Mémoires du Curé de Versailles – La soumission de Fénélon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
La soumission de Fénélon

M. l’évêque de Meaux en triomphait. Il lui échappa de dire en présence de quelques personnes ce qu’il avait dit assez souvent pendant tout le temps que durèrent les contestations entre lui et cet archevêque : qu’il était persuadé que, quelque protestation qu’il fît d’avoir une parfaite soumission au Saint-Siège, dès que le Pape aurait prononcé, il ne se soumettrait jamais. Je lui avais moi-même entendu tenir pareil discours dans une visite qu’il me rendit et dans laquelle, répondant à ce qu’il me disait, je l’assurai qu’il verrait le contraire de ce qu’il pensait et que je connaissais assez à fond Monseigneur l’archevêque de Cambrai pour n’être pas convaincu de sa droiture et de la fidélité qu’il aurait à tenir une parole, qu’il avait si solennellement, si souvent, si publiquement donnée à toute l’Église.

Le lendemain de l’arrivée de ce courrier, M. le cardinal de Noailles, l’archevêque de Reims et l’évêque de Meaux s’assemblèrent dans l’appartement que ce cardinal avait dans la maison de la Mission de Versailles ; ils raisonnèrent longtemps ensemble sur cette censure de Rome et paraissaient être en peine de ce que M. de Cambrai ferait, dans une conjoncture si humiliante pour lui. On fut ensuite plus de huit jours sans savoir à quoi il s’était déterminé, ce qui faisait penser bien des choses et en dire d’autres aux partisans de M. l’évêque de Meaux. Les amis même de ce prélat ne savaient à quoi attribuer ce silence : ils ne pouvaient néanmoins douter qu’il ne suivît en cela très exactement les mouvements de son cœur, qui était de se soumettre à l’autorité et aux décisions du Saint-Siège.

Ce retardement obligea M. l’évêque d’Arras, un de ces suffragants, de lui écrire en confiance de la situation où il trouvait les esprits à son égard et de l’engager à donner, le plus tôt qu’il fut possible, un témoignage public de sa parfaite obéissance. Je trouvai aussi une occasion favorable d’un de mes amis et des siens qui allait en poste en Flandre et qui devait passer à Cambrai de lui faire rendre une lettre en main propre, dans laquelle je lui marquais qu’on commençait à s’étonner à la Cour, que, depuis qu’il avait pu apprendre la nouvelle de la condamnation de son livre, il n’avait encore rien paru de sa part qui convainquît le monde de sa soumission à la censure portée contre son livre, que si j’étais capable de lui donner quelque conseil, je croirais qu’il ne devait pas différer d’un seul moment à donner cette satisfaction à l’Église, cette édification à tout le monde et cette consolation à ses amis. On fut peu de temps après rassuré contre les frayeurs qu’on avait eues de sa résistance par la réponse qu’il fit à M. l’évêque d’Arras, qu’il eut le soin de rendre publique et dont tout le monde parut satisfait. On fut en même temps instruit de tout ce qui s’était passé lorsqu’il apprit la nouvelle de la conclusion de son affaire. On ne sera pas fâché d’en savoir le détail, qui est très édifiant.

M. le comte de Montberon, gouverneur de Cambrai, très homme de bien et ami intime de son archevêque, ayant appris par les lettres qu’il reçut de la Cour que son livre avait été condamné à Rome, crut que l’amitié tendre qu’il avait pour lui l’engageait de lui en parler, avant que personne lui annonçât une si triste nouvelle. Il le fit donc sans déguisement. M. de Cambrai la reçut avec sa tranquillité ordinaire et alla se prosterner devant Dieu en sa chapelle, où il pria assez longtemps, offrant à Dieu toute l’humiliation qu’il en recevait ; il en sortit ensuite sans marquer la moindre émotion, et le même jour il prêcha à son peuple avec la même facilité qu’il avait coutume de le faire. Il manda la raison du délai qu’il avait apporté à donner par un acte public une preuve authentique de sa soumission aux décisions du Saint-Siège : c’est que, ne sachant pas si le Roi la recevrait dans l’état où elle était envoyée de Rome, n’étant pas conforme à nos usages, il crut devoir attendre qu’on lui envoyât cette bulle, d’une manière à ne pouvoir douter que le Roi l’acceptait. En effet, ayant reçu une copie de cette même bulle par M. le marquis de Torcy, le même jour il fit un mandement très court, très précis et très fort dans lequel il déclarait se soumettre simplement, absolument et sans aucune restriction à la condamnation de son livre.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_la_soumission_de_fenelon.pdf

Publicités

Mémoires du Curé de Versailles – L’attitude de Rome

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’attitude de Rome

Pendant que toutes ces choses se passaient en France, on continuait à Rome, avec une grande incertitude de l’événement, les poursuites de l’affaire de M. l’archevêque de Cambrai. Le cardinal de Bouillon, qui, sur les plaintes que le Roi lui en fit faire, n’osait plus prendre publiquement sa défense, le faisait le plus secrètement qu’il lui était possible. Il aurait été bien aise de procurer quelque mortification à M. le cardinal de Noailles, qu’il n’aimait point à cause d’une ancienne querelle qui était entre sa maison et la sienne, qui n’est pas encore assoupie. Lorsqu’il parlait au pape de cette affaire, il le faisait en des termes ambigus, ne s’expliquant pas nettement sur la volonté du Roi, qui demandait très expressément la condamnation du livre de M. l’archevêque de Cambrai.

Le pape, pour être instruit plus exactement des intentions de ce prince, appela le Père Rollet, minime français, religieux d’un grand mérite, que Sa Sainteté savait avoir de grandes relations à la Cour de France. Il lui ordonna de lui dire ce qu’on lui mandait des vraies dispositions du Roi au sujet du livre de ce prélat. Il fit entendre au pape que ce monarque était très inquiet sur les délais qu’on apportait pour le condamner, qu’il était même résolu, si l’on différait de le faire à Rome, d’obliger les évêques de son royaume à le censurer. Le Saint-Père vit bien qu’il n’y avait plus de retardement à apporter dans cette affaire et qu’il fallait que le Saint-Siège prévînt au plus tôt le jugement des évêques de France : ainsi, peu de jours après l’entretien qu’il eut avec ce minime, ayant fait assembler les cardinaux et entendu leurs avis, il condamna les vingt-trois propositions tirées du livre des Maximes des Saints, les qualifiant respectivement d’erronées, de téméraires, d’offensant les oreilles pieuses, de scandaleuses, etc. On envoya aussitôt un courrier au Roi pour lui apprendre cette nouvelle et lui apporter la censure de ce livre qui depuis deux ans faisait un si grand bruit dans le royaume.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_attitude_de_rome.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’attitude du Roi

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
L’attitude du Roi

Mais, pendant qu’à Rome cette affaire se traitait avec la lenteur si naturelle aux Italiens et surtout aux Romains, le Roi donnait des marques de son zèle contre les partisans de Mme Guyon et les amis de cet archevêque, car, ayant appris, ce qui était très véritable, que deux gentilhommes de M. le duc de Bourgogne parlaient trop librement en faveur de ces deux personnes et blâmaient ouvertement la conduite qu’on tenait à leur égard, il les chassa de la Cour et leur ôta leur emploi. Il en bannit aussi l’abbé de Langeron, lié depuis longtemps d’une très étroite amitié avec ce prélat et qui était lecteur de ce prince. Il fit dire à l’abbé de Maulévrier, parent de celui-ci et aumônier de Sa Majesté, qu’il était très mécontent de lui, sachant qu’il entretenait un commerce de naître avec cet archevêque, qui était aussi son ami depuis plusieurs années.

Le roi fit aussi sortir de la maison de Saint-Louis à Saint-Cyr quelques-unes des principales dame qui composaient cette communauté naissante, et même celle qui en avait été la première supérieure, et les fit toutes mettre dans des couvents de religieuses, où les unes prirent l’habit de religion et d’autres demeurèrent dans leur état, entre lesquelles fut la dame de La Maisonfort, parente de Mme Guyon et qui avait été la cause que cette dame avait eu de l’accès dans la maison de Saint-Cyr et auprès de Mme de Maintenon, qui, par cette sévérité qu’elle avait inspirée au Roi, faisait connaître que, dès qu’elle s’était aperçue des mauvais sentiments de cette dame, elle avait eu pour elle un très grand éloignement. Le Roi même, à sa sollicitation, voulut bien se donner la peine d’aller à Saint-Cyr, fit assembler la communauté de ces dames, leur fit un discours très fort contre cette fausse spiritualité, leur déclara qu’il ne souffrirait pas qu’elle s’introduisit dans son royaume et en particulier dans cette maison et que, comme il avait détruit le jansénisme, il écraserait aussi le quiétisme. On a inséré ce discours du Roi dans les archives de cette maison royale afin d’être un monument éternel de la piété de ce prince, qui s’est toujours fortement opposé à toutes sortes d’hérésie dans la France.

On craignit même que Sa Majesté ne poussât encore plus loin son ressentiment contre des premières personnes de la cour M. et Mme de Beauvillier, M. et Mme la duchesse de Chevreuse pensèrent être enveloppés dans cette disgrâce : on en parlait hautement à la Cour : il est très certain que l’affaire fut mise en délibération. Le duc de Beauvillier connut bien que le Roi était fort refroidi à son égard, et Mme de Maintenon s’était entièrement éloigné de ces quatre personnes, qui avaient toujours été très distinguées à la Cour par une piété très exemplaire. M. le duc de Beauvillier vint me rendre visite dans ce même temps, et lorsqu’on parlait le plus de son exil de la Cour, il m’entretint assez longtemps de cette affaire avec la plus grande tranquillité du monde ; il me témoigna qu’il était sans aucune inquiétude sur son sort, qu’il n’avait rien à se reprocher sur ce qui regarde les sentiments du quiétisme, qu’il avait toujours été et qu’il était encore dans une entière et parfaite soumission à toutes les décisions de l’Église, qu’il était si près de lui obéir en toutes choses que, si elle voulait même, ce qu’il ne croyait pas qu’elle voulut faire, retrancher toutes sortes de prières à ses enfants et les réduire à la simple récitation du chapelet, il s’y soumettrait avec la docilité d’un enfant, ce qu’il disait pour faire connaître jusqu’où il était résolu de faire paraître son obéissance à ses ordres. Il m’ajouta enfin que, si le Roi lui ôtait les grands emplois où il l’avait élevé, dans la volonté de son prince il reconnaîtrait la volonté de Dieu et se retirerait volontiers, croyant que pour lors la Providence lui donnerait le moyen de mener une vie plus tranquille et que, par cet endroit, quoique d’ailleurs affligé de voir le Roi peiné contre lui, il se consolerait de sa disgrâce.

Il eut quelques jours après une explication avec le Roi sur ses sentiments : Sa Majesté en fut satisfaite et cela fit finir tous ces bruits qui s’étaient répandus de son exil à la Cour. Mme de Maintenon n’en revint pas si aisément. Elle conserva toujours depuis ce même refroidissement à son égard et envers les trois autres personnes dont j’ai parlé ci-dessus. Elle en donna même une preuve bien sensible à l’égard de Mme la duchesse de Beauvillier, qui devait, selon le train ordinaire de la Cour, être dame d’honneur de Mme la duchesse de Bourgogne, car elle l’exclut de cette charge, quelle fit donner à Mme la duchesse du Lude ; c’est elle-même qui m’en dit cette raison, dans le temps qu’on allait nommer les dames qu’on devait mettre près cette princesse.

Le Roi fut aussi informé qu’un jésuite était dans les principes outrés du quiétisme : on en avait des preuves très juridiques et lui-même avait avoué sans façon ce qu’on lui reprochait. Il y en avait assez pour lui faire faire son procès, mais l’affection dont le Roi honore la compagnie des jésuites lui fit prendre le parti de la douceur en remettant à ces Pères le choix du châtiment qu’on en devait faire. Il était confesseur de M. le prince de Conti. Les Jésuites l’envoyèrent à Orléans et le firent enfermer dans une chambre où, après avoir vécu quelques années, il s’est enfin reconnu et y est mort pénitent.

Un autre jésuite, qui avait été précepteur de M. le duc de Bourbon, fils de M. le Prince de Condé, fut aussi relégué en Basse-Bretagne. Son crime était d’avoir eu de grandes liaisons avec Mme Guyon, ce qui fit soupçonner qu’il suivait ses sentiments, et je crois qu’il avait donné occasion de le croire ; cependant, après quelques années d’exil, ses supérieurs obtinrent du Roi de le faire revenir à Paris. Le chagrin qu’il avait eu de son bannissement lui ayant notablement altéré la santé, il mourut peu de temps après son retour. Il y eut aussi des religieux de quelques autres ordres et des ecclésiastiques, et entre eux un docteur de la maison de Sorbonne, grand directeur dans la paroisse de Saint-Eustache de Paris, qui furent relégués pour le même sujet en différents endroits.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_l_attitude_du_roi.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – En cour de Rome

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre IX – La bataille Bossuet-Fénelon (suite)
En cour de Rome

Les affaires de M. l’archevêque de Cambrai n’allaient pas si vite à Rome que M. l’évêque de Meaux l’aurait désiré. On y recevait continuellement tous ces écrits qui se faisaient de part et d’autre, ce qui donnait infiniment de peine aux agents de cet évêque, qui auraient bien voulu de leur côté voir en peu de temps la fin de cette dispute, et ce qui augmentait aussi l’application et les soins des examinateurs et qualificateurs du Saint-Office. D’ailleurs M. l’archevêque de Cambrai y avait de puissants amis, qui faisaient tous leurs efforts pour empêcher la condamnation de son livre. On aurait aussi voulu ménager un prélat d’un si grand mérite ; la crainte même qu’on avait soin, de la part des agents de M. de Meaux, d’entretenir sur le peu de soumission que cet archevêque aurait peut-être aux décisions de ce tribunal ne laissait pas d’embarrasser et produisait un effet contraire à ce que ceux qui répandaient ce bruit prétendaient en tirer ; car on ne laissait pas de craindre à Rome que, si l’on condamnait un archevêque si estimé de tout le monde, on ne vît en peu de temps grossir son parti ; on en avait des preuves dans ce qui arrivait tous les jours à l’égard des disciples de Jansénius.

Le cardinal Albani, qui est maintenant pape sous le nom de Clément XI, était d’avis que, sans faire de censure, on se contentât de faire de certains canons ou règles sur la vie mystique ou intérieure, par lesquels en recevrait ce qui en est bon et on en rejetterait ce qui est mauvais. Quelques autres cardinaux étaient aussi d’un même avis, et la congrégation de ces prélats, où l’affaire était examinée, était partagée de sentiments, et cette situation dura assez longtemps laissant une grande incertitude aux uns et aux autres de quel côté pencherait la balance. M. de Cambrai, dans un de ces écrits, montrait la conformité de la doctrine de son livre avec celle des ouvrages des grands saints et concluait qu’en le condamnant il fallait faire aussi tomber la censure sur les sentiments de ces grands hommes, qui jusqu’alors avaient été respectés et suivis dans l’Église.

M. le cardinal de Bouillon, qui avait pour lors le soin des affaires de la France à Rome, favorisait autant qu’il le pouvait l’archevêque de Cambrai. On l’accusa même d’avoir supprimé de fortes lettres que le Roi lui faisait écrire par M. le marquis de Torcy, dans lesquelles Sa Majesté lui ordonnait de presser avec toute la diligence possible le jugement et la conclusion de cette affaire. On dit même dans le monde qu’il avait fait entendre au pape que le Roi ne se souciait pas beaucoup de cette affaire et qu’il lui importait peu que M. de Cambrai fût condamné ou absous, ce qui retenait le pape qui aimait beaucoup le Roi dans [une] très grande incertitude et ce qui faisait tout craindre à M. l’évêque de Meaux, qui ne pouvait pas s’empêcher quelquefois d’en faire paraître les agitations où ces délais et où ces nouvelles de Rome le mettaient. Il arriva même qu’on manda de cette ville que les affaires de M. l’archevêque de Cambrai y allaient très bien pour lui, et ce bruit, qui s’en répandit partout, donna de grandes alarmes à ceux qui étaient les plus ardents à combattre le livre de ce prélat.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/06/memoires_du_cure_de_versailles_en_cour_de_rome.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’arrestation du Père La Combe et de Madame Guyon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
L’arrestation du Père La Combe et de Madame Guyon

Peu de temps après le départ de ce prélat, le Roi ordonna qu’on arrêtât le Père La Combe et Mme Guyon. On mit le barnabite au château de Vincennes et la dame fut enfermée à la Bastille. On prit tous leurs papiers et livres, mais comme ils avaient eu le temps de se précautionner dès qu’ils virent arriver la disgrâce de M. l’archevêque de Cambrai, on ne trouva rien dans leurs chambres ou cabinets qui pût faire découvrir la moindre chose qui a rapport à cette affaire. On arrêta un ecclésiastique qui rendait visite à Mme Guyon dans le temps que l’exempt entra chez elle pour l’arrêter et la conduire à la Bastille, mais peu de jours après on le relâcha parce qu’on reconnut qu’il n’avait nulle part dans l’affaire dont il s’agissait.

On fut surpris de ne trouver dans la chambre de cette dame que de petits romans que la lie du peuple a coutume de lire ou quelques comédies de Scarron ou des historiettes qui courent les rues ; j’ai honte même de mettre ici les titres de ces livres, tant ils sont badins et puérils. Cette découverte donna d’abord un grand ridicule à cette dame, car on ne pouvait comprendre que cette femme, qui faisait profession d’une spiritualité sublime, qui croyait même avoir reçu le don d’interpréter les Saintes Écritures, s’amusât à des lectures si contraires à la gravité des mœurs, si peu chastes et remplies d’ordures. Cela, avec les autres choses qu’on débitait contre elle dans le monde, ne prévint pas en sa faveur ; au contraire, on forma contre elle des jugements qui lui furent très désavantageux, et on l’attaqua même du côté de son honneur et de sa réputation.

Ce qui donna principalement occasion au public d’avoir sur elle ces sentiments, ce fut l’examen juridique qui fut fait du Père La Combe, où il avoua tout ce qui s’était passé avec cette dame et lui, et même il lui écrivit un billet, que M. le cardinal de Noailles me montra en original, dans lequel il l’exhortait de se reconnaître, que pour lui il demandait très sincèrement et très humblement pardon à Dieu de toutes les familiarités immodestes qu’ils avaient prises ensemble. On porta ce billet à cette dame qui le lut ; on peut bien croire qu’elle en fut d’autant plus surprise qu’elle s’y attendait le moins, qu’elle avait toujours compté sur le secret inviolable de ce Père, et qu’elle n’avait jamais pu s’imaginer qu’il l’eût ainsi sacrifiée en découvrant des choses qu’il était de son honneur et de la fidélité qu’il lui avait promise de tenir très cachées.

Elle ne fit pas cependant paraître jusqu’où allait son étonnement ; elle répondit qu’elle connaissait par ce billet que la prison avait renversé la cervelle de ce barnabite et qu’il ne pouvait pas dire des choses aussi fausses et de cette nature sans avoir l’esprit entièrement démonté. On ne la crut pas néanmoins sur sa parole, car le Père La Combe était dans son bon sens, et il le fit paraître par l’austère pénitence qu’il entreprit dans sa prison sous la conduite d’un vertueux prêtre de l’Oratoire que M. le cardinal lui avait donné pour directeur et qui fut même obligé de modérer dans la suite les grandes mortifications qu’il embrassait. Cet état de pénitent dura pendant un temps assez considérable, pendant lequel il écrivit une longue lettre à M. le cardinal de Noailles, dans laquelle il reconnaissait ses égarements passés et promettait une soumission aveugle à ses décisions.

On avait été chercher ce religieux dans le château de Lourdes, diocèse de Tarbes, où il était relégué et où l’on s’aperçut de quelque commerce scandaleux qu’il avait avec une femme du pays, sur lequel fait M. l’évêque de Tarbes fit des informations qu’il apporta à la Cour. Il était à espérer que ce malheureux prêtre se reconnaîtrait dans sa prison et persévérerait de vivre dans l’esprit de pénitence qu’il avait embrassé de la manière que nous venons de le dire, mais enfin il se lassa de sa captivité et de la vie austère qu’il avait pratiquée pendant quelque temps ; il reprit ses premiers sentiments, il se crut en droit de se défendre, mais il prit une voie bien extraordinaire et qui fut encore infiniment plus préjudiciable à Mme Guyon que la déclaration qu’il avait faite de la privauté avec laquelle il avait vécu avec elle.

Car il entreprit de justifier toutes les actions mauvaises qu’il avait commises avec cette femme et voulut même prouver, par des passages de la Sainte Écriture, qu’il avait pu le faire sans aucun péché. Il ne se contenta pas de le dire à l’oreille de son directeur ; il l’écrivit fort au long à M. le cardinal de Noailles qui me prêta ce détestable écrit pour l’examiner. Il ne fallait pas beaucoup de lumières pour condamner des choses aussi horribles, mais il s’agissait de savoir si un homme dans un sens rassis avait pu écrire des choses aussi importantes. Je dis à M. le cardinal, ayant lu cette extraordinaire lettre, qu’il fallait conclure que ce pauvre homme était devenu fou. Il était aisé de le reconnaître par de vraies extravagances qu’il avait mêlées avec sa prétendue justification, car il assurait que Jésus-Christ lui avait parlé, qu’il était son prophète et que c’était pour lui obéir qu’il se voyait contraint de soutenir la vérité ; il y avait aussi dans cet écrit des avis au Roi et des prophéties, en un mot il était facile de voir que la tête lui avait entièrement tourné. L’événement confirma les sentiments qu’on en devait avoir à la vue de cet insolent écrit, car, quelque temps après, il perdit absolument la raison, et je ne sais s’il n’est pas mort dans un si triste et pitoyable état.

Mais, pour revenir à Mme Guyon, nous devons ajouter à ce que nous en avons dit qu’on arrêta avec elle des jeunes filles et entre les autres sa femme de chambre, qui furent interrogées sur sa conduite. Celle-ci garda toujours un très grand secret et ne dit rien ; il y eut quelqu’une des autres qui parla contre elle et qui découvrit de certaines choses que la pudeur empêche d’écrire. Il vint dans ces temps-là à Versailles une femme qui avait été à son service, où elle déclara n’être entrée que dans le désir de servir Dieu, croyant, par tout le bien qu’on lui avait dit de cette dame, trouver dans sa maison tous les moyens de travailler sûrement à son salut, mais qu’enfin elle avait cru être dans l’obligation d’en sortir, ayant vu des choses très abominables qui se passaient entre elle et le Père La Combe et d’autres immodesties qu’elle faisait elle seule sans se beaucoup cacher et dont, l’ayant reprise, elle en avait ri et s’était moqué d’elle.

Un gentilhomme de Son Altesse Royale feu Monsieur déclara, et me le dit ensuite à moi-même, que, sur la réputation de Mme Guyon, ayant eu la curiosité de la connaître parce qu’on lui avait dit que c’était une femme très spirituelle et qu’il faisait profession aussi d’une vie intérieure, il alla lui rendre visite et, lui ayant parlé son langage, elle crut qu’il pouvait être dans les mêmes sentiments qu’elle était et que, dans la chaleur de la conversation, elle lui avait pris la main et l’avait porté sur son sein ; que, lui ayant avoué que cela lui avait causé quelque accident que je ne puis nommer et qu’on peut entendre, elle s’était pris à en rire beaucoup, à en faire des plaisanteries et traiter cela de bagatelle, ce qui lui en donna tant d’horreur que depuis il n’avait voulu mettre le pied dans sa maison.

On en disait bien d’autres choses plus terribles. Ce qui est très certain est que cette dame n’était pas chaste. M. Pirot fut commis pour l’interroger ; elle désavoua tout ce qui pouvait être contre son honneur. On lui donna pour son confesseur un jésuite qui la voyait de temps en temps. Elle a demeuré quelques années à la Bastille, d’où, à la prière et par le crédit de M. le cardinal de Noailles, qui en fut sollicité par sa famille, [elle] obtint sa sortie, à la charge qu’elle irait demeurer à la campagne, près de Blois, où elle est encore à présent en 1711 et dont on n’a plus entendu parler depuis cette affaire, y vivant d’une manière très retirée, sous la conduite d’un jésuite qui va la visiter dans le temps qu’elle a besoin de se confesser et d’approcher des sacrements. Ceux qui en ont eu le soin à Paris pendant sa prison et à sa campagne ont témoigné d’en être contents. C’est ainsi que s’est terminé ce qui regarde cette dame.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_arrestation_du_pere_la_combe_et_de_madame_guyon_v01.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – L’appel au Pape

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
L’appel au Pape

M. de Meaux s’y distingua plus que tous les autres. Comme il le prit sur un ton bien haut et que M. de Cambrai prévit bien qu’il allait engager les autres évêques du royaume en cette affaire, il crut pour se délivrer de son jugement qu’il devait en appeler au pape, lui dénoncer lui-même son livre et le supplier de le juger à la rigueur, promettant une parfaite soumission et une obéissance fidèle à ses décisions. Il fit pour ce sujet traduire son livre en latin, qu’il envoya avec son appel à Rome.

Pendant que cette affaire y fut examinée, ce qui dura près de deux ans, il n’est presque pas croyable combien M. de Meaux [Bossuet] et lui travaillèrent, l’un à attaquer, l’autre à se défendre. M. de Cambrai [Fénélon], quoique regardé comme l’accusé, ne laissa pas de reprendre son adversaire sur plusieurs choses qu’il croyait autant répréhensibles que celles qu’il jugeait lui-même dignes de toutes les foudres de l’Église. Ce qui surprit tout le monde était la promptitude extraordinaire avec laquelle M. de Cambrai répondait à M. l’évêque de Meaux : à peine un écrit était-il sorti de sa plume qu’on voyait paraître dans le public plusieurs réponses en même temps de M. de Cambrai à ce prélat.

Il faut avouer qu’il fit si fort briller son esprit dans ces sortes d’ouvrages, selon même l’aveu de M. de Meaux qui lui dit dans l’un des siens qu’il avait « de l’esprit à faire peur », que la plupart de ceux-là même qui, dans le commencement, avaient pris parti contre lui ou qui, ayant une très grande estime de M. l’évêque de Meaux et ne pouvaient pas croire qu’il y eût en France personne qui pût parier avec lui sur la doctrine, furent fort étonnés de la fécondité, de la subtilité et de la force des raisonnements de M. de Cambrai. On ne fut pas même content de la manière dure avec laquelle M. de Meaux attaquait ce prélat ; on était au contraire charmé de la justesse et agrément du style, de la modestie, de l’esprit qui brillaient en tout dans les écrits de l’archevêque, de sorte qu’on vit un si grand changement dans le monde à son égard que d’abord on le plaignit, ensuite on lui donnait mille louanges, puis on souhaitait que Rome lui fût favorable, enfin on blâmait ouvertement la conduite âpre et trop aigre de M. de Meaux à son égard. Les théologiens même avaient sur cela les mêmes sentiments, et partout on entendait dire que M. de Cambrai avait un esprit supérieur à celui de son adversaire, et, en lisant ces ouvrages qui se multipliaient chaque jour sous sa plume, on ne pouvait ne pas désirer pour lui qu’il eût eu une meilleure cause à défendre, parce qu’on aurait davantage profité de ses lumières et qu’on aurait eu le plaisir de lire des livres de sa façon qui auraient plu infiniment davantage que des dissertations, des écrits, des réponses sur des questions abstraites et qui ne pouvaient pas être à la portée de tout le monde.

Comme M. le cardinal de Noailles et M. l’évêque de Chartres crurent être aussi obligés de faire des mandements pour leurs diocèses à l’occasion de cette affaire, pour préserver les diocésains des illusions de la nouvelle spiritualité, M. l’archevêque de Cambrai leur répondit aussi par plusieurs lettres très fortes qu’il fit imprimer, auxquelles ces prélats firent de sages réponses. Je fus très affligé qu’il se fût résolu d’attaquer M. le cardinal de Noailles ; je lui en mandai mes sentiments par un de ses amis qui s’en retournait en poste à Cambrai, et depuis ce temps-là il demeura à son égard dans un exact silence.

Ces trois prélats avaient aussi écrit au Pape une lettre commune pour lui rendre compte de ce qui s’était fait dans cette affaire et, en même temps, avaient envoyé un écrit où ils faisaient voir quelle était la doctrine de M. de Cambrai sur ces matières disputées. Comme cet écrit fut rendu public, il ne demeura pas sans réponse, car, peu de temps après, l’archevêque fit un livre dans lequel, suivant pas à pas ses adversaires, il réfutait avec force ce qu’ils avaient avancé. On vit donc paraître pendant près de deux ans des écrits des uns et des autres, sans y comprendre d’autres livres que des particuliers qui cachaient leur nom firent pour ou contre M. de Cambrai.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_l_appel_au_pape.pdf

Mémoires du Curé de Versailles – Les quatre conditions de Fénélon

Mémoires du Curé de Versailles

Chapitre VIII – La bataille Bossuet-Fénelon
Les quatre conditions de Fénélon

Chargé de cette commission par mon supérieur et d’ailleurs par le prélat du monde que j’honore davantage, dès que je vis M. l’archevêque de Cambrai, je lui en fis la proposition. Il me répéta toutes les raisons que j’ai alléguées ci-dessus et m’ajouta que M. de Meaux voulait être juge de sa doctrine malgré lui, qu’il s’étonnait de l’entreprise de ce prélat, qu’il n’avait aucune juridiction sur lui pour vouloir décider sur les affaires qui le regardaient, qu’il était trop attaché à ses sentiments pour ne pas vouloir que chacun s’y rendît, qu’il se croyait seul capable de connaître des affaires de la conscience ecclésiastique, qu’enfin M. de Meaux s’était déclaré si hautement contre lui qu’il ne pouvait en aucune manière se résoudre de lui donner la moindre entrée dans quoi que ce soit où il prît intérêt.

Après que ce prélat m’eut ainsi parlé et m’eut dit encore plusieurs autres choses dont j’ai maintenant de la peine de me souvenir, je lui répondis avec la confiance que donne une parfaite amitié que j’entrais volontiers dans toutes ces raisons qui me paraissaient solides, mais qu’il y en avait d’autres qui me semblaient plus fortes, qui devaient le déterminer à prendre le parti que je lui proposais ; que, s’il se fût agi seulement d’un différend de doctrine entre lui et M. de Meaux sur des matières secrètes, il aurait lieu de refuser d’en conférer avec ce prélat, par rapport au sujet de plaintes qu’il en avait, mais qu’il s’agissait en cette occasion d’une affaire qui était devenue publique par l’impression de son livre, par le bruit qu’il avait fait et qu’il faisait encore dans le monde, que ces bruits étaient mêlés de disputes et de partages de sentiments, qu’il serait très fâcheux pour lui de ne pas travailler autant qu’il le pouvait à calmer les esprits ; que, M. de Meaux ayant répandu partout la proposition qu’il lui avait fait faire d’entrer avec lui en conférence sur son livre et se plaignant amèrement du refus qu’il en faisait, il donnait sujet à des personnes qui ne le connaissaient pas de se persuader qu’il jugeait lui-même sa cause mauvaise, que je ne pouvais ni ne lui devais dissimuler que j’avais déjà entendu bien des gens murmurer de ce refus et que les simples même qui ne sont pas capables d’approfondir les questions dont on disputait en étaient mal édifiés ; qu’il devait au public ce bon exemple pour lui servir de preuve qu’il avait eu des intentions fort droites en composant son livre ; que d’ailleurs le Roi, qui était déjà très prévenu contre la doctrine de son livre, serait encore plus affermi dans les sentiments qu’on lui en avait inspirés, lorsqu’il le verrait ce roidir contre ces conférences, dans lesquelles il serait surpris qu’on n’eût pas admis M. l’évêque de Meaux, pour la capacité duquel il avait toute l’estime possible ; qu’il se devait à lui-même la victoire qu’il remporterait sur lui en étouffant dans son cœur tous les ressentiments qu’il pouvait avoir contre cet évêque, les sacrifiant au repos et à la paix de l’Église ; qu’il ne s’agissait en aucune manière de le reconnaître en cela juge de sa doctrine, mais uniquement de conférer amicalement des articles sur lesquels on croyait avoir sujet de se récrier dans son ouvrage ; que je savais de bonnes part que M. de Meaux avait assuré des personnes qui lui avaient parlé des sujets de chagrin qu’il avait contre lui et de l’éloignement dans lequel il était d’entrer avec lui en conversation sur ces questions épineuses, que tout se passerait de son côté avec toute la douceur et la tranquillité possibles ; que M. de Meaux n’y serait pas seul, mais qu’il y appellerait tous ceux qu’il lui plairait, qui seraient les témoins fidèles de tout ce qui s’y passerait ; que M. le cardinal qui désirait si passionnément de le servir souhaitait plus que toute autre chose de pouvoir examiner avec lui son livre dans des conférences réglées, dans lesquelles on pourrait, selon toutes les apparences, terminer au gré de tout le monde ce différend ; enfin il ne risquait rien de tenter ce moyen et qu’il me paraissait risquer beaucoup de le refuser.

Il me dit pour lors qu’il était bien éloigné de vouloir s’attacher à la doctrine de son livre, qu’il était prêt au contraire de la changer, de la corriger, de se rétracter même s’il était nécessaire, mais que je voyais bien que sa seule peine sur le sujet des conférences était la présence de M. de Meaux, dont il connaissait mieux que moi la vivacité du tempérament et que, lorsqu’il se laissait emporter par l’impétuosité de son esprit, rien au monde ne pouvait le retenir, et qu’il souffrait avec peine qu’on le contredît dans la moindre chose. Cependant, après avoir répliqué honnêtement à ce qu’il venait de me dire, il reprit la parole et, voulant bien déférer à mes raisons et à mes conseils :
« J’accepte donc les conférences que vous me proposez, mais je ne puis les accorder qu’à de certaines conditions :
1° Que non seulement Monseigneur le cardinal y assistera toujours, mais aussi des prélats que nous choisirons ;
2° Qu’on priera huit docteurs de s’y trouver ;
3° Qu’il y aura un secrétaire dans ces assemblées, qui écrira mot à mot les objections que M. de Meaux me fera contre mon livre et les réponses que je lui ferai, afin qu’on en ait des actes publics et qu’on ne puisse rien ajouter à ce que lui et moi aurons dit dans ces disputes ;
4° Que tout se fera dans un esprit de paix et de charité. »

Je lui promis de rendre compte de notre entretien et de ses dispositions à M. le cardinal de Noailles la première fois que j’aurais l’honneur de le voir, ce qui serait au premier jour. Ce qui me confirma dans la pensée que j’avais que ce prélat agissait de bonne foi et avec toute la sincérité que je lui ai toujours connue et qu’il avait déjà remis entre les mains du Père Le Valois, jésuite confesseur de Monseigneur le duc de Bourgogne, un écrit dans lequel il marquait sa situation à l’égard de son livre, marquant être prêt d’en donner telle explication qu’on voudrait, après qu’on lui aurait fait remarquer ce qu’on y trouvait de condamnable.

Cependant M. le cardinal de Noailles étant, selon sa coutume, venu à Versailles, je lui rendis un compte exact de ma conversation avec M. l’archevêque de Cambrai. Il en fut parfaitement satisfait, et il espéra même que, par le moyen dont on était convenu, les bruits cesseraient, la paix se rétablirait, le public serait édifié et le Roi très content de voir finir ces disputes. Mais lorsqu’on attendait le temps de ces conférences, dont apparemment Sa Majesté n’avait pas été informée, voyant que le fracas qu’avait causé ce livre des Maximes des Saints ne faisait qu’augmenter, elle fit donner ordre à cet archevêque de se retirer incessamment dans son diocèse. Ce prompt départ attrista tous ses véritables amis, qui avaient avec beaucoup de raison conçu de grandes espérances du succès des conférences qu’il avait acceptées, mais Dieu ne le permit pas pour des raisons qui nous sont inconnues.

Avant son voyage si précipité, il assura encore le père Le Valois qu’il allait travailler à Cambrai à des explications de son livre selon ce qui lui était revenu des choses qu’on y censurait et qu’il espérait qu’on en serait content. En effet, dès qu’il fut arrivé, il composa une longue lettre pastorale dans laquelle il tâchait de justifier ce qu’on avait jugé digne de condamnation dans son ouvrage. Il exposa le sens des propositions qui y avaient le plus fait de peine. Il crut que par ce moyen tous les trouble allaient cesser et qu’on le laisserait conduire en repos son troupeau. Il fut trompé dans son espérance, cette lettre excita de nouveaux bruits et donna occasion à tous les écrits, les lettres, les traités, les mandements, les livres et les censures qui se firent pour et contre sur ces disputes.

Lien vers le fichier PDF : https://lafrancechretienne.files.wordpress.com/2018/05/memoires_du_cure_de_versailles_les_quatre_conditions_de_fenelon.pdf