner l’ennemi rend impossible toute tentative de révolte citoyenne. Au temps du nazisme, il était facile de détecter les tyrans à la croix gammée. Le temps des partisans et des maquisards est révolu.

La fin des loisirs annonce une période laborieuse et sinistre. Une certaine rigueur janséniste est en train de se dessiner. La modération ne sera pas chrétienne mais malthusienne. L’angoisse tente d’effacer la joie chrétienne.

Les tyrans contemporains espèrent que les suicides augmenteront lors des prochaines années, car la guerre qu’ils mènent contre le peuple est spirituelle. Ils favorisent toutes sortes de théories, plus farfelues les unes que les autres, pour que les petites gens évitent de réfléchir aux causes du mal.

Une guerre larvée est longue et difficile parce qu’elle est silencieuse. Au temps des martyrs de Rome, au temps des nazis, au temps des staliniens, il était aisé de pointer du doigt les ennemis et leurs hérésies. Mais, aujourd’hui, il est impossible de montrer au grand jour les erreurs, surtout quand on risque d’être taxé de « complotiste ». Pourtant, il faudrait effacer de sa mémoire les deux dernières guerres mondiales pour oublier que l’histoire est faite de politique : Hitler, Lénine, Staline et les autres en sont la preuve.

Les tyrans misent sur une nouvelle ère numérique où les gens simples se retrouvent isolés et financés par le revenu universel. Acheter le silence par la corruption est simple. La population vivant au rythme d’un communisme technologique pensera être libre et heureuse, tandis que ceux qui possèdent les compétences demandées s’enrichiront outrageusement.

Pour sortir de cet enfer, il faut se souvenir des Évangiles et obéir aux lois divines. Les dix commandements sont déjà un excellent début. Il faudrait toutefois y rajouter ceux du Christ : « tu aimeras Dieu de toute âme, de tout cœur et tu aimeras ton prochain comme toi-même ». La charité est la plus grande loi. La liberté ne sera pas conquise par la violence mais par la charité. Lorsque l’homme fera tomber son masque, osera briser son orgueil et sa crainte pour rencontrer son prochain, le monde sera presque sauvé, s’il se souvient encore de Dieu et de ses commandements d’amour.

L’article est court, toutefois, il est largement suffisant pour organiser une réflexion. Appropriez-vous le et faites en quelque chose. Dieu vous garde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2021/01/reflexions_sur_les_temps_actuels.pdf

Acte de contrition

Chers amis,

« Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir”. Et le père leur partagea son avoir. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout réalisé, partit pour un pays lointain et il y dilapida son bien dans une vie de désordre. Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans l’indigence. Il alla se mettre au service d’un des citoyens de ce pays qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre des gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait. Rentrant alors en lui-même, il se dit : « Combien d’ouvriers de mon père ont du pain de reste, tandis que moi, ici, je meurs de faim ! » Je vais aller vers mon père et je lui dirai : « Père, j’ai péché envers le ciel et contre vous. Je ne mérite plus d’être appelé votre fils. Traitez-moi comme un de vos ouvriers ». Il alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut pris de pitié : il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : « Père, j’ai péché envers le ciel et contre vous. Je ne mérite plus d’être appelé votre fils… » Mais le père dit à ses serviteurs : « Vite, apportez la plus belle robe, et habillez-le ; mettez-lui un anneau au doigt, des sandales aux pieds. Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé ».

Il est temps de faire une pause. Il vaut mieux retrouver le chemin de l’Église. Je laisse ce blog ouvert. J’y reviendrai certainement, mais, comme tout a été dit et répété mille fois, l’esprit de péché est de partout. L’esprit du monde souhaite notre corruption. La colère va s’emparer de notre pays. Les lois vont se durcir. Le revenu universel sera instauré. La vie virtuelle prendra le relais sur le chaos.

Pour ma part, je préfère ne pas participer à tout ceci. En cette terrible année 2020, nous sommes fragiles, et moi le premier, parce qu’il n’y a plus de sermon, de confession et de messes. La colère risque de nous égarer à chacun de nos pas. C’est finalement ce que souhaite le système. Par conséquent, il vaut mieux que je me retire de la vie publique, pour méditer et prier sur de beaux livres et rompre avec le système.

Je vous invite à lire ou relire ce magnifique catéchisme de 1947 : https://saintmichelarchange.wordpress.com/2015/10/23/resistance-chretienne-catechisme-de-1947/

Voici mon acte de contrition :

« Mon Dieu, j’ai un très grand regret de vous avoir offensé parce que vous êtes infiniment bon et que le péché vous déplaît. Je prends la ferme résolution, avec le secours de votre sainte grâce, de ne plus vous offenser et de faire pénitence. »

Soyons prudents.

A bientôt.

Dieu vous garde en ces temps d’affliction.

Stéphane
26 avril 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/04/acte_de_contrition.pdf

Explications

Chers amis,

Je tiens à revenir rapidement sur le titre « la cruauté des riches ». Certains d’entre vous ont été choqués par celui-ci. J’aurais pu le changer en « la tyrannie des puissants ». Cela aurait été plus conforme à l’esprit de notre temps et moins provocateur. Mais aurait-il été lu ?

Nous sommes dans un monde aseptisé où nous n’avons plus le droit de nous exprimer. Par conséquent, je souhaitais marquer les esprits. Je sais parfaitement que la lutte des classes mène à la dictature du prolétariat qui a conduit aux violences envers les personnes fortunées. Les goulags ont détruits des millions de vies sous l’ère stalinienne. Le système soviétique s’est écroulé : n’en parlons plus car tout a déjà été dit dans le livre noir du communisme.

Pour clarifier davantage mes idées à propos de la richesse, je reviens sur un texte publié le 10 août 2016 : « les lois morales qui sauveront la France ».

« V. Utilité sociale de la propriété individuelle et héréditaire, et de l’inégalité des biens

La propriété individuelle est éminemment utile à la société.En effet, la possibilité de s’enrichir par le fruit de ses efforts est un stimulant très puissant pour le travail. Si tous les biens appartenaient à l’État, les hommes ne travailleraient pas, ou bien on ne pourrait les faire travailler que par force.

L’hérédité de la propriété est aussi très utile. Sans l’espoir de laisser ses biens à ses enfants, l’homme s’arrêterait dans son travail quand il aurait acquis ce qui lui est nécessaire pour sa subsistance personnelle. L’accroissement du capital social serait arrêté.

Or, l’augmentation de la richesse sociale profite à tout le monde, aussi bien aux pauvres qu’aux riches. Celui qui possède des capitaux est obligé d’avoir recours aux bras du travailleur pour les faire valoir. Il existe une harmonie établie parla nature entre leurs intérêts ; le pauvre a besoin du riche et le riche a besoin du pauvre.

Tout système qui tendrait à partager également les biens, ou à gréver le libre développement de la richesse des individus, ralentirait le travail et la production et appauvrirait la société ; les plus pauvres perdraient plus par cette diminution de la richesse générale qu’ils ne gagneraient par le partage.

On peut remarquer, en outre, que l’existence de grandes fortunes facilite les grandes entreprises utiles à la société. »

« VI. Légitimité du droit de propriété

Il n’est aucune idée plus profondément gravée dans la conscience que celle du droit de propriété. Rendre à chacun ce qui lui appartient est l’idée morale la plus universelle, celle qui subsiste chez les hommes les plus grossiers et les plus pervertis sous d’autres rapports. Or, cette idée suppose qu’il y a des choses qui appartiennent à chaque homme.

À cette affirmation si claire de la conscience on peut joindre des preuves de raison.

On peut remarquer, en premier lieu, que les différents modes légitimes d’acquisition première et de transmission de la propriété que nous avons énumérés sont tous justes et raisonnables en eux-mêmes.

En second lieu, nous pouvons dire que la propriété individuelle, héréditaire et inégale est une véritable nécessité sociale, d’où il résulte encore qu’elle est juste.

Au moyen de ces arguments, il sera facile de répondre aux objections des socialistes, dont voici les principales :

1° L’inégalité des biens entre les hommes est contraire à la justice. Nous répondrons qu’elle, est juste, puisqu’elle est le fruit du travail et de l’économie.

2° Admettant que chacun profite de son travail, pourquoi les enfants de celui qui a gagné de l’argent, n’ayant rien fait eux-mêmes, seraient-ils plus favorisés que les enfants du pauvre ?

Nous répondrons que la nature elle-même porte le père à travailler pour son fils, que c’est le motif principal de son travail ; il serait injuste qu’il ne pût pas obtenir le résultat auquel il a consacré ses efforts.

3° Les pauvres, venus les derniers en ce monde, trouvent toutes les places prises, toutes les terres occupées, ils sont déshérités.

Nous répondrons que les pauvres eux-mêmes, dans la société, profitent de la richesse générale ; que les biens qu’ils envient aux riches ont été créés et acquis par le travail ; que là où ce travail n’a pas eu lieu, c’est-à-dire dans les pays encore sauvages, la pauvreté et la misère sont beaucoup plus grandes que dans les pays civilisés.

4° Il y a eu dans le cours des siècles beaucoup de propriétés acquises et transmises injustement ; la justice veut donc que les biens soient partagés de nouveau d’une manière équitable.

Nous répondrons que le nouveau partage qu’on propose serait une nouvelle injustice plus grave que les précédentes, puisque ceux qui ont acquis justement leurs biens en seraient dépouillés. Les injustices du passé sont un mal irréparable qu’il faut subir, mais qu’il faut empêcher de se reproduire, en observant de plus en plus fidèlement le respect de la propriété.

Nous pouvons donc conclure que tous les systèmes contraires au principe de la propriété sont injustes et destructifs de l’ordre social, et contraires aux vrais intérêts des hommes. Mais nous devrons reconnaître que l’inégalité des biens entre les hommes, quoique nécessaire, est souvent pénible à accepter et à supporter de la part de ceux qui sont le moins bien partagés.

Cet inconvénient ne peut être corrigé qu’en joignant à la vertu de justice, qui prescrit le respect de la propriété, la vertu de charité, qui vient en aide à ceux qui souffrent.

En outre l’idée de la vie future, dans laquelle les inégalités de ce monde seront réparées, est d’un grand secours pour remédier aux conséquences pénibles de la différence des conditions. »

Mes idées à propos de la richesse ont été clarifiées : la propriété privée est indispensable et le travail est la base de la civilisation. Mais n’oublions pas que nous sommes à l’aube d’un changement majeur. Le marché du travail sera bientôt profondément chamboulé suite à la crise économique qui va détruire de nombreuses entreprises. Les dirigeants de sociétés, ceux que l’on peut qualifier de « riches », permettent de créer de la richesse et de répartir l’argent grâce au travail. Cette notion essentielle est aujourd’hui en péril car le revenu universel comblera la défaillance de la destruction du système économique. Nous allons basculer dans un système communiste où la grande majorité survivra à l’aide des miettes que les puissants voudront bien leur jeter. Ce sera bientôt une terrible réalité.

Il faut par conséquent retourner à un système juste basé sur le travail, conformément au dogme catholique. Au lieu de répéter ce qui a déjà été dit en 2016, je vous invite à relire en intégralité le texte « les lois morales qui sauveront la France ». Cet article est issu des travaux de Paul de Broglié (1834-1895), prêtre catholique français, professeur d’apologétique à l’institut catholique de Paris.

Considérez que le texte « la cruauté des riches » était un cri de colère face à la corruption qui s’est emparée de notre société. Les systèmes de redistribution des richesses sont de moins en moins efficaces à cause du péché d’avarice. Voilà le fond de ma pensée.

Fraternellement en Jésus-Christ.

Stéphane
26 avril 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/04/explications.pdf

La grande escroquerie du confinement

Chers amis,

Je viens de tomber sur d’anciennes archives qui parlent de la barbarie de la quarantaine. Si un internaute lambda parvient à accéder à des écrits historiques, il semble inconcevable qu’un gouvernement ne sache pas le faire. A moins que celui-ci prenne sciemment de mauvaises décisions. Encore une fois, on ne tire aucune leçon du passé : c’est stupéfiant. D’autant plus qu’un journal du XIXe siècle qualifie la quarantaine de méthode arriérée !

Il faut savoir qu’une ordonnance royale a abolie la quarantaine, autre nom du confinement, le 18 août 1847 parce que cette méthode était considérée comme inutile ! Vous pourrez lire cette information dans l’extrait du journal d’Hygiène numéro 128 qui est recopié en l’état dans cet article.

L’écrivain de cette série de trois articles sur les quarantaines se nomme Léon Fournol. Il était docteur de la Faculté de Paris, ex-interne des hôpitaux, médaille d’honneur de l’Assistance publique et médaille de vermeil du ministère de l’Intérieur. Nous n’avons donc pas à faire à un rigolo de kermesse, à un inculte élu ou à un insignifiant sinistre de la santé. Au XIXe siècle, nos ancêtres n’étaient pas si bêtes, le jeu de mot est offert.

Je n’ai pas pu retrouver l’archive du journal d’hygiène du 1er octobre 1875 rédigé par le Dr Frémond qui résume l’article du Dr Fournol. Ce n’est pas très grave car ce bon docteur nous a transmis les informations nécessaires à la bonne compréhension de l’inutilité du confinement.

Extrait du Journal d’hygiène, 5e année, 4e volume, numéro 127, 27 février 1879

Paris, ce 27 Février 1879.

Les Quarantaines.

L’épidémie meurtrière de fièvre jaune qui a désolé l’Amérique et le Sénégal, et plus récemment l’apparition de la peste dans la province d’Astrakan, ont donné aux questions d’isolement, aux quarantaines, aux lazarets, une triste actualité. Dans un précédent numéro du Journal, nous avons promis un long extrait du mémoire sur les quarantaines, présenté à la Commission d’enquête des États-Unis qui poursuit en ce moment à Washington les travaux commencés par le Congrès d’hygiène de Richmond (1).

Cette étude consciencieuse suit pas à pas la marche des épidémies les plus meurtrières, choléra, peste, fièvre jaune, et dans ce passage rapide à travers l’histoire de la santé publique, pendant huit siècles, on trouve sans cesse la trace profonde des efforts tentés à toutes les époques pour enrayer la marche des fléaux, efforts ayant presque toujours abouti à des résultats désastreux, à des lois de séquestrations épouvantables sans aucun bénéfice pour la santé des peuples et que la civilisation moderne éclairée par les progrès de la science tend à rayer de ses codes. La quarantaine fait partie de l’ensemble des mesures et des règlements qui constituent le système sanitaire, ayant pour objet de prévenir le développement et d’empêcher la propagation des maladies réputées pestilentielles, système basé sur la croyance que ces maladies se propagent par contagion.

On appelle quarantaine le temps pendant lequel les voyageurs ou les marchandises, provenant d’un pays où règne une maladie dite contagieuse, restent en observation, complètement isolés et séparés de la population saine. On pensait autrefois que la période de quarante jours était absolument nécessaire pour conjurer le danger. Aujourd’hui le mot est passé dans le langage usuel et signifie le temps quelconque pendant lequel les hommes ou les objets suspects restent isolés.

C’est à Venise, en 1127, que cette mesure fut prise pour la première fois contre les voyageurs venant de l’Orient où la peste sévissait; on les interna pendant quarante jours dans un couvent, et ce n’est qu’après cette longue réclusion qu’ils furent admis dans la ville. Ce n’est que deux siècles plus tard que l’on trouve la première organisation des lazarets. Déjà le 17 janvier 1374, le Vicomte Barnabo avait ordonné l’isolement des malades dans leurs navires au large de la côte. En 1383, tous les gouvernements interdirent l’entrée des voyageurs venant d’un pays infecté, sous peine de mort. Malgré toutes ces ordonnances la peste sévissait toujours. Au commencement du XVe siècle, on institua à Venise un conseil de santé chargé spécialement de combattre la peste; il rendit plus sévères encore les ordonnances quarantenaires, mais cette nouvelle mesure fut suivie d’une telle épidémie de peste, que beaucoup de malheureux cherchèrent dans le suicide le seul moyen d’échapper aux horreurs de la peste et de la quarantaine.

Enfin, en 1403, on créa à Venise deux hôpitaux de pestiférés dans deux îles éloignées de la cité, dont l’une appartenant aux Pères Augustins et nommée Sainte-Marie-de-Nazareth, d’où est venu par corruption le nom de Lazaret donné à ce genre de refuge. Ces dates précises sont en désaccord avec l’opinion émise par M. Michel Lévy dans son Traité d’hygiène. « Les lazarets, dit-il, ont été fondés au temps des croisades, sous l’invocation de saint Lazare ; plus tard, ils servirent de prison aux voyageurs suspects de contagion. » Nous ferons remarquer que les croisades se sont faites de 1095 à 1268.

Les patentes ou lettres de santé furent demandées pour la première fois à Venise, environ cinquante ans après la création des lazarets ; elles devinrent obligatoires en Angleterre en 1636 ; elles consistaient en certificats émanant du gouverneur du port de départ, sur lesquels l’état sanitaire était distingué en pur ou impur; (clean or foul), ce que nous appelons en France patente nette ou patente brute. En cas de patente brute, la période quarantenaire était fixée à quarante jours, mais si pendant ce temps une nouvelle maladie était constatée dans l’équipage, les autorités compétentes pouvaient prolonger la quarantaine aussi loin qu’ils l’entendaient.

La première quarantaine en Angleterre avait été instituée en 1348 à Gloucester pendant une peste qui, après avoir ravagé la Chine, le littoral de l’Afrique et l’Europe, s’abattit sur Bristol. Toute communication fut interdite avec cette ville, et l’on pensa échapper ainsi au fléau. Ces efforts demeurèrent absolument inutiles ; la peste atteignit Gloucester, Londres, Oxford et s’étendit à toute la contrée. Les autres villes anglaises suivirent l’exemple donné ; les municipalités édictèrent des ordonnances indépendantes de toute loi générale qui, légèrement modifiées suivant les circonstances, furent en vigueur jusqu’en 1603. Le 30 juillet, le Conseil privé du roi fit sortir des ordonnances infligeant aux habitants des maisons infestées, dans les villes ou les campagnes, une séquestration de six semaines, « sous peine d’être fouettés comme vagabonds.» Toute personne convaincue d’avoir été visiter un malade était accusée de félonie.

En 1605, la peste ayant sévi de nouveau, toutes les maisons ayant eu un mort ou un malade convalescent furent fermées un mois en sus de la quarantaine préalable, un gardien était placé nuit et jour à la porte pour éloigner les visiteurs, et on y affichait un placard portant ces mots : « Seigneur, ayez pitié de nous ! »

De Foë, dans son Histoire de la peste de Londres en 1665, assure que les horreurs de la quarantaine égalaient celles de la peste. Il cite à l’appui un exemple terrible : Une famille nombreuse fut soumise pendant quarante jours à une séquestration absolue à cause d’une servante qui tomba malade; le manque d’air, la crainte, la colère, l’ennui firent tant que la maîtresse de la maison fut prise de fièvre. Des visiteurs affirmèrent qu’il y avait là un cas de peste, un médecin nia le fait. Cependant la famille fut soumise à une nouvelle quarantaine, il lui restait encore cinq jours pour arriver au bout de la première. Cette vexation nouvelle et la privation d’air pur, la prolongation exagérée du confinement, le manque d’aliments sains, toutes ces causes amenèrent l’infection de toute la maison, tous les malheureux habitants tombèrent malades l’un après l’autre et succombèrent, aucun ne fut atteint de la peste, on peut affirmer qu’ils furent tués par la mesure barbare qui avait été imaginée pour les garantir du fléau. Pour éviter cet emprisonnement odieux, on avait recours à tous les moyens possibles pour cacher les décès. On put constater alors une véritable épidémie de suicides. La France, la Hollande, l’Espagne, le Portugal et toutes les puissances maritimes de l’Europe suivirent cet exemple funeste, et la peste devint plus meurtrière, aidée incontestablement par les quarantaines.

Lire la suite

La cruauté des riches

Chers amis,

Je reprends la plume pour parler de la gravité de la situation dans laquelle nous nous trouvons. La crise sanitaire nous éloigne un peu plus chaque jour de la véritable foi. Les médias sont forts pour nous enfermer dans un sentiment de colère. Ils excitent en nous les plus bas instincts parce que ce sont des pervers amoureux du mensonge. Ils vivent aux ordres de ceux qui les dirigent, telles des marionnettes absurdes.

Les péchés mortels sont présentés comme la meilleure forme de divertissement. Vous voulez tromper votre épouse ? Faites-le. Vous voulez avorter de votre enfant ? C’est merveilleux. Vous voulez vous droguer ? Allez-y. Vous travaillez au noir ? Nous allons vous aider. Vous êtes un pervers ? C’est magnifique. Vous êtes un catholique ? Sacrilège, ordure, monstre et parjure.

En réalité, cette civilisation s’est totalement renversée. Aujourd’hui, la Vérité est calomniée, méprisée, haïe comme jamais. Ceux qui dirigent le monde sont amoureux de la perversité et du mensonge : ils refusent la Vérité, ils maudissent Jésus-Christ, les saints et son Église. Nous en avons la preuve. Les collaborateurs de la première heure, ces forces de l’ordre au service de l’incommensurable, vont jusqu’à arrêter des prêtres. C’est comme si les policiers frappaient des gilets jaunes sans défense, des avocats, des médecins, des pompiers, des mères de famille ou des enfants. C’est comme s’ils fracassaient le crâne de Jésus-Christ à coups de lanceur de balles de défense, type LBD 40. Ces mots sont forts et ils doivent l’être. Les collaborateurs de la pire espèce ont toujours été dangereux pour notre civilisation. Ils obéissent docilement à ceux qui leur demandent de ne pas approcher les fauteurs de trouble, c’est-à-dire les jeunes de banlieues que les gouvernements successifs ont soigneusement contenu à l’aide des psychotropes et des armes. Ils jouent avec cette jeunesse pour en faire des polichinelles aux ordres du chaos. Est-ce que le gouvernement se rend compte qu’il est en train de transformer la France en une gigantesque poudrière ? Oui, je le crois sincèrement. Et cela, au nom du relativisme et du mépris le plus absolu pour Jésus-Christ et son Église.

J’accuse ceux qui veulent s’ériger au-dessus du peuple de détruire :
– L’économie de notre nation en laissant fermer les restaurants et les lieux de tourisme
– Sa population en accentuant la haine entre les communautés
– La liberté en favorisant le chaos
– Le système de santé en réduisant le personnel hospitalier
– L’intelligence en forçant les gens à applaudir pour Barabbas, Hitler, Staline ou Judas
– L’éducation en prônant toujours plus d’enseignement à distance
– La culture en remplaçant les belles œuvres du passé par des immondices
– La morale par leur relativisme grossier
– La jeunesse en la faisant tomber dans l’alcool, la drogue et les armes
– La religion catholique en la remplaçant par n’importe quels mensonges

Nous avons l’obligation de dénoncer leurs méfaits, leur goût pour le mensonge et l’iniquité. Notre seule crime est d’aimer la Vérité qui est représentée dans toute sa gloire par Notre Seigneur Jésus-Christ. Notre maître nous avait prévenu :

« Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. Si je n’étais pas venu, si je ne leur avais pas parlé, ils n’auraient pas de péché ; mais à présent ils sont sans excuse pour leur péché. Celui qui a de la haine contre moi a de la haine aussi contre mon Père. Si je n’avais pas fait parmi eux ces œuvres que personne d’autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché. Mais à présent, ils ont vu, et ils sont remplis de haine contre moi et contre mon Père. Ainsi s’est accomplie cette parole écrite dans leur Loi : Ils m’ont haï sans raison. » (Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15:17-25)

Ceux qui gouvernent à coups de milliards de dollars ou d’euros nous haïssent parce que nous possédons trois vertus qu’ils ne possèdent pas : la Foi, l’Espérance et la Charité. En effet, ce sont des gens cupides qui souhaitent nous arracher notre raison de vivre. C’est pour cela qu’ils souhaiteraient nous réduire en esclavage, nous anéantir ou nous convertir à leur hérésie homicide. Les nazis œuvraient de la même manière : « vous êtes avec nous ou contre nous ». Les tyrans reprennent toujours les propos du Christ à leur avantage parce qu’ils sont nombreux et fondamentalement mauvais. Ils agissent sur la force symbolique du nombre. Ils sont amoureux des statistiques et souhaitent pervertir l’ensemble de la population. Ce sont des loups ravisseurs.

Nous devons voir d’autant plus clair que l’humanité est divisée en deux clans : ceux qui aiment le mal et ceux qui sont amoureux du bien. Nous trouvons dans n’importe quelle religion ou philosophie ces deux genres de personne. Nous pouvons trouver des communistes, des musulmans, des bouddhistes ou des athées qui sont chrétiens sans le savoir parce qu’ils n’ont jamais osé quitter leurs paradigmes, peut-être parce que Jésus-Christ ne s’est pas encore manifesté à eux. Souvenons-nous de notre propre cas. Pour ma part, j’étais anarchiste avec une tendance au communisme, et croyait en les vertus du nombre et de l’auto-régulation. Le jour de ma conversion, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps après avoir compris mes fautes et le manque d’amour envers mes proches.

Aujourd’hui encore, mes amis les plus fidèles, dans la vie réelle, sont pratiquement tous musulmans. J’entends de ci et de là : « c’est un traître et un lâche parce qu’il parlent à nos ennemis. » Souvenons-nous des paroles du Christ : « il n’y a qu’un seul Dieu et vous êtes tous frères ». Loin de moi la volonté de faire du relativisme. Chez les musulmans, nous trouvons la plupart du temps le bon sens qui est éconduit par la méconnaissance de Jésus-Christ. Sont-ils en faute ? Non. Ils n’ont pas connu le nom du Christ parce que l’on ne leur en donne plus l’occasion. Autrefois, nous avions des prêcheurs martyrs qui convertissaient au catholicisme les populations les plus hostiles. Lorsqu’il n’y a plus de sermon, il n’y a plus de conversion. Nous n’avons donc pas le droit, à ce titre, de juger notre prochain. Pour stopper le chaos en France, nous devrons ordonner aux prêtres catholiques de renouer avec leur apostolat : « le prêtre doit être comme un lion en chaire, un ange à l’autel et un agneau au confessionnal. »

Tout comme pour le vieillard, la veuve, l’orphelin ou le mendiant, lorsqu’un enfant est souffrant, qu’il soit blanc, rouge ou noir, nous avons le devoir de l’aimer et de voir en lui le Christ souffrant. Nous avons perdu, en réalité, l’amour de la Charité à cause de ces médias infâmes qui diffusent leur venin à longueur de journée. La majorité continue de se faire manipuler. Combien voit-on de confinés se ruer devant les fast-food ? En vérité, les gens de notre siècle sont gouvernés par leurs instincts primaires. Ce sont devenus des animaux cupides selon la volonté des frères la truelle. Ces infâmes initiés, bardés de rituels et de tabliers, sont parvenus à transformer les masses en de « vulgaires tubes digestifs sur pattes » comme ils aiment tant à le rappeler. Abjects ésotéristes !

Pendant ce temps, les milliardaires et les présidents mangent du caviar et boivent du champagne, mais, comprenez-vous, ceux-ci sont composés de tubes digestifs de luxe. Rendons-nous compte de la gravité de la situation ? Ceux qui possèdent de l’argent seraient supérieurs aux pauvres ? Quelle infamie avilissante ! Au lieu d’avoir honte, les millionnaires et autres milliardaires se gaussent de leur futile gloriole, tel un L. Alexandre, un J. Attali ou un BHL. Ceux-là ont déjà oublié qu’ils allaient périr et soumettre leur corps aux flammes des incinérateurs puisqu’ils ne croient pas en Dieu. Finalement, les animaux cupides sont ces millionnaires et autres riches railleurs qui méprisent les commandements de Jésus-Christ.

Nous avons un avantage sur eux : nous croyons à la résurrection des corps et nous préservons notre âme. Nous les catholiques, devrions être enterrés dignement selon les anciennes coutumes : le corps lavé, enduit d’huile, de myrrhe et de parfum, et, enfin, enveloppé d’un drap après avoir eu le visage couvert. N’est-ce pas là notre joie et notre victoire face aux serviteurs zélés du démon ?

Ne rentrons pas dans le jeu du nihilisme : ces mêmes fils de Mammon ne nous feront pas renoncer à notre foi. S’ils partent en enfer à leur mort, c’est leur problème et pas le nôtre. Qu’ils brûlent en caste, sans nous emmener dans leurs filets putrides. Pendant que le pauvre, véritablement charitable, meurt dignement, le riche avare crève de sa haine. Qu’il en soit ainsi !

Nous ne devons pas nous salir au contact de ces gens-là. Ils se sont marqués eux-mêmes d’une étoile brillante qui signifie : « je suis riche et je mange du caviar ». Que vaut-il mieux ? Leur ressembler ou rester proches du Christ ? Ces propos doivent déranger, il le faut absolument car nous devons leur signifier notre irrévérence. Puisque nous n’aurons plus droit au monde d’avant, eux non plus ne goûteront plus à leurs plaisirs futiles. Nous leur ôterons leur goût pour le macabre et la perversion.

Nous devrons mettre de la pudeur là où il y a de la pornographie, de la joie là où il y a de la peur, de la faiblesse là où il y a de force, de la paix là où il y a la guerre, de la colère là où il y a le blasphème, de la morale là où il y a le péché, de la sobriété là où il y a de l’excès.

Pendant que les milliardaires enfermeront leurs lingots dans leur coffre-fort et se cacheront dans leur bunker, nous devrons donner à manger aux pauvres et restaurer l’ordre dans notre pauvre France. Lorsqu’ils sortiront de leur cachette, nous n’aurons plus besoin de ces lâches. Ils auront tout le loisir de laver les latrines publiques et d’éplucher les pommes de terre des pauvres gens. Sans en douter, les premiers seront les derniers dans le monde à venir.

Dieu vous bénisse chers amis.

Stéphane
24 avril 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/04/la_cruaute_des_riches_v02.pdf

Le témoin de la Crucifixion

Chers amis,

Je reprends la plume pour poster un petit conte que j’avais rédigé en début 2014 à propos de la Crucifixion de Jésus-Christ. Le personnage principal de ce petit récit est le témoin visuel du début de la Passion du Christ. Le récit est au passé pour amplifier la réalité de la scène. Le témoignage du vieil homme a lieu environ 50 ans après la Crucifixion du Christ. On pourrait situer ce conte aux alentours de l’an 80 de notre ère. J’espère que ce texte imaginaire vous touchera.

Bonne lecture

Stéphane
21 avril 2020

Le témoin de la Crucifixion

Je revenais de l’oliveraie avec Absalon, mon compagnon d’infortune et ami. La chaleur était implacable et j’étais courbé par la douleur qui me frappait le bas des reins. Nous marchions lentement par la faute de ces courbatures. À trente-cinq ans, je devais trouver, chaque jour, le denier nécessaire pour nourrir mes cinq enfants et mon épouse. Mes amis et moi-même devions frapper à de nombreuses portes avant de trouver un seigneur qui acceptait de nous embaucher pour effectuer quelques menus travaux agricoles. Le travail n’était pas courant à Jérusalem, beaucoup de nos frères préféraient passer leur temps à rêver, mais, pour ma part, je m’astreignais à vivre laborieusement.

Quelque temps plus tard, nous approchions de la capitale. Un brouhaha inhabituel, semblable à un essaim d’abeilles, s’élevait derrière les hautes murailles de la ville. Nous nous regardions, étonnés, Absalon et moi, tout en marchant impassiblement. Nous entrâmes enfin sous l’une des arches de la ville. Nous vîmes avec étonnement la foule répartie le long des chemins qui menait à la cité nouvelle.

Nous marchâmes encore une bonne demi-heure avant que la foule ne se fasse plus compacte. Je dus me frayer un chemin lorsque j’entendis de grands cris. Ceux-ci me forcèrent à tourner la tête dans leur direction. Hélas, des centaines de personnes, chichement habillées, nous tournaient le dos et se déhanchaient pour observer l’horizon. Ce mur humain nous empêchait de voir ce qui se passait au loin.

J’interpellai alors un passant, qui semblait revenir de là-bas, en lui posant la main sur l’épaule. « Que se passe-t-il frère ? Pourquoi tout ce rassemblement ? »

Pour toute réponse, j’eus droit à un regard peiné. Le pauvre homme continua son chemin tête baissée, le visage défait. Pendant ce temps, Absalon s’éloigna pour se renseigner. Je le perdis rapidement de vue. Il se fit avaler, au loin, par la foule agitée.

A mon tour, je m’insérais dans cette horde compacte pour le rattraper. Une chaleur moite m’enroba soudainement au point de me faire suffoquer. Une odeur tiédasse, entretenue par cette nuée, s’imposait. Je jouais des coudes pour progresser lentement dans cette masse effrontément immobile. Certains criaient ou râlaient lorsque je leur passais devant. Tout ce que je voulais, c’était rejoindre Absalon.

Je parvins, après une éternité, à atteindre les premières lignes de cette marée humaine. Mon ami était là, devant moi. Je posai alors une main amicale sur son épaule. Il resta figé sur place, comme tétanisé. Il lança d’une voix rauque, en tendant une main fébrile vers l’horizon, « regarde par là-bas ». Après avoir perçu une vive inquiétude dans sa voix, je le contournai par la gauche et montai sur la pointe des pieds pour regarder ce que sa grande carrure me montrait.

Un soldat romain me repoussa sèchement vers l’arrière tandis qu’il proférait des paroles que je ne comprenais pas. J’entendis des coups de fouet mais je ne pus découvrir la source de ce terrible bruit car le garde me repoussa violemment dans la foule. « Peux-tu me dire ce qu’il se passe, Absalon ? » lançai-je d’une voix essouflée.

Les cris se rapprochaient progressivement, tant et si bien que je pus enfin découvrir la scène. Deux hommes portaient un immense et très lourd morceau de bois. Je sus plus tard qu’il s’agissait de la partie transversale d’une croix destinée à la crucifixion, le patibulum. L’un d’entre eux était torse nu et semblait à bout de forces malgré sa grande stature. Son corps martyrisé par de nombreux coups de fouets n’était plus qu’une plaie béante. Je remarquais que sa peau était lacérée à certains endroits, comme s’il avait été châtié par un fouet métallique. L’autre individu semblait seulement l’aider à porter la charge. Je restais figé par ce que je voyais.

Nous contemplions le triste spectacle. L’homme blessé tombait souvent au sol. Il se relevait à chaque fois silencieusement et avançait sans se plaindre. Il semblait animé d’une volonté surhumaine, tandis que la douleur était gravée sur son beau visage. Il paraissait porter, dans une dignité incroyable, toutes les peines du monde. Une couronne garnie d’effroyables épines lui avait laissé des traces de sang séché sur la figure.

Cet homme me lança un regard si doux lorsqu’il passa à ma hauteur que mon cœur se serra. Je dus reculer d’un pas chancelant pour ne pas tomber à ses côtés. Il n’avait rien d’un bandit de grand chemin ou d’un voleur. Il dégageait quelque chose d’inexplicable, une sorte de grande noblesse, une sagesse que je n’avais jamais vu auparavant.

« Qui est-ce, Absalon ? demandai-je.
– Il s’agit de Yeshua ! Tu ne le connais donc pas ? répondit une femme située à ma droite.
– Non, je ne connais pas cet homme, rétorquai-je d’une voix étranglée.
– Tu devrais pourtant ! Yeshua a fait de nombreux miracles. Il a soigné beaucoup de personnes et a rendu la vue à mon mari ! s’exclama-t-elle en me fixant.
– Je ne savais pas… répondis-je d’une voix hésitante.
– Il y a encore peu de temps, le grand prophète que tu vois-là était entouré d’hommes et de femmes. Il se déplaçait avec ses chers apôtres. Sage parmi les sages, humble parmi les plus humbles, Yeshua est notre Sauveur. Il a guéri de nombreux malades dans les rues de Jérusalem. Il a été jugé par ces vils pharisiens. Ils l’ont certainement condamné à mort pour le faire taire parce qu’il annonçait le Royaume. Moi, je crois qu’il est le Fils de Dieu » expliqua un homme qui était situé derrière moi.

Les deux hommes entourés d’une escorte militaire s’éloignèrent lentement. La foule en délire hurlait tandis que je ressentais une peine qui me déchirait l’âme. « Rentrons à la maison maintenant » lançai-je en tapotant l’épaule d’Absalon. Il me lança un regard approbateur. Nous prîmes le chemin du retour dans un grand silence.

Quelques jours plus tard, les apôtres commençaient à prêcher le Royaume de Dieu grâce à de magnifiques sermons qui prouvaient que Yeshua était le Machia’h attendu par Israël. Nous devînmes chrétiens avec Absalon et nos familles respectives.

Je me nomme Aaron. Je suis vieux et fatigué maintenant. Voilà ce dont je me souviens en ce jour béni, à la veille de ma mort. Je voulais témoigner de cet épisode qui a changé ma vie, il y a environ 50 ans de cela, et m’a permis de trouver la foi. Je sens que je vais bientôt rejoindre le Seigneur. Yeshua soit loué. Préservez le trésor de la foi. Dieu vous tienne éloigné du péché.

Conté initialement rédigé en janvier 2014. Revu et corrigé en avril 2020.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/04/le_temoin_de_la_crucifixion_v01.pdf

Le projet totalitaire de la Smart City

Chers amis,

Je reprends la plume pour vous écrire sur un sujet d’actualité. Comme vous ne le savez certainement pas, la Smart City est un projet contemporain. En effet, la 5G est la technologie de base qui est indispensable aux villes intelligentes.

J’entends beaucoup de chrétiens dire : « cela ne me concerne pas car je n’en veux pas » ou « notre problème est avant tout spirituel, le reste n’est pas important. »

Combien ces gens-là se trompent ! En effet, ce genre de comportement a tendance à renforcer la légitimité de ces dystopies futuristes.

Il faut rappeler que la course à la technologie a réellement commencé au XVIIe siècle lors de la création de la Royal Society. Voici ce qu’est cette institution selon Wikipédia :

Par sa devise Nullius in verba (ne croire personne sur parole), la Royal Society affirme sa volonté d’établir la vérité dans le domaine scientifique sans recourir à l’autorité et en se fondant exclusivement sur l’expérience. Ses fondements philosophiques s’écartent donc radicalement de ceux que l’on observait par exemple dans la scolastique, où la vérité scientifique était fondée sur la logique déductive en accord avec la divine providence et avec l’appui des autorités anciennes, comme Aristote.

Si les chrétiens n’avaient pas apostasié la foi catholique, nous n’en serions pas là aujourd’hui. En effet, la boîte de Pandore a été ouverte suite à la soif de découvertes scientifiques. Nous savons tous que de mauvais individus ont exploité le progrès pour tendre vers une technologie mortifère :

  • Les armes à feu
  • Les drogues
  • Les explosifs
  • La bombe atomique
  • Les médicaments chimiques
  • Les manipulations génétiques
  • Les virus manipulés en laboratoire
  • Etc.

Nous devons nous souvenir que l’Église a contribué à la création de l’imprimerie, ce qui a favorisé la diffusion des écrits bibliques. Que nous sommes loin de ce temps où les hommes étaient remplis de bonnes intentions !

Celui qui nie la réalité du mauvais usage de la technologie est soit un aveugle, soit un collaborateur, soit un égoïste ou un ermite. Par exemple, le covid-19 ne se serait pas répandu si la recherche génétique avait été interdite. Cela tombe sous le sens.

La passivité face aux questions contemporaines est une forme de collaboration. Le chrétien qui ne s’élève pas contre la technologie liberticide n’aime pas vraiment Dieu, puisqu’il est tiède. Par contre, celui qui s’intéresse au progrès cherche à trouver la Vérité. Pour combattre son ennemi, il faut le connaître. N’oublions pas les paroles sacrées du Christ qui doivent nous réveiller : « Qui n’est pas avec moi est contre moi. »

Le désintérêt contemporain pour la technologie vont créer des hordes profanes qui seront abandonnées à leur triste sort, mais il sera trop tard pour pleurer. Nos enfants pourraient devenir les esclaves de demain pour le profit des puissants, s’ils sont encore en vie en 2030, puisque cette date est le point de rupture définitif avec ce que nos ennemis appellent « l’ancien monde ».

Revenons maintenant à notre sujet. Je me suis appuyé sur le mémoire de deux élèves ingénieurs pour réaliser ce document succinct mais essentiel pour comprendre ce qui est en train d’émerger sous nos yeux incrédules, en cette année 2020.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une ville intelligente ? En voici une définition, donnée par le « Smart City Institute » en 2018 :

Une smart city est un écosystème de parties prenantes (gouvernement local, citoyens, associations, entreprises, universités, institutions internationales, etc.) engagé dans un processus de transition durable (vision stratégique et ou projets innovants) sur un territoire donné en utilisant les nouvelles technologies comme moyen pour atteindre ces objectifs de durabilité (développement économique, paix sociale et respect de l’environnement).

Trois notions sont mises en avant, et se retrouvent dans la définition de la smart city :

  • Le développement durable consiste à satisfaire le besoin d’amélioration de la qualité de vie des citoyens de la ville.
  • Une croissance économique qui respecte les règles de durabilité est impérative.
  • Le respect de l’environnement, qui consiste à éviter l’exploitation inconsidérée des ressources, est la condition qui permet d’entretenir le développement durable. Les villes intelligentes puisent leur origine dans deux notions antinomiques : le développement technologique et la durabilité.

Comment respecter l’environnement dans une société de consommation ? Comment appliquer le développement durable ?

Il semble qu’il existerait deux conditions à l’émergence de la smart city :

  • Un dépeuplement
  • Le rejet des opposants dans les périphéries

La smart city repose sur l’Internet of Things (IoT), l’Internet des Objets :

L’Internet des Objets est caractérisé par l’interconnexion d’objets physiques dotés d’une propre identité numérique et aptes à communiquer entre eux au travers de flux de données, selon FuturaTech. L’IoT englobe de plus en plus d’appareils électroménagers communicants, de capteurs, de compteurs intelligents et de systèmes de sécurité connectés. Ces objets servent à collecter, stocker et transférer des données en temps réel. Ces données sont analysées et utilisées afin d’améliorer la gestion de la smart city.

La smart city repose également sur l’Open Data :

Il est nécessaire de développer en parallèle de l’IoT un système de gestion des données afin de collecter, stocker, analyser et diffuser l’information par une politique de gestion des données ouvertes. Le terme Open Data désigne l’ensemble des données auxquelles l’accès est totalement public et libre de droit, au même titre que l’exploitation et la réutilisation de celles-ci. Les usagers et consommateurs d’information deviennent eux-mêmes créateurs et fournisseurs de données pour la ville grâce aux applications mobiles. L’Open Data se caractérise par la disponibilité, la réutilisation, la distribution et la participation universelle. C’est ce que l’on appelle l’interopérabilité.

L’objectif principal, selon Dahiya et Vinod Kumar, est de penser localement (par la réponse aux attentes des citoyens et la promotion du développement urbain), agir régionalement et être compétitif internationalement. De nombreux sous-objectifs alimentent cette vision des choses :

  • Encourager l’innovation pour rendre la ville plus intelligente
  • Créer de nouveaux modèles économiques
  • Favoriser la collaboration et le partage entre les parties publiques et privées
  • Optimiser l’allocation des ressources
  • Réduire les dépenses publiques superflues
  • Mettre en ligne des plateformes uniques
  • Rendre l’accès aux services facile et rapide.

Voici maintenant les menaces engendrées par le concept de la smart city :

  • Augmentation du chômage de masse
    • Le secteur industriel requiert de la main d’œuvre de plus en plus qualifiée au détriment de celle qui l’est moins. Celle-ci se retrouve alors laissée pour compte, suite à l’automatisation progressive et à l’apparition de la robotique. Les emplois à revenus moyens risquent de disparaître pour laisser la place à des catégories de travailleurs pauvres.
  • La fracture numérique
    • Le risque est que la course technologique au sein de la smart city entraîne des inégalités sociales, puisque certaines personnes n’ont ni la capacité ni les moyens d’accéder aux technologies nécessaires.
  • Exclusion sociale
    • Les citoyens qui refusent d’utiliser les nouvelles technologies deviennent atypiques et son rejetés.
  • Inégalités sociales
    • L’apparition invasive de la technologie creuse l’écart de revenus entre les classes d’individus. Ceux qui n’ont pas les compétences nécessaires se retrouvent parmi les bas salaires, tandis que ceux qui excellent peuvent être fortement rémunérés.
  • Participation citoyenne
    • Les individus qui ne manipulent pas les données numériques ne peuvent pas participer à la vie de la smart city. Dès lors, la démocratie serait remise en cause.
  • Violation des droits à la vie privée
    • Les données récoltées de manière passive appartiennent à l’opérateur numérique qui les recueille. Le droit à la vie privée est alors mis en jeu puisque le citoyen n’est potentiellement pas conscient qu’il fournit, à son insu, des données. Ces données sont notamment réceptionnées par :
      • La vidéosurveillance omniprésente
      • La reconnaissance faciale
      • Le repérage des appareils mobiles
      • Les drones de surveillance
      • La reconnaissance des plaques d’immatriculation
      • Les caméras de surveillance portées par la police
      • Les poubelles de haute technologie qui interceptent les connections wifi
  • Impact écologique
    • Le WWF France explique que l’impact environnemental des technologies de l’information est souvent sous-estimé parce que celles-ci paraissent « immatérielles ». Or, chaque appareil nécessite l’utilisation de terres rares et de nombreux matériaux qui ont tendant à s’amoindrir au fil des années. De nombreux aspects ne sont pas pris en compte dans la balance du coût écologique total de la smart city.
  • Complexification inutile
    • Sans stratégie adéquate à long terme, l’usage en masse des technologies dans les milieux urbains tend à une complexification inutile des services.
  • Nuisances électromagnétiques
    • D’après des études menées par l’Association Santé Environnement France et l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail, l’utilisation en masse de l’Internet des objets devrait engendrer une augmentation de l’exposition des citoyens aux ondes électromagnétiques qui serait de l’ordre de 50%. Les ondes électromagnétiques prolifèrent à une vitesse phénoménale, surtout dans le cadre de la smart city qui repose sur des technologiques émettrices d’ondes électromagnétiques.
  • Cybercriminalité
    • Plus le système d’information de la ville se transforme en une multitude de sous-systèmes interconnectés, plus l’impact de la cyberattaque serait grand. La génération de profit pour des organisations criminelles, la violation de la propriété intellectuelle, l’ébranlement de l’industrie européenne, la mise en danger des citoyens causées par les attaques de la cybercriminalité pourraient avoir de graves conséquences.

La smart city pose des problèmes fondamentaux :

  • Qui gérerait les données ?
  • Qui financerait les infrastructures ?
  • Qui pourrait accéder à l’ensemble des données ?
  • Serait-il possible de restreindre les droits des citoyens en modifiant leurs privilèges numériques ?

Dans une civilisation ou la morale religieuse est laissée pour compte, il semble que les véritables nuisibles pourraient se trouver à la tête d’une civilisation technologique. Ceux-ci seraient les super-administrateurs des villes et pourraient contrôler la vie des citoyens au point de punir ceux qui refuseraient d’obéir aux règles. Lorsque les règles de Dieu sont évacuées de la société, d’autres lois gouvernées par les hommes se mettent en place.

Ce nouveau monde pourrait être dominé par les péchés capitaux, puisque les vices et les vertus ne sont plus reconnus comme des valeurs sûres :

  • L’avidité
  • L’avarice
  • L’envie
  • L’orgueil
  • La luxure
  • La paresse
  • Etc.

En effet, ceux qui détiendraient les clés de la ville numérique, en accédant à l’ensemble des données des citoyens, pourraient être motivés par le profit, la lubricité, la rapacité ou l’orgueil de leurs instincts. Une telle civilisation qui rejetterait la morale de l’ancien monde deviendrait totalitaire, puisqu’elle imposerait aux autres un ensemble de comportements. Le risque est grand que des cartels veuillent devenir les nouveaux maîtres d’une civilisation aseptisée.

Qui écrirait les lois ? Est-ce que la probité de leurs rédacteurs serait réelle ou simulée ?
N’y-aurait-il pas un risque de propagande ?

Je suis tenté de répondre à cette dernière question. En effet, la propagande risquerait de prendre un visage nouveau. Nous savons que les influenceurs ne se découvrent jamais. En effet, ils créent, de manière réfléchie, une propagande.

Si aujourd’hui nous avons droit à ce genre de messages :

« attention au coronavirus, respectez la distanciation sociale, toussez dans votre coude, mouchez-vous souvent, lavez-vous fréquemment les mains »

Demain, nous aurons peut-être droit à quelque chose de ce genre :

« obéissez à l’intelligence collective, tenez-vous éloigné les uns des autres d’une portée de bras, interdisez-vous tout contact physique, méfiez-vous des dissidents, dénoncez les déviants, gérez vos données, soumettez-vous à la loi de la smart city »

Parmi tout ceci, nous ne trouverions plus les commandements de Jésus-Christ. L’Amour de Dieu et des hommes aurait totalement disparu. Une certaine forme d’écologie aurait succédé à la moralité. La frugalité aurait laissé la place à une technologie intrusive. Les forts auraient écrasés les faibles. Les pauvres et les dissidents seraient relégués dans des bidonvilles, tandis que les collaborateurs de l’ordre nouveau deviendraient les maîtres cruels de villes dites intelligentes.

Il est temps de réfléchir à ceci puisque nous sommes en 2020. Beaucoup d’entre nous pourraient ne pas survivre à 2030, si nous ne faisions rien. En effet, la tyrannie des mauvais progresse inéluctablement, lorsque les hommes de bonne volonté sommeillent.

Seule une union sacrée de ceux qui aiment Dieu peut empêcher l’émergence de la smart city. Les autres, dénués de la foi, de l’espérance et de la charité, pourraient se massacrer mutuellement au nom d’idéologies contemporaines. Par exemple, les gauchistes pourraient tuer les opposants, les anarchistes pourraient massacrer les communistes, les internationalistes pourraient assassiner les nationalistes, les écologistes pourraient saboter les technologies capitalistes, les féministes pourraient violenter ceux qui défendent la vie, etc.

Nous avons le devoir de fuir la violence car nous appartenons au Christ. A ce titre, nous avons également le devoir de détruire les idoles des temps modernes.

Si aujourd’hui tout ceci semble encore lointain, d’ici quelques mois tout pourrait basculer. Veillons et prions.

Stéphane
14 avril 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/04/le_projet_totalitaire_de_la_smart_city.pdf

Les 24 heures de la passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ

Chers amis,

L’heure est grave.

Comme vous le savez, cette année 2020 est inédite et marque le début d’un temps démoniaque. L’ennemi aimerait dévaster le genre humain, l’anéantir ou au moins le mettre sous sa domination. Et voici ce que l’on entend dans certains lieux :

« Ah ! Si les goyims pouvaient périr afin que nous puissions dominer, nous qui avons perdu notre pouvoir depuis l’apparition de Yeshoua ! »

Ce n’est que le début de la tyrannie. Les évangiles de Jésus-Christ selon saint Matthieu 24:6 nous le rappellent :

« 06 Vous allez entendre parler de guerres et de rumeurs de guerre. Faites attention ! ne vous laissez pas effrayer, car il faut que cela arrive, mais ce n’est pas encore la fin.

07 On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume ; il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre.

08 Or tout cela n’est que le commencement des douleurs de l’enfantement.

09 Alors, vous serez livrés à la détresse, on vous tuera, vous serez détestés de toutes les nations à cause de mon nom.

10 Alors ce sera pour beaucoup une occasion de chute ; ils se livreront les uns les autres, se détesteront les uns les autres.

11 Beaucoup de faux prophètes se lèveront, et ils égareront bien des gens.

12 À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira.

13 Mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.

14 Et cet Évangile du Royaume sera proclamé dans le monde entier ; il y aura là un témoignage pour toutes les nations. Alors viendra la fin. »

Pour lutter contre ceux qui invoquent de leurs vœux les forces du mal, prions Notre-Seigneur, prenons pitié, méditons sur Sa Passion qui est La Seule Vérité. Son peuple infidèle L’a fait crucifié et il voudrait maintenant se débarrasser totalement de Ses commandements.

Non ! Ils gagneront les batailles mais ne remporteront pas la guerre grâce à l’intervention de saint Michel Archange ! N’oublions que les puissances célestes veillent sur les nations fidèles. Saint Michel était autrefois chargé de la protection d’Israël. Depuis la Crucifixion de Notre-Seigneur, ce sublime archange est chargé de la protection de l’Église et de sa Fille Aînée.

Ce n’est pas un hasard si l’Italie et la France souffrent beaucoup à cause d’un virus de la famille des coronavirus. Dieu nous appelle à la rédemption ! Que les cœurs se détournent des hérésies contemporaines pour se convertir à la Vérité du Christ ! Que les cœurs exaltent de joie pour le nom béni du Seigneur !

Soyez certain que la guerre qui fait rage dans les Cieux sera bientôt visible sur la Terre. Les prochains mois seront particulièrement difficiles. Soyons en certains.

Je vous laisse lire et méditer sur le livre des 24 heures de la passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ, en cliquant sur ce lien. Il s’agit d’un sublime ouvrage rédigé par Luisa Piccarreta, dont vous trouverez la biographie en cliquant sur son nom.

Dieu vous garde !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/les_24_heures_de_la_passion_de_notre_seigneur_jesus_christ.pdf

2020, l’émergence de la Bête de l’Apocalypse

Chers amis,

Je reprends encore la plume pour vous dire que nous sommes entrés de plain pied dans une nouvelle ère. Le président français nous l’a rappelé lors de sa dernière allocution.

Il apparaît clairement, d’un point de vue logique, qu’il s’agit d’une crise savamment organisée dans le but d’imposer l’état d’urgence sanitaire. Celui qui occupe l’Élysée savait parfaitement qu’il était en train de perdre le contrôle de la population avec les manifestations croissantes qui lui étaient opposées. Les sondages le donnaient perdant pour 2022. La meilleure manière de redorer son blason était de trouver le moyen d’imposer son autorité absolue. Laisser se répandre un virus était une excellente opportunité. Non, le président n’a jamais changé. Ce qu’il veut, c’est conserver le pouvoir à tout prix.

Le virus couronné est un prétexte fabuleux pour :

  • Instaurer un état d’urgence sanitaire qui est l’étape suivante du 49.3
  • Imposer le confinement sur une longue durée
  • Revenir sur les acquis sociaux
  • S’approprier certains biens privés
  • Fermer les lieux publics (plages, parcs nationaux, etc.)
  • Restreindre la liberté de circuler
  • Donner tout pouvoir aux forces de l’ordre

Les conséquences de cet état d’urgence sanitaire sont évidentes d’un point de vue économique :

  • Les petites et moyennes entreprises françaises vont beaucoup souffrir de ce confinement obligatoire qui pourrait durer plusieurs mois.
  • Le secteur du tourisme et les entreprises qui gravitent autour ne feront plus ou très peu de chiffres d’affaire puisque les touristes ne viendront plus, la France étant considérée comme une destination dangereuse.
  • La crise sera gigantesque puisque de nombreuses populations européennes et américaines sont également confinées.
  • Le secteur bancaire souffrira énormément de cette crise sans précédent.
  • La société de consommation disparaîtra pour laisser la place à un nouveau monde gouvernée par le transhumanisme.

A partir de ce constat, il est possible de « prophétiser » les événements à venir :

  • Renforcement de l’individualisme causé par la peur des maladies dangereuses.
  • Disparition, plus ou moins rapide, de la monnaie papier pour des raisons sanitaires.
  • Crise économique sans précédent.
  • Destruction du travail et des acquis sociaux.
  • Instauration d’un revenu universel pour acheter le silence de la population.
  • Émergence, en 2020, de la cryptomonnaie Libra de Facebook suite à la crise économique majeure.
  • Effondrement du secteur bancaire suite à l’apparition de la cryptomonnaie qui contribue à court-circuiter les moyens traditionnels de financement.
  • Installation de la fibre pour favoriser l’utilisation d’Internet.
  • Apparition des premiers logiciels de réalité virtuelle pour contenir les populations dans leur domicile.
  • Apparition de la première génération de robots autonomes ou semi-autonomes.
  • Création d’une loi sur les droits du robot.
  • Émergence des théories transhumanistes financées par de grandes entreprises.
  • Imposition d’un néo-communisme technologique.
  • Interdiction de l’Église et de la religion catholique puisqu’elle a été fondée par Jésus-Christ.
  • Effondrement des nations à cause de leur mauvaise gouvernance.
  • Surclassement des nations par une autorité mondiale basée aux États-Unis, en Arabie Saoudite ou en Israël.
  • Apparition d’un conseil de 72 « sages » contrôlant la population mondiale.
  • Mise en place progressive, au fil des ans, de l’Internet des objets dans des villes luxuriantes et privatisées.
  • Abandon des villes traditionnelles qui ont tendance à se transformer en bidonville.
  • Apparition progressive d’une police mondiale.
  • Humanité divisée en deux camps ennemis : les collaborateurs et les résistants.
  • Émergence de l’intelligence artificielle. Les prises de décisions seront effectuées par des logiciels issus du Big Data. Les raisons invoquées seront que le raisonnement de l’homme n’est pas assez fiable et qu’il est nécessaire de confier les grandes responsabilités à une intelligence supérieure.
  • Apparition, à plus ou moins long terme, de l’Antéchrist. Attention : les propos qui suivent ne sont que le fruit d’une réflexion personnelle. Celui-ci reprendrait à son compte les propos de Jésus-Christ afin de séduire jusqu’aux élus. Ses discours fallacieux diront, par exemple, que Jésus-Christ avait ordonné l’obéissance absolue aux chefs afin de plaire à Dieu. Il tiendrait des discours de paix tandis qu’il ferait tout pour obtenir le pouvoir suprême en vue de la destruction de tout ce qui dérange ses plans. Il anéantirait ses adverses et se désignerait comme un élu de Dieu. La colère de Dieu le ferait disparaître au bout d’un certain temps. C’est ce que l’on appelle le « Jugement Dernier » ou « Terra Tremuit » pour « la terre a tremblé ».

Le livre, que j’ai rédigé en 2018 suite à cinq années de travaux, intitulé « de la gnose au transhumanisme » explique une grande partie de ce processus et donne les clés de déchiffrement pour comprendre le nouveau monde qui arrive.

Veillons et prions en ces temps très difficiles.

Dieu vous garde !

Stéphane
20 mars 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/2020_l_emergence_de_la_bete_de_l_apocalypse_v01.pdf

La stratégie du chaos

Chers amis,

Je reprends la plume pour essayer de faire le point sur la situation actuelle. Le niveau d’anxiété est à son comble avec un coronavirus qui ne tue que quelques personnes dans le monde.

Le confinement forcé pour éviter la pandémie fait penser à une technique de manipulation de masse formidablement bien orchestrée. Après la crise, le gouvernement pourrait annoncer qu’il a sauvé la vie des français, mais, s’il n’y a pas eu de morts, comment le savoir ?

Posons-nous plusieurs questions :

  • Où se trouve la pandémie ?
  • A-t-on des preuves de la dangerosité du covid19 ?
  • Est-ce que le nombre de morts causés par ce virus auraient été sous-estimés ou sur-estimés ?
  • Pourquoi est-ce que le gouvernement demande aux policiers et aux médecins de ne porter ni masques ni gants ?
  • Pourquoi est-ce qu’une ministre annonce que l’État donnera 100 000 masques aux prisonniers tandis que la population, les médecins, les militaires et les policiers n’en auraient pas ?
  • Pourquoi est-ce que le gouvernement laisse s’effectuer les braquages de masques ?
  • Pourquoi est-ce que certains ministres annoncent qu’il faut s’attendre à une contamination à hauteur de 70 % de la population avec un taux de mortalité à 8 % pour les personnes à risques ?
  • Finalement, est-ce que le but ne serait pas de faire circuler le virus de la peur en vue d’engendrer le chaos ?

On entend, de ci et de là, toutes sortes de théories difficilement prouvables :

  • Certains disent que le virus est mortel et que le le vaccin coûterait très cher.
  • D’autres annoncent qu’au contraire il s’agit de l’agenda 2030, ID2020, de Accenture et Microsoft en vue d’imposer un vaccin obligatoire, potentiellement mortel à long terme et contenant une puce, qui devrait être injecté de force sous contrôle militaire et policier.
  • Des théories annoncent l’instauration d’un état d’urgence sanitaire dans le but de détruire le salariat.
  • Certains parlent même de complots maçonnique, sioniste, britannique, ou chinois, peut-être américain, finalement russe ou iranien, et même sunnite, voire extra-terrestre, etc.

Nous savons grâce aux Évangiles que :

  • Le but de Satan est de semer la terreur et la perte de la foi dans les âmes parce qu’il est le prince du mensonge, le chef des puissances infernales qui rodent tels des lions pour dévorer leurs proies.
  • Le pouvoir de Satan est limité par Jésus-Christ, la Sainte Vierge Marie, saint Michel Archange et sa milice céleste.

Dès lors, avançons quelques hypothèses réfléchies qui, toutefois, ne sont pas plus valables que les autres :

  • Un gigantesque scandale sanitaire se profile.
  • Après le confinement, le gouvernement aurait la légitimité pour réduire les vacances scolaires, augmenter le temps de travail jusqu’à 48 heures selon la loi européenne, diminuer ou éliminer les RTT et éventuellement détricoter la 5ème semaine de congés payés.
  • Jacques Attali avait annoncé que le nationalisme aurait le vent en poupe en 2022, en nommant à mi-mot Marion Maréchal. Est-ce que le but du gouvernement serait de se saborder, à cause de son amateurisme proclamé et son incroyable opportunisme, pour donner le profit au Rassemblement National ? Les politiciens de ce parti sortent de leur silence pour envoyer les membres de ce gouvernement devant les tribunaux.

Dans tous les cas, nous nous dirigeons vers une crise socio-politico-économique de très grande ampleur qui risquerait d’engendrer une guerre de tous contre tous.

Les prophéties de Marie-Julie Jahenny annoncent que les mois de mai et de juin, lors d’une certaine année, seraient marqués par la colère de travailleurs désœuvrés arpentant les villes.

L’armée serait occupée à l’étranger et la police en sous-effectif.

Les ennemis de la France sont fabriqués, drogués et armés par les gouvernements successifs depuis Mitterrand. Nous parlons de ces mafias qui sont parquées dans les zones de non-droit. Leurs membres islamistes en profiteraient pour lancer une guerre civile en vue d’aboutir à la Charia.

Si ces événements arrivaient, voici ce que les prophéties annoncent :

  • Le gouvernement français ferait comme l’oiseau, c’est-à-dire qu’il s’enfuirait en laissant la France sans gouvernance.
  • La Russie, l’Iran et la Chine pourraient être forcés d’intervenir, en été, pour stopper le chaos en Europe.
  • La monarchie serait restaurée par trois fois.
  • C’est seulement le troisième roi qui serait consacré au Sacré-cœur de Jésus.
  • Le roi du Sacré-cœur rétablirait la religion et la monarchie selon les commandements de Jésus-Christ en consacrant la France au Christ-Roi.

Le but de Satan est de nous faire perdre la foi, l’espérance et la charité en vue de nous prendre dans ses filets.

Dans ce chaos ambiant, prions plus que jamais.

Il nous faut garder les vertus théologales (la foi, l’espérance et la charité) et cardinales (prudence, tempérance, force d’âme et justice) puisque Dieu, notre Père, veille.

Il semblerait que nous soyons en train d’assister à « l’abomination de la désolation » prophétisée par Daniel. Lisez l’Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 24:15 ainsi que les versets suivants.

« 15 Lorsque vous verrez l’Abomination de la désolation, installée dans le Lieu saint comme l’a dit le prophète Daniel – que le lecteur comprenne ! –
16 alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ;
17 celui qui sera sur sa terrasse, qu’il ne descende pas pour emporter ce qu’il y a dans sa maison ;
18 celui qui sera dans son champ, qu’il ne retourne pas en arrière pour emporter son manteau.
19 Malheureuses les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là !
20 Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver ni un jour de sabbat.
21 Alors, en effet, il y aura une grande détresse, telle qu’il n’y en a jamais eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, et telle qu’il n’y en aura jamais plus.
22 Et si le nombre de ces jours-là n’était pas abrégé, personne n’aurait la vie sauve ; mais à cause des élus, ces jours-là seront abrégés.
23 Alors si quelqu’un vous dit : “Voilà le Messie ! Il est là !” ou bien encore : “Il est là !”, n’en croyez rien.
24 Il surgira des faux messies et des faux prophètes, ils produiront des signes grandioses et des prodiges, au point d’égarer, si c’était possible, même les élus.
25 Voilà : je vous l’ai dit à l’avance.
26 Si l’on vous dit : “Le voilà dans le désert”, ne sortez pas. Si l’on vous dit : “Le voilà dans le fond de la maison”, n’en croyez rien.
27 En effet, comme l’éclair part de l’orient et brille jusqu’à l’occident, ainsi sera la venue du Fils de l’homme.
28 Selon le proverbe : Là où se trouve le cadavre, là se rassembleront les vautours.
29 Aussitôt après la détresse de ces jours-là, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel et les puissances célestes seront ébranlées. »

Chantons les Litanies, le Notre-Père, l’Ave Maria, invoquons saint Michel Archange, saint Joseph, saint Augustin ainsi que les saints qui nous sont chers.

Dieu vous bénisse, vous et votre famille, en ces temps de chaos.

Stéphane
19 mars 2020

Paroles latines/françaises de l’offertorium « Terra Tremuit »

Terra tremuit, et quievit, dum resurgeret in iudicio Deus.
La terre a tremblé et s’est tue, quand Dieu s’est relevé pour le jugement.

Notus in Iudaea Deus, in Israel magnum nomen eius.
Dieu est connu dans la Judée : en Israël, grand est son nom.

Et factus est in pace locus eius et habitatio eius in Sion.
Et son séjour a été établi dans la paix : et sa demeure dans Sion.

Ibi confregit cornu, arcum, scutum et gladium et bellum : illuminans tu mirabiliter a montibus aeternis.
C’est là qu’il a brisé la puissance, l’arc, le bouclier, et le glaive et la guerre : tandis que vous, vous resplendissez merveilleusement du haut des montagnes éternelles.

Paroles latines/françaises de « Salve Regina »

Salve, Regína, mater misericórdiae ; vita, dulcédo et spes nostra, salve.
Salut, ô Reine, Mère de Miséricorde, notre vie, notre douceur, et notre espérance, salut.

Ad te clamámus, éxules fílii Evae.
Vers vous nous élevons nos cris, pauvres exilés, malheureux enfants d’Eve.

Ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle.
Vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte.
De grâce donc, ô notre Avocate, tournez vers nous vos regards miséricordieux.

Et Jesum, benedíctum frucum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde.
Et, après cet exil, montrez-nous Jésus, le fruit béni de vos entrailles.

O clemens, o pia, o dulcis Virgo María.
Ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/la_strategie_du_chaos_v01.pdf

Mea Culpa

Chers amis,

Ne tenez pas compte du dernier article « Alerte au génocide ». Une fausse nouvelle particulièrement bien montée à failli me tromper et répandre la peur. Patientons mais restons prudents car nous ne savons pas de quoi demain est fait.

Continuons de prier.

Saint Augustin, docteur de l’Église, priez pour nous !

Trône de la Sagesse, priez pour nous dans ces temps d’épreuve

Chers amis,

La pandémie qui arrive sera terrible. Soyons certains que la face du monde aura définitivement changé suite à cette crise inédite. Les guerres et la famine sont devant nous. Lorsque la pandémie arrivera, nous serons confrontés à notre propre mort, à celle d’amis ou de proches. Seule la foi nous sauvera. Si aujourd’hui, l’athéisme a encouragé la raillerie, il est de notre devoir de rappeler que Dieu honnit le blasphème. Soyons certains que la France souffrira beaucoup à cause de ses péchés qui sont montés jusqu’au Ciel.

Prions la Sainte Vierge Marie, Trône de la Sagesse. Elle est notre intermédiaire entre le Ciel et la Terre pour nous sauver. Marie aime particulièrement la prière latine qui devrait être chantée.

Ave Maria, gratia plena
Dominus tecum
Benedicta tu in mulieribus ;
Et benedictus fructus ventris tui, Jesus !
Sancta Maria, Mater Dei,
Ora pro nobis, peccatoribus,
Nunc, et in ora mortis nostræ.

Amen

Je vous salue, Marie
pleine de grâces ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus,
le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/trone_de_la_sagesse_priez_pour_nous_dans_ces_temps_d_epreuves.pdf

Coronavirus : premier avertissement avant les grandes manoeuvres de l’ennemi

Chers amis,

Nous vivons le début d’une nouvelle ère : 2020 marque le début du transhumanisme. Il s’agit d’une nouvelle civilisation dans laquelle les commandements de Jésus-Christ seraient totalement absents. Nous reviendrions alors à une ère de barbarie technologiquement planifiée. L’homme ne serait plus qu’une chose qui pourrait être anéantie à tout moment, au nom de la puissance financière de quelques individus dénués de charité.

Avant le Christ, les civilisations étaient dirigées par la force physique et la cruauté. Par exemple, l’empereur romain ou le pharaon égyptien étaient comparés à des « dieux » sur terre. Or, nous savons que cette vision des choses est erronée. Un empereur n’est qu’un homme comme un autre, tout comme un pharaon. Toutefois, ces gens savent s’entourer grâce à leur langue double. Ils sont doués pour la flatterie, pendant un instant, avant de réprimander aussitôt après, selon leur humeur du moment. Ces gens-là n’ont rien de « dieux ». Ce sont seulement de terribles imposteurs.

Après Jésus-Christ, notamment en terre Franque, les rois aimaient sincèrement l’Église romaine, qui, à l’époque, était dirigée par de véritables saints. Les papes conservaient précieusement les enseignements de Jésus-Christ, sans en déroger, tout en préservant également les traditions latines. Les rois étaient bons pour le peuple. Ils étaient les guides éclairés par la Lumière de Jésus-Christ, Notre Seigneur Crucifié. Dès lors, ils suivaient ses commandements dans le but d’apporter la Justice et la Paix à leur nation. Le vote existait déjà à l’époque. Le peuple était fréquemment consulté, car la monarchie impliquait la libéralité populaire. Les sujets du rois étaient aimés et écoutés.

Être roi demande de grands sacrifices en vue de préserver une nation. Les décisions sont prises en concertation avec les personnes les plus aptes à la réflexion. Un souverain doit donc choisir de bons et fidèles ministres, c’est-à-dire des serviteurs du peuple, qui seraient capables d’élever la nation en direction des Commandements du Christ. Sans le Christ, la France est défunte. Notre nation est née de la fidélité des Francs envers la Sainte Église de Jésus-Christ. Certes, cette époque lointaine, le IVe siècle après le Christ, a marqué à tout jamais notre gloire. Nos ancêtres ont créé la France, tandis que, de nombreux siècles plus tard, la révolution française fut une tromperie bourgeoise qui contribua à l’éviction des droits les plus élémentaires, en reprenant toutefois les codes de la royauté pour mieux tromper le peuple. Une multitude sans éducation est une foule divisée qui est prête à se détruire de l’intérieur. Or, notre peuple ne brille plus par la gloire de l’esprit. Au contraire, elle s’éteint progressivement par la faute d’un matérialisme exacerbé. L’individualisme est le signal du déclin et de la mort d’une civilisation.

Le coronavirus annonce le début d’une grave crise économique mondiale qui va définitivement changer le monde en vue d’une dépopulation massive. En effet, les gens les moins instruits, et notamment les athées, vont obéir aux pulsions de la peur. Nous voyons déjà les prémices de grandes turbulences survenir dans les grandes surfaces : les denrées sèches sont littéralement prises d’assaut et les consommateurs ne pensent plus aux prochains qui pourraient avoir faim. Les années suivantes seront marquées par une grande violence causée par l’individualisme. Des bandes ennemies déferleront sur les villes lorsque le chaos régnera en maître. La crise économique causée par la pandémie sera la cause d’une terrible inflation. Les petites entreprises seront les premières à souffrir à cause du manque de trésorerie. Les dépôts de bilan seront massifs, les chômeurs de plus en plus nombreux. La face du monde a définitivement changé le 12 mars 2020.

L’été 2020 sera la période de tous les dangers. Le mois de juillet pourrait être le début d’une grande guerre. La mort est à nos portes parce que nous avons renié les commandements du Christ. Qui d’entre nous a su défendre Sa cause ? Personne ne le peut puisque nos frères et sœurs ne nous écoutent plus, par faute d’instruction, par faute d’un travail de sape de la part des loges et autres sectes infâmes. La médiocrité et la bassesse dominent actuellement. Ces temps d’horreur prendront fin lorsque la haine la plus abjecte aura décimé une partie de la population. Ce n’est qu’après la terreur que les foules retrouveront la raison. L’homme a besoin de sang avant de recouvrer l’esprit. Mais ceci ne concerne que les incroyants.

En effet, nous avons avec nous le Christ et Ses Commandements Sacrés. Nous sauverons la France grâce au Christ-Roi. Toutes les autres tentatives seront vaines. La France tombera encore dans la fange lorsqu’elle reniera Son Roi de gloire. La France de 2020 n’est plus qu’un nombre parmi une liste de pays. La France a perdu sa lumière.

Pendant cette période troublée, ne nous laissons pas tromper par les rumeurs, la peur et l’égoïsme. Les Lois de Moïse sont toujours en vigueur, bien que transcendées par les commandements du Christ. Les dix commandements sont toujours à la base de notre nation. Les deux commandements principaux doivent guider toutes nos actions :

  • Tu aimeras Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme
  • Tu aimeras ton prochain comme toi-même

Ne nous laissons pas égarer par ceux qui veulent nous imposer leurs hérésies. Nous sommes toujours soumis à l’Église de saint Ambroise et de saint Augustin. L’Église retrouvera sa gloire d’antan lorsqu’elle se sera dépouillée, par la grâce d’un saint pape, de ses erreurs funestes. Il faudra que ce saint homme nous guide et nous redonne la Lumière du Christ. Nous trouverons cet homme et le placerons sur le trône de saint Pierre pour que la France puisse de nouveau être éclairée.

Nous défendrons comme un Lion cette cause afin que la France puisse retrouver sa splendeur. Nous utiliserons la verge de fer pour que la population se tienne dans les respects des Lois de Dieu. Un homme qui ne connaît pas la crainte de Dieu est un loup pour l’homme. La moralité provient de Dieu, et, à ce titre elle doit précieusement être conservée. L’homme rebelle doit être brimé en conséquence afin qu’il retrouve le chemin de la vérité. L’homme a besoin de Lois strictes qui le contraignent dans le respect de Dieu. Sans cela, le chaos s’installe inéluctablement, et ce, à chaque fois. Nous en sommes d’ailleurs les témoins.

Pour résumer nos propos, nous pouvons dire que la Main de Justice est notre guide et qu’à ce titre elle représente :

  • le pouce : le roi
  • l’index : la raison
  • le majeur : la charité
  • les deux doigts : la foi catholique

En attendant des temps meilleurs, prenez soin de vos proches, veillez et priez puisque nous sommes au début d’une ère de régression. Jésus-Christ nous a averti de cette terrible époque. Gardons la foi et l’espérance puisque nous retrouverons, tôt ou tard, la sagesse.

Stéphane
13 mars 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/03/coronavirus_premier_avertissement_avant_les_grandes_manoeuvres_de_l_ennemi_v01.pdf

Les origines de la démence de notre siècle

Chers amis,

Jésus-Christ est La Lumière du monde. A ce titre, il nous a transmis les flammes de la foi, de l’espérance et de la charité. En Son temps béni, un homme pouvait aisément se convertir et croire en Lui parce que la plupart des civilisations considéraient que la sagesse était une grande vertu. Il était donc facile de venir à Notre-Seigneur malgré l’esprit dévoyé des Pharisiens dont le pouvoir était limité en dehors d’Israël, puisque, à l’époque, l’Empire romain tenait encore le pouvoir politique entre ses mains.

Les Apôtres ont pu convertir le monde païen, à l’aide de la vertu de Dieu. Grâce à l’amour divin des douze élus du Christ, la civilisation chrétienne était entrain d’éclore. La soif de sagesse transformait aisément les cœurs, la Lumière de Jésus-Christ put se répandre grâce à cet esprit de simplicité. Les hommes de l’époque étaient certes très occupés dans les champs, mais, ce travail physique leur permettait justement de prendre le temps de méditer sur les choses saintes. Les hommes de cette époque étaient porteur d’espoir.

Quelques siècles plus tard, le 13 novembre 354, sainte Monique, cette pieuse femme berbère, donna naissance, dans la ville de Thagaste située au nord-est de l’Afrique, à Augustin, qui devint plus tard le saint éponyme. De nos jours, cette ville s’appelle Souk-Ahras, c’est-à-dire « marché au lion » au sens littéral. « Souk » signifie marché en arabe et « ahras », pluriel de « aher » en langue berbère, signifie lions. En effet, cet animal était encore très présent dans cette région jusqu’en 1930.

Augustin, ce grand saint canonisé par l’Église catholique, donna naissance à la pensée occidentale à travers ses innombrables écrits. Cet homme si turbulent, si soumis aux affres de la chair et aux hérésies pendant sa jeunesse tumultueuse se convertit à un âge avancé. S’il naquit en 354, il fut baptisé le 25 avril 387, dans sa 33e année. Augustin avait un frère plus jeune que lui nommé Navigius et une sœur encore plus jeune qui se serait appelée Perpétue, selon les recherches du père Bougaud.

Saint Augustin insuffla l’esprit de Jésus-Christ au monde occidental. Les écrits augustiniens, influencés par Platon, conciliaient la sagesse gréco-romaine avec la puissance de l’amour transmis par le Christ. Pendant de nombreux siècles, l’Europe se basa sur les Écritures bibliques et les écrits d’Augustin. Ce phénomène donna naissance à une civilisation profondément catholique. La France en fut certainement la quintessence, notamment au temps de saint Louis, lors du XIIIe siècle. Nos sublimes bâtiments religieux ont laissé les preuves tangibles de cette apogée spirituelle pendant laquelle Jésus-Christ était admiré.

A partir du XIVe siècle, période marquant la fin de l’ordre dévoyé des Templiers et le début de la Renaissance italienne, la pensée catholique perdait, peu à peu, sa panache et sa gloire. De nombreux penseurs hérésiarques, tels Miguel Molinos, Jean Calvin, Martin Luther, Cornélius Jansen et Nicolas Machiavel, pour ne retenir qu’eux, reprirent à leur compte les écrits de saint Augustin, dans le but de créer une nouvelle pensée. Ils ambitionnaient que l’histoire retiennent leur nom à la place des saints de l’Église. Cet orgueil insensé donna naissance à des luttes spirituelles. Ces disputes, dans le sens littéral du terme, divisèrent le peuple catholique jusque-là uni par l’Église de Jésus-Christ. Ces schismes spirituels et politiques aboutirent inévitablement à des mouvements fratricides. Les guerres de religion, qui sévirent à partir du XVIe siècle, prouvent que la mésentente est la cause de graves troubles.

Ainsi, l’esprit de nouveauté est l’une des sources de la démence de notre siècle, puisque comme le dit Notre-Seigneur « celui qui ne rassemble pas avec Moi disperse ». De siècle en siècle, la puissance de l’Église décrut au point que les barrages de la sagesse cédèrent sous la pression des hérésies.

Autrefois l’homme se maintenait dans la crainte de Dieu, la morale et la sagesse. De nos jours, celui-ci se roule dans la fange par la faute des médias, des multinationales et autres institutions qui se croient les élus d’un monde nouveau. Ce qu’ils appellent l’Age d’Or correspond en réalité à l’abolition des lois d’Amour du Christ envers Dieu et les hommes. Ces organismes souhaitent se substituer à la place de Dieu pour que l’esclavage puisse remplacer l’amour. Leur arme absolue est l’individualisme.

En effet, le Christianisme enseigne que nous sommes tous frères et qu’il n’y a qu’un seul Dieu. Par conséquent, la famille, au sens large, est la base de la civilisation. A l’inverse, les ennemis de Dieu s’acharnent à réduire à néant les enseignements du Christ. Dès lors, ils souhaitent que l’individu devienne la nouvelle norme de leur monde funeste. En effet, un homme qui cultive ses propres opinions est un être isolé. Les requins de la finance peuvent modeler à leur guise ces individus esseulés qui sont laissés sans guide, et, qui pourtant se croient invulnérables par la faute d’un trop grand orgueil. L’esprit de nouveauté et l’individualisme sont, par conséquent, les fers de lance de ces faux-dieux.

Jésus-Christ disait à son peuple qu’Il ne méritait pas de miracles à cause de son manque de foi. Nous pouvons dire qu’aujourd’hui, l’homme mérite les punitions célestes par la faute de son refus de la sagesse de Dieu. Le coronavirus en est un excellent exemple. Lorsque l’on souhaite devenir créateur à la place de Dieu, on prend le risque d’engendrer des monstres et des chimères. Le progrès technologique, c’est-à-dire une science sans conscience, est le fruit d’une discorde avec Dieu. Si Adam et Eve ont péché, notre siècle, quant à lui, demande sa propre mise à mort.

Nombreux sont ceux qui pensent qu’il est préférable de boire et de s’amuser pendant qu’il en est encore temps. L’individualisme se renforce de jour en jour, par la faute de la peur qui est la cause de repli sur soi. Au cours des siècles de décadence, l’ennemi a pris le temps d’analyser et de contrôler le comportement de ses semblables. Pour s’en convaincre, il suffit de considérer l’expérience simpliste du chien de Pavlov ou les immondes expérimentations effectuées dans les camps de la mort. Le conditionnement engendre la zombification de l’être humain. Ce néologisme est à prendre dans le sens de notre siècle, bien sûr. Un zombi est un être dénué de conscience qui est soumis à ses propres pulsions égotiques. Dès lors, il n’a plus conscience de l’autre puisqu’il a perdu le sens de Dieu et de son amour. Sa punition est l’absence de l’amour du Christ.

Nous arrivons à deux extrémités. D’une part, se trouve la sagesse infinie de Jésus-Christ qui est divine et de l’autre côté se trouve le refus borné qui est démoniaque. Par conséquent, notre siècle obtiendra sa propre Justice divine en affrontant des tourments de plus en plus violents. Les tempêtes météorologiques s’associeront certainement aux autres plaies pour engendrer des guerres de toutes sortes. Dieu nous éprouve afin que nous nous souvenions pourquoi Il nous a envoyé son Fils Jésus-Christ, nouvel Adam.

Chers amis, n’approuvons pas le catastrophisme ambiant. Nous sommes déjà sauvés puisque nous croyons en Jésus-Christ. Même si la France sera châtiée, nous lui redonnerons son flambeau en plaçant à la tête de notre nation le Christ-Roi. Si aujourd’hui cette idée est méprisée, demain, dans les ténèbres, elle sera louée et chérie. L’homme a besoin de la peur du noir pour aller ensuite se réconforter dans les bras de ses parents.

En réalité, il suffirait de ne jamais vouloir quitter l’amour de Dieu pour ne pas connaître l’enfer.

Dieu vous bénisse et vous garde en ces temps d’épreuve et de justice. De grands fléaux s’annoncent. Préservons la sagesse de Dieu, et l’ensemble de Ses vertus, puisqu’il s’agit du seul et véritable trésor.

Stéphane
27 février 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/02/les_origines_de_la_demence_de_notre_siecle_v01.pdf

La France sera châtiée tant qu’elle refusera le Christ-Roi

Chers amis,

Le progrès technique sert une cause inique qui ne sera jamais dévoilée par l’ennemi. De génération en génération, l’évolution technologique est le moyen qui permet à une caste, se croyant supérieure, de s’emparer du pouvoir politique. En effet, l’homme se fait facilement tromper en suivant de fausses lumières.

Au lieu de se préoccuper de la gravité de la décadence qui s’empare de notre civilisation, le quidam se fait emporter par le torrent et finit par perdre pied. Nous sommes tous concernés par la dégénérescence qui sévit en ce siècle de perdition. Nous sommes tous ce quidam.

Du temps de Jésus-Christ, les Hébreux essayaient du mieux que possible d’honorer le vrai Dieu unique. Il s’agit d’un Dieu qui a donné l’espoir et la joie à un peuple qui, finalement, n’a pas reconnu Le Sauveur.

Après le refus du Christ sur terre, les hommes se sont égarés dans les guerres. De nouvelles religions ennemies les unes des autres émergeaient et souhaitaient s’emparer du pouvoir absolu. L’histoire n’a fait que confirmer cette terrible réalité. L’homme préfère les histoires temporelles aux histoires spirituelles. Au lieu de suivre la voie droite, il se fait influencer par un ennemi invisible qui l’entraîne dans les abîmes.

Jésus-Christ dit, par delà les siècles : « qui ne rassemble pas avec Moi disperse ». Cette Parole est si vraie que de nos jours, les religions monothéistes semblent disloquées dans leurs contradictions. L’Église nous donne toujours l’espoir de temps meilleurs mais à quel prix ! La corruption de l’ennemie s’est immiscé à la tête du corps matériel de l’Église. Comme disait saint Augustin : « lorsque la tête est corrompue, c’est l’ensemble du corps qui risque la putréfaction ».

Si nous voulons survivre aux temps qui viennent, nous devons suivre la voie droite et étroite de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Si nous voulons rassembler et Lui ressembler, nous devons L’aimer et appliquer Ses commandements. Nous ne pouvons ni être quiétistes ni jansénistes.

D’une part, les quiétistes se contentent d’admirer un Dieu dans leur esprit, en n’appliquant aucune de ses lois, mais, au contraire, en se laissant flatter par les sens. Les quiétistes sont donc comme ces hommes qui restent assis pendant que le monde passe. Ce sont de faux religieux qui essayent de faire oublier les Dix commandements de Moïse. Car, ne l’oublions pas, nous sommes toujours soumis à la Loi. Mais, celle-ci a été réformée par Notre-Seigneur. Nous devons suivre les dix commandements en appliquant en priorité les deux principaux :

  • Tu aimerais Dieu de toutes tes forces et de tout ton cœur.
    • Aimer Dieu de tout son cœur et de toutes ses forces signifie qu’il est indispensable de rejeter le blasphème. La crainte de Dieu doit guider le cœur de l’homme droit, de manière humble et sincère.
  • Tu aimerais ton prochain comme toi-même.
    • Aimer son prochain comme soi-même consiste à considérer l’être humain qui est là, en face de soi, comme un frère qui est soumis aux mêmes défauts. On doit essayer de voir en lui ce qu’il y a de mieux. On doit lui porter secours, à chaque fois que nécessaire, comme le ferait le Bon Samaritain. Un frère se doit de protéger son propre frère.

De ces deux Lois, améliorées par Jésus-Christ, qui sont elles-mêmes issues de la Loi de Moïse, nous devons en tirer d’autres conclusions :

  • Vous êtes tous frères et il n’y a qu’un seul Dieu.
    • Nous sommes tous issus de la création du vrai Dieu unique. A ce titre, nous sommes tous frères et personne n’a le droit de reprocher à l’autre d’être différent. Dieu nous a tous donné des qualités et des caractéristiques que nous devons accepter et défendre. Le racisme et l’anti-racisme sont les deux faces d’une même pièce qui sert la cause du diable et de ses sbires qui sévissent ici-bas, à côté de nos frères en Christ. Toute idéologie essaye de nous détourner de la vraie foi pour nous faire admirer une idée défigurée par le sophisme. Le mensonge diabolique consiste à nous faire aimer autre chose que Dieu. Dès lors, nous perdons de vue l’amour de Dieu et de notre frère. Le diable parvient à nous arracher la Vérité, puisque, l’authentique trésor est avant tout céleste.

D’autre part, les jansénistes sont des prêtres rigoureux au point de faire perdre la foi en un Dieu d’Amour. Pour eux, le libre-arbitre n’existe pas puisqu’il n’y aurait que des élus et des réprouvés. Dieu ne serait alors que rigueur et châtiment à l’image d’un faux dieu cruel et barbare. Il s’agit bien sûr d’un odieux blasphème qui a contribué à la disparition de la vraie foi. Car la foi doit nous rendre semblable à l’apôtre du Christ, c’est-à-dire généreux, doux, juste et aimant. Le jansénisme annonçait déjà une terrible apostasie.

Au fil des siècles, le progrès a détourné les catholiques européens de la véritable foi. Le français du XVIIIe siècle, par exemple, visait le progrès comme but ultime. Le Christianisme a autorisé la recherche et la découverte, que nous nommons couramment « progrès ». Or, par un effet issu de lois invisibles qui nous sont supérieures, le progrès technologique a donné naissance à deux frères :

  • L’athéisme
    • L’athéisme a créé dans le cœur de l’homme une faille béante. Lorsque l’on ne croît pas en Dieu, on croit en soi-même. On devient son propre « dieu ». On se considère comme le nombril du monde. Dès lors, le prochain n’est plus rien sinon un concurrent ou encore pire, un gêneur. L’athéisme est le terreau de l’esprit de compétition et de l’individualisme. Lorsqu’un peuple n’est plus uni, il est dispersé à l’image des Hébreux qui ont erré pendant des millénaires parmi les nations. Souvenons-nous des paroles du Christ : « Qui n’assemble pas avec Moi disperse ». L’athéisme est le fruit d’un travail de sape constant qui tend de nos jours à être amplifiée par la société de consommation et l’Internet. Les médias s’acharnent à effacer toutes traces des Lois de Moïse et de la foi en Jésus-Christ en diffusant des séries et des films de plus en plus nombreux. Cette technique consiste à diluer la Vérité dans le mensonge. Autrement dit, cela peut être comparé à la dissolution d’une goutte d’eau minérale, la Vérité, dans un grand verre d’eau souillée par la boue, le mensonge.
  • Le matérialisme
    • Le matérialisme est indispensable à l’athéisme pour se maintenir. Le matérialisme est une illusion qui remplace l’espoir. Au lieu d’attendre patiemment, on se précipite dans les supermarchés pour acheter l’objet de son désir qui semble calmer un certain vide. Or, en achetant un objet, on contribue, au contraire, à renforcer l’effet du matérialisme puisque l’on enrichit les milliardaires. Ce cercle vicieux encourage les hommes riches à produire davantage. Le matérialisme sévit à travers les primes, les salaires, les objets, les vacances, etc. Le matérialisme correspond à un marché mondial parmi lequel, un jour ou l’autre, l’homme sera lui-même réduit à l’état de marchandise. Le matérialisme est comparable à une tyrannie cachée qui rend esclave les hommes sans que ceux-ci en soient conscients. Nous pouvons être comparés à des animaux élevés en cage, qui n’ayant jamais connu la liberté, se contentent de vivre dans une société étouffante et violente en acceptant ses codes immoraux.

Nous pouvons constater que saint Augustin, et les autres saints, avaient tant raison ! Le péché détruit la vertu et entraîne l’homme vers la perdition. C’est comme si nous préférions, encore et toujours, Barabbas à Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ainsi, comme dit Jésus-Christ : « Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. »

Le monde va à sa perdition à une allure de plus en plus rapide. Le catholicisme du XIXe siècle a cédé la place à l’athéisme du XXe siècle. En ce XXIe siècle, l’Islamisme, qui est une branche sunnite radicale de l’Islam, va engendrer de multiples guerres sanglantes sur notre territoire. La France est en train de subir la Justice de Dieu en tombant dans les griffes du despotisme. Celui qui dirige la France en 2020 est un poteau de boue, comme disait Marie-Julie Jahenny. Nous ne devons rien attendre de lui puisqu’il obéit à ses maîtres qui haïssent la France. Ne soyons pas dupes, l’ennemi attend le moment propice pour anéantir les infidèles à l’aide d’armes plus ou moins lourdes. Le châtiment de la France sera terrible. Les villes de Paris, Marseille et Lyon seront anéanties dans un chaos terrifiant. L’Assemblée Nationale, qui est devenu le lieu d’adoption de lois iniques, finira sous un déluge de feu.

Ce qui semble aujourd’hui impossible aura pourtant bel et bien lieu. La France doit être châtiée pour que la foi en Jésus-Christ puisse renaître dans le cœur d’hommes sages. Parce que ceux-ci auront su que la Vérité était en Christ et nulle part ailleurs. Jésus-Christ nous a prévenu de tout ceci et ses prophéties sont en train de se réaliser, en ce siècle terrifiant :

« Jésus leur répondit : « Prenez garde que personne ne vous égare. Car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi le Christ” ; alors ils égareront bien des gens. Vous allez entendre parler de guerres et de rumeurs de guerre. Faites attention ! ne vous laissez pas effrayer, car il faut que cela arrive, mais ce n’est pas encore la fin. On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume ; il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre. Or tout cela n’est que le commencement des douleurs de l’enfantement. Alors, vous serez livrés à la détresse, on vous tuera, vous serez détestés de toutes les nations à cause de mon nom. Alors ce sera pour beaucoup une occasion de chute ; ils se livreront les uns les autres, se détesteront les uns les autres. Beaucoup de faux prophètes se lèveront, et ils égareront bien des gens. À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira. Mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé. Et cet Évangile du Royaume sera proclamé dans le monde entier ; il y aura là un témoignage pour toutes les nations. Alors viendra la fin. »

Nous savons que nous devrons reconstruire une France détruite par la folie des hommes. Pour la reconstruire, nous devrons nous atteler, tels des apôtres, aux prêches et aux sermons afin que la France retrouve sa grandeur d’autrefois. C’est par la Charité que nous pourrons sauver la France et non pas par les folies guerrières. Celui qui dit « œil pour œil et dent pour dent » n’est pas plus sage que celui qui affirme que Jésus-Christ n’existe pas.

Il est, bien sûr, plus facile de haïr que d’aimer, mais, c’est là, la juste mesure de la Justice : nous sommes le sel de la terre et à ce titre nous devrons réapprendre à nous aimer les uns les autres, grâce aux commandements de Dieu. Le Christ-Roi doit s’asseoir de nouveau sur le trône de France pour que notre nation puisse sortir de l’enfer. Tant que nous serons tièdes, nous ne pourrons pas nous affermir et le sol sera d’argile, ce qui nous conduira à la ruine :

« Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui commettez le mal !” Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »

Chers amis, peu importe que vous croyez ou non à ces paroles puisque la Vérité nous a été enseignée par Jésus-Christ. Ses paroles sont éternelles et résonnent plus que jamais dans le temps. Si nous voulons que la France vive, nous devrons tôt ou tard partir au combat. Ce combat sera celui de David face à Goliath. Autrefois, les saints emmenaient les troupes catholiques chanter en procession pour invoquer la Sainte-Vierge Marie, saint Michel Archange et Jésus-Christ. Ainsi, le Ciel leur octroyait la protection nécessaire. Nous devrons partir dans ce même type de combat : c’est en invoquant le Ciel que nous pourrons vaincre. Nous devons croire que nous avons déjà gagné pour que Dieu nous donne la victoire sur le mal. C’est par une foi ferme et indestructible que nous pourrons rétablir l’Autel et le Trône.

En attendant ces terribles moments de guerre et de sang, je vous prie de bien vouloir prier la sainte Famille pour qu’Elle protège ce qui reste de la France. « Jésus, Marie, Joseph » est l’un de nos credo. Souvenons-nous que la sainte famille est constituée d’un homme, d’une femme et d’un ou plusieurs enfants. Un père ne sera jamais une femme. Une mère ne sera jamais un homme. Il n’existe que deux sexes, le règne animal nous l’a toujours prouvé. L’homme obtient un enfant en se mariant avec son épouse. Un couple de deux êtres identiques est voué à la stérilité puisque Dieu a crée Adam et Ève. Le système contemporain essaye de détruire notre foi. Or, nous avons bâti notre maison sur le Roc. Nous croyons et croirons toujours aux vérités bibliques et nous piétinerons la censure et le mensonge.

Il faudra, un jour ou l’autre, rétablir la Vérité et contraindre l’humanité à honorer Dieu et à craindre le mensonge en utilisant une verge de fer. C’est certainement le rôle du futur roi de France qui sera à la foi doux et dur. Il se peut que ce soit un homme à deux visages : doux avec les faibles et terrifiant avec les forts. Dès lors, il serait une source de malheur pour les méchants et une source de bonheur pour les affligés. Il est prophétisé qu’il vaincrait les méchants en leur menant la guerre. C’est à ce titre qu’il est perçu, par les sectes maçonniques, comme un antéchrist ennemi de leur foi dévoyée. Car, pour les illuminés maçonniques, leur roi ne peut être qu’un antichrist qui haït Jésus-Christ. Or, les termes antéchrist et antichrist ne sont pas similaires. L’antéchrist vient avant le Christ tandis que l’antichrist est l’ennemi du Christ. Selon les prophéties, le roi de France serait un homme aimant Dieu et haïssant le péché, tandis que l’antichrist viendrait après lui pour anéantir le monde. Attention : ces propos ne sont que des hypothèses établies selon les études de textes prophétiques et ne sauraient en aucun cas être une source de vérité absolue.

Dans tous les cas, nous obtiendrons la victoire en ayant foi en la vérité des Évangiles. Dieu nous a donné le livre de la Vérité. A nous de croire pour relever la France de la fange contemporaine. Le rétablissement des dix commandements et de la foi en le Christ-Roi sont indispensables à notre nation si nous souhaitons lui éviter la disparition.

Que Dieu vous bénisse et vous protège en ces temps d’affliction.

Stéphane

22 février 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/02/la_france_sera_chatiee_tant_qu_elle_refusera_le_christ_roi_v01.pdf

Le retour au Christ

Chers amis,

Nous allons parler aujourd’hui du retour au Christ, et non pas du retour du Christ. La différence est fondamentale.

En effet, le retour du Christ impliquerait que les hommes ne se soucient plus de Dieu en attendant passivement un miracle. Il y a là une espérance dévoyée en un illusoire messie puisque Jésus-Christ est déjà venu parmi nous.

Nous devons donc revenir au Christ. Cela implique un effort de notre part. Nous devons renoncer au péché et renouer avec la tradition catholique qui est la nôtre. L’empire romain s’est converti au christianisme, grâce à Constantin, avant de mourir au tombeau pour réapparaître dans l’Église et dans la Royauté. Cela explique pourquoi le latin est la langue traditionnelle de l’Église et de la Royauté.

Nos ennemis haïssent le latin, l’Église et la Royauté parce que ces trois éléments trinitaires empêchent la force brute de s’emparer du pouvoir. L’ennemi tente de faire disparaître par lambeaux le catholicisme, et le christianisme en général, afin d’imposer son nouvel ordre mondial qui est un mélange de gnoses mortifères.

Le nouvel ordre mondial a pour but d’imposer par la tyrannie matérialiste un pouvoir totalitaire. À l’instar du nazisme, le transhumanisme souhaite créer un homme nouveau qui serait amélioré par la technologie. Ainsi, l’homme naturel crée par Dieu serait considéré comme un sous-produit. L’homme du futur serait donc le fruit du progrès technologique engendré par l’athéisme.

Or, l’homme n’a jamais pu se créer lui-même. La création est le fruit de l’œuvre de Dieu qui est symbolisée par l’Amour. C’est pourquoi Jésus-Christ est réellement le Fils de Dieu : il porte en Lui l’Amour du Père.

Au fil des siècles, une force spirituelle démoniaque a voulu s’emparer de l’humanité pour la forcer à s’émanciper de Dieu. Satan est une force invisible bien réelle qui est déchue à cause de son orgueil. Les forces sataniques veulent que l’humanité se damne également en suivant leur chemin de perdition. Il s’agit d’un esprit totalitaire qui affirme la maxime suivante : « suivez-moi et damnez-vous ou mourez » puisque le démon incarne la perdition, le mensonge et la mort.

Jésus-Christ, quant à lui, affirme autre chose : « suivez-moi et vivez » car Il est le Chemin, la Vie et la Vérité.

Nous avons donc le choix entre suivre l’esprit du monde qui affirme ceci : « embrassez le transhumanisme, entrez de plain pied dans le nouveau monde et amusez-vous », ou, alors, nous pouvons renoncer à ces promesses mensongères pour reprendre le chemin de Constantin afin de renouer avec l’Église et la Royauté.

Cela implique de revenir aux origines latines de nos traditions, de connaître le latin, d’embrasser l’Église des premiers siècles et d’honorer nos rois. En faisant ceci, nous serons réellement les fils de Jésus-Christ car nous aurons effectué les premiers pas en direction du Christ. C’est ce que nous appelons donc le retour au Christ.

En Russie, une tradition veut que nous honorions nos morts et nos ancêtres en brandissant leur portrait. Nous devrions honorer nos ancêtres et renouer avec notre passé. Il suffit de secouer l’esprit du monde pour redécouvrir tout ce que la technologie a voulu détruire. Jésus-Christ, l’Église et la Royauté sont éternels. N’en déplaise aux esprit démoniaques.

L’année 2020 est le début du retour aux sources. Nous allons connaître la crise financière, la guerre civile et certainement le début d’une guerre mondiale avec toutes sortes de fléaux : les tempêtes, les séismes et les volcans. Dieu nous montre Sa colère à cause de notre manque de foi.

Lorsque la guerre aura éclaté, lorsque ces événements auront eu lieu, il nous faudra sauver la France en détruisant tout ce qui n’est pas conforme à nos traditions. Ainsi, nous anéantirons de fond en comble les hérésies pour les renvoyer en enfer. Nous écraserons le progrès technologique par la Parole puisque le Verbe est le Chemin, la Vie et la Vérité. Ce sera une épreuve très lourde et difficile, mais, si nous ne le faisons pas, la France mourra, emportée par les fourberies de nos ennemis.

Nous devrons faire un choix en 2020 puisque Jésus-Christ a dit : « celui qui ne rassemble pas avec moi disperse ».

Chers amis, restons fidèles au Christ en ces années de jugement. Conservons la foi, l’espérance et la charité. Que Dieu vous bénisse et vous guide en cette nouvelle année 2020.

Stéphane
Le 2 janvier 2020

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2020/01/le_retour_au_christ.pdf

La France au tombeau

Chers amis,

Cette année 2019 est particulièrement significative pour les chrétiens : la France meurt. Ses mauvais choix politiques ont entraîné, au fil des années, de désastreuses conséquences :
– Athéisme
– Aveuglement
– Colère
– Cruauté
– Délinquance
– Désespoir
– Égocentrisme
– Exploitation
– Grèves
– Idolâtrie
– Illettrisme
– Irrationalité
– Pauvreté
– Pollution
– Saleté
– Sectarisme
– Violence

Cette liste est intéressante puisqu’elle prouve que nous sommes dans des temps bibliques. La France est châtiée pour son manque de foi. Nous pourrions reprocher aux politiciens du gouvernement de la France de 2019, dignes héritiers des Pharisiens, ce que Jésus-Christ disaient déjà à propos de ceux-ci :

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clé le royaume des Cieux devant les hommes ; vous-mêmes, en effet, n’y entrez pas, et vous ne laissez pas entrer ceux qui veulent entrer ! » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:13)

« Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : “Si l’on fait un serment par le Sanctuaire, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’or du Sanctuaire, on doit s’en acquitter.” » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:13)

« Vous dites encore : “Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.“ » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:16)

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, mais vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi : la justice, la miséricorde et la fidélité. Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:23)

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous purifiez l’extérieur de la coupe et de l’assiette, mais l’intérieur est rempli de cupidité et d’intempérance ! » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:25)

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux : à l’extérieur ils ont une belle apparence, mais l’intérieur est rempli d’ossements et de toutes sortes de choses impures. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:27)

« C’est ainsi que vous, à l’extérieur, pour les gens, vous avez l’apparence d’hommes justes, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’hypocrisie et de mal. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:28)

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les sépulcres des prophètes, vous décorez les tombeaux des justes, et vous dites : “Si nous avions vécu à l’époque de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes.” Ainsi, vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:29-31)

« Serpents, engeance de vipères, comment éviteriez-vous d’être condamnés à la géhenne ? » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:33)

« Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu ! » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:37)

« En effet, je vous le déclare : vous ne me verrez plus désormais jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:39)

Nous devons remarquer que les membres des gouvernements successifs refusent d’être jugés pour leurs méfaits. Ils ne donnent pas le droit au petit peuple de pointer du doigt leur moindre défaut. À l’inverse, l’homme oublié au coin de la rue, lui, est humilié quotidiennement et particulièrement méprisé par les Pharisiens d’aujourd’hui.

D’ailleurs le président actuel porte un nom atypique. Son prénom signifie littéralement « le messie est arrivé ». Un homme né 21 ans avant le début de notre ère portait déjà son nom de famille, il s’agit de Quintus Naevius Cordus Sutorius Macro. Il était préfet du prétoire, c’est-à-dire officier commandant de la garde prétorienne qui est une armée d’élite. Selon Tacite, un historien de son temps, Quintus Naevius Cordus Sutorius Macro serait probablement l’assassin de l’empereur Tibère. Caligula succéda à Tibère. Alors que Macro avait l’appui de Caligula avant la mort de Tibère, lorsque celui-ci fut sur le point de devenir empereur, Caligula envoya une armée de soldats qui forcèrent Macro et son épouse Ennia Thrasylla à se suicider.

Il est intéressant de noter que le prénom de l’homme de 2019 semble être l’antonyme de son propre nom, tandis que ses actes semblent révéler une personnalité entretenant un énorme manque d’empathie masqué par une politesse de façade.

Ce sinistre personnage contemporain semble être le bourreau de la France catholique. Il pourrait s’agir d’un précurseur de l’antéchrist chargé de mettre notre nation au tombeau. C’est par la souffrance et la douleur que notre pays sera purifié de ses plaies. Car, après la tristesse et la peine viennent la joie et la charité.

La France devrait renouer avec la foi, l’espérance et la charité après cette sinistre période puisqu’elle finira par accepter de nouveau le Christ-Roi et Ses commandements d’amour. Sans Jésus-Christ, la France ne serait qu’un pays païen et barbare. Nous devons garder à l’esprit que l’histoire n’est pas écrite par la volonté des hommes. Seul Dieu est maître de toute chose.

Chers amis, restons fidèles aux commandements du Christ. Il est notre seul et unique guide. Le reste n’est qu’idolâtrie et futilité.

Dieu vous bénisse, vous et votre famille, en ce temps de Noël.

Stéphane
Le 21 décembre 2019

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/12/la_france_au_tombeau.pdf

Dialogue avec Jésus-Christ

Chers amis,

Voici un dialogue intérieur que je me permets de publier. Il pourra certainement édifier les lecteurs. Dans ces temps si difficiles, nous avons besoin de lire et d’entendre de belles choses. Dieu vous bénisse et vous garde.

– Seigneur, je suis perdu. La France est en train de perdre son âme et je dois sans cesse lutter pour ne pas sombrer dans le péché. Les tentations sont à portée de main. Seigneur !

(Jésus-Christ) Mon bon enfant, garde la foi et l’espérance. Crois en moi et sois-moi fidèle. Tu seras sauvé par la force de Mon Amour. Le mal semble être vainqueur, laisse-le faire car sa puissance te dépasse. Tu n’es qu’un simple homme dénué de pouvoir. Fais-moi simplement confiance et donne ton amour comme moi-même je vous l’ai donné.

– Pourquoi laisses-tu détruire ton Église ?

(J.C.) Mon Église n’est pas détruite. Je laisse simplement faire l’ennemi. En croyant l’anéantir, il la rénove. En croyant me faire disparaître, il donne chaque jour plus de courage aux petits qui m’aiment.

– Seigneur, tu aurais pourtant le pouvoir de tout arrêter. Pourquoi ne le fais-tu pas ?

(J.C.) Ce sont des choses que tu ne dois pas savoir. Il faut que l’ennemi déploie sa force et sa haine. Il a ma permission. La France sera purifiée, humiliée, embellie mais vivante. Oh, si tu savais mon bon enfant comme vous vous aimerez dans un proche avenir.

– Ces parole sont douces Seigneur, mais, j’ai soif !

(J.C.) Pour vaincre, il faut savoir écouter. Il est bon de se donner soi-même. Il est nécessaire de s’asseoir à côté des petits pour se mettre à leur portée, les écouter, les aimer, rire et pleurer avec eux. Si tu connaissais le mystère des prières, tu saurais que mes enfants sont nombreux à me parler dans le secret de leur cœur. Si tu écoutais attentivement, tu entendrais le murmure de leurs prières. Cette communion est si douce à mon cœur. J’exaucerai les prières des justes. Je les aime tant.

– On nous parle sans cesse de pouvoir et de force. Comment faire pour arrêter cela ?

(J.C.) C’est comme si tu essayais d’arrêter une lame de fond à l’aide de tes seules mains. Tu dois beaucoup prier en silence et pleurer sincèrement sur la misère de ton époque. Pleure, tout d’abord, sur tes propres péchés. Accepte ensuite ma grâce. Je te donne mon amour pour que tu le répandes comme une douce rosée fraîche. Ce sont autant de pétales de rose dédiée à ma sainte mère. Cet amour doit être partagé avec tous car il est vivifiant. L’amour se nourrit du partage. Les trésors du ciel se gagnent par la miséricorde. Si tu connaissais la puissance de mon amour, tu tomberais, ici et maintenant, en larmes pour ne plus jamais te relever. Tu voudrais rester auprès de moi. Mais ton heure n’est pas encore venue.

– J’aimerais en savoir plus sur la France dont tu parles, Seigneur.

(J.C.) Les enfants sont aimés. Les malades sont guéris. Les vieillards sont entourés. Les orphelins vivent en famille. Imagine la cour d’une ancienne maison familiale. Les convives sont assis autour d’une grande attablée. Écoute leurs joyeux murmures et regarde la joie resplendir sur leur visage. Ils sont si heureux de partager ce festin. La suavité dépasse tout ce que tu peux connaître ici-bas. Ma paix est inconcevable, elle dépasse toute chose. Mon amour est un océan de bonté. Ma miséricorde donne la vie. Je donne gratuitement. Je bénis chaque être. Je suis là au milieux de vous. La France dont je te parle n’existe pas encore car elle n’a pas connu les douleurs qui la purifieront. Sans pleurs, il n’y a pas de joie. Sans souffrance, il n’y a pas de paix. Il faut que l’égoïsme emporte chaque chose pour que la charité renaisse. Pour savoir donner, il faut apprendre à se dépouiller complètement.

– Il est difficile de concevoir une telle joie. Pour beaucoup cela ressemble à une chimère, Seigneur.

(J.C.) Les cœurs se sont endurcis et la charité s’est éteinte. Il le fallait mon enfant. Après plusieurs siècles de souffrance, la France renouera avec mon Église. Vous êtes amenés à devenir tous saints. Les mots seront doux dans vos bouches. Ce qui aujourd’hui ressemble à un rêve deviendra réel après les grandes épreuves. Les clameurs de ceux qui ont perdu la foi s’élèveront et leur colère se répandra, tandis que mon peuple restera fidèle à ses promesses. Mon enfant, ne prends jamais part à ces querelles. Ton trésor est là-haut, auprès de moi. Tu dois te dévouer cœur et âme pour gagner ta couronne.

– Seigneur, que puis-je faire ?

(J.C.) Prie.

– Pourquoi suis-je brisé ? Pourquoi ai-je tant souffert ?

(J.C.) Je choisis ceux que je veux. Ma croix ouvre les portes du paradis.

– Seigneur, je me sens indigne.

(J.C.) Tu l’es, mais, je t’aime. C’est mon amour qui te rend digne.

– Seigneur, je ne te suis pas toujours fidèle et j’en souffre.

(J.C.) Je le sais mon enfant. Je sais tout. Je vois tout. J’entends la moindre de tes pensées. Je suis patient comme un bon père malgré tes tourments, tes colères et tes peines. Je sais que tu te forces à m’aimer chaque jour davantage malgré tes grands manquements. Tu es comme cette feuille qui flotte patiemment sur une mer déchaînée. Sans ma miséricorde, tu aurais déjà disparu.

– Seigneur, je ne suis pas fier de mon passé.

(J.C.) Cesse de te plaindre. Ton passé est pardonné. Je te l’ai déjà dit et je ne le répéterai plus. Regarde devant toi. Contemple tous ceux que tu devras aimer au point de mourir pour eux. Fais comme mon bon saint Martin qui découpa un morceau de son vêtement pour le donner à ce pauvre homme tremblant de froid. Donne mon amour. Convertis les cœurs endurcis. Soigne ceux qui ont de grandes plaies. Fais ce que je fais.

– Tout cela est si simple et si difficile.

(J.C.) Oui mon enfant. L’amour est la chose la plus simple qui soit. Cette simplicité n’est pas atteignable naturellement. Il est plus facile pour l’homme de détruire que de construire. C’est pourquoi les voies du Royaume sont si étroites et que les routes de la perdition sont si larges. La simplicité est un don, une preuve de mon amour et de mon existence.

– Seigneur, comment est-ce que les gens vont croire ?

(J.C.) Ils croiront lorsqu’il ne restera rien de ce qu’ils pensaient être immortel. La destruction est le terreau de la vie. J’ai moi-même été brisé. Je suis revenu à la vie le troisième jour car mon Père est bon et que je suis avec lui. Le Père est en moi comme je suis en lui.

– Tout cela est si mystérieux, si insondable.

(J.C.) Ne te préoccupe pas des mystères pour l’instant. Contente-toi de donner ce que je t’offre. La force physique n’est rien. La puissance matérielle n’est rien. La volonté humaine n’est rien. L’amour est tout. L’amour est invincible puisqu’il émane du Père. La force de mille hommes est comme un grain de sable sur une plage, tandis que la puissance de l’amour est comme l’océan qui défait les obstacles. Sans amour, la vie n’existerait pas. La terre n’aurait pas été et vous ne seriez pas là. Sans cet amour, il n’y aurait rien. Le Père donne gratuitement. Le Père est.

– Pourquoi est-ce que la société vénère tant l’argent ?

(J.C.) Les hommes se sont inventés leurs propres lois dans le but de prouver qu’ils peuvent vivre par eux-mêmes. Ils pensent être capables de donner la vie, mais, en vérité, ils sèment la mort. C’est en vouant son âme à l’argent que l’on se coupe de la charité la plus élémentaire. Un cœur asséché finit par s’éteindre.

– Seigneur, j’ai tant besoin de toi.

(J.C.) Tu devrais plutôt dire nous. Tu n’es pas unique. Tu es si petit. Dis plutôt : « Seigneur, nous avons tant besoin de toi. »

– Pardon Seigneur pour ce manque d’humilité permanent.

(J.C.) Fais comme mes saints. Oublie-toi. Donne-toi. Sacrifie-toi. Pense à mon bon saint Jean-Marie Vianney qui consacra sa vie à bénir et à guérir les âmes. Il rayonnait grâce à la puissance de mon amour. Il se lacérait le dos, jeûnait quotidiennement et pourtant il était vivant. Sache que mes saints vous observent comme je les ai observé. Tous vos secrets seront dévoilés au Jour du Jugement. Confesse-toi bien pour éviter de grands drames ce jour-là.

– Seigneur, je ne trouve pas facilement de prêtre.

(J.C.) Le temps est à la sécheresse mais bientôt l’herbe sera verte et l’Église refleurira. Les prêtres afflueront et ils vous confesseront. Mon peuple sera en paix.

– Seigneur, je t’aime !

(J.C.) Je te tiens dans mon cœur mon enfant. Partage bien mon amour.

– Comment puis-je davantage porter Ta Croix, Seigneur ?

(J.C.) Abandonne tes anciens comportements. Corrige-toi. Aie confiance en moi. Rends-toi utile. Aime-moi. Pardonne sept fois soixante-dix sept fois tes ennemis et prie pour tous ceux qui ont de la rancune envers toi. Mon joug est léger par la puissance de mon amour.

– Seigneur, peux-tu m’en dire davantage ?

(J.C.) Pense bien à tous ceux qui souffrent en silence. Ils sont si nombreux. Prends conscience de cet océan de détresse et de larmes. Vois cette pauvre femme qui donne une petite pièce à un mendiant tandis que le riche enferme sa fortune dans son coffre-fort. Ouvre-toi par la prière. Je te donnerais davantage connaissance des malheurs de chacun. Ta vie est si facile par rapport à ceux qui n’ont rien. Médite sur la solitude. Il y a tant de vieillards et d’enfants qui meurent seuls. Que chacun d’entre eux soit une partie de toi-même. Écoute leur souffrance. Réconforte-les. Aime-les.

– Peux-tu m’en dire plus sur les événements à venir ?

(J.C.) Non mon enfant. Il suffit simplement de me faire confiance. Il ne faut jamais chercher à savoir de quoi sera fait le futur. Je donne la victoire à ceux qui m’aiment.

– Je crois en Toi, Seigneur, de tout mon cœur, de toute mon âme.

(J.C.) Loué sois-tu. Sois heureux. Sois béni. Je ferai flotter ma tente au-dessus de toi. Je suis ton refuge. Je t’aime mon tout petit. Surtout aime-bien tous ceux que je t’enverrai.

– Je ferais de mon mieux Seigneur. J’espère être digne de toi. Garde-moi dans ton cœur, je t’en prie. Je renonce aux trésors de la terre pour chercher ceux des cieux.

(J.C.) C’est un vœu pieux. Parle bien de moi autour de toi car je suis. Pleure sur tes fautes et je t’affermirai. Je te suivrai et je t’aimerai comme j’aime tous mes bons enfants. Va en paix et surtout ne pèche plus. N’oublie pas tes prières quotidiennes. Va.

– Amen, Seigneur, Amen.

Stéphane, le 16 novembre 2019

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/11/dialogue_avec_jesus_christ.pdf

Bonne fête de la Toussaint

Chers amis,

Nous fêtons en ce jour la fête de la Toussaint et non pas cette ténébreuse chose importée des États-Unis.

Le respect de nos traditions catholiques est important pour notre Salut.

Je vous invite à méditer sur le magnifique catéchisme en images du bon père Vincent Paul Bailly.

https://lafrancechretienne.wordpress.com/2018/02/27/catechisme-en-images-du-pere-vincent-paul-bailly-haute-qualite/

Dieu vous garde

La Crucifixion de Jésus-Christ

La Crucifixion de Jésus-Christ

Jésus-Christ était, aux alentours de trois heures de l’après-midi, sur la croix d’infamie. Son amour pour l’humanité débordait davantage tandis qu’il souffrait le martyr. Les clous plantés sous la paume de ses mains lui infligeaient des douleurs ineffables. Aucun mot humain ne pourrait décrire cette atrocité. Le sang séché qui recouvrait les plaies béantes lui donnaient l’impression que son corps allait se déchirer. Les coups qu’on lui avait porté avaient endoloris ses muscles à un point tel qu’il ne sentait plus l’atrocité de la douleur. Son âme était portée vers le Père qu’Il aimait tant. C’est à ce moment-là qu’il demanda, d’une voix douce, « Père, père, pourquoi m’as-tu abandonné ? ».

Il avait pressenti au début de sa mission terrestre ce moment. Il l’avait redouté au Jardin des Oliviers tandis que ses apôtres somnolaient bruyamment. Pour évacuer la douleur à venir, il s’était agenouillé et avait supplié le Père de lui épargner cette ignominie. Toutefois, sachant qu’Il devait se donner pour Sauver le monde, il lança, si tendrement, et, si douloureusement : « Père éloigne cette coupe de mes lèvres mais que Ta volonté soit faite et non pas la mienne ».

Les femmes qui pleuraient au pied de la Croix, et les rares hommes encore présents, semblaient ne pas encore comprendre ce qu’Il ressentait. Il souffrait, certes, physiquement, mais, cette douleur n’était rien comparé à l’atrocité du déchirement de son âme. Ses frères ne comprenaient pas l’Amour qu’Il leur portait. Son Amour était, jusqu’à ce jour, inconnu sur la terre. Ses commandements de Paix restaient un enseignement rare parmi un peuple endurci à cause de la dureté de la Loi mosaïque.

Pour les uns, Jésus-Christ était un imposteur, pour certains, il était un magicien, pour d’autres, il était un prophète, mais, pour ses véritables frères, Il était le Messie annoncé dans les écrits prophétiques du livre sacré de la Torah.

Du haut de Sa Croix, il pouvait contempler le désert et une partie de la ville de Jérusalem. Le ciel était gris et il faisait plutôt froid par moment. Un vent plus ou moins glacial soufflait sur la triste colline du Golgotha. On pouvait désormais nommer cet endroit le « mont du Calvaire ».

Jésus-Christ se souvint de l’humiliation que lui avaient infligés ces soldats romains. Ils l’avaient frappé de toutes leurs forces après sa flagellation, lui avaient arraché son habit blanc pour lui jeter une chemise rouge en lui disant : « tiens le juif, voilà ton manteau de roi » tandis qu’ils se mirent à rire à gorge déployée. Ils lui avaient enfoncé sur le sommet du crâne une couronne d’un bois aux longues et dures épines en lui lançant : « voilà ta couronne » tandis qu’une majorité s’esclaffait. Enfin, ils lui donnèrent, en guise de sceptre, un roseau. Un soldat lui envoya un violent coup de pied en disant : « voici le nouveau roi ! » alors qu’il éclata d’un rire cruel.

Jésus-Christ n’en voulait pas aux hommes. Il savait qu’ils ne connaissaient pas l’Amour du Père. Ils ne pouvaient pas comprendre Son enseignement. La Charité était encore inconnue parmi les civilisations. La plupart des païens confondaient les plaisirs sensuels avec l’amour authentique dénué de rapports physiques. La Charité répond à cette définition : « Aimez-vous les uns les autres, d’un amour fraternel, comme Je vous ai aimé ».

Jésus-Christ aimait à répéter :

« Soyez des frères les uns pour les autres. Partagez votre pain. Faites du bien à chaque fois que vous le pouvez. Et, surtout, pardonnez vos frères, non pas sept fois, mais, sept fois soixante-dix sept fois. Conservez votre calme malgré les épreuves car une récompense vous attend dans le Ciel à cause de votre patience bienveillante. Le Père est Bon et vous serez jugés selon votre comportement envers les autres. Mieux vaut pour l’homme cruel de souffrir ici-bas plutôt que d’être un exemple d’infamie pour le Père. En Vérité, ceux qui ont connu le plaisir terrestre ont déjà reçu leur récompense. C’est pour cela que je vous dis : heureux les pauvres d’esprit, heureux ceux qui ont soif de Justice, heureux les réprouvés, heureux ceux qui souffrent, heureux les doux, heureux les humbles, heureux les enfants, car le Royaume des Cieux leur appartient déjà. Aimez-vous comme Je vous aime, aimez-vous comme Dieu vous aime. »

Soudainement son cœur s’emballa, ses poumons remplis d’eau et de sang le firent suffoquer, son sternum se serra violemment, c’était la fin. Une atroce douleur lui fit pousser un grand cri avant d’expirer. Sa tête retomba doucement sur le côté. Jésus-Christ venait de rendre son dernier souffle. C’est à ce moment précis que le ciel s’obscurcit et que le soleil ne donna plus sa lumière. Un éclair frappa le Temple tandis qu’un violent séisme le brisa en deux. Les pharisiens furent apeurés par ce qui semblait être une colère divine. Certains dirent parmi la foule et le brouhaha : « peut-être était-Il vraiment le Fils de Dieu ? ».

Trois jours plus tard, dans le saint Sépulcre, La Résurrection de son esprit marqua brutalement le drap qui recouvrait son corps parfumé d’onctions. Le « saint Suaire » venait de marquer l’humanité. L’esprit de Jésus-Christ revint à la vie. C’est par ce miracle divin qu’Il se manifesta aux femmes, aux apôtres et à plusieurs centaines de personnes. Lorsqu’Il eut terminé Son enseignement si bénéfique, si rassurant, si fort de l’Amour de Dieu, Jésus-Christ disparut soudainement dans un grand nuage de brume. Il laissa derrière lui l’espoir d’un monde nouveau. Les concepts de Foi, d’Espérance et de Charité venaient de naître.

Ses apôtres édifiés par Leur Maître et Remplis d’un Souffle nouveau parcoururent la Terre pour convertir les Païens aux enseignements du Christ. C’est ainsi que Notre histoire commença. La sainte Église se constitua doucement au fil des siècles suite à la persécution des empereurs romains.

Ne laissons pas mourir Notre histoire, soyons dignes de Notre Maître. Soyons les disciples, soyons les apôtres de Jésus-Christ. Répondons-Lui favorablement par la présence de notre amour pour Dieu et les hommes.

Restons dignes de l’Amour du Père.

La France appartient au Christ-Roi pour l’Éternité.

Allez en Paix. Que la Grâce soit avec vous.

Stéphane, le 11 octobre 2019

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/10/la_crucifixion_de_jesus_christ.pdf

Neuvaine à saint Michel Archange

Premier jour de la neuvaine. En l’honneur des Séraphins

Saint Michel Archange, rempli de la sagesse de Dieu, fort dans le combat, venez à mon aide, soutenez-moi dans les difficultés, les épreuves, quand je souffre, quand je doute, quand je pleure. Obtenez-moi le courage, la force, la volonté, pour ne pas me laisser abattre. Saint Michel Archange, soyez mon défenseur et protecteur contre les forces du Mal.

Prince très glorieux de la milice céleste, Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat contre les princes et les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants répandus dans l’air. Venez au secours des hommes que Dieu a faits, à l’image de sa propre nature, et rachetés à grand prix de la tyrannie du démon. Amen

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Deuxième jour de la neuvaine. En l’honneur des Chérubins

Saint Michel, Prince de la Milice des Anges, je vous invoque, exaucez-moi.

Je vous supplie de prendre mon âme, au dernier jour, sous votre très sainte garde et de la conduire au lieu du rafraîchissement, de la paix et du repos, où les âmes des saints attendent dans la joie ineffable, le jugement à venir et la gloire de la résurrection glorieuse. Que je parle ou me taise, que je veille, que je marche ou me repose, gardez-moi dans l’accomplissement de toutes mes œuvres, dans tous les actes de ma vie. Préservez-moi des tentations des démons et des peines de l’enfer.

Saint Michel Archange, terreur des démons, vainqueur de Satan, venez à mon secours, dans la lutte que je dois mener chaque jour contre mes défauts, contre les mauvaises influences qui m’assaillent de toutes parts. Aidez-moi à vaincre les tentations et à mener le bon combat avec persévérance et confiance pour mon plus grand bien. Amen.

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Troisième jour de la neuvaine. En l’honneur des Trônes

Grand défenseur du peuple chrétien Saint Michel Archange, pour remplir dignement la mission qui vous a été confiée de défendre l’Église, terrassez l’hérésie, exterminez les schismes et confondez l’incrédulité.

Multipliez vos victoires sur les monstres infernaux qui veulent détruire notre foi.

Que l’Église de Jésus-Christ accueille de nouveaux fidèles et s’agrège des royaumes entiers afin qu’elle puisse peupler le ciel d’âmes élues, pour la plus grande gloire du divin Rédempteur, à qui vous-même devez vos triomphes, vos mérites et votre éternelle félicité.

Saint Michel Archange, fidèle serviteur de Dieu, humble et fidèle à votre Créateur, vous vous êtes levé et vous avez combattu contre Lucifer, le rebelle, l’orgueilleux. Soyez mon soutien ma force dans la lutte contre le mal. Apprenez-moi à louer, à aimer, à servir le Seigneur notre Dieu, dans l’humilité, la confiance, la fidélité et l’amour. Amen.

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Quatrième jour de la neuvaine. En l’honneur des Dominations

Ô vous, qui êtes le Prince et le Porte-étendard des bons Anges, assistez-moi toujours dans votre bonté et sauvez-moi.

Des légions de l’ange des ténèbres préservez-moi, afin que, sous votre conduite, je partage la lumière des bons Anges.

Devant le trône du Juge Suprême, soyez mon défenseur, plaidez ma cause et conjurez la colère du juste vengeur.

Que, par vous, à mes travaux, à mon repos, à mes jours et à mes nuits soit donnée la prospérité ; que ma pensée soit toujours prête pour les œuvres de Dieu.

Saint Michel Archange, Ange de la paix, dans le combat du ciel, vous avez rassemblé les anges fidèles pour vaincre Satan et pour louer Dieu dans l’allégresse, dans la joie et la paix ; je vous prie spécialement d’intercéder pour faire régner la paix dans les cœurs, les familles, l’Église, les nations et le monde. Que vienne le Règne de paix et d’amour du Christ notre Sauveur. Amen.

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Cinquième jour de la neuvaine. En l’honneur des Puissances

Saint Michel Archange, c’est vous que la sainte Église vénère comme son gardien et son protecteur. C’est aussi à vous que le Seigneur a confié la mission d’introduire dans la céleste félicité, les âmes rachetées.

Priez donc le Dieu de Paix, d’écraser Satan sous nos pieds afin qu’il ne puisse plus retenir les hommes dans ses chaînes et nuire à l’Église.

Présentez au Très-Haut nos prières, afin que, sans tarder, le Seigneur nous fasse miséricorde.

Vous-même, saisissez le dragon, l’antique serpent, qui est le diable et Satan, et jetez-le enchaîné dans l’abîme, pour qu’il ne séduise plus les nations.

Saint Michel Archange, bienfaiteur des peuples qui vous honorent, soyez toujours à mes côtés. Apprenez-moi à vivre en communion incessante de cœur et d’esprit avec le Seigneur, en paix avec mes frères. Présentez à Dieu mes humbles prières et supplications. Priez avec moi, priez pour moi, soutenez-moi. Amen.

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Sixième jour de la neuvaine. En l’honneur des Vertus

Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat, afin que nous ne périssions pas au jour du redoutable jugement.

Prince très glorieux, souvenez-vous de nous, et priez le Fils de Dieu pour nous, partout et toujours.

Quand vous combattiez le dragon, on entendit du ciel la voix de ceux qui disaient : « Salut, honneur et gloire au Dieu Tout-Puissant ! » La mer se souleva, la terre trembla, quand vous êtes descendu du ciel. Venez au secours du peuple de Dieu.

Saint Michel Archange, notre soutien dans la lutte contre le mal, voyez le combat acharné et continuel que les forces du mal livrent contre les enfants de Dieu. Je vous en supplie, intercédez pour nous, soutenez ceux qui sont méprisés, rejetés, persécutés, pour qu’ils puissent rester fidèles au Seigneur. Obtenez-leur, obtenez-nous le courage, la confiance, la persévérance. Amen.

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Septième jour de la neuvaine. En l’honneur des Principautés

Ô Saint Michel, Prince trois fois saint de la Milice sacrée, Dieu vous a chargé d’organiser et de conduire les phalanges angéliques, très dignes de tout culte, de toute louange et de tout éloge.

Éclairez mes sens intérieurs, fortifiez mon pauvre cœur agité par les tempêtes de cette vie ; élevez vers les hauteurs de la céleste sagesse mon esprit, incliné vers les choses de la terre ; affermissez mes pas sur le sentier qui conduit aux Cieux ; guérissez les plaies de mon âme ; faites disparaître la trace de toutes les souffrances qu’engendrent en moi misères et malheurs.

Saint Michel Archange, gardien et patron de la Sainte Église, voyez aujourd’hui l’Église du Christ, parfois contestée, critiquée par les forces du mal. Saint Michel, soutenez Sa Sainteté « le Pape » et tous les fidèles en communion avec lui. Éclairez ceux qui doutent et qui chancellent. Soyez aujourd’hui et toujours le défenseur et le protecteur de la Sainte Église du Christ. Amen.

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Huitième jour de la neuvaine. En l’honneur des Archanges

Archange Saint Michel, qui avez pour mission de recueillir nos prières, de diriger nos combats et de peser nos âmes, je rends hommage à votre beauté.

Elle est si semblable à celle de Dieu, qu’après son Verbe éternel aucun autre Esprit céleste ne vous est comparable.

Votre volonté, harmonieusement est unie à celle du Cœur immaculé de Marie, pour le bien de l’homme.

Défendez-moi contre les ennemis de mon âme et de mon corps. Rendez-moi sensible le réconfort de votre assistance invisible et les effets de votre vigilante tendresse.

Saint Michel Archange, dont la prière conduit au bien, voyez notre prière bien humaine et compréhensible quand un être cher est enlevé à notre affection. Vous êtes notre intercesseur auprès de Dieu, priez intensément pour le repos de l’âme de nos chers défunts et pour la consolation de ceux qui les pleurent. Que Dieu de Miséricorde les accueille dans le bonheur de la vie éternelle. Amen.

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Neuvième jour de la neuvaine. En l’honneur des Anges

Glorieux Archange Saint Michel, vous êtes le grand zélateur de la gloire de Dieu et protecteur de l’Église universelle.

Le Tout-Puissant vous a confié la mission de recevoir les âmes à la sortie du corps, pour les présenter au très juste Juge. Daignez me secourir dans mon dernier combat.

Accompagné de mon bon Ange gardien, venez à mon aide, et chassez loin de moi tous les esprits infernaux.

Ne permettez pas qu’ils m’épouvantent alors. Fortifiez-moi dans la Foi, l’Espérance et la Charité, afin que mon âme portée par vous à son juge, soit introduite aussitôt au lieu du repos, pour y régner éternellement avec son Rédempteur. Amen.

Saint Michel Archange, vous introduisez les âmes dans la lumière éternelle. À chaque seconde, des âmes quittent cette terre d’exil, soyez auprès des agonisants qui livrent le dernier combat contre le prince du mensonge et du mal, qui voudrait les entraîner dans l’abîme. Avec la Vierge Marie, soyez auprès de nous pour nous assister à l’heure du grand passage vers l’éternité. Présentez notre âme au Dieu de Miséricorde et d’Amour. Amen.

Me confiant en l’intercession de votre Bienheureux Archange Saint Michel, je vous supplie, Seigneur, de m’accorder la grâce.

Saint Michel Archange, de votre lumière éclairez-nous. De vos ailes, protégez-nous. De votre épée, défendez-nous.

Litanies à saint Michel, Prince de la Milice céleste

Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus-Christ, ayez pitié de nous
Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus-Christ, écoutez-nous
Jésus-Christ, exaucez-nous
Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous
Sainte-Marie, Mère de Dieu, priez pour nous
Sainte-Marie, Reine des Cieux, priez pour nous
Sainte-Marie, Reine des Anges, priez pour nous
Saint-Michel Archange, priez pour nous
Saint-Gabriel Archange, priez pour nous
Saint-Raphaël Archange, priez pour nous
Esprits bienheureux des neuf chœurs des Anges, priez pour nous
Saint-Michel, héraut du Christ-Roi et de la Reine du Monde, priez pour nous
Saint-Michel, miroir d’humilité, priez pour nous
Saint-Michel, terreur des démons, priez pour nous
Saint-Michel, protecteur et défenseur du saint sacrifice de la Messe, priez pour nous
Saint-Michel, rempli de la Sagesse divine, priez pour nous
Saint-Michel, parfait adorateur du Verbe divin, priez pour nous
Saint-Michel, couronné d’honneur et de gloire, priez pour nous
Saint-Michel, très puissant prince des armées célestes, priez pour nous
Saint-Michel, porte-étendard de la Sainte Trinité, priez pour nous
Saint-Michel, gardien du Paradis, priez pour nous
Saint-Michel, guide et consolateur du peuple d’Israël, priez pour nous
Saint-Michel, splendeur et forteresse de l’Église militante, priez pour nous
Saint-Michel, lumière des anges, priez pour nous
Saint-Michel, force de ceux qui combattent sous l’étendard de la Croix, priez pour nous
Saint-Michel, lien de la charité fraternelle, priez pour nous
Saint-Michel, lumière et confiance des âmes au dernier terme de leur vie, priez pour nous
Saint-Michel, secours très assuré, priez pour nous
Saint-Michel, notre aide dans toutes nos adversités, priez pour nous
Saint-Michel, héraut de la sentence éternelle, priez pour nous
Saint-Michel, consolateur des âmes retenues au Purgatoire, priez pour nous
Saint-Michel, que le Seigneur a chargé de recevoir les âmes après la mort, priez pour nous
Saint-Michel, notre prince, priez pour nous
Saint-Michel, notre avocat, priez pour nous

V/. Priez pour nous, ô glorieux Saint-Michel, prince de l’Église de Jésus-Christ.
R/. Afin que nous puissions être dignes de ses promesses.

Prions

Seigneur Jésus-Christ, sanctifiez-nous par une bénédiction toujours nouvelle et accordez-nous, par l’intercession de Saint-Michel Archange, cette sagesse qui nous enseigne à amasser des trésors dans le Ciel et à échanger les biens du temps contre ceux de l’éternité. Vous qui vivez et régnez, avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen !

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/neuvaine_saint_michel_archange.pdf

La France mahométane des derniers temps

Chers amis,

Nous vivons une époque très particulière. Comme nous le savons, la révolution française a assassiné la royauté en ôtant la vie du bon roi Louis XVI. Ce geste annonçait la haine du catholicisme et de sa morale découlant des commandements de Jésus-Christ. Les colonnes infernales l’ont prouvé avec leurs abominations perpétrées envers les catholiques de Vendée. Ensuite, la 3e République n’a jamais démenti cette haine en envoyant les poilus se faire massacrer pendant la première guerre mondiale, comme de la vulgaire chair à canon. Les politiciens ont toujours su se mettre à l’abri des combats en se retranchant derrière leurs privilèges.

Revenons maintenant en 2019, longtemps après ces terribles faits, pour commencer ce nouvel article. La république française est à l’agonie. À sa tête s’est haussé un pathétique tyran, tout à la fois immoral et hautain, comparable au plus sordide des petits barons d’autrefois. La France a renoncé à sa foi catholique. Les prêtres français qui, autrefois, honoraient le Christ en servant une messe quotidienne, et, édifiaient les croyants par leurs magnifiques sermons, sont, aujourd’hui, les témoins de la démolition des églises. La foi catholique semble faire partie d’un lointain passé, surtout lorsqu’on découvre la vie des saints qui jalonnaient le sol de l’Europe :

« Thomas est un enfant de 20 mois. Sa mère s’en va le laissant jouer, tout seul, à la maison. À son retour, elle le retrouve mort, noyé dans un baquet rempli d’eau.

Désespérée, elle invoque alors l’aide de saint Antoine de Padoue, le prie avec ferveur et fait le vœu d’offrir aux pauvres autant de pain que le poids de son enfant, sitôt que celui-ci sera revenu à la vie. Son fils est miraculeusement ressuscité et c’est de ce miracle qu’est née la tradition du « poids de l’enfant », une pratique qui consiste à prier pour obtenir la protection du Saint sur les enfants, en promettant d’offrir aux pauvres la quantité de pain correspondant au poids de l’enfant.

Ce miracle est également à l’origine de l’« Œuvre du Pain des Pauvres » et de la Caritas Saint-Antoine, les associations caritatives qui, au nom de saint Antoine, apportent nourriture, biens de première nécessité et assistance matérielle aux pauvres du monde entier. » (Miracle de saint Antoine de Padou tiré du site sanantonio.org)

Le peuple français est le témoin passif de la disparition de la charité chrétienne. Au lieu d’en pleurer, la plupart des gens regardent d’un œil distrait les séries américaines en étant confortablement installés dans leur canapé acheté à crédit. L’homme est devenu aveugle à la beauté, car il ne sait plus contempler les œuvres de Dieu.

Les politiciens profitent de notre passivité et de notre indifférence. C’est pourquoi la GPA (gestation pour autrui) sera votée et réservé de préférence aux femmes, au détriment des hommes désireux de vouloir construire une famille. Le mouvement des gilets jaunes, qui se consacre aux questions financières, est également un formidable levier pour les politiciens qui voient là le moyen de détourner l’attention des masses prolétariennes restées proches des idées marxistes.

Face à la destruction de la foi catholique et à l’avancée des idéologies progressistes qui sont les ennemies de la loi naturelle, des personnes cherchent à se rattacher à des croyances. En effet, l’homme est un animal spirituel qui a besoin de croire. Comme la foi catholique n’est plus enseignée par des apôtres zélés de Jésus-Christ, le Coran est, pour certains, une source d’espoir.

Les conversions à l’Islam sont favorisées par un antisémitisme sournois. L’antijudaïsme est notamment né en France à la fin du XIXe siècle. Certains auteurs catholiques de cette époque, comme Roger Gougenot des Mousseaux, ont donné naissance à un mouvement de rejet du peuple déicide. L’affaire Dreyfus n’est pas encore terminée, même si plus personne n’en parle de nos jours. Cet antisémitisme est, finalement, défavorable à l’esprit biblique. En effet, l’Ancien Testament n’est plus perçu comme l’annonciateur de Jésus-Christ mais comme un livre infâme dévoilant un dieu cruel. C’est là un signe de méconnaissance biblique.

Il faudrait tout d’abord lire le Nouveau Testament pour être en mesure de comprendre l’Ancien. Beaucoup de juifs pratiquants de l’époque de Jésus-Christ étaient fidèles à la Loi de Moïse, hormis les scribes, les pharisiens et les sadducéens. Jésus-Christ a annoncé être venu, non pas pour abolir la Loi et les prophètes, mais pour accomplir les écritures.

Sans parler de l’hérétique Vatican II, l’Église s’est toujours opposée à l’antisémitisme puisqu’elle conservait précieusement la Paix de Jésus-Christ en restant fidèle à la tradition. Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que l’antisémitisme nous enferme dans une haine diabolique. Je ne dis pas qu’il faut être aveugle mais qu’il faut refuser de tomber dans le ressentiment. Il est évident que le sionisme est une détestable hérésie matérialiste. Le mieux est de l’expurger de nos pensées pour rester fidèle à l’esprit de Jésus-Christ. Nous devons apprendre à dépasser nos sentiments humains pour nous maintenir dans la paix. C’est particulièrement difficile à cause de notre siècle impie. Les saints d’antan disaient qu’un temps viendra où il faudrait lutter chaque jour pour rester fidèle à la foi. Il ne s’agit plus d’une prophétie mais d’une réalité tangible.

Revenons maintenant à notre sujet. De plus en plus de femmes décident de porter le voile. De nombreuses raisons les animent. Il est difficile de savoir si elles le font par humilité devant Dieu, par pudeur, par respect ou par peur des hommes. Dans tous les cas, ces voiles ne sont pas ceux de la tradition catholique. Le voile catholique étant réservée aux sœurs qui pratiquaient le véritable esprit de charité :

« Les Turcs, qui méprisent tant les femmes, ont la plus grande admiration et le plus grand respect pour les hirondelles d’Allah, comme ils appellent nos bonnes Sœurs. « Quoique, selon eux, les femmes ne doivent pas aller au Ciel, ils disent que le Bon DIEU doit faire une exception pour nous, et que nous serons les premières ; ils me promettent même de me donner leur place s’ils vont au Ciel avant moi, afin de ne pas me laisser attendre. » (Lettre de Sœur Mansaid, Constantinople, 17 mars 1888, à la très honorée Mère Havard. Annales de la Congrégation de la Mission, t. LIII, n°3, 1888, p. 37o.) »

Face à la vacuité de l’athéisme, le Coran annonce l’espoir pour ceux qui n’ont pas connu la Bible. De nos jours, rares sont ceux qui connaissent l’Ancien et le Nouveau Testament. Et même s’ils le faisaient dans la solitude, beaucoup ne seraient pas en mesure de comprendre le sens profond des versets puisque la plupart des prêtres n’enseignent plus la foi catholique, par manque de fidélité et de vigueur.

Finalement, dans la France de 2019, il est plus facile de se renseigner auprès de l’imam de la mosquée voisine ou de demander aux copains musulmans un renseignement concernant le Coran.

Ce que je veux dire, c’est que l’effondrement de la foi catholique n’est certainement pas un hasard. Jésus-Christ choisit ceux qui lui seront fidèles. Nous ne sommes pas en mesure de le faire par nous-même. L’aveuglement de la majorité est certainement une volonté divine en attendant la future conversion des foules mahométanes.

Maintenant, expliquons qui est Mahomet, le fondateur de l’Islam. Avant l’avènement du prophète, l’Arabie était plongée dans la superstition et les pratiques détestables :

« Les Arabes, enclins, en général, à beaucoup de sensualité, étaient non seulement polygames, mais encore adonnés aux vices contre nature que flétrit le Lévitique (XVIII, 22 et 23) et qui furent la plaie de Rome et d’Athènes aussi bien que de la Perse et de la cour d’Henri III. Ceux qui s’y livraient ou s’y prêtaient étaient fort méprisés. On rapporte qu’Abu Bakr fit brûler vif un de ces misérables. Nous n’insisterons pas davantage sur ce sujet, mais il fallait l’indiquer pour montrer quels vices Mahomet eut à combattre. » (L’Islam et son fondateur, étude morale par Jules-Charles Scholl, 1874)

Il est intéressant de savoir que le Baphomet des Templiers n’est pas une idole à trois têtes ou un démon à tête de bouc tel que le représentent les satanistes depuis le XIXe siècle. Le meilleur ennemi de l’homme est l’occultisme et l’irrationalisme parce qu’il mêle la vérité aux mensonges. En réalité, le Baphomet est une déformation du nom de Mahomet :

« Au Moyen Âge, le Prophète de l’Islam n’était guère connu que de nom en Occident. Son nom même de Mohammed ou Mohammad était mutilé de la façon la plus barbare en Maphomet, Baphomet, Bafum, de là les mots de bafumerie, mahomerie, mômerie, qui désignaient à l’origine un culte superstitieux et impur. Pour les gens du onzième et douzième siècles, Mahomet était une espèce de faux dieu auquel on offrait des sacrifices humains. » (L’Islam et son fondateur, étude morale par Jules-Charles Scholl, 1874)

Voici comment Jules-Charles Scholl décrit, en 1874, Mahomet à la suite de longues recherches et dialogues avec d’autres écrivains :

« Proclamer nettement la foi à l’unité de Dieu et à la vie future au sein d’un peuple polythéiste et enclin au fétichisme ; épurer les mœurs de ses concitoyens grossiers et cruels ; donner une législation forte et des préceptes d’une morale souvent élevée, à des hommes turbulents, incapables jusqu’alors de reconnaître une autorité stable : tels ont été les mérites incontestables du fondateur de l’Islam. Mais à côté de ces grandes qualités, marques irrécusables d’un haut génie, que de taches dans la carrière de ce législateur, qui se mettait lui-même, dans un certain sens, au-dessus de Moïse et de Jésus-Christ, et que ses adhérents proclament « la gloire de toute créature terrestre ! » Sans parler des lacunes que peut présenter le Koran comme code civil et criminel, il est malheureusement trop probable que Mahomet en imposa souvent à ses auditeurs, et, s’il ne leur débita pas d’effrontés mensonges, il abusa du moins de son prestige pour exiger d’eux des marques d’un respect exagéré qui devint de l’adoration. »

« Le principal reproche que nous adresserons au Prophète arabe est d’avoir recouru au glaive pour propager sa religion. Si l’histoire prouve que « le sang des martyrs est la semence de l’Église », il n’en est pas moins vrai que ce n’est point par la violence que l’on fait triompher, moralement, une doctrine religieuse ou une opinion politique. Les fureurs de l’Inquisition et les proscriptions de Louvois n’ont pas anéanti le protestantisme, et les échafauds de la Convention n’ont pas tué, en France, la Légitimité. »

« Mahomet était un Arabe ; il participait à la nature à la fois passionnée, ardente, grave et méditative des tribus de l’Hedjâz. Pieux et ami des plaisirs, patient et violent tour à tour, il réunissait en lui les contrastes du caractère arabe : il fut le type le plus complet de sa nation. Il connaissait les tendances et les aspirations de celle-ci, et sut les satisfaire ; il vit ses faiblesses et ses vices et chercha à leur opposer une digue. Sa perspicacité, sa patience et son intelligence furent les principales causes de son triomphe. » (L’Islam et son fondateur, étude morale par Jules-Charles Scholl, 1874)

Jules-Charles Scholl nous décrit talentueusement le caractère des Arabes :

« La générosité, la bienfaisance, l’hospitalité étaient les principales vertus des Arabes. Celui qui se ruinait en les pratiquant jouissait d’une grande considération. Une maxime orientale dit : « Que le torrent de votre libéralité s’échappe de votre main sans que votre oreille même en entende le bruit. » Les lois inviolables de l’hospitalité commandaient les égards et le respect envers les êtres les plus indignes et même les plus dangereux. Meidani, dans son recueil de proverbes, rapporte, à ce sujet, un trait incroyable s’il ne s’était passé en Arabie. « Des chasseurs poursuivaient une hyène. L’animal, fuyant devant eux, se réfugia sous la tente d’un Arabe. Aussitôt ce dernier saisit un glaive, et défend aux chasseurs de toucher à la hyène, qui vient implorer son hospitalité. Il nourrit de lait l’animal féroce, qui finit par dévorer son bienfaiteur. Un poète, ajoute Meidani, fit à cette occasion les vers suivants : Celui qui comble de bienfaits un homme indigne, a le sort de celui qui prit la hyène sous sa protection ».

L’aumône, qui est fréquemment ordonnée dans le Korân, est célébrée par une foule de maximes. L’avarice était en horreur : on en a la preuve par les nombreux proverbes qui flétrissent ce vice. Par exemple : « De la main de l’avare il ne tombe pas même un grain de moutarde ». — « L’avare met une bride au rat de la maison » c’est-à-dire, il veut tout garder, même ce qu’il lui est impossible de conserver. L’avare ressemble « au feu du ver luisant », qui n’éclaire ni ne réchauffe. Les Arabes considèrent même comme avare celui qui cherche à s’excuser quand on lui demande l’hospitalité. De là le dicton : « Plus avare que celui qui s’excuse ». (L’Islam et son fondateur, étude morale par Jules-Charles Scholl, 1874)

Maintenant, brossons rapidement le portrait du Coran grâce aux écrits de Jules-Charles Scholl :

« Le Korân est, comme chacun le sait, le livre sacré des Musulmans : il contient l’enseignement du Prophète dégagé de tout alliage. Il est donc nécessaire de distinguer nettement, dans notre étude, la doctrine du Korân de celle de la tradition (Sunna), recueil de commentaires, de légendes, de paroles peu authentiques attribuées à Mahomet, et de fables étranges sur le monde, les Prophètes, le Korân et la vie future. Dans ce chapitre, nous nous bornerons exclusivement au Korân. Privé des commentaires du Sunnite Baidhâwi et du Mutazilite Zamakhschari, nous ne pouvons apprécier leur manière de voir ; il ne nous est accordé de connaître le livre de Mahomet qu’à travers la pâle reproduction d’une traduction française, très correctement écrite du reste, par M. Kasimirski.

M. Palgrave pense que « la lecture de ce singulier ouvrage est insoutenable pour un lecteur anglais ou français » ; et, de son côté, le savant M. de Bunsen déclare n’avoir jamais pu traverser « le marécage du Korân ». Nous avons, à notre tour, entrepris cette lecture réputée si difficile ; nous l’avons faite la plume à la main, notant à mesure le sens de chaque verset ; et véritablement le Korân est un ouvrage d’un haut intérêt et d’une lecture souvent édifiante. Malgré la monotonie de son enseignement, le Korân ne manque pas de grandeur, et le sensualisme qu’on lui reproche est bien loin d’être aussi accentué qu’on le dit. Les descriptions du Paradis sont relativement peu nombreuses et assez courtes ; elles peuvent très-bien s’expliquer allégoriquement, comme nous le verrons dans l’exégèse du texte même : Mahomet promet des jouissances plus nobles et plus pures aux croyants intelligents que le jus de la vigne ou les embrassements des femmes. Quant à ces houris si décriées, elles sont mentionnées dans les Sourates II, 23 ; III, 13, et IV, 60 ; puis il n’en est plus question jusqu’au chapitre XXXVI. Ces passages appartiennent la plupart aux premiers temps de la prédication du Prophète, et les houris n’y sont mentionnées que très-rapidement. On sait que les premières Sourates de Mahomet sont placées à la fin du Korân, tel qu’il est divisé actuellement.

Dans le mahométisme, comme dans toutes les religions, on doit distinguer nettement entre la croyance des hommes intelligents et celle du vulgaire ignorant et superstitieux. On jugerait mal de l’esprit du Christianisme en se figurant Dieu comme un vieillard à barbe blanche, ou Satan avec des cornes et des pieds de bouc. On ne partage plus guère ces illusions enfantines. Il en est de même pour l’Islâm.

Que le peuple des rues de Constantinople ou du Caire se réjouisse de se reposer un jour en réalité sur les tapis verts du Paradis, auprès du fleuve du Kauther : c’est très-possible ; mais encore une fois, comme nous le verrons en temps et lieu, ce n’est point là l’idée véritable du Korân, qui est fortement spiritualiste. Ces descriptions du Paradis et de l’Enfer ne sont que des images et des symboles.

La doctrine du Korân est fort simple et peut se résumer en deux mots :

Dieu est un ; il n’y a pas d’autre Dieu que lui. Il a créé l’homme, lequel a pour ennemi déclaré Satan. Dieu, qui est indulgent et miséricordieux envers ses créatures, envoie de temps en temps des Apôtres pour amener les hommes à la connaissance de la vérité par des signes évidents (miracles) et par la prédication.

Le dernier et le plus grand de ces Envoyés c’est Mahomet. Un jour, au Jour dernier, Dieu rassemblera tous les hommes devant lui et les jugera selon leurs œuvres. Ceux qui auront adoré le Dieu unique et fait le bien entreront dans le Paradis ; ceux qui auront été idolâtres et impies seront précipités dans le feu de l’Enfer, où ils brûleront éternellement.

Telle est, dans sa plus grande simplicité, la doctrine du Korân. Ces enseignements sont sans cesse répétés ; ils sont entremêlés de quelques ordonnances concernant la famille et l’état, mais les dogmes de l’Unité de Dieu, du Jugement dernier et de la vie future sont les trois principaux piliers, je dirais même les seuls piliers de l’édifice musulman. Aucun livre sacré (sans en excepter la Bible) ne présente ces doctrines avec une aussi grande netteté que le Korân. Il est impossible de se tromper sur la pensée véritable du fondateur de l’Islâm, et ce n’est qu’en subtilisant et en ergotant sur les mots, que les hérétiques orientaux ont réussi à former un nombre considérable de sectes. Mais ce peu de variété dans l’enseignement dogmatique, cette immutabilité de vues et d’expressions, s’ils contribuent à la clarté du Korân, le rendent en effet d’une monotonie un peu fatigante. Malgré de nombreux éclairs de génie, de beaux et généreux préceptes, quelques images bien choisies et une certaine poésie que la traduction n’a pas effacée, le livre de Mahomet reste bien au-dessous de la Bible et ne peut soutenir la comparaison avec l’Évangile, tout à la fois varié, gracieux et sublime. Nous portons ce jugement avec autant d’impartialité que possible, et nous ne le croyons pas trop sévère. Il est du reste facile au lecteur de juger par lui-même. Qu’on lise une Sourate quelconque, — elles se ressemblent toutes ; — qu’on choisisse par exemple la XV° ou la LIV° ; — qu’on lise ensuite le chapitre II de la seconde épître catholique de saint Pierre, qui n’est pas sans une certaine analogie de style et même d’idées avec le Korân. Même au point de vue purement littéraire, on ne pourra s’empêcher de décerner le prix de l’éloquence à l’apôtre du Christ. » (L’Islam et son fondateur, étude morale par Jules-Charles Scholl, 1874)

La lecture de son ouvrage « l’Islam et son fondateur » est fortement recommandée. Il nous éclaire sur le style du Coran, la vie à l’époque de Mahomet et la raison de ses erreurs. Un dicton dit qu’« il faut connaître son ennemi pour le vaincre. » Comme nous le rappelons, l’Islam n’est pas un ennemi physique mais un adversaire spirituel qui nous empêche de retourner à nos origines catholiques. Il nous faut donc connaître le Coran pour être en mesure de prouver la suprématie de Jésus-Christ. Cet effort est indispensable pour comprendre ce qui anime les musulmans et pour savoir les approcher, en vue de leur conversion.

La France deviendra mahométane, dans les prochaines années, à cause de la propagande médiatique qui ressemble à un torrent. La masse endormie est trop passive pour résister à son violent débit. D’autant plus que l’homme a, bien souvent, trop de respect humain pour échapper aux tendances du siècle. Dans ces temps de Loi du Talion, les catholiques, fidèles à Jésus-Christ, devront, non pas mener une croisade matérielle en assassinant leurs ennemis, mais, au contraire, convertir les foules à la foi catholique à la manière des saints d’antan :

« Comme dans la vie de saint François il y a le sermon aux oiseaux, dans la vie de saint Antoine de Padoue il y a le récit miraculeux du sermon aux poissons. Selon la tradition, le prodige aurait eu lieu à Rimini, ville aux mains des hérétiques.

Lorsque le frère franciscain vint pour évangéliser la ville, les chefs ordonnèrent de l’enfermer dans un mur de silence. En effet, Antoine ne rencontra personne à qui adresser la parole. Les églises étaient vides. Il sort alors sur la grande place, mais là-bas non plus personne ne semble s’apercevoir de lui et écouter son sermon.

Il décide alors de s’adresser aux poissons. Et dès qu’il arrive au bord de la mer, il se penche sur l’eau et interpelle son auditoire :

« Puisque vous vous montrez indignes de la parole de Dieu, je m’adresse aux poissons pour confondre votre incrédulité ».

Et les poissons commencent à émerger de l’eau, par centaines, par milliers, en ordre et frétillants, pour écouter ses paroles d’exhortation et de louange. » (Miracle de saint Antoine de Padou tiré du site sanantonio.org)

La Parole de Dieu est supérieure à la force matérielle. En effet, Jésus-Christ est venu les mains vides et le cœur plein, animé du Saint-Esprit pour convertir les foules. Ses prières ont engendré des miracles. Ce sont les signes évidents d’une réponse divine. Jésus-Christ est vraiment Fils de Dieu. Les apôtres zélés du Christ devraient recouvrir les hérésies de la Charité du Christ grâce à leurs sermons. L’œuvre de Dieu consiste à venir au moment de la perdition pour rétablir la Justice et la Charité. Par exemple, la lapidation, de tradition judaïque et musulmane, doit être combattue par la Parole à la manière de Jésus-Christ : « que celui qui est sans péché lui lance la première pierre ».

Vouloir entrer en croisade serait une erreur diabolique puisqu’il est dit : « tu ne tueras point ». Mais, il est également fou d’accepter l’hérésie puisque cela reviendrait à refuser le Saint-Esprit. La foi en Dieu ressemble à un parcours spirituel du combattant : l’équilibre est fragile pour l’esprit humain. Nous sommes souvent tentés de vouloir imposer nos propres volontés aux autres, alors que nous devrions plutôt dire : « que Votre volonté soit faite et non pas la mienne. »

Le fameux ouvrage « Introduction à la vie dévote » du grand saint François de Sales permet de nous rappeler que nous devons tout à Dieu, beaucoup aux autres, et très peu à nous-mêmes. Les principes de l’équilibre sont très fragiles et se cachent souvent là où nous ne les attendons pas.

Nous pourrions être tentés de souhaiter voir triompher la foi catholique par un grand combat militaire qui se résumerait, finalement, à une forme de Jihad. Or, ce genre de guerre fait partie du monde matériel et non pas du monde spirituel. Jésus-Christ nous demande de viser les trésors célestes plutôt que ceux terrestres, puisque, de cette soif du Ciel découle notre mérite du Paradis. Si nous employons les moyens de l’ennemi pour notre propre victoire, c’est que nous faisons partie du monde. Dans ce cas, nous mériterions de connaître les affres de l’invasion étrangère pour notre manque de foi. Jésus-Christ nous demande de rester en prière pour arracher au Ciel des miracles. C’est par ce moyen-là que nous pourrions déplacer des montagnes.

Nous ne croyons plus, ou très peu, en la Justice immanente et nous avons perdu le sens de la vraie foi catholique. Nous voudrions, finalement, obtenir des richesses matérielles plutôt que les bénéfices célestes. Nous sommes une génération condamnée à la souffrance. Cependant, si nous changeons nos mœurs, si nous acceptons de mettre un terme à l’apostasie par nos sermons, par notre vertu, par une vie exemplaire, alors, nous pourrions bénéficier d’une certaine grâce. Mais cette grâce pourrait nous être accordée seulement après de grands tourments, symboles de la Justice Divine en rédemption de nos fautes passées. Nous devons nous attendre à souffrir pour expurger l’athéisme, égoïste et brutal, qui a frappé notre civilisation.

Tant que nous n’aurons pas soif, comme le Christ sur la Croix, la France sombrera davantage chaque jour dans le chaos. Il y aura des meurtres, des cris, des grincements de dents, de la fureur, des manifestations violentes et de la perversité jusqu’au moment où la Charia sera appliquée en réponse à la décadence.

La France sera mahométane pendant un certain temps, comme pour nous dire :

« France, souviens-toi de ton serment de fidélité envers l’Église de Jésus-Christ. Ressaisis-toi de ta torpeur, brandit ta foi, tranche le mensonge grâce à la Parole de Dieu et exhorte ton peuple à la victoire par la Charité. Gagne ta couronne en honorant les commandements de Dieu. Ta nouvelle maxime, tirée de la grandeur du passé, sera : Un pour tous et tous pour la suprême gloire de Dieu. »

Le 26 septembre 2019

Stéphane B.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/la_france_mahometane_des_derniers_temps_v01.pdf

Le racisme médiatique en 2019 et les graves conséquences pour la France

Chers amis,

Le racisme est actuellement un phénomène médiatique qui se développe à outrance pour atteindre un état hyperbolique.

Le racisme est un phénomène ancien qui a ressurgi au fil des siècles. Voltaire, cet homme adulé par les républicains, était un raciste décomplexé. En voici la preuve dans l’un de ses ouvrages « Essai sur les mœurs et l’esprit des nations » dont certains passages racialistes n’ont pas été expurgés par la bien-pensance médiatique.

« II. Des différentes races d’hommes. — Ce qui est plus intéressant pour nous, c’est la différence sensible des espèces d’hommes qui peuplent les quatre parties connues de notre monde.

Il n’est permis qu’à un aveugle de douter que les blancs, les nègres, les albinos, les Hottentots, les Lapons, les Chinois, les Américains, soient des races entièrement différentes.

Il n’y a point de voyageur instruit qui, en passant par Leyde, n’ait vu la partie du reticulum mucosum d’un nègre disséqué par le célèbre Ruysch. Tout le reste de cette membrane fut transporté par Pierre le Grand dans le cabinet des raretés, à Pétersbourg. Cette membrane est noire ; et c’est elle qui communique aux nègres cette noirceur inhérente qu’ils ne perdent que dans les maladies qui peuvent déchirer ce tissu, et permettre à la graisse, échappée de ses cellules, de faire des taches blanches sur la peau.

Leurs yeux ronds, leur nez épaté, leurs lèvres toujours grosses, leurs oreilles différemment figurées, la laine de leur tête, la mesure même de leur intelligence, mettent entre eux et les autres espèces d’hommes des différences prodigieuses. Et ce qui démontre qu’ils ne doivent point cette différence à leur climat, c’est que des nègres et des négresses, transplantés dans les pays les plus froids, y produisent toujours des animaux de leur espèce, et que les mulâtres ne sont qu’une race bâtarde d’un noir et d’une blanche, ou d’un blanc et d’une noire.

Les albinos sont, à la vérité, une nation très-petite et très-rare : ils habitent au milieu de l’Afrique : leur faiblesse ne leur permet guère de s’écarter des cavernes où ils demeurent : cependant les nègres en attrapent quelquefois, et nous les achetons d’eux par curiosité. J’en ai vu deux, et mille Européens en ont vu. Prétendre que ce sont des nègres nains, dont une espèce de lèpre a blanchi la peau, c’est comme si l’on disait que les noirs eux-mêmes sont des blancs que la lèpre a noircis. Un albinos ne ressemble pas plus à un nègre de Guinée qu’à un Anglais ou à un Espagnol. Leur blancheur n’est pas la notre ; rien d’incarnat, nul mélange de blanc et de brun ; c’est une couleur de linge, ou plutôt de cire blanchie ; leurs cheveux, leurs sourcils, sont de la plus belle et de la plus douce soie ; leurs yeux ne ressemblent en rien a ceux des autres hommes, mais ils approchent beaucoup des yeux de perdrix. Ils ressemblent aux Lapons par la taille, à aucune nation par la tête, puisqu’ils ont une autre chevelure, d’autres yeux, d’autres oreilles ; et ils n’ont d’homme que la stature du corps, avec la faculté de la parole et de la pensée dans un degré très-éloigné du nôtre. Tels sont ceux que j’ai vus et examinés.

Le tablier que la nature a donné aux Cafres, et dont la peau lâche et molle tombe du nombril sur les cuisses ; le mamelon noir des femmes samoyèdes, la barbe des hommes de notre continent, et le menton toujours imberbe des Américains, sont des différences si marquées, qu’il n’est guère possible d’imaginer que les uns et les autres ne soient pas des races différentes. »

Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations… (1756) dans Œuvres complètes, éd. de Ch. Lahure, Paris, Hachette, 1859, pp. 3-4.

Le racisme ayant atteint ses limites, l’anti-racisme est apparu sous le règne Mitterrandien. Il s’agit d’une doctrine qui a pour but de renverser le racisme afin de détruire le Christianisme. En effet, Jésus-Christ a explicitement dit : « vous êtes tous frères et il n’y a qu’un seul Dieu. »

Or, les nombreux ennemis du Christ ont pour vocation l’anéantissement de la Paix : paix spirituelle, paix sociale, paix nationale, paix mondiale.

Ils souhaitent exciter l’ensemble des « races » afin de détruire complètement les bases de la civilisation catholique qui découle des commandements de la Loi. Par la « Loi » j’entends la Loi de Moïse et des Prophètes sur lesquels s’est appuyé Notre-Seigneur Jésus-Christ pour enseigner les commandements de Dieu.

N’oublions pas que l’Église et les saints se sont toujours appuyés sur la Loi pour mener les peuples à Jésus-Christ. Saint Paul le fit, certainement en premier.

« Après lui avoir fixé une date, ils vinrent le trouver en plus grand nombre dans son logement. Paul rendait témoignage au royaume de Dieu, dans ce qu’il leur exposait, et il s’efforçait de les convaincre à propos de Jésus, en partant de la loi de Moïse ainsi que des Prophètes. Cela dura depuis le matin jusqu’au soir. Les uns se laissaient convaincre par de telles paroles, les autres refusaient de croire. » (Actes des apôtres, 28,23-24)

Le racisme atteint, de nos jours, un point culminant. Il est tellement grossier qu’il subjugue les foules naïves. Ce mouvement les entraîne davantage dans un antisémitisme primaire qui les fait haïr les juifs dans leur ensemble : le mythe du « mauvais juif » ne serait pas aboli à la suite de l’immonde Adolf Hitler. La doctrine sioniste, datant du début du XXe siècle, est parvenue à maintenir les fidèles de la Torah sous son joug politique.

Jésus-Christ est Hébreu. Il n’est pas possible de supprimer les origines hébraïques de la foi qui animait autrefois l’Europe. Les peuples païens se sont convertis pour donner naissance à une foi catholique, c’est-à-dire universelle. Les peuples Francs, c’est-à-dire germaniques, sont les premiers à avoir acceptés la foi catholique. Fidèles à la Sainte Église, ils ont accepté de la protéger. Charlemagne en fut un brillant exemple. Avant de devenir la France, notre territoire fut un Empire carolingien.

Un mouvement international tend à placer la Loi de Moïse et les Prophètes sous un joug politique afin de les étouffer complètement pour laisser la place à un orgueil béant : les adhérents au sionisme seraient détenteurs d’un pouvoir qui les rendrait supérieurs aux autres races. Tout comme les Américains se sont pris pour les élus de Dieu au temps du pape Léon XIII. Cette symbolique n’est pas un mythe : il s’agit du Compas et de l’Équerre qui recouvre la Bible. Ces exemples représentent l’antithèse de la foi catholique. Satan lui-même voulait briller pour ressembler à Dieu au point d’assujettir l’ensemble de l’univers, après avoir été chassé du Ciel par saint Michel Archange.

Les problèmes contemporains du racisme ne pourraient se résoudre qu’en acceptant la Loi de Moïse et les Prophètes, car il s’agit de la voie royale qui mène à Jésus-Christ. L’Église elle-même demande de ne pas persécuter les juifs, car il est dit dans les prophéties de l’Ancien Testament qu’un jour ce peuple se convertirait enfin au Christ.

Qu’est-ce que signifie accepter la Loi de Moïse ? Cela veut dire qu’il faut lire la Vulgate pour découvrir les écrits prophétiques de l’Ancien Testament qui mènent tous à Notre-Seigneur Jésus-Christ. L’antisémitisme interdit cette conversion de cœur qui demande un effort d’ouverture. Or, le racisme a pour vocation de couper l’ouverture spirituelle puisque Satan souhaite assimiler l’ensemble des juifs à son œuvre maléfique. Le racisme contribue à la rétractation sur soi-même, à l’étouffement des nations, aux conflits raciaux, et, finalement à la guerre civile entre les religions dites du Livre.

Les prêtres devraient rejeter Vatican II pour renouer avec la foi de leurs ancêtres. Ils devraient être des lions ardents pendant leurs sermons, des aigles à l’esprit aiguisé durant la confession et des agneaux pendant la célébration de la Messe. Or, de nos jours, la majorité des prêtres sont tièdes et fades. Certains semblent animés par un esprit guimauve fait d’une tiédeur douceâtre et larmoyante. Il n’y a là-dedans rien de catholique, car, en réalité, Jésus-Christ nous demande d’être le Sel de la terre.

Les saints ont annoncé qu’à la fin des temps l’Islam s’étendrait sur toute la planète. Nous pouvons, aujourd’hui, constater qu’ils avaient raison. Un saint dont je ne me souviens plus le nom disait que « ça allait piquer à cette époque ». En effet, l’Islam le plus radical prône la Loi du Talion, loi abolie par Jésus-Christ. Notre Seigneur demandait, au contraire, de se convertir à celle de Moïse et des Prophètes. Il affirme être venu, non pas pour abolir la Loi, mais, pour la compléter et l’enrichir de deux nouveaux commandements.

C’est pourquoi Il nous demande d’aimer Dieu, les hommes en général et nos ennemis. L’amour de l’autre désamorce toute idée de guerre fratricide. La charité envers les pauvres renforce la cohésion puisque la faiblesse est embrassée et protégée. Cela nous rappelle ces magnifiques images d’Épinal correspondant à ces lointains chevaliers épiques, à l’image d’un saint Martin qui donna sa cape à un mendiant. La cohésion d’un peuple se fait autour d’un projet fédérateur. De nos jours, il n’y a plus que la compétition outrancière, le culte de l’argent et de la réussite, la haine des pauvres et le racisme caricatural. Cela annonce la survenue prochaine de grands maux.

La Loi du Talion contribue au renforcement de la haine en punissant publiquement les fauteurs de trouble dans le but de les retrancher de la civilisation. La lapidation est une ancienne tradition hébraïque qui perdure toujours chez les musulmans. Or, Jésus-Christ a aboli cette pratique détestable :

« Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? »

Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre.

Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? »

Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 8,2-11)

Dans le passé, les juifs ayant rejeté Jésus-Christ souhaitaient que la Synagogue soit transmise à d’autres peuples. Or, au Moyen-Orient les païens étaient en court de conversion aux environs du sixième siècle. Pour aller à l’essentiel, on peut dire que la Mosquée ressemble étrangement à l’ancienne Synagogue. L’Islam conquérant souhaite dominer le monde à la manière d’un Judas Maccabée qui fut l’inspirateur de certaines prophéties juives annonçant la conquête du monde par un homme fort et indestructible. Un homme de ce type ne peut être que l’antithèse de Jésus-Christ : ce serait un conquérant politique sous influence démoniaque, face à l’agneau de Dieu qui est mort pour nous sur la Croix.

Cela nous est confirmé grâce à l’une des scènes de la tentation du Christ dans le désert :

« Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière Satan ! Car il est écrit :

« C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. »

Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchent, et ils le servaient. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 4,8-11)

Le racisme médiatique couplé à la censure engendre dans la France de 2019 beaucoup de douleurs. Les travailleurs pauvres se rejoignent dans une large contestation appelée les « gilets jaunes ». Ils pourraient, dès l’année prochaine, être la source d’une immense contestation qui serait en mesure de déclencher de dangereuses émeutes populaires. Le désordre contemporain favoriserait une invasion étrangère, car les dirigeants français ne seraient plus en mesure de gouverner équitablement la nation.

Ce genre de désordre annonce toujours au cours de l’histoire un effondrement de la résistance collective et de l’armée. Par conséquent, les frontières seraient laissées béantes. Une nation armée et entraînée pourrait dès lors foncer sur les pays européens afin de les renverser et de les contrôler. Les hommes affaiblis par les multiples théories pathologiques contemporaines seraient bien incapables de mourir en héros pour défendre une nation qu’ils ne comprennent plus.

Autrefois, le catholicisme unissait le peuple autour de l’idée de Jésus-Christ : les vertus étaient prônées et aimées. Il s’agissait d’un véritable ciment qui donnait une cohérence à la nation, une thèse ancestrale à défendre. De nos jours, il ne subsiste plus rien de tout cela puisque la République des Lumières a anéanti ce noble passé. Les guerres de religions en Europe qui ont eu lieu au XVIe siècle et l’apostasie généralisée, par la suite, a permis la disparition des Rois lors de la révolution française. Le rempart de l’Église semble se fragiliser de jour en jour et les nations ne semblent plus avoir aucun sens.

Il y a péril en la demeure mais bien peu nombreux sont ceux qui s’en aperçoivent puisqu’ils refusent de réfléchir à l’histoire de France, aux conséquences de leurs actes égoïstes et à l’esprit de consommation qui annihile tout esprit de cohésion.

L’intelligence s’efface peu à peu au rythme de l’autodafé des anciens livres catholiques. Les lectures contemporaines sont toujours futiles, insipides ou perverses. L’inutile est préféré à l’indispensable. L’homme frivole est adulé tandis que l’homme réfléchit est méprisé. L’homme retourne à la bestialité sans s’en apercevoir puisqu’il accepte de se laisser porter par des idées mortifères. Son incapacité spirituelle le mène au tombeau.

Finalement c’est Jésus-Christ qui est haï à travers ceux qui souhaitent que la nation revive. Le monde est séparé en deux camps : ceux qui aiment le vrai Dieu et ceux qui le haïssent. Les ennemis de Dieu collaborent activement à l’avènement inéluctable d’une tyrannie portant le nom de gouvernance mondiale. Car ceux qui se feront appeler les « 72 sages » seront en réalité des milliardaires assoiffés de gloire et de pouvoir. Ils souhaitent dominer l’humanité d’une main de fer en vue de son anéantissement.

Les laisserons-nous faire sans rien tenter ? Devons-nous déjà tendre le cou au bourreau afin qu’il laisse tomber le couperet de la hache pour nous cisailler ? Toutefois, il est inutile de répondre à la violence par la violence, car ce serait donner raison à ceux qui souhaitent nous dominer. Il faut combattre par l’Esprit-Saint et redonner de l’espoir à tous ceux qui l’ont perdu.

Il est temps de renoncer au racisme et à l’anti-racisme. Ce sont des idéologies qui mènent à l’anéantissement de l’humanité pour la gloire de ceux qui souhaitent rétablir l’esclavage de masse. Il est temps d’accepter l’humanité avec ses qualités et ses défauts. Il est temps d’unir les peuples avant que la catastrophe ne nous anéantisse définitivement.

Pour conclure, nous sommes tous frères, il n’y a qu’un seul Dieu et à ce titre, les hommes de bonne volonté forment le Sel de la terre. La victoire se fera par et pour Jésus-Christ sans aucune distinction de races. Il est temps de mettre un terme à l’idéologie des Lumières.

Soyons sûrs que la France renaîtra grâce à la foi en Dieu. Dans le futur, nos descendants compareront l’abominable République à l’idéologie communiste et nazie. Les derniers présidents seront certainement assimilés aux tyrans du XXe siècle. Ce serait la meilleure chose pour la sauvegarde de l’humanité.

Vive Jésus-Christ ! Vive sa Sainte-Église ! Vive le Roi !

Veillons et prions. Les grands troubles vont bientôt commencer. Dieu vous garde !

Stéphane B.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/le_racisme_mediatique_en_2019.pdf

Malheureux les blasphémateurs !

Chers amis,

Le monde est en train de sombrer dans l’adoration de Satan, après avoir longtemps œuvré en vue de la négation de Dieu et de Ses commandements. Je prendrais, pour cela, un exemple frappant.

Le 10 septembre 2019, un économiste suédois a suggéré de « s’habituer à manger des aliments dont on n’a pas l’habitude, tels que la chair humaine provenant des cadavres. » Cette phrase n’est pas innocente. Elle contribue à favoriser le cannibalisme qui est une immonde pratique.

Voici ce que dit le Lévitique (26, 21-31), selon la Vulgate, à ce propos :

« Si vous marchez en opposition avec moi, et que vous ne vouliez pas m’écouter, j’augmenterai vos plaies d’un septuple à cause de vos péchés ;
Et j’enverrai contre vous les bêtes de la campagne, qui vous consumeront, vous et vos troupeaux et qui les réduiront tous à un petit nombre, et vos chemins deviendront déserts.
Que si après cela même vous ne voulez point recevoir ma correction mais que vous marchiez en opposition avec moi.
Moi aussi, je marcherai contre vous et je vous frapperai sept fois à cause de vos péchés ;
Et je conduirai sur vous le glaive vengeur de mon alliance ; et, lorsque vous aurez fui dans les villes, j’enverrai la peste au milieu de vous, et vous serez livrés aux mains des ennemis.
Après que j’aurai brisé le bâton de votre pain ; en sorte que dix femmes cuiront les pains dans un seul four, et les rendront au poids : or, vous mangerez, et ne serez pas rassasiés.
Mais si avec cela même vous ne m’écoutez point, et que vous marchiez contre moi,
Moi aussi, je marcherai contre vous avec une fureur contraire, et je vous châtierai de sept plaies à cause de vos péchés ;
En sorte que vous mangerez la chair de vos fils et de vos filles.
Je détruirai vos hauts lieux, je briserai vos simulacres. Vous tomberez parmi les ruines de vos idoles, et mon âme vous aura en abomination. »

Contrairement à ce que les ennemis de la Bible expliquent, Dieu a en abomination l’anthropophagie. Il est interdit de manger de la chair humaine. Tout comme il est interdit de manger les animaux impurs (Lévitique 11, 1-8) :

« Le Seigneur parla encore à Moïse, disant :
Dites aux enfants d’Israël : voici les animaux que vous devez manger, d’entre tous les animaux de la terre :
Tout ce qui a l’ongle fendu et qui rumine parmi les bêtes, vous en mangerez.
Pour tout ce qui rumine et qui a un ongle, mais qui ne l’a pas fendu, comme le chameau et tous les autres, vous n’en mangerez point, et vous le compterez parmi les bêtes impures.
Le chérogrylle qui rumine, mais qui n’a point l’ongle fendu, est impur.
Le lièvre également ; car il rumine, lui aussi, mais il n’a pas l’ongle fendu
Le pourceau encore, qui quoi qu’il ait l’ongle fendu, ne rumine point.
Vous ne mangerez point de la chair de ces bêtes, et vous ne toucherez point leurs corps morts, parce qu’ils sont impurs pour vous. »

Suite et fin de l’extrait du Lévitique (11, 43-47) :

« Ne souillez point vos âmes, et ne touchez point aucune de ces choses, de peur que vous ne soyez impurs.
Car c’est moi qui suis le Seigneur votre Dieu : soyez saints, parce que moi, je suis saint. Ne souillez point vos âmes par aucun reptile qui se meut sur la terre.
Car c’est moi qui suis le Seigneur, qui vous ai retirés de la terre d’Égypte ; afin que je fusse Dieu pour vous. Soyez saints, parce moi, je suis saint.
Telle est la loi des animaux et des volatiles et de toute âme vivante, qui se meut dans l’eau et qui rampe sur la terre ;
Afin que vous connaissiez les différences de ce qui est pur et impur, que vous sachiez ce que vous devez manger et ce que vous devez rejeter. »

Rajoutons maintenant la parole de Jésus-Christ (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23:23 :

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, mais vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi : la justice, la miséricorde et la fidélité. Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste. Guides aveugles ! Vous filtrez le moucheron, et vous avalez le chameau. »

Les catholiques, et les chrétiens en général, sont, dans notre siècle très particulier, autant soumis à la Loi qu’à l’Église puisque l’Église du 21e siècle n’est plus en mesure de nous donner la Grâce. Par conséquent, l’homme doit être juste, miséricordieux et fidèle à Dieu pour être en mesure d’aimer son prochain comme soi-même. Pour toutes ces raisons, la pratique du cannibalisme est immonde.

Ainsi, ceux qui acceptent volontairement de briser la Loi de Dieu, par leurs blasphèmes, se damnent eux-mêmes, à moins qu’ils ne pleurent pour la rémission de leurs péchés. Cette grâce est accordée à tous, mais, bien rares sont ceux qui souhaitent obtenir le Salut. La peur du rejet causée par le respect humain nous empêche trop souvent d’honorer Dieu. C’est ce qu’expliquait le bon curé d’Ars, saint Jean-Marie Vianney. Extrait de l’un de ses sermons sur le respect humain :

« Mais, me direz-vous maintenant : Qui sont donc ceux qui se rendent coupables de respect humain ? écoutez-moi un instant, et vous allez le savoir. D’abord, je vous dirai avec saint Bernard que, de quelque côté que nous considérions le respect humain, qui est la honte de remplir ses devoirs de religion à cause du monde, tout nous démontre en lui le mépris de Dieu et de ses grâces et l’aveuglement de l’âme. Je dis en premier lieu, que la honte de faire le bien, de crainte d’être méprisé ou raillé de la part de quelques malheureux impies, ou de quelques ignorants, est un mépris affreux que nous faisons de la présence du bon Dieu devant lequel nous sommes et qui pourrait à l’heure même nous jeter en enfer.

Pourquoi est-ce que ces mauvais chrétiens vous raillent et tournent en ridicule votre dévotion ? Hélas ! en voici la véritable raison : c’est que n’ayant pas la force de faire ce que vous faites, ils vous en veulent de ce que vous réveillez les remords de leur conscience ; mais, soyez bien sûrs que dans le cœur ils ne vous méprisent pas, au contraire, ils vous estiment beaucoup. S’ils ont un bon conseil à prendre, ou à demander une grâce auprès du bon Dieu, ce n’est pas à ceux qui font comme eux qu’ils auront recours, mais à ceux qu’ils ont raillés, du moins en paroles. Vous avez honte, mon ami, de servir le bon Dieu, par crainte d’être méprisé ? Mais, mon ami, regardez donc Celui qui est mort sur cette croix ; demandez-lui donc s’il a eu honte d’être méprisé, et de mourir de la manière la plus honteuse sur cette croix infâme. Ah ! ingrats que nous sommes envers Dieu, qui semble trouver sa gloire à faire publier de siècle en siècle qu’il nous choisit pour ses enfants.

Ô mon Dieu ! que l’homme est aveugle et méprisable de craindre un misérable qu’en-dira-t-on, et de ne pas craindre d’offenser un Dieu si bon. Je dis encore que le respect humain nous fait mépriser toutes les grâces que le bon Dieu nous a méritées par sa mort et sa passion. Oui, par le respect humain, nous anéantissons toutes les grâces que le bon Dieu nous avait destinées pour nous sauver. Oh ! maudit respect humain, que tu entraînes d’âmes en enfer ! »

Dieu nous a déjà pardonné si nous pleurons humblement nos péchés. Par contre, si nous nous enflons d’orgueil au point de nous abreuver de nos fautes passées et futures, dès lors, nous nous vouons à la Justice de Dieu ici-bas, et, par-delà la mort. Combien d’âmes se sont déjà damnées et pleurent pour obtenir une minute de vie supplémentaire sur terre afin de pouvoir faire le bien. Hélas, il est trop tard pour elles puisque le temps qui leur a été donné s’est définitivement écoulé. C’est ici que l’on perçoit la notion d’Éternité.

Écoutons la parabole des talents qui résume très bien ce qui vient d’être dit (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25, 14-30) :

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.

Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : « Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres. » Son maître lui déclara : « Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur. »

Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : « Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres. » Son maître lui déclara : « Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur. »
Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : « Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient. » Son maître lui répliqua : « Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents ! »

Cette parabole de Jésus-Christ nous rappelle que le paradis est offert à ceux qui font le bien en obéissant humblement aux commandements de Dieu, tandis que l’enfer est promis à ceux qui les refusent volontairement.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (13, 31-38) :

« Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant, le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt. Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Vous me chercherez, et, comme je l’ai dit aux juifs : « Là où je vais, vous ne pouvez pas aller », je vous le dis maintenant à vous aussi. Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois »

Jésus-Christ annonce que l’humanité est séparée en deux camps : les brebis et les boucs. Les brebis ont pour Père le vrai Dieu d’amour, tandis que les boucs obéissent aux commandements du démon.

Nous devons donc souvent nous poser les questions suivantes :

« Fais-je partie du clan des brebis ou de celui des boucs ? »
« Quel est celui qui peut me reprocher de ne pas l’avoir pardonné sept fois soixante-dix-sept fois ? »
« Suis-je comparable aux cinq vierges sages ou plutôt aux cinq autres folles ? »

Méditons un instant sur ceci :

« Dieu me jugera comme j’ai jugé les autres, car nous sommes tous frères et il n’y a qu’un seul Dieu. Par conséquent, aucun homme n’est en mesure d’en juger un autre sauf Jésus-Christ. Il est Fils de Dieu. Il a offert Sa vie par amour pour moi en acceptant silencieusement les outrages et l’abomination de la Crucifixion. »

Chers amis, ne cédons jamais à l’esprit du monde, refusons les conseils de ces gens instruits qui se croient clairvoyants. En réalité, ils sont aveugles au point de nous conduire avec eux vers l’abîme. Comme les Hébreux d’antan, fuyons ceux qui sont les acteurs zélés du péché. Leur nom n’est pas inscrit sur le livre de la Vie mais sur celui de la mort.

Adorons le vrai Dieu et Son Fils Jésus-Christ, honorons les saints, les patriarches et les prophètes de l’Ancien Testament.

Veillons et prions. Dieu vous garde et vous protège.

Stéphane B.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/malheureux_les_blasphemateurs.pdf

Sans Jésus-Christ, l’homme est un loup pour l’homme

Chers amis,

Notre siècle est caractérisé par la folie humaine. Quelle en est la raison ? La réponse tient seulement en quelques mots. Jésus-Christ est, officiellement, méprisé, haï et ridiculisé. Pourtant, l’unicité catholique engendrée par les commandements de Jésus-Christ et la force de l’Église ont bâti la France des rois.

La morale, découlant des commandements du vrai Dieu, autrefois si présente et si chérie par nos ancêtres catholiques est aujourd’hui en voie de disparition. Le laxisme s’installe progressivement au fil des générations. Les hommes obéissent de plus en plus à leurs propres pulsions au point de devenir esclaves de leur ego.

Cet égoïsme forcené entraîne la chute des civilisations. Jésus disait en parabole (Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 3;24-27)

« Si un royaume se divise, ce royaume ne peut pas tenir. Si une famille se divise, cette famille ne pourra pas tenir. Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé, il ne peut pas tenir ; c’en est fini de lui. Mais personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté. Alors seulement il pillera sa maison. »

La Justice devient injuste par nature en punissant les victimes et en relâchant les coupables. Cela s’explique par le refus catégorique des commandements de Dieu :

« Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout.
Tu ne prononceras pas le nom de Dieu qu’avec respect.
Tu sanctifieras le jour du Seigneur.
Tu honoreras ton père et ta mère.
Tu ne tueras pas.
Tu ne feras pas d’impureté.
Tu ne voleras pas.
Tu ne mentiras pas.
Tu n’auras pas de désir impur volontaire.
Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. »

Ainsi, l’homme contemporain refuse d’obéir aux lois de Dieu qui prônent l’unicité.

Par conséquent, beaucoup d’hommes se livrent, plus ou moins inconsciemment, à l’esprit de Satan qui entraîne la division. Essayons de former ses immondes commandements qui sont l’antonyme de ceux de Dieu :

« Tu m’adoreras, moi, ton maître absolu.
Tu blasphémeras le nom de Dieu.
Tu sacrifieras aux idoles.
Tu offenseras ton père et ta mère.
Tu tueras.
Tu feras des impuretés.
Tu voleras.
Tu mentiras.
Tu auras des désirs impurs volontaires.
Tu désireras injustement le bien des autres » (ne pas suivre ces commandements !)

Les hommes obéissent donc à un esprit de blasphème. Ceux qui refusent la Loi de Moïse et les commandements de Jésus-Christ sont donc les complices zélés de l’esprit luciférien.

Si nous voulons sauver la France, il faudra que la Loi et les prophètes soient inscrits, afin que les commandements de Jésus-Christ puissent gouverner notre nation. Le Christ-Roi demande l’humilité envers l’esprit de Dieu. Sans cela, la France sombrerait dans le chaos pour devenir mahométane. Ce serait alors une terrible punition qui activerait le retour à la foi catholique. Sans Jésus-Christ, l’homme est un loup pour l’homme.

Nous pouvons déjà voir les prémices d’une terrible guerre civile. Il suffit de prendre en considération les massacres, les attentats, la haine ambiante, la saleté qui inonde la capitale et les grandes villes de France, l’impolitesse de la jeunesse, l’égocentrisme acharné des uns et des autres, la loi du plus fort qui règne.

La Loi du Talion, abolie par Jésus-Christ, est en train de s’imposer de nouveau. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que ceux qui n’obéiraient pas à la Charia seraient physiquement détruits.

Par conséquent, la Religion, sans Jésus-Christ, correspond à une Justice de Dieu sans Rédemption. Il est donc nécessaire de se convertir à Jésus-Christ, de prendre conscience de ses propres fautes pour être en mesure de pardonner au prochain. Le Saint-Esprit, si doux et si fort, correspond à l’apogée de la Loi et des prophètes : Jésus-Christ y est présent pour nous rappeler son Sermon sur la Montagne.

« Bienheureux les pauvres en esprit, parce que le royaume des cieux leur appartient !
Bienheureux ceux qui pleurent, parce qu’ils seront consolés !
Bienheureux les doux, parce qu’ils posséderont la terre !
Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice, parce qu’ils seront rassasiés !
Bienheureux les miséricordieux, parce qu’ils obtiendront miséricorde !
Bienheureux ceux qui ont le cœur pur, parce qu’ils verront Dieu !
Bienheureux les pacifiques, parce qu’ils seront appelés enfants de Dieu !
Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux est à eux !…
Réjouissez-vous, quand à cause de moi, le monde vous poursuivra de sa haine, de ses persécutions et de ses calomnies, car votre récompense sera grande dans les cieux.

Ne croyez pas que je sois venu détruire la loi de Moïse et les enseignements des prophètes ; je suis venu, non pour les détruire, mais pour les accomplir et les perfectionner… Et je vous le dis, si votre justice n’est pas plus parfaite que celle des Scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

Ainsi, l’on vous a dit simplement : vous ne tuerez pas ! Et moi, j’ajoute que celui qui se met en colère contre son frère, qui l’insulte et l’injurie, est déjà coupable. Et si, en allant porter votre offrande à l’autel, vous vous rappelez que votre frère a quelque chose contre vous, laissez votre offrande au pied de l’autel ; allez d’abord vous réconcilier avec votre frère, ensuite, vous reviendrez faire votre présent au Seigneur.

Vous avez également entendu ces paroles de vengeance : Dent pour dent ; œil pour œil ! Moi, je vous dis : n’opposez point violence à la violence ; si quelqu’un vous frappe sur la joue droite, présentez-lui l’autre.

On vous a enseigné : vous aimerez votre prochain et vous haïrez votre ennemi. Et moi, je vous dis : aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui vous persécutent ; priez pour ceux qui vous calomnient. Ainsi, vous serez les enfants de votre Père céleste, qui fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants. Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait. »

Il existe plusieurs religions, mais la seule qui soit parfaite est la religion du Christ (les Églises d’Orient en font partie : orthodoxe, copte, chaldéenne, syro-jacobite, arménienne, maronite et latine). Elle est celle que l’on nomme catholique pour signifier universelle. Jésus-Christ possède un esprit d’universalité qui correspond à la Majesté omnipotente de Dieu.

De nos jours, les fidèles qui croient sans avoir vu sont de moins en moins nombreux. Un esprit catholique politisé et nationalisé étouffe cet esprit d’ouverture. L’Église s’est donc retranchée dans un lieu confiné qui devient de plus en plus humain et de moins en moins spirituel. L’Église se politise au point de perdre de vue Jésus-Christ. La flamme de l’esprit se fait de plus en plus petite au point de vaciller.

Aujourd’hui, hélas, nous ne pouvons rien changer, car les hommes n’écoutent pas. La France méritera donc sa punition (Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 12,39-42) :

« Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. En effet, comme Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, le Fils de l’homme restera de même au cœur de la terre trois jours et trois nuits. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que cette génération, et elle la condamnera ; en effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. »

Le châtiment de la France sera sa punition, jusqu’à ce qu’elle se rappelle de Sa fidélité envers l’Église de Jésus-Christ.

La France est catholique ou ne sera pas.

Dieu vous bénisse en ces temps si difficiles et si annonciateurs d’un esprit renouvelé.

Stéphane B.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/sans_jesus_christ_l_homme_est_un_loup_pour_l_homme_v01.pdf

La suprématie de Jésus-Christ

Jésus-Christ est Souverain de la France, nul doute sur cet axiome. La France a apostasié, au fil des siècles, de la foi catholique. La Renaissance, la Révolution dite française, puis, la 3e république ont été des marqueurs pertinents pour comprendre que notre nation se meurt.

L’immigration massive sera factrice d’une islamisation progressive de notre nation, en guise de punition pour notre reniement. Comme Pierre, la France a renié par trois fois Jésus-Christ. Cependant, la France sera pardonnée, tout comme le fut le saint apôtre.

Jésus-Christ est très clair sur notre temps : la crise économique contemporaine et la guerre mondiale qui surviendra d’ici peu de temps sont annonciateurs de temps nouveaux. Toutefois, la guerre ne sera que le commencement des douleurs, car la France souffrira énormément.

La guerre civile qui la précédera sera terrifiante et bien pire que la Terreur de la fin du XVIIIe siècle. Notre nation, tout comme l’Église, doit aller au tombeau afin de suivre l’exemple de Notre-Seigneur.

Satan essayera d’anéantir jusqu’au souvenir de Jésus-Christ en vue de l’Âge d’Or maçonnique. Cet âge d’or correspond approximativement à la destruction de la Loi de Moïse et des commandements de Jésus-Christ. Satan souhaite anéantir toute trace de Dieu sur terre. Pour cela, il souhaite la fin de la Torah, du Nouveau Testament et du Coran. Il a besoin de maintenir la Torah sous la domination du Sionisme, le Catholicisme dans l’hérésie de Vatican II et le Coran sous la coupe de l’islamisme radical.

Le démon souhaite expurger de la religion toute trace du vrai Dieu pour le remplacer, en montant sur le trône. Lucifer est un ange déchu qui a besoin de briller et de se sentir supérieur au Créateur de toute chose. Toutefois Lucifer n’est qu’un ange créé par Dieu. Dieu est donc bien au-delà de cet imposteur et toujours Maître de Sa Création.

Nous devons donc être capables de nous souvenir que nous sommes ici-bas pour accomplir quelque chose, et ce, malgré les épreuves qui nous accablent. Nous devons garder l’espoir et croire, sans voir, que nous sommes protégés par notre ange gardien. Dieu a permis que certains hommes soient mauvais et d’autres bons. Sans cette liberté que l’on nomme couramment le libre arbitre, la Création n’aurait aucun sens puisque tout serait parfait et sans heurts.

Dieu nous a créé pour prouver la puissance de Son amour envers nous. Jésus-Christ nous rappelle sans cesse que le Père est dans le Fils et le Fils dans le Père. Marie est la Mère de Jean, c’est-à-dire que l’Église est Mère protectrice de l’humanité. L’Hyperdulie permet de rester fidèle à la Vierge Marie et à Dieu. Le culte des saints, martyrs des tyrans, nous rappelle que Dieu triomphe toujours du mal.

Donc, chers amis, l’Islam est un outil au service de Dieu. Satan agite cette religion en vue de nous rappeler que nous avons apostasié, que nous avons renié Jésus-Christ. L’Islam sera donc conquérant jusqu’à ce que quelqu’un se souvienne du vrai Dieu. Cela annoncera alors la conversion des musulmans et des juifs.

N’ayons pas peur, gardons confiance. Il se peut que nous devions fuir la France pour ne pas être massacrés. Soit. Toutefois, l’Islam ne triomphera pas car Dieu veut que ce soit Son Fils Jésus-Christ qui règne sur la France.

L’Islam est donc un vecteur d’hostilité entre la descendance de la femme et du serpent. La descendance de la Vierge Marie meurtrira à la tête le malin tandis que le serpent lui meurtrira le talon. Pour être clair, l’Islam essayera de conquérir notre terre sans y parvenir car notre nation se souviendra de l’existence de Jésus-Christ.

Peu importe les mauvaises langues qui ne croient en rien. Laissons-les brailler et gémir. La France connaîtra le temps de l’Islam, c’est une certitude. Mais, Nous vaincrons puisque Dieu est avec nous. Nous devons espérer jusqu’au bout afin d’être sauvés. C’est notre manque de foi qui nous fait chuter et perdre pied. C’est avec la prière et la foi que nous pouvons soulever les montagnes. C’est d’ailleurs là un rappel de Jésus-Christ. Avec la foi, nous pouvons déplacer les montagnes et apaiser la mer.

Hélas, l’année 2020 s’annonce terrible. Il va falloir passer par là. Il y aura des morts, de la fureur et du sang. Il s’agit d’une promesse formelle mais Dieu vaincra.

Le Sacré-Cœur de Jésus-Christ régnera sur la France pour une vingtaine d’années environ. Pour l’instant, contentons-nous de veiller et de prier, car la tempête approche.

Dieu vous bénisse et vous garde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/09/la_suprematie_du_christ_roi.pdf

Le robot et le Veau d’Or

Chers amis,

Après un long silence, voici un nouvel article sur la modernité qui s’appuie sur les prophéties de Baruch ben Néria, disciple et compagnon du prophète Jérémie.

Le livre de Baruch mérite d’être considéré pour ses versets évoquant des idoles de bois, recouverts d’or et d’argent qui ressemblent étrangement à nos robots contemporains.

Extraits du livre de Baruch

Chapitre VI.

03. Désormais vous verrez à Babylone des dieux d’argent, d’or et de bois, que l’on hisse sur les épaules et qui inspirent la crainte aux nations.

04. Aussi, prenez garde à ne pas devenir à votre tour en tous points semblables aux étrangers ; que la crainte de ces dieux n’aille pas s’emparer de vous

05. à la vue de la foule qui se prosterne devant et derrière eux! Mais dites en votre cœur : « C’est devant toi qu’il faut se prosterner, Maître ! »

23. Quant à l’or dont on les a plaqués pour les embellir, si l’on n’en nettoie pas la ternissure, ils ne lui rendront pas son éclat ; car lorsqu’on les a fondus, ils ne l’ont même pas senti.

24. On achète à n’importe quel prix ces objets qui n’ont pas le moindre souffle.

25. Comme ils n’ont pas de pieds, on les porte sur les épaules ; ils manifestent ainsi leur propre indignité aux hommes ; même ceux qui les servent éprouvent de la honte,

26. Car si jamais une idole tombe à terre, ils ont à la ramasser ; si on la met debout, elle ne se déplacera pas d’elle-même ; si elle est couchée, elle ne se redressera pas davantage. Mais c’est comme à des morts qu’on leur offre des présents.

50. Ce sont des objets de bois plaqués d’or et d’argent : on reconnaîtra, après cela, qu’ils ne sont que mensonge ; pour toutes les nations et pour les rois, il sera évident que ce ne sont pas des dieux, mais des œuvres faites de mains d’hommes, et qu’il n’y a en eux aucune œuvre de Dieu.

51. Qui donc n’est pas obligé d’admettre que ce ne sont pas des dieux ?

52. Ils ne susciteront pas de roi à un pays ni ne donneront la pluie aux hommes.

53. Ils ne prendront pas de décisions sur les affaires les concernant, et ne porteront pas non plus secours à la victime d’une injustice : ils ne sont bons à rien ;

54. Ils sont comme des corneilles entre ciel et terre. Que le feu s’abatte sur le temple des dieux de bois plaqués d’or et d’argent, leurs prêtres s’enfuiront et s’en tireront sains et saufs, mais eux seront entièrement consumés comme des poutres au milieu du brasier.

55. Ils ne s’opposeront ni à un roi ni à des ennemis.

56. Comment donc admettre que ce sont des dieux ou les tenir pour tels ? Les dieux de bois plaqués d’argent et d’or ne se garderont ni des voleurs ni des bandits ;

57. Que des gens leur arrachent brutalement l’or et l’argent et s’en aillent avec le vêtement dont ils étaient couverts, eh bien, ils seront incapables de se secourir eux-mêmes !

58. Aussi, mieux vaut être un roi faisant preuve de bravoure ou un objet utile dans une maison, dont pourra se servir son propriétaire, que d’être ces dieux mensongers ; ou bien, mieux vaut une porte de maison qui protège ce qui se trouve à l’intérieur plutôt que ces dieux mensongers ; une colonne de bois dans un palais, que ces dieux mensongers.

59. Car le soleil, la lune et les étoiles qui brillent et ont mission de servir, se montrent dociles ;

60. L’éclair aussi, quand il paraît, est facile à voir ; il en va de même du vent qui souffle en toute région ;

61. Lorsque Dieu leur commande de parcourir toute la terre, les nuages accomplissent ce qui leur est assigné ;

62. Et le feu, envoyé d’en haut pour dévaster monts et forêts, fait ce qui lui est ordonné. Les idoles, elles, ne sont même pas faites à l’imitation des formes et des puissances de ces éléments.

63. De là il ressort qu’on ne doit ni considérer ni proclamer que ce sont des dieux, puisqu’ils ne sont pas en mesure de rendre un jugement ni de faire du bien aux hommes.

64. Vous savez donc que ce ne sont pas des dieux, ne les craignez pas !

65. En effet ils ne peuvent ni maudire ni bénir les rois ;

66. Ils sont incapables de montrer aux nations des signes dans le ciel, de briller comme le soleil ou d’éclairer comme la lune.

67. Les bêtes sauvages leur sont supérieures, elles qui peuvent, en fuyant vers un abri, se secourir elles-mêmes.

68. Donc, en aucune façon, il ne nous apparaît que ce sont des dieux; aussi ne les craignez pas !

69. Comme un épouvantail dans un plant de concombres qui ne protège rien, ainsi en est-il de leurs dieux de bois plaqués d’or et d’argent.

70. Ou bien, c’est au buisson d’épines dans un jardin, sur lequel se posent tous les oiseaux, ou encore à un cadavre jeté dans l’obscurité, qu’ils sont comparables, leurs dieux de bois plaqués d’or et d’argent.

71. À voir leur pourpre et leur éclat se gâter, vous comprendrez que ce ne sont pas des dieux.

72. Finalement ces objets seront dévorés et seront la honte du pays.

73. Mieux vaut donc un homme juste qui n’a pas d’idoles : il sera à l’abri de la honte.

Interprétation.

Les idoles que Baruch évoque ressemblent étrangement aux smartphones, et autres gadgets technologiques, que les foules idolâtrent dans la Babylone contemporaine. Les esprits se focalisent sur ces objets au point de confondre le monde virtuel de l’Internet avec la véritable existence physique. La vie sociale, autrefois si riche en France, est aujourd’hui oubliée, sans parler de la vie spirituelle qui est totalement inexistante.

Ces objets sont devenus les idoles des temps modernes : ils n’ont pas de capacités motrices, sont inutiles sans l’homme puisqu’ils ne savent prendre aucune décision par eux-mêmes. Pourtant, les foules les ont transformés en compagnons d’infortune. Les amis virtuels, à l’existence éphémère, ne pourront jamais remplacer les personnes faites de chair et de sang.

Si un jour l’électricité devait s’interrompre, suite à une prochaine et terrible guerre, ces objets deviendraient totalement inutiles, à l’instar des idoles de Baruch.

Nous avons transformé ces objets technologiques en maîtres, par notre propre volonté, au point d’oublier Dieu et nos frères. Nous vivons dans un rêve éveillé, une sorte de cauchemar perpétuel dans lequel les idées se dissipent, les principes moraux disparaissent et la folie de l’homme s’accroît. De dangereux archétypes, notamment païens et gnostiques, semblent s’immiscer, peu à peu, à travers cette technologie intrusive pour prendre le contrôle de nos esprits.

Nous devons rester prudents vis-à-vis de ces objets et ne pas devenir leurs esclaves. Retrouvons la voie sacrée qu’empruntaient autrefois les Hébreux, puis, à leur tour, les Chrétiens, à la suite de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Souvenons-nous précieusement que Dieu existe et que Jésus-Christ est Son Fils. Marie est notre Maman céleste, Joseph notre bon père. Saint Michel Archange veille sur nous. Enfin, la porte du séjour des morts ne prévaudra pas contre l’Église.

Tout le reste n’est que chimère.

Dieu vous bénisse, chers amis.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/08/le_robot_et_le_veau_d_or_v01.pdf

Le secret du Royaume des Cieux

Quel est le message de Jésus-Christ ? Pourquoi a-t-il prêché la Bonne Nouvelle ?

La réponse est là, devant nous, autour de nous, mais nous ne l’avons pas vraiment compris.

Jésus-Christ a bâti son discours autour du Royaume Céleste pour une raison précise. Après avoir prié pendant 40 jours et 40 nuits dans le désert, il percevait clairement la pensée de Dieu au point de pouvoir affirmer qu’Il était le Chemin, la Vie et la Vérité. Car, effectivement, Il est le Fils de Dieu et tout fut accompli au moment de la Crucifixion, avant Sa Résurrection. Jésus-Christ s’est pleinement offert en Sacrifice pour la rédemption de nos péchés : « Que ta volonté soit faite Seigneur et non pas la mienne ».

Voici le secret du Royaume : il s’agit du Paradis qui n’existe pas encore d’un point de vue temporel, puisque celui-ci se situe après le Jour du Jugement Dernier. Le point commun entre la vie et la mort, c’est le temps, puisque Dieu est omnipotent, immuable et infini.

Pour percevoir le Royaume, il faut essayer de penser comme Jésus-Christ. Ses enseignements nous permettent de comprendre que la terre sera détruite, un jour où l’autre. Après la colère du Jour du Seigneur, Dieu ressuscitera l’ensemble de l’humanité puisque l’âme est immortelle. Nous posséderons l’apparence de notre corps charnel sans toutefois en subir le poids : il s’agira plutôt d’un corps glorieux. Nous serons tous présentés devant le tribunal Céleste pour y être jugés collectivement.

Le voile qui cachait le monde invisible aura été déchiré et nous vivrons pour l’Éternité selon la vie que nous aurons menée sur terre. Il n’y a qu’un moyen d’accéder au Paradis : il faut accomplir ici-bas, ici et maintenant, la Charité comme nous l’a dit Jésus-Christ afin d’être digne du Royaume, puisque la Jérusalem Céleste est parfaite.

Chacun de nos cheveux est compté : cela signifie que tous nos actes sont stockés quelque part, en attendant le grand jour du Jugement. Si nous persistons dans le mal et l’erreur jusqu’à la fin de notre vie, nous finirons, à n’en pas douter, auprès de ceux qui ont fait le choix d’être cruels : ce sera l’Enfer permanent.

Cette croyance correspond exactement à la foi catholique. Le rassemblement, l’unité, le choix d’être l’ami de son prochain, cette plénitude, sont aujourd’hui oubliés à cause d’un patient travail de sape qui, au fil des siècles, a mené au matérialisme. Comme le secret du Royaume n’est plus transmis, beaucoup d’hommes risquent de terminer en enfer auprès du démon.

L’enfer est comparable à une grotte remplie d’une lave épaisse et brûlante. Les démons piquent continuellement les âmes impures. Celles-ci se lamentent et se maudissent mutuellement dans un brouhaha infernal. La chaleur y est terrible, le bruit est insoutenable, des vapeurs nauséabondes viennent s’ajouter au reste. On se sent agressé en permanence et il est impossible d’avoir une seule seconde de repos.

Le Paradis, quant à lui, est comparable à un immense champ à la fois ensoleillé, ombragé, frais et vert. Une immense table est dressée pour recevoir les convives, d’un instant à l’autre. Des gens au visage heureux s’avancent dans la joie vers la table pour se rejoindre et partager un magnifique moment. La paix y est totale : tous ceux qui sont attablés souhaitent le bien des autres. Le partage est mutuel, réciproque, la joie est complète. On peut sentir le souffle de Dieu : « je vous donne Ma Paix, je vous laisse Ma Paix ». Tout y est ordonné pour le bien commun.

La vocation de Dieu est de sauver chacun d’entre nous, cependant nous sommes libres de nos choix. Dieu nous a donné le Libre Arbitre pour que Sa Création ait un sens. Soyons sûrs que nous revivrons notre vie lors du Jugement Dernier. Si notre vie a été tourmentée, si nous avons fait preuve de mauvaise volonté et de cruauté envers les autres, imaginons ce qu’il se passera devant le Tribunal Céleste lorsque les membres de notre famille, nos amis, les saints, les anges et Jésus-Christ verront défiler nos souvenirs.

Après cette terrible épreuve, Jésus-Christ partagera l’humanité en deux clans : les brebis qui ont fait le choix du bien hériteront du Paradis, tandis que les boucs iront en Enfer.

Il est temps de nous repentir et de remercier le Seigneur, car nous ne sommes plus innocents dès lors que nous avons conscience de la Vérité. Jésus-Christ nous observe continuellement, jusqu’à notre dernier souffle. Prions les uns pour les autres.

Dieu vous bénisse et vous garde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/06/le_secret_du_royaume_des_cieux.pdf

La France sera de nouveau catholique !

Information : vous trouverez à la fin du fichier PDF, vingt-six magnifiques tableaux du peintre allemand Heinrich Ferdinand Hofmann (1824, 1911). Nous avons tant besoin du beau, du bien et du vrai !

Chers amis,

La France est en train de mourir à grands bouillons. Nous le savons, c’était déjà prophétisé par les apôtres : saint Paul disait qu’un temps viendrait pendant lequel les hommes voudront entendre des nouveautés et ne plus croire en la Vérité. Nous y sommes déjà depuis quelques siècles.

Attendons-nous à beaucoup souffrir. La France sera martyrisée, soumise à la loi du Talion : « œil pour œil, dent pour dent ». Ce que Jésus-Christ a aboli, les ennemis de Dieu le rétabliront. Ainsi, les femmes seront lapidées, les voleurs auront les mains coupées, les violeurs seront émasculés, etc. Il faut que ce temps advienne afin que la France comprenne l’horreur de son comportement et se rappelle de Dieu.

Notre manque de foi nous a entraîné, par notre propre faute, dans cette grande tourmente. Personnellement, je vis déjà l’enfer avec une souffrance perpétuelle et j’en remercie le Seigneur. Je suis une abîme de douleur et serai bien incapable de me défendre contre n’importe quel ennemi. Loué soit le Seigneur !

Notre force ne dépend pas de nous, mais vient directement de Dieu. Nous sommes trop faibles pour accomplir quoi que ce soit. Même le plus puissant des chars d’assaut ne pourrait pas venir à bout de la puissance des enfers. Seule la puissance de Dieu, avec son Amour complet, Sa Résurrection, peut nous sauver.

Ainsi, nous étendrons la bannière du Sacré-Cœur malgré nos ennemis ! Ils ne pourront rien contre ceux qui aiment Jésus-Christ, rien. Peu importe si nous devons mourir comme les apôtres, nous aurons alors vaincu le monde.

Attendons-nous, chers amis, à voir disparaître la France que nous aimions afin que notre nation redevienne pauvre. Elle sera peuplée d’une multitude de populations sans ressource. Elle sera métissée et il faudra alors rétablir l’ordre catholique pour que chacun soit soumis à la loi du Christ : « aimez Dieu de toute votre âme, de tout votre cœur et aimez-vous comme je vous ai aimé, car c’est à ceci que l’on reconnaîtra Mes disciples ».

Un temps viendra où tous les malheureux, les affligés, les malades, les orphelins, les grabataires, les vieillards, les laissés pour compte, les simples d’esprit, les petits, les sans-grades, mangeront ensemble, réunis dans la paix du Christ et la Fraternité.

Mais avant que ce bonheur puisse advenir, il faut que la France connaisse l’horreur, le sang, le crime, la guerre, le massacre. C’est pourquoi, je vous le dis, la politique française sera de plus en plus infâme, les sbires à la tête du gouvernement souhaiteront une islamisation Nizârites, décomplexée, sans tabou, sans mœurs. Ces gens, où plutôt ces barbares, seront des assassins, des meurtriers et ils viendront jusque dans nos chaumières pour nous ordonner de renier le Christ.

N’en doutez pas, ce temps viendra et il est proche ! N’ayez pas peur, car il faut que le monde connaisse une douleur inconnue jusqu’à présent. Même la seconde guerre mondiale ressemblera à une fête foraine par rapport à ce qui va advenir.

Si Dieu nous prête vie, nous brandirons l’étendard du Sacré-Cœur dans une France en guerre, à sang et à feu.

Cher amis, ne croyez pas en la politique, car elle finira de vous tromper. Les urnes n’apporteront rien. Du temps des rois, on ne votait pas : les rois régnaient de père en fils et le peuple n’avait nul besoin de donner son avis puisque le Souverain temporel était là pour que son peuple soit heureux et soumis au joug suave du Christ.

En vérité, le malin ne triomphera pas même s’il donnera l’impression de remporter la victoire jusqu’au point de détruire la France. N’en doutez pas, au dernier moment, la France sera sauvée. Elle ne sera plus la France superbe et orgueilleuse, mais une sorte de nouvelle Jérusalem qui répondra à la voix du Seigneur : « le monde passera mais mes commandements ne passeront point ».

L’Église pourra renaître selon la tradition ancestrale et fera un nouveau Concile pour tourner la page de Vatican II. Alors, ce jour-là, toutes les églises de France, celles qui seront encore en état, sonneront leurs cloches pour annoncer la Victoire du Seigneur. Ce sera le dernier temps de paix, pendant environ une génération.

Chers amis, la victoire sera accordée aux pauvres, aux faibles, aux démunis. Les forts, les milliardaires, quant à eux, seront rabaissés : leur orgueil sera puni, ils devront partager leurs richesses avec leurs frères et se soumettre à la loi du plus faible. Ils devront visiter les pauvres et les malades et prendre soin des plus malheureux comme d’eux-mêmes.

« Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse » redeviendra la norme. Les uns seront charitables avec les autres, le lion dormira à côté de l’agneau, c’est-à-dire que le fort se réconciliera avec le faible. Pendant ce temps de paix, la force ne sera plus utile puisque le Christ vivra dans nos cœurs, ce sera un temps similaire à l’arrivée du Consolateur, c’est-à-dire du Saint-Esprit.

Hélas, après une vingtaine d’années, les hommes et les femmes faibliront de nouveau dans la foi et ne voudront plus du joug du Christ. Ils trahiront, encore une fois, le Sacré-Cœur pour se tourner vers des choses sensuelles. C’est à ce moment que l’homme de la perdition devrait apparaître pour séduire le monde. Mais, les quarantenaires ne devraient pas connaître ce temps, par la Grâce de Dieu.

Dieu vous garde et vous bénisse en ces temps de châtiments.

Stéphane

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/05/la_france_redeviendra_catholique_v01.pdf

Les mécanismes de la guerre civile

Chers amis,

Cette année 2019 est particulièrement dangereuse. La France est en train de détruire, un peu plus chaque mois, les racines catholiques de ses origines pour tomber dans une fange politique qui mènera notre nation à la guerre civile.

Vous pouvez alors le nier en disant : « L’Espagne, la Yougoslavie, la Grèce, l’Ukraine, d’accord ! mais la France, c’est impossible ! ». Eh bien, chers amis, vous vous fourvoyez, car la France n’est plus un pays digne d’éclairer les autres nations. De notre France brillante, il ne reste que quelques miettes éparpillées et souillées.

Nous allons maintenant démontrer que la France est en train de devenir cette Espagne de 1936 par l’émergence soudaine du mouvement des gilets jaunes.

Comme vous le savez, le président Macron ne fait plus l’unanimité. Chacune de ses actions alimente une colère qui se répand, un peu plus chaque jour, chez les gilets jaunes. La répression policière est un élément supplémentaire qui enracine ce mouvement dans notre pays. Or, peu à peu, les gilets jaunes se rapprochent de l’extrême-gauche et du communisme.

Un mouvement sectaire cherche à exacerber la colère des Français pour les pousser à se radicaliser, soit à droite, soit à gauche. Les partis de droite et d’extrême-droite pourraient jouer le rôle des franquistes et des nationalistes tandis que le mouvement des gilets jaunes se rendrait de plus en plus semblable aux républicains, communistes et anarchistes espagnols.

Revenons en Espagne, en 1936. Manuel Azaña, l’homme politique à l’initiative du Front Populaire (Frente Popular) qui fut issu d’un pacte d’union des partis de gauche, fut élu en février 1936. Le Front Populaire fut élu grâce à une très forte abstention. Rapidement, des troubles survinrent dans toute l’Espagne, ce qui fut un formidable prétexte pour le coup d’État de Franco en juillet 1936.

Si l’on ramène l’histoire de l’Espagne à la France de 2019, on peut rapidement dessiner un parallèle entre le Front Populaire et le parti En Marche. On peut craindre, au fil des mois, une montée de la contestation populaire avec l’émergence d’événements de plus en plus violents. Il se pourrait que le mois de juillet, à l’instar de l’été 1936, soit le début d’une guerre civile, l’été étant propice à l’échauffement des esprits.

Il semble évident que la progression du mouvement des gilets jaunes est le début de troubles très graves, d’autant plus que l’Élysée fait tout ce qu’il peut pour accentuer la colère, en plaçant des élus de plus en plus stupides à la tête du gouvernement et en faisant danser des bandes efféminées à l’Élysée. Cette marque de dépravation est toujours le signal de grands troubles. En effet, l’immoralité aboutit généralement à des événements marqués par la Justice de Dieu.

Sa Miséricorde étant seulement réservée aux justes ou aux repentis qui pleurent leurs péchés tel le publicain des Évangiles :

« Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : « Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne ». Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine en disant : « Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis ! ». Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18:9-14)

La France est entrée dans un processus de Justice Divine. Ce phénomène est annoncé par une décadence accrue et rapide. Nous ne reconnaissons plus rien de cette « douce France » qui fut autrefois si pieuse et si pure selon la tradition catholique. Sur le trône de Saint Louis s’est érigé un imposteur machiavélique qui hurle à la fin de ses meetings, comme s’il voulait dire : « En Marche vers le chaos ! »

Chers amis, la France sera certainement la première à tomber dans la guerre civile. D’autres pays suivront, le chaos se répandra comme une traînée de poudre à la manière de ces dominos qui entraînent rapidement tous les autres dans leur chute.

Nous devons prendre conscience de cette réalité politique qui se veut guidée par une main surnaturelle. Lorsque la Justice Divine aura frappée la France de toutes ses forces, les ennemis du désordre qui veulent la ruine de notre nation s’abattront sur elle avec leur armée pour régner sur ses décombres fumants. Nous pouvons craindre une invasion iranienne ou russe lors d’un prochain été. Il est difficile d’annoncer l’année mais c’est très proche, peut-être 2019, 2020 ou 2021.

Pendant que la plupart des athées se massacreront les uns les autres, nous, chrétiens, devront suivre le Christ et nous montrer dignes de ses paroles :

« Aimez Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme et Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimé, c’est à ceci que l’on vous reconnaîtra comme Mes disciples ».

Les Chrétiens de France devront faire comme les Hébreux et prendre le chemin de l’Exode en attendant que l’orage passe, car, ceux qui refuseront les paroles du Christ entreront dans la danse du démon pour massacrer et se faire tuer, habités par une haine irrationnelle.

Il semble évident que nous seront traités de collaborateurs ou de traîtres mais nous ne devons pas nous plier aux lois humaines, car nous obéissons à Dieu seul. Jésus-Christ est venu pour servir et non pas pour être servi. Nous devons rester fidèles à Sa Parole afin que la France puisse se relever de ses cendres et porter un jour la bannière du Sacré-cœur. Seuls les survivants seront en mesure de revenir pour apporter la Parole du Seigneur, les autres, quant à eux, ne seront plus de ce monde, telle est la Justice de Dieu lorsque l’on refuse Sa Miséricorde.

Comme nous ne sommes pas écoutés, car les Paroles du Christ semblent inaudibles en cette année 2019, nous devons laisser le monde sombrer dans la fureur et le sang afin que ses adorateurs prennent conscience de leurs invincibles erreurs. Le temps de Paix annoncé par la Vierge Marie est à ce prix : si nous voulons que la France puisse connaître la vraie Paix du Seigneur, nous devrons obéir aux saintes Lois de Dieu, dont les 10 commandements sont la base, et, les Lois du Christ, la quintessence puisque « le monde passera mais Mes paroles ne passeront point ».

Laissons passer le temps, les railleries et les quolibets. Si aujourd’hui, nous ne sommes pas lus, lorsque les événements prédits arriveront, nous aurons une certaine légitimité malgré notre faible poids, car notre force ne vient pas de nous-mêmes, mais, de Dieu seul.

Gardons, chers amis, la foi, l’espérance et la charité puisque les temps sont bientôt venus.

Dieu vous bénisse et vous garde.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/04/les_mecanismes_de_la_guerre_civile.pdf

Exorcisme

Chers amis,

Méditons-nous suffisamment les Saints Évangiles ? Lisons-nous la vie des saints ? Prions-nous chaque jour avec ferveur ? Redoutons, plus que jamais, les fléaux qui vont s’abattre sur cette triste France.

Cet article est un exorcisme : « que tout esprit loue le Seigneur ! » « tout pour la Gloire de Jésus-Christ ! ».

Dans quelle civilisation vivons-nous ? Est-elle encore catholique ou seulement chrétienne de cœur ? Selon « les dirigeants » politiques, il est bien évident que non. En effet, leurs bouches et celles de leurs amis vomissent le nom du Christ, leurs mots sont des blasphèmes lancés avec fierté et joie (cf charlie machin hebdo).

Sommes-nous du monde ? Sommes-nous à leur côté ? Souhaitons-nous les rejoindre dans leurs danses aussi malsaines qu’immorales ?

Saint Paul disait :

« J’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme, en toute piété et dignité. Cette prière est bonne et agréable à Dieu notre Sauveur, car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité.

En effet, il n’y a qu’un seul Dieu ; il n’y a aussi qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes ; un homme, le Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.

Aux temps fixés, il a rendu ce témoignage, pour lequel j’ai reçu la charge de messager et d’apôtre, je dis vrai, je ne mens pas, moi qui enseigne aux nations la foi et la vérité. »

(1 Timothée 2:1-7)

Aujourd’hui, les Évangiles sont niés, haïs, ignorés comme l’avait prophétisé saint Paul dans la seconde lettre à Timothée (4:3-5)

« Un temps viendra où les gens ne supporteront plus l’enseignement de la saine doctrine : mais, au gré de leurs caprices, ils iront chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d’entendre du nouveau. Ils refuseront d’entendre la vérité pour se tourner vers des récits mythologiques. Mais toi, en tout chose garde la mesure, supporte la souffrance, fais ton travail d’évangélisateur, accomplis jusqu’au bout ton ministère ».

Notre époque est maudite : saint Alphonse de Liguori n’hésitait pas à mettre le bon mot sur la bonne situation. Il disait que « Dieu maudit ceux qui le haïssent et ceux qui refusent de renoncer au péché ». Pourtant, ce grand saint était d’une douceur réelle : aucun mot mauvais ne sortait de sa bouche, sauf lorsque Dieu était attaqué. Dans ce cas-là, il prononçait des paroles dures, toujours justes sur le fond, sur un ton simple et détaché. Lorsqu’il était personnellement attaqué, il restait toujours doux et calme et parlait encore avec plus de suavité pour apaiser la colère de ses agresseurs.

Que ceux qui ont encore des oreilles et un cœur renoncent au monde, au moins dans leur esprit puisque nous ne pouvons plus totalement en sortir à cause du règne infernal de la finance apatride internationale. Nous devons fuir les médias, nous boucher les oreilles et nous cacher les yeux devant les horreurs prononcées ou montrées chaque jour. Comme disait Monseigneur Lefebvre, la télévision est le « tabernacle de Satan ».

Nous ne sommes pas du monde : nous devons devenir saints puisque aujourd’hui, en 2019, il semblerait que les médias veulent détruire complètement tout bien qui serait encore dans le cœur de l’homme. Être saint ne veut pas dire être optimiste puisque l’optimiste est un aveugle qui s’ignore. Au contraire, le saint doit percevoir la réalité par-delà l’illusion. Il doit percevoir ce qui demeure caché aux yeux du plus grand nombre. Devenons donc des saints, même et surtout s’il faut porter une lourde croix.

Les dirigeants de la France de 2019 sont devenus pires que le plus médiocre des païens puisqu’ils ne croient plus en rien, sauf, éventuellement en leur propre gloire. Comment respecter ces individus ? Il n’y a rien à en tirer. Nous ne pouvons et ne devons leur accorder notre respect. Ils semblent heureux de ressembler à des damnés de la terre.

Nous devons renoncer à cette France vulgaire, moribonde, menteuse, politisée à outrance, immonde dans ses mœurs. Nous devons refuser de la suivre : « nous ne sommes pas charlie ». Cette époque ne mérite aucun miracle et elle n’en aura point : il faut que Justice se fasse. C’est pourquoi les fléaux tomberont sur cette nation digne de Sodome et Gomorrhe, c’est-à-dire, littéralement, traduit depuis l’Hébreu, « peuple rebelle qui cache ses péchés dans le secret et le silence ».

Louons le Seigneur Jésus-Christ pour qu’Il donne un cœur de chair à ceux qui ont un cœur de pierre. Qu’Il donne la foi à ceux qui ne croient en rien. Comment peut-on ne pas croire en Dieu ?

La vie n’apparaît pas d’elle-même, c’est bien évident. L’homme n’aurait jamais vu le jour sans son Créateur. L’homme est doué de raison et a une âme immortelle. Si ce n’était pas le cas, l’humanité n’existerait pas, du moins, elle n’aurait pas conscience de son existence.

Comment peut-on croire que la vie s’ordonnerait d’elle-même alors que l’évolution est un mythe. Par exemple, depuis la nuit des temps, le poisson est resté un poisson, le chat un chat, l’homme un homme, et ce, grâce à l’invariabilité chromosomique (découverte du professeur Lejeune que m’a relaté un défunt ami prêtre, Éric).

Cela signifie que, de génération en génération, l’être qui naît de ses parents biologiques, peu importe la race ou l’espèce, celui-ci reste identique et garde les composantes essentielles du génome de ses parents. Le corps garde le patrimoine de ses ancêtres, ainsi, une abeille ne pourra jamais donner naissance à un éléphant, par exemple.

Les médias nous servent une soupe illogique pour promouvoir une absurde évolution. Comment ne pas comprendre les musulmans qui refusent de croire à toutes ces sornettes ? Il y a un net terrain d’entente, sur ce point, avec les musulmans, même s’ils ne peuvent pas croire à Jésus-Christ à cause des freins religieux qui nous séparent. Ce sont des frères en humanité et nous devrons les mener à notre Seigneur Jésus-Christ qui est également leur guide vers le vrai Dieu d’amour. Un jour, ils comprendront leur erreur et se convertiront à la Charité du Père. Nous ne pouvons pas couper la main aux voleurs et lapider les femmes pécheresses. Nous devons au contraire conduire nos frères et nos sœurs vers la pleine conversion du cœur, même si cela doit nous coûter.

Quant aux athées, ceux-ci risquent d’être définitivement perdus puisque la plupart vont suivre la marche technologique : ils accepteront de se faire implanter une puce cérébrale pour devenir soi-disant meilleur. Ils auront connu l’enfer sur terre en plus de le connaître dans l’au-delà.

Jésus-Christ nous a prévenu que chaque génération devrait lutter, de siècle en siècle, contre les invisibles puissances des ténèbres et non pas contre la chair et le sang. L’implant de la puce cérébrale risque de devenir une réalité, d’ici quelques années seulement, selon les businessmen des GAFA. Cette tromperie conduira les hommes implantés à la folie. Ils ne connaîtront plus jamais la paix puisqu’ils seront toujours connectés à l’internet. Le bruit sera permanent dans leur cerveau. Ils seront obligés de se suicider ou de se droguer pour retrouver la paix. Quelle infamie !

Les aveugles s’insurgent contre les croyants mais sont prêts à suivre les tendances du monde, sans aucune réflexion. Mon Dieu, quelle époque ! Le paradis promis sur terre se transforme, d’années en années, en enfer.

Pour notre part, nous devons toujours conserver la Paix du Christ : Foi, Espérance et Charité puisque le monde passera mais les Paroles de Dieu resteront éternellement valables. En effet, l’homme qui reconnaît sa petitesse, son impuissance sort déjà grandi. Toutefois, il ne doit pas tomber dans l’indifférence et le mépris. Au contraire, il doit louer le Seigneur pour avoir la vie, et, croire en un futur plus heureux. La France que nous connaissons aujourd’hui sera forcément meilleure demain. La République aura forcément une fin : lorsque la patience populaire aura été amenée à son terme, la révolte entraînera la République à la guillotine. Ainsi, elle mourra, dans la fureur et le sang, comme elle a commencé en 1793. Cette République représente seulement l’infâme France des « Lumières ».

Même si les ennemis de la France guettent le jour de la révolte dans l’ombre, nous devons toujours croire en Jésus-Christ. Notre nation retrouvera la raison après les horreurs à venir. Il nous faudra alors évangéliser comme les saints l’ont déjà fait dans le passé. Ainsi, les paroles de Jésus-Christ prouveront leur divinité : l’homme au cœur de chair qui partage son pain est meilleur que l’homme au cœur de pierre qui enferme précieusement son argent dans son coffre-fort.

J’avoue que cet article est plus dur que les autres, mais, il convient, lorsque Dieu est pleinement attaqué d’élever la voix. Nous reconnaissons comme seule Vérité les Évangiles de Jésus-Christ, la sainte Église, l’hyperdulie et la vie des saints. Le reste n’est que poussière et vanité.

Dieu vous bénisse, chers amis et vous garde dans Sa Paix.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/04/exorcisme.pdf

Le secret des francs-maçons

Chers amis,

Ne vous y trompez pas, nous ne parlerons pas d’Albert Pike, cet abominable initié qui brûle en enfer. Nous parlerons ici du véritable secret des haut gradés de la franc-maçonnerie. Fut un temps, je pensais qu’il n’y avait aucun secret au sein des loges puisque tout était déjà révélé par les médias. Or, c’est tout à fait inexact. Le plus grand secret de la franc-maçonnerie est celui que nous ne pouvons pas percevoir immédiatement : l’homme.

Commençons tout d’abord par introduire la religion catholique. Notre sublime religion a pour vocation de sauver l’âme humaine. Jésus-Christ est venu sur cette terre pour révéler à l’humanité l’existence de Dieu le Père. Sa vie entière fut dédiée à cette sainte cause : le don de soi pour ses amis, au point de laver les pieds de ses disciples. Quel exemple aujourd’hui oublié ! Jésus-Christ a révélé sa nature divine à travers ses miracles, ses prédications, ses commandements et sa Crucifixion. L’image du Père, l’image de Dieu était en lui. Ce Dieu qui s’est abaissé pour devenir notre ami :

« Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13:34-36)

Nous pouvons affirmer que Jésus-Christ nous demande de comprimer nos désirs, nos pulsions, notre orgueil, nos passions afin de Lui ressembler davantage. La maîtrise de nos mauvais instincts engendre en nous la Charité : nous sommes capables d’aimer Dieu de toute notre âme et d’aimer notre prochain comme nous-même. Par conséquent, nous devons renoncer à notre volonté propre pour faire le bien et ressembler au vrai Dieu. Le secret du catholicisme est double : nous encourager à faire le bien ici-bas pour que notre âme puisse aller au paradis après notre passage sur terre. Toutefois, il ne faut pas voir le paradis comme une récompense afin de ne pas nous tromper de cause : nous devons seulement aimer le plus possible et être source de paix sans en espérer davantage. Ainsi, ce qui nous sera donné dans l’au-delà nous sera plus agréable encore.

Maintenant, parlons des hauts gradés de la franc-maçonnerie et non pas des petits qui ignorent, bien souvent, tout ce qui se trame là-haut. Le petit franc-maçon est bien souvent un naïf qui est utile à la ruse des têtes pensantes. Peu importe la colère de ceux qui lisent ce texte. Bien leur en fera de réfléchir à cette triste condition.

Le but de la franc-maçonnerie est d’exacerber les mauvais penchants des individus. Pour cela, il est nécessaire de faire croire à l’initié qu’il est important, qu’il découvre des secrets cachés aux profanes, qu’il est unique. Vous l’aurez compris, la franc-maçonnerie encourage l’orgueil pour que l’instinct bestial de l’initié se réveille et le pousse à s’accaparer les richesses matérielles en écrasant les plus petits.

On comprend mieux le sens de quelques mots employés en loge :

Abdemelech signifie en hébreu : « serviteur du roi ».
Achaz → « possesseur ».
Adonaï → « le souverain maître »
Amalec → « peuple qui lèche ».
Aman → « partisan de la révolte ».
Ammorrhaei → « amers » ou « rebelles ».
Astaroth → « troupeau » ou « richesses ».
Baal → « maître ».
Babel → « confusion » ou « bouleversement ».
Caïn → « possession ».
Leviathan → « société du dragon ».
Malchus → « roi ».
Mammon → « argent » ou « richesse ».
Pharisiens → « divisés ».
Sion → « sécheresse » ou « bruit ».
Tubalcaïn → « possession du monde ».

Autres mots traduits: https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/03/traduction_mots_hebreux_chaldeens_grec.pdf

Le sens des mots est important. Nous devons savoir à quoi nous obéissons, à quoi et à qui nous vouons notre obéissance. La naïveté des uns fait le bonheur des grands initiés.

Ainsi, le monde contemporain est devenu une gigantesque loge. Les médias déversent leurs détritus composés de films et de jeux pornographiques, violents, horrifiques, tristes, immondes, sataniques, etc.

La médiocrité est encouragée et récompensée. La violence n’est jamais réprimée. Le piétinement des plus faibles est loué (cf les gilets jaunes). La prise de drogue est perçue comme un acte subtil et utile dans les films et séries. Le joueur de jeu vidéo est invité à utiliser des armes pour massacrer ses ennemis.

Nous vivons dans un monde où la bête qui sommeille en chacun de nous est excitée.

La profanation des églises catholiques et des cimetières est un signe évident d’une volonté démoniaque de défaire tout ce que Jésus-Christ a apporté ici-bas. Cette haine du Sacré manifeste les véritables intentions des initiés : reconstruire Babel, Sion, ces cités de la sécheresse, du bruit et de la confusion, en devenant eux-mêmes des Caïn, c’est-à-dire des possesseurs, des initiés.

Nous devons maintenant faire un choix : rejoindre le camp du mal en devenant nous-mêmes des bêtes immondes, des monstres assoiffés de gloire personnelle, des êtres voués à la cause de Satan ou rejoindre le camp des saints, c’est-à-dire l’Église catholique, une, apostolique et romaine. Il n’y a pas d’autre alternative. Toutefois, il n’est pas question de rentrer dans des querelles de clochers : l’Église orthodoxe est louable, tout comme les Églises qui reconnaissent Jésus-Christ comme Fils de Dieu. Nous devons unir ce que Satan (« adversaire » en hébreu) a divisé.

Si nous acceptons de devenir nous-mêmes des saints, nous devons refuser l’esprit du monde, rejeter la violence, la pornographie, les armes, la drogue. Nous devons nous rapprocher du Sacré, devenir des exemples par notre vie pieuse, contrôler chacune de nos paroles, rester doux là où la plupart sont devenus violents, aller à la Messe, louer la mémoire de nos ancêtres, nous consacrer à la Sainte Vierge, prier les anges, honorer le Saint-Sacrement, etc.

Certains diront que « nous avons le choix » en rejoignant les causes politiques (marxisme, anarchisme, stalinisme, trotskysme, nazisme, nationalisme, et autres …isme). Il n’en est rien. Ces causes sont matérialistes et non pas spirituelles. Il n’y a jamais eu de saints parmi les politiciens puisque ceux qui adhèrent à une cause politique ne sont intéressés que par leur propre gloire, leur propre victoire (cf Hitler, Lénine, Mussolini, Pol Pot, Staline, et autres orgueilleux homicides)

Or, un saint est quelqu’un qui se dévoue à la cause de Dieu en acceptant de s’abaisser, de se contenir pour être en mesure d’aimer ses frères comme lui-même. En un mot, comme en cent, devenir saint c’est accepter de ressembler à Jésus-Christ (« À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres » Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13:35).

Ainsi nous sommes prévenus. Ceux qui refusent de ressembler à Jésus-Christ finiront dans la géhenne puisqu’ils se massacreront, se piétineront les uns les autres à cause de leur aveuglement, de leur vanité. Nous devons faire un choix maintenant car l’heure des révélations est proche. Dieu puisse nous ramener à la raison et à la charité.

Veillons et prions en cette période de Carême. Les temps sont proches.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2019/04/le_secret_des_francs_macons_v01.pdf